Tag: campaign for infinity

Imprint :: Electric Voice


Matt Samways is a young upstart from Truro, the so-called ‘hub’ of Nova Scotia. Before touching the age of 20 he led the pitiless doom punk of Pig, started the Electric Voice imprint, and played sideman to Scribbler and the Friendly Dimension. He has once again departed on another musical continuum with his latest project, Transfixed, a more sinister and contemplative vision of the futuristic isolation and robotic vocals of Kraftwerk and Gary Numan.

Electric Voice is not exclusive to the regional talent of the 902, but has entertained releases from across Canada, with ambitions to release music from around the globe. Up next is a 12” from Jeff & Jane Hudson, who were part of the New York No Wave movement during the late ’70s and early ’80s, arguably one of the greatest incubators for creative music of all genres, ever. Matt kindly took the time to answer some questions.

Zachary Fairbrother
Contributor
Weird Canada // Lantern
http://weirdcanada.com // http://lantern.bandcamp.com

Transfixed – Coaxial Mirage

What inspired you to start a label?
It was conceived as a vanity label in 2008 with a partner I was collaborating with at the time, who actually titled the label. It was suggested by a peer that we began documenting our releases to enhance professionalism. We had no intentions of channeling anything other than our own material. As our group was disbanding a personal desire to continue the archive still existed. My friends are all making extremely good music and I can’t suppress supporting it materialize.

Since Pig split, you’ve devoted much of your attention to Electric Voice. Are you taking a break from music or do you prefer running label?

I wasn’t really interested in performing or releasing my own music at the time, but I wanted to keep contributing to the physical production of it. I hold a strong value in the aesthetic of sound and its presentation, and the idea of being able to manipulate it is appealing to me. About a year ago I started receiving funding from the Government of Nova Scotia via the Emerging Business Music Program on behalf of Electric Voice. That defiantly provided me with a lot of motivation to get the label off the ground and start working outside the current community in Halifax and Montreal. Though I am becoming passionate about the label, I am a musician first and still focus on writing and recording with aspirations of touring the material. Putting a lot of energy into the label in turn benefits my musical endeavors.

Transfixed is quite a departure from your previous musical adventures. How is it related/un-related to other projects?

The formation of Transfixed was completely organic. It is a collaborative project between myself, Ian Phillips and a number of rotating musicians. We had no intentions of forming a group when we first started playing together, but when we discovered that the house we had been jamming in was previously owned by Ian’s grandparents in the early ’60s, and that his grandfather grew up in the house, we decided to channel our time spent there with Transfixed. It has become an interesting and rapidly progressing project that there’s no reason to stop. Our ideas are constantly abstracting themselves and moving faster than we create the music. It’s exciting and with the lack of expectation we have become more prolific than any other project I’ve been involved with.
With my other projects/collaborations there has been a lot more premeditation on the sounds and how they should be presented. It becomes tough when a collective of people share the same visions without matching the logistics. The extrasensory parts of music can be difficult to communicate. I also work with Troy Richter and the Friendly Dimension in molding his sounds.

Synthesizers or guitars?

Guitars that sound like synthesizers. I think the combination can be a masterful force when properly conducted. I am ultimately a guitar player, but I’ve been spending a lot of time learning the keyboard. For the last few months I’ve hardly touched my guitar.

You hitchhike between Truro and Halifax. It seems like hitchhiking is a fading activity. Do you enjoy it, and do you have any good stories? Have you met some interesting people? Where is the farthest you’ve hitched?

It’s never really been something I enjoyed, but it’s done out of necessity. When I cannot afford to be bussing back and forth, it’s usually my only means to get to practices/gatherings, as all of the bands I play in are based in Halifax. I live back and forth from Halifax and Truro, which are about an hour’s drive apart. Truro is very isolated and is a great environment to work in, though can be compromising with my schedule.
I’ve only been hitching through Nova Scotia and Newfoundland for the last five years. I’ve been consistently traveling this way and have never encountered any trouble. Dress nice with a clean appearance. A lot of mothers have picked me up, also on- and off-duty police officers. The only questionable encounter was a lady who spoke in a thick rural Nova Scotian tongue. She picked my friend and I up in the dark and was drinking Faxe 10 (strong beer). She had what looked like 3-4 empty cans on the floor of her side of the car. It was a little unsetting but she was considerably collected and coherent. She had a bizarre way of twisting her words together that was oddly poetic.

You seem like an ambitious young man. What are your dreams for the Electric Voice Label?

I don’t class my visions with the label as dreams, because I don’t think they are anything we can’t achieve. The people I surround myself with are individually gifted at what they do. Thankfully all of the resources are presented, making it simple to have a pragmatic sense of work. I certainly am young; therefore I am not looking to execute the foundation process in short time. I will keep experimenting with formats and presentation, and try not to exhaust our resources. In time I will spend time refining the label and as expected with any small business or hobby, sustainability is key.

What other labels do you find inspiring and/or really dig and why?
To those who know me this may sound biased because Brett is a good friend, but I really like what he has done with Campaign For Infinity. He has released some of my favourite cassettes in the last few years (notable: Teenage Panzerkorps, Horrid Red, Grand Trine, Rape Faction). I also have a lot of respect for Darcy Spidle and Divorce Records, as it was a prominent influence of my origins in the community of Halifax. He is really passionate about what he does and it shows in his work. OBEY Convention is a festival he puts on every year or so and is the highlight of the year in Halifax, in my opinion. I am happy to be helping him with the festival in 2012.
I have some collaborative release coming out with Danish label Skrot Up as well as works with Montreal’s Hobo Cult. Some other notable active labels: Bruised Tongue, Captured Tracks, Dark Entries Records, FLA Tapes & Records and Arbutus Records. I also really dig the consistency in the aesthetic of labels like Sacred Bones and Night People.

