Tag: joshua robinson

New Canadiana :: Clara Engel – The Bethlehem Tapes

Weird_Canada-Clara_Engel-The_Bethlehem_Tapes.jpg

Dark lulls of quiet repose drift like so many memories in the night. Cathedrals echo with the pitter patter of a soft voice as it speaks of the space that exists between the spaces that take up the shape and form of the sounds we see behind closed eyes. The revenants that lilt from such great heights are far too misremembered to dare touch down once more. Rather, they stay in the rafters as their whispers and musky laughter fall onto the heads below, present again in the moment as they once were.

De sombres accalmies de repos tranquille dérivent comme autant de souvenirs dans la nuit. Les cathédrales résonnent du tapotement de la douce voix qui raconte l’espace existant entre les espaces ayant la taille et la forme des sons que l’on voit les yeux fermés. Les revenants qui se dandinent de ces hauteurs vertigineuses ont bien trop sombré dans l’oubli pour oser redescendre une fois de plus. Ils restent plutôt dans les poutres d’où leurs murmures et leurs rires musqués tombent sur les têtes plus bas, présents encore pour un moment tels qu’ils l’ont déjà été.

Clara Engel – Trembling Dust

Clara Engel – Skywalk to Crescent Town

New Canadiana :: Alex Curtis – Sheer Curtain

Weird_Canada-Alex_Curtis-Sheer_Curtain.jpg

Icy wind and the whir of a stop-start motor on a frozen driveway. Broken is the one whose overtures are those of semi-northernly frigidity; intoned voices commixed to the point of spililng through the frosted windows of a basement too cold to keep itself warm. The yearning is obvious; spoken even. Pale blue eyes and the reckoning of humanity, fragile while loosening itself from the drapery of iconoclastic figures of the past. To breathe while sleeping is a gift, given that nihilism is the sad voyeur whose eyes frost the warm heart in the early dark of a prairie morning.

Le vent glacial et le ronronnement intermittent d’un moteur sur une allée gelée. Brisé est celui dont les ouvertures sont d’une frigidité quelque peu nordique, les voix qui s’élèvent se métissent jusqu’à ce qu’elles se renversent par les fenêtres givrées d’un sous-sol trop froid pour se garder au chaud. Le souhait est clair; même prononcé à voix haute. Les yeux bleus pâles et le jugement de l’humanité, fragile tout en se dénouant de la draperie des personnages iconoclastes du passé. Respirer en dormant, c’est un don, étant donné que le nihilisme est le voyeur triste, duquel les yeux gèlent le cœur chaud dans le noir de la prairie tôt le matin.

Alex Curtis – I Was A Bad Person Blues

Alex Curtis – On Beheading

New Canadiana :: LA ROSE – lean period

Weird_Canada-LA_ROSE-lean_period

Bedroom sophistry unfurls late-night curlicues, its lo-fi heartache screaming synthesized apologies that bounce off walls to rest, at long last, in the deepening emptiness of the space between weary ears. A catalogue of downtrodden pop-plunderphonics that bleed soft-spoken requiem; these entries are retreating voices and cigarette smoke, turning bright and polished daydreamed lovery into pale, ghostly, mournful parables. Intoned sepia dreams; clouded glasses and knees scraped against sharp pavement. The answer to the echoes that dance upon an upside down stage eyes hooked to the shadows that move across quiet ceilings.

Le sophisme d’alcôve déroule des enjolivures nocturnes, pendant que son chagrin lo-fi hurle des excuses synthétisées qui rebondissent sur les murs jusqu’à ce qu’elles se reposent, enfin, dans le vide de plus en plus grand entre des oreilles fatiguées. Un catalogue des pop-plunderphonics opprimés qui dispersent le requiem doux; ces entrées sont des voix en retraite et de la fumée de cigarette qui transforment les roucoulades rêvées brillantes et bien polies en paraboles pâles, spectrales, et funèbres. Les rêves sépia entonnés; la buée sur les lunettes et les genoux égratinés par la chaussée rugueuse. La réponse aux échos qui dansent sur une scène à l’envers, les yeux rivés aux ombres qui se déplacent sur les plafonds silencieux.

