Tag: electro

New Canadiana :: ILLER/VIRTUAL FLANNEL

Weird_Canada-virtual_flannel

Compelled to the point of happy-stance, these electro-experimenters exhume the currential bravado of B(oh)rlesque ingenuity and cast it in the au courant veil of colorful modalities. What remains after the lull… those carapaces of lurid and languid evenings; everything as one flying reel of a memory of a night. Dirty Tapes has done it again, our (not-so) southernly compatriots curating the soft-serve beats oftentimes lost to the whirling overture of everything else that we northernlies have to offer. Beats as currency, the dollar at an all-time high.

Contraints avec plaisir, ces électro-expérimentateurs exhument le bravado mouvant d’ingénuosité B(oh)r-lesque et le jette dans le voile de modalités colorées connu. Ce qu’il reste après l’accalmie… ces carapaces de soirées obscènes et languides; des souvenirs qui passent aussi vivement qu’une pellicule cinématographique. Dirty Tapes nous épate à nouveau, nos compatriotes du (pas si loin au) sud agencent les rythmes glacés-mous souvent perdus parmi l’ouverture tourbillonnante de tout le reste que nous les nordistes avons à offrir. Le rythme en tant que monnaie, le dollar plus élevé que jamais.

Iller – Never Again

Virtual Flannel – Ride Wid Me

Video :: New Love Underground – “Prom Night Break Up”

New_Love_Underground-Prom_Night-webNew_Love_Underground-Prom_Night-thumb

It’s hard not to fawn over the cloying melodrama of New Love Underground’s “Prom Night Break Up”. They use the forest to frame quick and poignant shots weaving in and out of a synth dream ballad. Nearly four minutes of bouncing between catharsis and nostalgia; a contrast we know and love. Regardless of how your prom night turned out, there is a schmaltz about this video that we can all relate to.

Difficile de ne pas lécher les bottes du mélodrame mièvre qu’est Prom Night Break Up de New Love Underground. Le duo utilise la forêt afin de cadrer des clichés instantanés poignants qui se faufilent à travers une ballade onirique sur synthétiseur. Cette dernière représente près de quatre minutes de rebondissements entre la catharsis et la nostalgie; un contraste familier qu’on aime. Peu importe comment s’est terminé votre bal de finissants, il y a, dans cette vidéo, un sentimentalisme auquel on peut tous s’identifier.

New Canadiana :: Various – LNP – Compilation 2

Weird_Canada-LNP-Compilation_2

White. A cavernous room bathed in light. When you make your selection a drawer suddenly juts out from the infinite whiteness. Some selections gleam, like a brand-new super-efficient Porsche. Others are more clunky, but intriguing in their analogue peculiarity. Some remind you of sweaty nights on the techno dance-floors of Chicago. Then there’s the one that brings back memories of the time in Berlin.

So many synths, so many styles. Finally, you decide. Yes, that one is perfect for your Terminator vs. Bladerunner flick.

Blanc. Une salle caverneuse baignée de lumière. Au moment de faire votre choix, un tiroir jaillit de la blancheur infinie. Certaines sélections brillent, comme une Porsche neuve et incroyablement performante. D’autres, moins rutilantes, vous intriguent par leur bizarrerie analogue. Quelques-unes vous rappellent ces nuits humides sur les pistes de danse techno de Chicago. Sans oublier cette dernière au contact de laquelle refont surface vos souvenirs du temps à Berlin.

Tant de synthés, tant de styles. Finalement , vous vous décidez. Oui, celle-ci sera parfaite pour votre prochain film, Terminator vs. Bladerunner.

Robert T. – 1977

Transmit – Frozen Time

Ex Libris // New Canadiana :: Treephones – Mute Swan // Trumpeter Swan

Weird_Canada-Treephones-Trumpeter_Swan

Who needs a music video when you can read a graphic novel? Treephones’ Mute Swan/ Trumpeter Swan album takes digital narratives to new heights – a beautiful journey to take by ear, but one that is enhanced by reading the graphic novel accompaniment. Atmospheric sound creates a dreamy haze with overlapping, at times muted, at times trumpeting elements that combine for a sound that is unique yet familiar. Raw elements create a feeling of live urgency and a surreal sense that it could be different the next time you listen to it. Fly away with it.

Qui a besoin d’un vidéoclip quand on peut lire une BD roman? L’album Mute Swan/Trumpeter Swan de Treephones amène la narration numérique vers de nouveaux sommets: un magnifique voyage pour l’oreille, bonifié par la lecture de la BD roman qui l’accompagne. L’atmosphère sonore nous enveloppe dans un rêve rempli d’éléments qui parfois s’entrecroisent, se taisent ou explosent, mais toujours se mélangent pour créer un son unique, bien que familier. Les éléments bruts créent un sentiment d’urgence et une sensation surréelle que la prochaine écoute pourrait être différente. Laissez-vous porter.

