Tag: pop

New Canadiana :: Pee Wee – Tingles

Weird_Canada-Pee_Wee-Tingles

A shuffling drumbeat echoes the long walk home from school: lazy, fawn-coloured motes drifting diagonally, warm grey rubber smacking down onto dimpled concrete. Each hesitant smile is coloured with the blush of tiny achievements, hoarded in lint-lined, triangular pockets: a creased paper fortune teller, a geometric knob of Pink Pearl, a flat rectangle of tropical gum gnawed into a dented wedge of jaw-achingly sweet rubber. Memories fade like milky water.

Après l’école, un battement de tambour à l’allure traînante se répercute sur la longue marche du retour chez soi : de petites particules couleur fauve flottent paresseusement en diagonale, du caoutchouc gris et chaud s’écrase sur du béton alvéolé. Chaque sourire hésitant est teinté du rosissement qui vient avec les petits trophées amassés dans des poches triangulaires doublées de peluche : un coin-coin froissé, un bout d’efface Pink Pearl de forme géométrique, une tablette de gomme à saveur tropicale grugée dans une cale dentée de gomme à mâcher dont le goût sucré donne mal aux dents. Les souvenirs s’effacent comme de l’eau laiteuse.

Pee Wee – Full Moon

Pee Wee – Beach Song

New Canadiana :: Terra – Couldn’t Save This

Weird_Canada-Terra-Couldnt_Save_This

A herald abdicates his duties to become a harbinger. He gives an exit speech of honest introspection and narrates his inner conflicts to the hearkening convergence of the rank and file. His oratory is tonally commanding and it’s mastered with a silver tongue. People discern the vocalized afflictions. It is sheathed like a cupped mic to make a bull horned public address of incurable conditions.

Un héraut renonce à ses responsabilités afin de devenir un annonciateur. Il tient un discours de sortie d’une honnête introspection et narre ses conflits internes jusqu’à la convergence prêtant l’oreille du rang et du fichier. Son oratoire adopte un ton autoritaire et est maîtrisé avec une grande éloquence. Les gens distinguent les afflictions vocalisées. C’est recouvert comme un microphone enveloppé pour faire une allocution publique audacieuse à conditions irrémédiables.

Terra – Couldn’t Save This

Terra – Incurable Condition

Video :: Robert Loveless and the Loveland Band—Go Beyond

Weird_Canada-Robert_Loveless-Go_Beyond

“Go beyond” urges Robert Loveless. Go beyond— permission given to feel, to get lost in Erin McDonald’s doubly-exposed reels, to let yourself move a little in this band’s glorious ebb and flow. Go beyond— a willing to do something, make something, fill up the time while it’s here. Go beyond— an invitation to pass through the fog toward dawn.

“Go beyond”, aller au-delà : c’est ce que Robert Loveless nous exhorte à faire. Aller au-delà, comme une autorisation qui nous serait donnée de ressentir, de se perdre dans les bandes de films doublements exposées d’Erin McDonald, de se laisser dériver au rythme du flux et du reflux de ce groupe. Aller au-delà, comme une volonté de faire quelque chose, d’occuper son temps pendant que c’est encore possible. Aller au-delà, comme une invitation à traverser le brouillard pour atteindre l’aube.

New Canadiana :: Nicholas Krgovich – On Sunset

Weird_Canada-Nick_Krgovich-On_Sunset_Cover

Top-down, see him drive-by wearing all-white. Just a moving speck on these starry hills, fingers swimming in the glove compartment. Percussion nips at his ears like little laughing Hollywood spirits, strings swelling at the same rate of his heart cracking: “you must know that I don’t want to just watch the wheels go round, yeaah!” The sun has set and he rolls into the backlot. Wrap your hands with this silk, breaking out of this scenery as your own heart weakly speaks, repeats: “makes me feel like going home / under a low-slung moon’s soft glow”. Hold your torches high, it’s Oscar Night.

