Tag: nick schofield

New Canadiana :: YlangYlang – Blossom

YlangYlang - Blossom

Amid a shut-eye seance of dream’ed lucidity, pique thy senses and follow the scent of YlangYlang towards dark, rippling rose waters. Drifting along Montreal’s submerged streets, Blossom aligns as a contemporary almanac, denoting the shifting tides of the city’s experimental undercurrents. Ever-so-faintly, Catherine Debard navigates hushed vocals, gusts sinusoidal synths and thrums arhythmic percussion. Land-locked listeners wishing to chart seraphic scenes, and those hoping to connect their constellations with figurative asterisms, let this album be your astrolabe.

En plein milieu d’une séance de lucidité rêvée les yeux fermés, éveille tes sens et suis la fragrance d’YlangYlang à travers les eaux de rose sombres et ondulantes. Dérivant au gré des rues submergées de Montréal, Blossom s’étire tel un almanach contemporain, indiquant les marées changeantes au sein des sous-courants expérimentaux urbains. De maniere toujours subtile, Catherine Debard navigue entre vocaux feutrés, rafales sinusoïdales de synthétiseurs, et percussions vrombissantes et arythmiques.Avis à tous les auditeurs enclavés souhaitant répertorier des scènes séraphiques, et à ceux qui souhaitent connecter entre elles leur constellations aux astérismes figuratifs, que cet album soit votre astrolabe.

YlangYlang – Emerald Atoll Eye

YlangYlang – Amulette Secréte

New Canadiana :: Dirty Frigs // Spectre – Split

Dirty_Figs_Spectre-web

Start the soir on swampy lanes alit with skeletal moonshine in the dusty company of Dirty Frigs. The smoking troupe moves slow towards the city glow, draining flasks and bemoaning urban shortfalls in country drawls. Snaking onstage, singer Bri Salmena cranks overdrive eyes and the band begins to pour liquored notes to quiet barking drums, melting patrons wax to the wick’s end.

Spectre tailored their halftime upswung blues with hard cuts to driving tremelo tones on side B of the split EP. Fuzzed amps hew in the wake of plucked axe lines and crooning great-gig guest vox abound during standout tune “On The Telephone.” All alone, fester in au naturel glam-grunge to console your cassette collection’s psychedelic obsession.

Commencez la soirée sur des chemins marécageux éclairés par un clair de lune squelettique en compagnie des poussiéreux Dirty Frigs. Cette troupe enfumée se déplace lentement vers la lueur de la ville et finit ses flasques en se lamentant sur les lacunes urbaines d’une voix campagnarde traînante. Alors que le chanteur Bri Salmena serpente sur scène, ses yeux prennent une lueur excentrique et le groupe commence à verser des notes alcoolisées pour calmer les aboiements de la batterie, brûlant la chandelle des spectateurs jusqu’au bout.

Spectre ont taillé leur blues mi-temps enjoué avec des trémolos sur la face B de l’album split. Les amplificateurs troubles se coupent à la suite des solos de guitares et les invités qui fredonnent sont nombreux sur la remarquable piste « On The Telephone ». Moisissez tout seul sur du glam-grunge au naturel pour réconforter l’obsession psychédélique de votre collection de cassettes.

Dirty Frigs – Swampy

Spectre – On The Telephone

Ephemera :: Freelove Fenner on Do Not Affect A Breezy Manner

freelovefenner

With an element of style, shoulder sway to the basement haze of Freelove Fenner’s latest LP, Do Not Affect a Breezy Manner. The Mile-End trio deliver dry-as-bone tone with an audible sepia filter courtesy of the Bottle Garden’s analog gear. Straight to tape, Caitlin Loney tracks ultra-caj vox over starry-eyed drums and tightly wound guitar riffs. Meanwhile, de facto producer George Harrison Cat purrs approvingly from behind an Otari MX70 8-track machine and takes stock of the diminishing Quantegy 456 supply. In line with Rule 9, DNABM is a felicitous release, neither fanciful or plain. We popped the bottle with the band to imbibe the elements that produced their instant fixture record.

