Tag: cassette

New Canadiana :: Wooden Wives – Workers! Strike Down These Enemies Of Victory

Weird_Canada-WoodenWives-Workers.jpg

WIVES IS OVER. With a decade-long presence that winds throughout Saint John’s music scene, the Wooden Wives were unlikely to go out with anything but a bang as their ever-morphing, explosive presence comes to its inevitable conclusion. Despite containing mostly previously unreleased tracks, the final album from the Wooden Wives fittingly plays like a Best Of compilation, running the gamut between spoken word pieces, fast punk snippets, a cover, and long drone selections. Subverting the idea of what constitutes a song, the Wooden Wives relax the mind and energize the body. Influencing innumerable groups from the Maritimes and already splitting off to form a handful of their own exciting new projects, they are gone but hardly forgotten. Wooden Wives 2005-2015 RIP.

Le temps des WIVES est fini Avec une présence sur presque toute la scène musicale de Saint-John’s de 10 ans, il était peu plausible que les Wooden Wives n’allaient pas quitter sans frapper fort alors que leur présence explosive et toujours changeante vient à son inévitable conclusion. Malgré qu’il contient majoritairement des pistes précédemment non publiées, l’album final des Wooden Wives joue de façon appropriée comme un Best Of des compilations, dirigeant la gamme entre les fragments de mots parlés, les bribes rapides de punk, une couverture et une longue sélection de drones. Renversant l’idée de quoi constitue une chanson les Wooden Wives relaxent l’esprit et donnent de l’énergie au corps. Influençant d’innombrables groupes des Maritimes et s’étant déjà séparés pour former une poignée de leurs propres nouveaux projets excitants, ils sont partis, mais pas oubliés. Wooden Wives 2005-2015 RIP.

Wooden Wives – Gone With the Wind

Wooden Wives – Figureheads

New Canadiana :: Carla Sagan – Observer Bias

Weird_Canada-Carla_Sagan-Observer_Bias

Predictably, another cosmic-Rorshach test is passed with flying colours. The Cosmos Update notes that there have been fewer sightings of UFOs and more stories of abductions. Good. Star-gazing on a sticky summer evening, we draw straws to decide who will try to convince the pilot to stop along the way and pick up all remaining pals. As long as we have each other we’ll do well on Mars. We’ll teach them frisbee.

Prévisiblement, un autre test de cosmique-Rorshach est passé haut la main. La Mise à jour du Cosmos constate qu’il y avait moins d’apparitions d’ovnis et plus d’histoires d’enlèvement. Bien. Regardant les étoiles par une soirée collante d’été, nous tirons à la courte paille pour décider qui va essayer de convaincre le pilote d’arrêter sur le chemin et de ramasser tous les amis restants. Pourvu que nous nous avons l’un l’autre, nous allons bien réussir sur Mars. Nous allons leur enseigner le frisbee.

Carla Sagan – Cosmos Theme

Carla Sagan – ‘Heroes of Space Travel’

New Canadiana :: Seri Oko – Seri Oko

Weird_Canada-Seri_Oko-Seri_Oko

Since the dawn of electric light we have deliberated wildly about what may lurk in freshly rendered darkness, the space ransacked of radiation by the flick of a switch. This narrative replays in the basements and attics of the city’s industrial graveyards, when the house lights go down and phantasm reigns. Upon this shade Seri Oko casts their billowing proclamation: sending it sinuating with layers of feedback to the darkest reaches of the room. Gutted, we surface, with visions of silky rapture thwarted by metallic hum.

Depuis l’aube de la lumière électrique nous avons réfléchi furieusement à ce qui peut rôder dans l’obscurité fraîchement retournée, l’espace ravagée de radiation par l’effleurement d’un interrupteur. Cette narration rejoue dans les sous-sols et les greniers des cimetières de villes industrielles quand les lumières de la maison s’éteignent et le fantasme règne. Sur ce ton, Seri Oko jette leur proclamation gonflante, l’envoyant sinuer avec des couches de réactions dans les confins les plus noirs de la pièce. Estomaqués, nous faisons surface avec des visions d’extases soyeuses déformées par un fredonnement métallique.

