Tag: v. rachel weldon

New Canadiana :: Special Costello – Stoner Nights

Special Costello - Stoner NightsSpecial Costello - Stoner Nights

Ever since being handed the Agoraphobia demo by Baby Cages’ songstress Halloway Jones — which did, as expected, sweep me up in the weird and beautiful songwriting, and rich whimsical wailing of Jeremy Costello — I’ve been dreaming in Costello-vision. In my head, it’s like Bowie and Lynch are not just working together, but actually sharing a brain.

Stoner Nights wanders in, modest and unassuming, like a shift of gaze. Served up on a platter of slacker-virtuoso bedroom recordings, strangers might be taken by the range of stylistic polygames. “Ivory Wallet” is a virtual pleasure cruise through a post-disco digital wasteland, the grooviest glimpse of SC yet. But “Ceiling Sway” is the flood point, a Costelloist ballad that strikes my Nietzschean sensibility; thanks in no small part to Nick Dourado’s steady crashing drums, it overflows through cracks in molten crust with a slow ecstatic bubbling. Special Costello is no longer the artist. They have become the work of art.

Depuis que la chanteuse Halloway Jones de Baby Cages m’a donné la démo Agoraphobia, je rêve en Costello-vision. Comme attendu, la démo m’a emporté dans les compositions belles et bizarres et la voix riche et capricieuse de Jeremy Costello. Dans ma tête, Bowie et Lynch ne font pas que travailler ensemble, c’est comme s’ils partageaient le même cerveau.

Stoner Nights apparaît tranquillement, modeste et sans prétention comme le mouvement subtil d’un regard. Ses enregistrements de chambre à coucher d’une virtuosité nonchalante et sa gamme de jeux stylistiques risquent toutefois d’intéresser les nouveaux venus. « Ivory Wallet » est une croisière virtuelle à travers des ruines numériques post-disco, jusqu’à présent la chanson de SC qui a le plus de groove. Mais « Ceiling Sway » est le point culminant, une ballade costelloïste qui touche ma sensibilité nietzschéenne. Grâce aux rythmes constants et écrasants du batteur Nick Dourado, elle déborde au travers des fissures de la croûte fondue avec un bouillonnement lent et extatique. Special Costello ont cessé d’être les artistes. Ils sont devenus l’oeuvre d’art.


Special Costello – Ceiling Sway


Special Costello – Ivory Wallet

Video :: Thom Huhtala Band – “I’m Gone, Goodbye” [Dir. Kyle Sanderson]

Thom Huhtala Band - "I'm Gone, Goodbye"

Slo-mo day-tripping in the GTA. Sipping the heat wave through a crazy straw when your gaze hits pause and draws everything out. Wave goodbye, you’re gone on the 401 rabbit-hole, with Dorito crust on your fingers. Let’s go back downtown.

Excursion au ralenti dans le Grand Toronto. Vous sirotez la chaleur à travers une paille folle quand votre regard marque une pause et révèle tout. Faites vos adieux, vous voilà aspiré dans le trou du lapin blanc de la 401 avec des miettes de Dorito sur les doigts. Retournons en ville.

New Canadiana :: Notta Comet – Alliums

Notta Comet - Alliums

Imagine E-street’s skronking saxman as the Pied Piper of the post rock-apocalypse. Math and poetry duke it out violently on Alliums in a show of precise, chaotic and cacophonous execution. Spoken word artist Alex Williams nails all the meaningless little rituals to the wall of a tenement Montréal kitchen that is all to familiar with containing passive explosive domestic fits. Hard to believe it’s not a comet.

Imaginez le saxophoniste grinçant du E Street Band en joueur de pipeau de Hamelin de l’apocalypse post-rock. Les mathématiques et la poésie se livrent à un combat de géants sur Alliums dans un tourbillon de performances précises, chaotiques et cacophoniques. Alex Williams déclame ses textes en clouant tous les petits rituels absurdes de la vie quotidienne au mur de la cuisine d’un appartement montréalais qui connaît trop bien les disputes domestiques explosives. On croirait voir passer une comète.

Notta Comet – Between I and J

Notta Comet – Gas Cans Can’t Warm

Far Shores // Inferred Views :: Alexandra Mackenzie

Alexandra Mackenzie - sOILed selfie

Alexandra Mackenzie is an artist centered loosely in this cosmic realm. She creates through multiple mediums, including drawing, screenprinting, and installation. She also emits sounds from a frequency known as Petra Glynt. To help launch our latest section, Far Shores, focusing on the intersections between music and visual art, we sent her a series of questions through the ether.

