we are northernly


New Canadiana :: Choice Grips

Monthly_Round_Up.jpg

In our ongoing pursuit to encourage, document, and connect creative expression across Canada, we cut through waves upon waves of ethereal sounds, wyld shreddery, and brooding drones. It is magnificent. Some of the best grips escape our grasping fists. We list them here:

HUT NOW : When they fix it and it looks good again I’ll be happy but until then I’m gunna be sad (HAVN Records :: Hamilton, Ontario)

Sean Luciw : Killing Time (20th Anniversary digital re-release) (Ulusulu Music :: Kamloops, British Columbia)

emo pope : self doubt (Self-Released :: St. John’s, Newfoundland)

Jal : Bum (Heretical Objects Cooperative :: Toronto, Ontario)

Pavel : [sic] (Self-Released :: Vancouver, British Columbia)

Chambers : Sigma Flare II (Debacle Records :: Vancouver, British Columbia)

sp3ct3rs : murmur (Sombre Soniks :: Greenfieldpark , Québec)

Wellington Sanipe : Lasso (Independent :: Ottawa, Ontario)

Aphni : Draft (Self-Released :: Calgary, Alberta)

Lilouette : 4 Those of U in Heaven (Self-Released :: Montreal, Québec)

Industrial Priest Overcoats : corrupt files (Napkin Records :: Vancouver, British Columbia)

Nick Alexander : Micromagnitudes (Self Release :: Sarnia, Ontario)

Charles White : Lunacy (M.I.S.T. Records :: Montréal, Québec)

Notre quête constante visant à encourager, à mettre en contact et à décrire les pratiques d’expression créatrice au Canada nous fait traverser vague après vague de sons éthérés, de shreds déchaînés et de sinistres bourdonnements; et c’est magnifique. De véritables joyaux échappent parfois à nos mains avides. Ils sont énumérés ici :

HUT NOW : When they fix it and it looks good again I’ll be happy but until then I’m gunna be sad (HAVN Records :: Hamilton, Ontario)

Sean Luciw : Killing Time (20th Anniversary digital re-release) (Ulusulu Music :: Kamloops, British Columbia)

emo pope : self doubt (Self-Released :: St. John’s, Newfoundland)

Jal : Bum (Heretical Objects Cooperative :: Toronto, Ontario)

Pavel : [sic] (Self-Released :: Vancouver, British Columbia)

Chambers : Sigma Flare II (Debacle Records :: Vancouver, British Columbia)

sp3ct3rs : murmur (Sombre Soniks :: Greenfieldpark , Québec)

Wellington Sanipe : Lasso (Independent :: Ottawa, Ontario)

Aphni : Draft (Self-Released :: Calgary, Alberta)

Lilouette : 4 Those of U in Heaven (Self-Released :: Montreal, Québec)

Industrial Priest Overcoats : corrupt files (Napkin Records :: Vancouver, British Columbia)

Nick Alexander : Micromagnitudes (Self Release :: Sarnia, Ontario)

Charles White : Lunacy (M.I.S.T. Records :: Montréal, Québec)

New Canadiana :: Sarah Davachi – Dominions

Weird_Canada-Sarah_Davachi-Dominions

Soft lulls nudge at the drone-ry of sinusoidal eupnea as electronic orchestration brings to light the staying power of a textured calm. The sonic palette is antiquated, but in being so is refined; the tools of bygone times exhumed to breathe once again, exhaling the fine tones of a mastered craft and the channeled voice of a resonant staticism. These compositions are as delicate as glass, as fragile as they are ethereal. Yet, they are elemental in their resonance; flowing structures and layered depths bridging chasms too deep to truly know.

Les tendres accalmies effleurent la drone-essence de la douceur sinusoïdale pendant que l’orchestration électronique met en lumière l’endurance d’une sérénité texturée. La palette des sons est vieillotte, mais en l’étant, elle est raffinée; on exhume les outils d’une époque revolue pour qu’ils respirent encore, en expirant les tons délicats d’un métier maîtrisé et d’une voix transmise, immuable. Ces compositions sont aussi délicates que le verre, aussi fragiles qu’éthérées. Mais, leur résonance est fondamentale; les structures fluides et les fonds superposés s’étendent sur les abîmes trop profondes pour vraiment les connaître.