Regardez-le passer près de vous, la capote abaissée, tout de blanc vêtu. Juste un petit point qui bouge sur ces collines étoilées et dont les doigts nagent dans la boîte à gants. Les percussions mordillent ses oreilles tels de petits esprits rieurs hollywoodiens, les cordes se gonflent au même rythme que son cœur craqué : « you must know that I don’t want to just watch the wheels go round, yeaah ! » Le soleil s’est couché et il roule vers le backlot (N.d.T. : zone adjacente du studio de cinéma destinée au tournage extérieur). Enveloppez vos mains dans cette soie et émergez de ce décor, alors que votre cœur parle tout bas, répète : « makes me feel like going home / under a low-slung moon’s soft glow ». Tenez vos lampes de poche bien haut; c’est la soirée des Oscars.

Nicholas Krgovich – Along the PCH on Oscar Night

Nicholas Krgovich – Moon’s Soft Glow

New Canadiana :: Ownly Son – Ownly Son

Weird_Canada-Ownly_Son

Expressively layered and hook-driven are the sounds of Ownly Son, a single-person project tucked away across the dark waters of Halifax. Home-recorded and creatively assembled with crafty percussion and ethereal harmonies, the music coasts along as the multiple sounds feed our ears. Every listen becomes a scavenger hunt of finding different things hidden the first time. Every tool used here is for great effect and exposes the music in a bright and bold light.

Les sons accrocheurs de Ownly Son, un projet solo cantonné de l’autre côté des eaux sombres de Halifax, sont dotés d’une couche d’expressivité. La musique, enregistrement maison et montage créatif formé de percussions astucieuses et d’harmonies éthérées, suit la côte tandis que des sons multiples régalent nos oreilles. Chaque écoute se transforme en chasse au trésor afin de trouver différentes choses passées inaperçues au premier abord. Chaque outil utilisé dans l’album sert à faire de l’effet et expose la musique sous une lumière vive et crue.

Ownly Son – Push For The Change

Ownly Son – Walking Backwards

New Canadiana :: Late Spring – Late Spring

Weird_Canada-Late_Spring-ST

When spring arrives late, winter still circling, a sense of longing becomes unbearable. This yearning is caught up in the mire of Late Spring. As the EP progresses, the questions asked and experiences given allow the band to hear the snow melting. A toughness has grown to take on summer’s maturity.

Lorsque le printemps est tardif, et que l’hiver n’en finit plus de finir, l’attente devient insoutenable. Cette aspiration est enlisée dans la fange de Late Spring. Au fur et à mesure de l’avancement de l’EP, les questions posées et les aventures vécues permettent au groupe d’entendre la neige fondre. Une force s’est développée permettant de capturer la maturité estivale.

Late Spring – Kid’s Lick

Late Spring – Pinball bb

New Canadiana :: ISBN – Grimmed Out

Weird_Canada-ISBN-Grimmed_Out

The new 14-song cassette from ISBN is complete with their catchy-balanced-blended sound. Their balance lies in the punchy bass and responsive drums that form the melody, and construct a foundation for the scratchy exploratory twangings of Dave Burns’ guitar which fills in the rest of the sound spectrum. The existential lyrics of Luke Langille are clean and clear. Songs such as “Feel” contain honest, depressive lyrics, but when matched with melody, they create an uplifting, foot-stomping tune that will hurl itself into your memory vaults. Building and maintaining, stopping, and reapplying ensue through their audible expositions, developing a compelling 33 minute release.

La nouvelle cassette de 14 morceaux d’ISBN s’harmonise avec leur musique entrainante et mélangée, mais équilibrée. Cet équilibre se trouve dans la mélodie formée par une basse dynamique et une batterie réactive; les fondements pour le grattage exploratoire de la guitare de Dave Burns, qui remplit le reste du spectre sonore. Les paroles existentielles de Luke Langille sont nettes et précises. Des morceaux comme « Feel » contiennent des paroles honnêtes et déprimantes qui, une fois couplées à la mélodie, garrochent dans la voûte de tes souvenirs une chanson inspirante qui te fera taper du pied. Construction, poursuite, arrêt et reprise naissent de ces expositions sonores, produisant un album captivant de 33 minutes.


