Tag: JAZZ

New Canadiana :: Aleem Khan – U R B A N A C H A M P A I G N

weird_canada-aleem_khan-urbana_champaign

There are so many options. P E O R I A F A N T A? A K R O N P E R R I E R? Aleem Khan has already decided: U R B A N A C H A M P A I G N. The bottle that’s been kept hidden in the back of the fridge. Playful, self-assured, and inviting, it’s the sort that can make you feel warm while still being plenty cool. When the final sip, that free-as-can-be closer, holds its 9.5 minute reign, there is only one sparkling beverage, one mid-sized, mid-western locale.

Il y a tellement d’options. P E O R I A F A N T A? A K R O N P E R R I E R? Aleem Khan a déjà décidé: U R B A N A C H A M P A I G N. La bouteille cachée dans l’arrière du frigo. Espiègle, confiante et invitante, c’est le genre qui peut te rendre chaud tout en étant froid. Quand la dernière petite gorgée, un fond libre comme l’air, prend son règne de 9,5 minutes, il ne reste qu’une boisson pétillante, un endroit au midwest de taille moyenne.

Aleem Khan – U R B A N A C H A M P A I G N

Aleem Khan – C A M E O

New Canadiana :: Dwell – Dwell

Weird_Canada-Dwell-Dwell

Dwell is the brainchild of Andrew Noakes, captured by Felicity Williams’ vocals and enveloped in the thick molten honey of his accompaning musicians. Each note quivers and ebbs, begging for release on every crescendo. Will you surrender to the apex? Will you revel in the acme?

Dwell est l’invention originale d’Andrew Noakes, capturé par la voix de Felicity Williams et enveloppé dans le miel chaud et épais de ses musiciens accompagnateurs. Chaque note tremble et décline, demandant jouissance sur chaque crescendo. Allez-vous abandonner au sommet? Allez-vous vous délectez dans l’acmé?

Dwell – Afternoon Soliloquy

Dwell – Fallowfield

New Canadiana :: The Original Folk Trio – The Original Folk Trio

Weird_Canada-The_Original_Folk_Trio.jpg

Miasmal free-form jazz from the deep-East of our northernly quilt.

All manner of dirigible sounds carried by lofty winds to the ears of those inclined to dance the dance of whirring vitality.

This is the sonorous embodiment of caring about only that which matters: the sharp pang of saline air, the acknowledgment of the restless spirit, and the gusto required to turn cold months into warm improvisations.

Du jazz libre miasmatique en provenance de l’Est profond de notre courtepointe nordique.

Toutes sortes de sons maniables sont transportés par d’imposants vents aux oreilles de ceux enclins/portés à danser la danse de la vitalité vrombissante.

Voici l’incarnation sonore qui représente le fait de s’occuper seulement de ce qui importe: la pointe acérée de l’air salin, la reconnaissance de l’esprit sans repos et l’entrain nécessaire pour transformer les mois froids en improvisations chaudes.

The Original Folk Trio – Left

The Original Folk Trio – All Glory & Praise To Our Reptilian Overlords

New Canadiana :: Various Artists – HAVN COMP 1

Weird_Canada-Various-HAVN_Comp.jpg

Stare out the window at the steel grey skies, steel grey minds, steel grey rhymes for steel grey times. Around the corner you hear primal screams, unforgiving drones, and punked out transmissions in the alley behind the armoury. Walk down James in a haze, with overdrawn, fractured rhythms that unspool and reassemble themselves in just as much time (did I hear this in the back of the brain /// or was it just my brain?) Safe to say, I’m happy with what my friends are up to.

Contemple par la fenêtre le gris acier des cieux, le gris acier des esprits anxieux, entends les salamalecs gris acier de ce siècle gris acier. Des cris primaux retentissent au coin de la rue, d’impitoyables drones, des transmissions punkifiées dans la ruelle derrière le magasin d’armes. Déambule sur James, dans la brume, au son des rythmes saccadés, tapageurs qui se débobinent et s’enroulent en un instant (ai-je entendu ceci derrière ce cerveau /// ou est-ce une fabrication de mon cerveau ?) En tout cas, je suis content de ce que mes amis font ces temps-ci.

Emay & L-SPEX – Dark Place

Hello Babies – A.M.O.