Sarah Davachi – Ordinal

Sarah Davachi – Feeler

Inferred Views :: Cuchabata Records

In_Sackville_NB_Crédits_Mertin_Hoëk.jpg

Cuchabata records began approximately 25km away from the island of Montréal in a small francophone town called Salaberry-de-Valleyfield, Quebec. In the early 2000s, Valleyfield incubated a particular bout of weirdness resulting in some of the cool and unusual work featured on Cuchabata. This weirdness nurtured the strange sounds of Valleyfield native and Cuchabata founder David Dion.

Now residing in Montréal, Dion is the renaissance man organizing and operating most of this DIY dance voluntarily (and often single-handedly). He began the label, unbound by any expectations of gross success, as a means to put out his own work. Dion quickly partnered up with many like minded musicians to create a community based on spontaneity, experimentation, and DIY ethics.

We met to converse on getting started, building a community beyond the confines of monetary exchanges, and bridging the perceived void between Montréal’s francophone and anglophone art scenes.

Cuchabata_Records_Logo_Cr_édits_David_Dugas_Dion.jpg
(Illustration by: David Dugas Dion)

Why did you start Cuchabata Records in 2003, and why do you keep going? Have the reasons changed?

In the beginning I wanted to produce my own stuff. I never had an expectation of making money or signing a huge number of bands; it was mostly just for my own bands and friends who play music.

Then I moved to Montréal and became friendly with many more musicians. I was interested in producing their work because the label had turned into a community, not a business. It’s mostly about friendship. I still produce a lot of my own stuff, but I’ve also met a lot of new people and bands through the label. I want to put out bands that I think are great. Through this process, friendships grow. It’s not much more complicated than that. It’s really about passion.

What does curation mean to you when it comes to your label?

There isn’t a typical style of music on the label. There’s folk, noise, free improv, punk, etc. It’s all about my own perception, because I like all of these genres. I mostly encourage music that is not conventionally considered “easy listening,” because there are plenty of labels that produce music that’s easy to listen to. However, I’m still open to conventional rock, folk, or whatever, if it’s good and the people in the band are like-minded.

I don’t really search for new bands, simply because I’m really busy with the label. I don’t have to do a lot of searching – there is always new stuff to produce, even without bringing new people onto the label. Many people on the label have several bands. Sometimes it doesn’t work, but most of the time it does, because people know what to expect.

Once you’ve determined that a band is a good fit, how do you decide how involved you will be in their process?

When I meet a band, I tell them that I will do what I can with the time and energy that I have. They tell me their plan for the next year, and I work with them to accomplish that. I can help them with booking, touring, recording, or mixing.

Outside of the label, I work 40 hours per week in an office, plus I have the bands that I play in. I also have a life.

The bands know it’s a community, and they’re expected to participate too. I try to put the same energy into every band, but it’s easier if the band does a lot for the community by sharing on social media, mentioning the label frequently, supporting other bands on the label, and so on. There are some bands that don’t do this as readily as others.

What advice do you have for a band who has never worked with a label before? What behaviours make a band easy or desirable to work with?

Everyone can give something. If a band is searching for a certain service, an artist might connect people. If a band is coming from out of town, someone on the label might offer a place to stay. For another example, if someone in a band also writes for a publication, I can give them a tape and they will definitely write about it. Just simple things that create relationships of sharing between people.

The only thing I ask of the bands is that I am the only person who manages outreach, like newsletters and emails. We don’t want to flood people with information, so I know that if I’m the only one handling communications with media we won’t overwhelm people with our outreach. I’m the sole communicator between media and the bands, and I’m the only one who manages the label’s Facebook, Bandcamp, and newsletter.

After twelve years, it’s getting to the point where people are beginning to know who our label is, and I’m really proud of that.

Cuch_Fest_X_La_Passe_C_rédits_Mertin_Hoëk.jpg
Photo by: Mertin Hoëk

Tell me about Cuch Fest.

In 2006 the first Cuch Fest took place. At that time, the label was still operating out of Valleyfield. I didn’t plan to do it every year, but we have been doing it every year since. It’s usually at the end of the year, and it’s sort of a party to celebrate everything that we have done.

