Tag: regina

New Canadiana :: Alex Curtis – Sheer Curtain

Weird_Canada-Alex_Curtis-Sheer_Curtain.jpg

Icy wind and the whir of a stop-start motor on a frozen driveway. Broken is the one whose overtures are those of semi-northernly frigidity; intoned voices commixed to the point of spililng through the frosted windows of a basement too cold to keep itself warm. The yearning is obvious; spoken even. Pale blue eyes and the reckoning of humanity, fragile while loosening itself from the drapery of iconoclastic figures of the past. To breathe while sleeping is a gift, given that nihilism is the sad voyeur whose eyes frost the warm heart in the early dark of a prairie morning.

Le vent glacial et le ronronnement intermittent d’un moteur sur une allée gelée. Brisé est celui dont les ouvertures sont d’une frigidité quelque peu nordique, les voix qui s’élèvent se métissent jusqu’à ce qu’elles se renversent par les fenêtres givrées d’un sous-sol trop froid pour se garder au chaud. Le souhait est clair; même prononcé à voix haute. Les yeux bleus pâles et le jugement de l’humanité, fragile tout en se dénouant de la draperie des personnages iconoclastes du passé. Respirer en dormant, c’est un don, étant donné que le nihilisme est le voyeur triste, duquel les yeux gèlent le cœur chaud dans le noir de la prairie tôt le matin.

Alex Curtis – I Was A Bad Person Blues

Alex Curtis – On Beheading

New Canadiana :: Guidewire – Surges EP

Weird_Canada-Guidewire

A scream, a pause. An inch of water magnifies the floor like a shivering, glassy coat. It must have flooded overnight.

Blankly, you catch the reflection of a sallow, moonish face; it isn’t yours. A creature echolocates shrilly from behind the couch, the pitch squealing at your outstretched hands. You are not its friend.

Something less than anger retracts its claws inside your gut, tearing the pink, fearful folds, twitching as slowly as a vestigial organ, serving as little function as you do.

Your feet drag forward; you have always been slow; carving up confidence like pale, jellied meats. Fingers click impatiently against the doorframe. They’ve had enough of you.

Un cri, une pause. Telle une nappe vitreuse secouée de frissons, un pouce d’eau produit un effet grossissant sur le plancher. Ce dernier a du être inondé durant la nuit.

D’un air ahuri, tu saisis le reflet d’un visage lunaire au teint cireux; ce n’est pas le tien. Une créature écholocalise avec stridence depuis l’arrière du sofa, le ton monte à la vue de tes mains tendues. Tu n’es pas son ami.

Quelque chose de moins violent que la colère rétracte ses griffes à l’intérieur de tes tripes et déchire leurs plis roses et terrorisés. Ces derniers tressaillent aussi lentement qu’un organe vestigial qui aurait aussi peu de fonctions que toi.

Tu avances en traînant les pieds (tu as toujours été lent), découpant ton assurance comme si c’était de pâles viandes en gelée. Les doigts de la créature pianotent sur le cadre de porte. Ils en ont eu assez de toi.

Guidewire – The Churn

Guidewire – mar mar mar

New Canadiana :: Homo Monstrous – You’ve Got Problems Kid

Weird_Canada-Homo_Monstrous-You_ve_Got_Problems_Kid

It’s a glorious mess. Synths shoot laser bolts left and right as the singer screeches with the dubious clarity of a glam rocker. She tries to make herself heard above the sound of power tools, which are out of tune but melodious nonetheless. A red-raw shambolic blast of sheer fucking genius.

Frankly, she sounds as if she could break your spine, but when she wails “I wish I were dead” you feel her pain. Homo Monstrous? It’s us. We are the monstrous species for permitting such pain.

Yeah, you do have problems, kid. It ain’t fair.

C’est un glorieux désordre. Des synthétiseurs tirent au laser dans tous les sens tandis que la vocaliste hurle avec la clarté ambigue d’une glam rocker. Elle tente de se faire entendre au-dessus du boucan d’outils électriques, ceux-ci sonnant faux mais mélodieux malgré tout. Une sanglante bouffée bordélique de pur fucking génie.

