Tag: krautrock

New Canadiana :: Various – LNP – Compilation 2

Weird_Canada-LNP-Compilation_2

White. A cavernous room bathed in light. When you make your selection a drawer suddenly juts out from the infinite whiteness. Some selections gleam, like a brand-new super-efficient Porsche. Others are more clunky, but intriguing in their analogue peculiarity. Some remind you of sweaty nights on the techno dance-floors of Chicago. Then there’s the one that brings back memories of the time in Berlin.

So many synths, so many styles. Finally, you decide. Yes, that one is perfect for your Terminator vs. Bladerunner flick.

Blanc. Une salle caverneuse baignée de lumière. Au moment de faire votre choix, un tiroir jaillit de la blancheur infinie. Certaines sélections brillent, comme une Porsche neuve et incroyablement performante. D’autres, moins rutilantes, vous intriguent par leur bizarrerie analogue. Quelques-unes vous rappellent ces nuits humides sur les pistes de danse techno de Chicago. Sans oublier cette dernière au contact de laquelle refont surface vos souvenirs du temps à Berlin.

Tant de synthés, tant de styles. Finalement , vous vous décidez. Oui, celle-ci sera parfaite pour votre prochain film, Terminator vs. Bladerunner.

Robert T. – 1977

Transmit – Frozen Time

New Canadiana :: Whisper Room – The Cruelest Month

Weird_Canada-Whisper_Room-The_Cruelest_MonthWeird_Canada-Whisper_Room-The_Cruelest_Month-thumb

As the morning sun calmly climbs, the dew on the grass serenely fades into nothing. The day begins with an angelic hum, allowing you to truly take in the beauty around. As the day goes on, an abundance of sounds and textures invade your mind as you become locked into the meditative monotony day to day existence. You can choose to fall into the monotony by letting it pass through your brain, or you can actively take hold of it and make it something special. On The Cruelest Month, Whisper Room make the drone of daily being an exalting experience.

Le soleil matinal se lève lentement, renvoyant sereinement la rosée vers le néant. Le jour commence en un bourdonnement angélique, ce qui te permet de profiter longuement de la beauté tout autour. Avec les heures qui avancent, une abondance de sons et de textures envahissent ton esprit, t’emprisonnant dans la monotonie méditative du quotidien. Tu peux choisir de t’en imprégner en laissant ton cerveau l’accueillir, ou tu peux t’en emparer volontairement pour en faire quelque chose de spécial. The Cruelest Month de Whisper Room fait du drone de l’existence quotidienne une expérience exaltante.


Whisper Room – TCM03 17:06:04


Whisper Room – TCM05 33:01:78

Ephemera :: Carl Didur on Zacht Automaat

Ephemera :: Carl DidurWeird_Canada-Ephemera-Zacht_Automaat-Carl_Didur_1-thumb

Here at WC, we’re prone to hyperbole when describing the things we love. Yet no amount of outsized praise, imaginary adjectives or inappropriate hyphens could come close to capturing the mystical powers of Carl Didur and Michael McLean (a.k.a. Zacht Automaat). Seemingly unhindered by time and space, the duo’s creative output since 2010 has included a jaw-dropping 11 albums of seamlessly flowing instrumental expeditions into the farthest reaches of Canteburian prog, Düsseldorf-schooled kosmische and outernational hep. Slim Twig is the group’s tireless champion, and has now done the world a great service by collecting choice cuts from their chronology onto an astronomical double LP published by his Calico Corp. imprint. To celebrate this momentous release, we met up with Didur in his hobbit-sized attic space for the latest edition of our Ephemera series spotlighting six totemic items from the Automaat story.

Zacht Automaat – Lost In The Peak District

Zacht Automaat – Ancaster Heights

 

NEW MEANS OF ORGANISATION

Ephemera of Carl Didur - New Means of Organization

At the end of an afternoon of conversation my friend Eugene casually said "I have something for you, I think.” He proceeded to lend me Twentieth Century Music by H.H. Stuckenschmidt, a book I carried around until the spine broke (it was admittedly fragile to begin with). It was a general history of the progression of the avant-garde from serialism through minimalism back to popularism or what-have-you. This particular page fell out one day and struck me vividly, as it dealt with the determination of a past generation to find new forms of expression; a recurring problem. That same day I contacted my friend Michael McLean and proposed we form a project called ZACHT AUTOMAAT dedicated to exploring any NEW MEANS OF ORGANISATION we could implement. We made a list (since lost) of every musical idea we had ever considered and set out to explore them as a highly disciplined, mobile, local unit. Taken as broadly or specifically as you please, it is a usefully vague motto.