Seri Oko – Iridescence

Seri Oko – Treading Water

New Canadiana :: Paranerd – Writ EP

Weird_Canada-Paranerd-Writ_EP.jpg

We’ve always been inclined to dance together in circles. Mind you, our feet barely shuffle, and our bopping heads merely impose our knees to dip whilst clurbing. The thought of being streaked with ultraviolet light by ceiling projectors is tempting enough to check in, but tonight we’re really better off vibin’ from each other’s houses. Our jiving abilities are overcome by our own reveries, induced by the fluidity of oonts, tweaks and burbles. There are disparate segments of syncopated, burst mode riddums that clatter in sequences. A singular, spacey squelch that typifies a launch into hyperspace and sweeping cut off frequencies for full velocity.

Nous avons toujours été enclins à danser en rond ensemble. Mais attention, nos pieds traînent à peine et nos têtes rebondissantes ne font qu’imposer à nos genoux de se ployer pendant que nous sortons en boîtes. L’idée de se faire strier de lumières ultraviolettes par des projecteurs au plafond est assez tentante pour participer, mais ce soir nous ferions mieux de prendre du bon temps à partir de nos maisons. Nos habilités à giguer sont vaincues par nos propres rêveries, induites par la fluidité des boom boom, des altérations et des gazouillis. Il y a des segments disparates de rythmes en mode rafales syncopés qui se fracassent en séquences. Un bruit de succion singulier qui caractérise un lancement dans l’hyperespace et un balayage coupent les fréquences pour atteindre une pleine vélocité.

Paranerd – Wakcz

Paranerd – Walxc

New Canadiana :: Softess – Dark Power

Weird_Canada-Softess-Dark_Power

Softess is the Queen of Dusted Dreams. She makes impulse purchases, and she never regrets it.

Softess is holding back your sister’s hair as she upchucks white noise. It’s howling to the black stars of the collapsing universe until your lungs softly rot.

The palm reader sees all of this and says you’re going to die soon. You tell her, “It’s just the shrooms, man.”

La douceur, c’est la Reine des Rêves Époussiérés. Elle fait des achats impulsifs et elle ne le regrette jamais.

La douceur, c’est aussi retenir les cheveux de votre sœur alors qu’elle vomit du bruit blanc. C’est de hurler aux étoiles noires de l’univers qui s’écroule jusqu’à ce que vos poumons pourrissent tranquillement.

La diseuse de bonne aventure voit tout cela et dit que vous allez mourir bientôt. Vous lui dites : « C’est seulement les champignons, mec. »

Softess – Glass Crow

Softess – Medicine

New Canadiana :: aaronke – backlight on this tablet is starting to hurt my eyes :/

Weird_Canada-aaronke-backlight-on-this-tablet-is-starting-to-hurt-my-eyes-:/

You shiver from shoulder to hip as the smell of molten rubber seeping up from the tarmac mingles with memories of seawater blasting down your throat. Soon you’ll have left, with a tangle of severed emotional tendrils in your wake.

You defy the course of the Trans Canada and rendezvous with solid ground five hours and five provinces later. The scene you left behind morphs beyond your field of vision.

You’re left with patchwork: a zine in the mail or a 140 character morsel delineate your narrow lense. A weak connection distills these depictions down to a pixelated array, or else a single frozen frame. But the visage that remains in gleaming high fidelity assures you that this country’s grand expanse isn’t grand enough to keep swelling hearts from colliding. You’ll be back.

Tu frissonnes de l’épaule à la hanche quand l’odeur de caoutchouc fondu qui s’infiltre du tarmac se mélange aux souvenirs de l’eau de mer qui coule dans ta gorge. Bientôt ,tu seras partie,, avec un enchevêtrement des vrilles coupées d’émotions dans ton sillage.

Tu défies le cours de la Trans Canada et te retrouves avec la terre ferme cinq heures et cinq provinces plus tard. Les paysages que tu as laissés derrière toi disparaissent au-delà de ton champ de vision.

Il ne te reste qu’une mosaïque : un zine dans le courrier ou un morceau de 140 caractères qui délimite ton angle étroit. Une mauvaise connexion distille ces représentations jusqu’à un étalage des pixels, ou sinon un seul arrêt sur image. Mais le visage qui reste en haute fidélité étincelante t’assure que la vaste étendue de ce pays n’est pas assez vaste pour empêcher les coeurs qui se gonflent d’entrer en collision. Tu reviendras.

aaronke – backlight on this tablet is starting to hurt my eyes

Inferred Views :: Cuchabata Records

In_Sackville_NB_Crédits_Mertin_Hoëk.jpg

Cuchabata records began approximately 25km away from the island of Montréal in a small francophone town called Salaberry-de-Valleyfield, Quebec. In the early 2000s, Valleyfield incubated a particular bout of weirdness resulting in some of the cool and unusual work featured on Cuchabata. This weirdness nurtured the strange sounds of Valleyfield native and Cuchabata founder David Dion.