Franchement, elle a l’air de pouvoir nous casser le cou, mais lorsqu’elle gémit “I wish I were dead” on ressent sa souffrance. Homo Monstrous? C’est nous. Nous sommes la monstrueuse espèce qui permet une telle souffrance.

Pour reprendre le titre de l’album, eh oui – t’as des problèmes, le jeune. C’est pas juste.

Homo Monstrous – Rat Tails//Painted Nails

Homo Monstrous – Emily Haines

New Canadiana :: These Estates – The Dignity of Man

These Estates - The Dignity of ManThese Estates - The Dignity of Man

Wielding cuneiform riffage from the bowels of the prairie surge, Regina’s These Estates stomp thunderclaps to the sound of calamity at the foot of a stage; misandric lullabies for those thundered enough to care. Reckonings of a Pavement-esque ethos catapult these crystalline blemishes into the late evenings of scratched and raspy porcelain vagaries, where the phonics of sound for the sake of sound make deafening sense. As the rulers of slowcore driveway-drownage, These Estates spin their sonorous spools in the colours of torn skies and rolling asphalt.

En brandissant du « riffage » cunéiforme des entrailles de l’élan des prairies, These Estates, de Regina, marchent d’un pas lourd comme le tonnerre au son de la calamité au pied de la scène; des berceuses misandriques pour ceux qui se sentent suffisament concernés. Des estimations d’une philosophie de genre Pavement catapultent ces imperfections de cristaux vers des soirées tardives remplies de caprices de porcelaine égratinée et râpeuse, lors desquelles la phonétique de son dans l’intérêt du son est une bonne idée assourdissante. Comme chefs de noyade lente dans la voie privée, These Estates tournent leurs bobines sonores dans les couleurs de ciels déchirés et d’asphalte déferlant.


These Estates – Stone Cold Summer


These Estates – Highway 11 Theme

New Canadiana :: Snake River – McKruski

Snake River - McKruski

This landlocked prairie-ism is imbued with the granulated character of Western sepia and snake-oiled alluvium. McKruski is the vestige of shady sand duned figures with fingers coated in birdlime, catching grains of pollinated earth that coat these thatched extremities with the forbidding fragments of the wide land’s emaciated expanse. Appealing to the wandering wondersomes in all of us, these sharp whispers on a dry wind are the colour of the open horizon. Snake River stretches to infinity before reaching around to pull itself back into the endless pasturage of prairie ghosts and dancing skies.

Ce prairi(e)sme enclavé est imprégné par le caractère granulé du sépia de l’Ouest et par l’alluvion huilée de serpent. McKruski est le vestige des figures ombragées des dunes aux doigts couverts de glu, attrapant des graines de terre pollinisée qui enrobent ces extrémités de chaume avec les fragments menaçants de l’étendue émaciée du vaste terrain. Attirants pour les émerveillés errants en nous tous, ces murmures pointus sur un vent sec sont la couleur de l’horizon ouvert. Snake River s’étend à l’infini avant de faire le tour et de se ramener au pâturage sans fin des fantômes de la prairie et des cieux dansants.


Snake River – Nothing To You


Snake River – Fields

New Canadiana :: Various Artists – Prairie Shag

Prairie ShagPrairie Shag

Where artistries are as diverse as dancing night skies are multitudinous, Saskatchewan has long been that place of inferred absenteeism; the middle sibling to the East and West of Canada’s outstretched arms.

Prairie Shag, a regional compilation of Regina artists, is infused with the same prairie sentimentally found in the frozen footsteps of wayward late-night stumblers. It provides us with a sonorous glimpse into the creaking gears and rusted-out tin can proclamations of the Queen City’s rattling cage-ees (with the added bonus of a track by Saskatoon’s Wizards). In the heart of the endlessly rolling fields, between the dilapidated grain silos and metallurgical life wounds of railcars past, and within the manic swinging of its seasonally bipolar countenance, Regina is that being below the permafrost; clawing methodically at the frozen earth overhead to break into the cold air of the very early morning.

