Tag: violence

New Canadiana :: Totenbaum Träger – Ouverture du cadavre de Sade

Weird_Canada-Totenbaum-Trager-Ouverture_du_cadavre_de_Sade.jpg

Replaçant Sade dans le contexte néolibéral, Ouverture du cadavre de Sade est un livre-disque qui se soustrait au ton gourmand des chercheurs de scandale et souligne plutôt le caractère sinistre du banquet. Dans son requiem pour trompette au « souffle malade » et pulsations de guitare lancinantes, Totenbaum Träger nous offre la trame sonore d’un saccage planétaire du point de vue de ses échos. Les collages des éditrices juxtaposant bribes d’actualités économiques et images dérangeantes forment quant à eux une kabbale morbide qui révèle, entre des pages que le lecteur doit déchirer, la réalité abjecte de nos pulsions collectives : des coulées d’or se substituent au sang, au sperme et aux larmes des illustrations de tortures. Le tout nous propose une alchimie renversée qui nous pousse jusque dans les derniers retranchements de la chair, là où de toute part ça crie « non ».

Replacing Sade in a neoliberal context, Ouverture du cadavre de Sade is a book-album which focuses less on the gourmet elements of those looking for scandal and underlines instead the sinister character of the banquet. With its requiem for sick trumpet and darting guitar pulsations, Totenbaum Träger signs this sonic fabric with a planetary plunder from the point of view of its echos. The collages of the books juxtapose snippets of business news and deranged images to form a morbid Kabbalah which has, within the pages that the reader must tear apart, the abject reality of what we collectively draw on; streams of gold replace streams of blood, sperm and tears in these illustrations of torture. It is a reversed alchemy which pushes us until the edge of flesh, where we scream no from all sides.

Totenbaum Träger – Offertorium

Totenbaum Träger – Dies irae

Weird_Canada-Totenbaum_Trager-Ouverture1.jpg
Weird_Canada-Totenbaum_Trager-Ouverture2.jpg
Weird_Canada-Totenbaum_Trager-Ouverture3.jpg

New Canadiana :: Violence – Erlebnis

Violence - Erlebnis

The needle goes in, the specimen falls still. The experiment can begin. Wielding their instruments of torture with medical precision, our two plastic surgeons of sound, Julie Morand-Ferron and Éric Trottier, patiently carve away the flabby body’s flesh, revealing the angular skeleton underneath. The pulse beats on undisturbed, mechanical, amplified and filtered by the EKG. A dark and unsettling halo, the mute shadow of some German mad scientist, hangs over the operating table. While the chilling whine of an electric saw grates on in the rooms of the abandoned hospital, the patient is lost in soft, sedated visions, oblivious to the liberating violence inflicted upon him.

L’aiguille s’enfonce, le cobaye cesse de remuer. L’expérience peut débuter. Maniant leurs instruments de torture avec une précision chirurgicale, nos deux plasticiens du son, Julie Morand-Ferron et Éric Trottier, dépouillent la carcasse de sa chair flasque, en dévoilent patiemment l’ossature anguleuse. Le pouls demeure imperturbable, machinal, amplifié et filtré par l’électrocardiogramme. Halo sombre et inquiétant, l’ombre muette de quelque savant allemand fou plane sur la table d’opération. Et tandis que retentit le grincement glacial d’une scie électrique dans les salles sombres de l’hôpital abandonné, le patient, lui, se perd dans de douces visions anesthésiantes, inconscient de la violence libératrice qui s’abat sur lui au même instant.

Violence – The Curse of Dimensionality

Violence – Down There

New Canadiana :: Violence – EP

Weird_Canada-Violence-EP

Montreal’s Visage Musique has become a go-to source for sub-zero heaters. The label’s latest stunner is this sublime synth-pop 12” from Ottawa duo Violence that could be equally mistaken for a lost cut from BIPPP, the soundtrack to a Molly Ringwald montage, or a regular Thursday at Sex Laser. These visitors of the night are welcome at any party.

Le label montréalais Visage Musique, devenu une référence de bouillonnement sous-zéro, propose ce sublime 12″ synth-pop du duo franco-ottavien Violence, qu’on pourrait réputer – à juste titre – être une session perdue de l’essentielle compilation française BIPPP, la trame sonore d’un montage de Molly Ringwald, ou juste un jeudi soir normal au Sex Laser. Ces visiteurs de la nuit sont les bienvenus à n’importe quel party.

Violence – Dernier cri

Violence – Steps