Tag: sackville

New Canadiana :: Coszmos Quartette – Coszmos Quartette

Weird_Canada-Coszmos-Quartette.jpg

The crash of high and low pressure systems in a late summer breeze is a meticulous design of nature. Free range of temperature and direction meld with gales oddly precise in strength. Hamilton’s Coszmos Quartette operate much the same, crescendos of tranquility dance and intertwine with sweeping booms of strings and vocal harmonies. Where lead vocalist Brad Germain exhibits an immersive range that stretches the limits of scale, accompanying vocalists Joel Banks, Kate Quigley and Sara Froese deliver soothing melodies with familiar instrumentals. The combination proves undeniably powerful, but a breeze soft enough for a humble night’s close.

L’écrasement des systèmes à haute et basse pression soufflant légèrement en fin d’été est une conception méticuleuse de la nature.
Une gamme libre de température et de direction se fusionnent avec des vents étrangement précis en force. Le Coszmos Quartette de Hamilton opère de la même façon. Les crescendos de la tranquillité dansent et s’entrecroisent avec les cordes et mélodies
vocales fulgurantes. Le chanteur Brad Germain démontre l’étendu de son registre vocal. Les chanteurs accompagnateurs Joel Banks, Kate Quigley et Sara Froese livrent des mélodies apaisantes avec des instruments connus. La formation se révèle incontestablement puissante, une brise assez douce pour une fin de nuit humble.

Coszmos Quartette – A Perfect Paradise

Coszmos Quartette

New Canadiana :: Sheila Beach – Walk Home

Weird_Canada-Sheila_Beach-Walk_Home.jpg

Taking cues from their other projects in The Lonely Parade and Faux Cults, young Peterborough innovators Charlotte Dempsey and Luca Mo spread their undeniable chemistry over the length of Sheila Beach’s “Walk Home”. Their crunchy and gravelly stride strikes a DIY approach to finely tuned pop gems with results as warm, earnest and glossy as a memory of teenage romance. The album standout “Wally M” is playfully ephemeral like the gentle caress of an unassuming summer love, washing waves of feedback through messy hair and rosy cheeks.

Suivant l’exemple de leurs autres projets dans The Lonely Parade et Faux Cults, les jeunes innovateurs de Peterborough, Charlotte Dempsey et Luca Mo, répandent leur indéniable chimie sur tout de “Walk Home” par Sheila Beach. Leur foulée crissante et graveleuse frappe une approche DIY aux joyaux de la pop avec des résultats aussi chaleureux, sincères et reluisants qu’un souvenir d’une romance d’adolescent. Le remarquable album “Wally M’’ est joyeusement éphémère comme la douce caresse d’un amour d’été modeste, faisant des vagues de réactions qui se brisent à travers des cheveux en bataille et des joues rosées.

Sheila Beach – Wally M

Sheila Beach – Senior Discount

Festivities :: Sappyfest XI

HeaderImageSappyFest

Photo by: Corey J. Isenor

Spending another listless summer tucked away in the Maritimes? Shake off that cozy stupor by sauntering over to the sentimental heart of Sackville, New Brunswick this weekend, and bask in the neon glow of a fish & chips food-truck. Then, stir up your own recipe for disaster with Cupcake Ductape, Chocolat, Nancy Pants, and more homemade, bitter-sweet indulgences. There’s nowhere else but nowhere.

Tu passes un autre été léthargique mis de côté dans les Maritimes? Secoue cette stupeur confortable en se promenant au cœur sentimental de Sackville au N.-B. cette fin de semaine, et savoure la lueur fluorescente d’un food truck fish-and-chips. Après, suscite ta propre recette du désastre avec Cupcake Ductape, Chocolat, Nancy Pants, et encore plus de petits plaisir saigres-doux faits-maison. Il n’y a nulle part ailleurs que nulle part.

New Canadiana :: She-Devils – She-Devils EP

Weird_Canada-She-Devils_EP.jpg

Through the shifting gaze of a kaleidoscope dream, She-Devils appear in a call of absorbing desire. “Come” draws you into its core through the whirring inversion of ‘60s surf rock, slowly deconstructing the pop processes that breathe life through the meticulous repetition of lyrics and guitar rhythms. “Where There’s No One” crackles as it spins classic ballads into a new web of aesthetics, while “I Wanna Touch You” rises up-and-down like an elevator caught between floors of ecstacy and confusion. The additional remix of “Come” cements the experimental nature that is embedded in the album – a collection of puzzle pieces ready for play.

