Tag: sean nicholas savage

New Canadiana :: Sean Nicholas Savage – Bermuda Waterfall

Weird_Canada-Sean_Nicholas_Savage-Bermuda-Waterfall

It’s been a year, so let’s talk about Sean again. He’s back as the humorous, sad romantic; the anything-goes poet-pop motivator of the highest level; a man lost and found and still moving on. From pop to post-funk to hip-moving chanteur to drunk philosopher to wise and savage sage. He’s back. And though we all know the best way to experience this is just to sit with it and listen for a week straight, here’s the play-by-play in case you need further convincing.

“Boogie Nights” kicks things off with a Moroccan air, full of Flamenco guitar plucking while battling falsettos create the mood of tanning in a graveyard while some emaciated crooning ghouls try to obscure your sun. Want vocals? Tough luck, you gotta wait for “Naturally”, kicking in with no drums, spare percussion, and wavering quivering quavering synths and guitars pouring out all over each other while King Sean sadly sings, then powerfully swingingly utters the downer but hopeful melody that is, by now, a staple in Seannie’s sound stable. The ascending guitar riff that defines the pre-chorus almost steals the show from Sean’s perfectly annunciated “Naturally” chorus.

Next comes “The Rat”, which sounds nothing like “The Rat”, and is instead full of pre-programmed synth beats, bordering on corny and still pushing it all forward – you know, it’s Sean! Brilliant vocal melodies take over, while the stiff pre-programmed synths sound like ’80s Cohen in a discotheque in Tangiers. Things burn out soon after ignited. Strange ways. Then he’s back with this gem I’ve been waiting 18 months to hear a proper recording of: “Heartless” – nice guitars, stilted Duran Duran electro drums, pulsing programmed bass, but none of that really matters, because the vocals are what count on this (and most everything Savage). Lyrics are on point, vocal progression is beautiful, timeless and confusing, back-ups are sweet and thick and touching. Jungle metaphors run deep and obscure. Don’t ever expect anything less.

“Empire” is up next, with the smoothest and most no-holds-barred ’80s cornball-sounding verse yet, in a good way. This just makes the bed for the chorus to tear up. The pre-chorus has some THOMAS flavour, then the vocal ascension comes to a crushing conclusion – Empire of my soul, right on – with enough whoo-ooos and off-kilter vocal magnificence that will make you feel those real things.

Then we hit the midway point, breaking it up with “Hangin’ On” – which is good, and actually kind of sounds like ex-Edmonton compatriot, Mac DeMarco. Then things return to perfect form with the title track, getting all minor key, while still owning this laid back lounging soft-rock. Take out Cohen’s ’80s brooding rumble, keep the form and add more hooks, and you’ve got “Darkness." “Hands Dance” takes a very hard left, sounding almost happy and optimistic, with some Muppets on the back-up chorus. It’s a land that Savage has not yet ventured into, and makes this reviewer even more excited for what this man still has to write and record.

“Please Set Me Free” is a return to form – ’80s drum triggers, references to Chinatown, asking to be set free, awesome and off-putting back-up vocals on the chorus. A sweet and slow burn, with rain sound effects, and talk of ordering rice. The boy knows and the boy knows it. Next up is a song that sounds like “Benny and The Jets” , but instead of being confident and anthemic, it takes a step back, gets very self-conscious and critical, and destroys the form with vulnerability. Storytelling at its most Savage. Finishing things off, there is a breezy ’80s Lover’s Rock R&B number, bringing in some early UB40 vibes, and Sean sounds happy for maybe the only time on the whole album. Sean is a natural national treasure. He is as exciting as it gets, and I can’t wait for more.

Ça fait un an, alors revenons donc sur Sean. Il reprend son rôle de sentimental humoristique, mais triste; un motivateur poète pop du plus haut calibre pour qui tous les moyens sont bons; un homme perdu, mais retrouvé qui continue sa lancée. Après un long parcours, passant de chanteur polyvalent, que ce soit de pop, de post-punk ou simplement de musique qui fait déhancher, à philosophe poivrot, puis à sage sauvage, il est de retour. Et même si on sait déjà que la meilleure façon de ressentir son oeuvre est de se canter et de l’écouter sans arrêt pendant une semaine, voici une récapitulation morceau par morceau au cas où vous n’êtes pas encore convaincus.

