Tag: javier fuentes

Ex Libris :: The Golden Bat

The Golden BatThe Golden Bat

It’s hard to ever truly know a city or a region; even if you think you’ve seen it all, time lends itself to new appreciations and unexplored feelings. As buildings crumble and new neighbourhoods emerge, so does our grip on the translucent dust of memory as it seeps out into the warm textures of an aged image. Flipping through The Golden Bat evokes both the melancholic and the mysterious nature of the region of Waterloo, affectionately referred here as the “try-cities”. The stories and anecdotes inside reference and make light of the changing nature of the region, even if its distinct (misunderstood?) spirit remains pressed into each emerging pattern of progression. The zine’s cover itself is a faded entry in photographic conscience from a time before city council replaced a concrete parking lot with more concrete. Poster art from local shows act as symbols of the DIY music community that remains a beacon to local showgoers. Introduce yourself to this wyrd place.

C’est difficile d’arriver à vraiment connaître une ville ou une région; même si on pense avoir tout vu, le temps amène toujours de nouvelles appréciations et des sentiments inexplorés. Au fur et à mesure que des bâtiments s’effondrent et que des nouveaux quartiers émergent, il en est de même pour notre poigne sur la poussière translucide de la mémoire alors qu’elle s’infiltre dans les textures chaudes d’une image vieillie. Feuilleter The Golden Bat évoque la nature mélancolique et mystérieuse de la région de Waterloo, où les villes sont affectueusement désignées de “try-cities”. Les histoires et anecdotes qu’on retrouve à l’intérieur font référence à la nature éphémère de la région et se moquent un peu de celle-ci, même si son esprit distinct (incompris?) reste bien enfoncé dans chaque nouvelle habitude de progression. La couverture du zine est, en conscience photographique, une entrée délavée issue d’un temps où le conseil municipal n’avait pas encore recouvert un stationnement de béton avec encore plus de béton. Les affiches de prestations locales font office de symboles de la communauté musicale Do It Yourself qui elle, sert de pilier pour les spectateurs locaux. Venez vous présenter à cette scène byzarre.

The Golden Bat

New Canadiana :: Power Mystery – When The Drugs Wear Off

Power Mystery - When The Drugs Wear Off

I’m left thinking sometimes about the mounds of unreleased sounds and art hidden away on basement four-tracks and crashed hard drives, kept enclosed by various forces of uncertainty. This vulnerability embeds itself in our expressions, drawing meaning in the abstraction of organ drones or ringing steel strings. The line is thin between a recording kept to the ears of its maker and one that draws strength from this leap into the unknown. Power Mystery follows the latter and unearths some long forgotten memories, allowing us to form our own in the process. With the occasional burst into weird and funky terrains, the threads woven here follow an atlas of contemplative moods and psychedelic wanderings. Metamorphosizing guitars twist in darkness before being released into the light, as other voices peer in now and then to guide the way. Listen and consider revisiting those hidden audio files of your own.

Je pense parfois à toute cette pile d’art et de musique inédite condamnée à croupir dans une cassette multipiste fourguée dans un coin de sous-sol ou coincée à l’intérieur de disques durs qui ont planté, à jamais prise au piège par ces forces de l’incertitude. Cette vulnérabilité se grave dans notre visage, trouvant un sens dans l’abstraction des drones d’orgues ou des cordes d’acier résonnantes. La ligne est mince entre un enregistrement que son auteur conserve pour lui-même et un qui se voit renforcé par ce saut vers l’inconnu. Power Mystery suit cette deuxième voie et découvre des souvenirs tombés dans l’oubli, nous permettant alors de créer les nôtres. S’aventurant occasionnellement en terrains étranges et funky, les fils ici tissés suivent un atlas d’humeurs contemplatives et de d’errances psychédéliques. Des guitares aux formes changeantes se tordent dans le noir avant d’être guidées vers la lumière du jour par des voix intermittentes. Prêtez oreille et considérez revenir à ces pistes que vous avez cachées vous aussi.


