Tag: taiwan

New Canadiana :: Hot & Cold // Skip Skip Ben Ben – Split

Weird_Canada-Hot_and_Cold-Skip_Skip_Ben_Ben

Beneath the fragments of smoke and the incandescent newsprint of Hot & Cold’s latest burnt offering lingers the deep, unfettered alienation of statism. Glamorous synthesizers coalesce around rolling bass riffage while the clamour of monotonous farewells ring within. Cough cool.

L’aliénation de l’étatisme, lourde et sans entraves, persiste sous les volutes de fumée et le papier journal incandescent des dernières offrandes calcinées de Hot & Cold. Des synthétiseurs glamours s’unissent à une série de riffs roulants de basse pendant que résonne un tumulte d’au revoir monotones. Tousse cool .


Hot and Cold – Flynt

Ephemera :: Francesco de Gallo on Hobo Cubes // Taiwan Split 12″

Francesco de Gallo on Hobo CubesFrancesco de Gallo on Hobo Cubes (thumb)

The dogma of slowing right down is at the root of the symphonic revelation that is Hobo Cubes’ Francesco de Gallo’s recent work. The new sound is an experiment in deliberate unhurriedness. Inspired by artistic connections, de Gallo paired up with Edmonton’s Taiwan to release a 12” split. Things that are independently constructed can merge together in magical ways. Fully succumbing to the wayward spirit of collaboration, the 12” released by Toronto’s Pleasence Records demonstrates physical proof of this phenomenon in the fluid conjoining of artists — but also in Hobo Cubes’ approach to his contribution. Through the involved process of collaging, deconstructing and layering, intricate soundscapes emerged. And although this variegated sound occupies a world of its own, we indulgently explored the nexus of “stuff” that contributed. Align your senses. Listen to this track while you float through these gorgeous photos.

Hobo Cubes – The Hourglass

 

Labyrinths by Jorge Luis Borges

Francesco de Gallo on Hobo Cubes - Luis Borges

My friend Ryan lent me this Borges book before I knew his writing at all. It doesn’t really directly have anything to do with the album but I just feel like after I read this I had a different state of mind. I wanted to go into more minimal but deeper sounds conceptually. Borges’ stuff is super illustrative but almost abstract. Also, I just love labyrinths and the concept of the maze. Maybe this marked the beginning of the slowness in my life. I recently found this copy for sale and it has the same cover as the one my friend lent me.

Synthesizer (Roland JX-3P) // Controller (PG-200)

Francesco de Gallo on Hobo Cubes - Synth

I bought the synth from a guy in Montreal. It had been in storage for 10 years and I bought it really cheap but then had to get it fixed and that cost a lot of money. The controller, which you can buy separately, I got from my friend Christian. His friend found the controller, and gave it to him, so he just gave it to me. But, I had to get a specific cable from Italy. Unfortunately this was during a time when Canada Post was on strike, so I had to wait for like two months until I could even use it. [The controller] truly opened up a different world of sounds because I could manipulate the synth more. It’s possible to manipulate the synth from inside but I don’t have that logic. I don’t want to get inside the synth. The controller is just hands-on. You hear it a little bit on the album.

Alto-Sax

Francesco de Gallo on Hobo Cubes - Saxophone

I learned on this saxophone. This is the one I was using to tour a little bit and it’s what Alex Dirty Beaches saw me playing in Calgary when he said we should tour together. The first tour [with Dirty Beaches] was done with this sax. One show in France we were playing in this small venue inside a boat. The show was so crazy and at the end of the set I pulled off this weird punk move and dropped the sax. During the next show I was like “why is the sound all… fuck, I broke the sax.” It sucked, but it’s something that people remember from that show. I could get it fixed, I just never have, because in my heart I know I want a tenor sax — that heavier sound.

“Focus” Tattoo

Francesco de Gallo on Hobo Cubes - Focus

When I got it, I was really in that focus zone. Now it’s harder to focus in general. But I have it here, so now I can’t not focus. At the same time, the tattoo is sort of blurry. So it becomes this double-edged message. Sometimes life is pretty fucked, but you just gotta see what’s in there anyways — and sometimes you have to focus.

Tapes

Francesco de Gall on Hobo Cubes - Hobo Cult Tapes

http://hobocult.blogspot.ca/

« Ralentir radicalement », c’est le dogme au cœur de la révélation symphonique qu’est l’œuvre récente de Hobo Cubes de Francesco de Gallo. Ce nouveau son est une expérience dans l’art de prendre délibérément son temps. Inspiré par leurs connexions artistiques, de Gallo s’est joint à Taiwan d’Edmondton pour nous offrir un split sur vinyle. Des éléments élaborés séparément peuvent fusionner de façon magique. Fruit d’un abandon total aux aléas de la collaboration, ce 12 pouces du label torontois Pleasence Records est la preuve concrète de ce phénomène, d’abord dans la fluidité de cette rencontre entre artistes, puis dans l’approche collaborative même d’Hobo Cubes pour ce projet. Du processus complexe d’assemblage, de déconstruction et de mise en couches, émerge un paysage sonore complexe. Bien que ce son bigarré subsiste dans un monde qui lui est propre, nous avons exploré avec indulgence la constellation de « choses » ayant contribué au tableau. Ajustez vos sens. Écoutez cette piste tout en laissant planer votre regard sur ces images magnifiques.

