we are northernly


Ephemera :: JFM

Weird_Canada-JFM_Ephemera-00-Classical.jpg

Here at Weird Canada, there is an eternal meadow that constantly emits wyrdo frequencies. If you turn the radio dial to 101, you’ll hear the yellow sunshine of audio/visual artist Jesse Frank Matthews. For the last six+ years, Matthews has been amassing recorded and found sound for the JFM archives. Much like his visual work, he utilizes his sampler like an x-acto knife; creating audio collages by cutting up, looping and meshing source material. His first debuted cassette Compost was dropped on DIVORCE Records in 2011. Since then he’s put out a handful of releases and began collaborating with Broken Deer’s Lindsay Dobbin and Secret Colours’ Evan Cardwell in JOURNEYS. He was nice eenuff to have us into his space and show us artifacts that have a significant impact on his creative process and daily living.

Take a chill pill, lie down in our meadow and enjoy the melted hypno-grooves under Blood Moon.

JFM – Low Rise

JFM – Tearin Up

Sam & Mr. B Suitcase

Weird_Canada-JFM_Ephemera-01-Sam_and_MrB_Suitcase.jpg

I’ve used this same old SP 404 sampler since 2010 when I started this JFM project. It’s gone through a couple paint jobs, and the ragged suitcase it’s been living in was given to me (full of booze) years ago by Mr. B prior to leaving for a Rattail tour in 2011. Every JFM song thus far has been written and recorded with this sampler, and every show I’ve played has been out of this suitcase. I’ve recently been on the hunt for some new gear, after receiving my first Canada Council grant a few months back.

The Studio

Weird_Canada-JFM_Ephemera-02-Full_Gear_Shot.jpg

Pictured here is my studio, in its entirety. Spot if you can: Goofy (given to me by my Niece and Nephew), ‘Dino-box’ chorus/reverb unit (bought at Songbird Music for $25 before they shut their doors), Lucia Stephen’s Optimus walkman (records in stereo & has a speaker on it!), Wite-out rollers, handmade tape loops, Frequency Analyzer, MXR EQ, reverb tank, and some other FX and recording devices. Treating, physically manipulating and re-amping the source material is a huge part of my process, I work with the individual sounds until I am satisfied.

Deborah

Weird_Canada-JFM_Ephemera-03-Deborah.jpg

This photograph was taken in the 1950s by my grandfather Frank Dawe, my Mother (Deborah Jane Dawe) is the one in the middle. Not sure how she got away with the ‘prop’ cigarette, but she looks pretty bad ass.

Ring

Weird_Canada-JFM_Ephemera-04-Ring.jpg

Few days go by that I forget to wear this beautiful piece of my history, my parents’ wedding ring. It is the most special thing I own. Seen here on an ageing tree stump in Point Pleasant, a large park on water with trails to get lost in and beaten paths to ride on. I come here in all types of weather, as it’s quite close to my apartment.

Matthew’s Bugle

Weird_Canada-JFM_Ephemera-05-Matthews_Bugel-1938.jpg

This bugle was made by Boosey & Co. in Toronto in the 30s and given to my grandfather George Matthews during his stint in WWII. It used to hang in my Father’s electronics workshop in our basement when I was growing up, and it was one of the first things I put a bottle-cap contact mic on.

Dawe’s Snuff Tin

Weird_Canada-JFM_Ephemera-06-Dawe_Snuff_Tin.jpg

Many strange ‘treats’ have graced this miniature vintage Snuff tin/pill box. Used by Frank Dawe for his ‘after lunch’ treats in the 1970s, it’s been used by me since the 1990s. What’s left in the snuff?

Fuschia

Weird_Canada-JFM_Ephemera-07-Fuschia.jpg

Anyone who knows me, knows I have always loved riding my bike. I was even a courier in downtown Toronto for a while in 2012, and have had more bikes stolen than you could imagine. I bought this gorgeous old Raleigh from Nathan Cameron last year. Fuschia is sleeping now because it’s Winter.

