Tag: sudbury

New Canadiana :: Strange Attractor – It’s Always Halloween (Downtown)

Weird_Canada-Strange_Attractor-Its_Always_Halloween_Downtown

Real life and the night life – two versions of the same city. As the debate rages as to which is the new normal, each is populated with their own share of freaks and punks. Everyone in their work uniform, from denim suits to long johns to a button-covered leather jacket. Who is the real freak? Probably you and probably me. All in a swirl of Strange Attractor’s distorted haze with the rest of the people hanging out downtown.

La vie quotidienne et la vie nocturne – deux versions d’une même ville. Alors que le débat fait rage à savoir laquelle est la nouvelle normalité, chacune a sa dose de bizarroïdes et de punks : tous ont leur uniforme, du costume en jean aux caleçons longs en passant par le blouson en cuir couvert de boutons. Qui est le plus bizarre? Probablement toi et moi… et tous les autres qui se tiennent au centre-ville dans un des tourbillons de brume distordue de Strange Attractor.


Strange Attractor – It’s Always Halloween (Downtown)

New Canadiana :: Geyser – Geyser EP

Geyser - Geyser EP

First in the catalog of Sudbury DIY imprint Radiclaw Records, the fuzz-tastic three-piece Geyser rock with an energy rarely seen. Soaked in as much whiskey and youth as distortion and haze, guitars buzz and basses swirl before kicking in the door to sharp hooks and unruly vocals: an homage to a bygone decade. Cold nights power gritty anthems, indignant to their backdrops, longing for the next chance to put the top down, throw the map away, and just ride.

D’abord aperçu dans le catalogue DIY de Radiclaw Records (de Sudbury), le fuzz-tastique groupe tripartite Geyser rock avec une énergie rarement vue. Baignant autant dans le whiskey et la jeunesse que dans une distorsion brumeuse, les guitares bourdonnent et les basses tourbillonnent avant de transpercer la porte à coup de crochets et de voix désordonnées : un hommage à une décennie révolue. Des hymnes brutaux aux nuits froides, s’insurgeant de leurs paysages dans l’attente brûlante du prochain saut dans la décapotable pour jeter la carte et rouler droit devant.


Geyser – Junkie


Geyser – Copper Wish

Video :: Strange Attractor – “Hot Dog Water”

Strange Attractor - "Hot Dog Water"

News flash from the landfill: “I can’t sleep cuz my head’s on fire.” Finally, the White North has been infested with rats. Threatening to those with low self-esteem, pests have always been hated. A product of existential terror, conceited feelings of disgust prevent thoughts of creatureliness. God is on top, followed by other spiritual beings such as angels. Below human animals are other animals, plants, and rocks. The thinking is, cruelty now will ensure personal well-being during the end times. Praise public health!

Brèves depuis le dépotoir : « Je n’arrive pas à dormir parc’ que j’ai l’crâne en feu. » Enfin, les rats ont atteint le Grand Nord. Réelle menace pour ceux qui ont une piètre estime d’eux-mêmes, les ravageurs ont toujours été la cible des coups. Le résultat d’une terreur existentielle, sentiment de dégoût construit pour évincer l’idée « d’être vivant à part entière ». Dieu est en haut, suivi d’autres entités spirituelles, comme les anges. Sous l’espèce animale humaine se trouvent les autres animaux, les plantes et la matière rocheuse. La logique veut que la cruauté d’aujourd’hui soit garante du bien-être du monde lorsque la fin approchera. Gloire à la santé publique!

New Canadiana :: Strange Attractor – Barely Doin’ Crime

Strange Attractor - Barely Doin' Crime

With the coals of Back To The Cruel World still warm, Strange Attractor gas the fire again with an equally raucous EP. Probably cooked in the same lab as the infamous Noise Tape, these six jams crammed into a 7” run the gamut from a dangerous trip to a dangerous trip and a press release. Mental corruption runs thick through these driving bangers, rife with breach of trust and altered documents: the seedy underbelly of a drunken façade. We’re burning down the walls of conservative values, one screaming riff at a time. Sounds like my kind of party.

De la braise encore chaude de Back To The Cruel World, Strange Attractor rallume le feu avec un EP tout aussi tapageur. Probablement conçu dans le même labo que la notoire Noise Tape, cet ensemble de 6 morceaux condensés sur un 7 po vous fait voyager d’un danger à l’autre en passant par un communiqué de presse. La corruption mentale tourne à fond dans ces débris à roulettes, blindés d’abus de confiance et de faux documents : la face cachée miteuse d’un ivrogne. On fait tomber les barrières du conservatisme, un riff criant après l’autre. Ça c’est mon genre de fête.