LA ROSE – please

LA ROSE – find

New Canadiana :: Sarah Davachi – Dominions

Weird_Canada-Sarah_Davachi-Dominions

Soft lulls nudge at the drone-ry of sinusoidal eupnea as electronic orchestration brings to light the staying power of a textured calm. The sonic palette is antiquated, but in being so is refined; the tools of bygone times exhumed to breathe once again, exhaling the fine tones of a mastered craft and the channeled voice of a resonant staticism. These compositions are as delicate as glass, as fragile as they are ethereal. Yet, they are elemental in their resonance; flowing structures and layered depths bridging chasms too deep to truly know.

Les tendres accalmies effleurent la drone-essence de la douceur sinusoïdale pendant que l’orchestration électronique met en lumière l’endurance d’une sérénité texturée. La palette des sons est vieillotte, mais en l’étant, elle est raffinée; on exhume les outils d’une époque revolue pour qu’ils respirent encore, en expirant les tons délicats d’un métier maîtrisé et d’une voix transmise, immuable. Ces compositions sont aussi délicates que le verre, aussi fragiles qu’éthérées. Mais, leur résonance est fondamentale; les structures fluides et les fonds superposés s’étendent sur les abîmes trop profondes pour vraiment les connaître.

Sarah Davachi – Ordinal

Sarah Davachi – Feeler

New Canadiana :: DEATH KART – s/t

Weird_Canada-Death_Kart-Death_Kart

Super poppers from BC’s Isle of Slack mix the fuzz with psych proclivities to make a sound brimming with the vigor of beach bummers and the steady flow of lo-fidelities. Down-tempo slackers spill their guts with the richness required to spin lysergic daydreams into hazy somnambulisms, replete with the rich overture of waking to repeat the cycle.

Super poppers venu de l’île du Slack en Colombie-Britannique mixent les tendances fuzz et psych pour produire un son qui déborde de la vigueur de flâneurs de plage et du flux constant de basse-fidélités. Les slackers down-tempo vident leur sac avec la richesse requise pour faire tourner des rêveries lysergiques en somnambulismes vaporeux, remplis de la riche ouverture du réveil pour répéter le cycle.

Death Kart – Beach Bummer

Death Kart – Years

Cityscapes :: Saskatoon, SK

Weird_Canada-Susan

All of this in loving, grateful, and ardent memory of Derek Bachman.

Saskatoon—that frigid, clandestine, temperamental spirit of sorts—masquerades paradoxically; caught in the confines of weather that seeps in through the cracks in floorboards and masonries, imbuing its denizens with the silent stutter-step of an enlivening cold-warmth.
It is a city landlocked in the expanse of the prairies, but it is much more than a mere point on the map. For many, it is a burgeoning creative community: lo-fi and humming with the rich analogues of the undercurrent of Canadian artistry. It is a city—as many cities are—with haunting histories, anxious presents, and hopeful futures. But for the musical, artistic, and creative sorts manifesting the city’s virile spirit, Saskatoon is a place of welcoming; of communal warmth overpowering the whirring vituperations of its temperate climates.

The city’s creativities seem forever influenced and inspired by the geographies surrounding them: space defined as place, rooms ripe with weathered canvas, aged musical stirrings, and invigorated poetics. Inasmuch, Saskatoon is the colorful conflagration of the seasons combined into one multi-spirited entity; raising and tempering its creative bodies; the kindling of our kindred fires, both present and enigmatic. Its defining spaces are many, but I’ve chosen to focus our lens on those places and events that exist to incubate and develop the communities for which they exist. And thusly, the calloused skin of an often misunderstood and underappreciated city will be pulled back, briefly, to expose it’s circuitous and humbling personage (February 28, 2014). ______ and then I moved…………. ______

Now, I long for home. For those of you east of me, remember that Saskatoon is the birthplace of what you do and who you are. It is a comfort knowing that music, and its many stakeholders, is and are the result(s) of your variegated efforts.
Saskatoon: forever my spine, my whirling dervish; my root and my reason for leaving. (August 4, 2015).