Black Dice Tape

Weird_Canada-JFM_Ephemera-08-Black_Dice_Tape.jpg

This tape was made by Evan Cardwell and given to me for my birthday in 2004. It’s a live recording of a Black Dice set from their ‘Creature Comforts’ period. You can clearly hear the audiences in their ebbing delight and confusion over the course of the half an hour set. The B side is all the early 7“s and the ‘Wastered’ 12” which I bought at their Montréal show that same year. I’ve nearly worn it to pieces.

Berkhout & Welland Canal Monster

Weird_Canada-JFM_Ephemera-09-Berkhout_and_Welland_Canal_Monster.jpg

There are two items classic Niagara Region items on display here; a lucid poem given to me by Greg Berkhout in 2003 and a copy of ‘The Day the Welland Canal Monster Met Santa’ given to me by Kim Delaat. Having an affinity for all lore involving Loch Ness Monsters (Gaasyendietha), this story used to be read live on CKTB in the late 70s and early 80s and was soon turned into this much more compact pamphlet version, available then at the grocery store and dentist office.

Father’s Marantz

Weird_Canada-JFM_Ephemera-10-Fathers_Marantz.jpg

Story goes that my Father and his best friend Gumby drove to California in the late 70s to purchase this Marantz stereo cassette recorder. I have used this endlessly in my work and with every band I’ve ever played in. It sounds so vivid and is such an important part of my early experiences both listening to, and creating music. Later feeding my curiosity in dub effects, playing a mixer as an instrument and tape as a tactile medium.

Ici à Weird Canada, il y a une prairie éternelle qui émet en permanence des fréquences bizarres. Si vous tournez le cadran de la radio au 101, vous entendrez la couleur du soleil de l’artiste audio-visuel Jesse Frank Matthews. Au cours des six dernières années et plus, Matthews a passé son temps à amasser des sons enregistrés et trouvés pour les archives JFM. Tout comme son ouvrage visuel, il utilise son échantillonneur comme un couteau x-acto; créant des collages audios en découpant, bouclant et engrenant le matériel source. Sa première cassette Compost est sortie avec DIVORCE Records en 2011. Depuis, il a sorti une poignée de morceaux et a commencé à collaborer avec Lindsay Dobbin de Broken Deer et Evan Cardwell de Secret Colours dans JOURNEYS. Il a été assez gentil pour nous accueillir dans son espace et nous montrer les artéfacts qui ont un impact significatif sur son processus créatif et sa vie quotidienne.

Prenez un calmant, étendez-vous dans notre prairie et jouissez des grooves hypnotiques vaporeux sous la lune de sang.

JFM – Low Rise

JFM – Tearin Up

Sam et la valise de Monsieur B.

Weird_Canada-JFM_Ephemera-01-Sam_and_MrB_Suitcase.jpg

J’utilise le même vieil échantillonneur SP 404 depuis 2010 lorsque j’ai lancé ce projet JFM. Il a connu quelques retouches de peinture et la valise dépenaillée dans laquelle il vit m’a été donnée (pleine de booze) il y a des années par Monsieur B. avant de partir pour une tournée de Rattail en 2011. Jusqu’ici, toutes les chansons JFM ont été écrites et enregistrées avec cet échantillonneur, et chaque spectacle que j’ai joué est sorti de cette valise. Depuis quelque temps, je suis à la recherche d’équipement neuf notamment parce j’ai reçu ma première subvention du Conseil du Canada il y a quelques mois.

Le Studio

Weird_Canada-JFM_Ephemera-02-Full_Gear_Shot.jpg

Photographié ici est mon studio, dans son intégralité. On y voit (à vous de les repérer!) : Goofy (que ma nièce et mon neveu m’ont donné), une unité de choeur/réverbe ‘Dino-boîte’ (achetée à Songbird Music pour 25 $ avant qu’ils ferment leurs portes), le walkman Optimus de Lucia Stephen (qui enregistre en format stéréo et est équipé d’un haut-parleur!), des rouleaux de Wite-out, des boucles de ruban faites à la main, un analyseur de fréquence, MXR EQ, un réservoir de réverbe, et quelques autres appareils FX et d’enregistrement. Le traitement, la manipulation physique et la ré-amplification du matériel source constituent une immense partie de mon processus, je travaille les sons de façon individuelle jusqu’à ce que je sois satisfait.

