Tag: eileen wennekers

Inferred Views//Ex Libris :: Worst Case Ontario

Weird_Canada-Worst_Case_Ontario

Worst Case Ontario is a poetry reading tour covering the St. Lawrence basin and the Northeastern USA. The tour wound down in Ottawa on August 29th. While in Toronto, wordsmiths dalton derkson, Jessica Berbenek, JC Bouchard, Julie Manell, and JM Francheteau spoke to us about their trek:

Your work seems to hold a peculiar fascination for having nasty, messy, meaty, pointy bodies in pathological spaces. Thanks.

JB: I don’t think we could say it much better than that. I definitely think that’s something that ties us together in terms of the subject matter. Dalton and JC chose everyone for the tour.

dd: There’s a gutter, small town, grittiness in all of our works, so good eye on that.

JMF: I think a lot of writing, or creative writing, comes from feeling different from people, or from feeling that you can’t explain some aspect of your experience to others, so I think in my case poetry came out of not wanting to constantly be explaining myself. I could just take things that were powerfully and at times inexplicably charged with significance to me, that suggested something that I couldn’t quite articulate, and then share that. So that fits with those elements of anxiety about the body, or about how you socially fit in with other people.

What happens when all of that gets in the van?

JB: It’s what we’re all scared of.

JCB: We actually don’t know yet. This is the first time we’ve all been together outside of a chat or a digital communication, JM: It worked out well in the virtual van

JCB: In the virtual van, it worked out well. We don’t know what will happen, but I think it will be just as good.

dd: It’s going to be a real fun Ford Fusion, for sure

JMF: Or something like that.

JB: We only have the one driver, which I think will be interesting.

Do you have a dream tour manifesto? If you were going to be like the Futurists and say why you’re doing this tour, to put it in really hyperbolic language, what would you say?

JCB: Should we huddle first?

dd: I’m just gonna throw one thing, and then just people fuckin’ spitball off it or whatever. So my whole thing with JC was: don’t wait around for someone else to do it, just do it. Do it yourself. Set it up and go with it. If it’s something you want to do, then put in the effort and do it, and it will probably turn out.

JM: We’re more powerful together than we are alone at this stage in our writing.

JCB: I hope in the future it may serve as an example to young or emerging poets – or whoever – that they can do the same too, and it’s not as hard and daunting as some people might think. I mean, it takes a lot of work, but it’s doable. So don’t be afraid.

JM: But also no one will ever do it again.

Worst Case Ontario est une tournée de lecture de poésie qui s’est donnée dans le bassin du Saint-Laurent et dans le nord-est des États-Unis. La tournée a pris fin à Ottawa le 29 août dernier. Lorsqu’ils étaient de passage à Toronto, les artisans des mots dalton derkson, Jessica Berbenek, JC Bouchard, Julie Manell, et JM Francheteau se sont entretenus avec nous pour nous parler de leur périple:

Votre travail semble vouer une fascination particulière aux corps sales, désordonnés, étoffés et pointus au sein d’espaces pathologiques. Merci.

JB: Je ne crois pas que nous pourrions mieux le dire. Je crois définitivement que c’est quelque chose qui nous unit ensemble par rapport à notre matière. Dalton et JC ont choisi toutes les personnes pour la tournée.

dd: Il y a bel et bien un élément de gouttière, de petite ville, de quelque chose qui grince dans toutes nos oeuvres, bien vu.

JMF: Je crois que beaucoup d’écriture, ou d’écriture créative viennent quand on se sent différent des autres, ou quand on se sent incapable d’expliquer un aspect de nos expériences aux autres. Alors je pense que dans mon cas, la poésie est sortie de mon désir de ne pas avoir à constamment m’expliquer. Je pouvais simplement prendre des choses qui étaient puissantes et parfois très chargées de signification pour moi, qui suggéraient quelque chose que je ne pouvais articuler, et ensuite partager tout cela. Alors, ça permet d’expliquer ces éléments d’anxiété à propos du corps, ou de la façon dont on s’adapte socialement avec d’autres personnes.

Qu’arrive-t’il quand tout cela entre dans la fourgonnette?

JB: C’est ça qui nous fait peur.

JCB: Nous l’ignorons en ce moment. C’est la première fois que nous sommes ensemble en dehors d’une causerie, d’une discussion électronique.

JM: Ça fonctionnait bien dans la fourgonnette virtuelle.

JCB: Là, c’était correct, nous ne savons pas ce qu’il arrivera, mais je crois que ce sera aussi bon.

dd: Ce sera une Ford Fusion plaisante, c’est certain.

JMF: Ou l’équivalent.

JB: Et nous avons un seul conducteur, ce qui promet d’être intéressant.

Avez-vous un rêve d’une tournée de genre manifeste? Si vous étiez comme des Futuristes, et disiez pourquoi vous faites cette tournée, pour l’expliquer en langage compliqué, que diriez-vous?

JCB: Est-ce qu’on fait un caucus?

dd: Je vais lancer une autre chose, et les gens pourront l’utiliser pour brainstormer, ou peu importe. Mon affaire avec JC est ceci: n’attend pas que quelqu’un d’autre le fasse, fais-le. Fais-le toi-même. Prépare le nécessaire et va. Si c’est quelque chose que tu veux faire, mets l’effort et fais-le, et ça ira certainement bien.

JM: Nous sommes plus puissants ensemble que seuls à cette étape de notre écriture.

JCB: J’espère que dans le futur, ce sera un exemple aux jeunes ou nouveaux poètes, ou peu importe, qu’ils peuvent faire pareil, et que ce n’est pas aussi difficile et intimidant que les gens croient. Je veux dire, c’est du travail, mais c’est faisable. Il faut ne pas avoir peur.

JM: Mais aussi, personne ne le fera de nouveau.

Ex Libris :: Jessica Berbenok, JC Bouchard, Dalton Derksom, JM Francheteau, and Julie Mannell – Worst Case Ontario

Weird_Canada-Worst_Case_Ontario-Front

All right. If the kingdom of the symbolic is where we must stage our fight to the death, then there should be a poetry gang. Showing stripes in trajectory, highway lines corralling imploding selves along compass points. No grief here. Look head on into the violent gale of flourescent aisles automobiles x-rays and return the favour and then laugh to hold hands with the limping and soused elemental which is however present as fuck. Qui fait quoi à qui?

“Okay so now I have zero gongs and zero writing implements. Okay so now what am I supposed to do. Write:”

Eh bien. Si le royaume du symbolique est où nous devons présenter notre combat à mort, il devrait y avoir une gang de poètes. Démontrant des bandes en trajet, des voies d’autoroute implosent de l’intérieur au long de points cardinaux. Aucun deuil ici. Regarde droit devant dans le grand vent violent d’allées fluorescentes des rayons x d’automobiles et renvoie l’ascenseur et ensuite rit pour tenir les mains avec l’élément boiteux, imbibé, qui demeure mauditement présent. Who does what to whom?

“D’accord, alors maintenant je n’ai aucun gong ni outil d’écriture. D’accord, alors maintenant ,je suis censé faire quoi? Écrire:”

Weird_Canada-Worst_Case_Ontario-Page

Weird_Canada-Worst_Case_Ontario-Back

How To Be a Writer

How_To_Be_A_Writer

Introduction

Writing is really hard. Everyone writes differently. Everyone needs different atmospheric conditions present to make this profoundly weird activity possible. Figuring out what those are and making them a part of your day is as much a part of being a writer as actually writing is. Once you know what your space requires, guard this jealously. Tell your loved ones why you have to do the things you do. And then do them, unrepentantly. Don’t let Writing become an ominous thunderhead lurking on the horizon of your brain-screen. If you do, it will never rain and you will walk around with a continual, tremendous barometric-pressure headache.

