Tag: darcy spidle

Festivities :: OBEY Convention IX

obeyconvention.jpg

Harsh walls of noise overpower us, bodies shaking, our bones drummed upon. A mad dog howls, snarling… gyrating to the off kilter, out of control beats. We are spiraling in all directions at once, inhabiting this space, reclaimed momentarily each year.

A swarm of drones descends upon the city. The murky harbour washing ashore punks, jazzers, and weirdos from every depth.

Swirling together in this pool, we OBEY. We give over to the noise as it envelops us, and cradling us reminds us that we have a place. Together in this space, our minds and ideas are freed.

catherinecolas.jpg
“I think it is a special thing to have a festival that can truly disturb your routine, and shake up your mind, as well as offer you an opportunity to support local experimental acts [and] offer a rare taste of faraway music.” – Catherine Colas (Carmen)

 

nadja.jpg
“I’m super, super happy that this was able to happen – it came together and I’m really happy to be here.” – Leah Buckareff (Nadja)

 

marie.jpg
“I had a really good time, actually. I guess I had some stuff to let out and people seemed to be very into it, so it’s great. It’s nice to see people dancing. This is a great festival.” – Marie Davidson

 

sarahdavachi.jpg
“It’s nice to play in spaces that are meant for listening, with audiences that actually want to listen.” – Sarah Davachi

 

lungbutter.jpg
“It was really cool to open for Zs – we were really excited for this.” – Grace Brooks (Shining Wizard, Lung Butter)

 

Weird_Canada-Eddy-OBEY_Convention.png
“I spent the last 4 days just crying.” – Nick Dourado (Eddy, xxvii, Century Egg)

De durs murs de son nous conquièrent, nos corps tremblent alors que nos os se font tambouriner. Un chien fou hurle, grogne… tournoi sur une fausse note, sur des battements hors de contrôle. Nous volons en spirale dans toutes les directions à la fois, habitant cette espace, momentanément réclamés chaque année. Un essaim de drones descendent sur la ville. Le port boueux s’échouant sur les rives en prenant des punks, des jazzers et des weirdos de toutes les profondeurs.

Tournant ensemble dans cette piscine, nous obéissons (OBEY). Nous nous abandonnons au bruit alors qu’il nous enveloppe et nous berce, nous rappelant que nous avons une place. Ensemble dans cet espace, nos esprits et nos idées sont libérés.

catherinecolas.jpg
­« Je pense que c’est une chose spéciale d’avoir un festival qui peut vraiment déranger votre routine et brasser votre esprit et vous offrir une opportunité de soutenir des performances expérimentales locales et offrir une opportunité rare d’écouter une musique lointaine. » -Catherine Colas (Carmen)

nadja.jpg
« Je suis super, super contente que ceci fût en mesure d’arriver- Tout a pris forme et je suis réellement contente d’être ici. » -Leah Buckareff (Nadja)

marie.jpg
« J’ai vraiment passé du bon temps, en fait. J’imagine que j’avais des trucs à laisser sortir et les gens semblent aimer ça, c’est génial. C’est bien de voir des gens danser. C’est un super festival. » -Marie Davidson

sarahdavachi.jpg
« C’est bien de jouer dans des espaces faites pour écouter avec un public qui veut réellement écouter. » – Sarah Davachi

lungbutter.jpg
« C’était vraiment cool d’ouvrir pour Zs- Nous étions vraiment excités pour ça. » – Grace Brooks (Shining Wizard, Lung Butter)

Weird_Canada-Eddy-OBEY_Convention.png
« J’ai passé les quatre derniers jours à simplement pleurer.’’ – Nick Dourado (Eddy, xxvii, Century Egg)

Inferred Views :: Darcy Spidle on Heavy Fog

Darcy Spidle on Heavy Fog

The other day, a friend told me something along the lines of “I have my ear to the ground, and I keep hearing strings.” Do you think that elements of classical music are currently growing to play a bigger role in the future of nationwide experimentation?

Admittedly, my use and even understanding of the term “classical” is probably debatable, but I am interested in this burgeoning community of young, underground artists from Canada who self-identify with that genre label in some way. They are the folks who have trained in classical music but also found their ways into other genres, both popular and experimental. An artist like Alice Hansen comes to mind. She is a university trained composer but also a member of ambient pop duo You’ll Never Get to Heaven. Zachary Fairbrother of Lantern is another example. When the politics and aesthetics of those two worlds collide, it can make for very intriguing music and discussion. In ways, that’s what I’m trying to explore with Heavy Fog.

Bespoken – Aigre Douce II

Your main label, Divorce, already has a pretty good following. What do you feel are the benefits of a cassette sub-label for experimental/classical releases?

I had been hearing a lot of recordings by young composers that seemed to straddle the line between “classical” and genres I’m more used to like noise, drone, ambient, punk, indie, etc. And like noise and other outsider genres, this underground classical material was exploratory and, at times, absolutely mind blowing. These were really fresh sounds for me, so I felt compelled to get involved. Running a label is truly a musical journey of discovery, and I guess this has been a journey that I have been wanting to take for awhile.

