Tag: joel french

New Canadiana :: Feral Trash – Dead Eyes

Weird_Canada-Feral_Trash-Dead_Eyes

The perfect soundtrack to a late night graveyard stroll, Moncton’s Feral Trash deliver pop-punk gems as infectious as they are moody. Too dark to dance to yet too melodic to stay still. This is what I imagine Simon and Hecubus would listen to in between filming.

Feral Trash, de Moncton, nous offre la trame sonore parfaite pour une balade nocturne dans un cimetière, une gemme pop-punk aussi contagieuse que leur humeur changeante : trop sombre pour être dansée, mais trop mélodique pour être écoutée sans bouger. C’est ce genre de truc que j’imagine Simon et Hecubus écouter pendant les pauses de tournage.


Feral Trash – Dead Eyes


Feral Trash – Pitiful Life

New Canadiana :: TV Freaks – Leeches 7″

Weird_Canada-TV_Freaks

The Freaks have never let me down. Beer. Blood. Sweat. Tears. Ponchos. Mayhem in underground parking garages. They party like maniacs and bring an energy everywhere they go. Their music hits hard and carries with it everything they are. No exceptions. Hosehead did a killer job in picking up this three-song banger of a 7”.

The Freaks ne m’ont jamais laissé tomber. Bière. Sang. Sueur. Larmes. Ponchos. Le désordre dans des stationnements souterrains. Ils fêtent comme des fous et débordent d’énergie partout où ils vont. Leur musique frappe fort et transporte avec elle tout ce que le groupe représente. Sans exception. Hosehead a fait un travail du tonnerre en sortant ce vinyle 7” de trois morceaux qui déchire.

TV Freaks – Leeches

TV Freaks – Lose It

New Canadiana :: The Graboids – Back to Perfection

Weird_Canada-The_Graboids

Get in the ring for four short rounds with these self-loathing East Coast pop-punkers and you’ll be sure to come out pogoing and smelling like hacked darts. The A-side gets the party started but B-sides “Your Mom’s New Boyfriend” and “Bad Ramones” pin you down for the win.

Saute sur le ring pour quatre rounds contre ces pop-punks de la côte est asphyxiés par leur haine d’eux-mêmes – c’est certain que tu vas ressortir en faisant le pogo et en sentant le cendrier. La face A lance le bal, mais « Your Mom’s New Boyfriend » et « Bad Ramones » de la face B t’écrasent par terre, leur assurant ainsi la victoire.

The Graboids – Want Too Much

The Graboids – Bad Ramones

New Canadiana :: Skyn Flynt – Acoustic Demo

Skyn Flynt - Acoustic DemoSkyn Flynt - Acoustic Demo

Skyn Flynt is a strange and interesting band name. Skyn Flynt is a strange and interesting band. This demo showcases why in ways words never could. Recorded live off the floor in single takes, the band races through six tracks with so much raw energy, quirky creativity and spastic fun that you’ll wonder where your brain went when it’s over. From the false start of the charmingly dark and melodic opener “Wild Child” to the almost folk-pirate noises of “Don’t Think” to the punk-as-fuck closer “Andy Roy”, Skyn Flynt shows us that they’re a band who will clearly do whatever the heck they want. Be sure to check them out plugged in.

Skyn Flynt est un nom de groupe étrange et intéressant. Skyn Flynt est un groupe étrange et intéressant. Cette démo le démontre de façon que les mots ne puissent jamais le faire. Enregistré live en salle en prises uniques, le groupe parcourt six morceaux avec tellement d’énergie brute, de créativité excentrique et d’amusement convulsif que vous vous demanderez que s’est-il passé avec votre cerveau à la fin. Du faux départ du premier morceau mélodique et délicieusement sombre «Wild Child» jusqu’aux bruits presque folk-pirate de «Don’t Think» et au dernier morceau punk-en-criss «Andy Roy», Skyn Flynt démontre qu’il s’agit d’un groupe qui fera manifestement ce qu’il voudra. Assurez-vous de les voir et de rester branché.


Skyn Flynt – Wild Child


Skyn Flynt – Andy Roy

How To Play in Multiple Bands

Joel French - How To Play in Multiple BandsJoel French - How To Play in Multiple Bands

For some people, certainly those in my circle, keeping busy is the only way to stay sane and/or out of the types of trouble we instinctively gravitate towards. That’s why it’s pretty common (especially in Toronto, Ottawa and Halifax, it seems) to see the same faces playing either the same or various roles in a multitude of musical projects.