The page staring at you is terrifying because it is where you are going to put what you think so it has to be perfect, right? It’s like going on a first date every time. You want to be exquisitely prepared, elegant, charming, loquacious but not insufferable, captivating but approachable, both a hunter and desirable, diamond-perfect but gloriously human.

Oh, fuck it. I’m going to go make a sandwich.

Really, being a writer is about inhabiting all of your anxiety and somehow shaping this into a house that other people would want to have a sit in. This aspiration is never totally attained. So, instead, you have to chip away at that lump in your throat to make passage for what feels, at first, like pitiable little cloudy squeaks. These little squeaks, accumulated, are like lumber. You can move them around and place them in consonances with one another until a structure emerges. Then you will have a writing-fort that you have made and that you can invite people over to.

Fort building requires advance planning. Here are some things I can tell you to help you:

1. Writing is weird because you actually generate your own raw material and then give that form

There is a nature documentary about caves narrated by David Attenborough, who describes a glow worm that is pretty much made out of mucous that also makes itself a hammock out of mucous to live in out if its own mucous. This is analogous to a first draft. You are making something out of yourself, into the external world, to give you a place where you can suspend something of yourself. This is important to remember because then you will know that when you are starting this beautiful, disgusting process, that while it possesses a certain peculiar temporal sprawl, it is not in the slightest a matter of “spontaneous emotion recollected in tranquility” or any other such bullshit.

2. Writing is work

Here is what one of the best writers, ever, Edgar Allan Poe, wrote when describing how he wrote “The Raven”:

“It is my design to render it manifest that no one point in its composition is referable either to accident or intuition – that the work proceeded, step by step, to its completion with the precision and rigid consequence of a mathematical problem.”

In other words, writing does not come from somewhere else. When you are writing you are not a radio. You are doing work, in the deepest dialectical sense: You are engaging with your material in a way that imprints it with a subjective mark, changing it, and in doing so, creating a manifestation in the objective world of what is inside you. You are working out a particular problem that only you could set yourself.

What this means is that if you have an idea about writing something, you are already inspired. You do not have to wait for inspiration to realize your idea. It is merely a matter of choosing to either relieve yourself or get off the can.

3. Writing is method

This is not just as regards your process, which is a matter as arcane and personally singular as what for each of us constitutes “the morning.”

Writing is a whole way of being towards the world. It is generous. It is characterized by the economy of the gift. It is not purely altruistic, but it is not capitalist either. For this reason writing is antithetical to the drive to translate all forms of social interaction into surplus value which has become the dominant activity in our world.

In pragmatic terms, this means that unless you are of independent means, a large part of your process will consist of figuring out ways to have that once-in-a-while day when your overdue bills are settled, and when you are not too busy commodifying your own time through the sale of your alienated labour, to compose yourself into the form of a text.

It’s important to state this explicitly so that you remember to never give up on being a writer. If you are writing, you are a writer. It does not matter if you pay your rent bartending or digging ditches or working the swing-shift as a diagnostic imaging technician. Finding the means to sustain yourself is part of the method of writing. Once you’ve reconciled yourself to this and given up worrying about how you will play all of your hard work into a renumerative career as a writer, you will write what you want to. You will write yourself into the world, and no one can take this from you, and it is how you will do writing as it must be done.

4. You always write to someone

There is always an Other on the other side of the text you are writing who is staring into you with their spooky non-corporeal eyes while you implore, “What do you want from me?!?” This correlates to the burdening, inexplicable desire that disrupts any certainty of yourself while you are writing except the knowledge that the Other is waiting for you.

This makes the whole thing a bit odd, and means that your draft may require a second opinion. Reading it out loud to yourself is good. Letting a trusted friend read and edit it while you sit calmly and do not attempt to debate their proposed alterations in the moment is even better.

5. Perfection is death

If you ever perfectly articulated everything exactly as you wished, a drain-hole would open up in the interstices between the world of signification and that world it refers to, and all that is would implode into this drain-hole in an impeccable inversion of the Big Bang. Thankfully, this has not yet happened.

This means that your piece is done not when it is perfect, but when it is done. Does it make sense? Does it say something? Are you deeply sick of the sight of it? Done. Everyone regards that which she excretes with an undeniable interest, but if you’re trying to shove it back into yourself in the hope of a more transcendent outcome, it’s just going to end up a mess. Just. Let. go.

6. Bring it home

Writing the conclusion is like the last stretch of a long-distance run. You’ve already made your point, the action has already occurred. Why write more? Probably because this is a chance to knit together all of the things that your process has brought to you, and by proxy, to that Other you’re writing to. Along these lines, I can write the following:

You can be a writer by being a writer, by tigerishly demanding the space to write, by honouring that space by filling it up with writing, and by remembering that there are also readers, whose primary luxury is the beauty of words, who know full well that this luxury is one whose bounds are endless, and who may be writing for you right now. This is very good, because the plenitude of forts that words can build will always, no matter where we are, give us somewhere to go.

Introduction

Écrire est quelque chose de très difficile. Chacun le fait différemment; et les conditions environnantes nécessaires pour rendre possible cette activité profondément étrange sont aussi différentes selon chacun. Déterminer ce qu’elles sont et s’assurer de les intégrer à son quotidien fait autant partie du travail d’écrivain que le fait d’être assis à écrire. Une fois que tu sais ce dont tu as besoin dans ton environnement, garde-le jalousement. Explique à tes proches pourquoi il faut que tu fasses ce que tu fais, puis fais-le, sans aucun remords. Ne laisse pas l’écriture devenir un nuage noir se profilant à l’horizon de ton radar cérébral. Sinon, la pluie ne tombera jamais, et tu te promèneras avec un mal de crâne continuel causé par la pression atmosphérique phénoménale.

La page qui te rend ton regard est terrifiante parce que tu y consigneras tes pensées, alors tout doit être parfait, pas vrai? C’est comme un premier rendez-vous, à chaque fois. Tu veux te présenter sous un jour élégant, charmant; loquace sans être insupportable, charismatique tout en étant facile d’approche; un chasseur désirable avec la perfection d’un diamant, mais glorieusement humain.

Ah, fuck it. Je vais me faire un sandwich…

Plus sérieusement, être un écrivain, c’est connaitre ses anxiétés et réussir à les modeler en une maison dans laquelle d’autres personnes pourraient vouloir venir s’asseoir. Cette aspiration n’est jamais réellement atteinte. À la place, il faut essayer de défaire le nœud dans ta gorge pour faire un passage à ce qui, au tout début, peut sembler n’être que de petits cris pitoyables et vagues. Une fois accumulés, ces couinements sont comme des poutres de bois : tu peux les déplacer, les faire résonner les uns avec les autres, jusqu’à ce qu’une charpente en émerge. Et là, tu auras érigé un fort d’écriture où tu pourras inviter des gens.

La construction d’un fort nécessite de la planification. Voici quelques trucs que je peux donner pour t’aider :

1. Écrire, c’est bizarre parce que ça implique de créer d’abord une matière brute pour ensuite lui donner une forme.

Dans un documentaire sur les grottes narré par David Attenborough, on décrit un type de ver luisant presque entièrement composé de mucus qui utilise son propre mucus pour se faire un hamac dans lequel vivre. C’est comparable à un premier jet. Tu crées quelque chose à partir de toi-même, mais dans le monde extérieur, dans le but de te donner un espace où suspendre une partie de toi. Il est important de se le rappeler quand tu vas entamer ce processus dégoûtant/sublime, parce que même s’il possède un certain étalement temporel qui lui est propre, ce n’est absolument pas une question «d’émotion remémorée dans la quiétude » ou d’une autre connerie du genre.

2. Écrire, c’est du travail.

