Tag: progressive

Ephemera :: Carl Didur on Zacht Automaat

Ephemera :: Carl DidurWeird_Canada-Ephemera-Zacht_Automaat-Carl_Didur_1-thumb

Here at WC, we’re prone to hyperbole when describing the things we love. Yet no amount of outsized praise, imaginary adjectives or inappropriate hyphens could come close to capturing the mystical powers of Carl Didur and Michael McLean (a.k.a. Zacht Automaat). Seemingly unhindered by time and space, the duo’s creative output since 2010 has included a jaw-dropping 11 albums of seamlessly flowing instrumental expeditions into the farthest reaches of Canteburian prog, Düsseldorf-schooled kosmische and outernational hep. Slim Twig is the group’s tireless champion, and has now done the world a great service by collecting choice cuts from their chronology onto an astronomical double LP published by his Calico Corp. imprint. To celebrate this momentous release, we met up with Didur in his hobbit-sized attic space for the latest edition of our Ephemera series spotlighting six totemic items from the Automaat story.

Zacht Automaat – Lost In The Peak District

Zacht Automaat – Ancaster Heights

 

NEW MEANS OF ORGANISATION

Ephemera of Carl Didur - New Means of Organization

At the end of an afternoon of conversation my friend Eugene casually said "I have something for you, I think.” He proceeded to lend me Twentieth Century Music by H.H. Stuckenschmidt, a book I carried around until the spine broke (it was admittedly fragile to begin with). It was a general history of the progression of the avant-garde from serialism through minimalism back to popularism or what-have-you. This particular page fell out one day and struck me vividly, as it dealt with the determination of a past generation to find new forms of expression; a recurring problem. That same day I contacted my friend Michael McLean and proposed we form a project called ZACHT AUTOMAAT dedicated to exploring any NEW MEANS OF ORGANISATION we could implement. We made a list (since lost) of every musical idea we had ever considered and set out to explore them as a highly disciplined, mobile, local unit. Taken as broadly or specifically as you please, it is a usefully vague motto.

ETHEL 1. CHAIR

Ephemera :: Carl Didur - Ethe1 1. Chair

Michael McLean and I have been making music for 14 years now. This small yellow plastic chair has been a constant companion. Originally adopted by McLean as a totemic object in 2000 it was in his possession until 2010. This chair was at nearly every gig played by our old band and was always in the studio with us. Undue amounts of energy were spent on making sure the chair was in the appropriate position. Once it was left behind in Belleville, Ontario. Some strangers took it to the fair, to the beach, and a tattoo shop. They sent the band a series of photos before returning it with a treble clef tattooed to the right of the ‘1’ (since faded). When McLean moved to England in 2011 I became its keeper. This chair is perpetually occupied by our childhood selves and is a constant connection to the spirit of freewheeling wonderment once-known. To me, the faded stencil evokes the VOYAGER probe in Star Trek I and speaks of long journeys in space. So picture a small child alone in space on this chair, making quiet sound effects and kicking tiny feet in the void.

SONG CHARTS

Ephemera :: Carl Didur - Song Charts

Here you see a selection of spontaneous notations, some rhythmic, some pitch related. Much of our music is off the cuff, undiscussed. We jot down just enough information to lay a musical groundwork. These scraps are usually abandoned by McLean at the end of the session and gathered up by me even though they rapidly become meaningless as the details fade from memory. They are shown here on my most radiant cape, hand-made by Alicia Nauta.

TAPE LOOPS AND TAPES

Ephemera :: Carl Didur - Tape Loops and Tapes

We record on tape because it is easy and familiar and makes things sound easy and familiar. One slight disadvantage is the amassing of physical piles of data, as it were. Here is a small selection of tapes and 1/4 tape loops related to ZACHT AUTOMAAT and my solo shows. All AUTOMAAT cassettes are labeled with date and number by McLean and this vital service should not go unnoticed. As material is transferred to computer for editing the tape itself becomes essentially useless and joins a ready pile. Contained between the bits selected for use, however, are thousands of passing moments of angry banter, abandoned melodic ideas, brief improvisations, long stretches of flam-riddled solo drumming, manic laughter, supercilious commentary, etc. All of the fleeting bits of process related to making-up music and being old friends are captured here in queasy aspic. We keep most of the original 2010 sessions in this homemade gun case McLean found on the street one day. There’s a metaphor for you to explore.