Now residing in Montréal, Dion is the renaissance man organizing and operating most of this DIY dance voluntarily (and often single-handedly). He began the label, unbound by any expectations of gross success, as a means to put out his own work. Dion quickly partnered up with many like minded musicians to create a community based on spontaneity, experimentation, and DIY ethics.

We met to converse on getting started, building a community beyond the confines of monetary exchanges, and bridging the perceived void between Montréal’s francophone and anglophone art scenes.

Cuchabata_Records_Logo_Cr_édits_David_Dugas_Dion.jpg
(Illustration by: David Dugas Dion)

Why did you start Cuchabata Records in 2003, and why do you keep going? Have the reasons changed?

In the beginning I wanted to produce my own stuff. I never had an expectation of making money or signing a huge number of bands; it was mostly just for my own bands and friends who play music.

Then I moved to Montréal and became friendly with many more musicians. I was interested in producing their work because the label had turned into a community, not a business. It’s mostly about friendship. I still produce a lot of my own stuff, but I’ve also met a lot of new people and bands through the label. I want to put out bands that I think are great. Through this process, friendships grow. It’s not much more complicated than that. It’s really about passion.

What does curation mean to you when it comes to your label?

There isn’t a typical style of music on the label. There’s folk, noise, free improv, punk, etc. It’s all about my own perception, because I like all of these genres. I mostly encourage music that is not conventionally considered “easy listening,” because there are plenty of labels that produce music that’s easy to listen to. However, I’m still open to conventional rock, folk, or whatever, if it’s good and the people in the band are like-minded.

I don’t really search for new bands, simply because I’m really busy with the label. I don’t have to do a lot of searching – there is always new stuff to produce, even without bringing new people onto the label. Many people on the label have several bands. Sometimes it doesn’t work, but most of the time it does, because people know what to expect.

Once you’ve determined that a band is a good fit, how do you decide how involved you will be in their process?

When I meet a band, I tell them that I will do what I can with the time and energy that I have. They tell me their plan for the next year, and I work with them to accomplish that. I can help them with booking, touring, recording, or mixing.

Outside of the label, I work 40 hours per week in an office, plus I have the bands that I play in. I also have a life.

The bands know it’s a community, and they’re expected to participate too. I try to put the same energy into every band, but it’s easier if the band does a lot for the community by sharing on social media, mentioning the label frequently, supporting other bands on the label, and so on. There are some bands that don’t do this as readily as others.

What advice do you have for a band who has never worked with a label before? What behaviours make a band easy or desirable to work with?

Everyone can give something. If a band is searching for a certain service, an artist might connect people. If a band is coming from out of town, someone on the label might offer a place to stay. For another example, if someone in a band also writes for a publication, I can give them a tape and they will definitely write about it. Just simple things that create relationships of sharing between people.

The only thing I ask of the bands is that I am the only person who manages outreach, like newsletters and emails. We don’t want to flood people with information, so I know that if I’m the only one handling communications with media we won’t overwhelm people with our outreach. I’m the sole communicator between media and the bands, and I’m the only one who manages the label’s Facebook, Bandcamp, and newsletter.

After twelve years, it’s getting to the point where people are beginning to know who our label is, and I’m really proud of that.

Cuch_Fest_X_La_Passe_C_rédits_Mertin_Hoëk.jpg
Photo by: Mertin Hoëk

Tell me about Cuch Fest.

In 2006 the first Cuch Fest took place. At that time, the label was still operating out of Valleyfield. I didn’t plan to do it every year, but we have been doing it every year since. It’s usually at the end of the year, and it’s sort of a party to celebrate everything that we have done.

We host it in a different place every time. The first one was at a buffet restaurant in Valleyfield. Bars wouldn’t host it because patrons at the bars would think that most of our music was garbage. They wanted ACDC cover bands – the kind of thing that’s hot in Valleyfield.

Up until two years ago, it was always a one night thing.Two years ago it was two nights, and last year it was four nights. So it continues to grow.
Poster_Cuch_Fest_X_Crédits_Tommy_Johnson.jpg
(Poster by: Tommy Johnson)

What is it like working with both French and English bands in Montréal?

I think it’s a reality that sometimes there are two solitary communities. However, there are some people who are making an effort to book these nights with French and English bands together at venues like Brasserie Beaubien. At these shows, people just have to be in the same room together and they have to meet each other. At one point they find out that it’s only a language barrier and the cultural difference is not so big.