V. Rachel Weldon : How do you feel about autonomous art, or art for art’s sake? Do you think art should address a cause or imbalance in our world?

Alexandra Mackenzie: It’s not my place to say how others should focus their art — to each their own — but seeing as we already live in such a society of self and of spectacle I have a hard time putting my support in art purely for art’s sake. I understand why art-making can often be a release for some, [a kind of art] that is therapeutic or healing. I also understand and encourage art-making for the sake of finding one’s voice, but I feel that if a person choses art as their “life-calling” there are some social responsibilities that come with that. Existential post-modern angst never helped anybody. I suppose that’s where the artist’s role comes in.

In your opinion, what is the role of an artist: to change, to interpret, or to transcend reality?

For myself I feel the need to respond to problems within our society, the things that make me angry, the things I feel are unjust. It’s that rage that writes songs and generates the momentum to make visual work.

Maybe the artist’s role is to represent their stance or perspective of the world, and share it from a neutral platform. Images reign in our society. The artist have the ability to offer a compelling representation of their thoughts and feelings and I think that’s a powerful voice. If the artist can combat apathy or provide insight and/or draw attention to the issues that plague our society (and world) than I feel that is a voice that should be used and explored.

What is the value of psychedelic experience (generally, and specifically to you)?

I’m sure there are unlimited answers to this question… :)

Psychedelic experience (mine has been with Psilocybin, a.k.a. magic mushrooms) puts things into perspective… makes me aware of my part in an interdependent, infinite network that connects all life… For real! Plus for me, it is humbling. I appreciate being reminded that I am part of something much bigger than what our brains can perceive, though that tiny role is still important for the health and balance of the whole.

I feel the greatest benefit of psychedelic experience is the ego loss. When humans act with entitlement we are not moving forward as a species… we can’t install old tar sands pipelines for the sake of maintaining jobs and profits, it’s careless and doesn’t consider the benefit of the whole: the water supply, the air we breathe, the indigenous communities, and the state of present and future life on this planet that are/going to be affected. In this case humans are taking more than what is sustainable within unsavoury practices, and I feel this is a matter of entitlement, thinking that it is ours to take… There is a balance that must be maintained in all aspects of life and I think the psychedelic experience is one of many valuable lessons and windows into understanding that balance.

Alexandra_Mackenzie-FTW2-web

Your intricate drawings are a feast for the eyes, so heavily saturated with symbols and meaning. I’m interested to know how you conceptualize that? Sometimes I interpret it as transcendence and interconnectedness with everything, as in one of my favourites, FTW. Other times, I see it as dirty and suffocating, like pollution or overpopulation, or as symptom of our age of technology and commodification, distracting and uncanny. What are some of the issues you are drawn to address or reflect most in your work?

I really love how you interpret my art! You’re totally on the right roll… :) !!!

I am sympathetic to all the human struggles… the ongoing racism, the ongoing oppression of women, the world of identity and gender politics, the ongoing genocide of First Nations… I easily become engrossed with rage which dissolves into apathy when I remind myself that I am a privileged hetero white female. I worry that any action I take may not appear sincere. As a result, and by no means as a “default” choice, I tend to lean toward defending the Earth and direct my focus on environmental issues because they affect us all.

I struggle with what I want to say versus what I am able to represent… My work tries to suggest an urgency for resistance against our current capitalist system — because of what it’s doing to the planet and its people. This is so massive and daunting… so my work reflects those feelings too.

I am overwhelmed with the amount of work that has to be done in rethinking how we function as a global whole and I am no expert in devising plans for new localized systems of doing things. But more than ever, I want to see an end to capitalism’s “endless growth” and the scars it leaves behind on the planet, and the people who experience the inequity of the capitalist economy everyday.

I also can’t help but want to show the beauty and the phenomenological nature of the planet: it is the epitome of meta/psychedelic/supernatural. So it’s a balance of these things that I’m working with.

Do you have anything coming up in the near future?

I have been invited to put together a solo multi-media art exhibition at Ed Video in Guelph for the month of April that will coincide with Kazoo! Fest. I’m putting together my first comic for Michael Comeau’s comic anthology for April around the theme Human Drama. I’m currently writing a full-length album for my solo music project Petra Glynt, to be released in the summer, and I’m planning a couple tours to follow it, hopefully reaching the EU, the US, and as much of Canada as possible. I am also putting together a new series of drawings for a solo show at Magic Pony/Narwhal sometime within the last quarter of the year… life is beautiful!