As of now I play in four bands (it was five till one disbanded recently – R.I.P. Sphinxs) and have found myself getting more and more accustomed to the thought of band practice being my “free time.” It’s actually preferred. Which is not to say it isn’t hard work to maintain.

So for anybody looking to start/join another band but who thinks they won’t have the time/dedication/motivation to do so, just know that there is a way to be moderately happy while also moderately stressed and constantly occupied. Here are my tips to avoid flipping your wig while playing in multiple bands.

KNOW YOUR BANDMATES AND WHAT THEY WANT

a. If you can’t stand someone in regular life I highly doubt you’ll be able to tolerate being in a cramped and stuffy jam space together, once or twice a week, and for hours on end. The majority of my bandmates are also close friends I would hang out with outside of band obligations, and those I don’t hang out with I still enjoy. They’re just actual adults with better things to do than hang with me. Choosing a bandmate simply because they’re really good at what they do isn’t enough. Unless you play arena rock and travel separately via private jet these people will have to become family, and the van your home. A cranky family in a cramped and stinky home. So choose them wisely.

b. It’s really hard to move forward if everyone’s idea of forward is a different direction. Make sure you’re surrounded by likeminded individuals who are all willing to get this thing to where it should go. When I first started playing music I attempted to micro-manage every band I was in. Although having a good sense of what you want and the backbone to push for it is never a bad idea, it won’t always fly with everyone else. Sometimes people will actually care so little about the band that any attempt at organizing or staying on top of things that they will push you to a mental breakdown. The key here is to–

KNOW YOUR ROLE

a. If you are a control freak and NEED to be in charge of everything at all times then your band(s) needs to be aware of that and willing to stand back as you do so. Avoid the clusterfuck of five people trying to take charge, but also be warned that there is a good chance you will burn yourself out if you try running multiple freakshows alone. Being a control freak myself I’ve found it easiest to take the reins for one band (to sate my hunger) and made sure to only get involved with other bands that already have a “Head Of The Household” I can trust. That’s not to say I don’t pitch in from time to time with what I think should/could be done, but it’s crucial for my brain’s well-being to know the ship will sail smoothly without me steering it.

b. Be picky. Know what you want your role to be in the band and choose accordingly. I’ve often seen members become miserable because they feel they “have no say” either in songwriting or booking or marketing or whatever. Know what position in the band you want to take on, and make sure the band is cool with you taking it. If not, move on. The one thing there is no shortage of is bands looking for members.

LOVE WHAT YOU DO

a. Being in a band can often be far from fun times all around. So if you are joining a band, you should make sure you’re doing it for the right reasons: you love to play, you dig their tunes, and you’re feeling it. If you join a band simply to flaunt the badge for your friends and Facebook to see, chances are good you’ll get called out on it quicker than you think. Like everything in life it’s about highs and lows, and people without the passion usually flake when the lows hit. Don’t be a flake. Don’t be a fake.

b. No one likes a Debbie Downer in the band. If you are miserable in regular life and try bringing that to the stage, it’s unlikely that the crowd will be into your brooding ways. And if they are, I doubt your bandmates will be able to tolerate it for very long.

KNOW YOUR SHIT

a. Being in one band usually means you need to memorize at least 30-45 minutes’ worth of material. For every band you join remember that number will double. If you don’t know the songs inside and out, both you and your bandmates will start getting real frustrated that you never hit the Gm in the chorus of that one song. If you aren’t capable or willing to put in the time to learn the songs and maintain said learning, maybe a new band isn’t what you need.

b. Knowing your shit also includes knowing what’s going on with your band(s). Be organized. When do you play next? When are you jamming? Where/when are you recording? Just because you aren’t the one booking the shows doesn’t mean you can be unaware of when they’re happening. Being in multiple bands gets real annoying (mostly for your bandmates) when you’ve constantly got two shows booked on the same night, or are always cancelling practice last minute because you “forgot” you had to jam with someone else. Keep a calendar and check it daily. Your phone is good for more than texting and Snapchat.