Freelove Fenner – All Things Break Through

Freelove Fenner – George Harrison Cat

Mr. Brown

Mr_Brown-web

We would drink this a lot during recording sessions. It’s like a coffee/milk beverage. You gotta shake it. It’s in a very small can and I think it’s made in Taiwan. They’re at certain deps. You can even mix it with vodka. Caitlin

Tambourine

Tambourine-web

There’s always space for a tambourine, even though there’s only eight tracks. We make room for it. Caitlin

People are usually scandalized when they find out that I paid over $100 for a tambourine. It did feel pretty painful at the time, but I’ve used it on almost every song we’ve recorded. It’s a very underrated instrument. People always think of it as an afterthought but for us it’s sometimes as important as the drum kit. A lot of our all-time favourite songs have nice tambourine. Peter

Super 8 still/cover art

Super_8_still-web

These are scanned Super 8 strips from our video for “In The Sound”. We just took stills from that and photographed them with a macro lens for the album’s cover art. It’s filmed in Parc Viger, the name of the sculpture is the Agora. It’s just this bizarre nuevo-Greek structure. I think the word Agora refers to public space. It’s basically me in this black robe and vines in my hair. It’s a Quebecois architect that designed this space. Caitlin

I do think it’s an endangered space; there are some plans to demolish it. As it is right now, it’s mostly a brutalist park that heroin addicts like to hang out at. But it’s one of my favourite places in Montreal, though. I wish more people would hang out there. Peter

Tape machine

Tape_machine-web

This is the part of the tape machine where we do the cutting on the Studer. The splicing block tends to get worn out from razor blades. It’s from making loops. This machine’s from 1965; it’s been used a lot. Peter

There are usually q-tips everywhere. And for people who don’t understand they’re for cleaning equipment they think we’re really gross dirtbags who have an ear-cleaning fetish. We just constantly have to clean the tape heads. The tape will be rolling and Peter will yell “did you clean the heads?” It’s a common thing you hear in the house. Caitlin

Practical Techniques For The Recording Engineer

Practical_Techniques_For_The_Recording_Engineer-web

One of my favourite recording books is Sherman Keene’s Practical Techniques For The Recording Engineer. He played bass in the band Spirit and worked at Ike Turner’s recording studio. It was self published in the ’70s; it was typed out. The illustrations in the book look like they were done by a deranged child. He would have the most wonderful advice. Stuff like "don’t do too many drugs when you’re recording or the client will haggle at the end of the session.” This is also coupled with superb technical advice. It’s probably the best technical recording book I’ve ever seen. Peter

George Harrison Cat

George_Harrison_Cat-web

There are probably a lot of songs about him, two on this record. He’s pretty special. He’s like our boss, I guess. Caitlin

I’ve written at least five songs about him. Peter

Avec une touche de style et un roulement d’épaules élégant, descendons dans le sous-sol embrumé de Freelove Fenner, encore imprégné de leur nouveau LP Do Not Affect a Breezy Manner. Le trio du Mile-End livre un son très sec, recouvert d’un doux filtre sepia, gracieuseté de l’équipement analogique de the Bottle Garden. Caitlin Loney dépose sa voix naturellement décontractée directement sur le ruban, au-dessus de la batterie aux yeux étoilés et des riffs de guitares comme des blessures soigneusement dessinées. Pendant ce temps, le producteur de fait George Harrison le Chat ronronne derrière son 8-pistes Otari MX70 et observe la lente diminution des réserves de Quantegy 456. Dans la lignée de Rule 9, DNABM est un album heureux, sans être fantaisiste, ni simplet. Nous avons ouvert une bouteille avec le groupe afin d’imbiber les éléments environnants qui se trouvent dans leur album.

Freelove Fenner – All Things Break Through

Freelove Fenner – George Harrison Cat

Mr. Brown

Mr_Brown-web

Nous en buvions beaucoup durant nos sessions d’enregistrement. C’est une boisson qui ressemble à un mélange de café et de lait. Il faut la secouer. C’est dans une toute petite boîte de conserve et je crois que ça vient de Taiwan. On peut en trouver dans certains dépanneurs. On peut même la mélanger avec de la vodka.Caitlin

Tambourin

Tambourine-web

Il y a toujours de l’espace pour du tambourin, même s’il n’y a que huit pistes. Nous faisons de la place pour lui.Caitlin

Les gens sont généralement scandalisés lorsqu’ils apprennent que j’ai payé plus de 100 $ pour un tambourin. Ça a été assez douloureux sur le coup, mais je l’ai utilisé sur presque toutes les chansons que nous avons enregistrées. C’est un instrument très sous-estimé. Généralement, les musiciens y pensent après coup, mais pour nous, c’est parfois aussi important que la batterie. Beaucoup de nos chansons préférées (à vie) contiennent du tambourin. Peter