Petra Glynt performs at Toronto’s Wavelength Music Festival at the Polish Combatants Hall (206 Beverly St.) on Saturday, February 15. This event, co-presented by Weird Canada, also features Colin Stetson, US Girls, Biblical and Gambletron. More info can be found here.

Alexandra Mackenzie est une artiste qui gravite en toute liberté dans notre royaume cosmique. Elle exprime sa créativité dans de multiples domaines, notamment le dessin, la sérigraphie et les installations. Elle émet aussi des sons à une fréquence connue sous le nom de Petra Glynt. Dans le cadre du lancement de notre nouvelle rubrique axée sur les intersections entre la musique et les arts visuels, nous lui avons envoyé une série de questions par ondes électromagnétiques.

V. Rachel Weldon : Que penses-tu de l’art autonome, ou de ceux qui font de l’art pour faire de l’art? Crois-tu que l’art doit toujours traiter d’une cause ou d’un déséquilibre dans notre monde?

Alexandra Mackenzie : Ce n’est pas à moi de dire aux autres sur quoi ils doivent centrer leur art – à chacun le sien – mais la société dans laquelle nous vivons est déjà tellement axée sur le soi et le spectacle que j’ai du mal à soutenir l’art pour le seul plaisir de faire de l’art. Je comprends en quoi la création artistique peut être une forme de libération pour certaines personnes, j’ai conscience que [certains types d’art] ont des vertus thérapeutiques ou apaisantes. Je comprends aussi et j’encourage la création artistique comme moyen de trouver sa voie, mais j’estime que si une personne choisit l’art comme « voie », c’est un choix qui s’accompagne de certaines responsabilités sociales. La colère existentielle post-moderne n’a jamais aidé personne. J’imagine que c’est en cela que l’artiste a un rôle à jouer.

À ton avis, quel est le rôle d’un artiste : changer, interpréter ou transcender la réalité?

En ce qui me concerne, je ressens le besoin de traiter des problèmes qui se posent dans notre société, des choses qui me mettent en colère, des choses qui me semblent injustes. C’est cette rage qui permet d’écrire des chansons et qui génère l’impulsion nécessaire à l’art visuel.

Peut-être que le rôle de l’artiste est d’exprimer son point de vue ou sa perspective sur le monde et de partager cela au moyen d’une plateforme neutre. Les images sont reines dans notre société. Les artistes ont la possibilité d’offrir une représentation convaincante de leurs pensées et de leurs sentiments; je trouve que c’est un pouvoir fort. Si l’artiste est capable de combattre l’apathie, de mieux faire comprendre certains des enjeux qui gangrènent notre société (et notre monde) ou simplement d’attirer l’attention sur ces problèmes, alors c’est une voie à utiliser et à explorer.

Quelle est l’utilité des expériences psychédéliques (en général et pour toi en particulier)?

Je suis sûre qu’il y a un nombre infini de réponses possibles à cette question… :)

Les expériences psychédéliques (en ce qui me concerne, j’ai testé la psilocybine, c’est-à-dire les champignons hallucinogènes) mettent les choses en perspective… elles me permettent de prendre conscience de mon rôle au sein d’un réseau interdépendant et infini qui relie toutes les formes de vie… Sans rire! En plus pour moi, c’est un exercice d’humilité. J’aime qu’on me rappelle que je fais partie de quelque chose de bien plus vaste que ce que nos cerveaux peuvent percevoir, même si ce rôle infime est malgré tout important pour la santé et l’équilibre du système tout entier.

Je pense que le principal intérêt des expériences psychédéliques, c’est qu’elles permettent de mettre l’ego de côté. Lorsque les êtres humains agissent avec arrogance, cela ne nous fait pas avancer en tant qu’espèce… On ne peut pas construire des pipelines pour transporter le pétrole issu des sables bitumeux simplement pour préserver les emplois et les profits; c’est un acte inconsidéré qui fait fi de l’intérêt général : l’approvisionnement en eau, la qualité de l’air que nous respirons, les collectivités autochtones, et les conditions de vie actuelles et futures sur cette planète, toutes ces choses qui sont affectées ou qui le seront un jour. Dans ce domaine, l’être humain prend bien plus que ce qui est viable en utilisant des méthodes peu recommandables; j’ai l’impression que l’être humain pense être dans son bon droit, qu’il peut se servir librement… Dans tous les aspects de la vie, il y a un équilibre à atteindre et je pense que les expériences psychédéliques sont très utiles pour appréhender cet équilibre.