Electric Voice Discography (to date)

EV001::Albino Slug II – EP(Cassette, 2008)
EV002::Pig – Everything Isn’t EP(CD-R, 2009)
EV003::Vacuum – Tormented Bear EP(Cassette, 2009)
EV004::Pig – Elbow Witch(Cassette, 2009)
EV005::Church Hammer – Vol. I(Cassette, 2010)
EV006::Church Hammer – Vol. II(Cassette, 2010)
EV007::Church Hammer/Vacuum – Split(Cassette, 2010)
EV008::Pig – I’ve seen the future and it’s no place for me Compilation(Cassette, 2010)
EV009::Various ArtistsElectric Voice Compilation Vol I(Cassette, 2010)
EV010::Milksnake – EP(Cassette, 2010)
EV011::Friendly Dimension – Live: In the Pleasant Horrors of Space EP(Cass., 2010)
EV012::Lantern – Deliver me from Nowhere(Cassette, 2010)
EV013::Gigas – Tied Down to the Ones You Love LP(Cassette, 2010)
EV014::Friendly Dimension – Bath Tub EP(Cassette, 2011)
EV015::Duzheknew – LOL HELL EP(Cancelled)
EV016::Wicked Crafts – “No Cure” EP(Cass. (split w/ Campaign for Infinity, 2011)
EV017::U.S. Girls – EP(7″, 2011)
EV018::The Friendly Dimension // 30 Year Old City Hex – “Poltergeist City”(Cass., 2011)
EV019::Babysitter – “Paul’s Cab” Single(Cassette, 2011)
EV020::Monroeville Music Center – Les Defauts des Fabrication EP(Cassette, 2011)
EV021::Milksnake – Lenny Bruce EP(Cassette, 2011)
EV022::Membrain – EP(Cassette, 2011)
EV023::Lantern // The Ether – Split(Cassette, 2011)
EV024::Play Guitar – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV025::Grand Trine – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV026::Bad Vibrations – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV027::Transfixed – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV028::Crosss – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV029::Bloodhouse – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV030::Hand Cream // Crosss – Split(Cassette, 2011)
EV031::Passion Party – EP(Cassette, 2011)
EV032::Cat Bag // Transfixed – Bunker // Body Language(12″ w/ Claire Dragon, 2011)
EV033::Rape Faction // Chevalier Avant Garde – Split(Cassette, 2011)
EV034::Various ArtistsElectric Voice Compilation Vol. II(12″ Cassette, 2011)
EV035::Jeff & Jane Hudson – In My Car // Computer Jungle (+ Club mixes)(12″, 2011)
EV036::Visual works by Jacqueline Lachance(VHS, 2012)

(Editor’s Note: Certain titles from this discography were not released by Electric Voice proper. As history’s nature is to continually re-write itself, so, too, shall we gaze pastward at Matt’s creative efforts and understand his temporal stream within the vision of Electric Voice.)


Matt Samways est un petit nouveau de Truro, le soi disant ‘’Centre’’ de Nouvelle-Écosse. Avant d’atteindre l’âge de 20 ans, il menait le punk tragique sans pitié de Pig, commençait l’empreinte Electric Voice et jouait comme sideman pour Scribbler et the Friendly Dimension. Il est encore une fois parti sur une autre continuum musical avec son dernier projet, Transfixed, une vision plus sinistre et contemplative d’unefuturistic isolation et de vocales robotique de Kraftwerk et Gary Numan. Electric Voice n’est pas exclusif au talent régional du 902, mais a reçu des sorties d’à travers le Canada, avec l’ambition de faire sortir de la musique de partout autour du globe. À venir est un 12’’ de Jeff & Jane Hudson, qui faisait parti du mouvement New York No Wave pendant la fin des années 70 et début 80, discutablement un des plus grands incubateurs pour la musique créative de tout les genres, à jamais. Matt a gentiment prit le temps de répondre à quelques questions.
Zachary Fairbrother
Contributor Weird Canada // Lantern
http://weirdcanada.com // http://lantern.bandcamp.com

Transfixed – Coaxial Mirage

Qu’est-ce qui vous a inspire à commencer votre label?
Ce fut conçu en tant que label de vanité en 2006 avec un partenaire avec lequel je collaborais dans ce temps-là, qui a actuellement nommé le label. Il fut suggéré par un pair que nous commencions à documenter nos sorties pour augmenter notre professionnalisme. Nous n’avions pas l’intention de canaliser quoique ce soit autre que notre propre matériel. Alors que notre groupe de démantelait, un désir personnel de continuer l’archive existait encore. Mes amis font tous de l’extrêmement bonne musique et je ne peut pas m’empêcher de la supporter pour la matérialiser.
Depuis que Pig s’est divisé, vous avez accordé beaucoup de votre attention à Electric Voice. Prenez vous une pause de la musique ou vous préférez faire un label?
Je n’étais pas vraiment intéressé à jouer ou à faire sortir ma propre musique dans le temps, mais je voulais continuer de contribuer à la production physique de celle-ci. Je possède une forte valeur dans l’esthétique du son et sa présentation et l’idée d’être capable de le manipuler est attirante pour moi. Environ un an plus tôt, j’ai commencé à recevoir des fonds du Gouvernement de Nouvelle-Écosse via le Programme de Musique des Entreprises Émergeantes au nom d’Electric Voice. Cela m’a clairement donné beaucoup de motivation pour faire partir le label et commencer à travailler hors de la communauté actuelle à Halifax et Montréal. Malgré que je deviens passionné à propos du label, je suis un musicien avant tout et je suis toujours concentré sur écrire et enregistrer avec l’aspiration de faire du matériel de tournée. Mettre beaucoup d’énergie dans le label en retour profite à mes efforts musicaux.

Transfixed est tout un départ de vos aventures musicales précédents. Comment est-ce relié/ ou non à d’autres projets?