En décrivant son processus d’écriture pour Le corbeau, Edgar Allan Poe, un des meilleurs écrivains au monde, a dit qu’il avait voulu rendre manifeste qu’aucun détail de la composition de son œuvre n’était le résultat d’un accident ou d’une intuition, mais plutôt celui d’un travail d’élaboration progressive aussi précis et rigide que la résolution d’un problème mathématique. Autrement dit, écrire ne vient pas d’ailleurs. Quand on écrit, on n’est pas une radio. On fait du travail, dans le sens le plus dialectique du terme : tu abordes ton matériel d’une façon qui laisse une empreinte, une marque subjective qui le change et, ce faisant, qui crée une manifestation visible, dans le monde objectif, de ce qui est en toi. Tu cherches à résoudre un problème qui ne pouvait t’être posé que par toi-même. Ce que ça veut dire, c’est que dès que tu as une petite idée sur laquelle écrire, tu es déjà dans l’inspiration. Tu n’as pas à attendre que l’inspiration te vienne pour mettre en oeuvre ton idée. C’est simplement une question de choisir, de faire ce qu’il y a à faire ou non.

3. Écrire, c’est une méthode.

Et je ne parle pas simplement du processus, qui est aussi obscur et propre à chacun que ce que nous appelons « le matin », chacun pour soi.

Écrire, c’est une façon d’être, de se positionner face au monde. C’est généreux. C’est caractérisé par l’économie du don. Ce n’est pas totalement altruiste, mais ce n’est pas capitaliste non plus. Pour cette raison, l’écriture est l’antithèse de l’impulsion devenue l’activité dominante dans notre monde, soit celle de transposer toutes les formes d’interaction sociales en plus-value.

En termes pragmatiques, ça veut dire qu’à moins d’être indépendant de fortune, une grande partie de ton processus va se résumer à trouver des façons d’avoir une journée de temps en temps où toutes les factures sont réglées et où ton temps n’est pas trop occupé à être marchandisé par la vente d’un travail aliéné pour te composer sous la forme d’un texte.

C’est important de le spécifier pour se souvenir de ne jamais renoncer à être écrivain. Si tu écris, tu es un écrivain. Ça n’a pas d’importance si tu payes ton loyer en creusant des fossés ou en travaillant de soir dans un bar ou comme technologue en radiodiagnostic. Trouver les moyens de subvenir à ses besoins fait partie de la méthode d’écriture. Une fois qu’on a accepté cette idée et qu’on arrête de s’en faire avec la façon d’articuler tout ce dur labeur en une carrière d’écrivain rémunéré, on peut écrire ce qu’on veut. Tu vas t’écrire une place dans le monde, et personne ne peut t’en empêcher; c’est comme ça qu’on écrit comme il se doit.

4. On écrit toujours pour quelqu’un.

Il y a toujours quelqu’un de l’autre côté du texte qu’on est en train d’écrire; quelqu’un qui te fixe avec des yeux éthérés alors que tu supplies : « Qu’est-ce que tu attends de moi?!? ». C’est lié au désir pesant et inexplicable qui t’empêche d’avoir une quelconque certitude envers toi-même lorsque tu écris, sauf celle que cet Autre t’attend. Cette certitude rend l’ensemble un tantinet étrange, et veut dire que ton premier jet peut avoir besoin d’un deuxième avis. Se le lire à haute voix est une option. Laisser un ami en qui on a confiance le lire et le commenter pendant qu’on reste assis calmement en n’essayant pas d’argumenter toutes les modifications qu’il propose, c’est encore mieux.

5. La perfection, c’est la mort.

S’il arrivait qu’un jour tu parviennes à articuler exactement tout ce que tu voulais dire, un gouffre s’ouvrirait dans les interstices entre le monde de la signification et celui auquel elle se réfère, et tout ce qui existe imploserait en une inversion parfaite du Big Bang. Heureusement, ce n’est encore jamais arrivé.

Ce qui veut dire que ton texte est terminé quand il est terminé, non pas quand il est parfait. Est-ce que ça a du sens? Est-ce que ça dit l’essentiel? Est-ce que simplement poser les yeux dessus te rend malade? Oui? Il est terminé. Chacun regarde ce qui sort de son propre corps avec un intérêt indéniable, mais si tu essayes de le renvoyer d’où il provient en espérant un résultat plus transcendant, ça va juste tout gâcher. Il faut lâcher prise.

6. L’importance d’une conclusion.

Écrire une conclusion, c’est comme les derniers mètres d’un marathon. Le message est passé, l’action s’est produite; pourquoi continuer à écrire? Probablement parce que c’est l’occasion de rassembler toutes les choses qui ont été amenées par le processus, pour toi et (par procuration) pour cet Autre à qui tu t’adresses. Suivant cette idée, je peux affirmer que :

Tu peux devenir un écrivain en étant un écrivain, en exigeant férocement un espace où écrire, en honorant cet espace en le remplissant d’écrits, et en te rappelant qu’il existe aussi des lecteurs dont la plus grande luxure est la beauté des mots, et qu’ils savent pertinemment que cette opulence est sans limites, et qu’ils peuvent même être en train d’écrire pour toi, en ce moment même. Tout ça est excellent, parce que l’ensemble des forts érigés par les mots nous offrira toujours quelque part où aller, peu importe où nous sommes.

New Canadiana :: Livingston – Artificially Intelligent Folk Songs of Canada, Vol. 1

Livingston - Artificially Intelligent Folk Songs of Canada, Vol. 1

Livingston, the metadata analysis program that composed these songs, brings to our attention the statistical overrepresentation of weary melancholy in Canadian folk. Each classic form is algorithmically reconfigured – the lonesome ballad, the kiss-off, the tavern drinking song, the road anthem*, the love confessional – but an entirely human-seeming blues tints the songwater.

The surface, uncanny authenticity, is disturbed at rhythmic intervals by the sound of its cracking logic. Repetitions appear instead of rhymes. Arrangements seem somehow not quite right. In the place of the crowd, or Stompin’ Tom, a machine stamps through the sing-along of “I Am a Weary Immaterial Labourer in a Post-Industrial Wasteland”. Dr. Henry Svec’s faithful renderings of Livingston’s compositions throw a wrench into the folk scene, delivering both a punch and a puncture. What we imagine to be singular and personal is projected onto a perfectly reflective screen bounded by forces that far exceed us: “Somebody with the great lovemaking manual/Knows what I’m going to do/Knows it and has seen it in pictures/My route to you.”

*To our amusement, Livingston has performed a deliciously Borgesian function: Generating by purely mathematical functions an exact copy of the Eagles’ “Take it Easy” – although the title it generated is slightly different.

Livingston, le programme d’analyses de métadonnées qui a composé ces chansons, porte notre attention sur la surreprésentation statistique de la mélancolie lasse du folk canadien. Chaque archétype classique est reconfiguré algorithmiquement; la balade solitaire, l’adieu d’un amoureux, la toune de taverne, l’hymne de la route*, la confession d’amour… Mais un blues d’entière apparence humaine les habite. À première vue, l’étrange authenticité de la machine est troublée par le son de sa logique craquelée à intervalles rythmés. Au lieu de rimes, ce sont des répétitions qui apparaissent. En plus, il semble manquer un je-ne-sais-quoi aux arrangements. Au lieu de la foule, ou de Stompin’ Tom, une machine s’active au rythme de « I Am a Weary Immaterial Labourer in a Post-Industrial Wasteland ». L’adaptation fidèle des compositions de Livingston par Dr Henry Svec met des bâtons dans les roues de la scène folk, l’ébranlant et la perforant un brin. Ce qu’on imagine être singulier et personnel se retrouve projeté sur un écran maintenu en place par des forces qui nous échappent : « Somebody with the great lovemaking manual/Knows what I’m going to do/Knows it and has seen it in pictures/My route to you. »

*À notre grand amusement, Livingston a accompli quelque chose de merveilleusement borgésien : en utilisant des fonctions purement mathématiques, il a pu générer une copie exacte de la chanson « Take it Easy » par The Eagles, quoique le titre créé soit légèrement différent.


