Tag: scotch tapes

New Canadiana :: Actual Water – Latoya b/w Latoya (A Cappella Mix)

Actual Water return with flourishing pop familiarity. A veritable anthem for teen lovers (and burnt, middle-aged adults yearning for a sip from the fountain of popular youth), “Latoya” is an instance source of vibronic sensation, driving romantic conviction through your ectoplasm into the eternal core of your quad-valve palpitator. Steady twelve-string madness, insatiable marimba, and a hilariously rad back-up vocal bonanza complete the ridiculously summery attitude, granting this fifth lathe the title of “infinite jam.”

Actual Water est de retour avec la familiarité florissante de pop. Un hymne véritable pour les amoureux adolescents (ainsi que les adultes d’âge mûr fatigués qui ont envie de siroter de la fontaine de jouvence populaire), “Latoya” est une source immédiate de sensation vibronique, en poussant ta conviction romantique à travers ton ectoplasme dans le fond eternel de ton cœur. La folie stable de douze cordes, le marimba insatiable, et une fête absolument hilarante de chant finissent l’attitude ridiculement estivale, en donnant ce cinquième morceau le titre de “bœuf infini”.

Actual Water – Latoya

New Canadiana :: Mess Folk // Fuck Montreal – Split

Mess Folk: C’est l’été, il fait chaud pis t’es quand même dans ce bar-là, celui qui va faire mal le lendemain et qui se cure avec une plottée de bines pis les fonds de la veille. Du rock garage boueux qui sonne comme si tu te faisais verser de la bière dans les trous d’oreille. Tu te réveilles hungover, tu cales ton Gatorade trop vite pis tu vires la cassette de bord. Fuck Montreal sonne le glas et te paraphrase un mal de tête dans lequel se confondent des chants tribaux pis des comptines patibulaires sur un fond de grunge hanté. Fuck Montreal essaie peut-être de te faire peur, mais t’es là pour leur montrer que t’es pas pire tuff pis que tu combats le feu par le feu – pis que plus que ça fait mal, moins ça fait mal.

[audio:http://weirdcanada.com/wp-content/uploads/2011/04/Weird_Canada-Mess_Folk-No_Jobs.mp3|titles=Mess Folk – No Jobs] Mess Folk – No Jobs
[audio:http://weirdcanada.com/wp-content/uploads/2011/04/Weird_Canada-Fuck_Montreal-Bucket_of_Blood.mp3|titles=Fuck Montreal – Bucket of Blood] Fuck Montreal – Bucket of Blood

New Canadiana :: Meat Curtains – Eden Disorder

Weird_Canada-Paranerd-Writ_EP.jpg

Meat Curtains exist in a Northern Atlantic alternate dimension, one where Kathleen Hanna kicked the shit out of Courtney Love in ’95 (both in the alley and for popular music supremacy). All piss ‘n’ piss stains, the hilariously titled Eden Disorder is un-fucking-flappable. No-fi teenage glue-huffing (“Flipper Mom”) collides with carnival cacophony (“Boys Are My Flowers”), while dumpster-diving guitars skid beneath stream-of-consciousness, all-in schizo rants (“Syphilis is the New Clear Pepsi”), leaving a trail of primordial ooze in its wake. By the time singer Molly Meatloaf snarls “I’m in heat!” — part declaration, part challenge — it’s time to change your pants. Welcome to the new face of riot grross.

Meat Curtains existent dans une dimension parallèle de l’Atlantique du Nord, l’une où Kathleen Hanna a massacré Courtney Love en 95, (autant dans l’Allée que pour la suprématie de la musique populaire). Tout de tâches de pisse et de pisse, nommé de façon hilarante Eden Disorder est in-foutument-perturbable. Des râlements de colle d’adolescence no-fi (‘’Flipper Mom’’) se heurte à une cacophonie de carnaval (‘’Boys Are My Flowers’’), pendant que des guitares plongeuses de bennes à ordures dérapent sous des courants de conscience, des divaguements de schizo tout-compris (“Syphillis is the New Clear Pepsi’’), laissant une traînée de vase primordiale dans son sillage. Par le temps que la chanteuse Molly Meatloaf gronde ‘’Je suis en chaleur!’’—à moitié déclaration, à moitié défi—c’est le temps de changer vos pantalons. Bienvenue au nouveau visage de l’émeute dégueu.