Alexandra_Mackenzie-FTW2-web

Tes dessins complexes, saturés de symboles et de significations, sont un régal pour les yeux. Comment est-ce que tu conceptualises cela? Parfois, je les interprète comme une transcendance et une interconnectivité avec tout ce qui nous entoure, comme dans un de mes dessins préférés, FTW. À d’autres moments, j’y vois un monde sale et étouffant, du fait de la pollution et de la surpopulation, ou un symptôme de notre ère technologique où la marchandisation à outrance est reine. Quels sont les enjeux que tu as envie de traiter ou d’aborder dans ton travail?

J’adore la façon dont tu interprètes mon art! C’est exactement ça… :) !!!

Je suis sensible à tous les combats menés… le racisme et l’oppression des femmes, des fléaux toujours très présents, les considérations liées à l’identité ou au sexe, le génocide des Premières Nations qui se poursuit… Je me mets facilement en colère puis ma colère se transforme en apathie lorsque je me rappelle que je suis une femme blanche hétéro privilégiée. J’ai peur que mes actes dans ce domaine n’aient pas l’air sincères. Alors je me tourne plutôt – mais pas du tout par défaut – vers la défense de la planète et j’axe mon travail sur les questions environnementales parce qu’elles nous concernent tous et toutes.

Je me débats avec ce que je veux dire par rapport à ce que je suis capable de représenter… J’essaie de suggérer grâce à mon travail l’impérieuse nécessité de faire acte de résistance face à notre système capitaliste actuel, en raison de ses effets sur la planète et sur les peuples. C’est tellement énorme et déconcertant… alors mon travail reflète ces sentiments aussi.

Je suis accablée par la quantité de travail à accomplir pour repenser la façon dont nous fonctionnons comme entité globale et je ne m’y connais pas suffisamment pour concevoir de nouveaux systèmes localisés de faire les choses. Mais plus que jamais, il faudrait qu’on en finisse avec la « croissance sans fin » engendrée par le capitalisme, les séquelles pour la planète et les personnes qui vivent l’injustice de l’économie capitaliste au quotidien.

Je ne peux pas m’empêcher de vous montrer la beauté et la nature phénoménologique de la planète : c’est la quintessence du méta/psychédélique/surnaturel. C’est sur l’équilibre de toutes ces choses que je travaille.

Quels sont tes projets pour les prochains mois?

J’ai été invitée à mettre sur pied une exposition multimédia en solo à Ed Video à Guelph au mois d’avril; l’expo coïncidera avec Kazoo! Fest. Je travaille sur ma première bande dessinée pour l’anthologie de Michael Comeau qui sortira en avril sur le thème du drame humain. J’écris actuellement un album pour mon projet musical solo Petra Glynt, qui sortira cet été, et je prévois de donner quelques concerts après ça, en Europe, aux États-Unis et partout où je pourrai au Canada. Je prépare aussi une nouvelle série de dessins pour une représentation solo à Magic Pony/Narwhal à la fin de l’année… la vie est belle!

Petra Glynt performs at Toronto’s Wavelength Music Festival at the Polish Combatants Hall (206 Beverly St.) on Saturday, February 15. This event, co-presented by Weird Canada, also features Colin Stetson, US Girls, Biblical and Gambletron. More info can be found here.

New Canadiana :: Thom Huhtala Band – Mixtape III

Thom Huhtala Band - Mixtape III

Wavering in devotionally, the organ mumbles an introduction for our speaker. Smoke fills the air as he joins the congregation in the First Church of Jam. The sermon is hypnotizing. It wanders around wraith-like, losing us. Drifting, we are drawn to and fro in currents of improvised guitar riffing and chaotic dream-like noises, into pools of time-be coherence. They too dissolve into others. Passing through doors of perception in the hall that grows and shrinks, and stepping out onto the infinite shore.

Ed’s Note: This mixtape is intended to flow as a single track, but Thom gave us permission to break it down into excerpts for the purpose of this post. Seek out the CD-R for the uninterrupted experience.

Oscillant avec dévotion, l’orgue marmonne une introduction pour notre orateur. La fumée remplit l’espace alors que ce dernier se joint à la congrégation de la Première Église du Jam. Le sermon est hypnotisant. Il erre autour de nous tel un spectre, jusqu’à en perdre nos repères. En dérive dans l’océan de la cohérence occasionnelle, nous sommes entraînés çà et là parmi les courants d’accords de guitares improvisés et l’onirisme des bruits chaotiques. Aussi, se dissolvent-ils les uns dans les autres. Passant par les portes de la perception, traversant un couloir qui s’allonge puis rétrécissit pour déboucher sur un rivage infini.