Livingston – Instructions to Your Integrated Circuits


Livingston – Take it Easy but Take it to the Limit

How To Put On a Show

How To Put on a Show

If you often find yourself saying, “Hey, I love this music, and I am in/know a tonne of bands. I’d like to see some of the bands that I only see in basements get out and play for more people because it will be a really nice night filled with friends and musicking and dance-partying and everything else,” then it may be time for you to get in the canoe and go for it.

Think of this as one of those diagrams about how to do a J-stroke that are posted at the place where you pick up the canoe. Like those, these five points will help you cooperate like a champion. This is important, because you will be working with a lot of different people, and coordinating a lot of different variables, and you’ll be required to delegate and communicate clearly and efficiently. If these processes are refined to a near-telepathic precision, they can grant your show booking process the graceful elegance of a smooth journey over calm waters.

All right. Let us begin our serene voyage.

1. Put some logicking into how you build the bill.

It’s important to have a sense of aesthetic continuity as you contemplate who you want to invite. This doesn’t necessarily mean booking only bands of one genre. It means composing according to a line of sensibility that only you, in your invaluable singularity, can make up. Frankensteining together a bill solely based on people you know are available can result in bad feelings, because people who came to see one act might not be excited enough to stick around for the the other bands’ sets. When you’re in a band that’s worked really hard and rehearsed and maybe isn’t as well known as other bands but is super excited to play to new people it can be really disappointing and unmotivating to watch everyone walk out ten minutes before you start playing. You, as booker, can prevent this with your awesome curatorial skills. Build a bill with a bunch of bands you know will sound really good together so that people that would already come out to see one band are going to be into the others.

2. Choose the right venue, and get everything concretely sorted out and on paper.

You should look to book about two months in advance. That’ll give you lots of time to focus on the coordination and promotion you will need to do to make this show really good without it totally taking over all aspects of your life. It also should mean that you will be able to get a decent night. Keep that in mind when you’re booking: Not so many people will come to a show on Monday the 10th of December, and you want to ensure a great audience for your hard-working performers.

So, if you’ve got a few places in mind, find out who you talk to at these particular venues and what dates they are willing to give you. If one of these sounds promising, and you get a good feel, it’s time to move into the Preliminary Scheming Phase, where you settle how the bands are getting paid and what the sound system is like (or, especially for community center-type venues, if you need to provide a sound system), whether you bring your own sound person or not, legal matters, set times, and how things are going to be managed the night of the show.

First you establish the nature of your relationship with the house. Every place has a different approach to setting up their shows:

  • Some have in-house bookers that are helpful and will tell you straight up what you need to do to make this happen. This is the best case scenario.
  • Some have in-house bookers that are not very helpful and might not be fun to work with. In these cases, your best course of action is to accept that you’re not going to get a lot of help and just start doing until they stop you. They don’t know what sort of sound equipment they have? Check it out when you’re there. They don’t have a house policy about bar percentages or promotion or security? Tell them how you plan to do things instead of waiting for them to get back to you (they might not if you don’t). You can’t find power cords? Ask first, and if you don’t get help, start looking around. Eventually you’ll either get the things you need or cross a boundary to the point where they have to help you.
  • Some places will not have an in-house booker and therefore will expect you to figure it out yourself. See above.
  • Some places, like awesome community centers, might not have put on events of this nature before. This means you will have to be very thorough in the planning stages (not the least because you may have discovered a new all-ages capable venue which can help build a ridiculously exuberant scene in your town, and you might want to keep that going). Be sure to discuss every detail, especially those of a legally relevant nature: Will you need to hire security? Is it going to be all ages? Will the event be licensed (if so, what sort of license can you obtain)? In this scenario, it’s always a good idea to seek advice. We’re here for you.

Once you’re booked in, there are a few logistical considerations to be settled:

  • Where is the door person stationed?
  • Where is the merch stationed?
  • Who is doing door? Do they have a person in-house? Do you provide a door person?
  • Who is doing sound? Is there someone in-house? Do you provide a sound person? Do you have to do sound?

<<< read more >>>

If you have to do sound, there are a bunch of things that need to be sorted out:

  • What kind of PA do they have, if any? (It there isn’t a PA, you may want to rethink your choice of venue. Renting a PA for a night costs around $100, low end. If you don’t think you can cover this, peace out).
  • What is the power/outlet/standard gear situation? Is it adequate to power all of the gear of the bands that are performing? For example, a super heavy drone band with three guitar amps and one bass amp will need access to at least two electrical outlets on stage, exclusive of the PA protocol, for best case scenario. Several MCs with one turntablist will require less electrical engineering, but will need extra vocal mics. A band with numerous instrumentalists might require more and different mics than are in house. Point being, specificity is a virtue when you’re coordinating tech requirements.
  • Does the venue have adequate power bars and extension cords to allow the people playing to put their amps/mics on the stage where they want them to be? This is really important. The people on stage need to be able to stand in relation to their bandmates the way they want to to feel good performing.
  • What time is load in? (Ideally, before snack time).

Try your damndest to get the bands playing to share their backline.

  • Backline is the big, heavy equipment: kick drum, floor toms, hardware for drum kits, bass amp, and possibly guitar amps.
  • This will make life so much easier for everyone involved, including the sound person. Miking a drum kit takes a lot of time, and it’s extremely ideal for the sound person to only have to do that once. Minimizing the amount of gear that needs to be set up/torn down also makes life a lot easier for the bands playing.
  • It also helps keep the time between sets down, which encourages the crowd to stick around to hear other bands. This is a point that can be brought up to the bands playing as an incentive for them to share if they are otherwise reluctant.
  • Plus, sharing gear is a way for bands to get to know one another and build up good associations, which helps build a strong and resilient community.

But, that being said, gear sharing does introduce the possibility of one band’s gear getting broken by another band. This is awkward and creates bad feelings. To avoid this:

  • Make sure the drummers know that they need to bring their own breakables: cymbals, the kick pedal, and the snare. Most drummers assume this, anyways. Drummers are essentially totally magical that way. But it’s good to check.
  • Leading up to the show, introduce everyone who’s sharing gear through email and make sure that everyone knows who’s sharing what. This will make sure that no one feels like they’re put on the spot the night of, and that everyone who will be sharing gear has an understanding about the idiosyncrasies of what they’ll be working with. This is especially important for amps. When people know exactly how those amps work and are aware of any eccentricities related to those amps, it’ll make it very much less likely that they will get blown. Building on this base, getting the bands to discuss this in person is a good idea since it allows for visual demonstration the night of, and, then, hey, having the email trail there helps make sure that everyone has each other’s contact information. Just in case.

Get these things written down in an email. Send it to everyone involved in advance of the show and bring a physical print to the event. It ought to detail:

  • The event date
  • The load-in time
  • The backline and gear sharing plans
  • The sound set-up
  • The guestlist protocol, and a confirmation of who’s on/how many folks each band can list
  • The food and drink provisions for performers
  • The location, or lack thereof, of private space for people performing

And answer:

  • How will the door income be shared? Sometimes, for instance, people work out who incurs the most in travel costs and divides things accordingly. Sometimes the sound person needs to be paid. Sometimes there is a guarantee afoot (which is when the venue demands a certain income from the night, after which the bands are paid). Sometimes you may need to recuperate printing costs for postering.
  • Is there an expectation that merch-table manning will be a collective effort? If so, how will funds be tracked?