ETHEL 1. CHAIR

Ephemera :: Carl Didur - Ethe1 1. Chair

Michael McLean and I have been making music for 14 years now. This small yellow plastic chair has been a constant companion. Originally adopted by McLean as a totemic object in 2000 it was in his possession until 2010. This chair was at nearly every gig played by our old band and was always in the studio with us. Undue amounts of energy were spent on making sure the chair was in the appropriate position. Once it was left behind in Belleville, Ontario. Some strangers took it to the fair, to the beach, and a tattoo shop. They sent the band a series of photos before returning it with a treble clef tattooed to the right of the ‘1’ (since faded). When McLean moved to England in 2011 I became its keeper. This chair is perpetually occupied by our childhood selves and is a constant connection to the spirit of freewheeling wonderment once-known. To me, the faded stencil evokes the VOYAGER probe in Star Trek I and speaks of long journeys in space. So picture a small child alone in space on this chair, making quiet sound effects and kicking tiny feet in the void.

SONG CHARTS

Ephemera :: Carl Didur - Song Charts

Here you see a selection of spontaneous notations, some rhythmic, some pitch related. Much of our music is off the cuff, undiscussed. We jot down just enough information to lay a musical groundwork. These scraps are usually abandoned by McLean at the end of the session and gathered up by me even though they rapidly become meaningless as the details fade from memory. They are shown here on my most radiant cape, hand-made by Alicia Nauta.

TAPE LOOPS AND TAPES

Ephemera :: Carl Didur - Tape Loops and Tapes

We record on tape because it is easy and familiar and makes things sound easy and familiar. One slight disadvantage is the amassing of physical piles of data, as it were. Here is a small selection of tapes and 1/4 tape loops related to ZACHT AUTOMAAT and my solo shows. All AUTOMAAT cassettes are labeled with date and number by McLean and this vital service should not go unnoticed. As material is transferred to computer for editing the tape itself becomes essentially useless and joins a ready pile. Contained between the bits selected for use, however, are thousands of passing moments of angry banter, abandoned melodic ideas, brief improvisations, long stretches of flam-riddled solo drumming, manic laughter, supercilious commentary, etc. All of the fleeting bits of process related to making-up music and being old friends are captured here in queasy aspic. We keep most of the original 2010 sessions in this homemade gun case McLean found on the street one day. There’s a metaphor for you to explore.

MY TROUBLES FICTITIOUS, MY PLEASURES DELICIOUS

Ephemera - Carl Didur - My Pleasures Fictitious, My Troubles Delicious

This is a 13×13 painting done on drywall by Benjamin Rosenblum in 2003 or so. His ceiling collapsed and the landlord recommended he fix it himself. On the extra scraps of drywall left over he did a series of tempera paintings that I found compelling. I asked him to make an album cover for me for a projected album to be called “My Troubles Fictitious, My Pleasures Delicious” and he painted this without further instruction. I decided I didn’t like the title and he forbade me to use the painting for any other purpose. It hung in my kitchen until 2011 when I decided enough time had passed that I could use it, what the hell, and it became the cover of WE CAN’T HELP YOU IF WE CAN’T FIND YOU. I really really like this painting.

LIFE IS HARD, BUT GREAT

Ephemera :: Carl Didur - Life is Hard, But Great

When attempting to get anything done at any time one should always remember this. It is hard to see but it says “LIFE IS HARD, BUT GREAT.” Drawn in pen by Eugene Slonimerov (see NEW MEANS OF ORGANISATION) for someone in need of reassurance, it was left behind and became a sad but friendly piece of ephemera that has persisted beyond expectation. Take in pieces or whole as you need it.

Chez WC, nous aimons user d’hyperboles pour parler de choses que nous aimons. Cependant, aucun éloge dithyrambique, aucun adjectif imaginaire ni aucun trait d’union inapproprié ne saurait rendre toute la portée des pouvoirs mystiques de Carl Didur et de Michael McLean (alias Zacht Automaat). Apparemment libre de toute emprise spatio-temporelle, le duo a produit depuis 2010 un impressionnant total de 11 albums instrumentaux explorant sans relâche les confins du prog cantorbéryen, du kosmische de Düsseldorf et du cool extranational. Slim Twig, infatigable fidèle du groupe, vient de rendre une fière chandelle à l’humanité en regroupant sur un double album astronomique, paru sur son étiquette Calico Corp., une sélection de leurs meilleurs morceaux. Pour célébrer cette sortie capitale, nous avons rencontré Didur dans son grenier de hobbit dans le cadre de notre série Ephemera. Il nous présente ici six objets emblématiques dans l’histoire d’Automaat.

