Tag: shred

New Canadiana :: Tunic – Disappointment

WEIRD_CANADA_tunic-disappointment.jpg

Winnipeg’s Tunic roll up their sleeves on their 7” debut, a tetra-pack of knuckle-dragging noise-punk as exothermic (and ephemeral) as an arc flash. These Manitoban noisemongers scrape and claw through tracks like adderall-fueled Liz-kids. Got an itch you can’t scratch? Can’t get no satisfaction? Here’s a dose of *Disappointment*.

Le groupe Tunic de Winnipeg retrousse ses manches sur son tout premier super 45 tours, un Tetra Pak de punk noise primitif aussi exothermique (et éphémère) qu’un arc électrique. Ces sonoriers manitobains égratignent et griffent à travers les chansons comme de jeunes lézards roublards nourris à l’Adderall. Tu n’peux pas te *scratcher* pour soulager ta démangeaison? T’es pas satisfait? Voici une dose de *Disappointment*.

Tunic – Hestiant Gesture

Tunic – Disappointment

New Canadiana :: TOWANDA – Plaything

Weird_Canada-Towanda-Plaything.jpg

The air is thick with sonic fuzz, and the overbearing shadow of unease hangs above. While most suck in the bitter smog, Towanda lets out the snarls we’ve learned to outwardly deny and inwardly accept. The inexpressible desires churn the hedonist angst in the belly of your existence… because “love is wasted on the loved.” The demanding pulsations rupture the peaceful plastic façade in a chaotic yet oddly soothing mantra.

Plaything unapologetically toys with its players amidst devastating intimacy and snarky euphoria.

L’air est épais de duvet sonique et l’ombre de malaise impérieuse se balance au-dessus. Pendant que la plupart aspirent le brouillard amer, Towanda laisse sortir les grognements que nous avons appris à nier extérieurement et à accepter intérieurement. Les désires inexprimables retournent la colère hédoniste dans le ventre de votre existence…parce que ’’L’amour est gaspillé sur l’aimé.’’. Les pulsations exigeantes rompent la façade paisible de plastique dans un mantra chaotique, mais étrangement apaisant. Le jouet joue sans honte avec ses joueurs parmi une intimité dévastatrice et une euphorie mordante.

TOWANDA – Love is Wasted

TOWANDA – Damage/Control

Cameo :: Lael Johnston on Adrian Verdejo – Modern Hearts: New Music for Electric Guitar

Adrian Verdejo - Modern HeartsCameo :: Adrian Verdejo -Modern_Hearts-thumb

Tell me about the third. Tell me about the sixth. Dad failed me. Don’t be defeated by laundry. Travel forwards, travel sideways, alone or with a friend. Canadian “Rye” Cooder. Apparently Greg Godovitz threw the original score of Tubular Bells in a fire. Mike singed his fingers pulling it out.

Lael Johnston is the Music Director at Chestermere High School Calgary.

Parle-moi du troisième. Parle-moi du sixième. Mon père m’a laissé tomber. Ne vous laissez pas abattre par le lavage. Allez de l’avant, allez sur les marges, seul ou avec un ami. Le « Rye » Cooder canadien. Il semble que Greg Godovitz ait jeté la bande originale de « Tubular Bells » au feu. Mike s’est légèrement brûlé les doigts en le retirant.

Lael Johnston est le directeur musical de l’école secondaire Chestemere, Calgary.


Adrian Verdejo – The Black Domino (Rodney Sharman, 1988)

Adrian Verdejo – Septet For Six Electric Guitars and Bass (James Tenney, 1981)

New Canadiana :: Cousins of Reggae – Rehearsal Tapes From Hell II

Cousins of Reggae - Rehearsal Tapes From Hell II

Blake Hargreaves has been a key conspirator in several mind-warping outfits, with an output that extends across all formats. One of his longest running projects is the fuzz-fried collaboration with Liam Thurston as Cousins of Reggae. The latest document to leak out from the duo’s cavernous jam space lets us in on an inspired session of wasteland ballads and damaged zones. Stripping away pieces of the exterior chaos to entangle themselves further inside our cerebral vacuum, the disjointed melodies spin into glorious burnout. It sounds like the theme music for an old western taking place in a post-nuclear desert. On those vaporized plains, the only voice you can hear is the phantom sun. A proposition to enter the coolness of a shadowy ledge is rebuffed in favour of a walk back into the heat. Another masterful negotiation of abrasion and abandonment, and a crucial addition to the Cousins’ canon.

Blake Hargreaves a été un conspirateur-clé dans plusieurs ensembles à l’esprit tordu, avec une production qui transcende tous les formats. L’un des projets qu’il poursuit depuis longtemps est sa collaboration à l’huile de fuzz avec Liam Thurston sous le nom de Cousins of Reggae. Le dernier document à avoir fuité de l’espace de répétition caverneux du duo nous introduit dans une session inspirée de ballades des champ de ruines et de zones endommagées. Dépouillant les parties du chaos extérieur pour s’enfoncer plus loin dans notre vide cérébral, les mélodies disjointes tournent sur elles-mêmes en une explosion glorieuse. Ça ressemble à un thème pour vieux western sur fond de désert post-nucléaire. Sur ces plaines vaporisées, la seule voix qu’on peut entendre est celle du soleil fantôme. La proposition de pénétrer dans la fraîcheur d’un recoin ombragé](https://www.youtube.com/watch?v=sv-GxqaE8xU) est repoussée en faveur d’un retour dans la chaleur. Une autre négociation magistrale entre écorchure et abandon, et un ajout capital à l’œuvre des Cousins.