HAVE A (DIFFERENT) RELEASE

I get it. You play in a million bands because music is your life. It gets really easy to find yourself getting bored with things you love simply because you never give yourself the opportunity to miss them. So explore something else. Draw. Read. Write. Watch TV. Work your job. Whatever. I create visual art, write, run a record label and work full-time when I’m not playing with my bands. It may seem like a lot, but being constantly busy is all I know and I manage it by exploring these other avenues. If music is ALL YOU EVER DO it will most likely become routine. Routine, like in any relationship, kills the romance.

ADMIT YOU ARE AT LEAST A LITTLE BIT MENTAL

Most humans work their jobs and go home to complain about how they wish they could spend even less time doing so. Most musicians work their job and then spend much of the remainder of their day/night either jamming, working on songs, fixing their gear, loading in/out, playing shows or organizing their next step/show. This is mental. We are mental. If you play in multiple bands you are even more mental. But then again, there’s a reason we feel the drive to do what we do and it’s probably one of the reasons people pay money to hear or see us. Embrace the mental.

This has been my take on how to maintain a somewhat sane life while playing in multiple bands, and is solely based on my experience, which has been tons and tons of trial and error. I’ve made and quit friendships. I’ve loved and lost. I’ve had moments of clarity and months when I felt I was losing my mind. As in all other aspects of life, just know what you want and be honest while going for it. If it’s not right for you, drop it and move on. Stay happy. Stay tite.

Comment jouer dans plusieurs groupes

Pour certaines personnes, en tous cas celles que je fréquente, rester actif est le seul moyen de rester sain d’esprit et/ou en dehors des types de problèmes vers lesquels nous gravitons instinctivement. C’est pourquoi il est assez commun (particulièrement à Toronto, Ottawa et Halifax apparemment) de voir les mêmes visages jouer soit les mêmes rôles soit plusieurs rôles dans une multitude de projets musicaux. Ces temps-ci je joue dans quatre groupes (cinq jusqu’à ce que l’un fasse bande à part récemment – R.I.P. Sphinxs) et au fil du temps je me suis de plus en plus fait à l’idée que les répét étaient mon “temps libre”. En fait, c’est mieux comme ça. Ce qui ne veut pas dire que ce n’est pas du boulot à gérer.

Donc, avis à tous ceux et toutes celles qui chercheraient à commencer/rejoindre un autre groupe mais qui ne pensent pas avoir le temps/la dévotion/la motivation de le faire : sachez juste qu’il y a moyen d’être modérément heureux tout en étant modéremment stressé et constamment occupé. Voici mes conseils pour éviter de péter des câbles en jouant dans plusieurs groupes à la fois.

CONNAÎTRE SES PARTENAIRES ET SAVOIR CE QU’ILS VEULENT

a. Si vous ne pouvez pas supporter quelqu’un dans la vie en général, je doute sérieusement que vous soyez capable de le supporter dans un local de répétition confiné et mal aéré, une ou deux fois par semaine, pendant des heures et des heures. La majorité de mes partenaires de groupes sont aussi des amis proches avec lesquels je traînerais en dehors des obligations de la vie de groupe, et j’apprécie aussi ceux avec lesquels je ne traîne pas. Ce sont de vrais adultes avec de meilleures choses à faire que de traîner avec moi. Choisir un partenaire de jeu sur le seul critère qu’il/elle est très bon/bonne dans son domaine n’est pas suffisant. À moins que vous ne jouiez dans des stades et ne voyagiez séparément chacun dans votre jet privé, ces gens devront devenir une famille, et le van votre maison. Une famille d’excentriques dans une maison étroite et mal odorante. Alors choisissez-en les membres de manière avisée.

b. Il est très dur d’avancer si l’idée que chacun se fait de l’avant est en fait une direction différente. Faites en sorte d’être entouré d’individus ayant le même état d’esprit que vous, qui ont la volonté d’emmener ce truc là où il doit aller. Quand j’ai commencé à jouer de la musique, j’essayais de micro-gérer tous les groupes auxquels j’appartenais. Même si le fait d’avoir une bonne idée de ce que vous voulez et l’énergie pour porter le projet n’est jamais une mauvaise chose, cela ne conviendra pas toujours à tout le monde. Parfois les gens s’en ficheront tellement du groupe que toute tentative pour organiser ou rester en charge vous entraînera vers la dépression nerveuse. Le tout est ici de –

