Tag: heather rappard

Video :: Old and Weird – All of My Friends [Dir. Heather Rappard]

Weird_Canada-Old_and_Weird-Friends_Video

As a landlocked Albertan since birth, oceanic inspirations remain an elusive distance. What’s it like growing up near the sea? Halifax director Heather Rappard departs from her grainier, art house experiments for a spin-the-bottle-awkward trip to gallery with fellow Haligonian creative types, Old and Weird. Mildly Lewisian in its goshdarn playfulness, “All of My Friends” sums up everything wrong with our generation in the only way possible: booze, art and internet memes. But hey, what do all the squares in the world know anyway? Like the gals tell us: “As long as I’m happy I’ll be happy…er, whatever.”

Pour un Albertain enfermé dans les terres depuis sa naissance, les sources d’inspirations océaniques demeurent à une insaisissable distance. Comment est-ce que de grandir près de la mer? Heather Rappard, la réalisatrice d’Halifax, s’éloigne de son style granuleux et expérimental en faveur d’un voyage à la galerie d’art (qui s’avère être aussi embarrassant qu’une partie de jeu de la bouteille) avec des créatrices elles aussi Haligoniennes, Old and Weird. Passablement Lewisien dans son sacré enjouement, “All of My Friends” résume tout ce qui ne va pas avec notre génération de la seule façon possible : à force d’alcool, d’art et de mèmes internets. Mais hé, qu’est-ce que tous les gens assommants du monde savent de toute façon? Comme les filles nous le disent : “As long as I’m happy I’ll be happy… er, whatever.”

Video :: Broken Deer – My Heart’s In The Highlands [Dir. Heather Rappard]

Lindsay Dobbins - Video

In Halifax-based videomaker Heather Rappard’s latest work, the black, feral woods of Halifax act as a stand-in for the Yukon, where artist Broken Deer (Lindsay Dobbin) recorded her fifth album Polaura. “My Heart’s In the Highlands” acts as both an elegy and an incantation for places remembered, and the video echoes these sentiments shot for shot. The video’s central figure (played by actress Erika Ellsworth) gazes out windows and pauses within the cool blackness of the forest, conveying a wordless loneliness simply through the slope of her neck and movements of her body. The black and white film crackles and sputters and the skeletal sound of a piano plays against Dobbin’s tiny, haunted voice. The girl wanders deeper into the woods, the film crinkles and fuzzes out in an ecstacy of madness, and a body is stretched out on a rock, channeling Ophelia. Or maybe it’s an grateful supplication to her rightful home. Both Rappard and Dobbin have a knack for deriving comfort from barren, alien landscapes, and the pain and glory of the artist’s isolation.

Dans la dernière création de la vidéaste d’Halifax Heather Rappard, les forêts sombres et sauvages d’Halifax remplacent le Yukon, où l’artiste Broken Deer (Lindsay Dobbin) a enregistré son cinquième album Polaura. “My Heart’s In The Highlands” est à la fois une élégie et une incantation pour les lieux remémorés, et la vidéo reflète ces sentiments plan sur plan. Le personnage principal de la vidéo (joué par l’actrice Erika Ellsworth) contemple par les fenêtres et s’arrête dans la fraîche noirceur de la forêt, transmettant une solitude muette simplement par l’angle de son cou et les mouvements de son corps. Le film noir et blanc crépite et grésille et le son squelettique d’un piano joue contre la minuscule voix hantée de Dobbin. La jeune fille erre plus loin dans les bois, le film se froisse et se voile dans une extase de folie, et un corps est étendu sur un rocher, évoquant Ophélie. Ou peut-être est-ce une supplication reconnaissante à sa résidence légitime. Rappard et Dobbin ont toutes deux un talent pour inspirer le confort dans les paysages arides et étranges, et la douleur et la gloire de l’isolation de l’artiste.

Video :: Hey Mother Death – Desert of Trees and Water [Dir. Heather Rappard]

Heather Rappard
Sustaining the séance of their debut cassette, spectre-beat duo Hey Mother Death find Gondry/Björkian symmetry with chromatic visionary Heather Rappard. These ghostly exposures link up so perfectly with the spellbinding whispers, scorched guitars and splintered trip-hop that it’s difficult to imagine one without the other. This one screams Serious Art from start to finish, with nary an ironic wink in sight.

New Canadiana :: Passion Party – EP

Perverted freaks coast to coast rejoice. Passion Party is the sound of infatuation: a late-night solo mission to peek through the blinds of your neighbourhood cutie while she sleeps. This is night vision synth-pop obfuscated by tape scum to soundtrack the graveyard shift at your local Couche-Tard. Like a finger-steam love letter written on glass, Chris Keys’ leering come-ons will send a chill up your vertebrae. Complete with black lace garter from Heather Rappard.

Les excentriques pervers d’une côte à l’autre, faites la fête. Passion Party est le son de la toquade: une mission solo en nocturne pour jeter un coup d’œil dans la fenêtre de ta voisine canon. C’est le synth-pop vision-nocturne embrouillé par l’écume de cassette pour devenir la bande-son de ton équipe de nuit au Couche-Tard de ton coin. Comme une lettre d’amour de vapeur écrit sur le verre, les flirts lorgnants de Chris Keys vont te donner les frissons dans ta vertèbre. Avec une jarretelle noire en dentelle de Heather Rappard.

Passion Party – Dark Sexuality

Passion Party – SECRET SEXXX

Video :: Transfixed – Physical Demands [Dir. Heather Rappard]

Screen Shot 2016-08-18 at 2.26.46 PM

When the last vestiges of PiG transpired within the historic vortex of creative matter, Transfixed launched straight into the digital ether with a triumvirate of Kraftwerkian oblation. Paired with Meat Curtains’ Heather Rappard, “Physical Demands” emerges a linear behemoth, orthogonal to the layered VHS cut-ups marking its birth into the visual realm. Both audio and visual straddle the delicate lace wrapping the hypersurface of the present, grafting the temporally-obscured tension onto our misaligned anti-conscious. An inspiring correlation for the visually adventurous.

Quand les derniers vestiges de PiG se sont passés dans le tourbillon historique de la matière créative, Transfixed s’est lancé directement aux cieux numériques avec un triumvirat d’oblation à la Kraftwerk. Jumelé avec Heather Rappard de Meat Curtains, “Physical Demands” émerge en tant que géant linéaire, orthogonal aux couches de montages VHS qui marquent son naissance dans le royaume visuel. L’audio ainsi que les visuels chevauchent la dentelle délicate qui enveloppe l’hypersurface du présent, en greffant la tension dissimulé par le temps sur notre anti-conscience décalée. Une corrélation exaltante pour ceux qui aiment les aventures visuelles.