Tag: noise punk

New Canadiana :: * Shining Wizard * – Yeah No


Big & brazen, Yeah No stirs up a fine ruckus of sublimely collapsing construction. Shining Wizard invites you to dance clumsily, flailing on the fringe of coherence where Alex Pelchat electric slides like wildcat sandpaper & Farley Miller taps out a beat so nimble it always seems frustratingly, beautifully, out of reach. Hearken! Here is noise that will devour you whole & spit you out, red-faced & panting.

Avec panache et culot, Yeah No est un savant désordre qui [s’effondre doucement…] https://www.youtube.com/watch?v=8U4erFzhC-U. Shining Wizard est une invitation à danser maladroitement, à tanguer à la lisière de la cohérence où Alex Pelchat [the electric slide] https://www.youtube.com/watch?v=-mOY2eWO2qw tel un grincement brutal et Farley Miller qui bat le tempo [de manière si habile, sublime et hors d’atteinte que cela en est frustrant] http://www.idiomexamples.com/img/pics/20130912_124934_.jpg . Reviens! Voici un son qui te dévorera en entier et te recrachera, essoufflé, le visage rouge.

Shining Wizard – Beer Can Variations

Shining Wizard – Pity Booking

New Canadiana :: GNATS – To the Hands of Heathens

GNTAS - To the Hands of Heathens

Gnats’ layered noise-punk is a musical punch in the face, wrenching listeners into a frenzy of flailing instrumentation. The chaos is held in check by snare blasts through the storm of distortion, a swarm of unconventional musical runs with a logic of its own. As a necessary element of the music instead of mere ornamentation, the noise take precedence as it gains its own melodic nature. This forms a complex composition revealed through the sonic commotion.

Le bruitisme punk de Gnats est un coup de poing musical dans la face; il déchire les auditeurs dans une frénésie instrumentale déboitée. Le chaos est contenu par des pièges à souffles au travers d’un orage de distortion, un essaim de musique non conventionnelle s’envolant avec une logique qui lui est propre. En tant qu’élément nécessaire à la musique plutôt que simple ornement, le bruit prédomine et nous démontre sa propre nature mélodique. Ceci forme une composition complexe, révélée dans cette commotion sonore.

GNATS – Coffinwood

GNATS – …to the Hands of the Hopeful

New Canadiana :: John Milner You’re So Boss – 7″

John Milner You're So Boss - 7"

Convenience stores emit sounds so high pitched that adults can’t hear to ward off young people from loitering (what we used to call “hanging out”). Reverse this hypothesis and lo, a sound that shakes soil and loam to drag up undergrounders from the deep who can dance with their eyes closed. Metal gates creak open in Sodom to welcome those shunned from the sidewalks and we fall, tripping over cracks. This overtly rude foursome can’t help but glue together weirdos and fun-boys, calling the rest of us a bunch of Taquito-eating old folks. If you think you’ve got it on the wrong speed, it’s right.

Des dépanneurs émettent des sons tellement aigus que les adultes ne peuvent pas entendre pour empêcher les jeunes gens de flâner (ce que nous avions l’habitude d’appeler ‘’sortir’’). Renverser cette hypothèse et voici, un son qui secoue sol et terreau pour traîner vers le haut les sous-terriens des profondeurs qui peuvent danser avec leurs yeux fermés. Des portes de métal s’entre-ouvrent dans Sodome pout accueillir ceux bannis des troittoirs et nous tombons, trébuchant sur des craques. Ce ménage à quatre ouvertement impoli ne peut s’empêcher de coller ensemble les bizarroïdes et les efféminés, appelant le reste de nous autres une gang de vieillards mangeur de Taquito. Si vous pensez que vous l’avez eu sur la mauvaise vitesse, c’est correct.

John Milner You’re So Boss – Side A (Excerpt – Study Service, Meat Shits, Gr3, Wide Mart, Hope Void)

New Canadiana :: AIDS Wolf – Ma vie banale avant-garde

AIDS Wolf - Ma vie banale avant-garde

Recorded in Calvin Johnson’s Dub Narcotic Studio in Olympia, WA, Canada’s most progressively potent gang of art-damaged grumps have created what could be their masterwork. After years of touring Rollins style and unleashing countless slabs upon the mound, AIDS Wolf have pared it down to the bare wires pulsing and robbing us of the horizon. Chloe Lum’s vocals are louder than ever, yet processed in robotic jabs to the eardrums, playful, violent, while Alex Moskos floats and meanders through a valley of oozing moans, all on top of the unrelenting smash provided by Yannick Desranleau. Every time they get into the studio they take it out to the left field for another round of “how insane am I/how insane is the world”, barefoot and lost. Finding new meanings inside the sullen husks of human interaction, focused on the future and destroying the past relatives we had known. Repetition. Repeater. Realized. Where do we go from here?