Hobo Cubes – The Hourglass

 

Labyrinths de Jorge Luis Borges

Francesco de Gallo on Hobo Cubes - Luis Borges

Mon ami Ryan m’a prêté ce livre de Borges avant même que je connaisse l’auteur. Il n’y a pas vraiment de lien avec cet album, mais je sens simplement qu’après cette lecture, je n’ai plus été dans le même état d’esprit. J’ai voulu explorer un son minimaliste mais de conception plus profonde. Ce qu’écrit Borges est hyper illustratif, mais presque abstrait. De plus, j’adore les labyrinthes et le concept de dédales. C’est peut-être le point de départ de la lenteur dans ma vie. Récemment, j’ai trouvé cette édition à vendre et elle a la même couverture que celle que mon ami m’avait prêtée.

Synthétiseur (Roland JX-3P) // Contrôleur (PG-200)

Francesco de Gallo on Hobo Cubes - Synth

J’ai acheté ce synthétiseur d’un gars à Montréal. Il était entreposé depuis dix ans et je l’ai eu pour pas cher du tout, mais j’ai ensuite dû le faire réparer, ce qui a coûté vraiment cher. Le contrôleur qu’on peut acheter séparément, je l’ai eu de mon ami Christian. Son ami l’avait trouvé et le lui avait donné, et il me l’a donné par la suite. Par contre, j’ai dû obtenir un fil spécial d’Italie. Malheureusement, tout ça se déroulait au moment où Poste Canada était en grève. J’ai dû attendre deux mois avant de pouvoir m’en servir. Le contrôleur m’a ouvert la porte sur un nouveau monde sonore en me permettant de manipuler davantage le synthétiseur. C’est possible de faire ça en jouant avec les circuits du synthétieur, mais je ne suis pas doué avec ces trucs. Le contrôleur est plus pratique. On peut l’entendre un peu sur l’album.

Le sax alto

Francesco de Gallo on Hobo Cubes - Saxophone

J’ai appris avec ce saxophone. C’est celui que j’utilisais en tournée et c’est celui avec lequel je jouais à Calgary le jour où Alex Dirty Beaches(http://weirdcanada.com/tag/dirty-beaches/) a proposé qu’on fasse une tournée ensemble. J’ai joué avec ce saxophone lors de ma première tournée avec Dirty Beaches. Pendant un concert en France, nous jouions dans une petite salle sur un bateau. L’ambiance était malade et à la fin j’ai fait une genre de pirouette punk bizarre et je l’ai échappé. Au concert d’après, je me demandais « pourquoi est-ce que le son est tout… merde, j’ai brisé le sax ». C’était chiant, mais c’est quelque chose que les gens ont retenu du spectacle. Je pourrais le faire réparer mais je ne l’ai jamais fait, parce qu’au fond de mon cœur, je veux un saxophone ténor — pour ce son plus grave.

Le tatouage « Focus »

Francesco de Gallo on Hobo Cubes - Focus

Quand je l’ai fait faire, j’étais vraiment dans une phase de concentration. Maintenant, c’est généralement plus difficile de rester concentré. Mais je l’ai, donc je ne peux pas ne pas être concentré. En même temps, le tatouage est un peu flou. Donc, ça devient un peu un message à double sens. Parfois, la vie est un vrai foutoir, mais tu dois quand même voir ce qui s’y trouve malgré tout — et parfois il faut se concentrer.

Les cassettes

Francesco de Gall on Hobo Cubes - Hobo Cult Tapes

http://hobocult.blogspot.ca/

New Canadiana :: Hobo Cubes // Taiwan – Split 12”

Weird_Canada-Hobo_Cubes-Taiwan-Split.jpg

There’s a refreshingly assured and refined air about this split slab of wax for Montreal’s resident synth geometry major Hobo Cubes and outta nowhere Edmonton newcomers Taiwan.

Given the endless flow of tapes, CD-Rs, splits, tours and press Hobo Cubes has gotten out there over the years it’s almost tough to swallow that this is only the project’s first full LP side. Nonetheless, main man Fracesco de Gallo (also a sometime member of Dirty Beaches and the dude behind the Hobo Cult cassette label) sounds as reserved as anyone could hope to be on his first commitment to the 12″, like he’s got all of the time in the world and nowhere in particular to be. A spacious, vacuous and explorational journey through keyboard concrete, Hobo Cubes’ brilliant side forsakes familiar trends in dreamy synth-scapes and robotic repetition in favour of stranger 20th century-inspired lands, benefitting all the more for its adventurous composition and stringent individuality.