As for a cassette sub-label, I think tape (and CD-R) culture has been essential to the development of fringe music. For a number of reasons, tape labels can take the most risks and push the boundaries of what is considered a proper release or even listenable music. It just hit me that the new music I was discovering could fit and even benefit from this culture.

<<< read more >>>

I’ve also increasingly been returning to the cassette format in my personal listening habits. Of course, analog is great, but the long format is also a nice element. With a record, you have 30 to maybe 40 minutes. All of our Heavy Fog releases will be 70 minutes or more, which is a minimum time for most of this music to properly unfold.

Heavy Fog logo

What makes Bespoken plays Nick Storring and Daniel Brandes a good choice as a first release?

Heavy Fog was just a vague idea until I started chatting with Toronto’s Nick Storring. Somehow, our online conversations eventually led to this label emerging fully formed. He had a number of recordings in the works, all of which I immediately wanted to release! And his suggestions for artists to check out have been an amazing resource. Like Alice and Zach, Nick is an example of a composer who has broken away from many of the constricting elements of traditional classical music. His current work (check out Gardens) is some of the most exciting music I have heard all year.

Experimentation is always important to me as a curator both at my festival and with the label, but for Heavy Fog I also want to focus on music that is uplifting and, dare I say it, beautiful. The Bespoken album really fit that bill. Nick and I also felt that the folk qualities of Bespoken would really suit the analog format quite well.

Who are some artists you’re excited to work with in the future?

Well, I’m taking it slow and trying hard not to get too far ahead of myself. I could spend every hour on this new label, but I have about a half a dozen other projects on the go as well. Finding balance in life is tough. That being said, the next release is in the works and should be available in January. We will be doing a retrospective on Toronto new-age classical pianist John S. Gray. Again, this is an artist who was introduced to me by Nick. John’s music has this flowing, meditative quality that, although less dense, reminds me in ways of Lubomyr Melnyk, who I believe was one of John’s contemporaries. John has a massive collection of recordings. I can’t wait to wade in over the holidays.

Can we expect to see an increase Heavy Fog-friendly artists at OBEY Convention in the future?

A goal of the OBEY Convention is to bring together artists of all kinds, so yes, I would love to see that happen. We try to touch on that world each year, but it would be nice to see even more.

Is there anything else you’d like to say? Something to promote, someone to praise, something to be excited about?

Bespoken will be officially releasing their Heavy Fog cassette (and essentially launching the label) in Toronto on Tuesday, December 10th at the Tranzac Club. They will be joined by Allison Cameron and Christopher Willes. The talented Haligonian Robert Drisdelle will be providing visuals. For those not in the Toronto, order the cassette or download the album over here. Thanks!

For more info on Darcy and his wonderful work with OBEY in particular, check out our previous interview with him.

L’autre jour, un ami m’a dit quelque chose du style« J’arrête pas d’entendre des violons partout. » Penses-tu qu’en ce moment certains éléments de la musique classique sont appelés à jouer un rôle de plus en plus important dans l’expérimentation musicale au pays?

J’avoue que mon utilisation et même ma compréhension du terme « classique » sont probablement sujettes à débat, mais je m’intéresse à cette communauté canadienne bourgeonnante de jeunes artistes marginaux qui s’identifient d’une façon ou d’une autre à cette étiquette. Ce sont des personnes qui ont étudié la musique classique tout en explorant d’autres genres, populaires ou expérimentaux. Je pense à une artiste comme Alice Hansen. C’est une compositrice formée à l’université, mais elle est aussi membre du duo de pop ambiante You’ll Never Get to Heaven. Zachary Fairbrother de Lantern est un autre exemple. Quand les politiques et les esthétiques de ces deux mondes entrent en collision, il peut en résulter des musiques et des discussions très intrigantes. D’une certaine façon, c’est ce que j’essaie d’explorer avec Heavy Fog.

Bespoken – Aigre Douce II

Divorce, ton label principal, compte déjà un bon nombre d’adeptes. Quels avantages crois-tu que ce sous-label cassette peut comporter pour des parutions expérimentales/classiques?

J’ai entendu beaucoup d’enregistrements de jeunes compositeurs à cheval entre le « classique » et d’autres genres qui me sont plus familiers comme le noise, le drone, l’ambiant, le punk, l’indie, etc. Et comme le noise et d’autres genres marginaux, ces compositions de classique underground étaient exploratoires et, parfois, complètement époustouflantes. C’était très rafraîchissant à mes oreilles, alors j’ai eu envie de m’impliquer. Gérer un label est réellement un voyage de découvertes musicales, et je suppose que ça faisait longtemps que je voulais m’engager dans cette aventure.

Pour ce qui est du sous-label, je pense que la culture de la cassette (et du CD-R) a été essentielle au développement de la musique marginale. Pour de nombreuses raisons, ces étiquettes peuvent prendre plus de risques et repousser les frontières de ce qui est considéré comme une parution légitime ou même de ce qui est écoutable. Je me suis simplement rendu compte que cette nouvelle musique que je découvrais pouvait cadrer au sein de cette culture et même en bénéficier.

<<< read more >>>

Je me suis aussi tourné de plus en plus vers le format cassette dans mes habitudes d’écoute personnelle. Bien sûr, l’analogique c’est génial, mais la longue durée est aussi un élément intéressant. Avec un disque, vous avez 30 à peut-être 40 minutes. Toutes nos parutions sur Heavy Fog seront d’au moins 70 minutes, durée minimale pour que cette musique se déploie proprement.

