Tag: walrus

New Canadiana :: Walrus – Glam Returns

Walrus - Glam Returns

The East again beckons the distinguished reverie of post-altitudinous apperception. With Glam Returns, Halifax’s mammalian high-risers render bounty unto the absenteeistic self-amity of those locked to the rhetoric-turned-chime of generations past. As a cannonade expounding the glorious return of acidulously spaced-out time-travel, this release heralds a return to the multi-dimensionality of the melting divides and superfluous colour-dreams of self-conceived introspection. Glam Returns in fine form, and psych-folk has again coalesced into that which is hypnotic.

Une fois encore, l’Est attire notre attention sur ses rêveries distinguées à l’aperception post-himalayenne. Avec Glam Returns, les lits gigognes mammaliens de Halifax nous offrent leur générosité sous la forme de l’auto-amitié absentéiste de ceux qui sont prisonniers d’une rhétorique au goût de carillon des générations passées. Telle une canonnade battant le glorieux retour acidulé et stupéfiant du voyage à travers le temps, cette sortie annonce un retour à la multi-dimensionnalité des divisions fondantes et des rêves en couleurs superflus d’une introspection auto-conçue. Glam Returns en pleine forme, et le psych folk est à nouveau cristallisé en ce qui est hypnotique.


Walrus – Glam Returns


Walrus – Bulash

New Canadiana :: Various Artists – PIE-003

Various Artists - PIE-003thumb

Halifax is a uniquely magnificent place. Masquerading as the second coming of the disparate and displaced flower power generation, its local musicians hold the innate ability to transcend the barriers of time and space. Out Of Sound and Poncho’s collaborative 7” split release fulfills this promise, culling the tenants of the past’s fascination with folklore and infusing it with a reinvigorated proletarian ethic that instantly validates its DIY aesthetic.

Walrus, the Haligonian embodiment of James Mercer with a tinge of Ray Davies, spin a wavy yarn, replacing the cold proximity of the Atlantic with the spirited percussive pulse of drum circle bongos that masterfully belie the alt-rock underpinnings of this ode to diffuse afternoonism. Shadow Folk reimagine the bubblegum-pop of the early ’60s, rich with warm backing vocal ‘oohs’ and ‘ahhs’ that designate this as music from a bygone era of adolescent infatuation. With the immutable spirit of an alt-Americana spaghetti gunslinger, Gnarwhalz rip and run across the red lacquer terra firma of PIE-003 with the clamorous reckoning of party infused recklessness. Lastly, Sheepman exude a slew of musical stylings with origins likely traceable to the lysergic daydreams of their incorporeal predecessors, a primordial conglomeration of marvelously crafted unicellular elevator folk with the vocal stylings of a cheerful Morrissey. This four-way split is the four-course meal that serves to fill the insatiable appetite of our Canadian longing for music that reminds us of our past.

Halifax est un endroit magnifiquement unique. Se faisant passer pour des membres de la nouvelle génération flower power disparate et déplacée, ses musiciens locaux détiennent une capacité innée à transcender les barrières du temps et de l’espace. La collaboration d’Out of Sound et de Poncho sur ce split 7 pouces remplit cette promesse grâce à une fervente fascination pour le folklore infusé d’une éthique prolétaire revigorée, validant instantanément l’esthétique DIY du EP.

Walrus, l’incarnation haligonienne de James Mercer avec une teinte de Ray Davies, remplace la froide proximité de l’Atlantique par le pouls fougueux et percutant d’un cercle de tambours qui dément magistralement les fondations du rock alternatif de cette ode aux après-midis diffus. Shadow Folk réimagine la pop gomme balloune du début des années 60, riche de par ses chaleureux choeurs composés de « oohs » et de « ahhs » qui désignent la musique d’une époque révolue et remplie d’engouements juvéniles. Avec l’esprit immuable d’un flingueur de Western spaghetti, Gnarwhalz traverse la terre ferme de PIE-003 tel le souvenir bruyant d’une fête infusée d’insouciance. Finalement, Sheepman puise dans un tas de styles musicaux dont les origines probables prennent racine dans les rêveries diurnes lysergiques de leurs prédécesseurs disparus, un rassemblement de folk merveilleusement conçu accompagné d’un style vocal évoquant l’allégresse de Morrissey. Ce split est tel un repas quatre services comblant l’appétit insatiable de notre nostalgie canadienne pour la musique évoquant notre passé.

Walrus – 1990

Gnarwhalz – Wayne

New Canadiana :: Walrus – Glue Compilation

Walrus - Glue Compilation

Wrapped in a soupy gauze of slow-pitched delirium, Walrus’ sophomore summertime creeper unravels the dormant fantasies deep within all of us. It’s easy to waver within their cosmic surreality as you percolate through bubbling pop warbles and disparate vocals rooted deeply within the school of Brave Radar and the drug-ladled Amos & Sara. A superb beach-side jammer for the fantasian sunrise.

Enveloppé dans une gaze liquide de délire en balle lente, le grimpeur d’été de deuxième année de Walrus dévoile les fantaisies dormantes profondément enfouies en chacun d’entre nous. C’est facile de vaciller dans la surréalité cosmique alors que vous pénétrer à travers des gazouillis de pop bouillonnant et de chants disparates enracinés profondément dans l’école de Brave Radar et d’Amos & Sara en louchées de drogue. Une superbe jammeur de bord de plage pour un levé de soleil de fantaisie.

Walrus – Little City People

Walrus – It’s The Same For Now