Tag: calgary

New Canadiana :: D.F. – Snowshell + Tape Decay Works


Devin Friesen breaks out his frozen gtr for another trudge through analog atrophy and shuddering drum machine dread. This CD edition collects the original grip-or-it’s-gone Snowshell lathe with six additional blasts of dome-clearing desolation, bottoming out with the 15-minute “Return of the Raiders.” Stay frosty

Devin Friesen est sorti de sa GTR glacée pour une autre marche pénible à travers l’atrophie analogique et le frisson d’une boîte à rythme terrifiante. Cette édition en CD rassemble Snowshell (l’original, dépêchez-vous avant qu’il n’y en ait plus!) et six autres explosions dévastatrices à faire sauter le plafond, et se conclu avec les 15 minutes de « Return of the Raiders ». Alors, faites attention

D.F. – Exhaust

D.F. – Return of the Raiders

Frequencies :: CJSW 90.9 FM (Calgary)


Through the neat and tidy hallways of the University of Calgary lays CJSW 90.9FM, Calgary’s solitary campus and community radio station. CJSW is whispered through the radio circuit to be a cut above campus and community radio stations, upon 30 seconds of arriving it becomes clear why this title follows. The walls are colorful with thoughtful designs, the type of designs that are organized with effort. Kind staff and volunteers work diligently at their individual desks. No corner is duct taped, no paint is peeling and no toilet seat is covered in piss. Equipped with three closed offices, a meeting room, three production rooms, an on air booth, an extensive physical music library, a tech room, a kitchen and spacious communal area, CJSW is not your average campus and community radio station. It is an establishment.


Whitney Ota, the music director sheds an in-depth overview of the station:
His own label: Unit Structure Sound Recordings

PK: What do you think is special about CJSW?

W: There is a pretty incredible community here. It is a family. We just moved up here a couple of years ago from the basement. The old CJSW was rougher around the edges. We are the only station that plays experimental music, metal, punk, noise and have a commitment to local and developing artists that no other station in town has. We are the only station in Canada that I’m aware of that has an experimental chart. I am really into experimental music. My love for experimental music spans many genres. In each genre of music, I appreciate those that are doing something unique and interesting. Things get really boring when you hear the same ideas rehearsed over and over again; I’m always interested in hearing boundaries being pushed. I love challenging art in all forms, it is exciting that Weird Canada is getting into covering “weird” written word, video and other forms of art. It’s an exciting time for us weird Canadian weirdos.

The live band room is becoming more developed; this is going to be a big project for this next year. We are working towards becoming the best live band room in the country, better even than CBC.

PK: In what ways is CJSW working towards this goal?

W: Everything really, we want to look at the way it is designed, the interior decorating, the gear- making sure it is state of the art. Most importantly the sound, making sure that everything sounds amazing. We also want to get it setup with video cameras and such, so that we can video tape all of the sessions that come through. That is sort of the big project we are looking at for this year. More podcasting. We also got a bigger tower put up recently, therefore we get to broadcast with greater range now.

PK: Why do you work here?

W: Well music of course, is my passion. A job that I get to listen to music all day long is just ideal for me, it’s crazy. It’s a great atmosphere; the people I work with are fantastic. I mean I have been to a few other stations, and I have never seen a station like this before. I think people are kind of surprised when they come in, they expect that campus and community vibe, where things are less organized, though I love that. But I feel like it is very establish here, within itself and the Calgary music scene.

PK: Is there an artist, event, person or song that brought you to CJSW? Why did you decide to get involved?

W: The first time CJSW rang out for me, was when I was in high school, I remember the day, I turned on the radio and there was this crazy track that sounded like it was two separate tracks played at the same time. It was like this crazy weird noise, experimental thing. And I was like, how the hell is this on the radio? This is crazy. And I remember the numbers, 90.9FM. I kept listening over and over. Eventually I thought: I need to find out who these people are! So I just came in, started volunteering, and eventually I got my own show- years later and yeah…now I work here as the music director. Its pretty fun!

PK: Who should we listen to in Calgary?

W: Valiska, he is doing really beautiful ambient electronic music, his stuff is world class. That is kind of what I search for, is this from Calgary I ask myself. If it is from Calgary then it’s not really my taste.