Heavy Fog logo

Qu’est-ce qui fait de Bespoken plays Nick Storring and Daniel Brandes un bon choix à titre de première parution?

Heavy Fog n’était qu’une idée vague avant que je discute avec Nick Storring de Toronto. D’une façon ou d’une autre, l’étiquette a pris forme au fil de nos conversations en ligne. Il avait déjà bon nombre d’enregistrements en chantier que je voulais déjà faire paraître sur-le-champ! Et ces suggestions d’artistes constituaient une mine d’or incroyable. Comme Alice et Zach, Nick est un exemple de compositeur s’étant libéré de plusieurs éléments contraignants propres à la musique classique traditionnelle. Son projet actuel (qui se nomme Gardens) figure parmi les musiques les plus excitantes que j’ai entendues cette année.

Quels sont quelques-uns des artistes avec qui tu as hâte de collaborer?

Pour le moment, je prends mon temps et j’essaie de ne pas trop me projeter dans l’avenir. Je pourrais passer toutes mes journées sur cette nouvelle étiquette, mais j’ai également environ une demi-douzaine d’autres projets en cours. Dans la vie, trouver l’équilibre est difficile. Cela dit, je travaille en ce moment sur une prochaine parution qui devrait sortir en janvier. Nous ferons une rétrospective de John S. Gray, pianiste classique nouvel-âge de Toronto. Encore une fois, il s’agit d’un artiste que Nick m’a suggéré. La musique de John a ce côté fluide et méditatif qui, bien que moins dense, me rappelle d’une certaine façon Lubomyr Melnyk, un contemporain de John si je me souviens bien. John possède une immense collection d’enregistrements. Je suis impatient de m’y plonger durant le temps des fêtes.

Peut-on s’attendre dans l’avenir à une présence plus forte d’artistes proches de Heavy Fog à OBEY Convention?

L’un des objectifs de OBEY Convention est de rassembler des artistes de toutes sortes, donc oui, j’aimerais que ça se produise. On essaie de toucher un peu à cet univers chaque année, mais ce serait bien d’en avoir encore plus.

As-tu quelque chose à ajouter? Quelque chose à promouvoir, à encenser, quelque chose qui t’allume?

Le lancement officiel de la cassette de Bespoken (et par le fait même de l’étiquette Heavy Fog) aura lieu à Toronto le mardi 10 décembre au Tranzac Club. Le groupe sera accompagné par Allison Cameron et Christopher Willes. Le talentueux Haligonien Robert Drisdelle se chargera des projections. Pour ceux et celles à l’extérieur de Toronto, vous pouvez acheter la cassette ou télécharger l’album ici. Merci!

Pour plus d’information sur Darcy et le merveilleux travail qu’il effectue pour OBEY, lisez notre dernière entrevue avec lui.

Inferred Views :: Darcy Spidle of OBEY Convention

Darcy Spidle - Creative Director of OBEY Convention

As OBEY Convention, Canada’s “most important musical happenings”[1] emerges for its sixth weekend of furious glory, Marie LeBlanc Flanagan sat down with Darcy Spidle, OBEY’s Creative Director, to discuss no-internet small towns, Halifax, Torso, OBEY’s recent not-for-profit status, and the upcoming convention.

Marie LeBlanc Flanagan: Where does your excitement about music come from?

Darcy Spidle: I’ve been involved with music in one way or another since I was a toddler and have recorded and played in bands for most of my life. I was releasing and selling self made tapes in early junior high. Music is fascinating to me on both a conceptual and emotional level. It can seriously alter your state of mind and even change your life, especially in a live setting. And yet, it’s all just this invisible, abstract entity. What’s not to like?

As for running a label and festival, I guess that all stems from an interest in DIY projects. There’s nothing more satisfying to me than seeing a plan come to life. Although I love playing music, I’ve never been the most talented musician. OBEY and DIVORCE are places I found in the music community where I can make a decent offering to people and utilize my skills. And despite the administrative elements, I look at both the festival and label as art projects similar to an album, movie, or painting.

Do you have any stories about early musical formative experiences? Were there any strong figures in your life that pushed you in this direction?

Sure, my mom and dad were big into music, mostly through their church. My brother and I grew up around guitars and singing. We were playing music for full church services and Sunday Schools as pre-teens. haha… Of course, we could only listen to Christian music, so we had a secret tape collection of rock and heavy metal that would sometimes get raided and destroyed. I remember being forced to read Guns and Roses lyrics out loud as a way of being shamed. Funny stuff. But yeah, my parents were always supportive in their own way.

It took awhile to really learn anything at all about music (still learning). I grew up with no internet in a small town. Early musical influences were limited to what I heard from friends, magazines, the local Radio Shack and Much Music. I watched City Limits religiously. I remember the “Dirty Boots” video from Sonic Youth being a big moment. Also, an older skateboard friend let me listen to half a Dead Kennedy’s song on his walkman outside the Bank of Montreal when I was 12 or 13. That really blew my mind. I’d never heard anything like it. As I got older, I started buying tapes of local bands during rare trips to the city. One of my most cherished was the Eric’s Trip – Peter cassette. I bought it on a church trip to Moncton.

