Tag: pop

New Canadiana :: kurt – cool sad natural

Weird_Canada-kurt-cool_sad_natural

Items tossed in a hard-shelled suitcase. Voicemails overwritten on glossy brown cassette tape. Damp socks dangling from the railing, heels dripping in quiet splashes. The hall mirror is staging an exclusive viewing of Sadsack Packs Up Things After Breakup, one night only, playing for an audience of precisely no one.

Cardboard boxes are sympathetic storage units, gobbling up smooth-rubbed talismans, creased comics scrawled in blue ballpoint, sweaters threaded with clove cigarette smoke.

A drumbeat taps like gentle pats on the back, or a dog wagging its tail against the hardwood. Tender guitar melodies flutter like a spring breeze, catching the linen skirt of the curtain. The answer couldn’t be more obvious, and it couldn’t be more miserable.

Des objets jetés dans une valise rigide. Des messages vocaux remplacés sur une cassette brune lustrée. Des chaussettes humides pendent sur la rampe, des talons dégoulinent doucement. Le miroir du corridor monte une scène exclusive d’un Personnage Tragique En Train De Faire Ses Valises Après Une Rupture, un soir seulement, pour un public de précisément personne.

Des boites en carton sont des entrepôts sympathiques, engloutissant des talismans lissés, des bandes dessinées gribouillées en stylo bille bleu, des pulls tissés avec de la fumée de cigarette au clou de girofle.

Un tambour bat comme des tapes gentilles dans le dos, ou comme un chien remuant la queue sur un plancher de bois. Des mélodies tendres de guitares flottent comme une brise printanière, saisissant le bas du rideau. La réponse ne peut pas être plus claire et elle ne peut pas être plus misérable.

kurt – august

kurt – baby’s first day at school

New Canadiana :: Faux Cults – Caviar

Weird_Canada-Faux_Cults-Caviar

An abandoned fish tank sits in the corner of your parents’ living room. The tank is still half-full, void of life beyond its tropical beach backdrop. An aimless surfer is face down in a growing pit of algae. You approach the glass and tap to find a pulse. Tick. Tick. A hairline crack is formed. It grows and grows. The tank comes to life. Tick. Tick. The surfer twists in his pit of algae to look at you. A longing for a swell to escape Tick. Tick. Crack. Water gushes through the room, liberated to all corners of the room. The surfer rides these currents to land by your feet. The energy of an endless summer from a long forgotten memory warms the room. The look of longing evolves to a smile.

Un aquarium abandonné est posé au coin du salon de tes parents. Il est toujours à moitié rempli, dépourvu de vie autre que le fond de plage tropicale. Un surfeur vagabond est à plat ventre dans un trou croissant d’algues. Tu t’approches du verre et tapes à la recherche de son pouls. Tick. Tick. Une petite fissure se forme. Elle croît et croît. L’aquarium prend vie. Tick. Tick. Le surfeur se serpente dans son trou d’algues pour te regarder. Une envie pour qu’un gonflement s’échappe. Tick. Tick. Crack. L’eau jaillit dans la salle, libérée dans chaque coin de la salle. Le surfeur monte ces courants pour atterrir à tes pieds. L’énergie d’un été sans fin d’une mémoire longtemps oublié réchauffe le salon. Le regard d’envie s’évolue en sourire.

Faux Cults – Caviar

Faux Cults – Hey Nicki

New Canadiana :: Nutrients – Drag On

Weird_Canada-Nutrients-Drag_On

You have slayed the dragon! The pound of flesh is yours; this moment was a long time coming. And at this moment of sonic incandescence, goldenrod memories of a million little victories seep into your slackened psyche like an incoming torrent of liquid sunshine – warmer than the Danforth on a July evening. This is a sundown for the ages; put on your shades, open your ears, and, yes, drink in that pop. Make it last. What comes next?

Tu as tué le dragon! Réclame ton dû : tu as attendu si longtemps pour ce moment. Cet instant de sonorité incandescente, les souvenirs d’un million de petites victoires s’infiltrant dans ton esprit détendu comme un torrent diluvien de soleil liquide – plus chaud encore que le Danforth par un soir de juillet. C’est un crépuscule millénaire : tends l’oreille, mets tes lunettes de soleil, bois un peu de boisson gazeuse… et étire le plaisir. Que faire maintenant?