À travers le regard changeant d’un rêve de kaléidoscope, She-Devils apparaît dans un appel de désir absorbant. “Come” vous attire jusqu’au plus profond de lui grâce au bourdonnement inversé du surf rock des années 60, en décomposant lentement les processus pop réanimés par la répétition méticuleuse de paroles et de rythmes de guitare. “Where There’s No One” crépite en jouant des ballades classiques se transformant en une nouvelle toile d’esthétiques, tandis que “I Wanna Touch You” soulève les ascensions et les descentes comme un ascenseur coincé entre les étages de l’extase et la confusion. Le remix additionnel de “Come” cimente la nature expérimentale qui est gravée dans l’album telle une collection de morceaux de casse-tête de pièce prête `à être jouée.

She-Devils – Come

She-Devils – I Wanna Touch You

New Canadiana :: Faux Cults – Caviar

Weird_Canada-Faux_Cults-Caviar

An abandoned fish tank sits in the corner of your parents’ living room. The tank is still half-full, void of life beyond its tropical beach backdrop. An aimless surfer is face down in a growing pit of algae. You approach the glass and tap to find a pulse. Tick. Tick. A hairline crack is formed. It grows and grows. The tank comes to life. Tick. Tick. The surfer twists in his pit of algae to look at you. A longing for a swell to escape Tick. Tick. Crack. Water gushes through the room, liberated to all corners of the room. The surfer rides these currents to land by your feet. The energy of an endless summer from a long forgotten memory warms the room. The look of longing evolves to a smile.

Un aquarium abandonné est posé au coin du salon de tes parents. Il est toujours à moitié rempli, dépourvu de vie autre que le fond de plage tropicale. Un surfeur vagabond est à plat ventre dans un trou croissant d’algues. Tu t’approches du verre et tapes à la recherche de son pouls. Tick. Tick. Une petite fissure se forme. Elle croît et croît. L’aquarium prend vie. Tick. Tick. Le surfeur se serpente dans son trou d’algues pour te regarder. Une envie pour qu’un gonflement s’échappe. Tick. Tick. Crack. L’eau jaillit dans la salle, libérée dans chaque coin de la salle. Le surfeur monte ces courants pour atterrir à tes pieds. L’énergie d’un été sans fin d’une mémoire longtemps oublié réchauffe le salon. Le regard d’envie s’évolue en sourire.

Faux Cults – Caviar

Faux Cults – Hey Nicki

New Canadiana :: Jonny and the Cowabungas – Walt and Derek’s Wild Ride

Weird_Canada-Jonny_and_the_Cowabungas-Walt_and_Dereks_Wild_Ride

Born in a vat of b-movie superheroes, jangly guitar chords and surf age nostalgia, Jonny and the Cowabungas are St. John’s latest export for a good time. Under the recording guidance of Micah Brown (MAANS), Walt and Derek’s Wild Ride effortlessly drift over a wave of mostly instrumental garage rock, with swells of influences like Spaghetti Western soundtracks (“Paddy Thompson”) to ’60s heartbreak pop (“Muzzy”). The result is both energetic and electrifying, and surely leaves you sun-kissed long into those cold winter months.

Nés dans une cuve de super-héros de série B, d’accords de guitare cliquetants et de nostalgie du temps où le surf avait la cote, Jonny and the Cowabungas sont la toute dernière exportation de St. John depuis un bon moment. Sous la direction de Micah Brown (MAANS) à l’enregistrement, Walt and Derek’s Wild Ride dérive sans effort sur une vague de garage rock surtout instrumental, accompagnée d’une foule d’influences allant du western spaghetti (« Paddy Thompson ») à la heartbreak pop des années 60 (« Muzzy »). Le résultat est à la fois énergique et électrisant, et ensoleillera sans aucun doute nos froids mois d’hiver.

Jonny and the Cowabungas – Drunk On Wine

Jonny and the Cowabungas – Dishpit Dipshit

New Canadiana :: Dead Beat Poet Society – Induction

Weird_Canada-Dead_Beat_Poet_Society

Captains! my Captains! our fearful trip has just begun. We’re drunk and high, lost in the perpetual agitation brought on by our responsibilities. We’re generation Y warriors, wool pulled over our eyes, pretending everything’s alright. Our yawp is not savage, but pointed, and matches the fire in our restless bones.
Walk the path where Kay Moon and Zakary Slax stand. Energized and alert.

