Tag: weird

New Canadiana :: Dorothea Paas – A Thirst

Dorothea Paas - A Thirst

Kingston’s enchanted waters have overflown and revealed another gem in the stream. Fuzzy channels have opened up and let sweet melodies filter through the bedrock. A tape found by the shore guides the way to a relaxing state known only as the end of the mind. The fluttering voice of Dorothea Paas acts like anesthesia as daylight is pushed out by memories emerging from cerebral dust. Pastoral zones are quick to shift back and forth between dreams of broken strings and damaged drum kits jostled by a pair of hands trying to awaken the dormant body. Unwind and immerse yourself in this dream map.

Les eaux enchantées de Kingston sont sorties de leur lit et ont révélé une nouvelle merveille. Des canaux flous se sont ouverts et ont laissé de douces mélodies filtrer à travers le substrat rocheux. Une cassette trouvée près de la rive nous guide vers un état de relaxation seulement connu comme la fin de l’esprit. La voix papillonnante de Dorothea Paas agit comme un anesthésique alors que la lumière du jour est expulsée par des souvenirs émergeant de la poussière cérébrale. Les zones champêtres se déplacent rapidement d’avant en arrière entre les rêves de cordes brisées et de batteries abîmées malmenées par une paire de mains qui essaie de réveiller le corps endormi. Détendez-vous et plongez dans ce rêve à l’autre bout du monde.

Dorothea Paas – A Thirst

Dorothea Paas – Meaningless

New Canadiana :: Various Artists – Funeral at a Meth Lab

Various Artists - Funeral at a Meth Lab

As someone who came up discovering Toronto’s music scene from a distance, Offerings has been one of the most crucial publications I’ve encountered in recent years. This 18-song compilation is a glimpse into the amazing community that has been supported and celebrated in their hallowed pages. Coming off as a dream lineup for the next Wyrd Fest, this tape could also double as the Solaris Top 40. The comp sees some familiar faces rise out from the woodwork armed with potent new jams that fit in perfectly with the already golden hits that are on here. Mutant punk meets mutant concrète, while soul meditations groove alongside kosmische explorations. Rumour has it you can even hear a bonus cut from the Ford Noise Tape if you listen closely. Is this what they play after hours at the Eaton Centre?

J’ai découvert la scène musicale de Toronto à distance et je dois dire qu’Offerings a été l’une des publications les plus cruciales que j’ai découvertes ces dernières années. Cette compilation de 18 chansons donne un aperçu de la formidable communauté qui a été soutenue et célébrée dans les pages bénies de cette publication. Cela ressemble à une programmation de rêve pour la prochaine édition du Wyrd Fest, mais cela pourrait tout aussi bien servir de Solaris Top 40. On trouve sur cette compilation aussi bien des têtes connues qui surgissent d’un peu partout que des nouveaux venus très convaincants qui cadrent parfaitement avec les titres à succès présents ici. À la croisée du punk mutant et de Mutant Concrète, les méditations soul côtoient les explorations cosmiques. Il paraît qu’en tendant l’oreille on peut même entendre un extrait de la fameuse cassette de Ford. C’est ça qu’ils passent au Centre Eaton après la fermeture?

Tenderness – Orphans Howling in the Wild

Isla Craig – Flute Song

Wasted Nymph – Dancer

New Canadiana :: Various Artists – Perdu dans l’abysse

Various Artists - Perdu dans l’abysse

What happens when two of the most productive entities in Canada team up? They go down to the abyss on the edge of the known world. Taking cues from the James Cameron film with aliens coming from beneath for a change, they make a detour from their trail of galactical altitude. The companions of Jeunesse Cosmique stop by La Cohu for a submarine ramble, trading their spacesuits for scubas. Past a certain depth, beyond conventional human conceptions and away from any stellar ray, this is a space odyssey the other way round into Neptune. Resting in deep ambience, altered heaviness, forgotten gravities. Hazy Montagne Mystique dip our stars’ dust in the water to depths where the sun can’t reach. YlangYlang makes us dance in analgesy until there’s no up or down anymore. Velvet Glacier distort us our minds with enunciations and killer vibes. Téléphone Maison touches the bottom to take its pulse, as we briefly see what it is to be the other. Makes me want to see the movie.