Note de l’éditeur : Ce mixtape est destiné à être écouté d’un seul morceau, toutefois, dans le but de cet article, Thom nous a permis de le décomposer en extraits. Pour une expérience ininterrompue, partez à la recherche du CD-R.

Thom Huhtala Band – Mixtape III [excerpt 1]

Thom Huhtala Band – Mixtape III [excerpt 2]

New Canadiana :: Organ Eyes – Marine Tantrum

Organ Eyes - Marine Tantrum

This prolific Ottawa songwriting duo have put out three full-length releases this year alone, with no signs of slowing down. Marine Tantrum’s title does well to reflect its fine balance of bangers and mash, but gets the chronology backwards. Out of the gate, “British Grafitti”, “Teenage Kingdomdom” and “Jesus Fish” throw fits like angry mall punx, before mellowing out later tracks like “Needle Beach” and “Tumble Dry” with submerged distortion, wavy falsetto and effortless indifference. Closer “Zola Saw”, which most closely resembles Multibody’s teen-dreamy vibration, is spacious and drawn-out, playing with pseudo-naïveté. Knowing and not knowing, it negotiates between youth and maturity, light and heavy, resolving nothing.

Ce prolifique duo de compositeurs d’Ottawa a sorti trois albums complets rien que cette année, et il ne semble pas vouloir ralentir. Le titre, Marine Tantrum, reflète bien la fine balance entre saucisses et purée de pomme de terre, mais inverse la chronologie. Dès le départ, « British Grafitti », « Teenage Kingdomdom » et « Jesus Fish » piquent des crises comme des punks de banlieues enragés, avant de s’adoucir sur les morceaux « Needle Beach » et « Tumble Dry » avec une distorsion submergée, une voix de fausset ondulée et une indifférence facile. « Zola Saw », la dernière chanson, ressemble de plus près aux vibrations adolescentes rêveuses de Multibody : elle est étendue et interminable, jouée avec une fausse naïveté. À la fois expérimenté et ignorant, cet album négocie entre la jeunesse et la maturité, la légèreté et la lourdeur, mais ne résout rien.

Organ Eyes – Old Friends

Organ Eyes – British Grafitti

New Canadiana :: Baby Cages – I’m So Sorry

Weird_Canada-Baby_Cages-Im_so_Sorry

Stoned and alone. Fuzzed-out of body. When did this room fill with people? Heavy lids and swollen tongue. Weird that you can’t feel your left arm, not at all. Tunnel vision eclipses everything else, but the hand in the small of your back gently reminds you to not move laterally. Go on. Halloway Jones and Jeremy Costello make bedroom eyes from across the smoke filled room. She, with the bleeding heart and sobbing chords, he, behind the controls of the mystery machine. He rubs his hands together, and her arms bend back sometimes. They’re full of secrets.

Seul et défoncé. Hors de ton propre corps. Quand est-ce que cette pièce s’est remplie de monde? Les paupières lourdes et la langue enflée. Bizarre que tu n’arrives pas à sentir ton bras gauche, pas du tout. Une vision en tunnel éclipse tout le reste, mais la main au bas de ton dos te rappelle gentiment de ne pas bouger latéralement. Continue. Halloway Jones et Jeremy Costello te font les yeux doux à travers la pièce enfumée. Elle, avec le cœur qui saigne et des accords en sanglots, lui, aux contrôles de la mystérieuse machine. Il se frotte les mains, et elle a parfois les bras tordus. Ils sont pleins de secrets.

Baby Cages – Twin Peaks

Baby Cages – Arms Around Me

New Canadiana :: The Everywheres – The Everywheres

Weird_Canada-The_Everywheres-The_Everywheres

A light wave washes over gold and laps around the ankles of psychedelic mores. The Everywheres’ debut full-length, conceived in mom and dad’s Halifax basement, and released down by the bay area, hangs in equilibrium between psych-blues heaviness and euphonic pop lightness. Ancestors of influence hover around the shoulders of Samuel Hill, and lend pseudo-nostalgia to us youngsters listening. It’s pop pastiche of the flower sounds of the ’60-’70s, extracted in a smoke-filled room at night. And when dawn cracks open like an egg yolk on linoleum, rippling out from the center point, it’s over easy.