Haligonians have migrated all across Canada. Why have you stayed? Is there something special about the city?

I’m a bit of a hermit and definitely have Nova Scotia and the sea in my blood. I’m very happy here and have never considered moving. If playing in a band or being social were my main pursuits, I suppose moving would be a good option, but I can live cheap and run a label and festival from here. Although I now reside a bit outside of Halifax, I do very much consider myself a Haligonian. Like a lot of arty teenagers from small towns, I felt like an outsider during my high school years and into early adulthood. Moving to Northend Halifax changed all that. It was the first time I’d ever felt like I belonged. I think Halifax is that way for a lot of people. Considering its small size, Halifax is a very cultural town that affords artists an opportunity to thrive and be seen and heard. And of course, we’ve always had an amazing music scene. This community is a very important part of my life, and I’m grateful to have a small role in it.

Tell us about Obey.

The OBEY Convention was started in 2007 by Sandy Saunders (aka Torso) and myself. I was doing the odd experimental shows at a place called Salvation in Halifax. DIVORCE put out a local experimental comp and some Torso releases around that time. I was also recording and performing an experimental solo thing called Shit Cook. The time was right. Sandy was pals with Bastard Noise from San Francisco. They decided to come up here, so we built a festival around it. No one in town was really offering a space for that kind of punk inspired experimental stuff, so we did it.

Obey Convention doesn’t adhere to any single genre or sound. What’s your curatorial process? What do you love?

Well, I subscribe to a very loose criteria, and I believe that it is important to let things evolve naturally with OBEY. It gets called an experimental music festival quite often, but I try not to ever categorize it that way. I know the purists roll their eyes when they see that tag applied. However, I do think the experimental flavour is an important characteristic of our program. And I look for bands and artists that are experimenting in some way, whether it’s a band like Pissed Jeans who push past the restrictions of hardcore punk, or an artist like Pete Swanson who explores the intersection of noise and minimal techno. I believe that all our artists are bringing something new to the table. And gathering all these genres and ideas together for one intimate weekend is bound to further perpetuate this sort of exploration.

The curatorial process for me is very organic. I sometimes chat with artists for a number of years about coming to Halifax. That was the case with Corsano and Pissed Jeans. I also chat with friends from around North America who have eyes and ears on the ground. My partners at the fest and knowledgeable friends also help with these decisions.

I like to have someone somewhere vet the live show of each of our artists, especially the headliners. And, of course, I have to really like what I hear and be excited about it. So things just start to take form and I go. I never have a preconceived idea of what OBEY will look like by the time we announce. There’s no agenda. People can complain that there’s not enough of this or that, but I don’t go into it with any overall plan. I try to let each installment take its own form.

Once I have a rough lineup, it becomes this puzzle in my mind. I usually don’t sleep much for a couple of weeks as I try to schedule the festival and fill in the blanks. It’s probably one of the most painful parts of the process. Since the festival follows from one event the next, it really needs to work as an entire movement. That takes a lot of work and thought. I can tell it’s done when I start to feel some psychological relief.

As for what I love, it can be anything. I’m not interested in one particular genre or sound. I do try to book some kind of virtuoso every year. This year it’s Chris Corsano. I’m fascinated by the idea of someone dedicating their life to the perfection of an instrument. I also like sonically intense live performances and studies in volume. I’m expecting Swanson to come through on that one. And of course, punk in one form or another will hopefully always play a role at our festival. I think the DIY ethic and anti-mainstream agenda of the early American punk movement is really the starting point for many of the genres we present.

Who helps with Obey Convention? What do they do?

It’s a big list at this point. Matthew Samways from Electric Voice is the assistant director. He helps with curation and all the artist needs logistics. He’s much more organized than me, and I couldn’t do it without him. Evan Cardwell has been with the fest since early on. He manages sound and other tech needs for every event. During the weekend, he has the most intense job. Evan also helps with curation and presentation ideas. I usually go to him when I’m really stuck. Seth Smith does all our design. I think it is important for the festival imagery to be more about art than marketing. The imagery he comes up with represents us perfectly. Kat Shubaly is another one of our super organized people. She runs all the box office ticketing stuff during the festival. Meg Yoshida does our layout and puts together our festival guide. Andrew Patterson is one of our writers and the all around man. The list goes on, and we have any amazing and supportive board of directors as well – Nancy Urich, Natalie Slater, Matt Charlton, Dan Joyce, and Derrick Hiltz.

Attending Obey we’ve witnessed the incredible support from the arts community in Halifax. What kind of relationship does Obey have to the community? Is it growing? Where will it go next?

As I mentioned, Halifax is a special place. The arts community is so welcoming and supportive. I feel like a little kid sometimes, always asking more knowledgeable people for help and advice. The festival is growing, and that wouldn’t be happening without this guidance and support. Again, I feel so lucky to be a part of it all. If you take a look at our sponsors, you’ll see just how many people pitch in. It’s remarkable to me, especially considering the obscure nature of some of our presentations.