Zacht Automaat – Lost In The Peak District

Zacht Automaat – Ancaster Heights

DE NOUVELLES FORMES D’ORGANISATION

Ephemera of Carl Didur - New Means of Organization

À la fin d’un après-midi en compagnie de mon ami Eugene, il m’a dit tout bonnement : « Je pense que j’ai quelque chose pour toi. » Il m’a alors prêté La musique du XXe siècle par H.H. Stuckenschmidt, livre que j’allais traîner jusqu’à ce que s’arrache la reliure (cette dernière était déjà abîmée au moment du prêt). Histoire générale de l’avant-garde, le livre retraçait l’évolution de la musique sérielle jusqu’au minimalisme pour revenir ensuite sur le populisme ou quelque autre courant. Une page, qui était tombée, attira particulièrement mon attention : elle traitait de la volonté d’une génération passée de découvrir de nouvelles formes d’expression, un problème récurrent. Le même jour, j’ai contacté mon ami Michael McLean pour lui proposer de former un projet appelé ZACHT AUTOMAAT, lequel serait dédié à l’exploration de NOUVELLES FORMES D’ORGANISATION que nous pourrions mettre de l’avant. Nous avons fait une liste (perdue depuis) de toutes les idées musicales que nous avions déjà eues, et nous nous sommes donnés pour objectif de les explorer méticuleusement en tant que formation versatile et locale. Qu’il soit pris de manière générale ou spécifique, ce mot d’ordre vague allait nous être utile.

CHAISE ETHEL 1.

Ephemera :: Carl Didur - Ethe1 1. Chair

Voilà déjà 14 ans que Michael McLean et moi faisons de la musique. Cette petite chaise de plastique jaune nous accompagne depuis. Adoptée à l’origine par McLean en 2000, elle a été en sa possession jusqu’en 2010. Cette chaise s’est retrouvée pratiquement à chaque concert de notre ancien groupe et nous suivait toujours en studio. Nous avons passé un temps fou pour nous assurer qu’elle se trouvait toujours au bon endroit. Une fois, nous l’avons oubliée à Belleville en Ontario. Des inconnus l’ont amenée dans une foire, à la plage, dans un salon de tatous. Ils nous ont envoyé une série de photos avant de nous la retourner avec une clé de sol tatouée à la droite du « 1 » (effacée depuis). Lorsque McLean a déménagé en Angleterre en 2011, j’en suis devenu le dépositaire. Cette chaise est occupée perpétuellement par l’enfant qui sommeille en nous et nous garde en contact permanent avec cet esprit d’émerveillement sans bornes qui était jadis le nôtre. Les inscriptions effacées me rappellent la sonde VOYAGER dans Star Trek I et évoquent pour moi les longs périples dans l’espace. Imagine un enfant seul dans l’espace sur cette chaise, qui produit de faibles effets sonores et qui fait aller ses petits pieds dans le vide.

SCHÉMAS DE CHANSONS

Ephemera :: Carl Didur - Song Charts

Voici une sélection d’annotations spontanées, certaines à propos du rythme, d’autres en lien avec la hauteur du son. Une grande part de notre musique est improvisée, non préméditée. Nous rassemblons juste assez d’informations pour ébaucher les fondations de notre musique. McLean abandonne normalement ces bouts de papier à la fin des sessions et je les ramasse même s’ils deviennent rapidement incompréhensibles au fur et à mesure que leurs détails s’effacent de notre mémoire. Ils sont rassemblées ici sur ma cape brillante de mille feux, fabriquée à la main par Alicia Nauta.

