Tag: wizards

New Canadiana :: surely i come quickly – lost reverie

Surely_I_Come_Quickly_–_Lost_Reverie-web

Saticism. Slow change and the gradual unveiling of drones as ambient bombs of eupnea. How we hail to the delimiting space between the sky and inverted pyramids, diaphragms in our chests; to call to and fall from the highest plains of subdued monochromia. Eidolic palimpsests, structures whose forms are omnipresent, yet with echoes all their own; to call to and emerge from the deep inhalations of the ever-deepening lull. Slowly, surely, eventually it all comes together. Static skins and our friction; forever.

Statisme. Lente progression et dévoilement graduel de drones en guise de pulvérisateurs d’ambiance en eupnée. Comme nous adressons un révérenciel salut à l’espace confiné entre le ciel et les pyramides inversées, le diaphragme sous nos côtes s’élève et retombe des plus hautes plaines d’une monochromie délayée. Palimpsestes évanescents, structures aux formes omniprésentes dont les échos respectifs sollicitent et s’éveillent des inhalations profondes du gouffre sommeillant. Lentement, sûrement, éventuellement, le tout se rejoint en un point. Statiques, peau contre peau, à jamais.

surely i come quickly – genevieve

surely i come quickly – nahanni

New Canadiana :: Wizards // The Faps – Split

Wizards // The FAPS - Split

Wizards trade their surfboards for Sabbathisms, asserting themselves among Saskatoon’s lysergic lineage. On this incense-soaked slow burner, the bridge city fivesome orchestrate a grain-bin séance, conjuring some formless colossus of yore. Ex-Moose Javians the FAPS fill their side with the frenetic kenetics and ramshackle shout-sermons they do best. “Atrophy Wife” does some time in a 6/4 schizo-shuffle before busting out into a fuzz-fueled yelling match. On “IWBSTAR”, the blues makes nice with noise-rock like Grinderman with a touch of ADHD. Grip these Saskatunez before it’s too late.

Les Wizards se font une place dans le patrimoine lysergique de Saskatoon en échangeant leurs planches de surf pour des sabbathismes. Avec ce succès en devenir, le quintette de Bridge City orchestre une séance-silo, évoquant un colosse de jadis sans forme. Pour leur part, les FAPS, d’anciens Moose-Javiens, font ce qu’ils font le mieux : cinétique frénétique et sermons fragiles à vive voix sont au menu. « Atrophy Wife » débute avec un rythme 6/4 schizophréné avant de s’engager dans une partie de gueulage pleine de distorsions. Dans « IWBSTAR », les blues vont bien avec le noise rock à la Grinderman avec un brin de TDAH. Mettez la main sur ces Saskatounes avant qu’il ne soit trop tard.


Wizards – Karma


The FAPS – IWBSTAR

Doggy heaven.

Crazy Ocean - Rad Cliff

There is a subtle brilliance to Crazy Ocean’s cassette debut. Firstly, the pop sensibilities are entombed in their unique magi-distortion and spread into a cosmic psychedelic soundscape, buttering your crispy whole-wheat cassette deck. Secondly, the vocal-hollering, blistering bass lines, and general-chaos seem to coalesce into a chromed middle-earth anthem; if middle earth existed in space and was built with lazers. You see? It’s the perfect combination of the digital-future and our psychedelic past. Imagine wizards writing FORTRAN and troglodytes high-fiving Kool Keith while driving space cadillacs and you have their live show. Except that’s obviously a lie. Because they’re human. And brilliant. More! More! More!

Crazy Ocean – Vampire

Crazy Ocean – Step As The Breeze

Il y a une brillance subtile dans les débuts de la cassette de Crazy Ocean. Premièrement, les susceptibilités sont enterrées dans leur unique magi-distorsion et étalé dans un paysage de sons psychédéliques beurrant votre croustillante cassette de grains entiers. Deuxièmement,le braillement vocal, les intenses lignes de basse et le chaos général semblent se fondre dans un hymne de la Terre du Milieu; si la Terre du Milieu existait dans l’espace et était bâtit avec des lasers. Vous voyez? C’est la combinaison parfaite d’un future digital et notre passé psychédélique. Imaginez des sorciers écrivant FORTRAN et des troglodytes faisant des ‘top-là’ avec Kool Keith pendant que des Cadillacs de l’espace et vous avez votre spectacle en direct. Excepté que c’est évidement un mensonge. Parce qu’ils sont humains. Et brillant. Plus! Plus! Plus!

Crazy Ocean – Vampire

Crazy Ocean – Step As The Breeze