(For a cinematic exploration of the bilingual scene, you can check out the documentary Montreal Underground on Dion’s recommendation.)

What other local, DIY-style labels are you excited about?

Misery Loves Company and Talking Skull.

So, where is Cuchabata Records at now?

When I started in 2003, I had a little 4-track at home. I wanted to record my music and produce it on a CD-R to send music to labels and things. But I realized that if I’m going to produce myself, it’s cooler to have a label. I learned all of these things as I went. The first couple of years I sucked at everything. The recordings are awful and the artwork isn’t great. I think that it took a good five to seven years to make something good. I took that time to learn about doing press, booking tours, and all of that kind of stuff, and I’m still learning. It’s an ongoing process. The label is le petit train va loin: the small train doesn’t go very fast, but it goes. In regards to Cuchabata Records: right now it’s better than ever in every way.

Cuchabata Records a démarré à 25 km de l’île de Montréal approximativement, dans une petite ville francophone appelée Salaberry-de-Valleyfield, Québec. Au début des années 2000, Valleyfield a couvé une poussée de bizarrerie particulière, qui a mené à certaines des oeuvres cools et insolites parues chez Cuchabata. Cette bizarrerie a façonné les sons étranges du fondateur de Cuchabata, David Dion, un natif de Valleyfield.

Résidant maintenant à Montréal, Dion est l’homme à tout faire qui organise et opère volontairement (et le plus souvent seul) le plus gros de ce ballet DIY. Libre de toute attente de succès brut, le label a été lancé initialement comme une façon de faire paraître son propre travail. Rapidement, Dion s’est allié à d’autres musiciens partageant des affinités d’esprit, pour créer une communauté fondée sur la spontanéité, l’expérimentation et l’éthique DIY.

On s’est rencontrés pour parler de se lancer et de bâtir une communauté par-delà les limites des échanges monétaires, ainsi que de combler le fossé qui est perçu entre les scènes artistiques francophone et anglophone de Montréal.

Cuchabata_Records_Logo_Cr_édits_David_Dugas_Dion.jpg

(Photo par: David Dugas Dion)

Pourquoi as-tu lancé Cuchabata Records en 2003, et pourquoi continuer? Les raisons ont-elles changé au fil du temps?

Au début, je voulais produire mes propres affaires. Je ne me suis jamais attendu à faire de l’argent ou à signer un grand nombre de groupes; c’était surtout juste pour mes propres groupes et des amis qui jouaient de la musique.

Puis j’ai déménagé à Montréal et je me suis lié d’amitié avec encore plus de musiciens. Produire leurs oeuvres m’intéressait parce que le label était devenu une communauté, pas une entreprise. C’est surtout une question d’amitié. Je produis encore beaucoup de mes propres trucs, mais j’ai rencontré aussi un grand nombre de gens et de groupes via l’étiquette. Je veux mettre de l’avant les groupes que je trouve très bons. À travers ce processus, des amitiés se développent. C’est pas bien plus compliqué que ça. C’est une question de passion.

Qu’est-ce que la direction artistique signifie pour toi, quand il s’agit de ton label?

Il n’y a pas un style de musique typique sur le label. Il y a du folk, du noise, de l’improvisation libre, du punk, etc. Ça repose sur ma propre perception, parce que j’aime tous ces genres. J’encourage surtout la musique qui n’est pas conventionnellement considérée comme « facile d’écoute », parce qu’il y a beaucoup d’étiquettes qui produisent de la musique facile à écouter. Néanmoins, je demeure ouvert au rock et au folk conventionnels – ou autres, peu importe – pourvu que ça soit bon et qu’il y ait des affinités avec les membres du groupe.

Je ne cherche pas vraiment de nouveaux groupes, simplement parce que je suis très occupé avec le label. Je n’ai pas à faire beaucoup de recherche : il y a toujours de nouveaux trucs à produire, même sans ramener de nouveaux individus au sein du label. Plusieurs personnes sur l’étiquette ont plusieurs groupes. Parfois, ça ne fonctionne pas, mais la plupart du temps ça marche, parce que les gens savent à quoi s’attendre.

Après avoir déterminé qu’un groupe a le bon profil, comment définis-tu ton niveau d’implication dans leur travail?

Quand je rencontre un groupe, je leur dis que je ferai ce que je peux avec le temps et l’énergie que j’ai. Ils me font part de leur plan pour l’année à venir et je travaille avec eux pour qu’il s’accomplisse. Je peux les aider avec le booking, les tournées, l’enregistrement ou le mixage.