CONNAÎTRE SON RÔLE

a. Si vous êtes un maniaque qui veut tout contrôler et que vous avez BESOIN d’être en charge de tout, tout le temps, votre ou vos groupes doivent en être au courant et prêts à se mettre en retrait si nécessaire. Évitez le gros bordel de vous retrouver avec 5 personnes essayant d’être aux manettes en même temps, mais sachez aussi qu’il y a une bonne chance que vous vous fassiez péter des câbles si vous essayez d’être le patron tout seul de plusieurs cirques en même temps. Étant moi-même un maniaque du contrôle, j’ai trouvé plus facile de prendre les rênes d’un seul groupe (pour satisfaire ma faim) et de faire en sorte de ne m’impliquer que dans d’autres groupes ayant déjà “un chef de famille” en qui je peux avoir confiance. Cela ne veut pas dire que je ne donne pas un coup de main de temps en temps dans ce sur quoi je pense qu’il y pourrait avoir/qu’il y aurait quelque chose à faire, mais il est crucial pour le bien-être de mon cerveau que le bateau soit en mesure de naviguer sans que je sois à la barre.

b. Soyez exigeant. Sachez quel rôle vous voulez avoir dans le groupe et faites vos choix en conséquence. J’ai souvent vu des membres devenir misérables parce qu’ils n’avaient pas “leur mot” à dire que ce soit dans l’écriture, la réservation des concerts, la commercialisation ou autre. Déterminez quel rôle vous voulez jouer dans le groupe, et faites en sorte que le groupe accepte que vous assumiez ce rôle. Sinon, passez à autre chose. S’il y a bien une chose qui ne manque pas, ce sont des groupes cherchant des membres.

AIMER CE QU’ON FAIT

a. Être dans un groupe est souvent loin d’être toujours amusant. Donc si vous vous joignez à un groupe, soyez sûr de le faire pour les bonnes raisons : vous aimez jouer, vous adorez leurs morceaux, et vous le sentez bien. Si vous rejoignez un groupe seulement pour vous en enorgueillir auprès de vos amis et le montrer au tout-Facebook, il y a de bonnes chances pour que vous soyez remercié plus vite que vous ne le croyez. Comme tout dans la vie, c’est une succession de hauts et de bas et les gens sans passion fondent comme neige au soleil quand ils heurtent le fond. Ne soyez pas de la neige. Ne soyez pas un imposteur.

b. Personne n’aime les rabat-joie permanents. Si vous vous sentez misérable dans la vie et que vous essayez de mettre ça sur la scène, il est très peu probable que la foule voudra partager vos humeurs. Et si elle le fait, je ne sais pas si vos partenaires de groupe le tolèreront longtemps.

MAÎTRISEZ VOTRE SUJET

a. Être dans un groupe implique généralement de mémoriser une matière d’au moins 30 à 45 minutes. Pour chaque groupe que vous rejoindrez, cette matière sera multipliée par deux. Si vous ne connaissez pas les chansons sur le bout des doigts, vous et vos partenaires allez être très frustrés à chaque fois que vous ne ferez pas l’accord en sol mineur sur le refrain de ce foutu morceau. Si vous n’êtes pas capable ou si vous n’avez pas envie de prendre le temps d’apprendre les chansons et d’entretenir ledit apprentissage, peut-être qu’un nouveau groupe n’est pas ce dont vous avez besoin.

b. Maîtriser son sujet implique aussi de savoir ce qui se passe dans le(s) groupe(s). Soyez organisé. Où est-ce que vous jouez la prochaine fois? Quand est-ce que sont les répét’? Où/quand enregistrez-vous? Ce n’est pas parce que vous ne réservez pas les concerts que vous devez ignorer quand ils se passent. Être dans deux groupes en même temps devient vraiment embarrassant (surtout pour vos partenaires) quand vous êtes toujours programmé sur deux spectacles en même temps, ou que vous annulez toujours les répét’ au dernier moment parce que vous avez « oublié » que vous deviez jouer avec quelqu’un d’autre. Tenez un calendrier et regardez-le quotidiennement. Le téléphone, ça ne sert pas qu’à envoyer des sms et à utiliser Snapchat.