Taiwan have already become synonymous with Angelo Badalamenti around these parts, and David Lynch’s musical collaborator and soundtrack composer is without a doubt the creative launching pad for these fresh young cats. From the opening strains of their side you can imagine Laura Palmer searching for her diary in an eerie house. Yet what Taiwan add to the homage is their desire to build brief epics that haven’t been blasted this darkly and elegantly since the post-rock explosion heydays of the late ’90s. When you boil it down, Taiwan are lurking closer to a heaven where everything is fine than the otherworldly horrors of The Black Lodge, but that doesn’t mean there aren’t many fine surprises to be found in the kaleidoscopic 20-minute song cycle they’ve recorded for us in crystalline quality.

Une rafraichissante assurance et un raffinement émanent de ce split sur vinyle par Hobo Cubes, spécialistes montréalais de la géométrie des synthétiseurs, et Taiwan, nouveaux venus d’Edmonton, surgis de nulle part.

Vu le flot sans fin de cassettes, de CD-R, de splits, de tournées et de publicité associé depuis des années à Hobo Cubes, il est presque difficile à avaler qu’il s’agisse là de leur première face de 33 tours complète. Néanmoins, le leader Fracesco de Gallo (le type derrière le label de cassettes Hobo Cult, parfois membre de Dirty Beaches) apparaît aussi réservé que n’importe qui à son premier enregistrement sur vinyle, comme s’il avait tout le temps du monde devant lui et nulle part en particulier où aller. Vaste voyage exploratoire de la froide brutalité du synthétiseur,Hobo Cubes délaisse les répétitions robotiques et les paysages de rêves synthétiques familiers pour des terres plus étranges inspirées du 20e siècle, qui bénéficient des compositions aventureuses et de leur individualité rigoureuse.

Taiwan rime déjà avec Angelo Badalamenti en ces contrées, et le collaborateur musical et compositeur de David Lynch est sans aucun doute la rampe de lancement créative qui propulse ce jeune groupe. Dès les notes d’ouverture, on imagine Laura Palmer en train de chercher son journal intime dans une maison inquiétante. Pourtant, ce que Taiwan ajoute à cet hommage est leur désir de composer des chansons courtes mais épiques, qui rappellent par leur sombre élégance l’explosion post-rock à la fin des années 90. Quand on y regarde de près cependant, Taiwan flirte davantage avec un petit coin de paradis où tout va bien qu’avec les horreurs mystiques de la Black Lodge, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de belles surprises cachées dans le cycle musical kaléidoscopique de 20 minutes que le groupe a enregistré pour nous dans une qualité cristalline.

Taiwan – Red Room

Taiwan – Sunday

Hobo Cubes – The Rose

New Canadiana :: Various Artists – Weird Pop (?) From The Peace Country

Various Artists - Weird Pop (?) From The Peace Country

Recent seasons have seen the Peace Country crop up more than its fair share of surprises from the basement jammer outposts of Goose Lake and Grand Prairie. Now teamed with the Crystal Country crew and some tight-knit, loose-brained Ramshackle regulars, these diasporic cliques have combined for a comp and accompanying zine. There’s a wealth of genre agnostic activity scattered throughout these 17 tunes, from recognizable names like Krang, Taiwan and thee almighty Matthew A. Wilkinson to lesser-hearkened standouts like Dutch Hey Wagon, Butterbones, Organ Magic, Bong Sample, Congregations and (that old chestnut) so much more. Lend an ear to these peacekeepers and follow the North Star to freedom.

Depuis quelques temps déjà, la Région de la Rivière de la Paix génère plus que son lot de surprises avec ses groupes de sous-sol en provenance des avant-postes de Goose Lake et Grand Prairie. Aujourd’hui associées au label Crystal Country et à la famille d’hurluberlus de Ramshackle, ces cliques diasporiques s’allient cette fois pour produire une compilation et un zine. Faisant étal d’un véritable foisonnement agnostique de genres, ces 17 chansons nous sont livrées par des noms bien connus comme Krang, Taiwan et le tout-puissant Matthew A. Wilkinson, mais aussi par de moins connus méritant tout autant notre attention tels Dutch Hey Wagon, Butterbones, Organ Magic, Bong Sample, Congregations et (vieille rengaine) bien d’autres encore. Prêtez l’oreille à ces soldats de la paix et suivez l’étoile Polaire vers la liberté.

Taiwan – In My House

Bong Sample – Wintertime, and the Living is Breezay

New Canadiana :: Taiwan – Belladonna

File Under: Angelo Badalamelty. Stealthily trailing his previous tone-float into the celestial spring, Phil Dickau reemerges with the ill-omened warble jams of Taiwan. Hidden deep in the mustiest corners of the Black Lodge, he re-imagines Twin Peaks’ timeless soundworld as a nightmaric smooth jazz Buddha Box. Groove to the sound of your mind liquefied.

Classification: Angelo Badalamelty. En suivant furtivement son dernier char de ton dans la source céleste, Phil Dickau réapparaît avec les bœufs gazouillants de mauvais présage de Taiwan. Caché au fond des coins les plus poussiéreux du Black Lodge, il recrée le paysage sonore intemporel de Twin Peaks comme un Buddha Box smooth jazz cauchemardesque. Balançe-toi au son de ton cerveau liquéfié.

Taiwan – B04

Taiwan – A02