Meat Curtains – Flipper Mom

Meat Curtains – I Hate Rock N Roll

New Canadiana :: Bruised Knees – Badwater & Holy See’s Horror

Yet another face-melting insertion within the Scotch Tapes and Young Guv lathe series. Two slabs of soylent plastic were necessary to capture the wikked vibrations emerging from Toronto’s Bruised Knees. Eerie, synthetic mellowtones are sandwiched between cultic clamor and shattering shimmer, spinning psychedelic sinusoids around our sonic horizon. The Huckleberry influence runs deep within the wincing metal and triplic drummery; thud, thud, thud, thud, burn burn burn burn. What else lay dorment in Guv’s lair? Grip before the patina groweth.

Encore une autre insertion fondeuse de face avec la série de tour de Scotch Tapes et Young Guv. Deux tranches de plastique soylent furent nécessaires pour capturer les violentes vibrations émergeant  de Bruised Knees de Toronto. De sinistres tons veloutés sont pris en sandwich entre la clameur culte et le fracassant chatoiement, tournant des sinusoïdes psychédéliques autour de notre horizon sonique. L’influence Huckleberry est profondément ancrée dans le métal tressaillant et le triple tambourinement; tap, tap, tap, tap, brûle, brûle, brûle, brûle. Quoi d’autre reposent endormi dans la tanière de Guy? Attrapez avant que la patine croît.

Bruised Knees – Holy See’s Horror

Bruised Knees – Badwater

New Canadiana :: Fist City // Moby Dicks – Blow b/w All The Time

The Scotch Tapes (Cas)Singles Club launches like a wrist shot straight to the top shelf where grandma keeps the peanut butter. By now, regular readers of Weird Canada should be intimately familiar with the Fist City formula, and once again the razor-wire gtr-punks keep up their sister act with heart-racing panache. After an ear-piercing, amp-squealing intro, “Blow” dissolves into double-speed Daydream Nation sprawl, while the spoken-squawked vocals ring the alarm. Side B sees Southern Alberta brother band The Moby Dicks smudge and fudge through two minutes of B.T.F.O. bad-daditude, as frontman Joel Butler barks out commands over brain-buzzing riffs. Grip it and flip it and flip it again.

The Scotch Tapes (Cas)Singles Club se lance comme un coup du poignet directement à l’étagère du haut où grand-maman garde le beurre d’arachide. À l’heure qu’il est, les lecteurs réguliers de Weird Canada devraient être intimement familiers avec la formule de Fist City et encore une fois, les punks gtr sur fil du rasoir maintiennent leur acte de sœur avec un panache excitant. Après un  intro perçant aux amplis hurlante, ‘’Blow’’ se dissout en un étalement de Daydream  Nation à double vitesse, pendant que les chants gloussés-parlés sonnent l’alarme. Side B voit le groupe frère de l’Alberta du Sud, The Moby Dicks se salirent et se traîner à travers deux minutes de mauvaise papattitude de B.T.F.O., en tant que représentant, Joel Butler jappe des commandes par-dessus les riffs bourdonneuses de cerveau. Saisissez-vous en, tournez le et retournez le encore.

Fist City – Blow

Moby Dicks – All the Time

Inferred Views :: Al Bjornaa of Scotch Tapes

Scotch Tapes has quickly become Canada’s premier cassette label, pumping out thousands of tapes to brilliant minds all around the world. In addition to the plethora of magnetic strips crafted in the ghettos of rural Ontario, Scotch Tapes has been capturing Toronto’s burgeoning underground punk scene via plastic lathe-cut brilliance in a collaborative series with Young Guv‘s Ben Cook. In 2011, they embarked on yet-another lathe-series with Montreal’s No Vacation. As 2011 began with the redesign of Scotch Tapes’ rather hilarious website and their subsequent world domination, we decided to link Zacharay Fairbrother with Scotch Tapes founder and sole-proprietor Al Bjornaa for a featured chat about his rural adventuring.