New Canadiana :: L CON – The Distance of the Moon

Weird_Canada_-_L_CON_-_THe_Distance_of_the_Moon

This is about distance. In the distance between any two objects there is space. Space is eternal. You can never get rid of it. You cannot fill it because space will always surround any object you place in it. Work with it, don’t ignore it or pretend it isn’t there. Music exists as much in the empty air as in the sound waves that travel through it. Rejoice in the distance. Listen to the spaces in between.

Il s’agit de la distance. Dans la distance entre n’importe quelle paire d’objets, il y a de l’espace. L’espace est éternel. On ne peut jamais s’en débarrasser. On ne peut le remplir, car l’espace entourera toujours tout objet que l’on y place. Composez avec, ne l’ignorez pas et ne prétendez pas qu’il n’est pas là. La musique existe autant dans l’air vide que dans les ondes sonores qui voyagent à travers. Réjouissez-vous de la distance. Écoutez les espaces qui s’y figurent.

L CON – The Distance of the Moon

L CON – Without Colours (feat. Mary Margaret Wood)

New Canadiana :: Philippe Battikha – Invisible Backgrounds

Weird_Canada-Philippe_Battikha

Philippe Battikha of CORSE and La Part Maudite steps out for an avant-serenade on this mournful solo offering. The granular tones and careening curlicues of his trumpet drift in slow-mo flow through soundscapes of bustling street corners, Super 8 camera whirr, and less recognizable squishes. Double bass saws through “Beyond You” while “Time For New Hands” casts a pall over haunted pianos, righteous vocals samples, and the soothing ASMR of rain on a windowsill.

Philippe Battikha, membre des groupes CORSE et La Part Maudite prend une pause pour nous offrir une sérénade avant-gardiste sur cet album solo mélancolique. Les enjolivures de sa trompette s’égrènent en formant des spirales qui ralentissent à travers les bruits des coins de rue animés, le vrombissement de la caméra super 8, et autres sons non identifiés. La contrebasse évoque l’égoïne tout au long de « Beyond You » alors que « Time for New Hands » enveloppe de brouillard des pianos hantés, des bribes de voix moralisatrice et de réconfortants ASMR qui rappellent la pluie sur la fenêtre.

Philippe Battikha – Time For New Hands

Philippe Battikha – Beyond You

New Canadiana :: Un Blonde – Water the Next Day

Weird_Canada-Un_Blonde-water-the-next-day

Water the Next Day adopts the sounds of RnB-funk, neo-soul, jazz and psychedelic music to exhibit extremely encapsulating eclectic pop music. If Jean-Sebastien Audet and his work is a luscious new discovery to you, retracing the back catalog of Un Blonde might have you bewildered by the innovation. Water the Next Day sounds like Un Blonde picked up where Audet’s latest Zouk Fuck left off. Where the shorter and punchy tracks entrance your evoked fields and the multitracked vocals are executed beautifully and soul-bearing. The guitar takes a back seat to make welcome to jazzy electric piano and shifting keys.

Water the Next Day adopte les sonorités du RnB-funk, du neo-soul, du jazz et de la musique psychédélique pour exhiber une musique pop éclectique et encapsulante à l’extrême. Si Jean-Sébastien Audet et son œuvre sont pour vous une découverte inédite et attrayante, il se peut qu’en retraçant le fond de catalogue de Un Blonde, vous ayez été dérouté par son caractère innovant. Apparemment Water the Next Day de Un Blonde a repris là où le tout dernier Zouk Fuck en était resté. Les morceaux les plus courts et mordants ravissent vos potentiels évoqués et les chants enregistrés en multipiste sont joliment exécutés et transportent l’âme. La guitare s’efface pour laisser place au piano électrique jazzé et aux touches changeantes.

Un Blonde – True

Un Blonde – Look

New Canadiana :: Last Ex – Last Ex

Weird_Canada-Last_Ex-ST

Nightmare walls bend around you. The colours are mute and shapes are miscarried. The floor heaves like a linoleum ocean as a baby mobile tinkles hazily, each talisman representing a failure or fear. A chasm roars open. Specks at the bottom are a man of fire and a woman of water, waltzing barely, blankly in the semi-light. Through a rectangle hole you are drawn, lit by candles that writhe as snakes, nipping at your clothing. An aquamarine crystal seeps through the stone, emits waves of heavy energy. Sink to your knees. Shut your eyes. Shut your eyes.