This is not an exhaustive list. Rather, it is meant to reflect those places which meant the most to me while I was one lucky enough to be living in Saskatoon [September 23, 2015].


The Horse Room Weird_Canada-The_Faps

(Creative House/Local shows/Jam space/Glorified Party Dome)
Location: The sepulchral bowels of Saskatoon’s belly-gut
Contact: Speak into the ground and wait for the dirt to spit back at you Was LGBTQIA+ friendly, was not wheelchair accessible.
What it was: the giant within the giant within the giant within the giant within the giant….

The FAPS – Sea Siqk

Picture the urban prairies in the throes of winter: scalpel-esque winds; biting cold; ice as dark as the nocturnal spread overhead.
Transplant this generalized imagery.
Suture it onto something more articulable. Something more… perfect.
Rickety wooden steps leading up to a screen door, the steel doorknob worn to translucent silver by frequent turning. Warmth and dim light emanating from the lower level, sneaking up the declining staircase; pushed forcefully by the sound of voices gathered en masse for yet another home concert.
This venue, The Horse Room, equine to the -nth degree, was nothing more than a 2.5 bedroom basement dwelling, complete with Mario Tennis and the fabric-endowed carnate form of The Big Comfy Couch.
Yet, for all it lacked in square footage and capacity to accommodate, housed it did.
This was the abode for musicians touring through Saskatoon.
This was the house that opened its doors to friends, strangers, and friendly strangers. Saskatoon grew, exponentially and musically, by virtue of this one household venue. It smelled of old books, soil-sodden vegetables, and stale beer—commixed to the point of sweet disarray.
Its upper floor was antiquated instruments, furniture, and open windows. The basement was Nardwuar’s wet dream: all grime, gross, and noise. No longer breathing, this pony was put down and its denizens have moved on to other subterranean dwellings.
The Horse Room was the CBGB of Saskatoon-basement venues. It was my home away from home; the venue where I played my first solo show, and—literally—the venue where my best friends lived. It served as a redacted Nirvana, perfectly permanent to those who resided, frequented, and remember; brilliantly and ephemerally nostalgic for those who momentarily stepped inside it’s glorious grime.

RIP, Ponyroom. You’ll always be golden to me.

 


PAVED ArtsWeird_Canada-Paved_Arts

(Audio Suite/Video Suite/Digital Photo Suite/Darkroom/Film Processing/Event Space/Gallery)
Location: 424 20th Street W, S7M 0X4
Contact: [email protected]
Is LGBTQIA+ Friendly, is wheelchair accessible.

Quiet… Bed sheets hung from rafters, loose fabric rippling in the stagnant non-current of absent air conditioning. Populated by art and artist alike, the venue stirs with the whisperings of voices faint yet profound. Voices searching for something more than themselves in the form of community, safety, acceptance, and expression.

This place is a furnace.

But it doubles, triples—quadruples even—as an accessible venue for industry-grade audio and visual equipment, an accepting live venue space emphasizing the presentation and curation of the work and effort of marginalized communities and individuals, and it stands as a champion for the local arts.

The bottom floor is a tapestry of colours and styles; it is the housing of all things visual, cultural, and meaningful—meaningful in a counter-contemporary sense. It is art made by the people who understand the meaning of art. This work has meaning for the artists who create art and for the audience who benefit from its viewing.

The upper floor: a sprawling open event space. Cement floor and black walls; an expansive abyss until purpose challenges imposed limitations of identity. PAVED Arts supports and curates the most fragile yet poignant expressions of self: those which are rooted in culture, self-expression, identity, and reclamation.

Minor Matter – Bed of Mercury

‘Bed of Mercury’ was recorded by Reilly Forbes (Technical Coordinator w/ PAVED Arts) in the live-event space. Mixed by Reilly Forbes and Jeffrey Popiel.

 


Beaumont Film & Record (RIP) Weird_Canada-Susan

(Vinyl/Local Releases/DVDs/Shows)
Location: 100-220 3rd Avenue South
Contact: Scott Gowen – [email protected]
Was LGBTQIA+friendly, was wheelchair accessible. The record-label embodiment of the record store is still both of these things.