Aaron Levin
Weird Canada
www.weirdcanada.com

/////////////// AL BJORNAA INFERRED VIEWS ///////////////

Zachary: I’m into how landscapes and environment influence people’s creativity. Why do you base your label where you do [Batchawana Bay]? How do the often cosmopolitan sounds play out in your environment

Al: I base Scotch out of Batchawana Bay because it’s close to my family. I have lived all over the country but this has always been home. There have been some health issues in the Bjornaa family the past few years and its been nice to be able to help out. We run a family fishing business and I have had to take a larger role in that. Plus it’s a beautiful area. I live on the beach! The north shore of Lake Superior is my favourite place on Earth.
I have always been a huge music fan. Both of my parents love music. Although their tastes may differ from mine, they passed on a passion for good music. Most of the people who live in my area think the music I release sounds like a “badger caught in a wood chipper” but most people from the area think its cool that I run a record label in such a small place. Whenever I go for coffee or breakfast at the local diner, everyone always asks how the label is doing.

I have heard of your beach shows. I hope you will you be doing more of this. Who has played? What was your favorite?

I haven’t done an actual beach show in ages but I have had a lot of bands pass through here and hang out for a day or two. Its a tough area to get a decent show. I mean I could likely set up a show in Sault Ste. Marie (which is notorious for TERRIBLE shows) or they can hang out here for a night, have some drinks, go swimming and get a good meal. I am hoping that this year with a new space, I can host more bands and maybe do some recordings and send them back on the road with a new tape or lathe. Some of the best times I’ve had drinking/ hanging out/ recording have been with Play Guitar, The Famines, Dirty Beaches, Grown-Ups, Gobble Gobble, Nobunny… There are tons. I am hoping to make Batchawana Bay a “must-stop” for bands touring Canada. Not to play shows but to have a great day off mid-tour where they can do laundry, relax, jump in the lake, maybe practice some new stuff they have been working on. 2011 is already getting booked up at Casa de Al with Bucketseat stopping here in March.

I see that your label is doing some collaborative splits. How did this come about?

Yeah. I wanted to work with a few cool labels. I have a lathe series coming out with No Vacation Records (Brett Wagg from Pink Noise/ Campaign For Infinity) Brett basically just asked if I would be interested and since I love the music he puts out, I was totally in. I also put out a 7″ with No Clear Records from Florida. I imagine if any label contacted me and I liked the band, I would probably be interested. I know that Ben Cook (Fucked Up, Young Guv, etc) and I have a few co-releases lined up for his new label, Marvelous Music, as well. We will be co-releasing the Roommates LP this summer/ fall.

I see you have a vast list of upcoming releases. Are all these going to happen??!

You bet your sweet buttocks! In the first two years of Scotch, I released almost 200 tapes. I take the label very seriously. Its become more than a hobby. It’s basically a second full-time job. I plan on putting out about 70 tapes, 30 lathes and 10 vinyl releases in 2011. There are times when I get tired and need a break… and those are the times where I just take like 2-3 weeks off, don’t check emails and basically disappear. But when I do that, I normally come back with 4-5 releases at once.

What is up with the lathe series? Does the type of Lathe reflect the artist?

Well… I have two series going. There is the Scotch/ Young Guv series. Ben Cook [of Young Guv] records all the bands that share his jam space and then we release a song or two from them. So far, I have put flexis out for Huckleberry Friends, Tropics, Bruised Knees & Lonely Wholesome with Actual Water, Dentata, Wyrd Visions and I think 2 more to come. The other series is the aforementioned series with No Vacation. There are some pretty killer bands scheduled for that like FNU Ronnies and Factums (who I LOVE!) The type of lathe really doesn’t come into play. I mean the one I did for We All Inherit The Moon HAD to be a square plexiglass lathe because of the ideas they had for the art but most bands don’t really care that much. They just think lathes are fun.