MY TROUBLES FICTITIOUS, MY PLEASURES DELICIOUS

Ephemera - Carl Didur - My Pleasures Fictitious, My Troubles Delicious

This is a 13×13 painting done on drywall by Benjamin Rosenblum in 2003 or so. His ceiling collapsed and the landlord recommended he fix it himself. On the extra scraps of drywall left over he did a series of tempera paintings that I found compelling. I asked him to make an album cover for me for a projected album to be called “My Troubles Fictitious, My Pleasures Delicious” and he painted this without further instruction. I decided I didn’t like the title and he forbade me to use the painting for any other purpose. It hung in my kitchen until 2011 when I decided enough time had passed that I could use it, what the hell, and it became the cover of WE CAN’T HELP YOU IF WE CAN’T FIND YOU. I really really like this painting.

LIFE IS HARD, BUT GREAT

Ephemera :: Carl Didur - Life is Hard, But Great

When attempting to get anything done at any time one should always remember this. It is hard to see but it says “LIFE IS HARD, BUT GREAT.” Drawn in pen by Eugene Slonimerov (see NEW MEANS OF ORGANISATION) for someone in need of reassurance, it was left behind and became a sad but friendly piece of ephemera that has persisted beyond expectation. Take in pieces or whole as you need it.

Chez WC, nous aimons user d’hyperboles pour parler de choses que nous aimons. Cependant, aucun éloge dithyrambique, aucun adjectif imaginaire ni aucun trait d’union inapproprié ne saurait rendre toute la portée des pouvoirs mystiques de Carl Didur et de Michael McLean (alias Zacht Automaat). Apparemment libre de toute emprise spatio-temporelle, le duo a produit depuis 2010 un impressionnant total de 11 albums instrumentaux explorant sans relâche les confins du prog cantorbéryen, du kosmische de Düsseldorf et du cool extranational. Slim Twig, infatigable fidèle du groupe, vient de rendre une fière chandelle à l’humanité en regroupant sur un double album astronomique, paru sur son étiquette Calico Corp., une sélection de leurs meilleurs morceaux. Pour célébrer cette sortie capitale, nous avons rencontré Didur dans son grenier de hobbit dans le cadre de notre série Ephemera. Il nous présente ici six objets emblématiques dans l’histoire d’Automaat.

Zacht Automaat – Lost In The Peak District

Zacht Automaat – Ancaster Heights

DE NOUVELLES FORMES D’ORGANISATION

Ephemera of Carl Didur - New Means of Organization

À la fin d’un après-midi en compagnie de mon ami Eugene, il m’a dit tout bonnement : « Je pense que j’ai quelque chose pour toi. » Il m’a alors prêté La musique du XXe siècle par H.H. Stuckenschmidt, livre que j’allais traîner jusqu’à ce que s’arrache la reliure (cette dernière était déjà abîmée au moment du prêt). Histoire générale de l’avant-garde, le livre retraçait l’évolution de la musique sérielle jusqu’au minimalisme pour revenir ensuite sur le populisme ou quelque autre courant. Une page, qui était tombée, attira particulièrement mon attention : elle traitait de la volonté d’une génération passée de découvrir de nouvelles formes d’expression, un problème récurrent. Le même jour, j’ai contacté mon ami Michael McLean pour lui proposer de former un projet appelé ZACHT AUTOMAAT, lequel serait dédié à l’exploration de NOUVELLES FORMES D’ORGANISATION que nous pourrions mettre de l’avant. Nous avons fait une liste (perdue depuis) de toutes les idées musicales que nous avions déjà eues, et nous nous sommes donnés pour objectif de les explorer méticuleusement en tant que formation versatile et locale. Qu’il soit pris de manière générale ou spécifique, ce mot d’ordre vague allait nous être utile.