And yes, we feel a sense of love for OBEY from the attendees and the artists. It’s not always been easy to pull off. When it becomes a real struggle, it’s all the people who look forward to the festival and offer their help that keep us on track.

I am motivated to make the OBEY Convention grow, for sure. Being as passes and some shows have been sold out for more than a month, it’s become obvious that we have, in some ways, out grown our venues and need to look at ways to accommodate more people. That’s exciting, but also challenging. It’s that sense of community and intimacy that is so important to OBEY. I could see it all being lost by growing in the wrong direction. We’ll all get together in the summer and figure out the right way forward. We have some ideas.

Tell us about your hardest Obey moment.

There have been many hard moments, especially in the planning stages. It can be a real challenge on many levels. As far as an actual event, we had someone smash out a huge window at one of our venues during OBEY II. It was a weird situation that cost us a lot of money that we didn’t have. It was both an emotional and financial slap in the face after a tough few months of work.

And the Obey moment(s) that made it all worth it.

A defining moment for OBEY was when that very window was paid for within 24 hours by donations from the audience and supporters from across the country. haha… It was very overwhelming for me to see it happen. I’m pretty sure that experience has something to do with why the OBEY Convention still exists. That feeling of support really stuck with me.

Besides that, there have been just so many amazing performances over the years. I can’t begin to list them all. I’d feel a real loss if I didn’t have these shows to look forward to each spring.

Fast Five

Favorite release forever: Alice Coltrane – Journey in Satchidananda

Favorite live music moments forever: hmm… recent highlights – Bastard Noise – OBEY I, Michael Hurley – Sappy 7, Pierre Bastion – OBEY IV, Merzbow – Reflux, Eric Copeland – OBEY – 5, Dirty Beaches – OBEY 4, Grouper – St. David’s, Willie Nelson – Metro Centre, Colin Stetson at Halifax Jazz Fest and on and on…. I could never pick one, and my memory doesn’t go back too far!

Favorite spots in Halifax: The Khyber, Java Blend, Point Pleasant Park, Barrington St, Fuller Terrace

Favorite surf spot: If I told, I’d be run out of the Eastern Shore.

Favorite living human: Aaron Levin

Marie LeBlanc Flanagan: D’où provient ton excitement envers la musique?

Darcy Spidle: J’ai fréquenté la musique d’une façon ou d’une autre depuis que je suis enfant et j’ai enregistré et joué dans des groupes la majorité de ma vie. Je sortais des cassettes que j’avais faites et les vendais lorsque j’étais au secondaire. La musique me fascine à la fois au niveau conceptuel et émotionnel. Elle peut carrément altérer ton état d’esprit, et même changer ta vie, et ce, particulièrement dans un contexte live. Et pourtant, c’est seulement une entité abstraite invisible. Qu’est-ce qu’on peut ne pas aimer?

Pour ce qui est de faire rouler une compagnie de disques et un festival, je crois que ça découle d’un intérêt pour les projets DIY (fais-le toi-même). Il n’y a rien de plus satisfaisant pour moi que de voir un projet prendre vie. Même si j’adore faire de la musique, je n’ai jamais été le plus talentueux. J’ai trouvé en OBEY et DIVORCE l’endroit dans la communauté musicale où je peux offrir quelque chose de décent et utiliser mon savoir-faire. Malgré le côté administratif, je perçois le festival ainsi que le label comme des projets artistiques au même titre que créer un album, un film, ou une peinture.

As-tu des histoires d’expériences formatrices lors tes débuts avec la musique?

Certainement, ma mère et mon père étaient des adeptes de musique, surtout à travers leur église. Mon frère et moi avons grandi parmi les guitares, à chanter. Lorsqu’on était préadolescents, on faisait de la musique pour les messes et l’école du dimanche. Haha… Évidemment, on ne pouvait qu’écouter de la musique chrétienne, donc, on avait une collection secrète de cassettes de rock et de heavy metal qui éventuellement se faisait traquer et détruire. Je me souviens avoir été obligé de lire à voix haute les paroles d’une chanson de Guns and Roses afin de ressentir la honte. Assez drôle. Mais oui, à leur façon, mes parents ont toujours été un support.

Ça m’a pris du temps avant de vraiment apprendre quelque chose sur la musique (j’apprend encore). J’ai grandi sans internet dans une petite ville. Mes influences étaient à l’époque ce que j’avais entendu par des amis, dans les magazines, le Radio Shack local et Much Music. J’ai regardé City Limits religieusement. Un moment fort pour moi, je me souviens, est de voir le vidéo de “Dirty Boots” de Sonic Youth. Également, un ami skateboarder plus âgé m’a laissé écouté la moitié d’une chanson de Dead Kennedys dans son walkman en-dehors de la Banque de Montréal, quand j’avais 12 ou 13 ans. Ça m’avait totalement stupéfié. Je n’avais jamais rien entendu comme ça. Plus vieux, j’ai commencé à acheter des cassettes de groupes locaux lors des rares voyages en ville. Celle que je chérissais le plus était Peter cassette de Eric’s Trip. Je l’ai acheté lors d’un voyage organisé par l’église, à Moncton.

Des Haligoniens ont migré partout au Canada. Pourquoi es-tu resté à Halifax? Il y a quelque chose de spécial dans cette ville?