Do you think there is a Canadian Sound? And what from your perspective are the sounds of the different scenes within Canada?

I don’t think there is a specific Canadian sound. It’s such a vast area geographically that it’s tough to narrow down one sound. I think Vancouver has a great weirdo punk scene with bands like Shearing Pinx, Nu Sensae, Twin Crystals, etc. who really have their own genre that isn’t like anything else in the country. When you move into the prairies you have bands like Myelin Sheaths, Fist City, Grown-Ups, Moby Dicks… sort of that heavy garage punk stuff. They all totally feed off of each other. Ontario is sort of weird. Toronto is just starting to get a good scene again. I think the bands that Ben and I are releasing on the lathe series are going to get big really fast this year. That jam space is oooozing talent. Montreal always has a great scene. I think that city spawns some of the most creative and unique artists. And the whole Halifax scene… that city reminds me of Portland, Oregon. EVERYONE is in a band and creates visual art and silkscreens t-shirts and makes zines and drinks good beer if they can afford it but will drink shit if that’s all they have and dresses cool without thinking they dress cool. One of my absolute favourite cities on the planet!

What has got you most excited about 2011?

SUMMER! I hate winter more than anything! That and doing this interview for Weird Canada! Thanks, Zach…

Scotch Tapes est rapidement devenu le premier label de cassette au Canada, pompant des milliers de cassettes vers des esprits brillants tout autour du monde. En addition au pléthore de bandes magnétiques bricolées dans les ghettos de l’Ontario rural, Scotch Tapes a capturé la bourgeonnante scène punk clandestine de Toronto via la brillance taillé en plastique dans une série collaborative avec Ben Cook de Young Guv. En 2011, ils embarquaient encore sur une autre série de tour avec No Vacation de Montréal. Alors que 2011 commençait avec le plutôt hilarant site web reconçu de Scotch Tapes et leur domination mondiale subséquente, nous avons décidé de lier Zachary Fairbrother avec le fondateur de Scotch Tapes et unique propriétaire Al Bjorna pour une conversation en vedette à propos de ses aventures rurales.
Aaron Levin
Weird Canada
www.weirdcanada.com

/////////////// LES VUES INFÉRÉES D’AL BJORNAA ///////////////
Zachary: Je m’intéresse à comment les paysages et l’environnement influencent la créativité des gens. Pourquoi fondez-vous votre label où vous faites [Batchawana Bay]? Comment les sons très souvent cosmopolites se déroulent-ils dans votre environnement?

Al: Je fonde Scotch à Batchawana Bay parce que c’est près de ma famille. J’ai vécu partout au pays, mais cela à toujours été ma maison. Il y a eu quelques problèmes de santé dans la famille Bjornaa au cours des dernières années et ce fut bien de pouvoir aider. Nous avons un business de pêche familial et J’ai du prendre un rôle important dans celui-ci. Plus, c’est une belle région. Je vis sur la plage! La côte nord du Lac Supérieur est mon endroit préféré sur Terre. J’ai toujours été un grand fan de musique. Mes deux parents aimaient la musque. Malgré que leurs goûts pouvaient être différents des miens, ils ont passé une passion pour de la bonne musique. La plupart des gens qui vivent dans ma région pensent que la musique que je sors sonne comme ‘’un putois pris dans une déchiqueteuse à bois’’, mais beaucoup de gens de la région pensent que c’est cool que j’ai un label d’enregistrement dans un si petit endroit. Peu importe quand je vais chercher un café ou un déjeuner au resto local, tout le monde me demande comment va le label.

J’ai entendu parler de vos spectacles de plage. J’espère que vous en ferez plus. Qui a joué? Qui était votre préféré?