Que se passe-t-il quand deux des entités les plus productives du Canada font équipe ? Ils descendent dans l’abysse aux frontières du monde connu. Prenant son inspiration du film de James Cameron avec les aliens venant des profondeurs pour changer, ils font un détour de leur chemin d’altitude galactique. Les compères de Jeunesse Cosmique passent chez La Cohu pour un petit tour en sous-marin et troquent leurs combinaisons spatiales pour des scaphandres. Passé une certaine profondeur, au-delà des conceptions humaines convenues , loin de tout rayon stellaire, une odyssée de l’espace dans l’autre sens direction Neptune. Ambiances reposantes et profondes, pesanteur altérée, gravité oubliée. Hazy Montagne Mystique propage notre poussière d’étoiles sous l’eau jusqu’aux profondeurs où le soleil n’éclaire plus. YlangYlang nous fait valser en analgésie et nous fais oublier haut et bas. Velvet Glacier va ensuite distordre nos esprits en énonciations et en vibrations qui tuent. Téléphone Maison touche le plancher abyssal pour prendre son pouls, tandis qu’on entrevoie le fait de devenir l’autre. Ça donne envie de voir le film.

Velvet Glacier – L’unique (Remix pour Marie Davidson)

Téléphone Maison – Au chevet des profondeurs

New Canadiana :: The Riderless – Sung High Mast

The Riderless - Sung High Mast

An autumn sunset peers in through the windows and onto the stable of instruments set out by the fire. Forest hymns cut through the rustling hush of the mountains as the repeating patterns entrance the eavesdropping fauna. The skin of each drum trembles as the wind outside picks ups strength, carrying nature’s debris to resting places amongst shards of glass and discarded cans. Conversing notes stay deep in their discussion as they weave together an acoustic drone with patience and virtuosity. Seasons elapse into the subconscious without notice. No need to look outside, the cycle will run its course.

Le soleil couchant d’automne perce à travers les carreaux et se reflète sur les instruments disposés près du feu. Les hymnes de la forêt transpercent le murmure silencieux des montagnes alors que les motifs récurrents ravissent la faune venue écouter discrètement. La peau de chaque tambour tremble à mesure que dehors le vent se renforce, transportant les débris de la nature vers des aires de repos au beau milieu des tessons de verre et des vieilles boîtes de conserve. Le dialogue des notes se poursuit et, avec patience et virtuosité, celles-ci se mettent à tisser un drone acoustique. Sans prévenir, les saisons s’écoulent dans le subconscient. Inutile de regarder à l’extérieur, le cycle suivra son cours.

The Riderless – A Prized Gather

The Riderless – Hymn Interii

New Canadiana :: Moves – Tape

Moves - Tape

From B-52s-ish weirdo pop (“Let’s Go”, “Take Me”) to Paul Simon-esque acoustic numbers (“A Little Longer”, “Senseless”, “Call Each Other Love”) with a short garage-rock banger in the middle (“Do You Know What It Is I Want”), Toronto’s Joseph Organ isn’t scared to wear his heart, or influences, on his sleeve. This type of obvious contrast in song writing and delivery might not work on an LP, but on this six-song cassette it’s refreshing and leaves me excited to see which direction will win the tug-of-war for the next Moves release.

Depuis la pop étrange qui rappelle B-52s (« Let’s Go », « Take Me » ), jusqu’aux morceaux acoustiques à la Paul Simon (« A Little Longer », « Senseless », « Call Each Other Love »), avec un pétard garage-rock au milieu (« Do You Know What It Is I Want »), Joseph Organ de Toronto n’a pas peur de se montrer vulnérable et de nous montrer ses influences. Ce genre de contraste flagrant entre la composition des chansons et le débit ne marcherait peut-être pas sur un album complet, mais sur cette cassette de six chansons, c’est rafraîchissant et ça me rend impatient de voir quelle direction gagnera le tir à la corde pour la prochaine parution de Moves.