La formation de Transfixed fut complètement organique. C’est un projet collaboratif entre moi-même, Ian et Phillips et un nombre de musiciens en rotation. Nous n’avions pas l’intention de former un groupe quand nous avons commencé à jouer ensemble au début, mais quand on a découvert que la maison dans laquelle nous jammions avait précédemment appartenue aux grands-parents de Ian au début des années 60 et que son grand père avait grandit dans la maison, nous avons décidé de concentrer notre temps passé là, avec Transfixed. C’est devenu un intéressant et rapidement progressant projet qui n’avait pas de raison d’arrêter. Nos idées sont constamment entrain de s’extrairent et de bouger plus vite que nous créons la musique. C’est excitant et avec le manque d’attente nous somme devenu plus prolifique qu’avec n’importe quel autre projet dans lequel nous avions été impliqués.
Avec mes autres projets/collaborations, il y a eu beaucoup plus préméditation sur les sons et comment ils devraient être présentés. Ça devient difficile quand une organisation de gens partage les mêmes visions sans les mêmes logistiques. Les parties extrasensorielles de la musique peuvent être difficile à communiquer. Je travaille aussi avec Troy Richter et les Friendly Dimension pour former ses sons.

Vous faites de l’auto-stop entre Truro et Halifax. Il semble que faire de l’auto-stop est une activité déclinante. Aimez-vous ça et avez-vous quelques bonnes histoires? Avez-vous rencontré des gens intéressants? Où est-ce le plus loin que ayez fait de l’auto-stop?
Ça n’a jamais été quelque chose que j’apprécie, mais je le fais par nécessité. Quand je ne peux pas me permettre de prendre l’autobus aller-retour, c’est habituellement mon seul moyen d’aller au pratiques/ rassemblements, puisque tout les groupes dans lesquels je joue sont basés à Halifax. Je vis en va-et-viens d’Halifax et Truro, lesquelles sont à environ une heure de route l’une de l’autre. Truro est très isolée et c’est un super environnement pour travailler, mais peut être compromettant avec mon horaire. J’ai seulement fais de l’auto-stop à travers la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve pour les dernière cinq années. J’ai constamment voyagé dans cette direction et j’ai jamais rencontré de problème. Habillez-vous bien avec une apparence propre. Beaucoup de mères m’ont ramassé, aussi des officiers de police hors et en service. La seule rencontre questionnable fut avec une dame qui parlait avec un gros accent rural de Nouvelle-Écosse. Elle nous a ramassé moi et mon ami dans la noirceur et elle buvait du Faxe 10 (une bière forte). Elle avait ce qui semblait être 3-4 cannes vides sur le sol de son côté de la voiture. C’était un peu troublant, mais elle semblait considérablement posée et cohérente. Elle avait une façon bizarre de tourner ses mots ensembles qui était étrangement poétique.

Vous semblez être un jeune homme ambitieux. Quels sont vos rêves pour le label d’Electric Voice?

Je ne classe pas mes visions avec le label comme étant des rêves, parce que je ne pense pas qu’il y est quelque chose que l’on ne peut réaliser. Les gens dont je m’entours sont individuellement habile à ce qu’ils font. Heureusement, toutes les ressources sont présentées, rendant simple le fait d’avoir un sens pragmatique du travail. Je suis certainement jeune; alors je n’essais pas d’exécuter le procédé de fondation en un bref délai. Je vais continuer d’expérimenter avec des formats et des présentations et essayer de ne pas épuiser nos ressources. Au moment venu, je passerai du temps pour raffiner le label et comme attendu avec n’importe quelle petite entreprise ou passe-temps, la soutenabilité est la clef.

Quels autres labels trouvez-vous inspirants et/ou que vous aimez vraiment et pourquoi?

Pour ceux qui me connaissent cela va peut-être sonner biaisé parce que Brette est un bon ami, mais j’aime vraiment ce qu’il a fait avec Campaign For Infinity. Il a sorti quelque unes de mes cassettes préférées dans les dernières années (notable : Teenage Panzerkorps, Horrid Red, Grand Trine, Rape Faction). j’ai aussi beaucoup de respect pour Darcy Spidle et Divorce Records, comme c’était une influence proéminente de mes origines dans la communauté d’Halifax. Il est vraiment passionné à propos de ce qu’il fait et cela paraît dans son travial. OBEY Convention es un festival qu’il monte chaque année ou peu près et c’est le moment for de l’année à Halifax, à mon avis. Je suis content de l’aider avec le festival en 2012. J’ai quelques sorties collaboratives qui s’en viennent avec le label Danois Skrot Up et aussi du travail avec Hobo Cult de Montréal. Quelques autres labels actifs signifiants : Bruised Tongue, Captured Tracks, Dark Entries Records, FLA Tapes & Records et Arbutus Records. J’aime vraiment aussi la consistence dans l’esthétique des labels comme Sacred Bones et Night People.

Electric Voice Discographie (à date)

EV001::Albino Slug II – EP(Cassette, 2008)
EV002::Pig – Everything Isn’t EP(CD-R, 2009)
EV003::Vacuum – Tormented Bear EP(Cassette, 2009)
EV004::Pig – Elbow Witch(Cassette, 2009)
EV005::Church Hammer – Vol. I(Cassette, 2010)
EV006::Church Hammer – Vol. II(Cassette, 2010)
EV007::Church Hammer/Vacuum – Split(Cassette, 2010)
EV008::Pig – I’ve seen the future and it’s no place for me Compilation(Cassette, 2010)
EV009::Various ArtistsElectric Voice Compilation Vol I(Cassette, 2010)
EV010::Milksnake – EP(Cassette, 2010)
EV011::Friendly Dimension – Live: In the Pleasant Horrors of Space EP(Cass., 2010)
EV012::Lantern – Deliver me from Nowhere(Cassette, 2010)
EV013::Gigas – Tied Down to the Ones You Love LP(Cassette, 2010)
EV014::Friendly Dimension – Bath Tub EP(Cassette, 2011)
EV015::Duzheknew – LOL HELL EP(Cancelled)
EV016::Wicked Crafts – “No Cure” EP(Cass. (split w/ Campaign for Infinity, 2011)
EV017::U.S. Girls – EP(7″, 2011)
EV018::The Friendly Dimension // 30 Year Old City Hex – “Poltergeist City”(Cass., 2011)
EV019::Babysitter – “Paul’s Cab” Single(Cassette, 2011)