« Boogie Nights » débute avec un air marocain plein de pincements de guitare style flamenco accompagnés de faussets luttant les uns contre les autres, créant une ambiance de bain de soleil au cimetière en compagnie de goules émaciées qui fredonnent et bloquent vos rayons de lumière. Vous voulez des paroles? Pas de chance – va falloir attendre « Naturally » qui commence sans batterie, percussion de réserve, le tremblotement des synthés et des guitares s’enterrant mutuellement, tandis que King Sean chante tristement avant de proférer avec une force virevoltante cette mélodie triste, mais pleine d’espoir qui est maintenant une partie fondamentale de son oeuvre. Le riff de guitare montant qui définit le préchoeur vole presque la vedette aux paroles parfaitement chantées de Seannie dans « Naturally ».

S’ensuit « The Rat », qui diffère totalement d’un morceau du même nom et qui déborde plutôt de beats synthés préprogrammés qui frôlent le cucul, mais qui arrivent quand même à faire bouger les choses – du Sean tout craché, quoi! De superbes mélodies vocales prennent le dessus alors que les synthés lourds sonnent comme du Cohen des années 80 jouant dans une discothèque à Tanger. Les choses s’éteignent peu après avoir été allumées. Étranges façons. Puis, après 18 mois à attendre un vrai enregistrement, il me revient avec ce petit bijou : « Heartless »; de la bonne guitare, du Duran Duran guindé, de la batterie électrique, de la basse bien rythmée; mais rien de ça n’est vraiment important parce que les paroles sont ce qui compte ici (et Savage encore plus). Elles sont à point; la progression vocale magnifique, éternelle et laissant perplexe; la chorale, elle, est douce, dense et touchante. Les métaphores sur la jungle sont ancrées profondément en plus d’être assez obscures. Ne vous attendez jamais à rien de moins.

L’album enchaîne avec « Empire » et ses doux couplets qui vont chercher le plus cucul (dans le bon sens du terme) des années 80. Cela n’est qu’une préparation pour la chorale, car ça va déchirer! On peut ressentir du THOMAS dans la préchorale avant que l’ascension vocale n’atteigne une conclusion écrasante : Empire of my soul, oh ouais. Cette toune est remplie de wouhous et d’une magnificence vocale un peu tordue qui va vous faire ressentir les vraies choses.

On arrive à la moitié de l’album avec « Hangin’ On », qui en plus d’être bien, sonne un peu comme Mac DeMarco, ancien camarade d’Edmonton. C’est alors que la chanson éponyme fait son entrée, ramenant le tout à sa forme parfaite, tombant en mode mineur tout en conservant un son soft-rock bien décontracté. Abandonnez les grondements maussades des années 80 de Cohen, gardez la forme, ajoutez plus de crochets, et vous voilà avec « Darkness ». « Hands Dance » vous prend à revers avec son ton optimiste et joyeux et sa chorale composée de Muppets. C’est un territoire encore inconnu pour Savage, ce qui ne fait qu’attiser mon anticipation pour les oeuvres futures de cet homme.

« Please Set Me Free » effectue un retour aux formes avec des déclencheurs de batterie des années 80, des références à Chinatown, une soif de liberté ainsi qu’une chorale qui est à la fois époustouflante et perturbante. Une combustion douce et lente accompagnée du tambourinement de la pluie et d’intentions de commander du riz. Il s’y connaît, le gars et il. Le prochain morceau est similaire à « Benny and The Jets », mais au lieu d’évoquer la confiance et d’avoir un air hymnesque, il prend du recul, devient très timide et critique de lui-même et détruit la forme avec vulnérabilité. Du récit à son plus Sa(u)vage. Le tout se termine avec une performance R&B enjouée de Lover’s Rock des années 80 qui amène une ambiance qui rappelle UB40 à ses premiers jours. C’est peut-être le seul moment dans tout l’album où Sean semble joyeux. Il est un véritable trésor national. Il n’y a pas plus excitant, et je suis impatient d’entendre ce qui va suivre.


Sean Nicholas Savage – Heartless


Sean Nicholas Savage – Darkness

New Canadiana :: Sean Nicholas Savage – Other Life

Sean Nicholas Savage - Other Life

I could easily go on about Sean the man and Sean the artist all day, but there’s one piece of advice that I always give to people who have a hard time with Sean’s music: believe him, because he is sincere in what he’s doing. His genre ADD can lead listeners to think that Sean’s music is merely a vehicle to keep him entertained, but the harder you listen, the cohesiveness of his recordings comes out. The more you listen, and the more credit you give to this artist, the more you will be rewarded; the Savage world is a world all its own, and if you allow yourself access to it by dropping your defences and letting Savage in, you’re opening yourself up to a satisfying, bewildering, amazing and sometimes off-putting experience – delighting the senses, boggling the mind, and sticking in your forever.

