we are northernly


New Canadiana :: Wares – Missed the Point b/w Beach Date

Weird_Canada-Wares-Missed_the_Point

School’s in, city kids, and attendance is compulsory. On “Missed the Point”, Wares’ opening salvo of ring mod punk rock capitulates to capital-p Power pop. On the b-side: brass-coupled lakefront nostalgia, sunbleached ivories sufficiently tickled – now with extra curtain-drawn catharsis. Knock down the door and, fuck it, let ‘em see you bleed.

L’école est ouverte, les enfants de la ville, et la présence est obligatoire. “Missed the Point” de Wares s’ouvre sur une salve de modulation en anneau (ring mod) punk rock qui capitule jusqu’à p-majuscule Power pop. Sur la face B: la nostalgie du bord du lac conjuguée aux cuivres, les ivoires blanchis au soleil assez chatouillés – maintenant avec plus de catharsis rideaux-fermés. Défoncez la porte et d’la marde, laissez-les vous voir saigner!

Wares – Missed the Point

New Canadiana :: Dagger Woods – Dagger Woods EP

Weird_Canada-Dagger_Woods-Dagger_Woods_EP

Pulsing with visceral cacaphonies and attentive soundscapes, Dagger Woods creates a cerebral pulse. Dagger Woods graft lo-fi and hi-fi components on spaced out, and the arrangement of their various sonic branches weave a healthy helix. Perilous at times, new teeth is a disquieting tangent. Though short, the EP is enduring.

Palpitant de cacophonies viscérales et d’ambiances sonores attentives, Dagger Woods crée un pouls cérébral. Les composantes de basses et hautes définitions de Dagger Woods sur spaced-out et l’arrangement de leurs diverses branches soniques tissent un processus sain. Parfois périlleuse, new teeth est une tangente inquiétante. Bien que court, le EP est résistant.

Dagger Woods – Spaced Out

Dagger Woods – New Teeth

Festivities :: Dawson City Music Festival (DCMF)

Weird_Canada-DCMF-Wet_Secrets

Set in the whiskey drinking miner’s heart, Dawson City Yukon gathers travellers, gamblers, ramblers, huskies and artists alike to celebrate the 38th annual Dawson City Music Festival. Once the epicentre of the Klondike Gold Rush, Dawson City’s scenery hasn’t changed too much. Smoke a cigar while the piano is drunk because you’re in a surreal dream set in 1896.

Walk from venue to venue on the dirt roads in the midnight sun with a backdrop of colourful saloons, mountains and the vast Yukon river. Get tipsy and listen to the festival’s all-Canadian line-up, either in an old stain glassed church, a circus tent, a grassy knoll by the river, or stroll to other offbeat stages scattered throughout Dawson City. With a familial sideshow of eccentric characters, this music festival is one for the rusty bucket list.

“I love how very extraordinary lives are lived so casually here” Mozart’s Sister

Weird_Canada-DCMF-Minto_Park

Photo Credit: Preacher Katie

A stolen intimate moment at the Minto Park Mainstage tent area

Weird_Canada-DCMF-St_Pauls

Photo Credit: Preacher Katie

During an Effective Effects performance, Merganzer, Mozart’s Sister and Old Cabin joined forces for an experimental set where they asked the crowd to tell them about a dream they have had, then the musicians interpreted the audience member’s dream through unique sounds. This session resonated through St. Paul’s Anglican Church with beautiful acoustic.

Weird_Canada-DCMF-Locals

Photo Credit: Preacher Katie

Two locals’ perspective on the festival Justin Apperley (Left) Emily Cypher (Right).

Justin Apperley (Local attendee) “The festival always brings a massive influx of people to the city, I like seeing it come alive with a new energy”.

Emily Cypher, Owner of Bonana Jellybeans DIY, a caravan/gallery space “I loved being a vendor and showing off the artistic talents of the north in my new caravan store. Our town is the best kept and not so kept secret heaven and it’s always cool to open the doors for a bit and see what magic happens!”

Weird_Canada-DCMF-Yukon_Girls

Photo Credit: Aaron Woronuik

Yukon Girls Rock Camp perform on DCMF’s Mainstage

Weird_Canada-DCMF-Wet_Secrets

Photo Credit: Preacher Katie

The Wet Secrets from Edmonton had audience members surfing the crowd.

Weird_Canada-DCMF-Blackjack

Photo Credit: Preacher Katie

A blackjack dealer at Diamond Tooth Gerties

It’s hard to sleep when the sun doesn’t set and you’re wandering around a dim lit town drunk. The rarest part of DCMF is that when the festivities end, the town doesn’t. Play blackjack at the saloon and watch Cancan dancers perform for you at Gerties Diamond Tooth Saloon, watch more music at The Pit with local bands like The Midnight Sons or do a shot with a real frost bitten toe in it at The Downtown Hotel. You will never want to leave.

Se déroulant dans le cœur d’un mineur buveur de whiskey, La Cité de Dawson au Yukon rassemble les voyageurs, les gageurs, les radoteurs, les huskies et les artistes voisins pour célébrer le 38e Festival de Musique de Dawson City. Autrefois l’épicentre de la ruée vers l’or du Klondike, le décor de Dawson City n’a pas tellement changé. Fumer un cigare pendant que le piano est saoul parce que vous êtes dans un rêve surréel se déroulant en 1896.

Marchez de site en site sur les routes de terre dans le soleil de minuit avec en arrière plans des saloons colorés, des montagnes et le vaste Yukon. Devenez pompette et écoutez le programme entièrement Canadien du festival, soit dans une vieille église aux vitres tachées, une tente de cirque, une butte de gazon près de la rivière, ou promenez-vous aux autres scènes différentes éparpillées à travers la Cité de Dawson. Avec un spectacle familial de personnages excentriques, ce festival de musique en est un pour une bucket list rouillée.