Once everything’s settled, send that email around to everyone so that people know what kind of gear they’re going to be plugging into and how the cover charge is going to be split up. If you need to pay a rental fee or guarantee, or recoup other expenses, explicitly state how much that is so that the people are playing understand why they might not get a full share of whatever comes in at the door. Also make sure that if anything changes up to the day of the show that you keep everyone concerned in the loop. Bring a copy of the most up-to-date info email with you so that you don’t end up in unpleasant conversations about how someone did or didn’t hear about something that you thought was settled.

If you’re setting this up, it’s your job to make the bands that you’re bringing in get done right by.

Communicating beforehand and during the night of the show, and getting things written down, helps prevent misunderstandings. If you’re dealing with a bar-type venue, it’s also the most guaranteed way of making sure that things don’t go sideways at the end of the night when it’s time to get paid.

3. Promotion

Posters

It is extremely important to make cool posters. This can cost money, although it doesn’t have to. If you know anyone who has access to a photocopier, hit them up. If not, try to keep costs down (say, $40 maximum) and, if you need to, reclaim that. If you get creative then you can come up with some really nice, unique visuals for not very much money. For instance, once, as part of putting on a show that my band played at, I spent two afternoons putting together these rad posters that had lino-cut prints layered over a spray-paint stencil. I put them up, real high, on lampposts all over Queen Street and Kensington. They looked completely different from other posters and they were up for a long time. That was the best turn-out for a show we ever had. In other words, putting the work in to make your visual promotion distinctive will really get results. Plus it is fun and an art-form in its own right and it is incredibly validating to see the thing that you designed all over your neighborhood.

Handbills

Making handbills is also excellent and should not be overlooked. Make sure you give handbills to all of the bands to help them self-promote, and also, a four-by master copy so that they can photocopy more if they need to. Give handbills to all of your friends who go out to shows and might bring yours up. Keep some to carry around yourself so that you can give them to people who are interested. However, I have found through personal social awkwardness times that it’s not very effective to just give handbills to people without there being some context for you doing so. If you are talking to people about music, it might come up that you are putting on a show. If they seem interested, offer them a handbill. Sometimes you can even offer them a few, because they might want to let their friends know.

Word of Mouth

This is also an area where building a solid bill is super important. Complementary bands = complementary friends. If someone hears about a show from more than one source, they will probably show up.

The Telephone Machine

Two weeks before the show, call your friends. Tell them about it. Phone calls work really well. Go sparingly with mass texts– they won’t bring anyone who wasn’t already going to come. If you really want to use one, save it for the day before the show as a reminder and include the names of the bands, the venue address, the time, and the cover (this makes it easy for people to forward the text to friends of theirs that they may have invited).

The Internet

Don’t rely very much on Facebook. Facebook event invitations are about as compelling as a reminder call from your phone company that your bill is overdue. Making an event will put your show on peoples’ radar, and you’ll even get several assurances of an intent to show up, but these aren’t the sort of commitments you would build a house on. By all means, create a Facebook event, but only to reinforce the other promotion work that you’ve done.

The Media

If there is a radio station or podcast that seems correspondent with the bands that you are promoting a show for, get in touch with them. Sometimes they’ll do a bit where they play songs from the bands that are going to be there, and then do a plug for the show afterwards. This is a great way to reach out to people who are new to town and are into the music you’re promoting but don’t know anyone yet. They will come to this show because they want to meet people to get down with. And you are helping them, which is an awesome thing for those of us who get rambly and move around a lot.

If there is a publication or review site that matches up well with what you’re up to, see if you can’t invite someone to come down and write about the show, or, even better, do an interview or album review beforehand about how worthwhile it would be to go.

4. The Night Of

Avoid Indulgence

Resist the temptation to partake in substance-type revelry until after the show. You will need your wits about you to deal with things like equipment breakdown, keeping everything on schedule, being clear about the distribution of the funds that come in, and that sort of thing.

Introductions

Make sure that you introduce yourself to and acknowledge the importance of and are explicitly respectful to the staff at the venue, especially the people you will be interacting with throughout the night (bartenders, sound-persons, door people). They are the people you are relying on the most during the event. For all intents and purposes, they are in charge of things in that space and can help you make everything be the most smooth, smooth as a yacht-canoe. Plus, besides the fact this is just the way things should be done, being nice will earn you an excellent reputation and that will make it easier to put on more shows in the future.

Be Kind to the Door-Person

Make sure the door person knows that they are in control and that you are available to answer any questions they might have. Make sure they have a clear and descriptive guest list. They will have to deal with people who claim they can get in because they work at the venue, as well as people who are just trying to scam their way in. They need to know precisely who goes in for free so that they don’t have stressful conversations with people at the door who should be getting in for free but haven’t been identified.

If it’s fallen to you to recruit a door person, remember that this person is giving up their night because they are into this music and into supporting their community. If at all possible, pay them a reasonable amount of money for helping out ($10/hour is standard) and remember to send them a thank-you note the next day. This is a recognition of the value of their time and of the fact that it can be a bit trying and occasionally very difficult to get folks to pay cover/show ID when they are drunk and hyper and Saturday-nighting.

Be sure that any reviewers or press people are specifically identified so you know if they showed up or not when you follow up on the event.

Mind the Gear (and the Sound)

Chances are there will be some weirdness around gear. There almost always is. Don’t sweat it. It’s showtime. But, night-of, it’s an extremely good idea to monitor communication between everyone that’s playing to make sure that everyone’s on the same page. This may work out to be quite a bit of affective labour, so it’s good to be prepared for it by having a good pal there to high five you if someone lets the pressure get to them too much and says something unpleasant to you.

Make it a point to work well with the sound person. They have probably been working pretty hard for years to get good at doing this, and they don’t make a whole heck of a lot of money in the process. A little sincere respect for these factors will go a long way. Anyways, it is customary to introduce yourself to him or her during soundcheck and to offer a beer and to say thank you to them after the show.

5. Following Through

Check In With The Makers

Did they have a nice time? Did they have everything they needed? This is not just to smooth over any blips during the night of the show, but also so that you can learn about things that you might not have predicted to be problems so that you can prevent these in the future. Even if something did go wrong, getting in touch in the next day or so helps build trust between you and the people you’ve worked with.

Check In With the Post-Press

If there were people who came down to review the show, shoot them an email two days afterwards to thank them for showing up, whether or not they did. It’s good etiquette, and it’s also a gentle reminder/impetus to write something about the night.

Check In With the Venue

Thank them for helping put the event together, unless they were a total jerk. This does happen sometimes, I’m afraid, but it’s still useful to follow up with them in such circumstances, because whatever they have to say will be useful in terms of helping you understand how any problems that showed up happened, even if you have to put on your thickest lizard skin when talking to them because they’re not very tactful.

Thank Yourself

You did this because you are awesome and you are helping keep our DIY world vibrant and exciting. Sometimes people will shit on you about things that were totally beyond your control. Sometimes people will forget to thank you. Sometimes you will feel like you worked your ass off and no one even acknowledged that. If that happens, email me at extralogical@gmail.com and I will send you a thank you message to remind you that what we have wouldn’t be possible without you being totally awesome and dedicated and that you rule.

 

Eileen Wennekers schemes, makes, writes, and Marxist-analyzes the crap out of everything all the time in Toronto, Ontario. When not placing her dissertation carefully in a corner in order to watch it warily, she amuses herself by writing strange pataphysical fables and helping to edit Weird Canada’s Ex Libris section. She’s put on shows in big halls and garages and bars and basements from time to time since 2001, which is when she first started playing them herself. A lot of what she knows about how to do this has also come from talking with friends who do sound, book, play, and run venues.

This How-To was greatly enriched by the contributions of other Weird Canadians, without which it would have been much, much less sensible.