Sean has taken a fantastic voyage from his early days as an acoustic-pop crooner in Edmonton, and WC’s been there the whole time – celebrating (almost) everything the wunderkind produces. Though it can be tough to stay aboard the pitching ship that is Savage’s career trajectory, we all try to hold on and watch him progress, mutate and make good on all of the genius he possesses. Sean is an artist that has rarely made his way into the indie-majority’s ears, and thanks to the success of Arbutus, it’s immensely satisfying that SNS is now dazzling the populace, while surely leaving them confused and uncomfortable.

Writing about Sean’s songs is a sucker’s game, because you have to hear them and feel the way that they unfold and encompass the hyper emotional reality that pop music introduced and has been made believable by Savage. From Summer 5000 to Other Life, Sean’s evolution in 5 years outshines most artists’ entire careers, and it’s rare to have someone so confident and original in their aping/misshaping and adoption of the softness of ‘80s studio pop, synth-soaked ballads and sympathetic serenading.

On Other Life, Sean’s quivering falsetto and cheesy synths can come off, for some, as a sort of performance art, but Sean is never winking – he believes whole heartedly in what he’s doing, and the sooner you accept that the sooner you can immerse yourself in the world of Savage’s love.

Serious, thrilling, sad, amusing, beautiful:

“You would think a man like me could swim all by myself / I got so used to being on your shore, I forgot how the water felt / I got so used to being your man, I forgot how to be myself.”

“Everything changes, and if you don’t, too, before you know it you’re not even you.”

“How can I live with myself when I need you more? I need your body more than I need my own; I need to live with you more than I need a home. And if it’s over, it’s true that I always loved you more than I loved myself.”

Je pourrais facilement parler de Sean le gars et de Sean l’artiste toute la journée, mais il y a une chose que je dis toujours aux gens qui ont de la difficulté avec sa musique : croyez-le, parce qu’il fait ça sincèrement. Son ADD des genres peut mener les auditeurs à penser que sa musique est simplement un véhicule pour le garder amusé et diverti, mais, plus on écoute, plus on ressent la cohésion de ses enregistrements. Plus on écoute, plus on donne du crédit à cet artiste, et plus on en est récompensé; le monde de Savage est un monde en soi, et si vous vous permettez d’y accéder en baissant votre garde, vous vous ouvrez à une expérience satisfaisante, déconcertante, étonnante et parfois rebutante – qui délecte les sens, qui ahurit l’esprit, et qui colle pour toujours.

Sean a entrepris un fantastique voyage depuis ses débuts en tant que crooner folk-pop à Edmonton, et WC l’a toujours suivi – célébrant (presque) toutes ses prodigieuses parutions. Même s’il peut être ardu de rester sur le navire tanguant qu’est la trajectoire professionnelle de Savage, on essaie tous de tenir bon et de l’observer progresser, se transformer et convertir tout le génie qu’il possède. Sean est un artiste qui a rarement fait son chemin jusque dans les oreilles de la majorité indie, et grâce au succès d’Arbutus, il est immensément satisfaisant que SNS éblouisse désormais la populace, tout en les laissant assurément confus et mal à l’aise.

Écrire à propos des chansons de Sean est un coup fourré, parce qu’il faut entendre et ressentir la façon dont ces chansons se déploient et englobent la réalité hyper-émotionnelle que Savage présente et rend crédible avec la musique pop. De Summer 5000 à Other Life, l’évolution de Sean en seulement 5 ans éclipse l’entière carrière de la plupart des artistes, et il est rare de voir quelqu’un d’aussi confiant et original dans sa contrefaçon, sa distorsion et son adoption de la douceur de la pop studio des ‘80s, des ballades gorgées de synths et des sympathiques sérénades.

Sur Other Life, le fausset frémissant et les synths ringards de Sean peuvent sembler tenir de l’art de performance pour certains, mais Sean ne leurre personne – il croit de tout son cœur en ce qu’il fait, et plus tôt on l’accepte, plus tôt on pourra s’immerger dans le monde amoureux de Savage.