Des murs cauchemardesques s’incurvent vers toi. Les couleurs sont silencieuses, les formes, inachevées. Le plancher déverse un océan de linoléum, un mobile pour bébé scintille paresseusement; chaque talisman représente un échec ou une peur. Un gouffre s’ouvre en éclatant. Tu vois des étincelles tout au fond, dans la pénombre : un homme de feu et une femme d’eau, leur presque valse, leur regard vide. Ton corps est attiré par une ouverture rectangulaire éclairée par des chandelles qui se tortillent comme des serpents en essayant de mordre tes vêtements. Un cristal aigue-marine sourd du roc en émettant des ondes d’énergie pesante. Tu tombes à genoux. Ferme les yeux… Ferme les yeux.


Last Ex – Girl Seizure


Last Ex – Hotel Blues

Sanctum // Inferred Views :: The Tranzac

The Tranzac

Toronto has long been a home away from home for expats from Australia and New Zealand. In 1931, a community space for these nationalities was founded, preserving their culture while functioning as a co-op and general club. The Tranzac (an abbreviation of “Toronto Australia New Zealand Club”) has gone through many incarnations and locales over the years, gradually broadening its horizons and becoming more inclusive of other nationalities and practises. Today, the Tranzac is one of the city’s most versatile live music and arts venues. It caters to just about all styles of music, while being slightly partial to the avant-garde and experimental scenes. The Tranzac is known as a non-profit community center, zine library, theatre, music venue, and artistic hotbed of creativity. What holds all the disparate aspects of this space together? A DIY approach and spirit of independence are characteristic of the club. Combine that with positive community relations and an open-minded approach to the arts, and the picture starts to become clear. We caught up with manager/booker Robbie Luster to set us straight.

Gabe Girard: The Tranzac began as a community space for immigrants from New Zealand and Australia. Is this rich history still present today?

Robbie Luster: The Tranzac was founded in 1931 by Aussies and Kiwis, and its association with them is still going on. For decades it was devoted solely to them. There were rugby teams, Maori dances and other things that preserved their culture. The Tranzac was also associated with a big festival called Caravan, representing different cultures in pavilions all across the city. The biggest pavillion was the Aussie one at the Tranzac where they held sheep shearing competitions. The Tranzac’s participation in Caravan was the start of the transition where it became more inclusive of other nationalities… and other people in general.

When did the Tranzac start featuring live music? When did it start branching off into avant-garde jazz?

There has always been live music here. Slowly, in the past 20 years, it started catering to more avant-garde music. The managers, Sandra and Cassandra, changed the focus of the musical acts. It was an organic transition. It always catered to DIY, independent sort of acts. Music that might not be found elsewhere. It took off when Saint Dirt Elementary School started playing. That’s when the balance tipped and started getting associated more with that scene.

What kinds of music do you cater to the most?

We cater to all kinds of music. Programming in our Southern Cross room has a big focus on avant-garde jazz, quirky indie pop, and alt folk. We really do have everything, all kinds of music, the whole gamut. From classical to opera to hip hop. Anything with a spirit of independence, and a DIY ethos. Since we’re a non-profit organization on a shoestring budget, it’s only natural that we would gravitate towards the DIY indie scene.

The Tranzac is a community hub for a lot of groups and organizations. You have partnerships with the Toronto Zine Library, Blocks Recording Club and other labels such as Barnyard and Rat-Drifting. How does this help the organization and the community itself?

We’re trying to build a community, and all trying to help each other. It’s important to have relationships with the labels, zine library, as well as traditional folk music groups. The Morris Ale dancers are a big part of the club. Our chief goal as a non-profit is to foster and contribute to the arts community, particularly on the more avant-garde/independent/DIY side of things, whenever we see a vital and important niche that might be overlooked by more corporate interests. As Toronto’s downtown core becomes increasingly expensive and caught up in the rat race, the need to fill such a niche is more vital now than ever, for the health of the arts and our neighbourhoods.

What do you think sets the Tranzac apart from more profit-driven music venues?

I think what sets us apart is the fact that our primary objective is fostering the arts community — we even have a mandate in our “constitution” to do so — as opposed to a drive for profit. Although, of course, we are always working to keep revenue up!

Does being a non-profit organization give you any advantages or disadvantages?

The fact that we’re non-profit is the most important thing about the Tranzac, I’d say. You can sense it in the attitude and spirit of the volunteers; it really shows that we’re a non-profit. It means we have no budget or a very limited budget, and get the benefit of volunteers who are eager to help out. Overall there is a good vibe.