Image fixe de Super 8 / Visuel de la pochette

Super_8_still-web

Ce sont des bandes de Super 8 scannées de notre vidéo pour la chanson “In The Sound”. On a choisi des images puis on les a photographiées avec une lentille macro pour faire la pochette de l’album. Ça a été filmé au Parc Viger, le nom de la sculpture est “L’Agora”. C’est une sorte de structure néo-grecque bizarre. Je crois que le terme “Agora” fait référence à l’espace public. C’est essentiellement moi dans une robe noire avec de la vigne dans les cheveux. C’est un architecte québécois qui a conçu l’espace. Caitlin

Je crois que c’est un endroit en danger; il existe déjà des projets visant à démolir cet espace. Dans son état actuel, c’est principalement un parc inspiré de l’architecture brutaliste où les toxicomanes aiment bien traîner. Ça reste tout de même l’un de mes endroits préférés à Montréal et j’aimerais que plus de gens viennent s’y promener. Peter

Magnétophone

Tape_machine-web

C’est la partie du magnétophone qui permet de faire le montage sur Le Studer. Les blocs de découpage ont tendance à être usés à cause des lames de rasoir. C’est à force de faire des boucles. Cette machine date de 1965, elle a été beaucoup utilisée. Peter

Il y a généralement des cotons-tiges partout. Pour ceux qui ne comprennent pas : c’est pour nettoyer l’équipement, pas parce qu’on est des fétichistes du nettoyage d’oreilles! On doit constamment nettoyer les têtes de bande magnétique. Le ruban sera en train de dérouler et Peter va hurler “As-tu nettoyé les têtes?” C’est une chose qu’on entend souvent à la maison. Caitlin

Practical Techniques For The Recording Engineer

Practical_Techniques_For_The_Recording_Engineer-web

L’un de mes livres préférés sur l’enregistrement est Practical Techniques For The Recording Engineer de Sherman Keene. L’auteur a joué de la basse dans le groupe Spirit et a travaillé dans le studio d’enregistrement de Ike Turner. Il a publié lui-même son livre durant les années 70, tapé à la machine à écrire. Les illustrations ont l’air d’avoir été faites par un enfant un peu perturbé. Ce livre est truffé d’excellents conseils tels que “ne prenez pas trop de drogue lorsque vous enregistrez sinon le client va tenter de marchander à la fin de la session.” Ajoutez à ça des conseils techniques superbes et ce livre est probablement l’un des meilleurs livres sur les techniques d’enregistrement que j’aie jamais vu. Peter

George Harrison le Chat

George_Harrison_Cat-web

Il y a probablement beaucoup de chansons sur ce chat, deux sur cet album. Il est assez spécial. C’est notre patron en quelque sorte.

Caitlin

J’ ai écrit au moins cinq chansons sur lui. Peter

New Canadiana :: Le fruit vert – Passiflore

Le Fruit Vert - Passiflore

This rapt cassette of forlorn vocal incantations wades into myriadical mires of keyboard vexations. Honourary enchantresses-de-Montreal, Andrea-Jane Cornell et Marie-Douce St-Jacques, raise our gaping eyes to a misted sonic eclipse while slowly uncloaking their sounds of the witching hour at the pace and shade of pitch itself. Mood-wise, gravity is buoyed by sprite celestial baby giggles and earthly cricket chirps amid improvised urban modes. For this release, eeriness abounds and melodies bow down. Take the time to reap the passionfruits of this labour.

Cette cassette contemplative imprégnée d’incantations vocales désespérées patauge dans une myriade de vexations de clavier. Les enchanteresses honoraires de Montréal Andrea-Jane Cornell et Marie-Douce St-Jacques lèvent nos yeux béants vers une éclipse solaire embrumée tout en dévoilant lentement leurs sons ensorcellants au rythme et à la nuance du pas. Du côté de l’humeur, la gravité est balisée par des éclats de rires de bébés farfadets célestes. Pour cette parution, le frisson abonde et les mélodies se courbent. Prenez le temps de cueillir les fruits de la passion de ce labeur.

Le fruit vert – éphémérides

Le fruit vert – La Castiglione