Tag: the pink noise

New Canadiana :: The Pink Noise – Decay

Weird_Canada-The_Pink_Noise-Decay

Frown. “Did it work?” “Not sure. Shifting a funk band through space-time from 1972 isn’t easy, you know.” Pointing finger. “But … they sound like the Velvet Underground doing Vegas.” Shifting eyes, surveying panel. “Interference. Some glam got in. And British punk. And …. “ “Noise. A lot of noise.” Gulp. “I know, I know. There’s static. We introduced some atmospheric distortion.” “Something’s warped. But it’s brilliant. Like nothing I’ve ever heard.” Eyes wildly darting. “Is it warped genius or temporal distortion?” Hiss. “What do we do?” “I think we should get the f&%k outta here.” “I’m right behind you.”

Froncement de sourcil. « Ça a marché? » « Pas sûr. Faire passer dans l’espace-temps un groupe de funk depuis 1972 n’est pas chose facile, vous savez. » Pointant du doigt. « Mais… ils sonnent comme le Velvet Underground à Vegas. » Mouvement rapide des yeux, sondant la table. « Interférences. Un peu de glam s’est incrusté. Et du punk britannique. Et… » « Du bruit. Beaucoup de bruit. » Déglutissement. « Je sais, je sais. Ça grésille. On a introduit de la distorsion atmosphérique. » « Il y a quelque chose de déformé. Mais c’est brillant. J’ai jamais rien entendu comme ça.» Yeux dardant follement. « C’est du génie tordu ou de la distorsion temporelle? » Sifflements. « Qu’est-ce qu’on fait? » « Je pense qu’on devrait cri%&er notre camp d’ici. » « Je te suis. »

The Pink Noise – Decay

The Pink Noise – Delusion (Easy Street)

New Canadiana :: The Pink Noise – Wave

The Pink Noise - Wave

Experimental garage/fuzz/new wave outfit The Pink Noise have come a-knocking with their new album Wave, and you’ll want to answer the door. It’s gunshots in opium dens, where keyboards buzz and drums swagger. Cuts like “Shit Talk” and “Dear Gods of Slapstick” hang out in your brain and paint tube-fuzz garage graffiti on the walls shaped like vintage guitar echo. “Lurid Future” bubbles over with pure, melodic doom. The songwriting is all at once a fantastic, cohesive mess that spikes serotonin levels and dilates pupils. If they’re putting something funny in that Montreal water, we’ll take a big gulp.

Pink Noise, le groupe de garage/fuzz/new wave expérimental, sont à la porte avec Wave, leur nouvel album, et vous voudrez certainement les laisser entrer. Ce sont des coups de feu retentissant dans des fumeries d’opium où les claviers bourdonnent et où les tambours se laissent aller. Des morceaux comme « Shit Talk » et « Dear Gods of Slapstick » vous restent en tête en éclaboussant les murs de leur peinture bourdonnante, les couvrant de graffiti de garage qui représentent l’écho de guitare classique. « Lurid Future » bouillonne d’une ruine pure et mélodique. La composition est à la fois un capharnaüm cohésif et fantastique qui déclenche une montée des niveaux de sérotonine et qui dilate les pupilles. Si c’est l’effet de quelque chose de bizarre qu’ils répandent dans l’eau de Montréal, nous en prendrons volontiers une bonne gorgée.


The Pink Noise – Dear Gods of Slapstick


The Pink Noise – Lurid Future

New Canadiana :: The Pink Noise // Man Made Hill – Split 7″

The_Pink_Noise_Man_Made_Hill_Split-web.jpg

This split disk surpasses expectations with a pair of institutions in peak form. The three-piece Pink Noise lurches like a post-punk Prometheus juiced on daisy-chained FX pedals as it wobbles askew and utters its first blasé words. The tightly coiled configuration that arrived on Greedy Heart has never sounded more menacing. Meanwhile, the man made mystery known as Randy Gagne shows off his vocal mutations with the burbling kiss and tell “Sweeter Than Ice” and ghoulish synth-pomp falsetto of “Cryptic Decision.” Available with risograph cover art or 50 unique collages, like the fever dream scene up above.