EV020::Monroeville Music Center – Les Defauts des Fabrication EP(Cassette, 2011)
EV021::Milksnake – Lenny Bruce EP(Cassette, 2011)
EV022::Membrain – EP(Cassette, 2011)
EV023::Lantern // The Ether – Split(Cassette, 2011)
EV024::Play Guitar – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV025::Grand Trine – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV026::Bad Vibrations – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV027::Transfixed – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV028::Crosss – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV029::Bloodhouse – Single(Cassette, split release w/ Craft Singles, 2011)
EV030::Hand Cream // Crosss – Split(Cassette, 2011)
EV031::Passion Party – EP(Cassette, 2011)
EV032::Cat Bag // Transfixed – Bunker // Body Language(12″ w/ Claire Dragon, 2011)
EV033::Rape Faction // Chevalier Avant Garde – Split(Cassette, 2011)
EV034::Various ArtistsElectric Voice Compilation Vol. II(12″ Cassette, 2011)
EV035::Jeff & Jane Hudson – In My Car // Computer Jungle (+ Club mixes)(12″, 2011)
EV036::Visual works by Jacqueline Lachance(VHS, 2012)

(Note de l’éditeur: Certains titres de cette discographie n’étaient pas mis en vente par Electric Voice proprement. Comme est la nature de l’histoire de se répéter continuellement, donc, aussi, devrions nous regarder vers le passé les efforts créatifs de Matt et comprendre son courant temporel dans la vision d’Electric Voice.)

Inferred Views :: Al Bjornaa of Scotch Tapes

Scotch Tapes has quickly become Canada’s premier cassette label, pumping out thousands of tapes to brilliant minds all around the world. In addition to the plethora of magnetic strips crafted in the ghettos of rural Ontario, Scotch Tapes has been capturing Toronto’s burgeoning underground punk scene via plastic lathe-cut brilliance in a collaborative series with Young Guv‘s Ben Cook. In 2011, they embarked on yet-another lathe-series with Montreal’s No Vacation. As 2011 began with the redesign of Scotch Tapes’ rather hilarious website and their subsequent world domination, we decided to link Zacharay Fairbrother with Scotch Tapes founder and sole-proprietor Al Bjornaa for a featured chat about his rural adventuring.

Aaron Levin
Weird Canada
www.weirdcanada.com

/////////////// AL BJORNAA INFERRED VIEWS ///////////////

Zachary: I’m into how landscapes and environment influence people’s creativity. Why do you base your label where you do [Batchawana Bay]? How do the often cosmopolitan sounds play out in your environment

Al: I base Scotch out of Batchawana Bay because it’s close to my family. I have lived all over the country but this has always been home. There have been some health issues in the Bjornaa family the past few years and its been nice to be able to help out. We run a family fishing business and I have had to take a larger role in that. Plus it’s a beautiful area. I live on the beach! The north shore of Lake Superior is my favourite place on Earth.
I have always been a huge music fan. Both of my parents love music. Although their tastes may differ from mine, they passed on a passion for good music. Most of the people who live in my area think the music I release sounds like a “badger caught in a wood chipper” but most people from the area think its cool that I run a record label in such a small place. Whenever I go for coffee or breakfast at the local diner, everyone always asks how the label is doing.

I have heard of your beach shows. I hope you will you be doing more of this. Who has played? What was your favorite?

I haven’t done an actual beach show in ages but I have had a lot of bands pass through here and hang out for a day or two. Its a tough area to get a decent show. I mean I could likely set up a show in Sault Ste. Marie (which is notorious for TERRIBLE shows) or they can hang out here for a night, have some drinks, go swimming and get a good meal. I am hoping that this year with a new space, I can host more bands and maybe do some recordings and send them back on the road with a new tape or lathe. Some of the best times I’ve had drinking/ hanging out/ recording have been with Play Guitar, The Famines, Dirty Beaches, Grown-Ups, Gobble Gobble, Nobunny… There are tons. I am hoping to make Batchawana Bay a “must-stop” for bands touring Canada. Not to play shows but to have a great day off mid-tour where they can do laundry, relax, jump in the lake, maybe practice some new stuff they have been working on. 2011 is already getting booked up at Casa de Al with Bucketseat stopping here in March.

I see that your label is doing some collaborative splits. How did this come about?

Yeah. I wanted to work with a few cool labels. I have a lathe series coming out with No Vacation Records (Brett Wagg from Pink Noise/ Campaign For Infinity) Brett basically just asked if I would be interested and since I love the music he puts out, I was totally in. I also put out a 7″ with No Clear Records from Florida. I imagine if any label contacted me and I liked the band, I would probably be interested. I know that Ben Cook (Fucked Up, Young Guv, etc) and I have a few co-releases lined up for his new label, Marvelous Music, as well. We will be co-releasing the Roommates LP this summer/ fall.

I see you have a vast list of upcoming releases. Are all these going to happen??!

You bet your sweet buttocks! In the first two years of Scotch, I released almost 200 tapes. I take the label very seriously. Its become more than a hobby. It’s basically a second full-time job. I plan on putting out about 70 tapes, 30 lathes and 10 vinyl releases in 2011. There are times when I get tired and need a break… and those are the times where I just take like 2-3 weeks off, don’t check emails and basically disappear. But when I do that, I normally come back with 4-5 releases at once.