PK: Then what would you consider is Calgary’s sound?

W: I don’t know, there is a pretty hardcore community here; a lot of people are kind of into that stuff. I am into it but Valiska is doing something really unique for a Calgary sound. There is a sound, like the Garbage Daze kids. A lot of them are in the same bands, it is almost an incestuous sound. There is a limited amount of creative people in Calgary, most have to work with the same people and switch it up. There is a weird aggressive tone. Calgary music is kind of intense. That is why I bring up Valiska, he is just doing something completely different from a totally different angle. I think it is something Calgary needs, something beautiful to listen to. Alberta Hardcore!

PK: How is your station supporting WC bands and why do you think this is important?

W: Weird Canada is doing a fantastic job of covering Canadian music that doesn’t have many other outlets in the written media. Weird Canada is an amazing resource for up-and-coming artists as well as those that are just too strange to really have anyone else care enough to write about them. CJSW has a similar mandate to help nationalize micro-communities from local areas. It can be difficult for local bands to break out of their communities, but WC/CJSW are doing our best to help spread the word. It can help these bands establish fan-bases outside of their areas which can help with touring, album sales etc!

PK: Why should people keep listening to radio?

W: I don’t think radio will die anytime soon. As long as people have radio dials, there will be radio stations playing music and delivering content to listeners. I feel that mainstream radio will lose value over the years, but campus/community stations will become more and more vital as we will be some of the only resources around that represent our local community. With the help of internet radio and online podcasting, we will be able to spread the word even further that there is amazing stuff coming out of Calgary. Campus/community radio is all about sharing ideas; getting people talking and informing people of important issues or things that are happening in our communities. With a million and one online music resources available, it can become overwhelming trying to decide which to listen to, especially as many of them do not engage at all with local communities.


CJSW is a musical foundation for bands, they offer big and small time bands a great degree of professionalism. Bands that play live in CJSW’s band room receive great publicity through the stations high amount of listeners and supporters. In addition, bands that may not have access to a studio or equipment are able to acquire a quality recording of their music. Hag Face is among many that have used their recordings from the studio to publish an album on bandcamp. Thus CJSW continues to be a huge supporter of Canadian and independent music.

La station radio étudiante et communautaire de Calgary, CJSW 90.9FM, se cache derrière une série de corridors proprets de l’Université de Calgary. Entre les branches radiophoniques, on chuchote qu’elle est une coche au-dessus des autres stations radio étudiantes et communautaires – et on comprend pourquoi quelques secondes après y être arrivé. La décoration des murs (les couleurs et le design), est visiblement réfléchie, du genre qui demandé beaucoup de travail. Les employés et les bénévoles – tous amicaux – travaillent assidument à leurs bureaux respectifs. Pas de duct tape dans les coins, ni de peinture écaillée, ni de siège de toilette recouvert d’urine. Plutôt trois bureaux fermés, une salle de réunion, trois salles de production, une cabine de diffusion, une vaste bibliothèque (physique) de musique, une salle de technologie, une cuisine et un espace communautaire spacieux. CJSW n’est pas une station radio étudiante et communautaire typique : c’est un établissement.


Whitney Ota, le directeur musical, décrit le parcours de la station :
Son propre label : Unit Structure Sound Recordings

PK : Qu’est-ce qui rend CJSW si spéciale?

W : Ici, l’esprit de communauté est vraiment génial. C’est une famille. Avant, on était dans le sous-sol, le déménagement jusqu’ici s’est fait il y a environ 2 ans. L’ancienne CJSW était un peu plus brouillon. On est la seule station en ville qui diffuse de la musique expérimentale, du métal, du punk, du noise et qui encourage activement les artistes locaux et émergents. À ma connaissance, on est la seule station au Canada qui a un classement de musique expérimentale. J’adore la musique expérimentale, et cet amour touche plusieurs genres de musique. Particulièrement ceux qui font quelque chose d’unique et d’intéressant. Ça devient ennuyant quand on entend toujours les mêmes idées se répéter. Ce qui m’intéresse, c’est quand on repousse les limites. J’aime l’art provocateur sous toutes ses formes, c’est excitant de voir Weird Canada se pencher sur la couverture de mots écrits, de vidéos et d’autres formes d’art « weird ». C’est une époque excitante pour nous, les “weirdos” de Weird Canada.

