Tag: Dada Centauri

New Canadiana :: Dada Centauri – III

Dada Centauri - IIIDada Centauri - III

Like twin steamliners heaving through the restless sea, both sides of this tape from Burro bros Andrew Hume and Whitney Ota (on various “modular/mono/poly/synths, electronics, tapes, junk, noise”) simultaneously exude an airy and naturally ominous but overwhelmingly machinistic environment of aquatic immersion. The foggy drones and steam engine beats peak and rise like smooth brushstrokes, vividly conjuring a poly-mod dream where you’re flying but the sunset is nothing more than a sea of trees. In the end, this isn’t music that tells you anything explicitly, feeds you mantras of life and death, nor tries to teach you a lesson. It simply invites you along on its ominous journey; what you learn and take away from the ride is ultimately up to you.

Tel deux paquebots à vapeur identiques fendant les vagues de la mer agitée, les deux côtés de cette cassette concoctée par les Burro bros Andrew Hume et Whitney Ota (à l’aide de différents « modulaire/mono/poly/syntés, électroniques, cassettes, déchets, bruit ») exsudent un spacieux environnement d’immersion aquatique spacieux et naturellement inquiétant, mais aussi excessivement machinal. Les bourdonnements embrumés et les battements de machine à vapeur vont et viennent vers leur apogée tel de fluides coups de pinceau, conjurant avec clarté un rêve poly-modulaire dans lequel vous planez, mais où le coucher de soleil peine à percer la surface d’un océan d’arbres. Finalement, ce n’est pas une musique qui est explicite dans ce qu’elle exprime, qui vous nourrit de mantras de vie ou de mort, ou qui essaie de vous apprendre une leçon. Elle vous invite simplement à faire partie de son périlleux voyage; en fin de compte, ce que vous en retirez dépend de vous.


Dada Centauri – A (excerpt)


Dada Centauri – B (excerpt)

New Canadiana :: Dada Centauri – II

Weird_Canada-Dada_Centauric-II

When Max Ernst’s clone is recruited to design the next ISS module, you can expect that he’ll require the on-board sound-system to blast this tape at full volume. Andrew Hume and Whitney Ota of Burro fame reunite under the Dada Centauri banner to pump out a C60’s worth of nebulous space jams. II careens from cosmic tideline ambience to foreboding quasar pulse, computer bleep-bloop to the drone of singing spheres. Occasionally, a loop or phrase straight from the library raises its hauntological head. A stellar grip courtesy of the astro-avant-garde.

Quand le clone de Max Ernst est recruté pour créer le prochain module de la Station spatiale internationale, on peut s’attendre à ce qu’il ait besoin de la chaîne audio à bord pour faire jouer cette cassette à plein volume. Andrew Hume et Whitney Ota, connus pour leur rôle dans Burro, sont réunis à nouveau sous la bannière de Dada Centauri pour produire l’équivalent d’une C60 de sessions spatiales nébuleuses. II oscille entre une ambiance de démarcation cosmique et les battements prémonitoires des quasars, entre les bruits d’ordinateurs et le ronronnement de l’Harmonie des sphères. De temps à autre, un son en boucle ou une expression directement tirée de la bibliothèque pointe le bout de son nez fantomatique. Une emprise stellaire, offerte par l’avant-garde astrale.

Dada Centauri – 2f

Dada Centauri – 2c