Tag: clara engel

New Canadiana :: Clara Engel – The Bethlehem Tapes

Weird_Canada-Clara_Engel-The_Bethlehem_Tapes.jpg

Dark lulls of quiet repose drift like so many memories in the night. Cathedrals echo with the pitter patter of a soft voice as it speaks of the space that exists between the spaces that take up the shape and form of the sounds we see behind closed eyes. The revenants that lilt from such great heights are far too misremembered to dare touch down once more. Rather, they stay in the rafters as their whispers and musky laughter fall onto the heads below, present again in the moment as they once were.

De sombres accalmies de repos tranquille dérivent comme autant de souvenirs dans la nuit. Les cathédrales résonnent du tapotement de la douce voix qui raconte l’espace existant entre les espaces ayant la taille et la forme des sons que l’on voit les yeux fermés. Les revenants qui se dandinent de ces hauteurs vertigineuses ont bien trop sombré dans l’oubli pour oser redescendre une fois de plus. Ils restent plutôt dans les poutres d’où leurs murmures et leurs rires musqués tombent sur les têtes plus bas, présents encore pour un moment tels qu’ils l’ont déjà été.

Clara Engel – Trembling Dust

Clara Engel – Skywalk to Crescent Town

New Canadiana :: Clara Engel – Ashes and Tangerines

Clara Engel - Ashes and Tangerines

Some music seems too big for itself. Like an ancient encyclopedia with entries on folk, blues, post-punk, opera, and chamber music that sits on a shelf next to a pretty little wilting plant on one side and lonely fish in a bowl on the other — and you wonder how that tome doesn’t bring the whole bookcase crashing down. So big are the sounds here, so crackling with emotion that the perfect place to see it live would be somewhere old and wooden: a huge hall usually saved for ceremonies, lit by hundreds of candles, flickering and warm. Or, if not live, then as a soundtrack to a movie that takes place in a very old, grey city, where two lovers lose each other and have to spend a cold night wandering the wet streets searching for the other. It would be autumn, and most of the citizens of this city would also be cold, but some kind souls would extend their hands in help. In the end the lovers would find one another, but not after losing something else that they could never get back.

Certains genres de musique semblent trop vastes pour ce qu’ils sont. Imaginez ceci : reposant sur une étagère entre une plante fanée et un poisson rouge dans un bocal, une vieille encyclopédie remplie de fiches sur le folk, le blues, le post-punk, l’opéra et la musique de chambre, tellement massive que c’est à se demander quelle force divine maintient l’étagère au mur. La scène parfaite pour écouter une représentation de cette musique si vive, si débordante d’émotions serait un vieux hall habituellement réservé aux cérémonies où des centaines de chandelles projettent leur lueur chaude et crépitante sur ses murs faits de bois. Autrement, on pourrait l’imaginer comme la trame sonore d’un film qui se déroule dans une vieille ville grisâtre, où deux amants passent une froide nuit d’automne à errer en clapotant dans les rues mouillées à la recherche l’un de l’autre. Étant donné la saison, la plupart des habitants seraient aussi froids que la nuit, mais il y aurait quand même quelques bons samaritains prêts à donner un coup de main. À la fin, les amoureux seraient réunis, mais non sans sacrifier pour de bon quelque chose qui leur est très cher.


Clara Engel – Raven


Clara Engel – Marrow Bone