« J’aime à quel point les vies extraordinaires sont vécues avec tant de désinvolte ici. » Mozart’s Sister.

Weird_Canada-DCMF-Minto_Park

Crédit photographique: Preacher Katie

Un moment intime volé dans la zone principale de la tente de Minto Park

Weird_Canada-DCMF-St_Pauls

Crédit photographique : Peacher Katie

Durant une performance de Effective Effects, Merganzer, Mozart’s Sister et Old Cabin ont joint leurs forces pour un ensemble expérimental où ils ont demandé à la foule de leur parlé à propos d’un rêve qu’ils ont eu, puis les musiciens ont interprété le rêve du membre de l’audience à travers des sons uniques. Cette session a résonné à travers l’église anglicane de St. Paul avec des sons acoustiques magnifiques.

Weird_Canada-DCMF-Locals

Crédit photographique: Preacher Katie

La perspective de deux locaux sur le festival, Justin Apperley (à gauche) et Emily Cypher (à droite)

Justin Apperley (participant local) « Le festival apporte toujours un flux massif de gens à la cité, j’aime les voir prendre vie avec une nouvelle énergie. »

Emily Cypher, propriétaire de Bonana Jellybeans DIY, un espace caravan/gallerie « J’aime être une vendeuse et mettre en valeur mes talents artistiques du nord dans mon nouveau magasin caravan. Notre ville est un paradis secret et bien connu en même temps et c’est toujours cool d’ouvrir les portes pour un moment et voir la magie! »

Weird_Canada-DCMF-Yukon_Girls

Crédit photographique: Preacher Katie

Un camp Rock Feminin du Yukon performe sur la scène principale de DCMF.

Weird_Canada-DCMF-Wet_Secrets

The Wet Secrets d’Edmonton avait des membres du public surfant la foule.

Weird_Canada-DCMF-Blackjack

Crédit photographique: Preacher Katie

Un croupier de blackjack à Diamond Tooth Gerties

C’est dur de dormir quand le soleil ne se couche pas et que vous errez autour d’une ville faiblement éclairée, saoul. La partie la plus rare de DCMF c’est quand les festivités se terminent, la ville n’arrête pas. Jouez au blackjack au saloon et regardez les danseuses de cancan performer pour vous au saloon Gerties Diamond Tooth, regardez plus de musique au The Pit avec des groupes locaux comme The Midnight Sons ou faites un cul sec avec un orteil vraiment gelé à l’hôtel du centre-ville. Vous ne voudrez jamais partir.

You Can’t Spend Grant Money on Ice Cream: 2 Years with Wyrd Distro

Weird_Canada-Wyrd_Distro_II
Wyrd Distro is Canada’s only non-profit store and distribution service for physically-released music from experimental and emerging Canadian artists.

We’ve been around a couple years now, and decided to draw up an illustrated document of the first two years: the great parts, the bad parts, and the road ahead.

The Good Parts

Community

Wyrd is a community: 600+ people from all kinds of backgrounds. We are high school students, beloved misanthropes, accountants, campus radio DJs, crust punks, Francophone skateboarders, bejeweled electro queens, and miscreants squinting at you from behind the record store counter.

Our community has always been really supportive and strong, and the distro has amplified and tightened our bond. Wyrd Distro was built by Wyrdians. Over a hundred people copy-edited and contributed to the grant application alone.

Winning a grant bound us together in a way that only an underdog can understand. Groups like us simply don’t get funding: the way we work and self-govern doesn’t align with the demands of funding organizations.

We stood together in unexpected success under the mountain of work that suddenly loomed over us.

Weird_Canada-Mountain_of_Work

So much money!

In our seven years of existence, we’ve never had any major project funding and certainly no operational funding: we do everything through volunteer labour and out of pocket.

The grant allowed us to pay people for their work. We hired developers to build our web-portal, designers to design our web-portal, people to manage the first few months of artist relations, someone to do outreach, and someone to do administration.

We purchased materials to build a physical holding space (shelving and organizational materials), threw a cross-Canada launch party, subsidized shipping materials for the distro, and promoted the project while supporting campus & community radio through ads-buys.

Launch Parties

To celebrate the launch, we held parties all across Canada. Each party had a drop box: that anyone could put their music into and get free shipping to the distro. We released a cassette celebrating the launch, and gave out free copies at the parties.

It was the first time we had ever held a nationwide celebration, and it was incredible to feel the resonance with the community on such a large geographic scale.

Weird_Canada-Nationwide

Press Coverage

Wyrd Arts Initiatives had never really gotten a lot of press. There are a few beloved journalists who have given us a lot of support over the years, but nothing like the deluge of national press we suddenly received (with the help of Darcy at Pigeon Row).

Here is a selection of some of the coverage: Globe and Mail, ChartAttack, Now Magazine, CBC 3, Waterloo Record, The Cord, Quick Before It Melts, Soundvat, BlogTO, Prairie Dog Magazine, BeatRoute, Hartzine, Decoder, Guelph Mercury, Fast Forward Weekly, The Chronicle Herald, The Coast, The Main, The Revue, Uniter, Cult Montreal, National Post, Ominocity, Edmonton Journal, Music Lives, Discorder, BlogTO, Groundwire (nationally syndicated college radio show), Kreative Kontrol, CBC Daybreak, CBC – All In A Day, CBC Radio (NB), CKCU – Morning Special Blend (David Yazbeck), Now Magazine, Mixtape Magazine, Reflector, Decoder, Barb Barb Barb, Giraffe Cycle, Ramshackle Day Parade, A Journal of Music Things, BlogTO, National Music Centre, Mixtape Magazine, Leigh Wright.

Strong launch

The distro launched strong. It was a desperate pitch at the end, trying to organize national parties and launch on time, but the support was overwhelming. Packages of new cassettes poured in every day, and packages flowed out to excited listeners.