Enregistré au Dub Narcotic Studio de Calvin Johnson à Olympia, WA, le gang le plus progressivement puissant de grognons d’art endommagés ont créé ce qui pourrait être leur pièce maîtresse. Après des années à faire des tournées dans le style Rollins et à relâcher d’innombrables tranches sur le tas, AIDS Wolf l’on réduit à des fils nus palpitants et nous volant l’horizon. Les vocales de Chloe Lum sont plus fortes que jamais, mais traitées en coups robotiques pour les tympans, enjoués, violents pendant qu’Alex Moskos flotte et serpente à travers une vallée de gémissements suintants, tous sur le dessus du smash impitoyable de Yannick Desranleau. À Chaque fois qu’ils se retrouvent dans le studio ils l’apportent au champ gauche pour un autre tour de ‘’Comment fou suis-je/comment fou est le monde?’’, pieds nus et perdus. Trouvant de nouvelles significations dans les écorces maussades de l’interaction humaine, concentré sur le futur et détruisant les proches du passé que nous avions connus. Répétion, Répéteur, Réalisé. D’où descendons-nous d’ici?

AIDS Wolf – Pop a Candy Drop

AIDS Wolf – Despair Ritual

New Canadiana :: Puke Eyes – Puke Eyes


Red Masstermind Choyce delivers a triple-gulp of pavement pizza with wildman drummer Edouard Laroque on this abdominal assault of improv-psych splatter. Whether tearing into chainsaw riffs or veering into a nomadic void, Satan’s van never stops a-rockin’. As a clincher, “Museum of Death” hands the megaphone to gonzo poet Richard Ritalin for a tale of ritual evil à la “The Gift.” Beurk!

Red Masstermind Choyce offre une triple bouchée de pizza de pavé avec un batteur sauvage Edouard Laroque sur cet assaut abdominal d’éclaboussure de psych- improv. Que ce soit pour déchirer des riffs de tronçonneuse ou pour virer vers un néant nomade, le van de Satan n’arrête jamais de se balancer. En tant qu’argument majeur, “Museum of Death’’ donne le mégaphone au poète excentrique Richard Ritalin pour un conte de mal rituel à la “The Gift.” Yark!

Puke Eyes – I Think It’s Human

Puke Eyes – Museum of Death

New Canadiana :: Shearing Pinx – Night Danger

As a relic from the triumvirate evenings of dual guitar destruction, Night Danger contains the last recordings Shearing Pinx conjured within their triplicate state. Gripping the mic for the first time, Erin Ward obliterates all previous associations and takes “Sufferer” to a new level of avant-gothery. They further circumvent every convention with “Play Nice”, assailing a burnt blues jam into thirteen minutes of distorted twilight and chromatic space. Weaving within the trio’s high-level riffery and abject tonal assault, Night Danger uniquely steals this very special space within Canada’s creative cosmos. Posthaste grippage.

En tant que relique des soirées triumvirats d’une double destruction de guitare, Night Danger contient les derniers enregistrements de Shearing Pinx conjuré dans leur état triplé. Attrapant le micro pour la première fois, Erin Ward oblitère toutes associations précédentes et apporte ‘’Sufferer’’ à un autre niveau d’avant-gotherie. Ils mettre encore plus en échec chaque convention avec ‘’Play Nice’’, assaillant un jam de blues brûlé en treize minutes de crépuscule tordu et d’espace chromatique. Tricottant dans le haut niveau de riff du trio et d’attaque tonale abjecte, Night Danger vole d’une façon unique ce très spécial endroit dans le cosmos créatif du Canada. Post-dépêche d’attrapage.

Shearing Pinx -Sufferer

Shearing Pinx – Play Nice

Shearing Pinx – Trip Gamma

New Canadiana :: The Ether – Dead Scene Politics b/w 96 Tears

With infinite drones of granular noise, The Ether dismantle ? and the Mysterians “96 Tears” into blissful nihilism. It’s the perfect trajectory for the moodier garage-punk of the 21st century: manic threads of derisive tone, painful hollaramas, and the burnt guitar leads of a desolate future. The Ether remain a vision into an apocalyptic groove transcending metaphysical mediums in sinusoidal abandon. Get sicc with it.

Avec d’infinis drones de bruits granulaires, les Ether démantèlent? Et les Mysterians ‘’96 Tears’’  en un nihilisme divin. C’est la trajectoire parfaite pour le punk de garage plus tempéramentale du 21e siècle : des fils maniaques de ton dérisoire, de douloureuses hollaramas et ses solos de guitare brûlé d’un futur désolé. Les Ether restent une vision dans une cavité apocalyptique transcendant les médiums métaphysiques dans un abandon sinusoïdale. Synchronisez-vous avec.

The Ether – 96 Tears

The Ether – Dead Scene Politics

New Canadiana :: Shearing Pinx – Void White

Wrapped in the searing red-line of low-end distortion, the dualic Pinx are entombed for the first time on polyvinyl. Even as a duo, the cavernous cacophony of their sinusoids are preserved; null waves of guitar shreddery percolate every trough and groove while a pounding machine gun fires upon skin-covered cylinders into adjective-oblivion. “Dired-Out” captures their corse ritual with precise dignity, offering two minutes of harsh improv before descending into a swinging western narrative with droning vocals and pulsating guitar rhythms, ushering our frayed minds into a static groove. They. Just. Won’t. Stop. VOID GRIP.