ISBN – Friends


ISBN – Feel

New Canadiana :: Painted Fruits – Fruit Salad

Weird_Canada-Painted_Fruits-Fruit_Salad

The Painted Fruits are back with a fresh coat of jangle-pop, layered on thick and dripping vibrant vibes. Their distinct medley of glam and garage is a refreshing and delicious serving of tone. This latest slab of tape is kicked up in the eye of a perfect storm; a harmonic home job recording that balances making noise without being a noisy neighbour. The PF flyers pluck their rhythms along the fine line between a grin and a glare.

Les Painted Fruits sont de retour avec une couche fraîche de cliquetis pop étalée sur d’épaisses coulées d’ambiances vives. Leur medley distinct de glam et garage est une portion de sonorité délicieuse et rafraîchissante. Cette toute dernière cassette a été produite dans l’œil d’une tempête parfaite; un enregistrement harmonique fait maison qui manie l’art de faire du bruit sans être un voisin bruyant. Les baskets volantes de PF cueillent leurs rythmes le long de la mince ligne qui sépare un sourire d’un regard noir.

Painted Fruits – Mechanical Rhythm

Painted Fruits – GRK

New Canadiana :: Mauno / Vulva Culture – SPLIT TAPE

Weird_Canada-Mauno/Vulva_Culture-SPLIT_TAPE

Buzzy Halifax bands Mauno and Vulva Culture are worth the din. Their SPLIT TAPE of unromantic pop tunes are meant to drip from the exact places they were crafted in; rusted cars, mouldy garages, and musty basements. Mauno’s mistakes make them move while Vulva Culture choose to stew in them. The affable bass in Mauno’s “Nothing” and Vulva Culture’s satisfyingly sad sack “Human Garbage” show that both bands have sat in the sun long enough to start being sweet.

Les vibrants groupes d’Halifax, Mauno et Vulva Culture, en valent le boucan. Leur SPLIT TAPE est constitué de chansons pop peu romantiques censées dégoutter à même les lieux où on les a confectionnées : les bagnoles rouillées, les garages moisis et les sous-sols qui sentent le renfermé. Les erreurs de Mauno les fait avancer alors que Vulva Culture choisit de se complaire en elles. « Nothing » de Mauno et « Human Garbage » (d’une dolence satisfaisante) de Vulva Culture, porteuses d’une basse affable, montrent que les deux groupes se sont assis au soleil assez longtemps pour commencer à être doux à l’oreille.

Mauno – Nothing

Vulva Culture – Human Garbage

New Canadiana :: Lab Coast – Away From Here

Weird_Canada-Lab_Coast

Oh Lab Coast – ya got me again. You got so many hooks that I’m barbed, reeled in, and hit over the head like a high-hat. You got so many hits that ya bang my dizzy head, and wrap it back up in ribbons of fuzzy, compressed tape. You’ve got such an amazing cover of late 80‘s ‘the Pursuit of Happiness’ that I actually YouTubed ’The Pursuit of Happiness’. All three disparate jams are gold – alchemized from 1 part pop, 1 part cancon throwback, and 1 part pastiche.

Oh, Lab Coast… Tu m’as encore eu. Tu es si accrocheur que j’ai mordu à l’hameçon. Ramené au moulinet, j’me fais taper sur le crâne comme si c’était une cymbale double. T’as tant de hits que j’en ai la tête qui tourne et se rembobine en rubans de bande magnétique compressée et floue. T’as une interprétation tellement étonnante de « The Pursuit of Happiness » de la fin des années 80 que j’ai vraiment YouTubé « The Pursuit of Happiness ». Les morceaux disparates valent tous les trois de l’or, composé alchimique formé d’une part de pop, une part de retour vers le contenu canadien et une part de pastiche.

Lab Coast – Away From Here

Lab Coast- She’s So Young (The Pursuit of Happiness cover)