What is up with the lathe series? Does the type of Lathe reflect the artist?

Well… I have two series going. There is the Scotch/ Young Guv series. Ben Cook [of Young Guv] records all the bands that share his jam space and then we release a song or two from them. So far, I have put flexis out for Huckleberry Friends, Tropics, Bruised Knees & Lonely Wholesome with Actual Water, Dentata, Wyrd Visions and I think 2 more to come. The other series is the aforementioned series with No Vacation. There are some pretty killer bands scheduled for that like FNU Ronnies and Factums (who I LOVE!) The type of lathe really doesn’t come into play. I mean the one I did for We All Inherit The Moon HAD to be a square plexiglass lathe because of the ideas they had for the art but most bands don’t really care that much. They just think lathes are fun.

Do you think there is a Canadian Sound? And what from your perspective are the sounds of the different scenes within Canada?

I don’t think there is a specific Canadian sound. It’s such a vast area geographically that it’s tough to narrow down one sound. I think Vancouver has a great weirdo punk scene with bands like Shearing Pinx, Nu Sensae, Twin Crystals, etc. who really have their own genre that isn’t like anything else in the country. When you move into the prairies you have bands like Myelin Sheaths, Fist City, Grown-Ups, Moby Dicks… sort of that heavy garage punk stuff. They all totally feed off of each other. Ontario is sort of weird. Toronto is just starting to get a good scene again. I think the bands that Ben and I are releasing on the lathe series are going to get big really fast this year. That jam space is oooozing talent. Montreal always has a great scene. I think that city spawns some of the most creative and unique artists. And the whole Halifax scene… that city reminds me of Portland, Oregon. EVERYONE is in a band and creates visual art and silkscreens t-shirts and makes zines and drinks good beer if they can afford it but will drink shit if that’s all they have and dresses cool without thinking they dress cool. One of my absolute favourite cities on the planet!

What has got you most excited about 2011?

SUMMER! I hate winter more than anything! That and doing this interview for Weird Canada! Thanks, Zach…

Scotch Tapes est rapidement devenu le premier label de cassette au Canada, pompant des milliers de cassettes vers des esprits brillants tout autour du monde. En addition au pléthore de bandes magnétiques bricolées dans les ghettos de l’Ontario rural, Scotch Tapes a capturé la bourgeonnante scène punk clandestine de Toronto via la brillance taillé en plastique dans une série collaborative avec Ben Cook de Young Guv. En 2011, ils embarquaient encore sur une autre série de tour avec No Vacation de Montréal. Alors que 2011 commençait avec le plutôt hilarant site web reconçu de Scotch Tapes et leur domination mondiale subséquente, nous avons décidé de lier Zachary Fairbrother avec le fondateur de Scotch Tapes et unique propriétaire Al Bjorna pour une conversation en vedette à propos de ses aventures rurales.
Aaron Levin
Weird Canada
www.weirdcanada.com

/////////////// LES VUES INFÉRÉES D’AL BJORNAA ///////////////
Zachary: Je m’intéresse à comment les paysages et l’environnement influencent la créativité des gens. Pourquoi fondez-vous votre label où vous faites [Batchawana Bay]? Comment les sons très souvent cosmopolites se déroulent-ils dans votre environnement?

Al: Je fonde Scotch à Batchawana Bay parce que c’est près de ma famille. J’ai vécu partout au pays, mais cela à toujours été ma maison. Il y a eu quelques problèmes de santé dans la famille Bjornaa au cours des dernières années et ce fut bien de pouvoir aider. Nous avons un business de pêche familial et J’ai du prendre un rôle important dans celui-ci. Plus, c’est une belle région. Je vis sur la plage! La côte nord du Lac Supérieur est mon endroit préféré sur Terre. J’ai toujours été un grand fan de musique. Mes deux parents aimaient la musque. Malgré que leurs goûts pouvaient être différents des miens, ils ont passé une passion pour de la bonne musique. La plupart des gens qui vivent dans ma région pensent que la musique que je sors sonne comme ‘’un putois pris dans une déchiqueteuse à bois’’, mais beaucoup de gens de la région pensent que c’est cool que j’ai un label d’enregistrement dans un si petit endroit. Peu importe quand je vais chercher un café ou un déjeuner au resto local, tout le monde me demande comment va le label.

J’ai entendu parler de vos spectacles de plage. J’espère que vous en ferez plus. Qui a joué? Qui était votre préféré?

Je n’ai pas fait un actuel spectacle de plage depuis longtemps, mais j’ai eu beaucoup de groupes qui sont passé par ici et qui sont resté pour un jour ou deux. C’est une région difficile pour avoir un spectacle décent. Je veux dire, je pourrais arranger un spectacle à Sault ste. Marie (qui est reconnu pour ces spectacles TERRIBLES) ou ils peuvent rester ici pour une nuit, prendre quelques verres, aller nager et avoir un bon repas. J’espère que cette année, avec un nouvel espace, Je pourrai accueillir plus de groupes et peut-être faire plus d’enregistrements et les renvoyer sur la route avec une nouvelle cassette ou tour. Quelque uns des meilleurs temps que j’ai eu à boire/sortir/ enregistrer ont été avec Play Guitar, The Famines, Dirty Beaches, Grown-Ups, GOBBLE GOBBLE, Nobunny…il y en a des tonnes. J’espère de faire Batchawana Bay un ‘’doit arrêter’’ pour les gorupes en tournéee au Canada. Pas pour faire des spectacles, mais pour avoir une super journée de congé au milieu de la tournée où ils peuvent faire leur lavage, relaxer, sauter dans le lac et peut-être pratiquer quelque chose de nouveau qu’ils avaient travaillé. 2011 se fait déjà réserver à la Casa de Al avec Bucketseat qui arrête en Mars.

Je vois que votre label fait des séparations collaboratives, comment est-ce que c’est arrivé?