AVOIR UNE SORTIE (DIFFÉRENTE) À SA DISPOSITION

J’ai compris. Vous jouez dans un million de groupes parce que la musique, c’est votre vie. Il peut devenir extrêmement facile de s’ennuyer dans les choses que vous aimez juste parce que vous ne vous donnez jamais l’opportunité qu’elles vous manquent. Alors explorez autre chose. Dessinez. Lisez. Écrivez. Regardez la télé. Faites votre boulot. N’importe quoi. Je suis un artiste visuel, je gère un label de musique et je travaille à plein temps quand je ne joue pas dans mes groupes. Ça peut paraître beaucoup, mais être constamment occupé est la seule chose que je connaisse et je gère cela en explorant ces autres possibilités. Si la musique est la SEULE CHOSE QUE VOUS FAITES DANS LA VIE, il y a de grandes chances pour que cela devienne une routine. Et comme dans toute relation, la routine tue la romance.

ADMETTRE QU’ON EST UN PEU MALADE MENTAL

La plupart des êtres humains travaillent et rentrent à la maison en se plaignant de ne pas pouvoir y passer moins de temps. La plupart des musiciens travaillent et passent le reste du reste de leur temps diurne/nocturne à répéter, à travailler sur des chansons, à réparer du matériel, à le charger et le décharger, à jouer dans des concerts et à organiser leur prochaine étape/leur prochain concert. Il faut être cinglé. Nous sommes cinglés. Si vous jouez dans plusieurs groupes en même temps, vous êtes encore plus cinglé-e. Mais là encore, si nous le faisons, il y a une raison et c’est probablement une des raisons pour lesquelles le public vient nous voir et nous écouter. Alors acceptez les troubles mentaux.

Voici mon point de vue sur la façon de maintenir une vie à peu près saine en jouant dans plusieurs groupes en même temps. Cette vision est basée sur ma seule expérience, qui a été constituée de tonnes et de tonnes d’essais et d’erreurs. Je me suis fait des amis, j’ai perdu des amis aussi. J’ai aimé et j’ai perdu. J’ai eu des moments de lucidité et des mois où j’avais l’impression de perdre la tête. Comme dans tous les autres aspects de la vie, sachez juste ce que vous voulez et soyez honnête avec vous-même. Si cela ne vous va pas, laissez tomber et passez à autre chose. Restez heureux. Soyez rigoureux.

New Canadiana :: First Base – First Base

First Base - First Base

Twelve perfect bittersweet pop songs to get you ready for the summer and wish you were making out. First Base’s debut on Chicago-based HoZac Records is laced with hooks, charm and sing-alongs. These tunes will worm their way into your ears’ brain, throw up a cot and tell you to chill out and have a time. Don’t let them down this summer — pick up a copy on gold vinyl!

Douze chansons pop, douces-amères, parfaites pour vous donner envie que ce soit l’été et d’être en train d’embrasser quelqu’un. Le premier album de First Base sur HoZac Records installé à Chicago vous accroche, vous charme et vous invite à chanter. Ces chansons se transformeront en vers d’oreille, déposeront leurs valises et vous diront de relaxer et de prendre une pause. Ne les laissez pas tomber cet été : achetez-en une copie en vinyle or!

First Base – No Surprise

First Base – You Can Come Over

New Canadiana :: Lightmares – Notamotto b/w These Trying Times

Lightmares - Notamotto b/w These Trying Times

It must have been seven or eight years now since I first saw Lightmares play a show. These three dudes weren’t old enough to stay in the bar after their set, but that didn’t stop them from giving out an insanely captivating and raw performance — or from handing out their demos to everyone as we went out to smoke. Since then they’ve tightened up their live show, songwriting and banter quite a bit, yet they seem just as hungry every time I see them play. This pair of weirdo pop-rock songs is a great representation of what these boys are capable of.

Ça doit maintenant faire sept ou huit ans que j’ai vu Lightmares en spectacle pour la première fois. Ces trois gars n’étaient pas assez vieux pour rester dans le bar après leur prestation, mais ça ne les avait pas empêchés de donner une performance extrêmement captivante et brut, ou de distribuer leur démo à tous ceux qui sortaient fumer. Depuis, ils ont pas mal amélioré leur spectacle, la composition de leurs chansons et leurs plaisanteries, mais ils semblent toujours aussi avides à chaque fois que je les vois jouer. Cette paire de chansons pop-rock étranges représente bien de quoi ces gars sont capables.