S’il vous arrive de vous dire que vous aimez tel ou tel genre de musique et que votre souhait le plus cher serait de voir les artistes émerger des sous-sols, car ils seraient la trame sonore parfaite pour une excellente soirée entre amis, rien ne vous empêche de sauter, à pieds joints, dans cette aventure et de voguer, juché sur un canot virtuel, entre les vagues de l’incertitude.

Ce document joue le même rôle que les diagrammes, vous montrant comment ramer, qui se trouvent à l’endroit où vous avez loué le canot. Les cinq règles qui suivent vous aideront à coopérer comme un champion. Vous allez devoir travailler avec une pléthore de gens, en plus de gérer différentes variables, et votre communication se doit d’être claire et efficace. Si tous ces ingrédients sont réunis dans une approche d’une précision quasi-chirurgicale, votre processus sera alors une promenade gracieuse et élégante en eaux calmes.

Voilà. Nous allons maintenant débuter notre voyage.

1. Assemblez votre soirée de manière logique

La continuité esthétique doit guider vos choix lorsque vient le temps de dresser la liste des artistes que vous voulez inviter. Cela ne veut toutefois pas dire qu’il faut impérativement inviter des groupes jouant le même genre de musique. Au contraire, c’est à ce moment que votre sensibilité particulière est votre meilleur allié. Assembler un spectacle à la Frankenstein en fonction de la disponibilité des groupes pourrait ne pas avoir le résultat escompté : les spectateurs venus voir un groupe en particulier ne voudront peut-être pas rester pour assister aux autres prestations. Après des heures et des heures de travail et de pratique, tous les artistes rêvent de jouer devant de nouveaux spectateurs et le choc de voir le public se disperser dix minutes avant une prestation peut être dévastateur. En tant que promoteur, vous devez user de vos talents d’assemblage pour pallier à ce genre de situation. Une solution serait de créer un événement autour de groupes aux sonorités compatibles. De cette façon, tout le monde sera content.

2. Choisissez l’endroit idéal et définissez tout, concrètement, sur papier.

En premier lieu, il faut établir la nature de votre relation avec la salle. Chaque salle a un processus différent quant à la préparation d’un spectacle.

  • Dans le meilleur des cas, certaines salles possèdent des promoteurs attitrés qui pourront vous guider et vous dicter tout ce dont vous allez avoir besoin pour votre soirée.
  • Dans d’autres salles, les promoteurs seront moins enclins à vous aider, ce qui est moins agréable. Dans ces cas-là, il vaut mieux accepter de ne pas recevoir d’aide et enclencher votre projet, jusqu’au moment où ils vous demandent d’arrêter. S’ils vous disent ne pas savoir, voyez par vous-même quel genre de système de son ils disposent. Faites-leur part de votre plan quant à la sécurité, aux pourcentages liés à la vente d’alcool ou encore à la promotion. N’attendez pas qu’ils vous répondent à ce propos. Si vous ne trouvez pas de câbles électriques, demandez-en. Si vous frappez un mur et qu’ils ne vous répondent pas, fouillez. Soit vous trouverez tout ce dont vous allez avoir besoin, ou vous dépasserez le point à partir duquel ils seront dans l’obligation de vous aider.
  • Certaines salles ne disposent pas de promoteur attitré et, du même coup, vous serez obligés de tout faire vous-même. Voir plus haut.
  • Certaines salles peuvent ne jamais avoir été utilisées pour un spectacle. C’est pourquoi vous devez faire preuve de précision lors de votre planification. Ce n’est pas une mince affaire, même si vous avez découvert un centre nouvel-âge ayant la capacité de soutenir votre spectacle et que ce centre pourrait devenir le lieu par excellence vous aidant à développer la scène alternative dans votre ville. N’oubliez aucun détail. La sécurité sera-t-elle nécessaire? Y aura-t-il une limite d’âge? Cet événement nécéssite-t-il un permis? Si c’est le cas, quel permis faudra-t-il obtenir? Dans cette situation, demandez de l’aide. Nous sommes là pour vous.

Une fois que la salle est réservée, quelquess considérations logiques doivent être prises en compte.

  • À quel endroit la table d’accueil sera-t-elle située?
  • À quel endroit la marchandise se trouvera-t-elle?
  • Qui sera responsable de l’accueil? Y a-t-il un employé de l’endroit responsable? Devrez-vous fournir votre propre responsable?
  • Qui sera le technicien sonore? Y a-t-il un employé de l’endroit qui s’en charge? Devrez-vous fournir un technicien ou vous en occuper vous-même?

<<< la suite >>>

Si vous vous occupez de la sonorisation, il faudra tenir compte de ces facteurs.

  • Quel est le type de console dont l’endroit dispose? C’est un facteur important lorsque vient le temps de choisir un endroit. La location d’équipement coûte au bas mot 300 $ pour une nuit. Si vous ne pouvez pas assumer ces coûts, retirez-vous.
  • Quelle est la configuration électrique de l’endroit? Serait-il adéquat de brancher tous les instruments des groupes participants? Un groupe heavy utilisant 3 amplificateurs de guitares et un amplificateur pour la basse aura besoin d’au moins deux prises électrique indépendantes de celle où se trouvera votre console. Si vous prévoyez inviter plusieurs rappeurs et une seule personne aux tables tournantes, vous aurez besoin de moins de prises électriques, mais de plus de microphones. Un groupe dans lequel une panoplie d’instruments sont joués nécessitera sans doute plus de microphones de nature différente. En somme, il faut être précis lorsque vient le temps de planifier les besoins techniques.
  • Est-ce que l’endroit dispose d’un nombre adéquat de barres d’alimentation et de rallonges permettant aux groupes d’y brancher leur matériel où ils le veulent? Cette question est très importante. Les musiciens doivent être en mesure de se placer confortablement sur la scène.
  • À quelle heure doit débuter l’installation? Préférablement avant le dîner.

Essayez autant que possible de faire en sorte que tous les groupes jouant lors de votre soirée partagent le même équipement de base.

  • L’équipement de base comprend la grosse caisse, les toms et la structure de la batterie, en plus de l’amplificateur de la basse et possiblement ceux des guitares.
  • Ceci facilitera la vie à tout le monde, y compris les techniciens du son. Brancher des microphones autour d’une batterie prend du temps et le technicien ne devrait le faire qu’une seule fois au cours de la soirée. Le fait de minimiser le nombre d’appareils à monter ou démonter facilite aussi la vie aux groupes participants.
  • Ceci aura également pour effet de minimiser le temps entre les prestations, ce qui encourage l’auditoire à rester dans la salle. Cet argument vous aidera à convaincre les groupes qui se montreront réticents à partager l’équipement.
  • Et puis, le fait de partager les équipements crée un sentiment communautaire entre les groupes.

Ceci dit, le fait de partager l’équipement peut aussi entraîner des dommages. Cela crée de mauvaises situations. Voici quelques trucs pour éviter que cela se produise.

  • Les batteurs participants doivent chacun amener les parties les plus fragiles (cymbales, pédales, caisses claires) de la batterie. La plupart des batteurs comprennent cette logique, mais même si les batteurs sont des êtres magiques, il ne coûte rien de vérifier.
  • Dans les jours précédant le spectacle, jouez les entremetteurs entre tous ceux partageant les équipements, afin de vous assurer de savoir qui fournit quelle pièce d’équipement. Cela évitera que quelqu’un n’arrive les mains vides, et ainsi chaque participant sera en mesure de connaître les moindres particularités des appareils avec lesquels ils vont travailler. Ce dernier point est primordial pour tous ceux qui vont travailler avec les amplificateurs. Lorsque les groupes maîtrisent le fonctionnement des amplificateurs et qu’ils sont conscients des caprices de ces appareils, ils ont beaucoup moins de chance de péter. Le fait de permettre une discussion entre les groupes leur permettra à leur tour d’en discuter en personne le soir du spectacle. En plus, après le spectacle, le contact entre les groupes sera maintenu, juste au cas où.