Nutrients – We Jibed

Nutrients – All Slowed Down

New Canadiana :: Healing Waters – Water

Weird_Canada-Healing_Waters-Water

Curves of black and blue fluid create a divine ripple effect. Sun sparkles. The water is warm. Our minds bloat and float away like abandoned canoes, left to drift. Passengers’ punctured souls litter the water’s floor. As the heaviness behind our eyes turns our gaze downward, staring into the water, we wonder whether our thoughts will drown. Be gone forever.

Des courbes de fluides noirs et bleus créent un effet d’ondulation divin. Le soleil brille. L’eau est chaude.. Nos esprits se gonflent et partent à la dérive comme des canots abandonnés à la merci du courant. Les âmes perforées des passagers jonchent le plancher des eaux. Alors que nos paupières lourdes nous font baisser les yeux et fixer les profondeurs de l’eau, nous nous demandons si nos pensées couleront. Disparaître à jamais.

Healing Waters – Sailings

Healing Waters – Lord Strike Me Down

New Canadiana :: WOLFCOW – CODIE’S RODEO

Weird_Canada-WOLFCOW-CODIE_S_RODEO.jpg

Sweating psychosis: the kind you get from impulsively doing speed and climbing a mountain. Taking a breath is excruciatingly satisfying. Lack of oxygen has you high. Enthralled in manic hallucination, your heart pops out of your chest. Warm and bloody. Dangling above you. Forever, slightly out of reach

Psychose en transpiration : le genre de sueur qu’on a quand on prend du speed impulsivement et quand on escalade une montagne. Reprendre son souffle est atrocement satisfaisant. Un manque d’oxygène donne des hallucinations. Captivé par un épisode illusoire, votre cœur sort de votre poitrine. Chaud et saignant. Se balançant au-dessus de vous. Toujours, légèrement hors d’atteinte

WOLFCOW – Nothing to Forgive

WOLFCOW – Pick a Thorax

New Canadiana :: Juice Box – Tetra Pak

Weird_Canada-Juice_Box-Tetra_Pak.jpg

Voices raised against the musical patriarchy.

Take a sip. We’ve got a problem.

Take another sip. They’ll make you laugh, they’ll make you care. Now take a bigger sip. Drink your juice.

Don’t swallow what the boys club feeds you.

 

Des voix dissidentes contre le patriarcat musical. Buvez une gorgée. Le problème est grave.

Buvez une autre gorgée par la suite. Elle vous fera rire. Elle vous fera prendre des choses en considération.

Maintenant, prenez une gorgée encore plus grande. Buvez votre jus.

N’avalez pas ce que ce patriarcat systématique, ce club fermé, ce club de dinosaure vous nourrit.

Juice Box – Straight White Boys Texting

Juice Box – Rat Therapy

New Canadiana :: Best Fiends – Best Fiends

Weird_Canada-Best_Fiends.jpg

Beware the heart of Best Fiends. It is not blackened with hate or eroded by bitterness, but it beats in frantic measure; always in bright hues of red and pink. Wrapped in a panoply of anxiety and ardor, it surfs, has SOUL, and is desperate to get outside. But be sure Best Fiends are no villains, these fiends are out for friends.

Prenez garde au cœur de Best Fiends. Ce dernier n’est pas noirci de haine ou érodé par l’amertume, mais il bat à un rythme effréné, toujours en teintes vives de rouge et rose. Enveloppé dans une panoplie d’anxiété et d’ardeur, ce cœur surfe, a une âme et veut à tout prix aller dehors. Mais soyez assurés que les Best Fiends ne sont pas méchants, ces monstres sont à la recherche d’amis.

Best Fiends – Allergies

Best Fiends – Goldie’s Forecast

New Canadiana :: MOOD RING – Various Artists (Compilation) – Debaser

Weird_Canada-Various_Artists-MOOD_RING

Defiant and pure, a dirty finger brushes away thick tears.

Tricked by the smear of this glass into leaving the apartment. For a good time, call these jeans. For a better time, take them off. Roll them down with exhausted hands; hitch them off stubborn feet; collapse on the bed.

The bar was a pale mess of limp clothes and lukewarm handshakes; a cluster of grimaces copied from grainy school photographs. In one, an eyetooth poked through plump flesh. In another, a yawn that never ends, begging for attention. The clock mutters of lost hours spent grinding its teeth, deciphering glowing, cryptic symbols in the dark. Sleep comes in twitching waves.

Provocateur et pur, un doigt sale essuie de grosses larmes.