We host it in a different place every time. The first one was at a buffet restaurant in Valleyfield. Bars wouldn’t host it because patrons at the bars would think that most of our music was garbage. They wanted ACDC cover bands – the kind of thing that’s hot in Valleyfield.

Up until two years ago, it was always a one night thing.Two years ago it was two nights, and last year it was four nights. So it continues to grow.
Poster_Cuch_Fest_X_Crédits_Tommy_Johnson.jpg
(Poster by: Tommy Johnson)

What is it like working with both French and English bands in Montréal?

I think it’s a reality that sometimes there are two solitary communities. However, there are some people who are making an effort to book these nights with French and English bands together at venues like Brasserie Beaubien. At these shows, people just have to be in the same room together and they have to meet each other. At one point they find out that it’s only a language barrier and the cultural difference is not so big.

(For a cinematic exploration of the bilingual scene, you can check out the documentary Montreal Underground on Dion’s recommendation.)

What other local, DIY-style labels are you excited about?

Misery Loves Company and Talking Skull.

So, where is Cuchabata Records at now?

When I started in 2003, I had a little 4-track at home. I wanted to record my music and produce it on a CD-R to send music to labels and things. But I realized that if I’m going to produce myself, it’s cooler to have a label. I learned all of these things as I went. The first couple of years I sucked at everything. The recordings are awful and the artwork isn’t great. I think that it took a good five to seven years to make something good. I took that time to learn about doing press, booking tours, and all of that kind of stuff, and I’m still learning. It’s an ongoing process. The label is le petit train va loin: the small train doesn’t go very fast, but it goes. In regards to Cuchabata Records: right now it’s better than ever in every way.

Cuchabata Records a démarré à 25 km de l’île de Montréal approximativement, dans une petite ville francophone appelée Salaberry-de-Valleyfield, Québec. Au début des années 2000, Valleyfield a couvé une poussée de bizarrerie particulière, qui a mené à certaines des oeuvres cools et insolites parues chez Cuchabata. Cette bizarrerie a façonné les sons étranges du fondateur de Cuchabata, David Dion, un natif de Valleyfield.

Résidant maintenant à Montréal, Dion est l’homme à tout faire qui organise et opère volontairement (et le plus souvent seul) le plus gros de ce ballet DIY. Libre de toute attente de succès brut, le label a été lancé initialement comme une façon de faire paraître son propre travail. Rapidement, Dion s’est allié à d’autres musiciens partageant des affinités d’esprit, pour créer une communauté fondée sur la spontanéité, l’expérimentation et l’éthique DIY.

On s’est rencontrés pour parler de se lancer et de bâtir une communauté par-delà les limites des échanges monétaires, ainsi que de combler le fossé qui est perçu entre les scènes artistiques francophone et anglophone de Montréal.

Cuchabata_Records_Logo_Cr_édits_David_Dugas_Dion.jpg

(Photo par: David Dugas Dion)

Pourquoi as-tu lancé Cuchabata Records en 2003, et pourquoi continuer? Les raisons ont-elles changé au fil du temps?

Au début, je voulais produire mes propres affaires. Je ne me suis jamais attendu à faire de l’argent ou à signer un grand nombre de groupes; c’était surtout juste pour mes propres groupes et des amis qui jouaient de la musique.

Puis j’ai déménagé à Montréal et je me suis lié d’amitié avec encore plus de musiciens. Produire leurs oeuvres m’intéressait parce que le label était devenu une communauté, pas une entreprise. C’est surtout une question d’amitié. Je produis encore beaucoup de mes propres trucs, mais j’ai rencontré aussi un grand nombre de gens et de groupes via l’étiquette. Je veux mettre de l’avant les groupes que je trouve très bons. À travers ce processus, des amitiés se développent. C’est pas bien plus compliqué que ça. C’est une question de passion.

Qu’est-ce que la direction artistique signifie pour toi, quand il s’agit de ton label?

