Tag: dorothea paas

New Canadiana :: Dorothea Paas – Calm Your Buddy Down

Weird_Canada-Dorothy_Paas

Crunchy turtle Sunday mornings. Cold coffee sips and house plants swaying green in cool Spring window breeze. Swollen unsure memories pore over the night before. A small kiss, a rip in your favourite old t-shirt, accidentally smashed highball glass. Regretful rolling into wistful, the soft ache in the skull pulsing out questions. Denim and plaid clad reaper sits in a chair close by, whispering dead-leaf nostalgic elegies. Stained and heavy curtains billow while dust motes drift on yellow beams.

Dimanches matins paresseux. Gorgées de café froid et plantes tirant sur le vert dans la fraîche brise printanière. Souvenirs confus de la veille. Un petit bec, un trou dans votre t-shirt préféré, un verre accidentellement cassé. Les regrets font place à la mélancolie, la douleur lancinante sous vos cheveux bat au rythme des questions. Jeans et chemise à carreaux jetés sur une chaise récitent un poème automnal. Les rideaux épais et tachés se gonflent tandis que la poussière est poussée par le vent sur les poutres jaunes.

Dorothea Paas – Vessel

Dorothea Paas – Climbing

New Canadiana :: Dorothea Paas – A Thirst

Dorothea Paas - A Thirst

Kingston’s enchanted waters have overflown and revealed another gem in the stream. Fuzzy channels have opened up and let sweet melodies filter through the bedrock. A tape found by the shore guides the way to a relaxing state known only as the end of the mind. The fluttering voice of Dorothea Paas acts like anesthesia as daylight is pushed out by memories emerging from cerebral dust. Pastoral zones are quick to shift back and forth between dreams of broken strings and damaged drum kits jostled by a pair of hands trying to awaken the dormant body. Unwind and immerse yourself in this dream map.

Les eaux enchantées de Kingston sont sorties de leur lit et ont révélé une nouvelle merveille. Des canaux flous se sont ouverts et ont laissé de douces mélodies filtrer à travers le substrat rocheux. Une cassette trouvée près de la rive nous guide vers un état de relaxation seulement connu comme la fin de l’esprit. La voix papillonnante de Dorothea Paas agit comme un anesthésique alors que la lumière du jour est expulsée par des souvenirs émergeant de la poussière cérébrale. Les zones champêtres se déplacent rapidement d’avant en arrière entre les rêves de cordes brisées et de batteries abîmées malmenées par une paire de mains qui essaie de réveiller le corps endormi. Détendez-vous et plongez dans ce rêve à l’autre bout du monde.

Dorothea Paas – A Thirst

Dorothea Paas – Meaningless