BOBINES ET CASSETTES

Ephemera :: Carl Didur - Tape Loops and Tapes

Nous enregistrons sur cassette parce que c’est facile et familier, ce qui donne un résultat facile et familier. Un léger désavantage de cette méthode est, comme vous pouvez le constater, l’accumulation de piles de données physiques. Il s’agit d’une petite sélection de cassettes et de bobines que nous utilisons pour ZACHT AUTOMAAT et mes concerts solo. McLean numérote et date toutes les cassettes de AUTOMAAT, une étape tout à fait vitale. Au fur et à mesure que le matériel est transféré sur ordinateur pour être édité, les cassettes deviennent inutiles et vont rejoindre le reste de la pile. Parmi les fragments retenus, on retrouve cependant un millier de moments évanescents de babillage colérique, d’idées mélodiques abandonnées, de brèves improvisations, d’interminables solos de batterie, d’éclats de rire maniaque, de commentaires dédaigneux, etc. Tous ces fragments, qui témoignent du processus musical et de notre amitié de longue date, sont conservés ici dans une glu qui donne mal au cœur. Nous gardons la plupart des enregistrements originaux de nos sessions de 2010 dans un étui à carabine artisanal que McLean a trouvé un jour dans la rue. À vous de faire sens de cette métaphore.

MES PROBLÈMES FANTAISISTES, MES PLAISIRS DÉLICIEUX

Ephemera - Carl Didur - My Pleasures Fictitious, My Troubles Delicious

Il s’agit d’une peinture de 33x33cm sur plâtre par Benjamin Rosenblum datant des alentours de 2003. Son plafond s’est affaissé et le proprio lui a recommandé de faire les travaux lui-même. Sur les restes de Gyproc, il a effectué une série de temperas que je trouve fascinantes. Je lui ai demandé de faire la pochette d’un album que je projetais d’intituler « My Troubles Fictitious, My Pleasures Delicious » [Mes problèmes fantaisistes, mes plaisirs délicieux] et c’est ce qu’il a peint sans d’autre instruction. J’ai décidé que je n’aimais plus le titre, mais il m’a interdit d’utiliser la peinture pour quoi que ce soit d’autre. Jusqu’en 2011, le cadre est resté accroché dans ma cuisine. Je me suis finalement dit « Ah pis d’la marde » et j’ai décidé que suffisamment de temps s’était écoulé pour que je l’utilise : c’est devenu la pochette de WE CAN’T HELP YOU IF WE CAN’T FIND YOU. J’aime vraiment vraiment cette peinture.

LA VIE C’EST DURE, MAIS FORMIDABLE

Ephemera :: Carl Didur - Life is Hard, But Great

Au moment d’entreprendre quoi que ce soit, on devrait toujours se rappeler cette phrase. C’est difficile à distinguer, mais c’est écrit « LA VIE C’EST DURE, MAIS FORMIDABLE ». Tracée au stylo par Eugene Slonimerov (voir DE NOUVELLES FORMES D’ORGANISATION) à l’intention de quelqu’un qui avait besoin de réconfort, l’affiche a été abandonnée et est devenue un triste mais amical artefact ayant survécu beaucoup plus longtemps que prévu. On peut la considérer en tout ou en partie selon les besoins.

New Canadiana :: Bataille Solaire – Documentaires

Weird_Canada-Documentaires-Bataille_Solaire

Documentaires glides between the washed out pixels of a cathodic screen, plays with the tracking of a rented VHS, and draws its imagination through crazy obsolete futuristic technology. This hallucinatory sound palette lifts off from a retro-modular ’80s commercial vibe. Some pieces inevitably remind of James Ferraro’s work, like a delightfully groovy B-movie pop jungle, whereas others offer a sensory trip to a sci-fi krautrock landscape. Bataille Solaire’s lush and sophisticated melodies simultaneously cohere and divide into the nature of an era, an intangible yet definite mood common to a whole generation, making us levitate in psychedelic meditation.

Documentaires s’immisce entre les pixels délavés d’un écran cathodique, joue avec le tracking d’un VHS loué, puise son imaginaire dans une technologie futuriste désuète déjantée. Une hallucinante palette de sons rétro-modulaires tirés d’un cadre “commercial 1980s”. Certaines pièces rappellent inévitablement le travail de James Ferraro, délicieusement pop groovy jungle B-movie tandis que d’autres proposent un voyage sensoriel dans un paysage sonore krautrock science-fiction. Bataille Solaire, avec ses mélodies sophistiquées luxuriantes, nous offre un tape cohérent qui nous plonge dans l’essence d’une époque, un mood intangible et défini à la fois, commun à toute une génération, nous faisant léviter dans une méditation psychédélique.