Toutes ces choses doivent se retrouver dans un courriel que vous enverrez à tous ceux qui sont concernés par le spectacle et dont vous devrez vous assurer d’en avoir une copie sur place, le jour même. Ce courriel doit inclure :

  • la date de l’événement
  • l’heure de montage
  • le plan de partage des équipements
  • l’installation sonore
  • le protocole pour la liste d’invités et une confirmation du nombre d’invités par groupe
  • les provisions (nourriture et boissons) pour les artistes
  • le cas échéant, l’endroit réservé aux artistes dans la salle

Ce courriel doit aussi fournir des réponses aux questions suivantes :

  • Comment les revenus de la vente d’entrées seront-ils partagés? Parfois, cela est calculé par rapport aux frais de voyage. Parfois, les techniciens du son doivent être payés. Parfois, l’endroit qui vous prête la salle vous demande une garantie qu’il vous faudra payer avant de diviser le reste entre les musiciens. Parfois, vous devrez aussi récupérer les frais liés à l’impression des affiches.
  • La gestion de la marchandise demande-t-elle un effort collectif? Si tel est le cas, quel sera le suivi des fonds?

Une fois que tout cela sera défini, envoyez ce courriel. De cette façon, tout le monde sera au courant de tout ce qui concerne l’équipement et les recettes. Si vous devez payer des frais ou des garanties de location, ou qu’il vous faut regagner d’autres dépenses, faites-le savoir explicitement. Cela aura pour effet de faire comprendre aux participants qu’il se peut qu’ils ne repartent pas avec la totalité des gains. Aussi, il faut que tous les participants soient au courant du moindre changement que vous apportez. Ayez en main une copie du courriel le plus récent de manière à ne pas vous retrouver dans une conversation déplaisante si quelqu’un dit ne pas être au courant de quoi que ce soit.

Quand vous montez un spectacle, c’est votre devoir de vous assurer que les groupes que vous engagez sont bien traités.

La communication au préalable et durant la soirée, et le fait d’avoir une trace écrite de toutes les décisions, aident à prévenir les situations fâcheuses. Si votre soirée se déroule dans une salle de type bar, vous éviterez des revirements de situation lorsque viendra le temps de payer tout le monde.

3. La promotion

Affiches

Il est très important de faire de super belles affiches. Le travail de graphisme peut être payant, mais il n’est pas nécessaire que ce soit le cas. Si vous connaissez quelqu’un ayant un accès à une photocopieuse, rien ne vous empêche de leur parler. Sinon, essayez de réduire les coûts (par exemple, 40 $ maximum) et réclamez votre argent à la fin du spectacle au besoin.

Avec un peu de créativité, on peut créer de superbes affiches avec peu de budget. Une fois, j’ai passé deux après-midis à construire ces affiches qui déchirent, avec une linogravure étalée sur un stencil en aérosol, pour un spectacle de mon groupe. J’ai placé ces affiches assez haut, sur les lampadaires autour de Queen Street et de Kensington. Elles étaient complètement différentes des autres et elles y sont restées longtemps. Ce fut notre spectacle le plus populaire à vie. Bref, faire l’effort d’une promotion visuelle différente vous permettra d’obtenir des résultats. En plus, c’est à la fois un plaisir et une forme d’art en soi. Et qui n’a jamais rêvé de voir sa propre création autour de son voisinage?

Dépliants

Les dépliants sont une autre excellente idée qu’il ne faudrait pas passer sous silence. Essayez de donner des dépliants aux groupes afin qu’ils fassent leur propre promotion. Faites-leur parvenir une copie maîtresse pour qu’ils puissent faire autant de copies qu’ils le désirent. Donnez également une poignée de dépliants à vos amis qui assistent à des spectacles afin qu’ils soient les porte-parole du vôtre. Gardez-en aussi que vous pourrez distribuer vous-même aux intéressés.

Par contre, il n’est pas très utile de donner des dépliants à n’importe qui sans contexte. Si vous parlez de musique à des gens, l’occasion est parfaite pour leur annoncer que vous montez vous-même un spectacle. S’ils sont intéressés, offrez-leur un dépliant. Vous pouvez également leur en offrir plus d’un afin qu’ils puissent eux-mêmes les distribuer à leurs amis.

Le bouche à oreille

C’est une raison de plus d’avoir une liste d’artistes complète. Des groupes complémentaires cachent des amis complémentaires. Si quelqu’un entend parler d’un spectacle par l’entremise de plusieurs sources, il sera alors plus enclin à assister à ce spectacle.

Le téléphone

Appelez tous vos amis, deux semaines avant le spectacle. Parlez-leur de l’événement. Les appels font toujours le travail. Les messages texte ne vont généralement pas interpeller des gens qui ne comptaient pas déjà se rendre au spectacle. Vous pouvez toutefois les envoyer la veille du spectacle, comme rappel. Inscrivez-y le nom des groupes, l’adresse de la salle de spectacle, l’heure et le prix d’entrée. De cette façon, ils peuvent transférer le message à leurs amis.

Internet

Ne vous fiez pas sur Facebook. Les invitations aux événements qui s’y trouvent ont autant d’impact que cet appel de votre compagnie de téléphonie qui vous signale que votre facture est en souffrance. Votre spectacle sera mis sur le radar de plusieurs personnes et vous allez obtenir plusieurs déclarations de présence, mais ces déclarations sont peu fiables et il ne serait pas conseillé de bâtir une maison sur de telles fondations. Créez un événement Facebook mais utilisez cet outil comme support pour tout le travail de promotion que vous aurez fait.

Les médias

S’il y a une station de radio ou un podcast qui vous semble correspondre aux groupes pour qui vous organisez ce spectacle, contactez-les. Parfois, ils feront jouer quelques chansons des groupes invités, avant d’annoncer le spectacle lui-même. C’est là une excellente façon d’inclure les nouveaux arrivants dans votre ville qui aiment ce genre de musique. En entendant cela, ils viendront au spectacle, car ils voudront faire connaissance avec d’autres gens ayant les mêmes goûts musicaux. De cette façon, vous offrez une aide grandement appréciée aux mélomanes D’un autre côté, s’il y a une publication ou un site faisant de la critique musicale, qui concorde bien avec votre projet, voyez s’il est possible d’inviter quelqu’un, afin qu’il y ait un reportage sur le spectacle.

4. Le soir venu

Évitez de consommer

Résistez à l’appel de toute substance avant la fin du spectacle. Vous aurez besoin de tous vos sens, afin de régler différents dossiers, tels que les bris d’équipements, la gestion du temps, la collecte d’argent pour payer les groupes, etc.

Présentez-vous

Assurez-vous que les employés de la salle vous connaissent et reconnaissent le respect que vous leur accordez, particulièrement ceux avec qui vous devrez interagir toute la nuit (serveurs de bar, techniciens au son, responsables de la porte). C’est d’eux que vous dépendrez lors de l’événement : ils sont responsables de son déroulement et avec leur aide, la soirée ira comme sur des roulettes. Votre gentillesse vous permettra en plus d’avoir une bonne réputation et de monter plus de spectacles à l’avenir.

Soyez gentil avec le responsable de la porte.

Assurez-vous que cette personne sache qu’elle est en contrôle et que vous êtes disponible pour répondre à ses questions. Assurez-vous également qu’elle ait accès à une liste d’invités claire et descriptive. Le responsable devra s’occuper des gens qui disent pouvoir entrer sans payer parce qu’ils travaillent dans la salle, en plus de ceux qui essaient d’entrer sous de faux prétextes. Il devra savoir précisément qui est autorisé à entrer gratuitement, de manière à éviter les conversations désagréables avec des personnes non identifiées.