In the first two years, we stocked 455 different cassettes, 203 12”s, 193 CDs, 126 7”s, and a variety of other formats.

Weird_Canada-Formats

Design: Marie Claire

We shipped packages all over Canada, to America, Japan, Spain, Germany, Portugal, Argentina, France, England, Switzerland, Sweden, Slovenia, Romania, Singapore, Norway, and Colombia.

Pop Ups and Hand Delivery

Since our launch we have done pop-ups and hand delivery missions in Halifax, Sackville, Montreal, Sudbury, Hamilton, Guelph, Toronto, Ottawa, Waterloo, Edmonton, Saskatoon, Regina, Winnipeg, Medicine Hat, Lethbridge, Calgary, Kelowna, Vancouver, Nanaimo, and Victoria

We’ve found pop-up-shops to be a very successful way to bring music to music fans. We also successfully experimented with hand delivery (free shipping!) promotions whenever we travelled to festivals, picking up music and bringing orders to enthusiastic and remote buyers.

Support

In the first two years, we served 231 active consignors.

Weird_Canada-Consignors

Many artists expressed excitement about having their art available through the distro. Labels were especially grateful for the extra income, and money flowed abundantly from the pockets of listeners to their favourite artists.

Struggles

Round Peg, Square Hole

The FACTOR grant was the first major grant we ever received. Applying for the grant was new ground for us. In our effort to find shared ground with FACTOR and finesse our project into something fundable, we ended up lost in a mission-creep landslide.

We are good at scrappy and DIY, at evolving a product alongside the changing needs of our community; instead we created an unwieldy behemoth that was hard to manage and reshape.

We allotted much of our money and resources towards building a scalable platform for the distro, focusing on quantities of artists and labels served in order to show FACTOR that we were serious about growth. Instead, we should have been building something small and easy to maintain.

We don’t know if FACTOR even wanted what we thought they wanted. But this is the mystery of grants, and one of the biggest challenges. When looking for grants, one observes who gets grants and who doesn’t, and this becomes the key-code for deciphering how one should behave to get funding. (Note: our FACTOR granting officer was the best granting officer we have ever interacted with, and definitely helped us find our way. As a first-timer and outsider, applying for the grant felt entirely mysterious and ritualistic. If we apply for future grants, we’ll spend a lot more time asking the granting officer for guidance and support).

Money Challenges

As discussed above, winning the grant was massive. It’s difficult to talk about “money challenges” in the context of a big windfall like that, but the money challenges are important to disclose.

In the crunch of trying to make it happen we found out that FACTOR couldn’t send us half of the money until after the entire project was complete, and until all reporting finalized. This infused an already stressful launch with financial stress as we tried to move money around to cover all the expenses. Even with all our accounts, credit cards, and favours maxed out, we barely pulled it off.

In compliance with our marketing plan, we spent a lot of money on ads, including a few very expensive ads whose benefit to our project was questionable. In retrospect, we should have put that marketing money into zines, campus and community radio, or other grassroots marketing.

Ongoing maintenance costs for the distro were higher than projected. Even with a non-profit rate at shopify we found ourselves tethered down with hosting fees, shopify fees, and a variety of other expenses.

We always intended to run the distro as a non-profit, but didn’t realize that aiming to keep our margins at zero meant that we were destined to lose money. Aiming for zero meant that we didn’t have any buffer room when a package disappeared on the way to Japan or when packages were damaged on their way to us. Setting up harsh terms of service was an option, but that didn’t seemed very appealing as a community organization.

Shipping Costs

It’s impossible to talk about distribution and physical music sales in Canada without running into the challenge of shipping costs. It was the biggest and most prohibitive cost for all our operations.

In January 2014, a month before the distro launched, Canada Post increased their fees significantly, and they continue to rise. It’s difficult when the cost of the LP is $10 and the shipping can be up to an additional $14 within Canada.

Weird_Canada-LP

Shipping costs have also been a major barrier for artists and labels in sending us music. It’s a huge expense for them to send us music: and if they have paid to ship it to us, and it doesn’t sell in the distro, they need to pay to get it shipped back to them. For an artist whose music isn’t selling, it’s a terrible deal. But on our end, if we paid return shipping, our admin fees would rise to impossible heights.

Shipping costs are also the biggest barrier in working with record stores across Canada. We tried to initiate relationships with 241 record stores. Many stores were very supportive of the initiative (shout out to Reneu Boutique for being the best beta tester, to June Records for being so supportive, Sonic Boom for housing us for 4 months, and all the record stores who hosted launch parties and popups).

Most small record stores are barely breaking even, so they can’t afford to buy merch that they might not move and can’t affordably return. Major labels and distributors cut unbelievable deals to pay a fractional amount with shipping companies, allowing for easy returns. We don’t have that luxury.

We considered partnering with touring bands to deliver packages to record stores, but one spilt slurpee, robbed tour van (it happens), or a hot trunk (melting music) would set us back months, so it seemed wiser to abstain.

Volunteer Power

Our plan (supported by our projected sales) would have allowed us to hire a very part-time staff person to process sales and lead the volunteers. This never happened, in part due to increases in shipping costs and low sales.

As a result, we found ourselves entirely powered by volunteers. All of our work is powered by volunteers, but the nature of the distro work demanded too much: volunteers with high tech skills, strong communication skills, impeccable organization, and absolute 5-day-a-week responsibility. Obviously, people with all these skills are rare. We burnt out and exhausted some of our best volunteers on distro duty.

Weird_Canada-Sad_Volunteer

Running people to the point of burnout is never good, and resulted in other problems: dropped balls, critical communication failures, lagging speed in uploads, slowly packaged materials, expensive errors in data entry and shipping, and broken hearts.

What about the rest of Wyrd?