Je suis un peu un ermite et j’ai définitivement la Nouvelle-Écosse et la mer dans le sang. Je suis très heureux ici et je n’ai jamais considéré déménager. Si mon but était de jouer dans un groupe ou d’être socialement actif, je suppose que déménager serait une bonne option, mais d’ici, je peux vivre pour pas cher, avoir une compagnie de disque et un festival. Quoique maintenant je réside un peu en dehors de la ville, je me considère toujours comme Haligonien. Comme beaucoup d’adolescents artistiques qui grandissent dans de petites villes, je me suis senti comme un étranger durant mes années d’école secondaire et mes débuts de vie adulte. Déménager à Northend Halifax a totalement changé ma vie. C’était la première fois que je sentais que j’appartenais à quelque chose. Je crois que pour beaucoup de gens, Halifax représente le même refuge. Considérant sa petite superficie, Halifax est une ville très culturelle qui offre une opportunité aux artistes de travailler et d’être vus et entendus. Et naturellement, nous avons toujours eu une excellente scène musicale. Cette communauté est une importante partie de ma vie et je suis reconnaissant d’y avoir un petit rôle.

Parle-nous de Obey.

OBEY Convention a été créé en 2007 par Sandy Saunders (aka Torso) et moi-même. Je faisais des shows expérimentaux étranges dans un endroit nommé Salvation, à Halifax. À cette époque, DIVORCE avait sorti une compilation de groupes locaux expérimentaux et quelques disques de Torso. J’enregistrais moi-aussi et performais solo sous le nom de Shit Cook. L’alignement était parfait. Sandy était ami avec Bastard Noise de San Francisco. Ils ont décidé de venir alors on a bâti un festival autour de leur passage. Personne en ville n’offrait vraiment de place pour ce genre de musique punk expérimental alors on l’a fait.

Obey Convention n’adhère à aucun genre en particulier, à aucun son. Quelle est votre vision? Qu’aimez-vous?

Eh bien, mes critères sont assez larges, et je crois qu’il est important que les choses évoluent naturellement avec OBEY. On en parle souvent comme d’un festival de musique expérimentale mais j’essaie de ne pas trop le catégoriser ainsi. Je sais que les puristes roulent les yeux vers le ciel lorsqu’ils voient ce type de tag. Cependant, je crois que la saveur expérimentale est une caractéristique importante de notre programmation. Et je cherche des groupes et des artistes qui expérimentent d’une façon ou d’une autre, que ce soit un groupe comme Pissed Jeans qui pousse sa musique au-delà des restrictions du punk hardcore, ou un artiste comme Pete Swanson qui explore l’intersection entre le noise et le techno minimal. Je crois que tous nos artistes apportent quelque chose de neuf. Et l’action de rassembler tous ces genres et toutes ces idées pour une fin de semaine intimiste est vouée à perpétuer cette sorte d’exploration.

Le rôle de curateur, pour moi, est très organique. Je corresponds parfois avec des artistes durant des années, à propos de venir à Halifax. C’était le cas à propos de Corsano et de Pissed Jeans. Je chat aussi avec des amis de partout en Amérique du Nord qui sont à l’affut du milieu musical. Mes partenaires au festival et amis avisés m’aident dans ces décisions.

J’aime avoir quelqu’un, quelque part, qui sait où se déroulent les concerts de tous nos artistes, spécialement les têtes d’affiches. Et, évidemment, je dois adorer ce que j’entends et être vraiment excité de les voir jouer. Alors les choses prennent forme et ça décolle. Je n’ai jamais d’idée préconçue quant à la programmation en général d’une édition d’OBEY, au moment de son annonce. Il n’y a pas d’agenda. Les gens peuvent se plaindre qu’il n’y a pas assez de ci ou de ça, mais je n’y vais jamais avec un plan d’ensemble. J’essaie de laisser chaque édition prendre sa propre forme.

Dès que j’ai une idée brouillonne de l’alignement, ça devient un casse-tête dans mon esprit. Je ne dors généralement pas trop durant les semaines où j’essaie de programmer le festival et remplir les trous. C’est probablement la partie la plus douloureuse du processus. Puisque le festival est un enchainement d’évènements, il doit être construit comme un mouvement entier. Ça demande beaucoup de travail et de réflexion. Je peux dire que c’est fait lorsque je sens un relâchement et un soulagement psychologique.

Pour ce qui est de ce que j’aime, ça peut être n’importe quoi. Je ne suis pas intéressé à un son ou genre en particulier. J’essaie cependant de booker un virtuose au moins à chaque année. Cette année, c’est Chris Corsano. Je suis fasciné par l’idée d’un musicien qui consacre sa vie entière pour le perfectionnement d’un instrument. J’aime également les performances et études sonores intenses. Je m’attends à ce que Swanson nous offre exactement ça. Et bien sûr, le punk, sous une forme ou une autre, jouera toujours un rôle important dans notre festival. Je crois que l’éthique DIY et l’anti-mainstream des débuts du mouvement punk américain est réellement le point de départ de plusieurs genres que nous présentons.

Qui vous aide avec Obey Convention? Que font-ils?