As Saskatoon grows—financially, geographically, and vertically—quiet charms are increasingly hard to come by. Caricatured walkways, silvered slush underfoot; a gradual countdown from the sound of the city to the sound of human-mediated expression looms. The whirring of The Smiths juxtaposed with the pitter-patter of leather-clad and busy feet. The jarring stir of Susan pressed firmly against the long-hanging smog of a city close to the breaking point. The iced South Saskatchewan yielding yet another flooding expulsion of seasonally influenced spates. For a while, this was the only all-ages venue in Saskatoon. More importantly, it was a place where all-ages bands and audiences performed and appreciated said performances. This was the home for many of the city’s younger-than-us performers, opening their throngs to the likes of underaged-and-beyond-their-years Cookin’ With Grandma, while at the same time serving as the inaugural stage for local emergent mainstays Black Tremor and Susan. It served as the home of Saskatoon’s Wyrd Distro Launch Gathering (circa February 2014) and, as a record store, as the go-to purveyor of all materials lo-fi, ambient, punk, and otherwise. Owned by The Moas Scott Gowen, the former record store has transmorphed into Saskatoon’s most prominent micro-independent label, dabbling in shoegaze, garage punk, ambient rock, and the variegated musical genres you can only find under your grandparent’s shower rug or your younger sister’s glue-bound word-stack of Vonnegut publications. What was once a beautiful record store has since become a stellar record label. Congratulations, Beaumont, on continuing to hold artistry above all else, even when the price-of-being becomes inexplicably untenable.

The Moas – Cast and Hold


Vangelis Tavern Weird_Canada-Vangelis

(Everything music… Literally)
Location: 801 Broadway Ave. Saskatoon, SK S7N 1B5
Contact: [email protected]
LGBTQIA+ friendly, wheelchair friendly. Friendly to out-of-towners, local noisemakers, and audiences in need of momentarily disembodied disintegration.

In situ nextdoor to a Subway, Vangelis Tavern is the public and open-staged venue that serves as an extension of—and main stage for—those many acts which graced the bellowing folds of The Horse Room. It was, in my mind now and in actuality then (when I still lived in Saskatoon), the most hospitable stage and venue the city had to offer. It was dingy. It was loud. It was open to all forms of musical fodder. From Michael Feuerstack to Thee Silver Mt. Zion. From Pandas In Japan to Little Criminals. Allow me a moment to wax nostalgic: this was the venue at which I performed my first show as part of a full-bodied band, impromptly named ‘nvr mtns’.
It was, and has been, the furtive performance ground of countless initiatives driving to build ties and influence between local musicians and peoples-of-industry. Kiddy corner (almost) to the former body of Saskatoon’s Lydia’s and just down the street from Amigo’s Cantina, Vangelis is still the warm coal on Broadway Avenue’s cold winters.
It is, for lack of poetically descriptive prowess, the miner’s jewel: brilliance for those who care enough to look for it (‘it’ being music). Somethin’ special brews within the cauldrons of Vangelis Tavern. The name lacks uniform consensus regarding pronunciation, but it holds its own as an absolutely crucial venue for emerging, established, and real Saskatoon-based talent.

Caves – No Birds In The Sky

Tout ce qui suit est à la douce et ardent mémoire et en reconnaissance de Derek Bachman.

Saskatoon, cet esprit frigide, clandestin et tempéramental, porte un masque paradoxal; coincé dans les limites de la température, qui se faufile entre les craques dans le plancher et dans la maçonnerie, imprégnant ses habitants du pas saccadé muet d’une froideur-chaleur vivifiante. C’est une ville enclavée dans l’étendue des prairies, mais c’est bien plus qu’un simple point sur la carte. Pour beaucoup, c’est une communauté créative bourgeonnante : lo-fi et bourdonnant par les riches analogues du sous-courant de talent artistique canadien. C’est une ville, comme le sont bien des villes, avec des passés qui hantent, de présents anxieux et des avenirs remplis d’espoir. Mais pour les types musicaux, artistiques et créatifs qui manifestent l’esprit viril de la cité, Saskatoon est une place de bienvenue; d’ardeur communautaire qui engloutit les vitupérations ronronnantes de ses climats tempérés.