If someone were looking to book an event at The Tranzac – in any of the spaces you offer – what would you recommend they do?

If one were looking to book an event at the Tranzac — any size! any kind of event! — they can contact me (Robbie) at booking (at) tranzac (dot) org.

Toronto est depuis longtemps la terre d’accueil des expatriés d’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Un centre communautaire a été fondé dès 1931 pour les nouveaux arrivants de ces pays afin de préserver leurs cultures. Le centre a également rempli les fonctions de coopérative et de club. Le Tranzac, acronyme de « Toronto Australia New Zealand Club », s’est réincarné sous plusieurs formes et a été le théâtre de nombreux types de scène. Au fil du temps, le Tranzac a élargi ses horizons et a ouvert la porte à d’autres nationalités et à d’autres traditions culturelles. Le Tranzac est maintenant une salle de spectacle des plus hétéroclites de la scène musicale et artistique. Le club présente pour ainsi dire tous les styles de musique, quoique particulièrement enclin à mettre sur scène de la musique expérimentale ou avant-garde. Le Tranzac est connu comme un centre communautaire, un organisme à but non-lucratif (OBNL), un centre d’archivage de zines, un théâtre, une salle de spectacle et espace de création bouillonnant. Comment parvient-on à former un tout de ces ingrédients éclectiques? L’approche DIY et l’esprit d’indépendance font déjà l’apanage du club. S’ajoutent à la toile une relation harmonieuse avec le milieu et une vision de l’art à large déploiement… alors, le portrait commence à se raffiner. Nous avons rencontré le gérant et planificateur, Robbie Luster, pour avoir l’heure juste.

Gabe Girard: Le Tranzac a d’abord été un lieu communautaire pour les immigrants d’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Ce riche passé a-t-il laissé une trace jusqu’à nos jours?

Robbie Luster: Le Tranzac a été fondé en 1931 par des Oz et des Kiwis, et l’association originale existe toujours. Pendant plusieurs décennies, le club s’occupait uniquement de ce groupe culturel. Il y avait des parties de rugby, de la danse maorie et d’autres activités pour préserver leur culture. Le Tranzac collaborait aussi à Caravan, un festival de grande envergure, au cours duquel on érigeait des scènes à l’effigie des différentes cultures dans toute la ville. La plus grande scène était celle des Australiens au Tranzac, où des concours de tonte de mouton avaient lieu. La participation du Tranzac au festival Caravan constitue le début de l’inclusion d’autres nationalités… et l’ouverture à l’ensemble du milieu.

Quand le Tranzac a-t-il commencé à présenter des performances musicales? À quel moment s’est-il tourné vers l’avant-garde jazz?

Les performances musicales ont toujours eu une place ici. Depuis les 20 dernières années, le Tranzac a tranquillement commencé à mettre de l’avant plus de musique d’avant-garde. Les gérantes, Sandra et Cassandra, ont changé le style des performances au menu. La transition s’est faite de façon naturelle. Le Tranzac avait toujours accueilli des performances de type DIY, du milieu indépendant. De la musique qu’on n’entend pas ailleurs, quoi! L’étincelle a jailli lorsque Saint Dirt Elementary School a commencé à jouer ici. C’est alors que le Tranzac a pris un virage vers la scène émergente.

Quels types de musique présentez-vous le plus?

Nous présentons de la musique de tout genre. La programmation de la salle Southern Cross comprend beaucoup de jazz avant-gardiste, du indie pop émergeant et du folk alternatif. Toutefois, on en a vraiment pour tous les goûts, de tous les genres de musique! Notre gamme musicale est vaste : classique, l’opéra, hip-hop… Tout groupe avec un esprit d’indépendance ou une philosophie DIY est le bienvenu. Puisque nous sommes un OBNL, avec budget serré, il est tout naturel que nous gravitions autour de la scène de la musicale indépendante.

Le Tranzac est un phare pour de nombreux groupes et organismes. Vous collaborez avec la Toronto Zine Library (une fanzinethèque torontoise), le Block Recording Club et d’autres producteurs, dont Barnyard et Rat Drifting. Quels rôles jouent ces collaborations pour votre organisme et pour le milieu?