C’est une longue liste. Matthew Samways d’Electric Voice est le directeur adjoint. Il aide à la programmation et coordonne tous les besoins des artistes au niveau logistique. Il est beaucoup plus organisé que moi et je ne pourrais pas le faire sans lui. Evan Cardwell a été avec le festival depuis les débuts. Il gère le son et autres besoins techniques pour chaque évènement. Durant la fin de semaine, il a le travail le plus intense. Evan aide également à la conception de la programmation et à la présentation. Je vais généralement le chercher quand je suis bloqué. Smith fait l’entièreté de notre graphisme. Je crois qu’il est essentiel que le visuel du festival soit davantage de l’art que du marketing. Le visuel qu’il apporte nous représente parfaitement. Kat Shubaly est une autre de nos personnes super organisées. Elle s’occupe de la vente des billets et autre durant le festival. Meg Yoshida s’occupe de l’infographie et met sur pied le guide du festival. Andrew Patterson est l’un de nos auteurs et homme à tout faire. La liste continue, et nous avons un extraordinaire conseil d’administration qui nous soutien – Nancy Urich, Natalie Slater, Matt Charlton, Dan Joyce, and Derrick Hiltz.

Lorsque nous étions à Obey, nous avons été témoins d’un support incroyable de la part de la communauté artistique de Halifax. Quelle sorte de relation a Obey avec la communauté? Est-ce qu’elle grandit? Où se dirige-t-elle?

Comme je l’ai mentionné, Halifax est un endroit spécial. La communauté artistique y est vraiment accueillante et d’un grand soutien. Je me sens parfois comme un enfant, demandant sans cesse des conseils et de l’aide à des personnes plus expérimentées. Le festival grandit et ça ne pourrait arriver sans ces conseils et ce support. Je me sens privilégié de faire partie de tout ça. Si vous regardez qui sont nos sponsors, vous verrez la quantité de gens qui s’investissent dans le projet. C’est remarquable, pour moi, spécialement en considérant la nature obscure de certaines de nos présentations.

Et oui, nous ressentons un sentiment d’amour de la part des participants et artistes. Ça n’a pas toujours été facile de monter tout ça. Quand ça devient un vrai combat, ce sont tous les gens qui ont hâte au festival et offrent leur soutient qui nous gardent sur la bonne voie.

Je suis motivé à faire grandir OBEY Convention, certainement. En voyant la quantité de passes vendues et de shows sold out, il est devenu évident que nous avions, en quelque sorte, dépassé la capacité des salles dans lesquelles nous présentions et que nous devions trouver des manière d’accommoder plus de gens. C’est excitant mais c’est aussi un défi. C’est ce sentiment de communauté et d’intimité qui est si important pour OBEY. Je pourrais voir tout ça être perdu si nous grandissions dans la mauvaise direction. Nous allons tous nous rassembler cet été et tenter de trouver une bonne manière d’évoluer. Nous avons quelques idées.

Parle-nous de ton moment Obey le plus difficile.

Il y a eu beaucoup de moments difficiles, spécialement lors de la planification. Ça peut être vraiment ardu à plusieurs niveaux. Lors d’un évènement, quelqu’un a fracassé une énorme fenêtre dans une des salles de spectacles. C’était une situation bizarre qui nous a couté beaucoup d’argent que nous n’avions pas. C’était une gifle à la fois émotionnelle et monétaire après les quelques mois de travail acharné.

Et le moment Obey qui fait que ça en vaut la peine.

La réparation de cette même fenêtre dans les 24 heures après l’incident, grâce aux dons du public et de personnes provenant de partout au pays est un moment clé pour OBEY. Haha… C’était vraiment incroyable pour moi de voir ce qui se produisait. Je suis certain que cette expérience a à voir avec pourquoi OBEY existe encore aujourd’hui. Ce sentiment de soutien est vraiment resté avec moi.

Mise à part ça, il y a juste eu tellement de performances exceptionnelles au fil des années. Je ne peux même pas commencer à les énumérer. Je ressentirais un vrai manque si je n’avais pas, à chaque printemps, hâte de voir ces spectacles.

Rapidement, 5 questions

Meilleur album à vie: Alice Coltrane – Journey in Satchidananda

Meilleur moment lors d’un spectacle: hmm… les points forts récents – Bastard Noise – OBEY I, Michael Hurley – Sappy 7, Pierre Bastion – OBEY IV, Merzbow – Reflux, Eric Copeland – OBEY – 5, Dirty Beaches – OBEY 4, Grouper – St. David’s, Willie Nelson – Metro Centre, Colin Stetson au Halifax Jazz Fest et ça continue…. Je ne pourrais jamais en choisir un, et ma mémoire ne recule pas si loin!

Meilleurs endroits à Halifax: The Khyber, Java Blend, Point Pleasant Park, Barrington St, Fuller Terrace

Meilleur endroit de surf: Si je le dis, je suis barré de la côte est.