An unexpected side-effect of the distro was that it absolutely took over the Wyrd agenda. As the only project (of 35 objectives) with funding, with press attention, and with so many directly invested parties, it took center stage and pushed everything else to the back.

It was incredibly disheartening, as many of the other projects felt more important and pressing for the community, but suddenly there was minimal time for them. Everything but the distro became peripheral.

Curation vs Inclusion

A large issue and point of contention for us was balancing the tension between curation and inclusion. Weird Canada (weirdcanada.com) has always been curated. The vision of Wyrd Arts Initiatives (the umbrella nonprofit that contains Weird Canada and Wyrd Distro) was to focus more on being an inclusive resource. That’s not to say we ever intended it to be a free-for-all. Our community has shared interests, and our interests are an important part of what brings us together. But the intent with Wyrd Distro was to make a resource that could serve more musicians, more labels, more people.

Occupying this space of wanting to be more inclusive but still curating was incredibly difficult. We struggled to balance curation, inclusivity, and practicality when selecting which submissions to carry. It’s a difficult balance, especially when every rejection letter we send out causes bad feelings and fragments our community.

Each item we accept to the distro would ultimately translate to 2-5 copies of a cassette/LP/CD on a shelf (with the exception of best sellers). As it turns out: selling 3-5 copies of 600 different things is a logistical nightmare.

Each item translated into a huge labour overhead. We needed to communicate with the artist, fill in various forms, upload information to the portal, photograph the product, post-photo edit in photoshop, file the product, communicate more with the artist, and eventually pay out the artist.

Again, this was an issue of trying to serve many people broadly instead of a few people well, a decision that we made in an attempt to be more inclusive and appeal to our funders. The logistics of dealing with so many consignors was an incredible amount of work, and we built complex systems to manage the nuances, but it still ate a lot of time and energy.

Weird_Canada-Internal_Flow_Systems

Click image to access PDF version

Finally, as mentioned above, our launch parties all included uncurated drop boxes where anyone could send us their music. The idea was to build feelings of inclusion and excitement, and offer free shipping for our earliest adopters. Unfortunately, the result was boxes of uncurated music, some of it American, some of it ethically objectionable to use (misogynistic band names and racial slurs in track listings), and some of it sonically unappealing to our community.

Unsold releases:

Even with the strictest curation, only asking for items that our community loves (as deduced by page views on Weird Canada, excitement of volunteers, and curatorial votes) we sometimes couldn’t sell the music. This left everyone disappointed and sad, accruing major labour expenses on our end and major shipping expense on the artists’ end.

Sales were initially very strong, but dropped over time, correlated to how much money we could invest in marketing (that last bump in the sales was from a major sale where we asked all consignors to drop prices before we moved the distro across the country).

Weird_Canada-Sales_Over_Time

We knew this was a reality of running a business in capitalism, but when it came to actually emailing some of our favourite noise musicians and telling them that they “needed to pick up stuff” that hadn’t sold in two years, it was devastating.

It was very painful to ship unsold materials back to artists, often at their own expense. It felt like a personal failing, and the art in the distro is art that we personally love and are excited about, so it was doubly difficult. The community was very graceful about it, but it was agonizing for us and financially difficult for them.

Vision forward

Lowering admin Costs

One immediate change we are making is to reduce our hosting/web-store costs. We are in the process of moving to a much more affordable hosting solution, cutting our costs by $50/month. This comes with some sacrifice: we can no longer use the portal, which we custom built to make the distro transparent and user-oriented.

More pop-ups and events

The portal sacrifice is worth it. Moving forward we can use our admin fees to pay for new ways of promoting and moving music: investing in pop-ups, creative ideas for reaching more people, and small/grassroots marketing.

Tighter curation

We will tighten curation: trying to ensure that we only take on music that we love and feel confident we can sell. This will mean saying no a lot of music, even to music we love. But if we can’t sell it, we aren’t serving anyone by accepting it.

Funding

In future we need to enter the grant application process with a clear sense of what we need, what we want, and what we can be flexible about.

There’s not really much to learn about not having money. Many grant applications require you to put forward matching funding, and in a community where no-one has money (not the festivals, not the businesses, not the labels, not the artists, not the press, not the record stores) that’s a huge barrier. Without totally compromising our values, there is no easy way to come into money. If you find a way, please let us know.

Creative Projects

Moving forward we will experiment with low-cost creative projects for marketing and outreach. One idea is to experiment with curated subscriptions, themed for cohesion, and regularly mailed out.

TLDR

Running a nonprofit distro for experimental music is very hard but also rewarding. We learned some stuff and are going to make improvements.

Thanks

Some thanks: Thank you to the volunteers first. The Wyrdian volunteers are the life-blood of all of this. Thank you to Phoenix, Emily, Aaron, Rachel, Kevin, Katie, Ellen, Sam, and our tireless Canada-summer-jobs interns. Thank you to Jenn Kitagawa for conjuring our amazing logo and creating the eye-bleeder! Thank you to the artists and labels who sell through the distro. Thanks to Tim for the help and FACTOR for the money! Thank you to the record stores who hosted our launch parties, our pop-ups. Thank you to the festivals who let us do popups. Thank you to the campus and community radio stations that ran our ads. Thank you to the blogs and zines that ran our ads. Thank you to every customer who ever bought something from the distro. Thank you to the volunteer editors who edited this long document. Thank you to the people who I forgot to thank and are sitting there feeling overlooked. Thanks to the distro kittens, who powered us with their cuteness.

Weird_Canada-Your_Cassette

We’re really grateful to the community for shopping wyrd distro in the past few years, and look forward to selling your your next noise tape!

Marie LeBlanc Flanagan and the Wyrd Team

PS: Buy a WYRD II T-Shirt

Wyrd Distro est le seul magasin et service de distribution à but non lucratif au Canada pour la musique expérimentale physiquement sortie aux artistes canadiens émergeants.