Yeah. Je voulais travailler avec quelques labels cool. J’ai des séries de tours qui sortent avec No Vacation Records (Brett Wagg from Pink Noise/ Campaign For Infinity) Brette m’a juste demandé si j’étais intéressé et puisque j’aime la musique qu’il fiat, j’étais totalement d’accord. J’ai aussi sorti un 7’’ avec No Clear Records de Floride. J’imagine que si n’importe quel label me contactait et que j’aimais le groupe, je serais probablement intéressé. Je sais que Ben Cook (Fucked Up, Young Guv, etc) et moi avons quelques co-mise en vente en attente pour son nouveau label, Marvelous Music aussi. Nous allons faire une co-sortie pour le LP de Roommates cet été/automne.

Je vois que vous avez une vaste liste des futures mise en vente. Vont-elles toutes arrivées?

Vous en pariez votre joli derrière! Dans les premières deux années de Scotch, J’ai sorti presque 200 cassettes. Je prends le label au sérieux. C’est devenu plus qu’un hobby. C’est pratiquement un deuxième travail à temps plein. Je planifie de faire sortir 70 cassettes, 30 tours et 10 vinyles en 2011. Il y a des temps où je deviens fatigué et que j’ai besoin d’une pause…Et ces temps sont ceux où je prends juste comme 2-3 semaines de congés, je ne regarde pas mes e-mails, je disparais pratiquement. Mais quand je fais ça, je reviens normalement avec 4-5 sorties en même tmeps.

Que ce passe-t-il avec les séries de tour? Est-ce que le type de tour réfléchit l’artiste?

Bien…J’ai deux series qui s’en viennent. Il y a les séries Scotch/Young Guy. Ben Cook [de Young Guy] enregistre tout les groupes qui partagent son espace de jam et puis nous sortons une chanson ou deux de ceux-là. Jusqu’à maintenant, j’ai sortis flexis pour Huckleberry Friends, Tropics, Bruised Kness & Lonely Wholesome avec Actual Water, Dentata, Wyrd Visions et je pense que qu’il y en 2 qui s’en viennent. L’autre série est la série susnommée avec No Vacation. Il a quelques bons groupes à l’horaire pour ça comme FNU Ronnies et Factums (que J’ADORE!). Le type de tour n’a pas vraiment de rôle. Je veux dire, celui que j’ai fait pour We All Inherit The Moon DEVAIT être un carré de tour en plexiglas parce que les idées qu’ils avaient pour l’art, mais la plupart des groupes ne s’en soucient pas autant. Ils pensent juste que les tours sont amusants.

Est-ce que vous pensez qu’il y a un son Canadien? Et quelle parties de votre perspective sont les sons des différentes scènes au Canada.

Je ne pense pas qu’il y a un son Canadien spécifique. C’est tellement une vaste région géographiquement parlant que c’est difficile de rétrécir le tout à un son. Je pense que Vancouver a une super scène de punk bizarre avec des groupes comme Shearing Pinx, Nu Sensae, Twin Cristals, etc. qui ont vraiment leur propre genre qui n’est pas comme quelque chose d’autre au pays. Quand vous bouger dans les prairies, vous avez des groupes comme Myelin Sheaths, Fist City, Grown-Ups, Moby Dicks….ce genre de truc de lourd punk de garage. Ils se nourrissent tous les uns des autres. Ontario est genre bizarre. Toronto commence à peine à avoir une bonne scène à nouveau. Je pense que les groupes que Ben et moi mettons en vente sur la série de tour va rapidement devenir importante cette année. Cet espace jam déborde de talents. Montréal a toujours une super scène. Je pense que cette ville pond quelque uns des artistes créatifs les plus uniques. Et toute la scène d’Halifax…Cette ville me rappelle Portland, Oregon. TOUT LE MONDE est dans un bande et créer de l’art visuel et des t-shirts sérigraphiques et fait des magazines et boivent de la bonne bière s’ils peuvent se l’offrir, mais vont prendre de la merde si c’est tout ce qu’il y a et ils s’habillent cool sans même penser qu’ils s’habillent cool. Une de mes absolument villes favorites sur la planète.

Qu’est-ce qui vous excite le plus pour 2011?

L’ÉTÉ! Je déteste l’hiver plus que tout! Ça et faire cet interview pour Weird Canada! Merci Zach…

New Canadiana :: Dirty Beaches + Hobo Cubes + Street Gnar // GENERIC SHIT – Decadent // GENERIC SHIT

Soaked in foggy layers of synths and minimal percussion, Side A’s bound-to-greatness collaboration of Montreal’s underground champions Dirty Beaches and Hobo Cubes is deeply hypnotic. The flute and synth leads hit the spot and take you far into exotic dreams, while the Suicide-inspired “Stye Eye” pick up the pace, a true highlight on the tape. Nothing too affectionate to be found on Side B. Philip Tarr (from Mess Folk fame) growls his way through the merciless opener “Songs About Shooting Up Prescription Pills”. The brain-melting, grueling material from his solo moniker Generic Shit doesn’t stop there. Terror! Violence! Dirt! Destruction! Vomit! Death-noise-grind-punk? Yeah, something like that.

Un véritable rêve léthargique de claviers brumeux et de quelques percussions minimales, difficile de douter de la qualité d’une cassette où la face A est une collaboration de deux poids lourds de l’underground montréalais, Dirty Beaches et Hobo Cubes. Les leads de synthétiseur ou de flute plongent dans les profondeurs du néant hypnotique. Le rythme accélère dans la seconde pièce, Stye Eye, un morceau mémorable avec une performance vocale digne d’Alan Vega. Du bon stock. Rien d’affectueux au menu de la face B, qui fera plutôt fondre quelques neurones avant de tout anéantir sur son passage. Philip Tarr (membre de Mess Folk) gueule et rugit à travers la première pièce Songs About Shooting Up Prescription Pills. Tout est consommé dans cette unique parution solo sous le nom Generic Shit. La terreur! La violence! La saleté! La destruction! Le vomi! Du death-noise-grind-punk, disons ? Oui, peut-être.

