we are northernly


New Canadiana :: ROW – Strachan

ROW - Strachan

The trail forged by London’s pastoral hymn leaders now finds itself submerged under the smog-laden skies of Toronto, as 2/5ths of the group start up their new imprint with this album of disarmingly mellow instrumentals. As a duo, the sounds crafted by Kevin Cahill and Cheryl Fraser place an emphasis on the more fragile and ambient elements of their compositions, carrying a heightened awareness of each incoming sound. Empty spaces are either filled with reverberation or the remnants of a morning daydream. The glass ceiling in our mind opens up just as the clouds decide to let themselves go. We can feel the precipitating sound as we’re soaked with synesthesia. Accompanying notes trickle out at a pace set by a human clock, pressing comfort on our ills and washing the stress out from the storm. Grip gently.

Le chemin forgé par les leaders des hymnes pastoraux de London se retrouve présentement immergé sous le ciel rempli de smog de Toronto pendant que ⅖ du groupe forme sa nouvelle empreinte avec cet album de morceaux instrumentaux d’une douceur désarmante. Les sons créés par Kevin Cahill et Cheryl Fraser, qui forment désormais un duo, mettent l’accent sur les éléments plus fragiles et plus ambiants de leurs compositions, et portent une attention plus pointue à chaque son émis. Les espaces vides sont remplis soit avec des réverbérations, soit avec les restes d’une rêverie matinale. Le glass ceiling s’ouvre dans notre esprit pendant que les nuages décident de se laisser aller. Nous pouvons sentir le son précipité alors que nous sommes trempés de synesthésie. Les notes qui accompagnent s’égouttent à un rythme créé par l’horloge humaine, offrant du confort à nos maux et éliminant le stress de l’orage. À saisir doucement.


ROW – Tinier Than Description


ROW – Sighted Echo

New Canadiana :: These Estates – The Dignity of Man

These Estates - The Dignity of ManThese Estates - The Dignity of Man

Wielding cuneiform riffage from the bowels of the prairie surge, Regina’s These Estates stomp thunderclaps to the sound of calamity at the foot of a stage; misandric lullabies for those thundered enough to care. Reckonings of a Pavement-esque ethos catapult these crystalline blemishes into the late evenings of scratched and raspy porcelain vagaries, where the phonics of sound for the sake of sound make deafening sense. As the rulers of slowcore driveway-drownage, These Estates spin their sonorous spools in the colours of torn skies and rolling asphalt.

En brandissant du « riffage » cunéiforme des entrailles de l’élan des prairies, These Estates, de Regina, marchent d’un pas lourd comme le tonnerre au son de la calamité au pied de la scène; des berceuses misandriques pour ceux qui se sentent suffisament concernés. Des estimations d’une philosophie de genre Pavement catapultent ces imperfections de cristaux vers des soirées tardives remplies de caprices de porcelaine égratinée et râpeuse, lors desquelles la phonétique de son dans l’intérêt du son est une bonne idée assourdissante. Comme chefs de noyade lente dans la voie privée, These Estates tournent leurs bobines sonores dans les couleurs de ciels déchirés et d’asphalte déferlant.


These Estates – Stone Cold Summer


These Estates – Highway 11 Theme

New Canadiana :: The Beverleys – The Beverleys EP

The Beverleys - The Beverleys EP

Buzz Records’ winning streak continues with this crucial three-song EP. The Henry’s Dress-style blown-out mucky low-end is kinda miraculous given that the trio doesn’t even feature bass (not even one!). Gush to your inner Warped Tour teen about the return of the much-missed boozy Brody Dalle snarl on “Bad Company”, and rejoice that “Dream” reclaims the epic mode of punk songcraft from the legions of post-Tim bozo phonies. Driven by that hardcore sprint, the pit-ready “This Is Not A Union” is an alternative history of grunge in which the ones who like to sing along and like to shoot their guns didn’t win out. If you haven’t had enough, don’t miss their cover of a TO classic.

La série de succès de Buzz Records continue avec cet essentiel EP de trois chansons. L’explosion crasseuse bas de gamme dans le style de Henry’s Dress est plutôt miraculeuse puisque le trio n’utilise pas de basse (même pas une seule!). Extasiez-vous sur le retour du grognement bien arrosé à la Brody Dalle qui vous a tant manqué avec votre adolescent intérieur pendant « Bad Company », et réjouissez-vous que « Dream » récupère l’art épique de la chanson punk auprès des légions d’imposteurs post-Tim. Poussée par ce sprint hardcore et prête pour la fosse, la chanson « This Is Not A Union » est l’histoire alternative du grunge, dans laquelle ceux qui aiment chanter en choeur et ceux qui aiment tirer leurs fusils ne triomphent pas. Si ce n’est pas assez pour vous, ne manquez pas leur cover d’un classique de Toronto.

The Beverleys – Dreams

The Beverleys – Bad Company

New Canadiana :: Archery Guild – Manitòk

Archery_Guild_front-web

Dream sequences hint at things hidden and mythical from our collective memories, experiences that we can all understand even if they’re hard to explain. Michael Cota is adept at allegory, able to coax meaning from the music and texts on this album. What this means is that Manitòk’s oblique narrative is fully realized and succinctly fleshed out by his multi-tasking band mates. Like the guiding northern star of a boreal night, these sound-stories remain a beacon for campfire vigils. An Algonquin homeric epic-in-miniature, well worth a spin while on your settee.

Les séquences de rêves font allusion aux choses cachées et mythiques de nos mémoires collectives, des expériences que nous pouvons tous comprendre malgré le fait qu’elles soient difficiles à expliquer. Michael Cota est un adepte des allégories et capable d’amadouer une signification par la musique et les textes de cet album. Cela veut dire que la narration oblique de Manitòk est tout à fait accomplie et étoffée de manière concise par ses copains de groupe qui font plusieurs choses à la fois. Tout comme l’étoile du Nord qui guide dans la nuit d’une aurore boréale, ces histoires en sons restent le signal pour les veilles de feu de camp. Un Algonquin homérique, grandiose en miniature, qui vaut bien la peine d’être écouté sur votre canapé.

Archery Guild – Blood Comfort

Archery Guild – Meadow

New Canadiana :: Flash Palace – Ceiling All

Flash Palace - Ceiling All

Warm-wave syncopation and ambient washery commix at the point where petrichor becomes mistaken for the redolence of dream-smoke delirium. Soft echoes bounce off swaying arms symptomatic of space seekers gathering en masse; dirigible minds at the confluence of arteries where grey areas expand between the here and there. These tepid waters lap against the granulated microcosms of brain-gelled banks as cranial overstimulation pushes us further into the deepening depths of calm-Kraut while the impressible features of cotton-soft cataclysms are worn as guards against mechanosensation-al listlessness.

Des syncopes fiévreuses et des vagues ambiantes se rencontrent là où l’on confond le petrichor avec l’odeur d’un délire aux contours oniriques. De doux échos rebondissent sur des bras qui ondulent, un symptôme de ces grands rassemblements où se réunissent ceux qui [recherchent l’espace(http://weirdcanada.com/2014/03/new-canadiana-each-other-being-elastic/). Des esprits dirigeables là où les artères se croisent, là où les zones grises se dilatent entre ici et là-bas. Ces eaux tièdes lapent les grèves gélatineuses de microcosmes granuleux, alors que le surplus de stimulations crâniennes nous pousse plus loin dans les profondeurs profondes du calm-Kraut, pendant que les particularités impressionnables de cataclysmes doux comme du coton sont portées comme des armures contre la lassitude mécanique des sens.

Flash Palace – Some Set Sun

Flash Palace – Uoi