Treephones – Enclyclopedia of Birds/ Physical Archives Sector

Treephones – Static/ Cellular Automata

Weird_Canada-Treephones-Mute_Swan-Cover

New Canadiana :: Claudio – Long Weekend

This new supra formation of fringeward minds takes a slice of sleaze from Man Made Hill and channels his sexual purity through a classic electro lens. Claudio sees our favorite synth-funk predator fuzed with Bennifer‘s Jacob Harwood, a pairing of extravagant space and narrative that grants Long Weekend solice amongst rare instrumental jammers of its calibre. Guaranteed to jack your Radioshack™ speakers and sizzle the chromium dioxide plating their groove. Lovingly packaged in a die-cut J-Card and produced for maximum dance-floor overdrive by Brandon Hocura.

Cette nouvelle supra-formation de têtes marginales prend une pointe de vulgarité de Man Made Hill et transforme sa pureté sexuelle avec une lentille classique électro. Claudio trouve notre préféré prédateur de synthé-funk mêlé avec Jacob Harwood de Bennifer, un jumelage de l’espace et de récit extravagants qui donne le réconfort à Long Weekend parmi les musiciens rares instrumentaux de leur qualité. C’est garanti d’exploser tes haut-parleurs de Radioshack™ et de cuisiner le dioxyde de chrome qui les plaquent. Emballé avec soins dans une pochette imprimée et fait pour la vitesse maximale sur la piste de danse par Brandon Hocura.

Claudio – 20Wenty

Claudio – Long Weekend

New Canadiana :: Smoki Tygr – Cybrtygr

Smoki Tygr (a.k.a. Smoky Tiger) was sent on a mission to follow the gospel of our holy prophets and save the rest of Manitoba, the prairies, and possibly North America. Meanwhile, he’s fighting with copyright laws for the good and entertainment of the common person, leading an ornery crowd in a sing-a-long and making them roll around in laughter, incapacitated. Finally, after a long bout of crime fighting, at some drinking establishment or art space, he sings our Canadiana lessons. Yes, ‘tis nothing but a peaceful day here in the greater Manitoba area, thanks to Smoki Tygr and his robotic companion.

Smoki Tygr (alias Smoky Tiger) fut envoyé en mission pour suivre le gospel de nos prophètes sacrés et sauver le reste du Manitoba, les prairies et possiblement l’Amérique de Nord. Pendant ce temps, il se bat avec les lois de droits d’auteur pour le bien et le divertissement de la personne commune, menant une foule entêté dans un chant à répondre et les faisant se rouler à terre à force de rire, impuissant. Finalement, après une longue période à combattre le crime, à quelconque établissement de boisson ou espace d’art, il chante nos leçons Canadiennes. Oui, c’est rien de plus qu’une journée paisible ici dans la grande région du Manitoba, merci à Smoki Tygr et son companion robotique.

Smoki Tygr – 300 pds

Smoki Tygr – Terry Fax

New Canadiana :: Jef Barbara – Contamination

Huge late-pass on this monster groove. Between the subtle hushes of “cocaine love” and damaged guitar slank of “Larmes de crocodile” resides the sequenced genius of Jef Barbara. The subtle streams of pop consciousness run rampant in Barbara’s work; somehow existing in a nether-genre equally perplexing as inastiable. Contamination‘s surreal jaunt through NRG minimalism will wreck the havoc of permanence as you clamour for softer heights amongst Montreal’s erotic synth explosion (complete with cameos from Femminielli and JLK).

J’suis super en rétard avec cet énorme morceau. Entre les silences subtiles de “cocaine love” et la puanteur brisée de guitare de “Larmes de crocodile” reste le génie séquencé de Jef Barbara. Les flots subtils de conscience pop se répandent partout dans le travail de Barbara; d’une manière ou l’autre ils existent dans un mi-genre qui est aussi déconcertant qu’insatiable. La balade surréelle de Contamination à travers le minimalisme NRG va anéantir le chaos de permanence pendant que tu cries pour voir les hauteurs plus douces parmi l’explosion synthé érotique de Montréal (même avec les brèves apparitions de Femminielli et de JLK).

Jef Barbara – Larmes de Crocodile

Jef Barbara – Wild Boys

Departures :: Ken Lewis – Cosmic Cars b/w Best Beat

Ken Lewis’ reverent cover of Cosmic Cars released in 1982, the same year as the original Cybotron 45, proves that people were almost immediately feeling Juan Atkins’ electric ripples just North of the assembly line. Released on Scorpio Records, home of countless dubious disco, boogie rap and dub records with peculiar provenance, Ken’s whip is more deluxe DeLorean than hot Spinner, his cruising spin more Grace Jones than The Normal. Although his version almost mechanically reproduces the original, it feels like a glossy photograph of a photocopy; the recording less raw and in-the-red, the drum machine less biting, the cold-creep synth noises replaced by a cold-sweat guitar riff. Still, Ken’s facsimile evokes a dystopian future, not the super-industrial cyber-sexuality of Cronenberg, but a world of simulacra coated in a vacuous veneer of replicated pleasures, like Ryu Murakami’s depictions of Tokyo. Still this record bumps and burns when played loud, so thumb a ride if you ever see this avant-coupe roll by.