La salle de musique en direct se développe de plus en plus, ça va être un gros projet pour l’année qui vient. On travaille à ce qu’elle devienne la meilleure du pays, même meilleure que celle de CBC.

PK : Comment CJSW travaille-t-elle pour y parvenir?

W : C’est dans tout ce qu’on fait : tant dans la façon dont elle est conçue (la décoration intérieure), que l’équipement – en s’assurant qu’il est à la fine pointe. Mais surtout, on s’assure que le son soit génial pour tout. On veut aussi installer des caméras vidéo et tout, pour pouvoir enregistrer les séances qui s’y passent. C’est pas mal le gros projet que nous avons en vue cette année. Plus de podcasting. Aussi, une tour plus grosse a été installée récemment, alors on a une plus grande portée de diffusion.

PK : Pourquoi travailles-tu ici?

W : La musique est évidemment ma passion, donc un travail, si je peux passer la journée à écouter de la musique, c’est vraiment l’idéal, c’est fou. L’atmosphère est géniale, les gens avec qui je travaille sont fantastiques. J’ai déjà été dans d’autres stations, mais je n’en ai jamais vu une comme ici. Je pense que les gens sont toujours un peu surpris quand ils arrivent : ils s’attendent à une atmosphère étudiante et communautaire, à ce que les choses soient moins organisées – même si c’est quelque chose que j’aime aussi. Mais j’ai l’impression que la station est vraiment établie ici, en elle-même et dans la scène musicale de Calgary.

PK : Est-ce qu’il y a un artiste, un événement, une personne ou chanson qui t’a amené ici? Pourquoi as-tu choisi de t’impliquer chez CJSW?

W : Je me rappelle la première fois que j’ai entendu CJSW, j’étais à l’école secondaire. Un jour, j’ai ouvert la radio, et il y avait une piste folle qui sonnait comme si deux pistes différentes étaient jouées en même temps. C’était un genre de noise expérimental vraiment bizarre. Je me suis dit : « Voir que ça joue à la radio? C’est fou! » Je me suis souvenu des chiffres (90.9 FM) et j’ai continué a écouté le poste de radio. J’en suis venu à me dire : il faut que je sache qui sont ces gens! Alors, je me suis présenté, je suis devenu bénévole; j’ai eu mon émission des années plus tard et ouais… maintenant je suis le directeur musical. C’est vraiment plaisant!

PK : Qu’est-ce qu’on devrait écouter à Calgary?

W : Valiska fait de la belle musique électro ambiante, de calibre mondial. C’est ce genre de truc que je recherche. Je me demande : est-ce que c’est de Calgary? Si oui, ce n’est pas vraiment mon genre.

PK : Alors selon toi, quel serait le son de Calgary?

W : Je ne sais pas… il y a une communauté assez hardcore ici et beaucoup de gens ont l’air d’aimer ça. J’aime aussi, mais Valiska fait quelque chose de vraiment unique pour un son de Calgary. Il y a un son comme celui de la clique de Garbage Daze. Beaucoup des musiciens font partie des mêmes groupes : ça donne un son presque incestueux. La quantité de gens créatifs à Calgary est limitée, alors la plupart ont à travailler ensemble et changent de groupe de temps en temps. Il y a une tonalité agressive et étrange. La musique de Calgary est assez intense. C’est pour ça que je mentionne Valiska : il fait quelque chose de complètement différent et d’un angle totalement différent. C’est quelque chose de beau à écouter, et je pense que Calgary en a besoin. L’Alberta est hardcore!

PK : Comment la station encourage-t-elle les groupes mentionnés sur Weird Canada et pourquoi penses-tu que c’est important?

