Tag: healing power records

Ephemera :: Brodie West

Weird_Canada-Ephemera-Cassettes-35

Back a few seasons ago, while he was preparing to decamp to Hamilton, we ducked into the Kensington Market apartment of Brodie West, leader of the avant-calypso all-star band Eucalyptus. Brodie keeps busy as a father, saxophone soloist and sideman with many units, including Drumheller, The Ryan Driver Sextet, and the Lina Allemano 4 locally (and with legends like The Ex, Han Bennink and Getatchew Mekuria internationally). We spoke about banjo-ukuleles, grandmothers, cassettes (spooled and unspooled), and the nuances of heating foil as Brodie showed us the objects that inspire and move his art.

Album

Weird_Canada-Ephemera_of_Brodie_West-29
This the second 10″ Eucalyptus has done. The art’s a collaboration again with Sandy Plotnikoff and Seth, just like the first one. They’re all handmade, and each has slight variations with the design.

Stamp

Weird_Canada-Ephemera_of_Brodie_West-30
This is the stamp used for the face on the record. It was really fun to make all the little decisions about which foil, what colour to use… we tried so many things, I still have a bag of leftover foil bits. Just getting the right temperature was also tricky… we had to find out as we went along what was going to work and what didn’t, cause Sandy has a lot of foil options, but not all of them were sticking. And the other thing was dealing with the heat, how much it heats the record up. People have asked if that’s meant as a picture of my son Willie, but it kind of just came together that way. Seth brought a few options for different directions to go and we just made a quick decision. This one seemed really fun and playful… Sandy and I actually made a video of the record spinning, ’cause it actually pulsates, it shimmers in a really cool way as it’s spinning around and catches the light.

Fuzzy + Tape

Weird_Canada-Ephemera_of_Brodie_West-31
We had this as part of our series of release gigs at Hirut. One of the nights was my son’s first birthday, so this is something that Meagan LaCroix made to give to him. This is a character of Seth’s, from the movie Asphalt Watches. Megan liked the film and made a reproduction of this guy. The tape it’s resting on was something Sandy gave me for my birthday eight or so years ago. It’s a tape of the band Blurt.

Charts

Weird_Canada-Ephemera_of_Brodie_West-32
These are the charts for some of the songs. There aren’t arrangements for every member of the band. I mostly say, ”here’s the tune", and then we rehearse and talk about the arrangements. I wish I could say everything everyone needed to know right from the beginning. That’s the ultimate aim, but I’m learning as I do it. Ryan Driver’s really good at seeing what little thing I missed, what little details aren’t there, because he really reads. He’s a good person to test your accuracy with.

Sax

Weird_Canada-Ephemera-Sax34
Weird_Canada-Ephemera-Sax33
My mom bought this for me when I was in high school. She was a high school teacher and she knew a student who was selling his horn. I was fourteen or fifteen when I got it and I was lucky to get a really nice one straight from the beginning. It’s been amazing to have one horn all that time. It’s certainly a precious thing, and it has a lot of nice details on it in the engraving.

Cassettes

Weird_Canada-Ephemera-Cassette-35
I like cassettes a lot. To have stuff like CCMC, a lot of Healing Power, and things that I found in Ethiopia. I’ve been there three times. The first time we didn’t have any gigs, but the second time we played in big theatres and everything. I’ve been playing with Getatchew Mekuria and The Ex for almost ten years now. The first album with Getachew, there was a cassette edition for Ethiopia, made for sale in Addis. I think they made 3000, because that was the smallest amount the label would do!

Mighty Blue

Weird_Canada-Ephemera_of_Brodie_West-37
My grandmother taught me how to play ukulele. She gave me a George Formby book, she was really into him. He played banjolele, which is what this is. This was something she left to me in her will… she must have found it at a garage sale. I don’t play it any more, not much. I did play it with Zebradonk. My grandmother’s name was Lorna, so that’s why my label’s name is Lorna Records. She had a lot of musical instruments and she loved music. She took me under her wing as soon as I started showing any interest in music. She was the first to teach me jazz songs, 30’s-style tunes. She subscribed to sheet-music magazines and she always had music in her house, a piano in the living room so the whole family with six kids would sing together. A really cool grandma, and really outgoing. She was a big influence on me.

Il y a de cela quelques saisons, lorsqu’il se préparait à décamper pour Hamilton, nous avons fait une escapade à l’appartement de Brodie West, leader du groupe étoile avant-calypso Eucalyptus, dans Kensington Market. Brodie est un homme occupé par la vie de père, de saxophoniste soliste et de collaborateur à plusieurs ensembles, dont Drumheller, The Ryan Driver Sextet, et Lina Allemano 4 sur la scène locale (et avec des légendes comme The Ex, Han Bennink et Getatchew Mekuria sur la scène internationale). Nous avons jasé de banjo-ukulélé, de grand-mères, de cassettes (bobinées et débobinées), et des nuances sur une pellicule sous l’effet de la chaleur pendant que Brodie nous présentait les objets qui inspirent et donnent forme à son art.