Cousins of Reggae – Still In Deep (for CJS)

Cousins of Reggae – Forceps

New Canadiana :: Surveillance – Go Fuck Yourself

Surveillance - Go Fuck Yourself

Tucked inside a zine-grade cassette sleeve with the sinister image of NSA HQ, this shambly Halifax trio upholds the Nova Scotian no-fi tradition. Slashing through the hiss with a barrage of blurred hooks, caterwaul harmonies and Mascisized overdrive, Surveillance alternate between sensitive slack and slam-dance squeal. Just because you’re paranoid doesn’t mean they aren’t after you…

Derrière une pochette de cassette arborant la sinistre image du QG de la NSA, ce chaotique trio d’Halifax perpétue la tradition néo-écossaise no-fi. Se frayant un chemin à travers le grichage à coups de mélodies embrouillées, d’harmonies de miaulements et de distortion mascisisée, Surveillance alterne entre la mollesse sensible et les cris perçants du mosh pit. Ce n’est pas parce que vous êtes paranoïaque qu’ils ne sont nécessairement pas après vous…

Surveillance – Sun’s Gone

Surveillance – That’s Not Who I Am

New Canadiana :: Not the Wind, Not the Flag – Garments of Light

As expansive, mysterious, and joyous as Victoria Cheong’s cover art, Not The Wind, Not The Flag’s newest comes courtesy the tuned-in minds at Healing Power Records. In this worldly galaxy of transportive cosmic new jazz, you can almost see Colin Fisher (strings and things) and Brandon Valdivia (percussion) retreating to a secret cabin, à la A Beautiful Mind. There, they draw from the concealed links between assembled piles of heart-stirring ESP-Disks, lost New age tapes, and Voyager’s own Nonesuch Explorers collection.

Aussi expansif, mystérieux et joyeux que la pochette signée Victoria Cheong, le nouveau CD de Not The Wind, Not The Flag nous arrive gracieuseté des esprits allumés de chez Healing Power Records. Dans cette galaxie temporelle de nu jazz cosmique transporteur, on peut presque apercevoir Colin Fisher (cordes et autres trucs) et Brandon Valdivia (percussions) se retirer dans une cabane secrète, façon A Beautiful Mind. Là-bas, ils s’inspirent des liens dissimulés entre les piles savamment disposées d’émouvants ESP-Disks, de cassettes nouvel-âge égarées et de la collection personnelle Nonesuch Explorers de la sonde Voyager.

Not the Wind, Not the Flag – Conceal

New Canadiana :: Kapali Carsi – Clear Space In Apex Quarters

kapali_carsi-web.jpg

Kevin Hainey, head of noise complaints at Inyrdisk, continues his prolific solo output with his latest release as Kapali Carsi. Deep sea diving into a drone zone bermuda triangle, twisted sounds resurface from the depths after evading coast guard radars. Blown out amps act as receivers as they pick up distant static from the ocean floor. Mixed amongst the chopping hum of nearby oil tankers, your ears might catch pieces of the hushed conversations between drillers and tuxedoed executives. Heed the call of the beacon lights and head to these clear spaces.

Responsable des plaintes relatives au bruit à Inyrdisk, Kevin Hainey continue ses sorties prolifiques en solo avec son dernier disque sous le nom de Kapali Carsi. S’adonnant à la plongée sous-marine dans un triangle des bermudes bourdonnant, des sons refont surface des profondeurs après avoir échappé aux radars des garde-côtes. Les amplis crevés agissent comme des récepteurs en ramassant des parasites lointains du fond de l’océan. Exposées au fredonnement tranchant des pétroliers voisins, vos oreilles pourraient aussi capter des bribes de conversations secrètes entre foreurs et cadres en smoking. Écoutez l’appel de la lumière du phare et dirigez-vous vers ces espaces limpides.

Kapali Carsi – Untitled #7

Kapali Carsi – Untitled #4

New Canadiana :: WTCHS // Das Rad – Split Lathe

WTCHS // Das Rad - Split Lathe

It’s been a big year for Hamilton’s WTCHS, whose mournful post-hardcore could be a soundtrack for Steeltown in decay. On “Overkilmer/Some Girls” they have a chilly, haunted echo like the members of Fugazi holding a séance to channel the spirit of young Robert Smith. This contrasts their live performances, where the lights go off, the bottom drops out, and all the shadows nod their heads in agreement with the brutish monster that broods in the dark. They’re never afraid to share their releases with kindred souls, but hopefully there’s a solo LP looming just over the horizon.