Dirty Beaches + Hobo Cubes + Street Gnar – Stye Eye

Dirty Beaches + Hobo Cubes – Folding Landscapes

GENERIC SHIT – Songs About Shooting Up Prescription Pills

GENERIC SHIT – Garbage World

New Canadiana :: PiG – Tragic Venus b/w Immanent Deity

On (possibly) their last release, PiG drill into a heady mix of miscreant-skiddery and Lorca-era Tim Buckley. It’s sundown at the crest of oblivion and PiG remain defiant, twisting the threads of their home-brewed, basement psychedelia for your voyeuristic pleasure. Their spastic death-punk has fermented into an outerworld sonomoly; a dialectic entombed by Matt Samways’ fearless mantra. “Tragic Venus”‘ piercing bass and shimmering clamour populate your neural pathways with the lysergic elements required to process the droning “Imminent Deity.” This new, indivisible sound is surrounded with “Outro”‘s industrial racket and solidifies their shrine within Canada’s fringe vortex. PiG remain a huge inspiration for Weird Canada. For that, and so much more, we will miss them dearly. XOXOGRIPXOXO.

Avec (peut-être) leur dernier enregistrement, PiG perçent dans un mélange grisant du débardage scélérat et de Tim Buckley à l’époque Lorca. C’est le crépuscule à la crête de l’inconscience et PiG restent irrévérencieux, en tordant les fils de leur psychédélisme fait-maison du sous-sol pour votre plaisir voyeuriste. Leur death punk crétin a fermenté jusqu’à devenir une sonomalie de l’espace; une dialectique enterrée par le mantra intrépide de Matt Samways. La basse perçante et le chahut dansant de “Tragic Venus” peuplent votre réseau neuronal avec les éléments lysergiques qui sont nécessaires pour faire face au morceau bourdonnant “Imminent Deity”. Ce nouveau son indivisible est entouré de boucan industriel d’”Outro” et il solidifie leur autel dans le tourbillon fringe du Canada. PiG reste une énorme inspiration pour Weird Canada. Pour ça, et pour beaucoup plus, ils nous manqueront énormément. xxxx Achetez xxxx.


PiG – Tragic Venus


PiG – Immanent Deity


PiG – Outro

Review :: Futensil – Futensil

Between the legs of a warped B-52s / Cramps hybranoid exists the maligned and twisted vibrations of Montreal’s Futensil. Their atonal jungle of mystic wyrdabilly shivers beneath Emily’s shrieks while Psychic Handshake CIO Graeme Langdon chants his way through a distant spell of psychedelic conjure. The overall emotional damage is an addicting aural experience for any futurotic voodoo voyeur.

Entre les jambes d’un B-52s/ Cramps Hybranoïd voilé existe les vibrations malignes et tordues de Futensil de Montréal. Leur jungle atonal de mystique wyrdabilly frissonne sous les cries d’Emily pendant que CIO Graeme Langdon de Psychic Handshake scande son chemin à travers le distant sortilège de conjuration psychédélique. Le dommage émotionnel global est une expérience auditive addictante pour tout voyeur vodou futurotique.


Futensil – AWOL a Go Go


Futensil – Black Mold

Review :: Omon Ra II / Dirty Beaches – Omon Ra II / Dirty Beaches

Omon Ra II lands in Montreal and immediately unleashes a seething explosion of post-hyperbole psych-punk: relentless equalizer rejection and blazing guitar shreddery battling for every magnetic millimeter. Meanwhile, Dirty Beaches departs Montreal for sunny Vancouver and metamorphoses into wild nullophonic mystic rockisms; wasted, minimally-greased rockabilly for deadbeat cowboys and vintage thuggery. An odd paring, but this isn’t the first time the Omon moniker sat beside something equally disparate. Mind = blown.

Omon Ra II arrive à Montréal et lance immédiatement une explosion cinglante de psych-punk post-hyperbole: le rejet d’égaliseur incessant et la déchiqueterie torride de guitare combattent pour chaque millimètre magnétique. Au même temps, Dirty Beaches quitte Montréal pour le Vancouver ensoleillé et se transforme en rockessences mystiques, nullophoniques et folles; c’est le rockabilly bourré et minimalement graissé pour les cowboys bons à rien et la brutalité rétro. C’est un jumelage bizarre, mais ce n’est pas la première fois que le nom Omon s’est assis à côté de quelque chose également disparate. B o u l e v e r s a n t .

Dirty Beaches – Black Horses Take 1 // Omon Ra II – Jimmy

Review :: PIG – Magnetic

PIGMagnetic108.jpg

Continuing with their general disregard for genre fortification, PIG return with a c26 frothing with ataxic punk and chaotic sludge. After a side of perilous adventures through mires of improvised drones and guitar destruction, the quadro deliver a full blast of 90s doom-punk occultism. Part Altered Beast, part Ghosts and Goblins, Magnetic synthesizes the darkest parts of adjective-punk and coagulates them into an eerie resin of fractured sounds. A rare gift stolen from the hand of Moira. NO CONTINUES. GRIP++

Continuant avec leur inattention générale pour la fortification du genre, PIG revient avec un c26 moussant avec un punk ataxique et une boue chaotique. Après un morceau d’aventures périlleuses à travers des bourbiers de vibrations improvisées et de destruction de guitare, le quadro livre de l’occultisme à pleine capacité de punk-fini des années 90. À moitié Altered Beast, à moitié Ghosts and Goblins, Magnetic synthétise les parties les plus sombres du punk-adjective et les coagule dans une résine surnaturelle de sons fracturés. Une rare don volé de la main de Moira. PAS DE CONTINUATION. POIGNE++

PIG – HEATHERS

PIG – SOUTHERN DROWN

PIG – MAGNETIC

Review :: Play Guitar – Cold Crystal Shield

Living in Alberta, I associate Calgary with the strange angular pop moves found on Cold Crystal Shield. In fact, I’m starting to believe the Calgary sound is just a weird amalgamation of Montreal’s pop experiments, Halifax’s 90s obsession, and Yukon’s cold isolation. It’s all summarized brilliantly by Play Guitar with their combination of incredibly catchy guitar lines and anthemic vocal harmonies, the whole mess being driven down midnight highways and rural avenues. I say rural because I can definitely hear that 90s Halifax honky-tonk pop-rock and it’s awesome. Keep your cold, crystalized eyes out for the Play Guitar LP, coming soon!