Les créativités de la ville semblent influencées et inspirées à jamais par les géographies qui les entourent: un espace défini en tant que lieu, des chambres pleines de toiles usées, des remous musicaux vieillis et de poétiques revigorés. Dans cette mesure, Saskatoon est la conflagration colorée des saisons combinées en une entité à plusieurs esprits; s’élevant et tempérant ses corps créatifs; le petit bois de nos feux de parenté, à la fois présents et énigmatiques. Ses espaces déterminants sont nombreux, mais j’ai choisi de nous focaliser sur ces places et ces évènements qui existent pour incuber et développer les communautés pour lesquelles ils existent. Et ainsi, la peau calleuse d’une ville souvent méconnue et sous-estimée sera rétractée, brièvement, pour exposer son personnage tortueux qui rend humble (le 28 février 2014). ______ Et puis j’ai déménagé…………. ______

Maintenant, j’ai envie de chez moi. Pour ceux d’entre vous à l’est de moi, souvenez-vous que Saskatoon est le lieu de naissance de votre occupation et de votre identité. Il est réconfortant de savoir que la musique, et ses nombreuses parties intéressées, est, et sont, le(s) résultat(s) de vos efforts panachés. Saskatoon: mon épine dorsale à jamais, mon derviche tourneur; ma racine et ma raison de départ. (le 4 août 2015).

Ceci n’est pas une liste exhaustive. Plutôt, elle est destinée à refléter ces places qui m’étaient les plus chères pendant que j’étais de ceux ayant la chance d’habiter à Saskatoon [le 23 septembre 2015].


The Horse Room Weird_Canada-The_Faps

(Maison créative/concerts locaux/espace jam/dôme de party glorifié)
Lieu: Les entrailles sépulcrales de la bedaine de Saskatoon
Contact: Parlez dans le sol et attendez que la terre vous recrache une réponse Accueillait les personnes LGBTQIA+, n’était pas accessible aux fauteuils roulants.
Ce que c’était: le géant à l’intérieur du géant à l’intérieur du géant à l’intérieur du géant à l’intérieur du géant….

The FAPS – Sea Siqk

Imaginez des prairies urbaines dans les affres de l’hiver: des vents scalpel-esques; un froid mordant; de la glace aussi sombre que l’envergure nocturne au-dessus de la tête. Transplantez cette image généralisée. Suturez-la à quelque chose de plus articulable. Quelque chose de plus… parfait. Des marches en bois branlantes mènent à une porte-moustiquaire, la poignée en acier usée jusqu’à un argent translucide à force de la tourner. De la chaleur et un faible éclairage émanent de l’étage inférieur, grimpant furtivement l’escalier déclinant; poussés avec force par le son des voix rassemblées en masse pour encore un autre concert maison. Cette salle, The Horse Room, équine au xième degré, n’était rien de plus qu’une demeure à 2,5 chambres à coucher au sous-sol, équipée de Mario Tennis et la forme carnée et textile du Big Comfy Couch. Pourtant, malgré tout ce qu’il manquait en mètres carrés et en capacité d’accommoder, ça hébergeait quand même. Il s’agissait de la demeure des musiciens en tournée passant par Saskatoon. C’était la maison qui ouvrait ses portes aux amis, aux étrangers et aux étrangers sympathiques. Saskatoon a grandi, exponentiellement et musicalement, grâce à cette unique salle domestique. Ça sentait les vieux livres, les légumes boueux et la bière éventée – le tout mélangé au point de tendre désarroi. L’étage supérieur consistait de vieilleries d’instruments, meubles et fenêtres ouvertes. Le sous-sol était le fantasme de Nardwuar: toute chose crasse, dégueu et vacarme. Ayant cessé de respirer, ce poney fût euthanasié et ses résidents ont passé à d’autres demeures subtérannéennes. The Horse Room était le CBGB des salles sous-sol de Saskatoon. C’était mon chez-soi loin de chez soi; la salle où j’ai joué mon premier spectacle solo, et, littéralement la salle où mes meilleurs amis habitaient. Elle servait d’une Nirvana rédigée, parfaitement permanente à ceux qui résidaient, fréquentaient et se souviennent; brillamment et épheméralement nostalgique pour ceux qui entrèrent momentanément dans sa saleté splendide.