Je n’ai pas fait un actuel spectacle de plage depuis longtemps, mais j’ai eu beaucoup de groupes qui sont passé par ici et qui sont resté pour un jour ou deux. C’est une région difficile pour avoir un spectacle décent. Je veux dire, je pourrais arranger un spectacle à Sault ste. Marie (qui est reconnu pour ces spectacles TERRIBLES) ou ils peuvent rester ici pour une nuit, prendre quelques verres, aller nager et avoir un bon repas. J’espère que cette année, avec un nouvel espace, Je pourrai accueillir plus de groupes et peut-être faire plus d’enregistrements et les renvoyer sur la route avec une nouvelle cassette ou tour. Quelque uns des meilleurs temps que j’ai eu à boire/sortir/ enregistrer ont été avec Play Guitar, The Famines, Dirty Beaches, Grown-Ups, GOBBLE GOBBLE, Nobunny…il y en a des tonnes. J’espère de faire Batchawana Bay un ‘’doit arrêter’’ pour les gorupes en tournéee au Canada. Pas pour faire des spectacles, mais pour avoir une super journée de congé au milieu de la tournée où ils peuvent faire leur lavage, relaxer, sauter dans le lac et peut-être pratiquer quelque chose de nouveau qu’ils avaient travaillé. 2011 se fait déjà réserver à la Casa de Al avec Bucketseat qui arrête en Mars.

Je vois que votre label fait des séparations collaboratives, comment est-ce que c’est arrivé?

Yeah. Je voulais travailler avec quelques labels cool. J’ai des séries de tours qui sortent avec No Vacation Records (Brett Wagg from Pink Noise/ Campaign For Infinity) Brette m’a juste demandé si j’étais intéressé et puisque j’aime la musique qu’il fiat, j’étais totalement d’accord. J’ai aussi sorti un 7’’ avec No Clear Records de Floride. J’imagine que si n’importe quel label me contactait et que j’aimais le groupe, je serais probablement intéressé. Je sais que Ben Cook (Fucked Up, Young Guv, etc) et moi avons quelques co-mise en vente en attente pour son nouveau label, Marvelous Music aussi. Nous allons faire une co-sortie pour le LP de Roommates cet été/automne.

Je vois que vous avez une vaste liste des futures mise en vente. Vont-elles toutes arrivées?

Vous en pariez votre joli derrière! Dans les premières deux années de Scotch, J’ai sorti presque 200 cassettes. Je prends le label au sérieux. C’est devenu plus qu’un hobby. C’est pratiquement un deuxième travail à temps plein. Je planifie de faire sortir 70 cassettes, 30 tours et 10 vinyles en 2011. Il y a des temps où je deviens fatigué et que j’ai besoin d’une pause…Et ces temps sont ceux où je prends juste comme 2-3 semaines de congés, je ne regarde pas mes e-mails, je disparais pratiquement. Mais quand je fais ça, je reviens normalement avec 4-5 sorties en même tmeps.

Que ce passe-t-il avec les séries de tour? Est-ce que le type de tour réfléchit l’artiste?

Bien…J’ai deux series qui s’en viennent. Il y a les séries Scotch/Young Guy. Ben Cook [de Young Guy] enregistre tout les groupes qui partagent son espace de jam et puis nous sortons une chanson ou deux de ceux-là. Jusqu’à maintenant, j’ai sortis flexis pour Huckleberry Friends, Tropics, Bruised Kness & Lonely Wholesome avec Actual Water, Dentata, Wyrd Visions et je pense que qu’il y en 2 qui s’en viennent. L’autre série est la série susnommée avec No Vacation. Il a quelques bons groupes à l’horaire pour ça comme FNU Ronnies et Factums (que J’ADORE!). Le type de tour n’a pas vraiment de rôle. Je veux dire, celui que j’ai fait pour We All Inherit The Moon DEVAIT être un carré de tour en plexiglas parce que les idées qu’ils avaient pour l’art, mais la plupart des groupes ne s’en soucient pas autant. Ils pensent juste que les tours sont amusants.