On the flipside, Toronto’s morticians of rock ‘n’ roll, Das Rad, exhume their strongest work to date. Like a deranged surgeon sewing bits of bodies together, they graft the Cocteau Twins’ romantic moods and non-lyrical vocalizations with Black Sabbath’s cloak and cross wearing proto-metal. Surprisingly, the Promethean they create is anything but dour, loving life as it reenacts Saint Vitus’s dance around the room, even though it dresses only in black.

Grosse année pour le groupe WTCHS de Hamilton, dont le post-hardcore mélancolique pourrait servir de bande sonore à la ville de l’acier en déclin. L’écho paisible et fantomatique de « Overkilmer/Some Girls » résonne comme si les membres de Fugazi tenaient une séance de spiritisme pour entrer en contact avec le jeune Robert Smith. Cette ambiance contraste avec leurs concerts, où les lumières s’éteignent, quelque chose se brise, et soudain les ombres se mettent à hocher de la tête à l’unisson avec la bête sauvage qui rôde dans les ténèbres. Le groupe ne craint pas de partager la vedette avec des âmes compatibles, mais heureusement un album solo point à l’horizon.

De l’autre côté, les croque-morts du rock and roll, les Torontois de Das Rad, exhument leurs meilleures pièces à ce jour.Tels des chirurgiens fous couseurs de bouts d’organe hétéroclites, ils greffent au romantisme et aux vocalisations sans paroles des Cocteau Twins le proto-métal à croix et tunique de Black Sabbath. Surprenamment, la créature prométhéenne qui voit le jour n’a rien d’effrayant, mais incarne plutôt l’amour de la vie alors qu’elle réinterprète [la danse de Saint-Vitus] tout de noir vêtue.Grosse année pour WTCHS de Hamilton dont le

Das Rad – Heavy Flow

WTCHS – Overkilmer/Some Girls

New Canadiana :: Shooting Guns – Spectral Laundromat

Shooting Guns - Spectral Laundromat

A rare eyetooth of cutting room mayhem, Spectral Laundromat is another sludge-trudge journey from the Biggest Smoke in the prairies. Noticeably more shredding, delicate (enough) cymbal tins and straight-toed twangs blanketed by all sorts of atmosphere you likely won’t hear again. What is this mystical cosmicity and where will it take us? Shred your skin, ryde the dragon and find out. It doesn’t seem like the doom will end any time soon.

Une collection de perles rares jamais parue sur un album auparavant, Spectral Laundromat est une autre traversée dans la boue venue de la plus grande ville des Prairies. Sensiblement plus de « shred », des cymbales (assez) délicates et des vibrations simples recouvertes de toutes sortes d’ambiances que vous n’entendrez probablement jamais plus. Qu’est-ce que ce cosmos mystique et où nous mènera-t-il? Déchiquetez votre peau, montez sur le dragon et découvrez-le. Il semble que le malheur ne se terminera pas de sitôt.

Shooting Guns – Deepest Purple (for Krang)

Shooting Guns – Sitting in the Car, Thinking

New Canadiana :: Fuck Off Dad – Fuck Off Dad

Fuck Off Dad - Fuck Off Dad

A quick online search for “fuck off dad” delivers varied results: A Twitter account dedicated to leaving angry messages for oblivious fathers, plus YouTube confessionals ranging from mildly entertaining to heart wrenching. And then there’s the duo from Calgary who leave no room for subtlety. Fuck Off Dad’s self-titled release is a no-holds-barred 30 or so minutes of noise. Their particular brand — a series of crashes, fills, solos, guitar screeching and feedback — both commands your attention and fades into the subconscious. At times, they are reminiscent of Fantomas (Mike Patton’s avant-garde acid metal band) or John Zorn translated into distorted guitar. The outlier track, simply titled “B2”, is a quieter version of the previous chaos. Unsurprisingly, it stands out by proving that they do in fact possess restraint. Fuck Off Dad eschews any form or structure, which can be liberating and must be cathartic for the players involved. Not recommended for mixtapes.

Une recherche rapide en ligne des mots « fuck off dad » donne des résultats variés: un compte Twitter consacré à laisser des messages haineux à des pères indifférents, et des confessions sur YouTube, allant du passablement divertissant au tout simplement déchirant. Et puis, il y a le duo de Calgary qui ne laisse pas de place à la délicatesse. L’album éponyme de Fuck Off Dad offre 30 minutes ou presque de bruit sans ménagement. Leur genre de musique — une série de fracas, de remplissages, de solos, et le son perçant des guitares et du feedback — attire l’attention et s’estompe dans le subconscient tout à la fois. Par moments, ils évoquent Fantomas (le groupe de métal acid avant-garde de Mike Patton), ou encore John Zorn joué sur des guitares distordues. Le morceau d’exception, simplement intitulé « B2 », est une version plus calme du chaos précédent. Cette chanson se démarque, car elle prouve qu’ils savent faire preuve de retenue. Fuck Off Dad rejette toute forme de structure, ce qui peut être libérateur et sans doute cathartique pour les musiciens. Ce n’est toutefois pas recommandé pour les mixtapes.

Fuck Off Dad – A3

Fuck Off Dad – B2