Strange Attractor – I Need to Kill My Neighbours


Strange Attractor – Fashion Thugs

New Canadiana :: The Almighty Rhombus – Lucid Living

The Almighty Rhombus - Lucid LivingThe Almighty Rhombus - Lucid Living

The Almighty Rhombus is unabashedly a pop band. One has but to experience them, however, to realize that a thing boils beneath their collective surface. What is that thing? Maybe it is something born of a remote lodge filled with a smokey haze emanating from everywhere but the fireplace. You can feel it percolating in the toned stoner pop of songs like “Fluorescent”. Perhaps it’s the smoke from the superstack seeping its way into the dive bars, causing mayhem as it flows, transforming ridiculously catchy hooks to crescendos of sounds past. One thing you can count on though, is the precision with which this chess game of an album will catch your ear and not let go. Coffee?

The Almighty Rhombus est, sans honte, un groupe de pop. On n’a qu’à éprouver l’expérience pour se rendre compte que quelque chose mijote sous leur surface collective. Quel est ce truc? Peut-être c’est quelque chose né d’un chalet isolé rempli d’un brouillard de fumée émanant de partout sauf de la cheminée. Vous pouvez le sentir se répandre dans les mélodies sublimes, comme par exemple, dans la chanson « Fluorescent ». C’est peut-être la brume du Superstack s’écoulant son chemin dans les bars miteux qui sème la pagaille pendant que les musiciens joues, transformant les crochets ridiculement entraînants et les crescendos de sons passés. Une chose que vous pouvez compter, c’est la précision avec laquelle ce jeu d’échecs d’un album qui va réussir à attraper votre oreille, et la garder! Café?


The Almighty Rhombus – Fluorescent


The Almighty Rhombus – No I Won’t

New Canadiana :: Lightmares – Notamotto b/w These Trying Times

Lightmares - Notamotto b/w These Trying Times

It must have been seven or eight years now since I first saw Lightmares play a show. These three dudes weren’t old enough to stay in the bar after their set, but that didn’t stop them from giving out an insanely captivating and raw performance — or from handing out their demos to everyone as we went out to smoke. Since then they’ve tightened up their live show, songwriting and banter quite a bit, yet they seem just as hungry every time I see them play. This pair of weirdo pop-rock songs is a great representation of what these boys are capable of.

Ça doit maintenant faire sept ou huit ans que j’ai vu Lightmares en spectacle pour la première fois. Ces trois gars n’étaient pas assez vieux pour rester dans le bar après leur prestation, mais ça ne les avait pas empêchés de donner une performance extrêmement captivante et brut, ou de distribuer leur démo à tous ceux qui sortaient fumer. Depuis, ils ont pas mal amélioré leur spectacle, la composition de leurs chansons et leurs plaisanteries, mais ils semblent toujours aussi avides à chaque fois que je les vois jouer. Cette paire de chansons pop-rock étranges représente bien de quoi ces gars sont capables.

Lightmares – Notamotta

Lightmares – These Trying Times

New Canadiana :: Strange Attractor – Back To The Cruel World

Strange Attractor - Back To The Cruel World

From only the finest of decrepit driveways and dingy, rock-filled basements of Sudbury come the latest wonder from Strange Attractor. This garage punk trip hits you in the best of strange ways, like somebody fiddled with the knobs on the way out of the time machine, freaking out as the jams swirl in a sweaty haze of indignant distortion. Throw the Stooges out into the woods for a while and this is what you’ll get. That, or it’ll just make you want to get naked and climb the rafters. Loud, capricious, and making bad decisions. Mammoth Cave said it’s too bad nobody will listen to this record. Prove them wrong.

C’est uniquement sortie des plus belles entrées délabrées et des sous-sols défraîchis remplis de roches de Sudbury que la plus récente merveille de Strange Attractor surgit. Ce voyage garage punk vous frappe d’une façon des plus étranges et agréables à la fois, comme si quelqu’un avait manipulé les poignées en sortant d’une machine à voyager dans le temps, paniquant, pendant que les jams tourbillonnent en une brume moite de distorsion indignée. Jetez les Stooges dans les bois pour un certain temps et voilà le résultat. Soit ça, ou vous aurez une envie de vous dénuder et de grimper sur les chevrons. Bruyant, capricieux et prenant de mauvaises décisions. Mammoth Cave a dit que ce sera bien dommage que personne n’écoute cet album. Prouvez-leur qu’ils ont tort.