W : Weird Canada fait un excellent travail en traitant de ce type de musique canadienne qui n’a pas vraiment d’autre place dans les médias écrits. C’est une ressource sans pareil pour les artistes de la relève comme pour ceux qui sont juste trop bizarres pour intéresser quelqu’un d’autre à écrire à leur sujet. CJSW a un mandat similaire qui est celui d’aider à nationaliser les microcommunautés locales. Faire parler de soi peut être difficile pour les groupes locaux, mais WC et CJSW font de leur mieux pour passer le mot; ce qui peut aider ces groupes à se faire des fans dans d’autres régions et permettre des tournées, des ventes d’albums, etc.!

PK : Pourquoi les gens devraient-ils continuer à écouter la radio?

W : Je ne pense pas que la radio soit près de mourir. Aussi longtemps que les gens auront des cadrans radio, il va y avoir des stations qui vont diffuser leur musique aux auditeurs. J’ai l’impression que la radio grand public va perdre en valeur dans les années à venir, mais les radios étudiantes/communautaires vont devenir de plus en plus vitales puisqu’elles seront les seules ressources représentant les communautés locales. Avec l’aide de la radio sur internet et du podcasting, on va pouvoir répandre encore plus tous les trucs géniaux qui se font à Calgary. Le but d’une radio étudiante/communautaire est de partager les idées, de faire discuter les gens et de les informer sur les problèmes importants ou ce qui se passe dans leur communauté. Avec les milliers de ressources musicales accessibles en ligne, il peut être très difficile d’essayer de trouver quelque chose à écouter, surtout quand la plupart des stations s’engagent très peu dans les communautés locales.


CJSW est une fondation musicale qui œuvre avec beaucoup de professionnalisme auprès des groupes petits et grands. Les groupes qui jouent en direct dans la salle de musique de CJSW reçoivent une excellente publicité auprès de ses très nombreux auditeurs et partisans. De plus, elle offre un accès à un studio ou à de l’équipement qui permet d’obtenir des enregistrements de qualité – ce qui n’aurait pas nécessairement été possible pour certains groupes. Hag Face est au nombre de ceux qui ont pu utiliser leurs enregistrements du studio pour publier un album sur Bandcamp. CJSW continue donc d’être un important défenseur de la musique indépendante canadienne.

New Canadiana :: The Basement Demons – Baby Teeth


With cassette recorder as canvas, primed by layers of white-noise, the Basement Demons’ debut amplifies the band’s Id-driven creative process — all songs made up on the spot — to reveal their bratty impulse for sonic destruction fighting an inborn pop instinct. Twelve-year-old lead singer Indica’s improvised lyrics and impassioned shrieks are unapologetically youthful, expressing a stubborn worldview in a way that is intuitively matched to the tone of each song. Her volatile cooing is grounded by the right-on drumming of eldest Demon Seth (19) and a sludgy, ear-splitting guitar attack from cousins Cateri (9) and Imajyn (14). Delivering a sharper bite than its title implies, Baby Teeth battles growing pains and the distortion of innocence with discordant no-fi punk outbursts.

Sur le canevas d’un magnétophone à cassettes qui a été enduit avec des couches de statique, le groupe Basement Demons fait ses débuts en exacerbant son processus créatif identitaire – toutes les chansons sont inventées sur le moment. Dans leur combat contre leur instinct pop inné, ils révèlent une impulsion d’enfant gâté pour la destruction acoustique. Indica, la chanteuse de douze ans, improvise les paroles et les impassibles cris d’une jeunesse sans réserve, exprimant une vision du monde entêtée qui s’adapte intuitivement au ton de chacune des chansons. Son roucoulement volatile est cloué au sol par la batterie géniale de Demon Seth (19 ans) et par les attaques de guitares boueuses et assourdissantes des cousins Cateri (9 ans) et Imajyn (14 ans). Baby Teeth – qui livre une morsure plus incisive que ce que le titre laissait entendre – lutte contre les douleurs de la croissance et la déformation de l’innocence à coup de no-fi punk discordant.

The Basement Demons – Six Seven Eight

The Basement Demons – Don’t Pull My Hair

New Canadiana :: Catholic Girls – Sheila Joined a Cult

Catholic Girls - Sheila Joined a Cult

Catholic Girls’ Sheila Joined A Cult evokes a late-night TV binge from another era. The piercing synths and mechanical beats on ”Daddy Hunting” bring to mind old science-fiction creature features, cutting through your consciousness like some forbidden signal on cathode ray tubes. The eight-bit throb on “Beast” sounds like a blinking spaceship console made of Christmas lights and tin foil. “American Scream” and closer “Hysteria” are all reckless charge and giddy thrills. Like the best fright-night marathons, Sheila Joined A Cult carries a foreboding allure and enough fun to keep you going all night long.