Bataille Solaire – Mangrove

Bataille Solaire – Robot Insecte

New Canadiana :: Fresh Snow – I

Fresh Snow - I

I’m unsure whether the dudes in Fresh Snow conceived of an over-arching narrative for their debut album, but I certainly read it that way. Cassette-exclusive opener “French Horse Hall of Fame” lets you know immediately what kind of wild ride you’ll be embarking on. Upon my first listen, I suddenly felt a sensation similar to that moment in the dentist chair, when the wonderfully numbing drugs begin to take over your body and the instruments of destruction start to mangle your teeth like a demolition site. The blissful screaming of the feedback symphony, which unrelentingly churns like an infinitely hollow stomach, only dissipated at moments to allow some genuinely groovy rhythms to carry me into a buzzsaw of enlightenment. I found myself in Nirvana, and it actually happened to look a lot like ’70s era Berlin. Methadone serenity at times, stick-up at Checkpoint Charlie the rest.

Je ne sais pas si les gars de Fresh Snow ont pensé à une histoire centrale pour leur premier album, mais c’est comme ça que je l’interprète. Le premier morceau (format cassette seulement) « French Horse Hall of Fame » donne immédiatement le ton de l’aventure effrénée qui suit. En l’écoutant pour la première fois, je me suis senti comme dans la chaise du dentiste, quand les analgésiques enveloppent peu à peu le corps tandis que les instruments de la destruction commencent à broyer les dents. Le cri bienheureux du feed-back symphonique bouillonnant comme un estomac infiniment creux se dissipe momentanément et des rythmes accrocheurs vous mènent vers le nirvâna des scies mécaniques. Oui, j’ai connu l’illumination, et ça ressemblait beaucoup à Berlin dans les années 70. Un peu de sérénité à la méthadone, beaucoup de hold-up à Checkpoint Charlie.

Fresh Snow – Your Thirst For Magic Has Been Quenched By Death!

New Canadiana :: Secret Pyramid – The Silent March

Secret Pyramid - The Silent March
Seven achingly beautiful personal mantras for anyone who has ever wanted to stare into the sun painlessly; rapturous cumulus emanating from the third eye of Vancouver’s Amir Abbey (also of Solars). There is a solatium to those who would wander through these insanely dense places: more always lying in the vast periphery, hazily unfolding horizons on the edges of perception. I promised myself that I would get through this without relying on Popol Vuh references, but I dare you to get through The Silent March without picturing Kinksi at the end of Aguirre, adrift in his search for El Dorado and in the process of being swallowed up by his environment.


New Canadiana :: Zacht Automaat – Bags Inside Bags

Zach Automaat - Bags Inside Bags

The depth of Zacht Automaat’s bag of tricks seemingly knows no bounds, as evidenced by this lysergic whirligig of a double cassette. The Toronto-via-Hamilton-via-The Spaceways duo bent minds with their inaugural 2010-11 onslaught (seven original albums and a Beatles cover record) and have now drifted back into the cosmic consciousness with another hour-plus of mood-altering bubblegum. For Bags Inside Bags, the O.G. pairing of Ganesha-armed multi-instrumentalists Carl Didur and Michael McLean have enlisted Louis Percival (a.k.a. Broken Tree Fort a.k.a. Onakabazien) to man the traps, and Colin Fisher (one half of NTW,NTF) to lay down some skin-peeling sax. This monster release travels from kraut stomp to interstellar bliss-out with stops at the circus and of course a day-trip to Canterbury. For a deeper dip into the Automaat ouevre, check this in-depth and in-the-know article from the desk of Slim Twig.

La profondeur du sac à malice de Zacht Automaat connaît aucune limite, avec ce manège lysergique d’une double cassette comme témoin. Le duo de Toronto-via-Hamilton-via-The Spaceways a courbé les cerveaux avec leur première attaque de 2010-11 (sept albums originaux ainsi qu’un enregistrement reprise de Beatles) et ils sont maintenant retournés dans la conscience cosmique avec plus d’une heure de bubblegum pop qui font changer les humeurs. Avec Bags Inside Bags, le jumelage gangster original de multi-instrumentalistes avec les bras de Ganesha Carl Didur et Michael McLean a fait appel à Louis Percival (alias Broken Tree Fort alias Onakabazien) pour garder les pièges, et Colin Fisher (une moitié de NTW,NTF) pour jouer un saxo qui épluche la peau. Cet énorme morceau voyage depuis le kraut stomp jusqu’à la détente intersidérale avec les arrêts au cirque et bien sûr une excursion à Canterbury. Pour une baignade plus profonde dans l’œuvre d’Automaat, checkez cet article détaillé et au courant de la table de Slim Twig.