En dehors du label, je travaille 40 heures par semaine dans un bureau, en plus des groupes dans lesquels je joue. Et j’ai une vie, aussi.

Les groupes savent que c’est une communauté et qu’il est attendu qu’ils participent également. J’essaie de fournir autant d’énergie à chaque groupe, mais c’est plus facile si le groupe en fait lui-même une bonne part pour la communauté en partageant sur les réseaux sociaux, mentionnant l’étiquette fréquemment, soutenant les autres groupes du label, etc. Il y a des groupes qui ne le font pas aussi volontairement que d’autres.

Quel conseil donnerais-tu à un groupe qui n’a jamais travaillé au sein d’un label auparavant? Quels comportements rend faciles ou désirables le fait de travailler avec un groupe?

Tout le monde peut apporter quelque chose. Si un groupe est à la recherche d’un service en particulier, un des autres artistes peut s’occuper de connecter les bonnes personnes. Si un groupe n’est pas de la ville, quelqu’un sur l’étiquette peut offrir le gîte. Pour donner un autre exemple, si quelqu’un dans un des groupes écrit aussi pour une publication, je peux lui donner une cassette et il va assurément écrire là-dessus. Des choses toutes simples qui créent des relations de partage entre les individus.

L’unique chose que je demande aux groupes, c’est d’être la seule personne qui gère les communications externes, comme les bulletins d’information et les courriels. On ne veut pas inonder les gens d’information, donc si je suis le seul à manier les relations médiatiques, je sais qu’on ne surchargera personne avec nos communications. Je suis le seul intermédiaire entre les médias et les groupes et le seul qui gère la page Facebook, la page Bandcamp et le bulletin d’information du label.

Après douze ans, on en arrive au point où les gens commencent à savoir qui nous sommes en tant que label et j’en suis très fier.

Cuch_Fest_X_La_Passe_C_rédits_Mertin_Hoëk.jpg
(Photo par: Mertin Hoëk)

Parle-moi du Cuch Fest.

Le premier Cuch Fest a eu lieu en 2006. À cette époque, l’étiquette opérait encore à partir de Valleyfield. Je ne planifiais pas de le faire chaque année, mais depuis on le fait tous les ans. C’est en général vers la fin de l’année; c’est une sorte de fête qui célèbre tout ce qu’on a réalisé.

On l’organise dans un lieu différent chaque fois. Le premier était dans un buffet, à Valleyfield. Les bars ne voulaient pas l’accueillir parce que leurs propriétaires trouvaient que notre musique méritait d’être jetée aux poubelles. Ils voulaient des groupes qui font des hommages à ACDC – le genre de chose qui avait la cote à Valleyfield.

Jusqu’à il y a deux ans, c’était toujours l’affaire d’une seule soirée. Il y a deux ans, ça a été deux soirs, et l’an dernier, quatre. Donc, ça continue de croître.
Poster_Cuch_Fest_X_Crédits_Tommy_Johnson.jpg
(Affiche par: Tommy Johnson)

C’est comment de travailler avec des groupes autant francophones qu’anglophones à Montréal?

Je pense que c’est bien une réalité, qu’il y a parfois deux communautés solitaires. Il y a toutefois certaines personnes qui s’efforcent d’organiser des soirées avec des groupes francophones et anglophones ensemble, dans des salles comme la Brasserie Beaubien. Dans ces concerts, les gens doivent partager la salle et se rencontrer. À un certain point, ils se rendent compte que ce n’est qu’une barrière linguistique et que la différence culturelle n’est pas si grande.

(Pour une exploration cinématographique de la scène bilingue, Dion vous recommande de jeter un coup d’oeil au documentaire Montreal Underground.)

Quels autres labels locaux de style « DIY » t’enthousiasment?

Misery Loves Company et Talking Skull.

Avec tout ça, où en est Cuchabata Records en ce moment?

Quand j’ai commencé en 2003, j’avais un petit « 4-track » à la maison. Je voulais enregistrer ma musique et la produire sur CD-R, pour envoyer de la musique à des labels, ce genre de choses. Mais j’ai réalisé que si j’allais m’autoproduire, c’était plus cool d’avoir mon label. Les premières années, j’étais nul dans tout. Les enregistrements sont terribles et le graphisme, pas génial. Je pense que ça a pris un bon cinq à sept ans avant de faire quelque chose de bien. J’ai pris ce temps pour apprendre à gérer les relations de presse, organiser des tournées, tout ce genre de trucs, et j’apprends encore. C’est un processus continu. Notre label est un petit train qui va loin : le petit train ne roule pas très vite, mais il roule. En ce qui concerne Cuchabata : c’est mieux que jamais, en ce moment, sur tous les plans.