Nous avons été dans les alentours depuis quelques années maintenant et avons décidé d’élaborer un document illustrer des deux premières années : les parties super, les parties moins super et la route devant.

Les Bonnes Choses

Communauté

Wyrd est une communauté: 600+ personnes venant de toutes sortes de contextes. Nous sommes des élèves du secondaire, des misanthropes adorés, des comptables, des DJ de la radio du campus, des crusts punk, des skateboardeurs Francophones, des reines électro richement ornées et des mécréants plissant les yeux dans votre direction de par derrière le comptoir du magasin de record.

Notre communauté a toujours été très supportante et forte et le distro s’est amplifié et a resserré notre lien. Wyrd Distro fut bâtit par des Wyrdiens. Plus de cent personnes ont fait le travail éditorial et ont contribué à la demande de subvention à eux seuls.

Gagner une subvention nous à lié ensemble d’une façon que seul un perdant peut comprendre. Des groupes comme nous n’obtiennent tout simplement pas de fonds : la façon dont nous fonctionnons et l’auto-gouvernance ne s’alignent pas avec les demandes d’organismes de financement.

Nous étions unis dans le succès inattendu sous la montagne de travail qui planait soudainement au-dessus de nous.

Weird_Canada-Mountains_of_Work

Tellement d’argent!

Dans nos sept années d’expériences, nous n’avions jamais eu un quelconque des fonds pour un projet majeur et certainement pas un financement opérationnel : nous faisons tout à travers le travail bénévole et avec ce que nous avions en poche. La subvention nous a permis de payer les gens pour leur travail. Nous avons engagé des développeurs pour bâtir notre portail web, des designers pour faire la conception de notre portail web, des gens pour gérer les quelques premiers mois des relations avec les artistes, quelqu’un pour faire la diffusion d’info et quelqu’un pour faire l’administration. Nous avons acheté du matériel pour bâtir une espace physique d’attente (des matériaux de tablettes et organisationnels), nous avons fait un party de lancement à travers le Canada, avons subventionné le transport de matériaux pour le distro et promu le projet en supportant les campus et les radios communautaire à travers l’achat de publicités.

Fêtes de lancement

Pour célébrer le lancement, nous avons fait des fêtes partout au Canada. Chaque fête avait une boîte de dépôt : où n’importe qui pouvait mettre leur musique et obtenir une expédition gratuite au distro. Nous avons sorti une cassette célébrant le lancement et avons donné des copies gratuites aux fêtes.

C’était la première fois que nous n’ayons jamais fait une célébration à la grandeur du pays, et c’était incroyable de ressentir la résonnance avec la communauté sur une telle échelle géographique.

Weird_Canada-Nationwide

Couverture médiatique

Wyrd Arts Initiative n’avait jamais vraiment eu beaucoup de presse. Il y a quelques journalistes adorés qui nous ont donné beaucoup de support au fil des ans, mais rien comme le déluge de média national que nous avons soudainement reçu (avec l’aide de Darcy à Pigeon Row ).

Voici une sélection de quelques couvertures: Globe and Mail, ChartAttack, Now Magazine, CBC 3, Waterloo Record, The Cord, Quick Before It Melts, Soundvat, BlogTO, Prairie Dog Magazine, BeatRoute, Hartzine, Decoder, Guelph Mercury, Fast Forward Weekly, The Chronicle Herald, The Coast, The Main, The Revue, Uniter, Cult Montreal, National Post, Ominocity, Edmonton Journal, Music Lives, Discorder, BlogTO, Groundwire (Collège de radio syndiqué au niveau national), Kreative Kontrol, CBC Daybreak, CBC – All In A Day, CBC Radio (NB), CKCU – Morning Special Blend (David Yazbeck), Now Magazine, Mixtape Magazine, Reflector, Decoder, Barb Barb Barb, Giraffe Cycle, Ramshackle Day Parade, A Journal of Music Things, BlogTO, National Music Centre, Mixtape Magazine, Leigh Wright.

Un lancement fort

Le distro s’est lancé fort. C’était un tire désespéré à la fin, essayer d’organiser des fêtes nationales et un lancement à temps, mais le support était accablant. Des emballages de nouvelles cassettes arrivaient en déversement chaque jour et des emballages sortaient vers les auditeurs exciteurs. Dans les deux premières années, on a stocké 455 cassettes différentes, 203 12’’s, 183 CDs, 126 7’’s, et une variété d’autres formats. On a expédié des parquets partout au Canada, en Amérique, au Japon, en Espagne, en Allemagne, au Portugal, en Argentine, France, Angleterre, Suisse, Suède, Slovénie, Roumanie, Singapour, Norvège et Colombie.

Weird_Canada-Formats

Apparitions et Remise en main.

Depuis notre lancement nous avons fait des missions d’apparitions et de remise en main à Halifax, Sackville, Montréal, Sudbury, Hamilton, Guelph, Toronto, Ottawa, Waterloo, Edmonton, Saskatoon, Regina, Winnipeg, Medicine Hat, Lethbridge, Calgary, Kelowna, Vancouver, Nanaimo, et Victoria.

Nous avons trouvé que les magasins d’apparitions étaient une façon très fructueuse d’apporter la musique aux fans de musique. Nous avons aussi expérimenté de façon réussie avec la promotion de remise en main (transport gratuit!) peu importe quand nous voyagions aux festivals, ramassant la musique et apportant les commandes aux acheteurs enthousiastes et éloignés.

Support

Dans les deux premières années, nous avons servi 231 consignateurs actifs.

Weird_Canada-Consignors

Plusieurs artistes ont démontré de l’excitement à propos d’avoir leur art disponible à travers le distro. Les labels étaient spécialement reconnaissants pour le revenu de surplus et l’argent coulait abondant à flot des poches des auditeurs de leurs artistes préférés.