Lightmares – Notamotta

Lightmares – These Trying Times

New Canadiana :: Moves – Tape

Moves - Tape

From B-52s-ish weirdo pop (“Let’s Go”, “Take Me”) to Paul Simon-esque acoustic numbers (“A Little Longer”, “Senseless”, “Call Each Other Love”) with a short garage-rock banger in the middle (“Do You Know What It Is I Want”), Toronto’s Joseph Organ isn’t scared to wear his heart, or influences, on his sleeve. This type of obvious contrast in song writing and delivery might not work on an LP, but on this six-song cassette it’s refreshing and leaves me excited to see which direction will win the tug-of-war for the next Moves release.

Depuis la pop étrange qui rappelle B-52s (« Let’s Go », « Take Me » ), jusqu’aux morceaux acoustiques à la Paul Simon (« A Little Longer », « Senseless », « Call Each Other Love »), avec un pétard garage-rock au milieu (« Do You Know What It Is I Want »), Joseph Organ de Toronto n’a pas peur de se montrer vulnérable et de nous montrer ses influences. Ce genre de contraste flagrant entre la composition des chansons et le débit ne marcherait peut-être pas sur un album complet, mais sur cette cassette de six chansons, c’est rafraîchissant et ça me rend impatient de voir quelle direction gagnera le tir à la corde pour la prochaine parution de Moves.

Moves – A Little Longer

Moves – Take Me

New Canadiana :: Tough Age – Tough Age

Tough Age - Tough Age

It’s a strange feeling to have heard a band’s entire catalogue live before hearing a single recorded song. After touring with Tough Age I was afraid to listen to their debut on Mint Records as I thought it would be hard to carry the live energy — now as much a part of the songs for me as the impeccable songwriting itself — to vinyl. I was wrong. Chris Martell’s monster drumming, Lauren Smith’s neverending smile above driving basslines, Penny Clark’s shy mystique and Jarrett Samson’s boisterous personality can all be felt just fine on this slab of plastic. What a great pop record by some West Coast pals. Makes me want to eat a sack of ‘burgs and dance on some old exercise equipment.

C’est un sentiment étrange d’avoir entendu en concert le répertoire complet d’un groupe avant même d’avoir écouté un seul de leur enregistrement. Après avoir effectué une tournée avec Tough Age, j’appréhendais l’écoute de leur premier album sur Mint Records pensant qu’il serait difficile de transposer sur vinyle leur énergie live faisant, pour moi, tout autant partie intégrale des chansons que leur impeccable écriture. J’avais tort. Les percussions gargantuesques de Chris Martell, le sourire sans fin de Lauren Smith au contrôle de puissantes lignes de basse, le mystère timide de Penny Clark et la tumultueuse personnalité de Jarrett Samson se ressentent très bien sur cette galette de plastique. Quel grand album pop par quelques-uns de mes copains de la côte ouest. Ça me donne envie de manger un grand sac rempli de hamburgers et de danser sur de vieux appareils d’exercice.

Tough Age – Seahorse

Tough Age – Coffin Foam

New Canadiana :: Steve Adamyk Band – Monterrey

Steve Adamyk Band - Monterrey

From our nation’s capital by way of Toronto’s always excellent Hosehead Records comes another punishing punk gem by Steve and the boys. Four songs that cut sharper than a custom Bryan Adams switchblade and showcase exactly what this band does best: fist pumping sing-a-longs with hooks for days and a party vibe that will make you not give a single care about the beer that was just poured on your head.

Depuis la capitale nationale, par le biais du toujours excellent Hosehead Records de Toronto, nous provient une autre perle rare de punk infernal de la part de Steve et son groupe. Quatre chansons plus acérées qu’un couteau à cran d’arrêt de Bryan Adams fait sur mesure et qui mettent en valeur précisément ce que ce groupe fait de mieux : des chansons accrocheuses que l’on peut chanter tous ensemble, les poings dans les airs, et une ambiance de fête qui vous fera oublier la bière qu’on vient de vous verser sur la tête.

Steve Adamyk Band – Monterrey

Steve Adamyk Band – For You (Hold On)