Ce split réunissant deux institutions en pleine possession de leurs moyens surpasse toutes les attentes. Le trio Pink Noise titube comme un Prométhée post-punk fou raide de pédales à effets interconnectées, alors qu’il gigote dangereusement et prononce ses premières paroles désenchantées. Les arrangements ficelés serrés de « Greedy Heart » n’auront jamais sonné aussi menaçants. Pendant ce temps, le mystère érigé de main d’homme, connu sous le nom de Randy Gagne, fait étalage de ses mutations vocales sur le secret d’alcôve guttural « Sweeter Than Ice » et de son fausset macabre aux accents de synthé cérémonieux sur « Cryptic Decision ». Offert avec une pochette imprimée sur risographe ou cinquante collages uniques, comme la scène de rêve fiévreux ci-dessus.

Man Made Hill – Cryptic Decision

The Pink Noise – Crass

New Canadiana :: The Pink Noise – Greedy Heart

The Pink Noise - Greedy Heart

Mark Sauner’s overdue return to vinyl, with full band in tow, finds him swaggering more towards the sexiness of Jim Morrison’s rock ‘n roll poet than Mark E. Smith’s surreal, blue-collar acid-bark — of which many a comparison to his vocal styling has been made. There’s still the synth-as-bass (care of Matt Samways from Electric Voice) that’s helped define the Pink Noise over the years, but the scratchy, echo-punk guitar attack of Graeme Langdon (Psychic Handshake boss) and the mesmerizing, rolling drums of Tara Desmond redirect the sound to a more playful place. Greedy Heart is the place where the No Wave kids with the skinny lapels rub shoulders with quick-witted culture snobs, making mean little jabs so acute that you can’t help but snicker.

Le retour plus que dû de Mark Sauner au format vinyle, avec un groupe complet dans la remorque, le montre se dandinant davantage vers l’aura sexy d’un poète rock ‘n‘ roll comme Jim Morrison que l’[acide aboiement de col bleu] surréaliste de Mark E. Smith — avec qui on l’a plus d’une fois comparé à cause de son style vocal. On retrouve encore le synthé-comme-guitare (gracieuseté de Matt Samways d’Electric Voice ) qui a aidé à définir le son de Pink Noise au fil des années, mais la guitare rêche écho-punk de Graeme Langdon (un des fondateurs de Psychic Handshake et le roulement hypnotisant de la batterie de Tara Desmond redirigent le son vers un lieu plus enjoué. Greedy Heart, c’est le lieu où les gamins No Wave aux revers de veste serrés se frottent aux snobs vifs d’esprit, se donnant de petits coups de poing vicieux tellement vifs qu’on ne peut que ricaner.

The Pink Noise – Bad Trip

The Pink Noise – Greedy Heart

New Canadiana :: The Pink Noise – White Buildings

Minimal snaps and snips of the crash and burn generation are captured in this dimension, as songs heard in the underground dance clubs of Orwell’s 1984. We feel the bleak disgust of Mark Sauner’s mind, but he refuses to step it back. This is as classy as he’ll get, back alley hustler, smoke screen. On “Garden Times”, you know he’s trying to show you the way, but you don’t get it. And you never will—this is his nightmare. Broken and torn in two, needing an escape that isn’t possible. The end of the world already happened, and this is the soundtrack.

Les claquements et les cliquetis minimaux de la génération qui se casse la gueule sont saisis dans cette dimension, comme les chansons qu’on entend dans les boîtes avant-garde de 1984 d’Orwell. On voit le dégoût morne de la tête de Mark Sauner, mais il refuse de le réduire. Voici le plus chic qu’il va jamais être, arnaqueur des ruelles, écran de fumée. Avec “Garden Times”, tu sais qu’il essaie de te montrer le chemin, mais tu ne comprends pas. Et tu ne vas jamais comprendre— c’est son cauchemar. Cassé et déchiré en deux, ayant besoin d’une fuite qui n’existe pas. La fin du monde s’est déjà passé, et voici la bande-son.

The Pink Noise – Flit

The Pink Noise – Garden Times