Sérieux, passionnant, triste, amusant, beau :

“You would think a man like me could swim all by myself / I got so used to being on your shore, I forgot how the water felt / I got so used to being your man, I forgot how to be myself.”

« Tu pensais qu’un homme comme moi pouvait nager seul / Mais je m’étais tellement habitué à ta rive, j’en avais oublié l’eau / Je m’étais tellement habitué d’être ton homme, que j’en avais oublié d’être moi-même »

“Everything changes, and if you don’t, too, before you know it you’re not even you.”

« Tout change, et si tu ne le fais pas toi aussi, avant que tu ne t’en rendes comptes tu n’es plus toi-même »

“How can I live with myself when I need you more? I need your body more than I need my own; I need to live with you more than I need a home. And if it’s over, it’s true that I always loved you more than I loved myself.”

« Comment puis-je vivre avec moi-même quand j’ai davantage besoin de toi? J’ai besoin de ton corps comme du mien; j’ai besoin de vivre avec toi comme d’une maison. Et si c’est terminé, ce sera vrai que je t’aurai toujours aimé plus que je ne m’aimais moi-même »

Sean Nicholas Savage – Other Life

Sean Nicholas Savage – Look at Me

New Canadiana :: Elrichman – Clarity

Elrichman - Clarity

In the remake of this ‘60s cult classic Paul Erlichman (played by Pete Townshend) leaves his soul/band mates in Gay, changes his name to Elrichman to dodge prejudice, and moves to glamorous Los Angeles to pursue his dream of being a songwriter to the stars. Along the way he meets a wise, mysterious hitchhiker named Nelo who shows him a new way to play his guitar. Finally in Hollywood he struggles to win the respect of his peers, all of who are played by Randy Newman and Burt Bacharach at various points in their lives. One day, while singing for nickels by the fountain in the park, he discovers he can converse with woodland creatures. Aided by his new friends, he comes to the rescue of a wayward E Street Band who are lost without a leader. Elrichman forms a tight psychic bond with Clarence Clemons (played by Sean Nicholas Savage), and as Clarence dies he whispers “If you need me, look for me in your little fingers. That’s where we’ll hide our friendship.” The film ends with Elrichman wrapping his arms around his dreams and becoming the head songwriter for The Monkees (all of who are played by Harry Nilsson in wacky wigs), but then realizing the happiness he was looking for was always inside of him, he returns home to play with Gay (played by the city of Toronto).

Dans le remake de ce classique culte des années 60 Paul Erlichman (joué par Pete Townshend) quitte ses âmes sœurs/ les potes du groupe qui s’appelle Gay, il change son nom à Elrichman pour éviter le préjugé, et il déménage à Los Angeles pour poursuivre son rêve de devenir un auteur-compositeur pour les vedettes. En chemin il rencontre un auto-stoppeur sage et mystérieux qui s’appelle Nelo qui le montre une nouvelle façon pour jouer sa guitare. Enfin à Hollywood il s’essouffle à gagner l’estime de ses pairs, qui sont joués tous par Randy Newman et Burt Bacharach aux différents temps de leurs vies. Un jour, en chantant pour les nickels à côté de la fontaine au parc, il découvre qu’il peut converser avec les créatures dans les bois. Aidé par ses nouveaux amis, il sauve un groupe entêté E Street qui est perdu sans chef. Elrichman forme un lien psychique avec Clarence Clemons (joué par Sean Nicholas Savage), et quand Clarence meurt il chuchote “Si t’as besoin de moi, cherche pour moi dans tes petits doigts. C’est là qu’on va cacher notre amitié.” Le film se termine quand Elrichman embrasse ses rêves et devient l’auteur-compositeur chef pour The Monkees (dont tous sont joués par Harry Nilsson dans les moumoutes loufoques), mais puis il se rend compte que le bonheur qu’il cherchait est toujours au fond de lui-même, et il retourne chez lui pour jouer avec Gay (joué par la ville de Toronto).

Elrichman – The Shah and I

Elrichman – Mansion

New Canadiana :: Sean Nicholas Savage – Flamingo

If small town fairs were hip to the culture of cheap thrills and cheese appeal that speaks to my inner child, I’d hear Flamingo on the tinny speakers beside my head while I wait in line for elephant ears and ride vouchers. Sean Savage is calmer and quieter here than I’ve known him to be. These are vaguely erotic hand-holding and ferris-wheel-secret-telling songs. I want to win the big bear prize for my gal and make promises to her while the sun sets. Lovely meets funny as Sean trills, woos and oohs you.