Repose en paix, Ponyroom. Tu seras toujours de l’or pour moi.

 


PAVED Arts Weird_Canada-PAVED_Arts

(Suite audio/suite vidéo/suite photo digitale/chambre noire/traitement des films/salle réservée aux évènements/galerie)
Lieu: 424 20th Street W, S7M 0X4
Contact: [email protected]
Accueille les personnes LGBTQIA+, accessibles aux fauteuils roulants.

Le calme… des draps suspendus au plafond, du tissu lousse, flottant dans le non-courant dormant d’air conditionné absent. Peuplée tant par l’art que par l’artiste, la salle nous réveille avec les chuchotis de voix faibles, mais profondes. Des voix à la recherche de quelque chose qui les surpasse dans la forme d’une communauté, d’une sécurité, de l’acceptation et de l’expression.

Cet endroit est une fournaise.

Mais elle agit également, ayant en fait plusieurs fonctions, en tant que salle accessible pour de l’équipement audio et visuel de qualité industrielle, lieu de spectacle en direct accueillant avec l’emphase sur la présentation et la sélection des oeuvres et des efforts des communautés et individus marginalisés, et elle se fait une championne pour les arts locaux.

Le rez-de-chaussée est une tapisserie de couleurs et de styles; elle abrite toute chose visuelle, culturelle et significative—significative dans le sens contrecontemporain. Il s’agit d’art créé par les personnes qui comprennent le sens de l’art. Cet ouvrage signifie quelque chose pour les artistes qui créent de l’art et pour le public qui bénéficient de son visionnement.

À l’étage supérieur: un espace réservé aux évènements ouvert et dégagé. Un plancher en ciment et des murs noirs; un abysse expansif jusqu’à ce que la raison d’être pose un défi aux limitations imposées sur l’identité. PAVED Arts soutient et organise les auto-expressions les plus fragiles, mais poignantes: celles qui sont enracinées dans la culture, dans l’expression individuelle, dans l’identité et la réclamation.

Minor Matter – Bed of Mercury

‘Bed of Mercury’ fût enregistré par Reilly Forbes (coordinateur technique chez PAVED Arts) dans le lieu de spectacle en direct. Mixé par Reilly Forbes et Jeffrey Popiel.

 


Beaumont Film & Record (RIP)Weird_Canada-Susan

(Vinyl/Morceaux locaux/DVDs/spectacles)
Lieu: 100-220 3ème Avenue South
Contact: Scott Gowen – [email protected] Accueillait les personnes LGBTQIA+, était accessible aux fauteuils roulants. Le label discographique, l’incarnation du disquaire, est encore ces deux choses.

À fur et à mesure que Saskatoon se développe financièrement, géographiquement, et verticalement les p’tits trésors de tranquillité sont de plus en plus difficile à trouver. Des sentiers caricaturés, de la sloche argentée sous les pieds; un décompte graduel depuis le son de la ville jusqu’au son des métiers à tisser d’expression médiés par la main humaine. Le vrombissement de The Smiths juxtaposé aux petits pas de pieds pressés et vêtus de cuir. Le mouvement perturbant de Susan collé fermement contre le smog suspendu depuis longtemps dans une ville pas loin de son point de rupture. Le sud glacé de la Saskatchewan produit encore une autre expulsion débordante de déluges influencés par la saison. Pendant un bout de temps, ceci était l’unique salle tous âges à Saskatoon. Plus important encore, c’était une place où les groupes et spectateurs de tous âges performaient et appréciaient ces performances. C’était le foyer pour de nombreux musiciens plus-jeunes-que-nous, qui ouvrait ses foules aux mineurs-qui-dépassent-leurs-âges Cookin’ With Grandma, tout en servant de scène inaugurale des piliers locaux émergents Black Tremor et Susan. La salle a servi de terrain d’accueil pour le lancement du Wyrd Distro à Saskatoon (circa février 2014) et, en tant que disquaire, de fournisseur de choix pour tous matériaux lo-fi, ambiant, punk et autrement. Propriété de Scott Gowen de The Moas, l’ancien disquaire a été transmorphé en label micro-indépendant le plus connu à Saskatoon, touchant au shoegaze, punk de garage, rock ambiant, et à des genres musicaux diversifiés qu’on ne peut trouver que sous le tapis de douche de nos grand-parents ou sous la pile de mots collés de publications de Vonnegut à votre soeur. Ce qui était une fois un magnifique disquaire est depuis devenu une étiquette de disque remarquable. Félicitations, Beaumont, de continuer de valoriser le talent artistique au-dessus de toute autre chose, même lorsque le coût d’exister devient inexplicablement insoutenable.