Strange Attractor – Anything

Strange Attractor – Escape From DMT

New Canadiana :: Paul Colilli – Hieroglyphs of the Soul

Weird_Canada-Paul_Colilli-Hieroglyphs_of_the_Soul

The name Paul Colilli may be relatively unheralded in the annals of Canadiana, but his contributions to the underground canon must not be overlooked. As a founding member of Hamilton’s O.G. electro rockers Simply Saucer — in the band’s pre-Cyborgs Revisited six-piece formation — he helped lay the foundation for one of the most crucial lysergic-rock groups of that or any era. Several lifetimes later, Colilli re-emerged from a parallel existence in academia with the aptly titled solo release, Psycho Sacred Music, and now steps forth once again with Hieroglyphs of the Soul. With a spoken/sung delivery reminiscent of Ray Davies, he spins yarns of the alchemical Jesus, Syd’s vegetable man reincarnate, and an ongoing exploration into the concept of dead angels. I want to believe…

Le nom de Paul Colilli est peut-être relativement méconnu dans les annales Canadiennes, mais sa contribution à notre canon underground ne doit pas être négligée pour autant. En tant que membre fondateur du groupe électro d’Hamilton Simply Saucer – dans l’incarnation sextuor du groupe qui date d’avant Cyborgs Revisited — il a participé à la création de l’un des plus importants groupes de rock lysergique de tous les temps. Après une absence qui a semblé durer plusieurs vies, Colilli a émergé d’une existence parallèle dans le monde universitaire avec le tube solo judicieusement intitulé Psycho Sacred Music, et puis remet maintenant ça avec Hieroglyphs of the Soul. Avec un débit tantôt chanté, tantôt parlé qui rappelle Ray Davies, il nous raconte les histoires de Jésus l’alchimiste, de la réincarnation du vegetable man de Syd, et offre une exploration continue du concept des anges morts. Je veux bien y croire…

Paul Colilli – One Sunday Morning

Paul Colilli – What’s New, Vegetable Man

New Canadiana :: Various Artists – Bloodstains Across Ontario

Mammoth Cave’s tribute to my recently adopted province and the third entry in its Bloodstains series is a rapid-fire bombardment of ON’s finest hook-smugglers. Like speed dating at Gaga Weekend. it’s a blur of faces young and old that spins by before you can decide if they’re a creeper or a keeper. From the scummy sugar rush of Strange Attractor to White Wires’ pogo-punk and the starry eyed twee of Peach Kelli Pop, side A spills over with jams. The flip sees Young Guv channel his inner Ric Ocasek, Slim Twig sprout up twice with shred-heavy side-project Tropics, and the unreleased cut from Shadowy Men on a Shadowy Planet jolt from idyllic to jugular-ripping. Of course, Tonetta steals the show with effortless elevator sleaze, urging Toronto residents to “clean it up, yeah, all the shit.” Wooly bully bang for the buck grip.

L’hommage à ma province récemment adoptée par Mammoth Cave et la troisième entré dans sa série Bloodstains est un bombardement rapide des plus fins contrebandiers d’accroches de l’ON. Comme les rencontre en lignes sur Gaga Weekend. C’est un flou de visages jeunes et vieux qui tournent avant que vous puissiez décider s’ils sont un obséder ou un bon à garder. Des montées de sucre vaseuse de Strange Attractor au pogo punk de White Wires et les yeux fixeur pittoresque de Peach Kelli Pop, la face A se déverse avec des jams. L’endos voit Young Guy canaliser son Ric Ocasek intérieur, Slim Twig surgit doublement avec le très déchirant projet en parallèle Tropics et la coupure pas encore sortie de Shadowy Men on a Shadowy Planet s’ébranle de idyllique à déchirement de jugulaire. Bien sûr, Tonetta vole la vedette avec un ascenseur sordide sans effort, pressant les résidants de Toronto de ‘’Nettoyez tout, ouais, toutes les cochonneries.’’ Le fracas Wooly bully pour l’attrapage de mec.

Tonetta 777 – City Joke

Shadowy Men on a Shadowy Planet – Foreign/Aft

Peach Kelli Pop – Panchito Blues

Young Governor – I Wanna Girl from Wawa