La couverture révérencieuse de Cosmic Cars par Ken Lewis sortie en 1982, la même année que l’original Cybotron 45, prouve que les gens sentaient presque immédiatement les ondulations électriques de Juan Atkins juste au Nord de la ligne d’assemblée. Sortie sur Scorpio Records, le foyer d’innombrable disco douteux, de rap boogie et d’enregistrements mixés de provenance particulière, Le fouet de Ken est plus de luxe DeLorean que le chaud Spinner, sa rotation de voyage plus Grace Jones que The Normal. Malgré que sa version reproduit presque mécaniquement l’original, on dirait une photographie reluisante d’une photocopie; l’enregistrement moins brut et dans-le-rouge, la batterie moins mordante, les bruits de synth froids rampant remplacés par des riffs de guitare de sueurs froides. Mais encore, le facsimilé de Ken évoque un futur dystopique, pas la cyber-sexualité super industrielle de Cronenberg, mais un monde de simulacres givré dans un vernis vacant de plaisir répliqués, comme la description de Tokyo par Ryu Murakami. Mais encore, ce record heurte et brûle quand il est joué fort, alors faites du pouce pour une promenade si vous voyez cet avant-coupe passer.

Ken Lewis – Cosmic Cars

New Canadiana :: D’EON – Palinopsia

DEON-palinopsia.jpg

In the months after melting minds during Wyrd Alberta this April, Haligonian turned Montrealer Chris D’eon has ascended to new levels of spiritual unity. This week sees the long-awaited physical manifestation of the Palinopsia LP, and unsurprisingly, it’s just as beguiling as catching the cosmic joker in the flesh. Cleanse yourself in the shimmering waters of the broke-but-blissed anthem “Recession Proof ($40 Pay Cheque)” and incandescent g-funk of “Keep The Faith”, then level-up for the war-as-videogame banger “Kill a Man With a Joystick in Your Hand.” Refracting the squiggly synths of A Rainbow In Curved Air through the prism of 1990s House and R&B, D’eon conjures a kaleidoscopic ying yang of the past and future in posi vibed embrace. [Levin’s Note: GOAT 2010. Grip an album with a credit card in your hand.]

Dans les mois après avoir fondu les visages à Wyrd Alberta cet avril, l’haligonien-devenu-montréalais Chris D’eon s’est élevé aux nouveaux niveaux d’unité spirituel. Cette semaine on verra la manifestation physique longuement attendue du LP Palinopsia, et il n’est pas surprenant qu’il est aussi séduisant que voir le plaisantin cosmique en chair et en os. Lavez-vous dans les eaux dansantes de l’hymne fauché-mais-bienheureux “Recession Proof ($40 Pay Cheque)” et le g-funk incandescent de “Keep The Faith”, puis passez au niveau supérieur pour le chahut guerre-en-tant-que-jeu-vidéo “Kill a Man With a Joystick in Your Hand.” En réfractant les synthés ondulés d’A Rainbow In Curved Air à travers le prisme de la house des années 90 et des RnB, D’eon fait apparaître un yin et un yang kaléidoscopiques du passé et de l’avenir dans une étreinte d’ondes positives. [Levin ajoute: GOAT 2010. Achetez un album avec un carte de crédit dans votre main.]

D’EON – What We Want To Be

D’EON – Kill A Man With A Joystick In Your Hand

New Canadiana :: Rich Aucoin – Public Publication

What starts out like a cosmic tiki lounge briskly lunges into a heady array of dance-floor filling funky white-man soul. Rich Aucoin’s effortlessly catchy waves of rad will caress your shoulders and ease you into any evening mood, so chant along to the smooth gang vocals and silky strings while they hang in the vibrant air. But do this for real, as the sound is really something you need to experience; the Rich Aucoin live show is an unparalleled journey into the furthest reaches of his self-proclaimed fun-core. All it takes is one grip.

Qu’est-ce qui a commencé comme une suite cosmique de tiki se jète vivement dans une enivrante multitude de piste de danse emplissant l’âme funky de l’homme blanc. Les vagues de rad facilement accrocheuses de Rich Aucoin vont caresser vos épaules et vous détendre vers n’importe quel atmosphère de soirée, alors chantez au long des chants onctueux du gang et des soyeux instruments à cordes pendant qu’ils se balancent dans l’air vibrant. Mais faites le pour de vrai, alors que le son est vraiment quelque chose dont vous avez besoin de faire l’expérience; le show en direct de Rick Aucoin est un voyage sans pareil vers les confins plus éloigné de son fun-core autoproclamé. Tout ce que ça prend c’est une poigne.


Rich Aucoin – Brian Wilson is A.L.i.V.E.


Rich Aucoin – PUSH