Power Mystery – All Day English


Power Mystery – Outremont

New Canadiana :: ROW – Strachan

Weird_Canada-ROW-Strachan

The trail forged by London’s pastoral hymn leaders now finds itself submerged under the smog-laden skies of Toronto, as 2/5ths of the group start up their new imprint with this album of disarmingly mellow instrumentals. As a duo, the sounds crafted by Kevin Cahill and Cheryl Fraser place an emphasis on the more fragile and ambient elements of their compositions, carrying a heightened awareness of each incoming sound. Empty spaces are either filled with reverberation or the remnants of a morning daydream. The glass ceiling in our mind opens up just as the clouds decide to let themselves go. We can feel the precipitating sound as we’re soaked with synesthesia. Accompanying notes trickle out at a pace set by a human clock, pressing comfort on our ills and washing the stress out from the storm. Grip gently.

Le chemin forgé par les leaders des hymnes pastoraux de London se retrouve présentement immergé sous le ciel rempli de smog de Toronto pendant que ⅖ du groupe forme sa nouvelle empreinte avec cet album de morceaux instrumentaux d’une douceur désarmante. Les sons créés par Kevin Cahill et Cheryl Fraser, qui forment désormais un duo, mettent l’accent sur les éléments plus fragiles et plus ambiants de leurs compositions, et portent une attention plus pointue à chaque son émis. Les espaces vides sont remplis soit avec des réverbérations, soit avec les restes d’une rêverie matinale. Le glass ceiling s’ouvre dans notre esprit pendant que les nuages décident de se laisser aller. Nous pouvons sentir le son précipité alors que nous sommes trempés de synesthésie. Les notes qui accompagnent s’égouttent à un rythme créé par l’horloge humaine, offrant du confort à nos maux et éliminant le stress de l’orage. À saisir doucement.


ROW – Tinier Than Description


ROW – Sighted Echo

New Canadiana :: Various Artists – Howl Live

Various Artists - Howl Live

CKUT and Howl! Arts present a live record of Montreal’s barrier-pushing creative minds, echoing spaces transformed by resident noisemakers and active listeners. Curated from three years’ worth of shows, the album brings together unique voices to form a flowing narrative. Unraveling through interactions, delicate sounds reverberate into distortion while dissonant modes tune to surrounding tensions and movements. As each track passes, an added layer of meaning appears in the relationship between each piece; Sarah Pagé’s harp playing in the back of memory as Jason ‘Blackbird’ Selman recites his poetic words. In the digital age, the power of the live experience has only become greater.

CKUT et Howl! Arts présentent un disque live qui nous vient des esprits créatifs les plus innovateurs de Montréal, et où les espaces résonnants sont transformés par les musiciens et les auditeurs actifs. Élaboré à partir de trois ans de spectacles, l’album réunit des voix uniques pour former un récit fluide. S’effilochant au fil des interactions, des sons délicats résonnent et se distordent, alors que des modes dissonants s’accordent sur les tensions et les mouvements environnants. Chaque chanson ajoute à la signification qui lie les pièces les unes aux autres: la harpe de Sarah Pagé joue au fond de nos souvenirs, pendant que Jason ‘Blackbird’ Selman récite sa poésie. À l’ère numérique, le pouvoir de l’expérience live n’a fait que s’accroître.

Norsola Johnson – For Ezra

Jason Blackbird Selman – Sedgwick Ave.

New Canadiana :: Simon Frank – Double Image

Simon Frank - Double Image

Simon Frank, one half of Hot & Cold, takes a break from working on his ESG PhD to drop another visionary post-punk gem. Darkened disco lights revolve to the ticking beats as weakened amps blast out commands, attempting to simultaneously subdue and awaken our senses. We listen to the rambling truths from a midnight lecturer, his swagger reminding us of our distant ideals. Caught in the cold wave of a nightclub exodus, these double images keep our bodies in sweltering heat.