Difficultées Cheville

ronde; trou carré

La subvention de FACTOR était la première subvention majeure que nous n’ayons jamais reçue. Appliquer pour une subvention nous amenait en terrain nouveau. Dans notre effort de trouvé un terrain d’entente avec FACTOR et de raffiner notre projet en quelque chose de finançable, nous avons fini par nous perdre dans un éboulement de dérapage. Nous sommes bons à être chaotique et au DIY, à évoluer un produit avec les besoins changeant de notre communauté; à la place nous avons créé un lourd monstre qui était dure à gérer et remouler.

Nous avons attribué une grosse partie de notre argent et ressources pour bâtir une plateforme évolutive pour le distro, se concentrant sur la quantité d’artistes et de labels servi afin de pour montrer FACTOR que nous étions sérieux à propos de la croissance. À la place, nous aurions dû bâtir quelque chose de petit et de facile à maintenir.

Nous ne savons pas si FACTOR voulait même ce que nous pensions qu’ils voulaient. Mais c’est le mystère des subventions, et un des plus gros défis. Quand on regarde pour des subventions, l’un doit observer qui obtient des subventions et qui n’en n’obtient pas et ceci devient le code-clef pour décrypter comment l’un devrait agir pour avoir du financement. (Note : notre agent de subventionnement de FACTOR était le meilleur agent avec lequel nous n’ayons jamais interagis et nous a définitivement aidés à trouver notre chemin. En tant que petit nouveau et étranger, appliquer pour une subvention sonnait entièrement mystérieux et rituel. Si nous appliquons pour des subventions futures, nous allons passer beaucoup plus de temps à demander l’agent de subventionnement pour des directions et du support). Défis monétaires.

Comme discuté ci-haut, gagner une subvention était quelque chose de gros. C’est difficile de parler à propos de ‘’défis monétaire’’ dans le contexte d’une grosse aubaine comme ça, mais les défis monétaires son important à divulgué. Dans la crise d’essayer de faire en sorte que ça arrive nous avons découvert que FACTOR ne pouvait nous envoyer la moitié de l’argent qu’après que le projet en entier fût complet, et jusqu’à ce que tout les rapports soit finalisés. Cela a infusé un lancement déjà stressant avec un stress financier alors qu’on essayait de bouger de l’argent autour pour couvrir toutes les dépenses. Même avec tous nos comptes, nos cartes de crédits et des faveurs à leurs limites, nous y arrivions à peine. En accord avec notre plan d’affaire, nous avons dépensé beaucoup d’argent sur des publicités, incluant quelques unes vraiment chères dont les bénéfices pour notre projet étaient questionnable. En rétrospective, nous aurions du placer cet argent de marketing dans les magazines, les campus et les radios communautaires, ou d’autres bases de marketing.

Les coûts de maintenance en cours pour le distro étaient plus hauts que prévu. Même avec un taux de non- lucratif à Shopify, nous payions 35$ par mois et nos portails arrivent à 60 $ mensuellement en frais d’hébergement. Nous avons éventuellement baissé nos frais d’hébergement à 15$ par mois, mais 50$ par mois voulais encore dire que nous devions vendre 33 cassettes par mois pour simplement rester en ligne.

Nous avons toujours eu l’intention de gérer le distro comme un non-lucratif, mais n’avions pas réalisé qu’en visant pour garder notre marge à zéro voulait dire qu’on était destiné à perdre de l’argent. Viser zéro voulait dire que nous n’avions pas de pièce tampon quand un paquet disparaissait sur le chemin vers le Japon (on perdait 130$!), ou quand des paquets étaient endommagés sur leur route vers nous. Placer de rude termes de services était un option, mais ça ne semblait pas très attrayant en tant qu’organisation communautaire.

Frais de Transport

C’est impossible de parler à propos de la distribution et des ventes de musique physiques au Canada sans rencontrer des défis des frais de transport. C’était le plus gros coût et le plus prohibitif de toutes nos opérations.

En janvier 2014, un mois après que le distro se soit lancé, Poste Canada ont significativement monté leurs tarifs et ils ont continué à monter. C’est difficile quand le coût du LP est 10$ et le transport peut coûter un 14$ additionnel dans le Canada.

Weird_Canada-LP

Les frais de transport ont aussi été une barrière majeure pour les artistes et les labels pour nous envoyer de la musique. C’est une grosse dépense pour eux de nous envoyer de la musique : et s’ils avaient payé pour nous l’expédier, et que ça ne se vend pas dans le distro, ils doivent payer pour qu’elle leur soit renvoyée. Pour un artiste dont la musique ne se vend pas, c’est une entente terrible. Mais à notre bout, si on paie le transport de retour, nos frais administratif monteraient à des hauteurs impossibles.

Les frais de transport sont absolument la plus grande barrière quand on travaille avec les magasins de records à travers le Canada. On a essayé d’initier des relations avec 241 magasins de records. Plusieurs magasins étaient très supportant de l’initiative (cri pour Reneu Boutique pour être le meilleur testeur beta, pour June Records pour être si supportant, pour Sonic Boom pour nous avoir accueilli pendant 4 mois, et tous les autres magasins de records qui été les hôtes des fêtes de lancement et des popups).

La plupart des petits magasins de records s’en sortent à peine, ils ne peuvent pas se permettre d’acheter de la marchandise qu’ils ne vont peut-être pas bouger et qu’ils ne peuvent pas abordablement renvoyer. Les labels majeurs et les distributeurs font des ententes incroyables pour payer une fraction du montant avec les compagnies de transport, permettant les retours faciles. Nous n’avons pas ce luxe.

Nous avons considéré un partenariat avec les groupes en tournée pour livrer des paquets aux magasins de records, mais une slush renversée, un van de tournée volé (ça arrive), un coffre chaud (fonte de musique) nous ramènerait des mois en arrière, alors il semblait plus sage de s’en abstenir.