Être humain favori: Aaron Levin

Cameo :: Darcy Spidle on Lubomyr Melnyk – KMH

Lubomyr Melnyk - KMH

In 1979 Manitoba’s Lubomyr Melnyk unleashed his “continuous mode” of piano technique with the release of KMH on Toronto’s prolific Music Gallery Editions imprint. The “continuous mode” is an extreme exercise in minimalism that involves pounding arpeggios up and down the keyboard at hyper speed. At times he is playing an astonishing 19 notes per second on each hand. According to Melynk, the magnitude of this music and the sonic ghosts that arise from the clashing of notes at such a pace can evoke spiritual experiences for the listener. It is a lofty claim, and one that it is sometimes tossed around too often. But if music of any kind can bring on altered states, this pianist’s super-human performances probably can, especially in a live setting.

Writing in the liner notes, Melnyk chastises technology as “a violent yet subtle tearing away from our foundations of peace.” He is talking here about his reluctance, at the time, to record this album. Like all of his compositions, KMH is an exercise in physicality, a musical feat that is rooted in a unique space and time. In 1979 Melnyk was barely willing to allow his musical time bending to be recorded, or as he eloquently put it, “handed over to be re-cooked as leftover meat.”

A few years back I was fortunate enough to witness Melnyk in concert. And I will say, the enormous wave of sound that washed over the audience that night would certainly not be forgotten by anyone who was in the room. Of course, a record can never quite articulate that level of intimacy and intensity, but KMH is the next best thing. It is a document of potent virtuosity by a musician in his prime who was (and still is) obsessed with exploiting his freakish gifts and affinity for the piano. It is certainly a one-of-a-kind release, and contrary to the artist’s concerns, the record’s beauty does in fact lay in its ability to capture — however imperfectly — a momentous performance by one of Canada’s most unusual talents. Last I heard he still had a few sealed copies of the original 1979 release. So, as they say around here, GRIP OR REGRET.

Darcy Spidle is the founder of Divorce Records, the OBEY Convention festival and recently starred in the film LOWLIFE. He also plays a mean jaw harp as Chik White.

En 1979, Lubomyr Melnyk, originaire du Manitoba, présentait pour la première fois sa technique pianistique du « mode continu » avec l’album KMH, paru sur la prolifique étiquette torontoise Music Gallery Editions. Exercice extrême de minimalisme, le mode continu consiste à jouer des arpèges ascendants et descendants avec force et à vitesse hallucinante, parfois jusqu’à 19 notes par seconde. Selon Melnyk, l’ampleur de cette musique et les fantômes soniques issus du choc constant des notes peuvent mener à des expériences spirituelles chez l’auditeur. Ce genre de déclaration, que l’on entend parfois trop souvent, peut paraître trop ambitieuse, mais si la musique est capable de provoquer des états altérés de conscience, cela s’applique probablement aux performances surhumaines de Melnyk, particulièrement sur scène.

Dans les notes d’accompagnement de l’album, Melnyk accuse la technologie de causer « un déchirement violent et subtil de nos fondements pacifiques ». Il fait ici référence à sa réticence, à l’époque, d’enregistrer cet album. Comme toutes ses compositions, KMH est un exercice physique, une prouesse musicale intimement liée à un point spatio-temporel particulier. En 1979, Melnyk était peu disposé à enregistrer ses exploits musicaux « pour qu’on les réchauffe comme des restants de viande ».

Il y a quelques années, j’ai eu la chance d’assister à un concert de Melnyk. Je dirai ceci : personne qui était présent dans la salle ce soir-là n’oubliera de sitôt l’immense vague de son qui a déferlé sur l’auditoire. Évidemment, un enregistrement ne pourra jamais attester précisément toute l’intimité et l’intensité d’un tel événement, mais KMH est la meilleure alternative. C’est un témoignage de la virtuosité et de la puissance d’un musicien dans la force de l’âge qui était continue d’être voué à l’exploitation de ses dons surnaturels et de son affinité pour le piano. C’est un album unique en son genre, et malgré les inquiétudes de l’artiste, sa beauté vient de sa capacité à capturer, bien qu’imparfaitement, une performance historique d’un des talents canadiens les plus singuliers. Aux dernières nouvelles, Melnyk avait encore quelques copies scellées de l’édition originale de 1979. Comme on dit ici, SAISISSEZ OU REGRETTEZ.

Darcy Spidle est le fondateur de Divorce Records et du festival OBEY Convention et a récemment joué dans le film LOWLIFE. Il est également joueur accompli de guimbarde sous le nom de Chik White.

Lubomyr Melnyk – (excerpt)

Lubomyr Melnyk – (excerpt 2)

Premiere :: Lowlife (trailer)

[yframe url=’http://www.youtube.com/watch?v=KDgSgKL7yws’]
We’re proud to ring in 2012 with straynge tidings lurking in the Nova Scotian sticks. The warped minds behind Dog Day / YORODEO and DIVORCE / Obey Convention have been toiling in the muck for the last two years to create a full-length mudsploitation flick that will finally see the light of day in 2012. Lowlife is a shiver-inducing, psychotropic surrealist drama filmed in stark b&w, and featuring a range of heavies from the Halifax music / art subterrain. Befittingly, the soundtrack is a phantasmagoric blend of self-described “squelch and screech from a bunch of our favourite experimenters”, Seth’s improvised tuba-drone and lusty narration from his German father-in-law, Ogi. Weird Canada is honoured and overjoyed to present the trailer’s world premiere.

For a full Q&A with Seth Smith and Darcy Spidle, please click here.