Est-ce que vous pensez qu’il y a un son Canadien? Et quelle parties de votre perspective sont les sons des différentes scènes au Canada.

Je ne pense pas qu’il y a un son Canadien spécifique. C’est tellement une vaste région géographiquement parlant que c’est difficile de rétrécir le tout à un son. Je pense que Vancouver a une super scène de punk bizarre avec des groupes comme Shearing Pinx, Nu Sensae, Twin Cristals, etc. qui ont vraiment leur propre genre qui n’est pas comme quelque chose d’autre au pays. Quand vous bouger dans les prairies, vous avez des groupes comme Myelin Sheaths, Fist City, Grown-Ups, Moby Dicks….ce genre de truc de lourd punk de garage. Ils se nourrissent tous les uns des autres. Ontario est genre bizarre. Toronto commence à peine à avoir une bonne scène à nouveau. Je pense que les groupes que Ben et moi mettons en vente sur la série de tour va rapidement devenir importante cette année. Cet espace jam déborde de talents. Montréal a toujours une super scène. Je pense que cette ville pond quelque uns des artistes créatifs les plus uniques. Et toute la scène d’Halifax…Cette ville me rappelle Portland, Oregon. TOUT LE MONDE est dans un bande et créer de l’art visuel et des t-shirts sérigraphiques et fait des magazines et boivent de la bonne bière s’ils peuvent se l’offrir, mais vont prendre de la merde si c’est tout ce qu’il y a et ils s’habillent cool sans même penser qu’ils s’habillent cool. Une de mes absolument villes favorites sur la planète.

Qu’est-ce qui vous excite le plus pour 2011?

L’ÉTÉ! Je déteste l’hiver plus que tout! Ça et faire cet interview pour Weird Canada! Merci Zach…

New Canadiana :: James Leroy – Distinction

Since the dawn of the aughts, Lethbridge music mainstay Paul Lawton and songwriting partner JL Hankey have been cranking out infectious little pop tunes under a variety of aliases (James and The Giant, Coruscant, Light Years and James Leroy). The pitch-shifted vox will turn heads first, yet the duo’s tweaked backdrops include everything from slacker jangle to AM radio breeze, canned crowd sounds to Rapture-ous debauchery (when’s the last time you heard that comparison?). Distinction collects the cream of the crop before the pair’s latest project The Ketamines; drops its debut LP on Dead Beat Records, plus 7-inches on HoZac, Southpaw, and Odd Box.

Depuis l’aube des temps, le pilier de la musique à Lethbridge, Paul Lawton, et son partenaire de composition JL Hankey pondent les petite tounes entraînantes de pop sous une variété de noms (James and The Giant, Coruscant, Light Years et James Leroy). La voix altérée va se faire remarquer avant tout, mais les fonds modifiés du duo comprennent tout depuis la slacker jangle jusqu’à la brise de la radio AM, depuis les sons en boîte du lot jusqu’à la débauche Rapture-esque (c’est quand la dernière fois que t’as entendu cette comparaison?). Distinction ramasse la crème de la cuvée avant que le dernier projet du duo qui s’appelle The Ketamines présente leur premier LP avec Dead Beat Records, ainsi que 7” sur HoZac, Southpaw, et Odd Box.

James Leroy – Wasting Our Time

James Leroy – Celebration

James Leroy – Nervous

New Canadiana :: Young Governor – Pizza Face

Young Governor soars to anthemic heights on this six minute post-pizza buffet. Its jangly rhythm bursts with gusto, jamming the radio glam treachery of cult heros into a reverb-soaked elucidation. This day-time special is crafted for all your teenage fantasies; let it seep into your pores and shake the foundation of your pubescent ethos. A fantastic voyage into 80s pop-punk anthemy. Hand-cut lathe on “pizza glass” by Scotch Tapes. Sounds rad at both speeds. Eat it up!