Il n’y a pas un style de musique typique sur le label. Il y a du folk, du noise, de l’improvisation libre, du punk, etc. Ça repose sur ma propre perception, parce que j’aime tous ces genres. J’encourage surtout la musique qui n’est pas conventionnellement considérée comme « facile d’écoute », parce qu’il y a beaucoup d’étiquettes qui produisent de la musique facile à écouter. Néanmoins, je demeure ouvert au rock et au folk conventionnels – ou autres, peu importe – pourvu que ça soit bon et qu’il y ait des affinités avec les membres du groupe.

Je ne cherche pas vraiment de nouveaux groupes, simplement parce que je suis très occupé avec le label. Je n’ai pas à faire beaucoup de recherche : il y a toujours de nouveaux trucs à produire, même sans ramener de nouveaux individus au sein du label. Plusieurs personnes sur l’étiquette ont plusieurs groupes. Parfois, ça ne fonctionne pas, mais la plupart du temps ça marche, parce que les gens savent à quoi s’attendre.

Après avoir déterminé qu’un groupe a le bon profil, comment définis-tu ton niveau d’implication dans leur travail?

Quand je rencontre un groupe, je leur dis que je ferai ce que je peux avec le temps et l’énergie que j’ai. Ils me font part de leur plan pour l’année à venir et je travaille avec eux pour qu’il s’accomplisse. Je peux les aider avec le booking, les tournées, l’enregistrement ou le mixage.

En dehors du label, je travaille 40 heures par semaine dans un bureau, en plus des groupes dans lesquels je joue. Et j’ai une vie, aussi.

Les groupes savent que c’est une communauté et qu’il est attendu qu’ils participent également. J’essaie de fournir autant d’énergie à chaque groupe, mais c’est plus facile si le groupe en fait lui-même une bonne part pour la communauté en partageant sur les réseaux sociaux, mentionnant l’étiquette fréquemment, soutenant les autres groupes du label, etc. Il y a des groupes qui ne le font pas aussi volontairement que d’autres.

Quel conseil donnerais-tu à un groupe qui n’a jamais travaillé au sein d’un label auparavant? Quels comportements rend faciles ou désirables le fait de travailler avec un groupe?

Tout le monde peut apporter quelque chose. Si un groupe est à la recherche d’un service en particulier, un des autres artistes peut s’occuper de connecter les bonnes personnes. Si un groupe n’est pas de la ville, quelqu’un sur l’étiquette peut offrir le gîte. Pour donner un autre exemple, si quelqu’un dans un des groupes écrit aussi pour une publication, je peux lui donner une cassette et il va assurément écrire là-dessus. Des choses toutes simples qui créent des relations de partage entre les individus.

L’unique chose que je demande aux groupes, c’est d’être la seule personne qui gère les communications externes, comme les bulletins d’information et les courriels. On ne veut pas inonder les gens d’information, donc si je suis le seul à manier les relations médiatiques, je sais qu’on ne surchargera personne avec nos communications. Je suis le seul intermédiaire entre les médias et les groupes et le seul qui gère la page Facebook, la page Bandcamp et le bulletin d’information du label.

Après douze ans, on en arrive au point où les gens commencent à savoir qui nous sommes en tant que label et j’en suis très fier.

Cuch_Fest_X_La_Passe_C_rédits_Mertin_Hoëk.jpg
(Photo par: Mertin Hoëk)

Parle-moi du Cuch Fest.

Le premier Cuch Fest a eu lieu en 2006. À cette époque, l’étiquette opérait encore à partir de Valleyfield. Je ne planifiais pas de le faire chaque année, mais depuis on le fait tous les ans. C’est en général vers la fin de l’année; c’est une sorte de fête qui célèbre tout ce qu’on a réalisé.

On l’organise dans un lieu différent chaque fois. Le premier était dans un buffet, à Valleyfield. Les bars ne voulaient pas l’accueillir parce que leurs propriétaires trouvaient que notre musique méritait d’être jetée aux poubelles. Ils voulaient des groupes qui font des hommages à ACDC – le genre de chose qui avait la cote à Valleyfield.

Jusqu’à il y a deux ans, c’était toujours l’affaire d’une seule soirée. Il y a deux ans, ça a été deux soirs, et l’an dernier, quatre. Donc, ça continue de croître.
Poster_Cuch_Fest_X_Crédits_Tommy_Johnson.jpg
(Affiche par: Tommy Johnson)

C’est comment de travailler avec des groupes autant francophones qu’anglophones à Montréal?