New Canadiana :: Holding Hands – EP?

Weird_Canada-HoldingHands.jpg

I’m explaining it all on the passage. Ninety minutes of water feels like a mirror when you ride it out to the infinite mainland, and like a photo when you ride back home, like right now, see it? On the island the flowers bloom in winter. Why are you shivering? Is it what I said? It’s windier on this side of the boat. I can’t see a thing through the forest smoke. Scattered shouting sounds urgent, too low to hear, but I understand completely. Are you igniting something? From this angle it’s like your arm’s on fire. Hey, you can tell me anything. Smoke and fog look the same to me. You’re gonna burn right through to the car deck. Did all that make sense, am I communicating well?

J’explique tout en traversier. Quatre-vingt-dix minutes de l’eau donnent l’impression d’être un miroir quand tu tiens le coup jusqu’au continent infini, et d’être une photo quand tu reviens chez toi, comme maintenant, tu le vois? Sur l’île les fleurs éclosent en hiver. Pourquoi tu frissonnes? J’ai dit quelque chose? Il y a plus de vent de ce côté du bateau.. Je peux rien voir à travers la fumée de la forêt. Les cris éparpillés ont l’air urgent, trop bas pour entendre, mais je comprends complètement. Tu mets le feu à quelque chose? Depuis cet angle, ton bras a l’air d’être en feu. Tu sais, tu peux me dire n’importe quoi. La fumée et le brouillard se ressemblent, selon moi. Tu vas brûler jusqu’au pont-garage. Tout ça a du sens, je communique bien?

Holding Hands – It’s Funny

Holding Hands – Love Problem

New Canadiana :: Strange Fires – Walkabout

Weird_Canada-Strange_Fires-Walkabout

Walkabout is a tumble through town, showing us all of the secret and special places. Edmonton’s Strange Fires yips into culverts, taping the echoes and keeping them warm in their front breast pocket. Together we wander, throw stones in ponds, staring at the ripples, watching fish dart. Walkabout is a time of solemn remembrance, the kind that fills your heart with sparks and makes your toes wriggle. Beneath layers of dust, dirt, and snow we come to see the beauty in the old places we know.

L’album Walkabout nous montre tous les endroits secrets et spéciaux de la ville qu’il traverse à la course. Originaire d’Edmonton, le groupe Strange Fires jappe dans les caniveaux, enregistre les échos et les garde au chaud dans sa poche poitrine. Ensemble, nous vagabondons, nous lançons des cailloux dans les mares, nous fixons les ondes et regardons les poissons s’enfuir. Walkabout est un moment de commémoration solennelle, du genre qui remplit votre cœur d’étincelles et fait tortiller vos orteils. Sous les couches de poussière, de saleté et de neige, nous parvenons à voir la beauté des lieux qui nous sont bien familiers.

Strange Fires – Friends

Strange Fires – Departure

New Canadiana :: The Olm / Ocra – The Olm / Ocra

Weird_Canada-The_Olm_The_Orca

The Olm moans like a metal wraith, a fossil of the prehistoric ocean that lives in the mountains – badland epigrams malformed. They’re a beacon sculling over the solid hide of the skyline, where the sea is held inside sun-risen fumes.

The Ocra hears a ghastly echo of our industrious carvings. Inscriptions knocking into the wind of falling bodies, the mechanisms used to slip through tap dancing waves. The scraping, digging, probing, mining. The generations, the millenia – waterbed bones compressing into an arid ocean floor.

Belonging to us, as we to it, a locked-soul.

L’Olm gémit comme un spectre en métal, un fossile venu de l’océan préhistorique qui vit dans les montagnes – épigrammes malformées des badlands. Il y a un flambeau qui godille sur la peau solide de l’horizon, où la mer est enfermée dans des émanations solaires.

L’Ocra entend un écho épouvantable de gravures industrieuses. Des inscriptions cognent dans le vent de corps en chute, les mécanismes employés afin de glisser à travers les vagues qui dansent la claquette. Le grattage, creusage, sondage, l’exploitation minière. Les générations, les millénaires – les os du lit d’un fleuve qui se blottissent dans un fond d’océan aride.

Nous appartenant, comme on leur appartient, une âme-barrée.

The Olm – Ghost of Jupiter

Ocra – Vellum