CHAISE ETHEL 1.

Ephemera :: Carl Didur - Ethe1 1. Chair

Voilà déjà 14 ans que Michael McLean et moi faisons de la musique. Cette petite chaise de plastique jaune nous accompagne depuis. Adoptée à l’origine par McLean en 2000, elle a été en sa possession jusqu’en 2010. Cette chaise s’est retrouvée pratiquement à chaque concert de notre ancien groupe et nous suivait toujours en studio. Nous avons passé un temps fou pour nous assurer qu’elle se trouvait toujours au bon endroit. Une fois, nous l’avons oubliée à Belleville en Ontario. Des inconnus l’ont amenée dans une foire, à la plage, dans un salon de tatous. Ils nous ont envoyé une série de photos avant de nous la retourner avec une clé de sol tatouée à la droite du « 1 » (effacée depuis). Lorsque McLean a déménagé en Angleterre en 2011, j’en suis devenu le dépositaire. Cette chaise est occupée perpétuellement par l’enfant qui sommeille en nous et nous garde en contact permanent avec cet esprit d’émerveillement sans bornes qui était jadis le nôtre. Les inscriptions effacées me rappellent la sonde VOYAGER dans Star Trek I et évoquent pour moi les longs périples dans l’espace. Imagine un enfant seul dans l’espace sur cette chaise, qui produit de faibles effets sonores et qui fait aller ses petits pieds dans le vide.

SCHÉMAS DE CHANSONS

Ephemera :: Carl Didur - Song Charts

Voici une sélection d’annotations spontanées, certaines à propos du rythme, d’autres en lien avec la hauteur du son. Une grande part de notre musique est improvisée, non préméditée. Nous rassemblons juste assez d’informations pour ébaucher les fondations de notre musique. McLean abandonne normalement ces bouts de papier à la fin des sessions et je les ramasse même s’ils deviennent rapidement incompréhensibles au fur et à mesure que leurs détails s’effacent de notre mémoire. Ils sont rassemblées ici sur ma cape brillante de mille feux, fabriquée à la main par Alicia Nauta.

BOBINES ET CASSETTES

Ephemera :: Carl Didur - Tape Loops and Tapes

Nous enregistrons sur cassette parce que c’est facile et familier, ce qui donne un résultat facile et familier. Un léger désavantage de cette méthode est, comme vous pouvez le constater, l’accumulation de piles de données physiques. Il s’agit d’une petite sélection de cassettes et de bobines que nous utilisons pour ZACHT AUTOMAAT et mes concerts solo. McLean numérote et date toutes les cassettes de AUTOMAAT, une étape tout à fait vitale. Au fur et à mesure que le matériel est transféré sur ordinateur pour être édité, les cassettes deviennent inutiles et vont rejoindre le reste de la pile. Parmi les fragments retenus, on retrouve cependant un millier de moments évanescents de babillage colérique, d’idées mélodiques abandonnées, de brèves improvisations, d’interminables solos de batterie, d’éclats de rire maniaque, de commentaires dédaigneux, etc. Tous ces fragments, qui témoignent du processus musical et de notre amitié de longue date, sont conservés ici dans une glu qui donne mal au cœur. Nous gardons la plupart des enregistrements originaux de nos sessions de 2010 dans un étui à carabine artisanal que McLean a trouvé un jour dans la rue. À vous de faire sens de cette métaphore.

MES PROBLÈMES FANTAISISTES, MES PLAISIRS DÉLICIEUX

Ephemera - Carl Didur - My Pleasures Fictitious, My Troubles Delicious

Il s’agit d’une peinture de 33x33cm sur plâtre par Benjamin Rosenblum datant des alentours de 2003. Son plafond s’est affaissé et le proprio lui a recommandé de faire les travaux lui-même. Sur les restes de Gyproc, il a effectué une série de temperas que je trouve fascinantes. Je lui ai demandé de faire la pochette d’un album que je projetais d’intituler « My Troubles Fictitious, My Pleasures Delicious » [Mes problèmes fantaisistes, mes plaisirs délicieux] et c’est ce qu’il a peint sans d’autre instruction. J’ai décidé que je n’aimais plus le titre, mais il m’a interdit d’utiliser la peinture pour quoi que ce soit d’autre. Jusqu’en 2011, le cadre est resté accroché dans ma cuisine. Je me suis finalement dit « Ah pis d’la marde » et j’ai décidé que suffisamment de temps s’était écoulé pour que je l’utilise : c’est devenu la pochette de WE CAN’T HELP YOU IF WE CAN’T FIND YOU. J’aime vraiment vraiment cette peinture.