L’EP Sheila Joined A Cult rappelle un gavage télévisuel d’une autre époque. Les synthétiseurs perçants et les rythmes mécaniques de « Daddy Hunting»  font penser aux vieilles créatures de science-fiction traversant votre conscience comme un signal interdit sur des tubes cathodiques. Le battement 8 bits de « Beast » sonne comme la console clignotante d’un vaisseau spatial fait de papier d’aluminium et de lumières de Noël. « American Scream » et « Hysteria » ne sont que sensations vertigineuses et charges furieuses. Comme les meilleurs marathons de Fright Night, Sheila Joined A Cult a un charme inquiétant et est assez amusant pour vous tenir en haleine toute la nuit.

Catholic Girls – Beast

Catholic Girls – Daddy Hunting

Departures Revisited :: Bruce Haack – Electric Lucifer Book II


From the gruff hinterlands of Rocky Mountain House, Bruce Haack is a perpetual anomaly. A prodigious and delightfully confusing lone wolf way, way ahead of his time, he has become revered for personal, technological advances — both in the physical machinery he created and the resulting audio output. Book II, his follow-up to the legendary Electric Lucifer, is lyrically heavy; nursery rhythms and vocoded ruminations layered upon Haack’s electronic landscapes. Perhaps it’s the premonitory bullseye on the dizzying, beautiful and intensely distracting influence technology has on our lives, but the Haackified vision of the man-machine humanoid has become a perilously real possibility. At this point, one is asked not to just hear and listen, but to try and understand our (d)evolved techno existence.

Bruce Haack est une anomalie perpétuelle venant de l’arrière-pays rude de Rocky Mountain House. C’est un prodige de loup solitaire délicieusement confondant et très, très en avance sur son temps, que l’on révère pour ses avancées personnelles et technologiques – tant les machines qu’il a créées que le son qui en sort. Book II, la suite du légendaire Electric Lucifer, est lyriquement lourd : rimes de comptines et ressassages vocodés s’empilent sur les paysages électroniques de Haack. Peut-être qu’il a misé juste en prédisant l’influence intense, belle et étourdissante de la technologie sur nos vies, mais la vision Haackienne de l’humanoïde homme-machine est une possibilité réelle et périlleuse. Rendu là, il ne faut pas se contenter d’écouter, il faut essayer de comprendre la (d)évolution de notre existence techno.

Bruce Haack – Good Life

Bruce Haack – Moonlight and Roses

New Canadiana :: Moss Harvest // Downfuckinghill – Split


Aught Void is a new cassette label from Calgary, AB focusing on particularly dark strands of ambient, drone, and powerviolence. A V 01 slowly coaxes forth two long-form essays of looming pensivity from a pair of naturopathic hypnotists. Downfuckinghill’s swaying synths and cloudy tones run contrary to its anxiously forceful name, instead evoking the fragile magic of a misty ravine soundwalk. On the flip side, Moss Harvest brings an anxiously soothing rainy day ambience with swishing field-recording manipulations and hair-tussling wind sweeps to rid your mental floor of any hidden dust bunnies in the corners.

Aught Void est un nouveau label de Calgary axé sur des branches particulièrement sombres d’ambiant, de drone et de powerviolence. A V 01 attire lentement deux longs essais qui sont d’une pensivité à en donner la chair de poule, offerts par deux hypnotistes naturopathiques. Les synthés oscillants de Downfuckinghill ainsi que ses tons nuageux ne vont pas avec le nom anxieusement violent du groupe, évoquant plutôt la magie fragile d’une marche sonore dans misty ravine. En revanche, Moss Harvest amène une ambiance de jour pluvieux avec des manipulations sifflantes d’enregistrement sur place et des vents ébouriffants pour enlever les moutons de poussière des quatre coins de votre plancher mental.