Une vaguelette répand son onde dorée et lèche les chevilles de l’héritage psychédélique. Le premier album de The Everywheres, conçu dans le sous-sol des parents à Halifax et paru chez un label dans le bout de San Francisco, se tient en équilibre entre la lourdeur du blues psychédélique et la légèreté de la pop euphonique. Des ancêtres de renom observent par-dessus l’épaule de Samuel Hill et plongent les jeunots que nous sommes dans une pseudonostalgie. On croirait entendre un pastiche pop du son Flower Power des années 60-70 s’échapper dans la nuit depuis une pièce enfumée. Et lorsque l’aube éclot comme un jaune d’œuf ondoyant sur le prélart, tout finit par se brouiller.

The Everywheres – Cold Curator Sings

The Everywheres – Watch it Grow

New Canadiana :: Breeze – Paradise / Repent

Weird_Canada-Breeze-Paradise_Repent

Rapid. Eye. Movement. Breeze’s dreamy debut cassingle is a siren song from rose-tinted utopia. Running, or dancing, it inspires oscillatory movement, limbs pumping with ecstatic strokes, and a meter that reverberates throughout from wall to hollow tissue wall of sound. On the two-track cassette from Toronto label Hand Drawn Dracula, dreamweaver Josh Korody opens the perceptual door, and leads us on a stroll through the poppy field. White sneakers, splattered with the romantic muck of teenage nostalgia, disembodied now, tread the bent stems. And as we gaze at them, they become conductors, gorging on static, free floating sole-up atop the interference. Faces smear in your peripherals as your eyelids flicker like bat wings. No one’s smiling, but everyone feels fine.

Mouvement. Rapide. De l’œil. L’onirique première cassette single de Breeze est un chant de sirène s’échappant d’une utopie teintée en rose. Que ce soit en courant ou en dansant, cette chanson inspire des mouvements frénétiques et oscillatoires aux membres du corps, qu’ils soient de briques ou de dentelles dans le mur de son, une pulsation miroite. Sur la cassette à deux morceaux de l’étiquette torontoise Hand Drawn Dracula, Josh Korody, tisseur de rêves, ouvre une porte perceptuelle et nous emmènent en balade dans un champ de coquelicots. De vielles baskets blanches vides, tâchées romantiquement de nostalgie adolescente et d’insouciance piétinent ces jolies fleurs et les brisent de leur poids. En les suivant du regard elles deviennent des conducteurs, se gorgent d’électricité statique, flottent librement, et disparaissent comme au-dessus d’interférence. Au coin de l’œil, des visages apparaissent, alors que les paupières battent à la vitesse d’ailes de chauve-souris. Personne ne sourit, mais tout le monde va bien.

Breeze – Paradise (in a while)

Breeze – Repent

Ex Libris :: Carousel Magazine Issue No. 30 (Winter/Spring 2013)

Carousel Magazine [Issue No. 30 (Winter/Spring 2013)]

On the 30th time around, gaze and periphery smear into a unified awareness, and eyes in the back of the head flutter open. Don’t fear the abyss that gazes back. Carousel offers “mutant readers” a consciously curated rendered reality, in a space where the patterns of artistic production and consumption are altered, and the gallery is always open. Inside, four frames enclose surrealist serials, like picture windows that gaze into the inner city unconscious, the black comedic center of the inner (k)id. And an all-night elbow machine cranks out copies of one-of-a-kinds. Shade your eyes, the flood of light might burn your dull retinas if you’ve been staring at shadows a long time.

Pour la 30e fois, le regard et la périphérie se répartissent au sein d’une conscience fusionnelle, et les yeux derrière la tête clignent, ouverts. Ne craint pas l’abime qui se prolonge en profondeur. Le magazine Carousel offre aux “lecteurs mutants” une réalité retrouvée délibérément structurée, dans un espace où les modèles de consommation et de production artistique sont modifiés, et la galerie d’art est toujours ouverte. A l’intérieur, quatre cadres renferment une série d’images surréalistes, comme des fenêtres picturales qui illustrent l’inconscient au cœur de la ville, l’âme comique inconsciente d’un enfant. Par ailleurs, une machine musicale jouant toute la nuit vomit des copies de pièces uniques. Masquez vos yeux, le flot de lumière pourrait brûler vos rétines sombres si vous vous êtes comportés comme des ombres un bon moment.

Carousel Magazine Issue No. 30 (Inside Cover)

Carousel Magazine Issue No. 30 (12 hr. Zine Machine)

Carousel Magazine Issue No. 30 (4 Panel Comic)