LA VIE C’EST DURE, MAIS FORMIDABLE

Ephemera :: Carl Didur - Life is Hard, But Great

Au moment d’entreprendre quoi que ce soit, on devrait toujours se rappeler cette phrase. C’est difficile à distinguer, mais c’est écrit « LA VIE C’EST DURE, MAIS FORMIDABLE ». Tracée au stylo par Eugene Slonimerov (voir DE NOUVELLES FORMES D’ORGANISATION) à l’intention de quelqu’un qui avait besoin de réconfort, l’affiche a été abandonnée et est devenue un triste mais amical artefact ayant survécu beaucoup plus longtemps que prévu. On peut la considérer en tout ou en partie selon les besoins.

New Canadiana :: Telstar Drugs – Telstar Drugs

Telstar Drugs - Telstar Drugs

While Calgary’s scene seems to be a melting pot of garage and grimy punk, Telstar Drugs keeps the funk alive, visiting the fucked ends of the musical spectrum while still staying accessible. The eerie, crackling guitar lines are as puzzled together as those of their predecessors: so complicated, so little time. But even then, the indefinable pop prowess lurking behind the darkness of the songs is unmistakable. This release is only seeing the light of day after being recorded and stored for the past year, so folks better start praying for a new batch of tunes, and I mean pray to Telstar, your new gods.

Alors que la scène à Calgary a l’air d’être un creuset de garage et de punk crasseux, Telstar Drugs empêche le funk de tomber dans l’oubli, en rendant visite aux bouts foutus de la gamme musicale en restant accessible. Les mélodies étranges et crépitantes de guitare sont aussi déroutantes que celles de leurs prédécesseurs: si compliqué, si peu de temps. Mais même là, la prouesse pop indéfinissable qui se cache derrière la noirceur des chansons est manifeste. Ce morceau voit le jour seulement maintenant après avoir été enregistré et entreposé pour tout l’an dernier, alors les gens devraient commencer de prier pour avoir un nouveau lot de tounes, et je veux dire prier à Telstar, vos nouveaux dieux.

Telstar Drugs – Bowling

Telstar Drugs – Fake Plants

New Canadiana :: Long, Long, Long – Who The Fuck Said Family Ain’t Family No More

Scrambling assembly line hooks with élan, Halifax’s self-dubbed ‘Factory-Pop’ superstars deliver the goods yet again on this tour cassette. The opening two-song salvo might be the band’s gentlest passage to date, while their trademark three-part vocals sound downright angelic. Yet Long, Long, Long’s complex choreography still spirals, squeals and corkscrews with unpredictable guitarmonies, and by the time eight-minute monolith “You’ll Not Guess Who I Met In Minnesota” hits its apex, we’re in ear bleeding country. Add a sidelong backward-swooping soundscape on the flip, and you’ve got essential listening.

Les accroches maladroites de la chaîne de montage avec l’élégance, les superstars autoproclamés haligoniens de “Factory-Pop” réusissent une fois encore avec cette cassette de tournée. La salve d’ouverture de deux chansons pourraient être le passage le plus doux du group jusqu’à maintenant, alors que leur chant caractèristique de trois parties a l’air simplement angélique. Mais la chorégraphie compliquée de Long, Long, Long continue de s’élever en spirale, de crier et de vriller avec les guitarmonies imprévisibles, et quand le monolithe de huit minutes “You’ll Not Guess Who I Met In Minnesota” atteint son apogée, on est dans le territoire de blessures auditives. Ajoute le paysage sonore piquant
à l’envers à la face B, et voilà une écoute incontournable.