Moves – A Little Longer

Moves – Take Me

New Canadiana :: Bile Sister // Wolfcow – Split Tape

Bile Sister // Wolfcow - Split Tape

This luxurious 90-minute split is a trip through catchy nihilist (punk) power-pop, flippant DIY expression, two awesome senses of humour and a synth/pedal effects sci-fi party. Up first, Bile Sister’s side jams juicy bouncing beats against a robotic hi-NRG voice, eerie I-don’t-care-about-the-world synths and constant but subtle distortion to create a sugar-rush addiction; the body is moving strangely, the brain is filled with fizz candies. Listening to short, smashed up earworms like “Mock Sin” and long, trippy synth jams like “Sustained Preventative Medicinal Penetration (Long Version)” feels like chilling in her living room while she’s experiencing a crazy inspiration wave. Meanwhile, the gang of teenage street kids in the first TMNT movie would love Wolfcow’s side. It’s rebellious, lo-fi, inventive, fast-paced and wild, oscilliating between harsh punk-pop, experimental electroclash sequences and strangely smooth synth-layered moments. The voices are buried in effects, while the whole is wrapped in crunchy saturated sound. These guys seem to channel a raw and unpredictable Residents vibe, or Caroliner with a touch of Les Georges Leningrad. All in all, this split activates the production of endorphins, like running a marathon or spending four hours in a Lazer Quest.

Ce luxuriant split de 90 minutes est un voyage powerpop(punk) nihiliste (mais) entrainant, un party sci-fi de synthés et de pédales à effets roulés dans la désinvolture DIY et l’humour désopilant. Tout d’abord, Bile Sister jamme sur de bons gros rythmes gras surplombés par la voix énergique d’une déesse robotique, de sinistres synthés je-me-fous-du-monde-entier et une subtile mais omniprésente distorsion à vous rendre accroc. Le cerveau rempli de bonbons Fizz, le corps danse en se tortillant nonchalamment. En écoutant ces courts hits fracassés (« Mock Sin ») et ces longs périples de synthés hypnotiques (« Sustained Preventative Medicinal Penetration (Long Version) »), on se croirait évachés dans le salon de l’artiste alors que déferle sur elle une vague d’inspiration déjantée. Pendant ce temps, les enfants de la rue du premier film des Tortues Ninjas écouteraient sûrement dans leur baladeur le côté de Wolfcow. Rebelle, lo-fi, inventif, rapide et sauvage, le tout oscille entre un punk-pop corrosif, des moments d’expérimentation électroclash et d’étranges séquences de synthétiseurs planants. Les voix baignent dans les effets et la saturation grésillante. Ces deux-là semblent canaliser une atmosphère crue et imprévisible à la Residents, un peu de Caroliner et une touche de Georges Leningrad. En somme, ce split active la production d’endorphines, tout comme courir un marathon ou passer quatre heures dans un Lazer Quest.

Wolfcow – Whatever’s Hovering Above Me

Bile Sister – Miel Sanglant

New Canadiana :: Margret – You’re Weird

Margret - You're Weird

Perhaps it was you, the invisible finger hooked in our belt loop, suspending us for no more than a blink at our downswing on the swing set. Or were you the antique bellows working hard to knit together sparks that would yield for us, a fire to share? Could it be that you are the impossible plume of smoke that hangs in the cold night air as we toke under none light but the moon and stars? We could identify you as the leisured amble to Nowhere, while at the same time it is painfully clear that you are the Nowhere. You’re odd; lost in the light. You’re strange; unmissable in the foggy dark. You’ve made us comfortable with not knowing, but also set us at ease with our new favourite feeling: Anticipation. You used to be darker, then you got lighter, then you got dark again. You’re weird, Margret, and we love you.

C’était peut-être toi, le doigt invisible accroché à notre boucle de ceinture, nous suspendant le temps d’un clignement des yeux à notre descente sur la balançoire. Ou bien étais-tu le soufflet antique travaillant fort pour unir des étincelles qui cèderaient la place à un feu à partager ? Serais-tu la colonne de fumée impossible qui flotte dans l’air froid nocturne alors que nous prenons une bouffée à la seule lumière de la lune et des étoiles ? Nous pourrions t’identifier comme étant la promenade vers Nulle part, bien qu’il soit en même temps douloureusement clair que tu es ce Nulle part. Tu es bizarre; perdue dans la lumière. Tu es étrange; inratable dans la noirceur brumeuse. Tu nous as mis à l’aise avec le fait de ne pas savoir, mais tu nous as aussi mis à l’aise avec notre nouveau sentiment favori : l’Anticipation. Tu étais plus sombre, tu es devenue plus clair et tu es devenue sombre à nouveau. Tu es étrange Margret, et nous t’aimons.