Simon Frank, un des deux membres de Hot & Cold, prend une pause de son doctorat en ESG pour sortir un autre bijou post-punk visionnaire. Des lumières disco assombries tournoient au rythme des tic-tacs pendant que des amplis crachent des ordres en tentant d’apaiser nos sens et de les réveiller en même temps. On écoute les vérités décousues d’un conférencier nocturne, sa démarche arrogante nous rappelle nos idéaux lointains. Pris dans la vague froide à la sortie d’une boîte de nuit, ces doubles images maintiennent nos corps dans une chaleur étouffante.


Simon Frank – Old Phase


Simon Frank – Whiskey Mutton Chicken

New Canadiana :: Tired – Tape II

Tired - Tape IIWeird_Canada-Tired-Tape_II-thumb

Just when I had stopped picking out the leftover shrapnel from Tired’s initial declaration of war, a new wave arrived to fling the sludge back through my eardrums. Deirdre from Pleasence called Josh Bastien her favourite guitar player in a recent issue of Offerings and his chops are in full devastation mode here. Holes are burnt through speakers and brains haven’t been this scattered since the last time you saw Drainolith. The demolition crew of Seeger and Shapiro have cleared the rubble so that Jesse can chant the team slogan to rousing applause. Burying everything in a molten field of heavy duty machinery and broken strings, this is next best thing to running through your local tar pit. Those still digging their way out from listening to too much of that THIGHS tape may have to wait a while longer. There’s nowhere to go but down with these sounds.

Je venais tout juste de ramasser les derniers éclats laissés par la première déclaration de guerre de Tired qu’une nouvelle vague boueuse est venue traverser mes tympans. La technique de Josh Bastien – le guitariste préféré de Deirdre de Pleasence selon un numéro récent de Offerings – est totalement dévastatrice : des trous brûlants perforent les haut-parleurs. Les cerveaux n’ont jamais été aussi dispersés depuis la dernière écoute de Drainolith. Les démolisseurs Seeger et Shapiro ont dégagé les décombres pour que Jesse puisse scander leur slogan au son d’applaudissements assourdissants, ensevelissant tout dans un fond en fusion de machineries lourdes et de cordes cassées. Après s’enfoncer dans votre fosse de bitume locale, c’est ce qu’il y a de mieux. Ceux qui cherchent toujours à remonter après avoir écouté trop de THIGHS devront attendre encore. Avec ces sons, on ne peut que descendre.


Tired – Tired


Tired – Murder Acquital

New Canadiana :: Edie Bread // Darren Wantz – Split Tape

Edie Bread // Darren Wantz - Split Tape

Frequent collaborators Raff McMahan and Jean Sebastien Audet take turns staring into paisley coloured pastures as they assemble strips of magnetic lysergia. Jean’s turn as Darren Wantz plays out under dimmed lights with bargain bin VHS tapes rolling in the background. Memories of summer flash by as we become lost in the disarming melodies. Edie Bread lifts the melancholic mood with a touch of fuzz and a warbling set of hooks that is sure to turn a soft crush into an all out gripper’s obsession. Dig in to another golden entry from these two prolific minds.

Les collaborateurs habituels Raff McMahan et Jean Sebastien Audet se relaient pour contempler les pâturages à motifs cachemire en assemblant des bandes de lysergide magnétique. Sous le pseudonyme de Darren Wantz, Jean s’exécute sous les lumières tamisées au son de cassettes VHS en liquidation. Des souvenirs d’été jaillissent alors que nous nous perdons dans les mélodies désarmantes. Edie Bread égaie l’atmosphère mélancolique d’une touche de fuzz et de trilles accrocheuses qui transformeront à coup sûr votre doux béguin en une obsession pure et simple. Laissez-vous entraîner par cette nouvelle proposition en or de ces deux esprits prolifiques.