The Moas – Cast and Hold


Vangelis Tavern Weird_Canada-Vangelis

(Tout sur la musique… Littéralement)
Lieu: 801 Broadway Ave. Saskatoon, SK S7N 1B5
Contact: [email protected]
Accueille les personnes LGBTQIA+ et les fauteuils roulants. Accueille les étrangers à la ville, fabriqueurs de noise locaux, et spectateurs nécessitant une désintégration momentanément désincarnée.

In situ à côté d’un Subway, Vangelis Tavern est la salle publique et ouverte qui sert d’une extension ainsi que d’une scène principale pour ces nombreuses performances qui ont honoré les replis beuglant du Horse Room. C’était, dans mon esprit présent et dans l’actualité de ce temps (quand j’habitais encore à Saskatoon), la scène et la salle la plus accueillante que la ville avait à offrir. C’était miteux. C’était bruyant. C’était ouvert à toutes les formes de matière musicale. De Michael Feuerstack à Thee Silver Mt. Zion. De Pandas In Japan à Little Criminals. Permettez-moi un moment pour me dilater de nostalgie: il s’agit de la salle où j’ai joué mon premier spectacle dans un groupe à part entière, inpromptement nommé ‘nvr mtns’. C’était, et a été, le terrain furtif de performances et d’innombrables initiatives qui poussent à former des liaisons et une influence entre musiciens locaux et personnes de l’industrie. À côté (quasiment) de l’ancien corps de Lydia’s de Saskatoon et à quelques pas d’Amigo’s Cantina, Vangelis est le charbon chaud des hivers froids sur l’avenue Broadway. Il s’agit, faute de prouesse poétiquement descriptive, du bijou du mineur: offrant une brillance pour ceux qui y tiennent assez pour la chercher (en voulant dire, la musique). Qu’que chose de spécial mijote dans les chaudrons de Vangelis Tarven. Le nom manque de consensus uniforme pour ce qui est de la prononciation, mais ça tient son rang en tant que salle absolument cruciale pour le talent émergeant, établie, et véritable de Saskatoon.

Caves – No Birds In The Sky

New Canadiana :: The Original Folk Trio – The Original Folk Trio

Weird_Canada-The_Original_Folk_Trio.jpg

Miasmal free-form jazz from the deep-East of our northernly quilt.

All manner of dirigible sounds carried by lofty winds to the ears of those inclined to dance the dance of whirring vitality.

This is the sonorous embodiment of caring about only that which matters: the sharp pang of saline air, the acknowledgment of the restless spirit, and the gusto required to turn cold months into warm improvisations.

Du jazz libre miasmatique en provenance de l’Est profond de notre courtepointe nordique.

Toutes sortes de sons maniables sont transportés par d’imposants vents aux oreilles de ceux enclins/portés à danser la danse de la vitalité vrombissante.

Voici l’incarnation sonore qui représente le fait de s’occuper seulement de ce qui importe: la pointe acérée de l’air salin, la reconnaissance de l’esprit sans repos et l’entrain nécessaire pour transformer les mois froids en improvisations chaudes.

