Tag: arachnidiscs recordings

New Canadiana :: Totenbaum Träger // Projet Muet – Split

Weird_Canada-Totenbaum_Trager_Projet_Muet

Multi-instrumentalist and composer Dominic Marion exposes all sides of his creative dimensions by combining two of his latest projects into one split release. Experimental No wave comprised of jarring tones sits perpendicular to ominous bass sounds. Noir-ambient spaces and the matter that fill them create a monster; waxing and waning as if breathing. Totenbaum Träger wrestles with doom components through a combination of electric guitar noise (and riffs), feedback, and dark overtones. Projet Muet focuses on melody, narrative, and the extremities created when polarizing sounds crash together. Marion exposes every angle of his being by pairing the calm and chaotic, channelled through two separate paths of expression.

Compositeur et multi-instrumentaliste, Dominic Marion dévoile toutes les facettes de sa dimension créative en combinant deux de ses plus récents projets en un album split. On obtient du no wave expérimental fait de sonorités discordantes chevauchant des sons de basse menaçants; des espaces de style Noir-ambient remplis de matière qui font jaillir un monstre, croissant et décroissant comme une respiration. Totenbaum Träger ferraille avec des éléments de doom à travers un mélange de bruit (et de riffs) de guitare électrique, de feedback et d’harmoniques sombres. Projet Muet, lui, s’intéresse à la mélodie, à la narration et aux extrémités créées par la collision de deux sons polarisés. Marion met à nu chaque fibre de son être en joignant le calme et le chaos exprimés par deux chemins complètement différents.


Totenbaum Träger – Hung to Sarah Kane’s Shoelace


Projet Muet – Prévision pour un projet muet

New Canadiana :: Partli Cloudi – Two Moron Ever Nose

Partli Cloudi - Two Moron Ever Nose

Like a deeply puzzling method of musical therapy, Partli Cloudi’s psychedelic “rock” is dragged through the Burroughsian cut-up technique and fed chopped ‘n’ screwed sizzurp. Down-tuned guitars wander in a garden of sound effects and warbled synths with the loner cast out from a drum circle, asked to leave for refusing to play nice with the others. Found samples of answering machine apologies, drug trip descriptions, dream theory and spiritual self-improvement monologues act as our guides, leading us through a cognitive talking cure. It may not help us put the pieces back together, but rather shows that we were never broken in the first place.

Tel une méthode de thérapie musicale grandement énigmatique, le « rock » psychédélique de Partli Cloudi est soumis à la technique de taillade burroughsienne et nourri d’un ragoût de dirty south. Des guitares en drop D errent dans un jardin d’effets sonores et de synthés gazouillants, où un solitaire se voit expulsé d’un cercle de batteries pour avoir refusé de faire copain-copain avec les autres. Des échantillons de messages vocaux d’excuses, de descriptions de trips de drogue, de théorie onirique et de monologues spirituels d’amélioration de soi qu’on a découverts nous servent de guides, nous menant dans une cure de conversation cognitive. Cela ne nous aidera pas forcément à nous remettre sur pied mais peut-être qu’on découvrira que tout allait bien finalement.


Partli Cloudi – Aawfylly


Partli Cloudi – Dark Medication

New Canadiana :: Téléphone Maison – Toujours Partout

Téléphone Maison - Toujours PartoutTéléphone Maison - Toujours Partout

The music of Téléphone Maison might be hard to apprehend. It is diffuse, always everywhere. Yet once intangible things are seized, they become sources of constant renewal, great satisfaction, and a deep gaze into the internal-external spectrum. Thoughts wander as many forms jostle in a revolving ballet taking us higher into faraway galaxies, nevertheless so near from the starting point: peace and calm. Waves, textures and extraterrestrial vibrations make Alexis Maurice Brien (Téléphone Maison) one of the most indispensable acts in the cosmic Canadian and francophone musical soundscape. Special mentions to the fresh packaging from Arachnidiscs and the cameo from YlangYlang, who sends the recordings further up and out.

La musique de Téléphone Maison peut-être dure à appréhender. Elle est diffuse, toujours partout. Pourtant une fois que les choses indéfinissables sont comprises, elles deviennent sources de grandes satisfaction et de renouvellement constant du regard vers les mondes du spectre interne-externe. Les pensées se baladent, tant de formes se bousculent dans un ballet qui en tournant sur lui-même nous porte en nous élevant vers des galaxies lointaines et si proche du point de départ : calme et paix. Ondes, textures et vibrations extraterrestres font de Alexis Maurice Brien (Téléphone Maison) un des actes les plus indispensables du paysage cosmique canadien et francophone. Mentions spéciales à l’emballage de fraîcheur concocté par Arachnidiscs et à l’apparition de YlangYlang qui nous envoie encore plus loin et plus haut.


Téléphone Maison – Coloration


Téléphone Maison – Nous recontrons des difficultés

New Canadiana :: Moonwood – Coal Aberrations

Moonwood.jpg

Meditative ritual-waves emanate freely from this ethnic-laced excursion into the disparate recesses of freeform sonic consciousness. The aggregation of psychic minds centered around Jakob Rehlinger coagulate and form Moonwood, which includes Weird Canada favorite Andrew MacGregor amongst a plethora of freaks from the North American underground. Droning psychedelic guitars, piercing bursts of free-jazz angularity, and elastic harmonies resonate within a tomb of religious reverb, committing grande sins against our modern digitalis. The trip lasts 70 minutes and is available in a limited edition of 25 lino block printed and hand-stamped discs. GRIPPED.

Les ondes rituelles et méditatives émanent librement de cette sortie trempé d’ethnicité aux replis disparates de la conscience sonique libre. Le masse des têtes psychiques autour de Jakob Rehlinger coagulent et forment Moonwood, qui inclut le préféré de Weird Canada Andrew MacGregor parmi une pléthore des excentriques de l’avant-garde nord-américaine. Les guitares psychédéliques et bourdonnantes, les éclats perçants d’angularité free-jazz, et les harmonies élastiques résonnent dans un tombeau de réverbération religieuse, en commettant de gros péchés contre notre digitaline moderne. Le trip dure 70 minutes et il est disponible dans une édition limitée de 25 disques imprimé avec lino et estampillées à la main. ACHETEZ.

Moonwood – Peyote Sunrise

Moonwood – We Are Already Dead