Si vous devez fournir votre propre sécurité, rappelez-vous que cette personne sacrifie sa soirée pour votre concert et sa communauté. Si possible, donnez-leur un montant raisonnable pour leur aide (normalement environ 10 $/heure) et envoyez-leur un remerciement écrit le lendemain. C’est une marque de reconnaissance et une façon de dire que vous tenez leur temps en haute estime. Et puis, ce n’est pas facile de travailler lorsqu’on a une foule soûle, énervée et faisant la fête devant soi.

De plus, il faut vous assurer que toute personne de la presse soit clairement identifiée. Comme ça, vous allez savoir quelle personne est passée à votre spectacle et votre suivi sera ainsi facilité.

Attention à l’équipement (et au son)

Il est fort possible qu’il y ait des malentendus au sujet de l’équipement : en fait, ça arrive presque toujours. C’est pas si grave. Mais le soir venu, il est important de s’assurer de la bonne communication entre les groupes. C’est un travail affectif qui peut être éprouvant, alors assurez-vous d’avoir un ami à proximité pour vous remonter le moral si quelqu’un se laisse emporter par le stress au point d’émettre des commentaires désagréables à votre sujet.

Soyez gentil avec les techniciens de son. Ils ont sans doute travaillé fort (et ce, pendant des années) pour arriver à être bons dans leur métier. Ils ne deviennent par ailleurs pas millionnaires avec ce travail. Un peu de respect sincère pour cela pourrait vous mener loin. De toute façon, c’est la coutume que de se présenter aux techniciens pendant les tests de son et de leur offrir une bière, en guise de remerciement, après le spectacle.

5. Le secret est dans le suivi.

Faire le suivi avec les musiciens

Ont-ils eu du plaisir? Ont-ils eu tout ce qu’ils désiraient? Vous faites cela non seulement pour apaiser les mauvais moments qui auraient pu se dérouler durant la soirée, mais aussi pour apprendre au sujet de choses que vous n’auriez sans doute pas pu considérer comme étant des problèmes, afin de les régler à l’avenir. S’il y a eu de mauvaises surprises, il est bon de contacter les musiciens le lendemain pour rétablir la confiance entre vous.

Faites le suivi avec la presse

Si des gens sont venus pour faire la critique de votre spectacle, écrivez-leur un courriel, dans les deux jours, pour les remercier de leur présence. Faites ce geste même s’ils ne se sont pas présentés. C’est la base de l’étiquette et ça peut les encourager doucement à faire la couverture de la soirée.

Faites le suivi avec la salle

Remerciez-les de vous avoir aidé à mettre cet événement sur pied, sauf s’ils ont été des salauds de la pire espèce. Même s’ils n’étaient pas tout à fait des enfants de chœur, renseignez-vous tout de même. Toutes les choses qu’ils vous diront seront utiles afin de comprendre comment les problèmes se sont présentés, et ce même si vous devez revêtir votre épaisse peau de lézard pour affronter leur manque de tact.

Remerciez vous vous-même

Vous avez fait ça pour deux raisons : parce que vous êtes extra et parce que vous avez aidé à maintenir notre monde DIY vivant et excitant. Parfois, les gens vont vous critiquer pour des choses qui étaient pourtant hors de votre contrôle. Parfois, ils vont oublier de vous remercier. Parfois, vous allez sentir que vous vous êtes cassé le derrière pour un projet et que personne n’osera le reconnaître. Si ça arrive, envoyez-moi un courriel à l’adresse suivante: extralogical@gmail.com et je vais vous envoyer un message de remerciements, vous disant que ce que nous possédons n’aurait pas pu être possible sans vous et que vous êtes le meilleur.

 

Vivant à Toronto, Eileen Wennekers crée, fabrique, écrit et analyse tout avec une profondeur marxiste. Lorsqu’elle ne met pas sa dissertation dans un coin de la pièce pour la regarder avec méfiance, elle s’amuse à écrire des fables étranges et pataphysiques, en plus d’agir comme éditrice de la section Ex Libris de Weird Canada. Elle a produit des spectacles dans divers endroits, allant de grandes salles aux garages, en passant par des bars et des sous-sols, depuis 2001, parfois également en tant qu’artiste. La majeure partie de ses connaissances du milieu vient de discussions avec des amis y jouant des rôles divers (son, production, gestion et création).

Cet ouvrage est le fruit d’une étroite collaboration avec d’autres êtres virevoltant dans l’univers de Weird Canada, sans qui ce document serait beaucoup moins clair.

Ex Libris :: Festival Man [Geoff Berner]

Festival Man [Geoff Berner]Festival Man [Geoff Berner]

This particular glory of an abdicated day was a consequence of a mailbox hide-and-seek champion. Geoff Berner’s Festival Man waltzes in through your eyetubes*, and, by virtue of the words of a storyteller broadcasting camaraderie from the magical vortex where giving no fucks whatsoever crashes into caring about it so much that it feels like the meat of your belly is actually being harrowed, the self-inflicted obligations that leave us riddled with resentment and a creeping sense of intrinsic inadequacy are conjured away. None of it now. Rather, a jailbreak, marked by a wolfish relish which we perhaps ought to demand more often for the tenor of our daily life.

But, in any case: A rest for a little while, and our friends are here too, in the underground Alberta that Berner has inexplicably nailed, despite not being of the Prairies himself. That is one of his many gifts. Another is his third act: near-Imagist in its precision, making up for functionally concluding what feels like a long night of talking with long-missed and beloved friends by relating something that feels like it’s true. And now, on a lone-far-off quarter section of our imagination there is an abandoned farmhouse with sheets of writing blowing around in the wind that we can see in our mind’s eye when we need to.

* An operation analogous to the ingestion of the entirely adequate, thank you, draft beer that nourishes most of the decent music in Canada.

[Ed: Check Geoff out right now on his book tour]

La gloire particulière de ce jour d’abandon était la conséquence d’un champion de cache-cache de la boîte aux lettres. Festival Man de Geoff Berner valse à travers vos tubes oculaires* et, par vertu des mots d’un conteur diffusant des camaraderies d’un vortex magique où “se foutre carrément de tout” se transforme en “s’en soucier tellement qu’on se sent comme si la viande dans notre ventre se faisait torturer”, les obligations auto-infligées qui nous laissent remplis d’indignation et d’un sentiment intrinsèque d’insuffisance sont résolu de nous quitter. Ce n’est rien de tout cela. Plutôt, une évasion, marquée de réjouissances que nous devrions peut être exiger plus souvent pour le ténor de notre vie de tous les jours.

Mais, dans ce cas-ci ; Un repos pour un certain temps, et nos amis sont à nos côtés, dans l’Alberta souterraine que Berner dépeint parfaitement quoique inexplicablement, n’étant pas natif des Prairies. C’est là un de ses nombreux talents. Un autre, dans son troisième acte: quasi-imagiste dans sa précision, pour conclure de façon fonctionnelle ce qui semble être une longue nuit à discuter avec des vieux amis qui nous ont manqués en relatant des choses qui semblent être vraies. Et maintenant, dans une section lointaine de notre imagination, il y a une maison de campagne abandonnée et des pages remplies d’écritures qui volent au vent, que l’on peut voir dans notre esprit quand on en a besoin.

* Une opération similaire à l’ingestion de l’entièrement adéquate bière-en-fût qui nourrit la plupart de la musique intéressante au Canada.

[Ed: Check Geoff out right now on his book tour]

Festival Man [Geoff Berner] (back cover)