Long, Long, Long – There Are Tape Machines Down There

Long, Long, Long – You’ll Not Guess Who I Met in Minnesota

New Canadiana :: Zacht Automaat – Smart Candle

Dense, hallucinogenic migrations emenate from the spinning magnetic strips tucked inside Zacht Automaat’s phased journey through pressure-wave manipulation. Each side is a colossal trip through transcended flares, beat cut-ups, major-key Kraut drones, and swathes of library dramatics. The tape defies all classification and straddles a wicked line between beats/samples and live shredding. Completely unassuming, understated, and unforgettable, with an extra make ’em say un for the unique packaging. Must grip++

Les migrations intenses et hallucinogènes émanent des bandes magnétiques tournantes qui sont emballées dans le voyage monophasé de Zacht Automaat à travers la manipulation des ondes de pression. Chaque face est un colossal trip à travers les éclats transcendants, les montages de rythme, les drones Kraut en majeur, et les bandes du cinéma de la bibliothèque. La cassette dépasse la classification et elle a une position ambiguë entre les rythmes/ les échantillons et le shred live. C’est complètement sans prétentions, discret, et inoubliable, avec un extra wow pour l’emballage unique. Achetez tellement ++.


Zacht Automatt – Museum Robbery

Review :: The Stolen Organ Family Band – Horse Treats

The Stolen Organ Family Band - Horse Treats

It’d be pretty dim to call ’em Proggy, but with their multiple movements, tempo changes and quickly shifting moods, the tweaked, twangy tunes of the Stolen Organ Family Band come across like some backwoods strain of Bohemian Rhapsody. Lyrically, singer, songwriter and six-string slinger Conor Mack shares campfire stories of shitty hometowns, divorce and excitable puppies with syrupy sweet choruses that’ll get wedged in your brainpan and rattle around for weeks. With back-up vocals, blown-out Casio FX and suitcase percussion by the lovely Miss Kelly Badger plus the Zen-like steadiness of bassist Ari Cipes, the Stolen Organs bring to mind Jonathan Richman and his Modern Lovers slumming it as subway buskers. You might also think of the Meat Puppets when you’re listening to these country-fried home-recorded rambles, but the shadow of the almighty Ween looms the largest. Horse Treats is a kind of ‘greatest hits so far’, and the manifesto on the back might just say it best: “Ain’t down with hiss, ain’t down with this.”
[Levin’s Note: Never underestimate the power of Casio.]

Ça serait plutôt vague de les appeler Prog, mais avec leurs multiples mouvements, les changements de tempo et les humeurs rapidement changeante, les mises au point et les chansons qui nasillent des Stolen Organ Family Band arrivent comme un genre de souche du fond d’une forêt de Bohemian Rhapsody. Lyriquement, le chanteur, compositeur et lanceur d’un six-cordes Conor Mack partage des histoires de villes natales merdiques autour d’un feu de camp, de divorce et de chiots excitables avec des chœurs doux et sirupeux qui vont s’incruster dans un repli de votre cerveau et vibrer pour des semaines. Avec des chants de soutien, du Casio FX à fond et des percussions de mallette par l’adorable Miss Kelly Badger plus la stabilisation zen du bassiste Ari Cipes, les Stolen Organ nous rappellent Jonathan Richman et ses Modern Lovers l’encanaillant comme un musicien de métro. Vous allez peut-être aussi penser aux Meat Puppets  quand vous écoutez ces radotements frits à la paysanne et enregistrés maison, mais l’ombre du grand Ween est le plus imminent. Horse Treats est un genre de ‘’plus grands hits jusqu’à maintenant’’ et la manifeste à l’arrière pourrait bien le dire mieux : ‘’pas abattu par un sifflement, pas abattu par ça.’’
[Note de Levin: Ne sous-estimez jamais le pouvoir de Casio.]

The Stolen Organ Family – Plums

The Stolen Organ Family – Baby, What’s Your Phone Number?