The Original Folk Trio – Left

The Original Folk Trio – All Glory & Praise To Our Reptilian Overlords

VIDEO :: Black Tremor – Impending

Weird_Canada-Black_Tremor-Impending

The arid dystopianism creeps in underneath my door. The wind, carrying granules of parched earth, taps against my cheek:
——-’Shhhhhhhhhhhh’——–: the sound of a madness prodding my brain.
“What is this?”, it asks, knowing full well that I could not speak as dust filled my mouth.
——-’Shhhhhhhhhhhh’——-: the sound of walls giving way to prairie cyclones.
“The broken earth,” speaking with my eyes yet insinuating with my hand as I reach for the cracked glass sitting on my bedside table. Water rolls down my forearm, reaching my chapped lips and meeting the grime in my mouth as I choke on my first taste of mud.

Le dystopianisme aride s’insinue en dessous de ma porte. Le vent, porteur de granules de terre asséchée, tape contre ma joue :
——-‘Shhhhhhhhhhhh’——–: le son de la folie frappant mon cerveau à petits coups.
« C’est quoi ça?», demande-t-il, sachant très bien que je ne pouvais parler alors que la poussière remplissait ma bouche. ——-‘Shhhhhhhhhhhh’——-: le son des murs qui cèdent sous les cyclones des prairies.
La « terre brisée » parle avec mes yeux, mais se lie d’amitié avec ma main alors que je tends le bras pour prendre le verre craquelé posé sur ma table de chevet. L’eau coule le long de mon avant-bras, atteint mes lèvres gercées et rejoint la crasse de ma bouche alors que je m’étouffe à mon premier goût de boue.

New Canadiana :: b.burroughs // justin scott gray // the One (family) – ONE TO SUCK, ONE TO FUCK

Weird_Canada-One_To_Suck_One_To_Fuck_Cover.jpg

A horde of demarcated stingers and sweetness. Little are we to know that one is the other is the other. All things equal?
Indexicality: smoke and fire, thunder and torn veneer, a closing eye and embezzled light. If patterns were constant and form immutable, we would all be the same. Ergo the change; the inevitability of gyre; tempering, nothing constant. Janus-faced. Austere in their words, but origins the same.

Tout et son contraire. Difficile de savoir que l’un est l’autre et l’autre. Tout est pareil? Indexicalité : la fumée et le feu, le tonnerre et le contre-plaqué arraché, un œil qui se ferme et la lumière diffuse. Si les motifs étaient constants et les formes immuables, nous serions pareils. D’où le changement, l’inévitable tourbillon; en mouvement, jamais constant. Visages de Janus. Austère dans leur propos, mais fidèles à eux-mêmes.

the One (family) – nounverbnoun

justin scott gray – Drone Strike

b.burroughs – li[v]es like waves

New Canadiana :: Pachyderm – Two Weeks of Spring

Weird_Canada-Pachyderm-Two_Weeks_of_Spring

Sonorous light corrals itself between binaural nodes. This tapestry is not so much an audible painting as it is a telescopic view of lawless restraint. A cavalcade; a procession of tones intonated so as to speak a language otherwise indecipherable. Eons: measurements of time that circumvent themselves to become parlance for a new kind of history; geodetical hymns reminding us that home is where the voice is, that borders are mental frames for geocultural blockades, that difference–and, indeed, experience–is a metaphor for our individuated stories. Songs as tendrils reaching into glowing pasts, drawing forth a voice both unique and familiar.

De la lumière sonore s’assemblant entre des nœuds binauraux : cette tapisserie n’est pas tant une peinture audible que la vue télescopique d’une retenue anarchique. Une cavalcade, une procession de tonalités entonnées pour s’exprimer par une langue indéchiffrable autrement. Des éternités : des mesures de temps qui se contournent pour devenir le langage d’une nouvelle sorte d’histoire; des hymnes géodésiques nous rappelant que le foyer se trouve là où est la voix, que les frontières sont les cadres mentaux des blocus géoculturels, que la différence – et, en fait, l’expérience – est une métaphore pour nos histoires individualisées. Des chansons comme des vrilles atteignant des passés incandescents, munies d’une voix à la fois unique et familière.

Pachyderm – Mirage

Pachyderm – Late Night Boat Across the Dead Sea