Downfuckinghill – And So They Live

Moss Harvest – Swallowed Sparrows

New Canadiana :: Hag Face – Rag Face


Gunslinging sleep paralysis from the feminine witch nouns of Mare, these garage gremlins will sit on your chest until a “dirtbag dream boat” appears. Don’t be afraid to accept these blonde pillboxes’ invitation to dine on raccoon wishbones by candlelit salt circles at their smoky Kozmik Mansion. Metal moon séances will reveal what it’s like when a freak punk goes to the opera.

Simulant la paralysie du sommeil des sorcières associées à la mara, ces diablotines de garage s’assoiront sur votre poitrine jusqu’à ce qu’apparaisse un « apollon ordure ». N’ayez pas peur d’accepter l’invitation à dîner de ces piluliers blondes. Dans leur château kozmique enfumé, elles vous serviront des bréchets de raton laveur dans des cercles magiques illuminés aux chandelles. Les séances de métal à la pleine lune révéleront ce qui se passe quand un punk bizarre assiste à l’opéra.

Hag Face – Bendy Wendy

Haf Face – Dirtbag Dreamboat/BRAT

Ex Libris :: Claire Lacey – Twin Tongues

Claire Lacey - Twin TonguesClaire Lacey - Twin Tongues

A Western teacher far in the Eastern hemisphere. She is unprepared for the monsoon season, for her skin getting all sticky with humidity, for the betrayal of her umbrella. A strange lost bird in her apartment – a crow – mocks the very concept of the teacher’s teachings with relentless “Fuck you! I’m a crow! Fuck you! I’m a Crow! Fuck you! I’m a crow!…” Twin Tongues is a tale of English the colonist, the alien species that eradicates the native fauna only to discover its own alienness.

English is pervasive; it is easy to take its reach even to the most remote corners of the world for granted. Sometimes we vilify the tongue and blame its evil nature for the death of other languages. At other times we feel aggravated that not everyone in the world speaks English when we try and talk at them. How should one feel about this language? It’s so confusing!

Twin Tongues – a chaotic blend of fragmented narration and poetry – personifies this confusion. English becomes a thoroughly well-intentioned lady who is on a mission to teach the tongue in Papua New Guinea, where Tok Pisin, a pidjin derivative of English, is already the primary lingua franca (By the way, Papua New Guinea has more indigenous languages than any other country – over 820. We learn that the conception of Tok Pisin helped the local population retain its own identity in the time of colonization. Now English is diluting this identity yet again).

But back to our nice lady – she is doing the best that she can. She is nursing a cursing crow back to health. The bird’s repetitions of the heroine’s native phrases sound ridiculous and arbitrary. You know that feeling when you say a word over and over until you are unsure if that word has any meaning? How bizarre that we have collectively agreed to call particular combinations of sounds English. Does it even matter that in its dreams the local crow speaks English?

La langue anglaise étant omniprésente, il est facile de la voir étendre ses tentacules dans les recoins les plus éloignés de la planète. Nous jetons parfois le blâme sur celle-ci lorsque vient le temps de trouver un coupable responsable de la disparition d’autres langues. Il nous arrive parfois de sentir un certain agacement lorsque les interlocuteurs anglais sont aussi rares qu’une pluie dans le désert. Être ou ne pas être anglophone? Que de confusion.

Twin Tongues, un amalgame chaotique de prose et de poésie, personnifie cette confusion qui nous envoûte. Dans les pages de cet ouvrage, la langue anglaise prend les traits d’une vieille dame, pleine de bonnes intentions, partant propager la bonne parole en Papouasie Nouvelle-Guinée. Dans cette île du Sud se parle déjà un dérivé de l’anglais, le Tok Pisin, considéré comme la lingua franca du lieu. D’ailleurs, on compte 820 langues indigènes en Papouasie Nouvelle-Guinée, un nombre beaucoup plus important qu’ailleurs. Là-bas, le Tok Pisin était un moyen d’assurer la défense de l’identité locale, lors de la colonisation du territoire. On assiste aujourd’hui à un nouvel épisode d’anéantissement identitaire, sous l’égide de l’anglais.