Je pense que c’est bien une réalité, qu’il y a parfois deux communautés solitaires. Il y a toutefois certaines personnes qui s’efforcent d’organiser des soirées avec des groupes francophones et anglophones ensemble, dans des salles comme la Brasserie Beaubien. Dans ces concerts, les gens doivent partager la salle et se rencontrer. À un certain point, ils se rendent compte que ce n’est qu’une barrière linguistique et que la différence culturelle n’est pas si grande.

(Pour une exploration cinématographique de la scène bilingue, Dion vous recommande de jeter un coup d’oeil au documentaire Montreal Underground.)

Quels autres labels locaux de style « DIY » t’enthousiasment?

Misery Loves Company et Talking Skull.

Avec tout ça, où en est Cuchabata Records en ce moment?

Quand j’ai commencé en 2003, j’avais un petit « 4-track » à la maison. Je voulais enregistrer ma musique et la produire sur CD-R, pour envoyer de la musique à des labels, ce genre de choses. Mais j’ai réalisé que si j’allais m’autoproduire, c’était plus cool d’avoir mon label. Les premières années, j’étais nul dans tout. Les enregistrements sont terribles et le graphisme, pas génial. Je pense que ça a pris un bon cinq à sept ans avant de faire quelque chose de bien. J’ai pris ce temps pour apprendre à gérer les relations de presse, organiser des tournées, tout ce genre de trucs, et j’apprends encore. C’est un processus continu. Notre label est un petit train qui va loin : le petit train ne roule pas très vite, mais il roule. En ce qui concerne Cuchabata : c’est mieux que jamais, en ce moment, sur tous les plans.

Festivities :: OBEY Convention IX

obeyconvention.jpg

Harsh walls of noise overpower us, bodies shaking, our bones drummed upon. A mad dog howls, snarling… gyrating to the off kilter, out of control beats. We are spiraling in all directions at once, inhabiting this space, reclaimed momentarily each year.

A swarm of drones descends upon the city. The murky harbour washing ashore punks, jazzers, and weirdos from every depth.

Swirling together in this pool, we OBEY. We give over to the noise as it envelops us, and cradling us reminds us that we have a place. Together in this space, our minds and ideas are freed.

catherinecolas.jpg
“I think it is a special thing to have a festival that can truly disturb your routine, and shake up your mind, as well as offer you an opportunity to support local experimental acts [and] offer a rare taste of faraway music.” – Catherine Colas (Carmen)

 

nadja.jpg
“I’m super, super happy that this was able to happen – it came together and I’m really happy to be here.” – Leah Buckareff (Nadja)

 

marie.jpg
“I had a really good time, actually. I guess I had some stuff to let out and people seemed to be very into it, so it’s great. It’s nice to see people dancing. This is a great festival.” – Marie Davidson

 

sarahdavachi.jpg
“It’s nice to play in spaces that are meant for listening, with audiences that actually want to listen.” – Sarah Davachi

 

lungbutter.jpg
“It was really cool to open for Zs – we were really excited for this.” – Grace Brooks (Shining Wizard, Lung Butter)

 

Weird_Canada-Eddy-OBEY_Convention.png
“I spent the last 4 days just crying.” – Nick Dourado (Eddy, xxvii, Century Egg)

De durs murs de son nous conquièrent, nos corps tremblent alors que nos os se font tambouriner. Un chien fou hurle, grogne… tournoi sur une fausse note, sur des battements hors de contrôle. Nous volons en spirale dans toutes les directions à la fois, habitant cette espace, momentanément réclamés chaque année. Un essaim de drones descendent sur la ville. Le port boueux s’échouant sur les rives en prenant des punks, des jazzers et des weirdos de toutes les profondeurs.