La Puissance Bénévole

Notre plan (supporté par nos ventes prévues) nous aurait permis d’engager un employé à temps très partiel pour traiter les ventes et diriger les bénévoles. Ça n’est jamais arrivé, en partie à cause de la hausse des frais de transport et des ventes basses.

Comme résultat, nous nous sommes retrouvés à marcher entièrement à l’aide de bénévoles. Tout notre travail est alimenté par des bénévoles, mais la nature du travail du distro en demandait trop : des bénévoles avec des compétences en technologie avancée, de fortes compétences en communication, une organisation impeccable et une responsabilité absolue de 5 jours semaine. Évidemment, les gens avec toutes ces compétences sont rares. Nous avons brûlé et épuiser quelques uns de nos meilleurs bénévoles au devoir du distro.

Weird_Canada-Sad_Volunteer

Gérer les gens jusqu’à l’épuisement n’est jamais bon et cela a résulté en d’autres problèmes : des lacunes de communications, des bénévoles qui ne répondent pas aux emails, des bénévoles qui ne communiquaient pas les problèmes, du lâchage, des mises à jour lentes au distro, du matériel lentement emballé et des erreurs très couteuses dans les entrées de données et d’envoi, et des cœurs brisés.

Et quoi du reste de Wyrd?

Un effet secondaire inattendu du distro était que ça l’avait absolument pris le contrôle sur l’agenda de Wyrd. En tant que seul projet (de 35 objectifs) avec un financement, avec une attention médiatique et avec tellement de parties directement impliqués, il a pris une place principale et a poussé toutes autres choses derrière.

C’était terriblement décourageant, alors que plusieurs autres projets semblaient plus importants et urgent pour la communauté, mais soudainement il y avait un temps minime pour eux. Tout sauf le distro est devenu périphérique.

Conservation vs Inclusion

Un gros problème et un sujet de conflit pour nous était de balancer conservation et inclusion. Weird Canada (weirdcanada.com) a toujours été conservé. La vision de Wyrd Arts Initiatives (le parapluie non lucratif qui contient Weird Canada et Wyrd Distro) était de se concentrer plus sur être une ressource inclusive. Ce n’est pas pour dire que nous n’avions jamais eu l’intention d’être une mêlée. Notre communauté a partagé des intérêts et nos intérêts sont une partie importante de ce qui nous rassemble. Mais l’intention avec Wyrd Distro était de faire une ressource qui pourrait servir plus de musiciens, plus de labels, plus de gens.

Occuper cet espace de vouloir être plus inclusif, mais encore conservateur était incroyablement difficile. Nous nous sommes démenés pour balancer, conservation, inclusivité et le pratique en choisissant quelles soumissions poursuivre. C’est dur à balancer, spécialement quand chaque lettre de rejection que nous envoyons cause des mauvais sentiments et fragmente notre communauté.

Chaque item que nous acceptons au distro traduirait ultimement de 2 à 5 copies d’un cassette/LP/CD sur une étagère (avec l’exception des meilleures ventes). Comme il s’avère : vendre 3-4 copies de 600 choses différentes est un cauchemar logistique.

Chaque item s’est traduit en gigantesque travail général. Nous devions communiquer avec les artistes, emplir plusieurs formulaires, télécharger l’information vers le portail, photographier le produit, éditer le post-photo dans photoshop, claser le produit, communiquer plus avec les artistes et éventuellement payer les artistes.

Encore, c’était un problème d’essayer de servir plusieurs gens largement à la place de servir bien quelques personnes, une décision qui nous avons fait dans une tentative d’être plus inclusif et d’être attrayant pour nos financeurs. Les logistiques de s’arranger avec tellement d’expéditeurs était un incroyable montant de travail et nous avons bâtit des systèmes complexes pour gérer les nuances, mais ça mangeait encore beaucoup de temps et d’énergie.

Weird_Canada-Internal_Flow_Systems

Cliquez sur l’image pour voir le PDF.

Enfin, comme indiqué en ci-dessus, nos lancements ont tous inclus les boîtes de dépôt ouvertes où n’importe qui pouvait nous envoyer sa musique. L’idée, c’était d’encourager les sentiments d’inclusion et d’enthousiasme, et d’offrir la livraison gratuite pour les adoptants en premier. Malheureusement, le résultat était les boîtes de musique non filtrée, y compris la musique américaine, la musique que nous n’avions pas envie d’utiliser pour les questions d’ordre éthique (les noms de groupes misogynes et les insultes raciales dans les titres des morceaux), ainsi que la musique qui ne plaisait pas aux goûts soniques de notre communauté.

Les albums qui n’étaient pas vendus

Même avec les critères les plus sévères, en demandant seulement les articles que notre communauté adore (déduit grâce aux pages vues, l’enthousiasme des bénévoles, et les votes), parfois nous n’étions pas capable de vendre la musique. Cela a rendu tout le monde triste et déçu, et il y avait les dépenses élevées de main-d’œuvre pour nous et les dépenses élevées d’expédition pour les artistes.

Au début les ventes étaient fortes, mais elles déclinent au fil du temps, étant corrélées à nos investissements dans le marketing (la dernière hausse de vente était grâce aux grands soldes quand nous avons demandé à tous les consignataires de baisser les prix avant que nous ayons déménagé le distro à travers le pays).

Weird_Canada-Sales_Over_Time

“Les ventes”

Nous avons connu que c’était une réalité de gérer une entreprise dans le capitalisme, mais c’était quand même accablant d’envoyer des courriels à quelques uns de nos musiciens préférés de noise pour leur dire qu’ils avaient besoins de “récupérer les choses” qu’on n’a pas vendu après deux ans.