Trompé par la tache de cette vitre et mené à quitter l’appartement. Pour prendre du bon temps, appelez ces jeans. Encore mieux, enlevez-les. Rabaissez-les avec des mains épuisées; décrochez-les des pieds obstinés; effondrez-vous sur le lit.

Le bar était un pâle bordel de vêtements mous et de poignées de mains tièdes; un amas de grimaces copiées de photos d’école grenues. Sur l’une d’elles, une canine a perforé de la chair potelée. Dans une autre, un bâillement qui ne finit jamais, mendiant de l’attention. L’horloge grommèle contre les heures perdues à grincer ses dents, déchiffrant des symboles lumineux et cryptiques dans le noir. Le sommeil vient en vagues spasmodiques.

Sivani – Tooth Hound Sand (AIA)

JFM – Test of Faith

Boyhood – Won’t

New Canadiana :: Shake! Sampler III – Shake! Records

Weird_Canada-Shake_Sampler-III

A junk store window gleaming with treasures. Dented jangle-pop cans burnished with gritty, syrup-stained rims. Sunbleached beach towels with familiar stains. A tambourine rattling coquettishly; the shopkeeper’s purring pet. Tinted glasswear played like cowbells: hollow and true. A wooden bowl with a wide-mouthed brim, drooling with overflowing keys. Unopened letters. Leftovers from someone else’s life.

A tiny handheld radio blares an anthem of discordant, slacker post punk. Twist the dial but stay between frequencies. Hover here. Hold your breath.

La vitrine d’un bazar, étincelante de trésors. Des cannettes de jangle pop cabossées, polies, aux contours rugueux et maculés de sirop. Une serviette de plage blanchie par le soleil, couverte de taches familières. Un tambourin cliquète d’une manière aguicheuse; l’animal domestique ronronnant du commerçant. De la verrerie teintée jouée à la manière des cloches à vache : un son creux et vrai. Un bol en bois au large bord, dégoulinant de clés qui débordent. Des lettres non lues. Les restes appartenant à la vie de quelqu’un d’autre.

Une petite radio portative braille un hymne de slacker post punk discordant. Tourne la molette mais reste entre les fréquences. Fais du surplace ici. Retiens ton souffle.

Snooker Emporium – TökfQzelék

Hansmole – Medicine

Kim Gray – On Top

Girlfrend – Caroline

New Canadiana :: CITADEL – MOONBATHER b/w WELL, I MADE IT & AUTUMNAL SUITE MMXIII

Weird_Canada-Citadel

Montreal-based CITADEL breathes life into the paranormal. Two tracks of wistfully illuminated synths, like dim evening light tumbling in through windows of broad bones and pummeling beats, frame a dancefloor exorcism within an old shaking home. These spirits are clearly in a state of unrest, as evident by their distant calls under the heavy low-end ceiling. Conjured with the help of kindred pop-maestro Mozart’s Sister and old friend James Cochrane, the cold, airy choir of ghosts float forth not in agony, but in transcendence. The victory isn’t taken for granted as the nine-minute Autumnal Suite meditates on the preceding charred, pop landscape with a sparkling organ drone pedestalled by absolutely gorgeous chord changes and an incredible sense of patience and understanding. Building like a stretched crescendo, the billowing synths seem to gradually expand in depth as the piece progresses from calm to catastrophic in scope. These spirits are your friends and you can learn from them.

CITADEL de Montréal donne vie au paranormal. Deux pistes de synthés amèrement illuminés, comme la faible lueur du soir qui dégringole par les fenêtres faites de forte ossature et d’un rythme tabassant, encadrent un exorcisme de plancher de danse dans une vieille maison tremblante. Ces esprits sont clairement dans un état d’agitation, comme en témoignent leurs cris lointains sous le lourd plafond à basse fréquence. Conjurée avec l’aide du pop-maestro apparenté Mozart’s Sister et vieil ami James Cochrane, la chorale froide et éthérée de fantômes flotte en avant, non pas en agonie, mais en transcendance. La victoire n’est pas prise pour acquis car la Suite Automnale de neuf minutes médite sur le précédent paysage-pop calciné avec un organe-drone scintillant élevé par des changements de cordes absolument magnifiques et un sens incroyable de patience et d’entente. Amplifiant comme un crescendo allongé, les synthés ondoyants semblent gonfler graduellement en profondeur alors que l’étendue du morceau progresse de l’état calme au statut catastrophique. Ces esprits sont nos amis et peuvent nous apprendre bien des choses.

Citadel – Moonbather

Citadel – Autumnal Suite MMXIII