Tournant ensemble dans cette piscine, nous obéissons (OBEY). Nous nous abandonnons au bruit alors qu’il nous enveloppe et nous berce, nous rappelant que nous avons une place. Ensemble dans cet espace, nos esprits et nos idées sont libérés.

catherinecolas.jpg
­« Je pense que c’est une chose spéciale d’avoir un festival qui peut vraiment déranger votre routine et brasser votre esprit et vous offrir une opportunité de soutenir des performances expérimentales locales et offrir une opportunité rare d’écouter une musique lointaine. » -Catherine Colas (Carmen)

nadja.jpg
« Je suis super, super contente que ceci fût en mesure d’arriver- Tout a pris forme et je suis réellement contente d’être ici. » -Leah Buckareff (Nadja)

marie.jpg
« J’ai vraiment passé du bon temps, en fait. J’imagine que j’avais des trucs à laisser sortir et les gens semblent aimer ça, c’est génial. C’est bien de voir des gens danser. C’est un super festival. » -Marie Davidson

sarahdavachi.jpg
« C’est bien de jouer dans des espaces faites pour écouter avec un public qui veut réellement écouter. » – Sarah Davachi

lungbutter.jpg
« C’était vraiment cool d’ouvrir pour Zs- Nous étions vraiment excités pour ça. » – Grace Brooks (Shining Wizard, Lung Butter)

Weird_Canada-Eddy-OBEY_Convention.png
« J’ai passé les quatre derniers jours à simplement pleurer.’’ – Nick Dourado (Eddy, xxvii, Century Egg)

Celebrations :: Kazoo Fest 2016

KazooFestHeader.jpg

I travelled to Kazoo Fest in Guelph this year, arriving Thursday evening and staying til Sunday. I attended performances in vintage stores, cafes, art galleries, churches & even the ring at TNT Boxing. The range of musical acts, often paired with hypnotizing visuals took me to another world.

Zones_at_Silence.jpg
Zones at Silence (photo)
Zones played a melodic and colourful set at Silence.

Cris_Derksen.jpg
Cris Derksen (illustration)
Cris Derksen’s dramatic and varied performance vibrated through Heritage Hall.

Keita_Juma_at_TNT_Boxing.jpg
Keita Juma at TNT Boxing (photo)
Keita Juma got the crowd leaping at TNT Boxing.

Cold_On_Pluto.jpg
Cold on Pluto (illustration)
Cold on Pluto made us nod our heads in unison as they played their afternoon set at Take Time Vintage.

Bart_at_Outpost_Vintage.jpg
Bart at Outpost Vintage
Bart brought love, playing an upbeat surprise show at Outpost Vintage.

The weather was harsh, but each venue was bursting with creative warmth. The community came together, and its volunteers made the fest run smooth from start to finish. The pancake breakfast at Boarding House on Sunday morning was a chance to reminisce on the weekend’s events, sipping coffee in the laid back atmosphere filled with musicians and artists.

J’ai voyagé à Kazoo Fest à Guelph cette année, en restant de jeudi jusqu’à dimanche. J’ai assisté aux concerts dans les friperies, les cafés, les musées d’art, les églises et même le ring de boxe TNT. La variété des numéros, souvent assortie aux visuels hypnotisants, m’a ébloui.

Zones_at_Silence.jpg
Zones à Silence
Zones a joué une prestation mélodique et colorée à Silence.

Cris_Derksen.jpg

Cris Derksen (illustration)
Le concert dramatique et varié de Cris Dersken a vibré tout au long de Heritage Hall.Keita_Juma_at_TNT_Boxing.jpg
Keita Juma à TNT Boxing (photo)
Keita Juma a stimulé la foule à TNT Boxing.Cold_On_Pluto.jpg
Cold on Pluto (illustration)
Cold on Pluto nous a fait hocher la tête à l’unisson pendant qu’ils jouaient leur prestation d’après-midi à Take Time Vintage.

 Bart_at_Outpost_Vintage.jpg
Bart à Outpost Vintage
Bart a amené de l’amour, en jouant une spectacle surprise et optimiste à Outpost Vintage.

Il faisait mauvais temps, mais chaque lieu se remplissait de la chaleur créative. La communauté s’est unie, et le festival s’est bien passé du début jusqu’à la fin grâce aux bénévoles. Le déjeuner des pancakes à Boarding House dimanche matin était notre chance de raconter des souvenirs des événements du weekend, en sirotant des cafés dans l’ambiance décontractée, avec les musiciens et les artistes qui nous entouraient.