Edie Bread – Jehri Curlies


Darren Wantz – All Myne

New Canadiana :: Try Harder – Try Harder

Try Harder - Try Harder

A set of fuzz-filled gems escape their garage confines in search of new ears to ring. Surging past like volts on an overpowered grid, these songs launch a second wave of slanted riffs. Rumbling basslines send their transmissions from one side of town to another, infiltrating the daily hums of those caught en route. Orchestrated by a stellar group featuring members of PS I Love You, Old Haunt, Hand, and False Face, these pop electricians have rewired the sonic currents. It’s up to us to flick the switch and enjoy.

Des bijoux pleins de fuzz s’échappent des confins de leur garage à la recherche de nouvelles oreilles à faire bourdonner. Déferlant comme de l’électricité dans une grille survoltée, ces chansons lancent une deuxième vague de riffs obliques. Les grondements de la basse envoient leurs émissions d’un côté à l’autre de la ville, s’infiltrant dans les fredonnements quotidiens de ceux qui se font attraper en chemin. Formé de membres de PS I Love You, Old Haunt, Hand, et False Face, cet extraordinaire groupe d’électriciens du pop a recâblé les courants soniques. À nous d’appuyer sur l’interrupteur et d’apprécier.


Try Harder – Second Wave


Try Harder – Bad Earth Angle

New Canadiana :: Seashells – The Fondness of a Memory

Seashells-The_Fondness_of_Memory-web.jpg

Disorienting and sometimes harsh zones are par for the course when digging through the Inyrdisk crates, but this latest release from Seashells throws its curveball in the form of unassuming pop precision. Soft strums brush off our troubles with a melodic sleight of hand. Teresa Daniele’s vocals announce their calming presence without waking the silent spaces. Cut through your radio static and pay close attention to how the signal mixes with the hushed breeze outside. Your unfound memories from simpler times will transcend the clock through these saccharine gems.

Des zones déroutantes et parfois discordantes sont courantes quand on cherche parmi les boîtes d’Inyrdisk, mais cette récente sortie de Seashells lance sa balle courbe avec une précision de pop modeste. Des grattements doux écartent nos difficultés avec une dextérité mélodique. Les voix de Teresa Daniele annoncent leur présence calmante sans réveiller les espaces silencieux. Choisissez votre radio statique et prêtez attention à la manière dont le signal se mélange avec la brise feutrée à l’extérieur. Vos souvenirs cachés de temps plus faciles transcenderont l’horloge grâce à ces pierres précieuses saccharines.

Seashells – Westbound Train

Seashells – If Tomorrow

New Canadiana :: Man Meets Bear – Dark Side of Buffalo Comets

Man Meets Bear - Dark Side of Buffalo Comets

Travelling songbooks wash their way across northern shores, propelled by melodic winds and calming tides. Cosmic energy slides through organic terrain as lifted spirits awake from their slumber. Vast palettes of sound transform our worn-down trails into paths of of psychic discovery. Warm thoughts stick with us as we unravel the foreign spaces sleeping in our imagination, hidden in the textures of each song. Islands of beauty descend upon our memory before flashing through the unattainable grasp of our senses. Avoid the metaphysical barriers and grip quickly.

Des recueils de chansons trouvent leur chemin sur le dos de vagues du Nord, propulsés par des vents mélodiques et des marées apaisantes. De l’énergie cosmique glisse sur un terrain organique tandis que des esprits élevés sortent de leur torpeur. De vastes palettes de son transforment nos sentiers défoncés en des chemins de découvertes psychiques. Des pensées chaleureuses restent dans nos têtes alors que nous découvrons les espaces étrangers dormant dans notre imagination, cachés dans la texture de chaque chanson. Des îles de beauté descendent sur notre mémoire avant d’apparaître dans l’inatteignable compréhension de nos sens. Évitez les barrières métaphysiques et attrapez ça rapidement.


Man Meets Bear – Sirius


Man Meets Bear – Leave the Body