L’album

Weird_Canada-Ephemera_of_Brodie_West-29
C’est le deuxième vinyle de 10 po qu’Eucalyptus a fait. L’illustration est encore une fois une collaboration avec Sandy Plotnikoff et Seth, tout comme pour le premier. Ils sont tous faits main et le design de chacun varie un peu.

L’étampe

Weird_Canada-Ephemera_of_Brodie_West-30
Cette étampe est utilisée sur le dessus de l’album. C’était vraiment génial de prendre toutes les décisions sur la sorte de pellicule, le choix de couleur… On a essayé tellement de choses, j’ai encore un sac de retailles de pellicules. Obtenir la bonne température était laborieux… on devait apprendre au fur et à mesure ce qui fonctionnait ou pas parce que Sandy offre beaucoup d’options de pellicule. L’autre aspect était de manipuler la chaleur et de savoir quelle quantité de chaleur l’album pouvait tolérer. Les gens m’ont demandé s’il s’agissait d’une représentation de mon fils Willie, mais je crois que c’est juste sorti comme ça. Seth a proposé différentes avenues et nous avons pris la décision rapidement. L’idée semblait amusante et joviale… Sandy et moi avons même filmé l’album pendant qu’il tourne puisqu’il fait des pulsations. Il scintille d’une façon vraiment cool et, en tournant, reflète la lumière.

Toutou + Cassette

Weird_Canada-Ephemera_of_Brodie_West-31
Nous avions ceci pendant notre série de représentations de lancement au Hirut. L’anniversaire de mon fils a eu lieu un de ces soirs, Meagan LaCroix l’a fabriqué pour lui en faire cadeau. C’est un personnage de Seth’s, du film Asphalt Watches. Megan a aimé le film et a fait une version en peluche de ce personnage. La cassette sur lequel il repose est un truc que Sandy m’a donné pour mon anniversaire il y a environ huit ans. C’est une cassette du groupe Blurt.

Feuilles de musique

Weird_Canada-Ephemera_of_Brodie_West-32
Ce sont les feuilles de musique de certaines chansons. Je n’ai pas d’arrangement pour chaque membre du groupe. En somme, je dis « voici l’air », puis on pratique et on discute des arrangements. J’aimerais pouvoir expliquer à tout le monde ce qu’ils ont besoin de savoir dès le départ. C’est le but ultime, mais j’apprends au fur et à mesure. Ryan Driver a vraiment l’œil pour voir les petits détails que j’oublie, étant donné qu’il lit vraiment. Il est la personne idéale pour vérifier sa justesse.

Sax

Weird_Canada-Ephemera-Sax-34
Weird_Canada-Ephemera-Sax-33
Ma mère me l’a acheté quand j’étais au secondaire. Elle était une enseignante au secondaire et elle connaissait un élève qui voulait vendre son instrument. J’avais quatorze ou quinze ans et j’ai eu la chance d’en avoir un bon dès le départ. Ce fut génial d’avoir un sax tout le temps. C’est vraiment un objet précieux, et il a beaucoup de gravures détaillées.

Cassettes

Weird_Canada-Ephemera-Cassettes-35
J’aime beaucoup les cassettes. Avoir des trucs comme CCMC, beaucoup de Healing Power, et d’autres choses que j’ai trouvées en Éthiopie. J’y suis allé trois fois. La première fois je n’avais pas de concert, mais la deuxième fois, on a joué dans de grandes salles et tout. Je joue avec Getatchew Mekuria et The Ex depuis presque dix années. Au premier album avec Getachew, on a fait une édition sur cassette pour l’Éthiopie pour la vente à Addis. Je crois qu’ils en ont enregistré 3000 parce que c’était le nombre minimal que la maison pouvait faire!

Mighty Blue

Weird_Canada-Ephemera_of_Brodie_West-37
Ma grand-mère m’a appris à jouer le ukulélé. Elle m’a donné un livre de George Formby,elle l’aimait vraiment. Il jouait du banjo-ukulélé, et c’en est un. Elle me l’a donné en héritage… elle l’a probablement trouvé dans une vente-débarras. Je n’en joue plus vraiment, mais j’en ai joué avec Zebradonk. Ma grand-mère s’appelait Lorna, c’est pourquoi le nom de la maison de disques est Lorna Records. Elle avait beaucoup d’instruments et adorait la musique. Elle m’a prise sous son aile dès que j’ai commencé à montrer de l’intérêt pour la musique. Elle a été la première à m’apprendre du jazz, des airs des années 30. Elle s’est abonnée à des revues avec des feuilles de musique et il y avait toujours de la musique dans la maison, un piano au salon pour que toute la famille puisse chanter ensemble. Une grand-mère vraiment cool et dégourdie. Elle a eu une grande influence sur moi.