Young Governor s’envole aux hauteurs anthemiques avec ce buffet post-pizza de six minutes. Son rythme cliquetant éclate avec enthousiasme, en tassant la traîtrise radio-glam dans l’élucidation trempée de réverbération. Cette émission spéciale est construite pour tous vos fantasmes adolescents; laissez-la s’infiltrer dans vos pores et secouer la base de votre philosophie adolescente. Un voyage fantastique aux hymnes du pop-punk des années 80. Un tour coupé à la main sur “la verre pizza” par Scotch Tapes. Il est génial à les deux vitesses. Mangez-le!


Young Governor – Pizza Face

Review :: Huckleberry Friends – Testing

huckleberry.jpg

The inaugural 6.5″ fluorescent flesh of Scotch Tapes and Young Guv‘s Lathe Cut Series is a gothic reconnaissance into the arcane marshes of numinous folk-garage. The first 90 seconds of Testing begin the mystic ceremonies of your private mind garden before launching into a fury of tribal magyks and recondite rhythms. It’s a brilliant realignment of the English folk tradition into the disparate, atonal now; an arduous ceremony cut on a 6.5″ slab of pink plastic and limited to 50 copies. Highly recommended.

L’inaugurale 6.5’’ de chair fluorescente de Lathe Cut Series de Scotch Tapes et Young Guv est une reconnaissance gothique dans les marais obscures des gens numineux de garage. Les premières 90 secondes de Testing commencent les cérémonies mystiques du jardin privé de votre esprit avant de se lancer dans une furie de magyk tribale et de rythmes abstrus. C’est un réalignement brillant de la tradition du peuple Anglais vers le présent disparate et atonal; une cérémonie difficile découpée sur une tranche de 6.5’’ de plastique rose et limitée à 50 copies. Chaudement recommandée.

Huckleberry Friends – Testing

Review :: Roommates – Wi

Looking onto the mid-northern thunderous tundra puts me in a perfect place to relate to the Roommates’ “Back to the Sun,” the latest in a flurry of side-projects from Fucked Up guitarist Ben Cook. The breezy, straightforward pop hooks tinged with melancholy and longing speak directly to me. “Back to the Sun” is self-conscious, with sun-yearning lyrics matched by the sweetly sad vocals and tom-heavy thumping we’re used to from Young Governor. The flip of this cassingle is the slightly creepy, slightly goofy anthem that follows two dudes trying to talk their gals into a “Girlfriend Swap”. Infectious hooks and an entertaining story-line make it repeatable power pop magic. “Don’t roll your eyes at me / Let’s do things differently / We’re all just one big family / So let’s give it a try.” I’m not quite convinced by their logic, but you can’t deny these hits.
[Levin’s Note: I’m very convinced. Hit me on my beeper.]

En regardant la vue de la toundra mi-nord et tonitruante me laisse s’identifier facilement à “Back to the Sun” des Roommates, le dernier dans une série de projets supplémentaires du guitariste Ben Cook de Fucked Up. Les accroches pop légères et simples teintées de la mélancolie et d’envie me parlent directement. “Back to the Sun” est complexé, avec les paroles doucement triste et les frappements de tam-tam qu’on a l’habitude d’entendre de Young Governor. L’autre face de cette cassingle est l’hymne un peu louche, un peu rigolo qui raconte l’histoire de deux gars qui essayent de convainre leurs blondes de faire “un échange de copines”. C’est la magie power pop réitérable grâce aux accroches entraînantes et une intrigue amusante. “Don’t roll your eyes at me / Let’s do things differently / We’re all just one big family / So let’s give it a try.” [Ne leve pas les yeux au ciel/ Faisons les choses différemment/ On est juste une seule grande famille/ Alors laissons-nous essayer] Bon moi je suis pas entièrement persuadé, mais tu peux pas nier ces hits.
[Levin ajoute: Moi j’suis persuadé. Fais-moi signe!]

Roommtes – Back To The Sun // Girlfriend Swap