Si les foires de petite ville étaient branchées à la culture des sensations bon marchés et de charme du fromage qui parle à mon enfant intérieur, j’écouterais Flamingo sur les petits haut-parleurs à côté de ma tête pendant que j’attends en ligne pour des oreilles d’éléphant et des coupons de tours. Sean Savage est plus calme et silencieux ici que je l’ai connu d’être. Ceux-là sont du tenage de mains vaguement érotique et des chansons de secret conter sur la grande roue. Je veux gagner le gros ours en prix pour ma fille et lui faire des promesses au coucher du soleil. L’adorable rencontre l’amusant alors que Sean vous roucoule, courtise et vous fait des oohs.

Sean Nicholas Savage – She Was The One

Sean Nicholas Savage – Chin Chin

New Canadiana :: Count Dracula // Kool Music – Won Ton Jaz

In my quiet bedroom I hear the Wilhelm scream of Count Dracula (a.k.a. Sean Nicholas Savage) echoing from outer space travel-log mixtapes as the ship travels faster than the speed of light over Montreal. From his U.F.O. he sends ray beams of steel drums, lilting vocals and, of course, catchy lyrics that no one else could pull off (sex, sweet sex). Kool Music offers a side of ’80s ice cold film soundtrack with a meditative swirl as the chewy centre. Calm before the sewer storm? Yeah. It’s a tableau of sex, action, sunglasses and chilly, kung fu svelte babes in the ‘hood.

Dans ma chambre silencieuse j’entends le cri Wilhelm du Conte Dracula (alias Sean Sean Nicholas Savage) faisant écho des cassettes mix de carnet de voyage de l’hyper espace alors que le vaisseau voyage plus vite que la lumière au-dessus de Montréal. De son U.F.O. il envoie des rayons laser de batteries d’acier, élevant les chants et, bien sûr, des paroles accrocheuses que personne d’autre ne pourrait réaliser (sex, doux sex). Kool Music offre un côté d’une frigide bande sonore de film des années 80 avec un tourbillon méditatif comme centre moelleux. Le calme avant la tempête d’égouts? Yeah. C’est un tableau de sex, d’actions, de lunettes de soleil et de fraîche, de sveltes minettes kung fu dans le quartier.

Kool Music – Hot House

Count Dracula – UFO

Count Dracula – True Love

New Canadiana :: Sean Nicholas Savage – Trippple Midnight Karma

Caressing serotonin receptors like streetlight halos after a summertime all-nighter, Trippple Midnight Karma soothes like an Alka Seltzer before naptime. Windows-down synth weaves between wham-chk syncopation — coming off like a middle-schooler’s imitation of an eras-passed softcore soundtrack — and laissez-faire Latin guitar solos, while Savage’s suave falsetto provides the Halls to the Sting of a sore throat. Hailed as his return to the bedroom, Trippple Midnight Karma has Savage producing disco double rainbows with a CMYK palette — or, perhaps, the best archeological find from Bleu Nuit’s coffers.

En caressant les récepteurs de sérotonine comme les auréoles des lampadaires après une nuite blanche estivale, Trippple Midnight Karma apaise comme un alka-seltzer avant une sieste. Le synthé enthousiaste zigzague entre la syncope wham-tchk — ayant l’air d’une imitation école sécondaire d’une bande-son vintage softcore — et les solos relax de guitare latine, pendant que le fausset charmant fournit les Halls pour le Sting d’un mal de gorge. Acclamé en tant que son retour à la chambre, avec Trippple Midnight Karma, Savage produit les arcs-en-ciel doubles disco avec une palette CMYK— ou, peut-être, la meilleure découverte des caisses de Bleu Nuit.

Sean Nicholas Savage – Serious Eyes

Sean Nicholas Savage – Getting To Know Myself

New Canadiana :: Sean Nicholas Savage – Mutual Feelings (of Respect and Admiration)

DISCO DOESN’T SUCK. As perpetual Weird Canada favourite Sean Savage attests, the d-word doesn’t have to signify the brothers Gibb, a teenaged Travolta, or in the immortal words of Van Dyke Parks, “white boy pepper grinder madness.” Instead, Savage gives us swoon-worthy strings (with arrangements from the Silly Kissers’ David Carriere plus guest vox from singer Jane Penny), glittery synths, beachy bongos, and a soft-rock disco dancehall update to his classic pop romanticism. Turns out the Parisian night suit fits Savage perfectly.