New Canadiana :: Tasseomancy – Palm Wine Revisited

Weird_Canada-Tasseomancy-Palm_Wine_Revisited

One step beyond madness lays ecstasy. Beyond the 3D, 4D, 4AD, beyond Kate Bush, the Burning Bush, beyond hungry ghosts howling over ethereal darkwave … beyond freaks, and future folk, and avant dark synthesis. Beyond Beyond Beyond – the Lightman sisters’ voices sublimely converge. 10 disembodied chorales fill up limitless space. Synthesizers, and steelpans drone. Two twins singing a soundtrack to the killing and creating of worlds, from behind the veil, seated outside the reach of both. The Palm wine makes the colours brighter, the visions more vivid, and reality clearer.

Un pas par-delà la folie se trouve l’extase. Par-delà la 3D, la 4D et 4DA, par-delà Kate Bush et la bouche de Yahvé, par-delà les fantômes affamés qui hurlent sur du darkwave éthéré… par-delà les freaks, le folk futuriste et la sombre avant-garde synthétique. Par-delà Par-delà Par-delà – là où convergent sublimement les voix des sœurs Lightman. Dix chœurs spectraux remplissent l’espace infini. Sur fond de synthés et de steeldrum. Derrière le voile, reposant hors d’atteinte l’une de l’autre, deux jumelles chantent la trame accompagnant la mort et la naissance d’univers. Le vin de palme rend les couleurs plus brillantes, avivent les visions et éclaircit la réalité.

Tasseomancy – Braid. Wind Is Coming

Tasseomancy – The Grass Harp

New Canadiana :: Various Artists – The Many Moods of Healing Power Records

Weird_Canada-The_Many_Moods_of_Healing_Power.jpg

Beating deeep within Toronto’s vast underground for roughly half a decade, Healing Power has been shining strong with a sunny alternative to all manner of rock bands and the often stark and self-admittedly alienating experimental sounds permeating from the city. A small selection of the moods you’ll find in this highly eclectic 80-minute flow include colourful electronic pop with daring vocals (Petra Glynt, Bile Sister), psychedelic synth showers (Wildlife Rodeo, Hover Puffin), soaring avant-folk (Jennifer Castle, IC/JC/VC), and post-jazz sub-bop (Brodie West, Gravitons). Stranger still, more undefinable drones, tones and sound poems are provided by long-running mainstays of the Toronto scene (Fleshtone Aura, Man Made Hill, Skull Bong). If you’ve ever needed a tangible connection to Toronto’s heavenly underground, you couldn’t find yourself a better obelisk than this cassette.

Les profonds souterrains de Toronto vibrent au rythme de Healing Power depuis près de cinq ans – faisant briller fortement sa solution ensoleillée à tous les types de groupes rock et aux tonalités souvent dures et volontairement aliénantes des sons expérimentaux qui s’infiltrent depuis la ville. Quelques-uns des états d’âme qu’on retrouve dans ces 80 minutes très éclectiques comprennent de l’électro-pop coloré avec des voix audacieuses (Petra Glynt, Bile Sister, des douches de synthétiseurs psychédéliques (Wildlife Rodeo, Hover Puffin), de l’avant-folk planant (Jennifer Castle), IC/JC/VC) et du post-jazz sub-bop (Brodie West, Gravitons). Plus étrange encore, du drone, des tonalités et des sons-poèmes indéfinissables sont offerts par des piliers vétérans de la scène torontoise (Fleshtone Aura, Man Made Hill, Skull Bong). Si vous avez jamais éprouvé le besoin d’une connexion tangible avec le souterrain céleste de Toronto, cette cassette est le meilleur obélisque que vous puissiez trouver.


<class=”audioTrack”>New Chance – Desperation


<class=”audioTrack”>Toblerone Boys – Nugget Vacancy

New Canadiana :: Guy Dallas – Words Like Violence

Weird_Canada-Guy_DallasWeird_Canada-Guy_Dallas-thumb

We enter the longest hallway at an abrupt keel to the darkness on the other side of nine-to-five. Subterranean house four-counts with a delinquent rolling eighth. Stillness in the pitch passageway, as hundreds of human beings thrash in ecstasy or despair. The underworld divides into simultaneous movement/stasis. Translucent layers collide, revealing architectural narratives orbiting slowly through the smoke. Melodic taut steel springs and mercenary vocal samples drive our well-oiled bodies into endless production. Moving our hands in frenetic flurries, we tense and bend to the merciless handclap. The jack, the roll, the keep-pushing-on.

Nous pénétrons dans le plus long des couloirs, avec un chavirement brusque dans la noirceur à l’envers du neuf à cinq. Des maisons souterraines abritent des mesures à quatre temps et des mesures à huit temps délinquantes. C’est le calme dans les couloirs rythmiques, alors que des centaines d’humains commencent à se débattre d’extase ou de désespoir. Les Enfers se divisent, à la fois en mouvement et immobiles. Des couches translucides entrent en collision, révélant des récits architecturaux qui gravitent lentement à travers la fumée. Des ressorts tendus d’acier mélodiques se cassent et des échantillons vocaux mercenaires conduisent nos corps bien huilés dans une production sans fin. Bougeant nos mains en rafales frénétiques, nous nous crispons et nous plions aux impitoyables applaudissements. La prise, le roulement, le mouvement continuel.


Guy Dallas – Words Like Violence


Guy Dallas – Dagyaldem