Zacht Automaat – Side II

New Canadiana :: Young Mother – Future Classics

Young Mother - Future Classics

This record works like a mushroom that is large and ivory, whose roots run allover the last fifty years of modern music for miles and is visible from the space station; where psychedelic rock and Philip Glass’ film scores sit down to write pop songs together. I believe the expression is “radio rhizome”. Upon each listen of Young Mother’s debut LP it becomes harder and harder to imagine anything it can’t do. Just now it made me a drink, something deep blue and brandy based, then we flipped through The Big Book of Krautrock together before finally leaving the house (we’ve been inside for days now, trying to finish our thesis on Dewey Redman) to meet Slim Twig, possibly the only person who can possibly understand where we’re at this moment. We thought it was still day, but when we step out we’re surprised at how dark and noisy it is.

Cet enregistrement fonctionne comme un champignon qui est grand et en ivoire, les racines duquel s’étendes sur les cinquante derniers ans de la musique moderne pour les miles et qu’on peut voir de la station spatiale; où le rock psychédélique et les bande-sons de Phil Glass s’assoient pour écrire les chansons pop ensemble. Je crois que la tournure est “rhizome radio”. Avec chaque écoute du premier LP de Young Mother il devient de plus en plus difficile d’imaginer ce qu’il peut pas faire. Juste maintenant il m’a préparé une boisson, quelque chose de bleu foncé et basé en brandy, puis on a regardé ensemble The Big Book of Krautrock avant qu’on ait enfin quitté la maison (on est dedans depuis deux jours maintenant, en essayant de finir notre thèse sur Dewey Redman) pour rencontrer Slim Twig, possiblement la seule personne qui peut comprendre où nous sommes en ce moment. On a pensé que c’était encore le jour, mais quand on sort, on est étonné de voir que c’est noir et bruyant.

Young Mother – The Well Tempered Male

Young Mother – Common Trash

New Canadiana :: Le Révélateur – Fictions

Roger Tellier-Craig’s roots run deep in the Montreal music subterrain, yet he’s truly launched into the stratosphere with the kosmische synth solo mission Le Révélateur. Fictions is a glorious deluge of chromatic aberrations and krautrock apparitions, cascading from ear to ear through a spellbinding array of incandescent arpeggios. Combined with the soft focus visions of Sabrina Ratté, the bar has been raised to astonishing heights. Pressed in a ludicrously small run of 500 copies, so grip this brilliant slab before it’s cosmic dust.

Les racines de Roger Tellier-Craig sont profondes dans la musique sous-terraine de Montréal. Mais encore, il est réellement lancé dans la stratosphère avec la mission solo de Kosmiche synth. Le Révélateur. Fiction est un déluge glorieux d’aberrations chromatiques et d’apparitions krautrock, cascadant d’oreille en oreille à travers une envoutante gamme d’arpèges. Combiné avec les douces visions focus de Sabrina Ratté, le bar fut élevé à d’étonnantes hauteurs. Compressédans une ridiculement petite série de 500 copies, alors saisisse cette brillante tranche avant que ça devienne de la poussière cosmique.

Le Révélateur – Age Maze

Le Révélateur – Bleu Nuit

New Canadiana :: Pas Chic Chic – 12″ EP

Putting aside the french retro-pop tendencies of previous releases, the 12″ EP reveals Pas Chic Chic’s rebirth into new form. With two lengthy krautrock-fueled songs (and a short interlude), the band delves into the more progressive elements of past incarnations (Le Fly Pan Am, Godspeed You Black Emperor). Barely any vocals or pop hooks to be found in the remarkable Neu!-influenced Allez-vous faire. A delightfully strained yet radiant synth workout.

Mettant de côté leurs penchants rétro-pop, Pas Chic Chic renaît avec ce EP 12”. Deux longues compositions (et un court interlude) qui carburent au krautrock, la formation fouille ses incarnations antérieures (Le Fly Pan Am, Godspeed You Black Emperor) pour y puiser son côté progressif. Exit les textes, il reste à peine quelques mots et quelques mélodies pop dans la remarquable pièce Allez-vous faire influencer, d’où transpire l’influence de Neu!. Une abondance de synthétiseurs tendus mais étincelants, une galette glorieuse.

Pas Chic Chic – Allez vous faire influencer

Pas Chic Chic – Interlude