Mais revenons à notre dame. Elle survit du mieux qu’elle peut. Elle offre des soins à un corbeau ayant perdu toute reconnaissance. Les mots de l’héroïne sonnent ridicules et arbitraires lorsqu’ils sortent de la bouche de l’animal. Avez-vous déjà eu le sentiment de répéter un mot ad nauseam, pour ensuite ne plus savoir s’il avait une quelconque signification? Le fait que la collectivité ait donné le nom d’anglais à un groupe de combinaisons sonores est bizarre. Dans ses rêves, le corbeau local est anglophone. Et alors?

Claire Lacey - Twin Tongues

New Canadiana :: Hana Vave – 1992

Hana Vave - 1992

The end of the free age was marked by a house show. When summer faded, Connor Dennehy of Hana Vave put down his guitar and joined Gretchen as a drummer. Together they sank into the deep waters of time, and could have been lost there forever.

But perhaps it is no coincidence that Alex Lavoie and Josh Boguski of another band, whose members once rocked out under different names at that house show four years ago, now stand next to Hana Vave singer Geneva, and next to Connor, while his fingers lay down old patterns to tape. Some things want to upwell. For there is ice over the Bow River tonight—our hope to melt it lies in a certain set of pop songs that have snared the power of a younger summer sun, out of the myth that bore them.

La fin de l’ère libre a été marquée par un spectacle à domicile. Lorsque l’été s’est dissipé, Connor Dennehy, de Hana Vave, a mis sa guitare de côté pour aller jouer avec Gretchen en tant que batteur. Ils ont plongé ensemble dans les eaux profondes du temps, au risque de s’y perdre à jamais.

Mais ce n’est peut-être pas une coïncidence qu’Alex Lavoie et Josh Boguski, d’un autre groupe dont les membres, qui, sous une identité différente, ont auparavant fait chauffer la scène de cette représentation à domicile il y a quatre ans, se retrouvent aux côtés du chanteur de Hana Vave, Geneva, et de Connors, qui crée de ses doigts de vieux accords pour le studio. Quelque chose cherche à jaillir : la rivière Bow est recouverte de glace ce soir, et si nous espérons pouvoir la faire fondre, il faudra faire appel à une certaine série de chansons pop qui, avec le mythe qui les a créées, ont pu saisir le pouvoir d’un jeune soleil d’été.

Hana Vave – The Expedition

Hana Vave – 1992

New Canadiana :: Dada Centauri – III

Dada Centauri - IIIDada Centauri - III

Like twin steamliners heaving through the restless sea, both sides of this tape from Burro bros Andrew Hume and Whitney Ota (on various “modular/mono/poly/synths, electronics, tapes, junk, noise”) simultaneously exude an airy and naturally ominous but overwhelmingly machinistic environment of aquatic immersion. The foggy drones and steam engine beats peak and rise like smooth brushstrokes, vividly conjuring a poly-mod dream where you’re flying but the sunset is nothing more than a sea of trees. In the end, this isn’t music that tells you anything explicitly, feeds you mantras of life and death, nor tries to teach you a lesson. It simply invites you along on its ominous journey; what you learn and take away from the ride is ultimately up to you.

Tel deux paquebots à vapeur identiques fendant les vagues de la mer agitée, les deux côtés de cette cassette concoctée par les Burro bros Andrew Hume et Whitney Ota (à l’aide de différents « modulaire/mono/poly/syntés, électroniques, cassettes, déchets, bruit ») exsudent un spacieux environnement d’immersion aquatique spacieux et naturellement inquiétant, mais aussi excessivement machinal. Les bourdonnements embrumés et les battements de machine à vapeur vont et viennent vers leur apogée tel de fluides coups de pinceau, conjurant avec clarté un rêve poly-modulaire dans lequel vous planez, mais où le coucher de soleil peine à percer la surface d’un océan d’arbres. Finalement, ce n’est pas une musique qui est explicite dans ce qu’elle exprime, qui vous nourrit de mantras de vie ou de mort, ou qui essaie de vous apprendre une leçon. Elle vous invite simplement à faire partie de son périlleux voyage; en fin de compte, ce que vous en retirez dépend de vous.

Dada Centauri – A (excerpt)

Dada Centauri – B (excerpt)