Ô, Capitaines! Mes capitaines! Notre voyage effroyable ne fait que commencer. Soûls, nous planons, perdus dans le tumulte perpétuel entretenu par nos responsabilités. Nous sommes les guerriers de la génération Y, au regard masqué d’un lainage, affectant un air béat. Notre cri n’est pas sauvage, mais ciselé et aux couleurs du feu, fébrile jusqu’à la moelle. Prenez le chemin où se tiennent Kay Moon et Zakary Slax. D’aplomb et alerte.

Dead Beat Poet Society – Coming of the Age

Dead Beat Poet Society – Gen Y

New Canadiana :: Zakary Slax – Harvest From The Mindfields Of Wild Boredom

Weird_Canada-Zakary_Slax-Harvest_From_The_Mindfields_Of_Wild_Boredom_

Old but fresh trax from Zak Slax, a dirge for the stained wasteland of pristine and polished punk, with echoes of vintage junk and modern gunk that ooze into the cells of our frazzled senses. Go for broke and don’t read the comments. It’s nice and cool down in the sludge. When you feel the heat, slip on the shades and enter the void. The wavy mirage will suck you in. It’s gonna be a rager.

Des pistes sonores de Zak Slax, nouvelles et familières. Un chant funèbre en l’honneur du terrain vague taché de punk pur et poli, accompagné par des échos de bric-à-brac vintage et de saletés modernes qui suintent dans les cellules de nos sens usés à la corde. Risque le tout pour le tout et ne lis pas les commentaires. C’est bon et cool de se vautrer dans le sludge boueux. Lorsque tu sens que la chaleur monte, enfile tes lunettes de soleil et pénètre dans le vide. Le mirage ondulé va t’aspirer. Ça va être un méchant party.

Zakary Slax – No Money

Zakary Slax – Rock N Roll Granola

New Canadiana :: Aron D’Alesio – Cassette EP

Weird_Canada-Aron_DAlesio-Cassette_EP

A ride upon the carousel of Aron D’Alesio’s Cassette will induce a retrospective haze carried over by jangly, 50s-inspired AM waves. Cassette feels like your parents’ favourite Buddy Holly record soaked in bluesy psychedelia, but just as sweet and earnest as his predecessor. D’Alesio builds the soundtrack to help you through those late night drives mourning the end of summer romance without a tumble into total melancholy. Ride on.

Un tour sur le carrousel de Cassette, d’Aron D’Alesio, provoquera une rétrospective floue sur l’air jovial des ondes AM des années 50. L’album Cassette rappelle les albums préférés de Buddy Holly de vos parents, imbibé de psychédélique légèrement blues, mais aussi mélodieux et dévoué que son prédécesseur. D’Alesio construit la trame sonore qui traversera une nuit au volant avec vous, à écumer le deuil d’une romance de fin d’été sans dégringoler dans la mélancolie absolue. Allez-y, roulez.

Aron D’Alesio – Carousel

Aron D’Alesio – Long Time

New Canadiana :: Kappa Chow – Jump / Something Better To Do

Weird_Canada-Kappa_Chow-Jump

Straight outta the legendary Sackville, New Brunswick comes another great release from Kappa Chow. The A-side, “Jump” is a psychedelic masterpiece fit for the gods, with a punchline that sounds slightly familiar with way dreamier vocals. Flip the record and you’re hit with a garage rock number that you’ll be sure to love. The latter is a heavy-duty track. Both will be a great aid to any night of partying, or just sitting around at George’s Roadhouse. These songs are mind warpers.

Un autre excellent album de Kappa Chow, tout droit sorti de la légendaire Sackville, Nouveau-Brunswick. Sur la face A, « Jump » est un chef d’œuvre psychédélique digne des dieux; sa finale a des sonorités familières, mais avec une voix beaucoup plus onirique. En retournant l’enregistrement, tu seras happé par une piste de garage rock à toute épreuve que tu vas adorer. Les deux sont parfaites pour une soirée passée à fêter, ou à juste glander au George’s Roadhouse. De vrais doudous pour le cerveau.

Kappa Chow – Jump