LE DISCO N’EST PAS NUL. Comme l’a dit Sean Savage, le préféré perpétuel de Weird Canada, le gros mot d**** n’a pas besoin de signifier les frères Gibb, l’ado Travolta, ou dans les mots immortels de Van Dyke Parks, “la folie moulin-à-poivre des garçons blancs”. À la place, Savage nous donne les cordes canon (avec les arrangements de David Carriere de Silly Kissers ainsi que une voix invitée de la chanteuse Jane Penny), le synthé flamboyant, les bongos de la plage, et une mise à jour soft rock disco bastringue pour son romantisme pop classique. Il se trouve que le costume des nuits Parisiennes vont à Savage parfaitement.


Sean Nicholas Savage – Misery Mountain


Sean Nicholas Savage – Disco Dancing

There’s no love in space.

Silly Kissers - Love Tsunami (Self Released, 2008)

The first demos by Makeout Videotape had this heavy cassette-warble from the red-line recordings made directly to cassette. Add the immensely catchy lyrics about typical bullshit and I was completely won over. I eagerly awaited his official release and was initially disappointed to see all new songs. The waves of distortion washed over me and my opinions were born anew in the wasteland of teenage sexual tension and Nilsson covers. It wasn’t long before I was, once again, thwarting the recordings on all my friends and hassling the Edmonton ex-pat for more.
Someone bought a ticket to London, 1985. The Montreal duo walked into Human League’s studio and downloaded Philip Oakley’s soul into Garage Band. Infectious synth-pop of the highest retro variety. While many throw-back groups suffer from sounding stale and “modern,” I get a complete vintage vibe from this band that goes beyond audio and into the writing, phrasing, and sexualizing. I have on idea what they sound like live, but the 12-song CDR released in late-2008 is a pop sensation. Sean Nicholas Savage sings on a few songs.

You Don’t Love Me

Quelqu’un a acheté un billet à Londres, 1985. Le duo montréalais est entré au studio Human League et a téléchargé l’esprit de Philip Oakley au Garage Band. La synthpop contagieuse de la meilleure variété de rétro. Même si beaucoup de ces groupes ont l’air malheureusement éculé et moderne, je ressens des ondes complètement vintages auprès de ce groupe qui dépassent l’audio et influencent l’écriture, le phrasé, la séxualité. Je connais rien de leur spectacles, mais le CD-Rom compant 12 chansons qui était enregistré fin 2008 est un beau succès de pop. Sean Nicholas Savage chante quelques chansons.

You Don’t Love Me

New Canadiana :: Sean Nicholas Savage – Summer 5000

Sean Savage - Summer 5000 (Self Released, Edmonton, AB, 2008)

Legend has it Sean once performed naked, painted entirely blue to a room full of teens. I say legend because it’s so damn fitting. Cementing himself on the CJSR Top 30 for almost 5 months (spending two months at number one), it was no doubt that his perfect DIY pop effort resonated with all; young and old; naked and clothed; 16 year-old high-school thug and 27 year-old burn-out Music Director. The 8-song, 20 minute album was rereleased on Arbutus Records when Sean left the prairies for a life in Montreal. All the songs were recorded by Sean directly to an MP3 recorded using a process I still do not understand. He wrote a lot of songs. A lot. And many of them are great. Many of them.

Here She Comes

La légende raconte qu’une fois Sean a joué nu, peint en bleu devant une salle pleine d’ados. Je dis légende parce que c’est lui tout craché. En se cimentant sur le CSJR top 30 pendant presque 5 mois (en restant deux mois en numéro un), il ne fait aucun doute que sa réussite parfaite de DIY pop à touché tout le monde; les jeunes et les vieux; les nus et les vêtus; le voyou du secondaire de 16 ans et le directeur musical has-been de 27 ans. L’album comptant 8 chansons et 20 minutes était ressorti par Arbutus Records quand Sean a quitté les prairies pour une vie à Montréal. Sean a enregistré toutes les chansons directement au format mp3 avec un processus que je comprends pas encore. Il a écrit beaucoup de chansons. Beaucoup. Et de nombreuses sont géniales. De nombreuses.

Here She Comes