C’était tellement douloureux, renvoyer ce qui n’était pas vendu, souvent aux dépense des artistes. Il y avait l’air d’un échec personnel, et l’art dans le distro et l’art qu’on adore personnellement et pour lequel on a hâte, alors il était doublement difficile. La communauté était tellement gracieuse, mais c’était bouleversant pour nous et fiancièrement difficile pour eux.

La vision prospective

Baisser les frais administratifs

Un changement immédiat que nous faisons, c’est de réduire nos frais d’hébergement sur le Web. Nous sommes en train de déménager à un hébergement beaucoup moins cher, qui va réduire les côuts par 50 $ chaque mois. Mais il y aura des sacrifices: nous ne pouvons plus utiliser le site-web, qu’on a construit expressément pour rendre le distro transparent et orienté sur l’utilisateur.

Plus de boutiques pop-up et d’événements

Le sacrifice du site-web vaut le coup. Dans le futur, nous pouvons utiliser nos frais administratifs pour payer les nouvelles façons de promouvoir et de transporter la musique: investir dans les pop-ups, les idées créatives pour joindre plus de gens, et le petit marketing de base.

Les critères plus sévères

Nous allons rendre plus sévères les critères pour accepter les soumissions: nous allons essayer d’assurer que nous acceptons seulement la musique que nous adorons et que nous sommes sûrs de vendre. Cela veut dire que nous avons besoin de refuser beaucoup de musique, même la musique qu’on adore. Mais si nous ne pouvons la vendre, nous n’aidons personne par l’accepter.

Le financement

Dans le futur nous avons besoin de commencer la procéedure de demande de subventions avec une idée définie à propos de ce que nous avons besoin, ce que nous voulons, et ce que nous pouvons laisser tomber.

Il n’y a pas vraiment grande chose d’apprendre à propos de n’avoir pas d’argent. Plusieurs demandes de subvention éxigent qu’on trouve le financement de contrepartie, et dans une communauté où personne n’avoir d’argent (ni les festivals, ni les entreprises, ni les étiquettes, ni les artistes, ni la presse, ni les disquaires), c’est une énorme barrière. Sans complètement compromettre nos valeurs, il n’y a aucune façon facile pour trouver l’argent. Si vous trouvez un moyen, veuillez nous laisser savoir.

Les projets créatifs

Dans le future nous allons expérimenter de projets créatifs bon marché pour le marketing et la publicité. Une idée, c’est d’essayer les abonnements, organisés pour la cohérence, et envoyés régulièrement.

Bref

Gérer un distro à but non lucratif pour la musique expérimentale est tellement difficile, mais en plus enrichissant. Nous avons appris quelques choses et nous allons améliorer quelques choses.

Les remerciements

Quelques remerciements: Merci en premier aux bénévoles. Les bénévoles de Wyrd sont l’élément vital de tout cela. Merci à Phoenix, Emily, Aaron, Rachel, Kevin, Katie, Ellen, Sam, et nos stagiaires infatigables des emploi-d’été-Canada. Merci à Jenn Kitagawa pour avoir créé notre logo génial ainsi que l’illusion optique! Merci aux artistes et aux étiquettes qui vendent avec le distro. Merci à Tim pour l’aide et à FACTOR pour l’argent! Merci aux disquaires qui ont accueilli nos lancements, nos boutiques pop-up. Merci aux festivals qui nous ont permis de faire les pop-ups. Merci aux stations de radio des campus et des communautés qui ont diffusé nos publicités. Merci aux blogs et aux zines qui ont publié nos publicités. Merci aux rédacteurs bénévoles qui ont édité ce longue document. Merci à ceux que j’ai oublié de remercier et qui ont le sentiment d’être ignorés. Merci aux chatons du distro, qui nous propulsent avec leur douceur.

Weird_Canada-Your-Cassette

Nous sommes tellement reconnaissants à la communauté pour frequenter le wyrd distro depuis quelques ans, et nous avons hâte de vendre votre prochaine cassette de noise!

Marie LeBlanc Flanagan et l’équipe Wyrd

PS— Achetez un t-shirt WYRD II

New Canadiana :: Wooden Wives – Workers! Strike Down These Enemies Of Victory

Weird_Canada-WoodenWives-Workers.jpg

WIVES IS OVER. With a decade-long presence that winds throughout Saint John’s music scene, the Wooden Wives were unlikely to go out with anything but a bang as their ever-morphing, explosive presence comes to its inevitable conclusion. Despite containing mostly previously unreleased tracks, the final album from the Wooden Wives fittingly plays like a Best Of compilation, running the gamut between spoken word pieces, fast punk snippets, a cover, and long drone selections. Subverting the idea of what constitutes a song, the Wooden Wives relax the mind and energize the body. Influencing innumerable groups from the Maritimes and already splitting off to form a handful of their own exciting new projects, they are gone but hardly forgotten. Wooden Wives 2005-2015 RIP.

Le temps des WIVES est fini Avec une présence sur presque toute la scène musicale de Saint-John’s de 10 ans, il était peu plausible que les Wooden Wives n’allaient pas quitter sans frapper fort alors que leur présence explosive et toujours changeante vient à son inévitable conclusion. Malgré qu’il contient majoritairement des pistes précédemment non publiées, l’album final des Wooden Wives joue de façon appropriée comme un Best Of des compilations, dirigeant la gamme entre les fragments de mots parlés, les bribes rapides de punk, une couverture et une longue sélection de drones. Renversant l’idée de quoi constitue une chanson les Wooden Wives relaxent l’esprit et donnent de l’énergie au corps. Influençant d’innombrables groupes des Maritimes et s’étant déjà séparés pour former une poignée de leurs propres nouveaux projets excitants, ils sont partis, mais pas oubliés. Wooden Wives 2005-2015 RIP.

Wooden Wives – Gone With the Wind

Wooden Wives – Figureheads