Margret – About Midday

Margret – Disorientation

New Canadiana :: V. Vecker Ensemble – In The Tower

V. Vecker Ensemble - In The Tower

No stone is left unturned in this dark and epic transmutation led by Vancouver’s Keith Wecker. A haunting and timeless approach to a fully formed aesthetic comes to life with a pulse and many heads. True visionaries and boundary pushers are few and far between. Enter V. Vecker Ensemble.

Rien n’est laissé pour compte dans cette sombre transmutation épique dirigée par le vancouvérois Keith Wecker. Lancinante et intemporelle, son approche esthétique portée à maturité prend vie avec un pouls et plusieurs têtes. Les vrais visionnaires et les êtres qui transcendent les fontières sont loin d’être nombreux. Découvrez le V. Vecker Ensemble.

V. Vecker Ensemble – In The Tower (Side A)

New Canadiana :: Scattered Clouds – Scattered Clouds

Scattered Clouds - Scattered Clouds

Like some rogue spirit navigating the crooked limbs and moss-ridden floor of the forest behind your house, Scattered Clouds linger hauntingly. The beauty of their music is cast in a furtive haze undermining the pop incantations overshadowed by morose instrumentation. These songs are dark and startlingly cathartic, as if bound to some bygone adage asserting that brightness comes with the dark, that heavy hearts are made light by the purging of concrete emotion, and that comfort is found in the dark recesses of bedroom corners and cold closets. With their self-titled EP, Scattered Clouds have created a heaviness that is remarkably self-limiting, lessening its darkness as one becomes familiar with (and increasingly awestruck by) the effortless breadth of their macabre tonality.

Comme un esprit solitaire qui se fraye un chemin à travers les branches tordues et le sol recouvert de mousse de la forêt derrière la maison, Scattered Clouds persiste de façon troublante. La beauté de leur musique est projetée dans un brouillard furtif qui affaiblit les incantations pop éclipsées par des instrumentations moroses. Ce sont des chansons sombres et étonnamment cathartiques, comme si elles étaient liées par un adage ancien selon lequel la lumière vient avec la noirceur, les cœurs en peine sont allégés par la purgation d’émotions réelles, et le confort se retrouve dans les recoins obscurs des chambres à coucher et dans les placards froids. Avec leur album éponyme, Scattered Clouds ont créé une lourdeur remarquablement restreinte, qui diminue à mesure que l’on apprend à connaître et à apprécier l’ampleur de leur tonalité macabre.

Scattered Clouds – Paragone

Scattered Clouds – Charismatic, self-indulgent, self-obsessed

New Canadiana :: Bile Sister – Octant Brim

Bile_Sister-web.jpg

Bile Sister has opened the doors to a dream discotheque on an industrial island. This bizarro world Ibiza welcomes harsh noise DJ sets with eager glow sticks. Mesmerizing vocals teleport listeners to junkyard daydreams and psychedelic nightmares. Deep beets guide the dancers amidst a sea of vibrant holograms. The all night rave is a draining process, yet a return trip promises the fastest road back to rejuvenation. Get to the dancefloor.

Bile Sister ouvre la porte sur une discothèque de rêve campée à Industrial Island. Ce monde bizarroïde d’Ibiza accueille les sons grinçants des platines de DJ, dans l’anticipation illuminée de tubes phosphorescents. Envoutante, la voix téléporte les mélomanes dans une rêverie de ferraille et vers des cauchemars psychédéliques. « Deep Beet » guide la danse au creux d’une mer vibrante d’hologrammes. La fête nocturne est un processus drainant, mais le voyage de retour promet un prompt ravitaillement. Rendez-vous sur la piste de danse.

Bile Sister – Deep Beet

Bile Sister – Shoe Soul