What curator Carl Johnson (Library Voices, The Florals, and Coldest Night of the Year) has done with this comp is not unprecedented, but it is most certainly momentous. This is a mixtape made to be enjoyed and played to oblivion, to the point that it melts and conforms to the shape of its case, reconstituting itself as so much more than merely a medium. Rather, it is the time capsule-love-spawned offering of those same musicians who exist amidst the rolling fields of forever; who have embedded their intonations in the finer grains of those exhumed silos and railway carts previously regarded as eyesores for the eye-sorry; those who swallow the seasons as if they were merely the air that they breath.

Prairie Shag = Prairie Swag, and we, the undaunted denizens of our northernly centrespace, wear it well.

Là où les artisteries sont aussi diverses que les cieux dansant sont myriade, Saskatchewan est depuis longtemps cet endroit à l’absentéisme inferé; l’enfant du milieu de l’est et de l’ouest des bras grand ouverts du Canada.

Prairie Shag, une compilation régionale d’artistes de Regina, est infusée de la même sentimentaité des prairies que l’on trouve dans les traces de pas congelées des fêtards de fin de nuit rentrant chez eux en titubant. Elle nous apporte un aperçu sonore des mécaniques craquantes et des proclamations de boîtes de conserves des encagés cliquettant de la Queen City (avec en bonus un morceau des Wizards de Saskatoon). Au coeur des champs roulant infinis, entre les silos à grain dilapidés et les blessures de la vie métallurgique d’un passé ferroviaire, et à portée des aléas maniaques de ses états saisonniers bipolaires, Regina est cet être en-dessous du permafrost; griffant méthodiquement la terre gelée du dessus pour pénétrer l’air froid du début de matinée.

Ce que le curateur Carl Johnson (Library Voices, The Florals, et Coldest Night of the Year) a fait avec cette composition n’est pas sans précédent, mais très certainement capital. Cette mixtape est faite pour être appréciée et jouée jusqu’à l’oubli total, au point où elle se fond et se conforme à la forme de sa boîte, se reconstituant en bien plus qu’un simple support. Plutôt, c’est la capsule temporelle engendrée par l’amour, offrande de ces mêmes musiciens qui existent au milieu des champs roulant de l’éternité; qui incorporent leurs intonations dans les grains les plus fins de ces silos exhumés et wagons ferroviaires précédemment regardés comme des horreurs visuelles; ceux qui avalent les saisons comme si ce n’est que l’air qu’ils respirent.

Prairie Shag = Prairie Swag, et nous, les habitants intrépides de notre espace central nordique, le portons bien.


Kitchen Party – We Need a Decision


Spoils – What You Want


The Florals – Cry

New Canadiana :: Robin and the Hairy Bats – Robin and the Hairy Bats!

Robin and the Hairy Bats! - Robin and the Hairy Bats!

This bone-shaking lo-fi surf reverberates off concrete. In a land-locked tin, Robin and the Hairy Bats tear through it with teeth, escaping to California in the movie of the mind. Off-tune harmonies accompany the punk don’t-care bearing. Hair in the mouth, sweat everywhere, the album rattles with ear-ringing corporeality. Surfer Rosa is on repeat in a car speeding along the isometric highways of the Catalan wasteland. It’s transportational to a place not here, and if not out there, then nowhere.

Ce surf lo-fi qui vous secoue les os résonne du béton. Pris dans une canne loin du littoral, Robin and the Hairy Bats rongent le métal pour s’échapper vers la Californie dans le film de l’esprit. Les harmonies désaccordées accompagnent l’attitude punk je-m’en-foutiste. Les cheveux dans la bouche, de la sueur partout, l’album fait vibrer et siffler les oreilles avec corporalité. Surfer Rosa est sur repeat dans une voiture filant le long des autoroutes isométriques du wasteland catalan. Ça vous transporte vers un endroit qui n’est pas ici, et si ce n’est pas par là, alors vers nulle part.

Robin and the Hairy Bats – Midnight Beach

Robin and the Hairy Bats – Telepathic Vampires