En vivant en Alberta, j’associe Calgary avec les mouvement pop bizarres qu’on trouve aussi sur Cold Crystal Shield. En fait, je commence de croire que le son de Calgary n’est qu’une fusion bizarre des expériences pop de Montréal, de l’obsession des années 90 de Halifax, et de l’isolation froide de Yukon. C’est parfaitement résumé par Play Guitar avec leur combinaison des mélodies de guitare incroyablement entraînantes et des harmonies de chants hymnales, et le pétrin entier est conduit sur les grande routes de minuit et les chemins ruraux. Je dis “ruraux” parce que j’entend assurément ce pop-rock honky tonk des années 90 de Halifax, et c’est magnifique. Alors mes amis froids et cristallisés, restez à l’écoute pour le Play Guitar LP, qui arrive bientôt!

Play Guitar – Stay and Haunt

Play Guitar – Different Job

Review :: The Pink Noise – Gilded Flowers

The Pink Noise - Gilded Flowers

Gilded Flowers, The Pink Noise’s first on Montreal’s Campaign for Infinity, is their most realized cabaret of drum-machine bustitude (and probably why the cassette is already on its third printing). Subjecting yourself to every burnt guitar solo and car-wrecked bass-line will give you the succinct impression that The Pink Noise’s front-man slammed a lot of doors, hung out in arcades, and owned a leather jacket at the age of 10. Thus, Gilded Flowers becomes an 80s vision of the future: computer screens as gateways into incomprehensible lo-bit realities, nuclear punk the specter of pop music, alleyways brimming with undiscovered societies, and every kid smoking cigarettes and selling ATM-hacking chips; it’s the slow degeneration of our welfare state into psychedelic-fiction. Freejack punk for a new generation of post-modern wastoids. And it’s all yours for $6.99.

La première de Gilded Flowers et The Pink Noise sur la Capaign for Infinity de Montréal, est leur cabaret le plus réalisé de batterie à sec (et probablement pourquoi la cassette est déjà à sa troisième impression). Vous soumettre à chaque solo de guitare brûlée et a chaque ligne de basse de voiture accidentée va vous donné l’impression succincte que le chanteur de The Pink Noise claque beaucoup de portes, traîne dans les arcades et possède un gilet de cuir depuis l’âge de 10 ans. Ainsi, Gilded Flowers devient une vision du future des années 80; des écrans d’ordinateurs comme portail vers d’incompréhensibles réalités lo-fi, de punk nucléaire le spectre de musique pop, d’allées remplies de sociétés non découvertes et chaque jeune qui fume des cigarettes et vendant des puces de piratage d’ATM; c’est une dégénération lente de notre état bien être dans une fiction psychédélique. Un punk Freejack pour une nouvelle génération de résidus postmoderne. Et c’est tout à vous pour 6.99$.

The Pink Noise – Shy Guy Beach

The Pink Noise – Toad

The Pink Noise – Cop Cars

Review :: Holy Cobras – Dead Bodies Float in Space

Holy Cobras - Dead Bodies Float in Space

Slow-forward to the future. Turn left and you’ll never see Han Solo shoot, having been blasted by the 28 shots of Mos Eisleyian whiskey and bravely translucent pressure waves emanating from a new Cantina band: the Holy Cobras. Dead Bodies Float in Space is Hawkwind re-imagined inside an alternate nowhere, far removed form any human consciousness; pulsing, wasted synth coursing through psychedelic veins feeding life into tired, synthetic limbs grabbing every adjective needed to self-identify. It’s a new sound for new believers and I bet their live show is more cathartic than church could ever dream of being. The cassette sounds like shit in way that further mystifies its origins; Canada Post leasing a Millennium Falcon to bring back treasures from the world of Hollywood magic. Press play, close your eyes and witness Stacia, naked, undulating next to dead, floating bodies. Campaign For Infinity is on to something. A++++++++.

Fais une avance lente à l’avenir. Tourne à gauche et tu vas jamais voir tirer Yan Solo, ayant été abbatu par les 28 shots du whisky Mos Eisleyian et les pressions courageusement translucides qui émanent d’une nouvelle groupe Cantina: les Holy Cobras. Dead Bodies Float in Space, c’est un Hawkwind re-imaginé dans un trou alternatif, très loin d’aucune conscience humaine; le synthé pulsant et bourré qui coule dans les veines psychédéliques qui nourrissent les membres synthétiques fatigués qui prennent chaque adjectif qu’ils en ont besoin pour s’identifier. C’est un nouveau son pour les nouveaux fidèles et je crois que sa spectacle vive est beaucoup plus cathartique que n’importe quelle église peut rêver d’être. La cassette a l’aire de merde dans une façon qui rende ses origines même plus perplexe; c’est comme si Canada Post a loué un Millenum Falcon pour retrouver les trésors du monde de la magie Hollywod. Appuie sur Lecture, ferme tes yeux, et vois Stacia, nue, ondulante près des corps morts et flottants. Campaign For Infinity connaît quelque chose. A++++++++.

Holy Cobras – Dead Bodies Float in Space

Holy Cobras – Mama Jihad