Nous contribuons tous ensemble à bâtir une communauté et nous nous entraidons les uns les autres. Il est important d’entretenir des relations avec les producteurs, le milieu du zine ainsi qu’avec les groupes de folk traditionnel. La troupe de danse Morris Ale est un partenaire majeur du club. Notre mission est de promouvoir et de soutenir le milieu artistique. Nous sommes interpellés à chaque fois que nous dénichons un créneau incontournable qui pourrait passer sous le nez des grandes corporations, tout particulièrement lorsqu’il s’agit des représentants de l’avant-garde, du DIY et des artistes indépendants. Aux prises avec une opération de nivelage vers le haut, il devient de plus en plus cher de vivre au cœur du centre-ville de Toronto, de sorte qu’explorer ce créneau devient une nécessité plus que jamais, afin de maintenir un milieu artistique et humain équilibré.

Qu’est-ce qui distingue, selon vous, le Tranzac des autres salles à vocation lucrative?

Je crois que c’est notre mission de promouvoir le milieu artistique, qui nous distingue de ceux qui, pour leur part, s’intéressent aux profits. Cette mission est même inscrite dans le mandat que nous nous sommes donné dans notre « constitution ». Évidemment, nous cherchons, tout de même, à constamment générer des revenus!

Être un OBNL comporte-t-il certains avantages ou désavantages?

Le fait d’être un OBNL est, je pense, déterminant pour le Tranzac. C’est palpable dans l’attitude et l’énergie des bénévoles, notre travail respire le dévouement. Une constitution en OBNL signifie avoir peu ou pas de budget et bénéficier de l’aide de bénévoles motivés. En somme, notre environnement est rempli de bonnes ondes.

Que recommandez-vous à quiconque souhaiterait organiser un spectacle au Tranzac, dans n’importe quelle de vos salles?

Vous souhaitez jouer sur une scène du Tranzac? Quelque soit l’envergure ou le style de votre projet, communiquez avec moi (Robbie) au booking (at) tranzac (dot) org.

New Canadiana :: Ryan Driver – Feeler Of Pure Joy

Ryan Driver Quintet - Feeler Of Pure Joy

Ryan Driver’s maverick status in the Toronto avant-garde jazz scene is firmly cemented (The Reveries, The Guayaveras, Deep Dark United, St. Dirt Elementary School, to name a few of his past or present projects). Give a carpenter a ruler, and he’ll make measurements. A ruler in the hands of Driver gets slapped on a table and contact-mic’d, then functions as a bass with the low frequencies amplified. Experimental, yes, though he’s no stranger to country-simple folk. Driver’s softer, tender side is on display on Feeler of Pure Joy — pitch-perfect falsettos abound. Melancholy permutations of the folk song form bring one through kaleidoscopic images of longing, misfortune and wonder. Never doing it by the book, he’ll bring you folk from a truly unique perspective. China cymbal swells, hazy free-form passages, and chord progressions from beyond come and go. Without ever losing touch of the album’s folk/country aesthetic — seen through a dusty pair of specs — Driver shares with you what he can’t possibly contain.

Dans la scène de l’avant-garde jazz de Toronto, le statut d’anticonformisme de Ryan Driver est solidement établi (The Reveries, The Guayaveras, Deep Dark United, St. Dirt Elementary School, pour ne nommer que quelques-uns de ses projets passés et actuels). Remettez une règle entre les doigts d’un charpentier et il prendra des mesures. Entre les mains de Driver, elle est frappée sur une table, ses battements captés par un microphone de contact, puis elle fonctionne telle une basse, ses basses fréquences amplifiées. Expérimental, en effet, mais il n’en reste pas moins près d’un country-folk. Le côté plus doux, plus tendre de Driver se dévoile sur « Feeler of Pure Joy » — sur lequel abondent des falsettos justes. Les permutations mélancoliques de la structure de la chanson folk nous transportent dans un kaléidoscope d’images évoquant la nostalgie, la malchance et le songe. Jamais exécuté dans une totale conformité aux règles, le folk est offert d’un point de vue réellement singulier. Des houles de cymbale china, des passages brumeux en forme libre et des progressions d’accords qui vont au-delà viennent et repartent. Sans jamais perdre contact avec l’esthétique folk/country propre à l’album — vu à travers des verres poussièreux de lunettes — Driver partage avec nous ce qu’il ne peut retenir.

Ryan Driver – When You Were In Mexico?

Ryan Driver – No One Can Say Too Well