Enveloppé dans les lignes rouges brûlantes des distorsions de low-end, les duo des Pinx sont mis en tombe pour la première fois sur polyvinyle. Même en tant que duo, la cacophonie caverneuse de leurs sinusoïdes sont préservées; des ondes neutres de déchirage de guitare se répand dans chaque creux et rainure pendant qu’une mitraillette martèlante fait feu sur les cylindres couverts de peau vers un oubli adjectif. ‘’Dired Out’’ capture leur rituel brute avec de la dignité précise, offrant deux minutes de dure improvisation avant de descendre vers une entraînante narration de western avec des chants bourdonnant et des rythmes de guitare palpitant, menant nos esprits effilochés vers une cavité statique. Ils. Ne. Veulent. Tout. Simplement. Pas. Arrêtés. VIDE ATTRAPE.

Shearing Pinx – Magnolia’s Tomb

Shearing Pinx – Dried-Out

New Canadiana :: N.213 – FXGGXTRY

Nic Hughes is as close as Vancouver’s underground scene has to royalty, something even a cursory glance at the staggering number of releases on his Isolated Now Waves label lends undeniable credence to. Never content to rest on such laurels, Hughes continues to produce great art at a pace few could muster (let alone match), and his solo project N.213’s latest, FXGGXTRY, proves his merit yet again. While undeniable tapped from a similar vein as his work with Shearing Pinx, this cassette manages to deviate and define itself as a more personal and introspective work without all of that singer-songwriter bullshit that usually follows such descriptors. Soaked in anger (or anguish?), barrages of spastic, massive guitars slide sinew-tight over each other before slamming up against noisy rumbles of sound collage hum and restrained, unworldly instrumentals. To top it off, Hughes’ inimitable vocals continue to put reverb-fetishists everywhere to shame. There’s an ominous feeling to the whole record as if some strange current runs through its every connection, a basement tape concept album in denial. To put it simply? FXGGXTRY is the best N.213 release to date.

Nic Hughes est plus ou moins le roi de l’avant-garde de Vancouver, quelque chose dont la quantité stupéfiante d’enregistrements avec son étiquette Isolated Now Waves est témoin. Jamais content de se reposer sur ses lauriers, Hughes continue de produire les chefs-d’œuvres à un rythme peu de gens pourraient suivre (encore moins égaler), et son projet solo le dernier de N.213, FXGGXTRY, démontre son mérite une fois encore. Même si elle est indéniablement créée dans la même veine que son travail avec Shearing Pinx, cette cassette arrive à dévier et à se définir en tant que travail plus personnel et plus introspectif sans toute la merde d’auteur-compositeur-interprète qui suit normalement les tels adjectifs. Trempées de colère (ou d’angoisse?), les pluies d’énormes guitares tremblantes glissent sur l’un et l’autre aussi raides que le tendon avant qu’elles heurtent les grondements bruyants de bourdonnements de montages du son, et les morceaux instrumentaux contenus et détachés de ce monde. En plus de tout ça, le chant inimitable de Hughes continue de faire honte à tous les fétichistes de réverbération partout. L’album complet a l’air menaçant comme si un courant bizarre coule dans chacun de ses connexions, un album conception sous-sol cassette qui est dans le déni. Pour le dire simplement? FXGGXTRY est le meilleur N.213 enregistrement jusqu’à maintenant.

N.213 – Forgiveness

N.213 – Breather

New Canadiana :: Metz – Negative Space


Negative Space‘s blistering, all-offense Punk’n’Grunge proudly pushes Metz’s noise crusade forward. Opening with a series of carefully timed guitar shrieks – like a call to the ramparts of the pre-medieval French city with which they share their name – and continuing with relentless drumming, six-stringed wizardry, Constantinian vocals, and what might be the auditory equivalent of burning oil, the cuts on this gorgeously coloured vinyl are taking no names as they storm your aural countryside. This is the last of their three 7″ opening salvo, get in on the ground floor.

Le punk-et-grunge torride et tout-à-l’attaque de Negative Space continue fièrement la croisade sonore de Metz. En ouvrant avec un flot d’hurlements guitare soigneusement mésurés— comme un appel aux remparts de la ville française pre-médiévale avec qui ils partagent leur nom— et en continuant avec la batterie incessante, la magie à six cordes, le chant constantinien, et quelque chose qui pourrait être l’équivalent auditif de l’huile brûlante, les coups de ce vinyle superbement colorié ne prennent pas de noms quand ils attaquent ton paysage auditif. C’est le dernier de leur salve ouverture de trois 7”, entre au rez-de-chaussée.

Metz – Automat

Metz – Negative Space