Deborah

Weird_Canada-JFM_Ephemera-03-Deborah.jpg

Cette photo a été prise dans les années 50 par mon grand-père Frank Dawe, ma mère (Deborah Jane Dawe) se trouve au milieu. Je ne sais pas comment elle a réussi à passer avec sa fausse cigarette, mais elle a une méchante allure.

Bague

Weird_Canada-JFM_Ephemera-04-Ring.jpg

Peu de journées passent où j’oublie de porter ce beau morceau de mon histoire, l’alliance de mes parents. C’est la chose la plus précieuse que je possède. On la voit ici sur une souche d’arbre vieillissante à Point Pleasant, un grand parc au bord de l’eau avec des sentiers sur lesquels on peut se perdre et des chemins pour faire du vélo. Je viens ici par tous les temps, c’est assez proche de mon appartement.

Le clairon de Matthew

Weird_Canada-JFM_Ephemera-05-Matthews_Bugel-1938.jpg

Ce clairon a été fabriqué par Boosey & Co. à Toronto dans les années 30 et a été donné à mon grand-père George Matthews pendant sa période de service durant la deuxième guerre mondiale. Quand j’étais petit, il était accroché dans l’atelier électronique de mon père au sous-sol, et c’est une des premières choses sur lesquelles j’ai fixé un micro de contact bricolé avec des bouchons.

La tabatière de Dawe

Weird_Canada-JFM_Ephemera-06-Dawe_Snuff_Tin.jpg

De nombreuses étranges ‘friandises’ ont honoré cette tabatière/boîte à pilules miniature ancienne. Utilisée par Frank Dawe pour ses friandises après le dîner dans les années 70, je m’en sers moi-même depuis les années 90. Qu’est-ce qu’il reste dans le tabac?

Fuschia

Weird_Canada-JFM_Ephemera-07-Fuschia.jpg

Ceux qui me connaissent savent que j’ai toujours adoré faire du vélo. J’ai même été coursier au centre-ville de Toronto pendant quelque temps en 2012, et je me suis fait volé un nombre inimaginable de bicyclettes. J’ai acheté une vieille Raleigh sublime de Nathan Cameron l’année passée. Fuschia dort pour l’instant car c’est l’hiver.

Cassette Black Dice

Weird_Canada-JFM_Ephemera-08-Black_Dice_Tape.jpg

Cette cassette a été faite par Evan Cardwell et m’a été offerte pour mon anniversaire en 2004. C’est un enregistrement en direct d’un concert de Black Dice pendant leur période ‘Creature Comforts’. On peut clairement entendre les spectateurs dans leur reflux de plaisir et de confusion tout au long de la demi-heure de leur concert. Sur la face B figurent tous les anciens 7 pouces et le 12 pouces ‘Wastered’ que j’ai achetés à leur spectacle à Montréal la même année. La cassette tombe quasiment en morceaux tellement je l’ai écoutée.

Berkhout & le monstre du canal de Welland

Weird_Canada-JFM_Ephemera-09-Berkhout_and_Welland_Canal_Monster.jpg

Il y a deux items classiques de la région de Niagara qui sont exposés ici; un poème lucide qui m’a donné Greg Berkhout en 2003 et une copie de ‘Le jour où le monstre du canal de Welland a rencontré le Père Noël’ offert par Kim Delaat. Ayant une affinité pour toute connaissance traditionnelle liée aux monstres du Loch Ness (Gaasyendietha), cette histoire était lue en direct sur CKTB à la fin des années 70 et au début des années 80. Elle est ensuite parue dans cette version brochée compacte; on pouvait la trouver à l’épicerie et chez le dentiste.

Marantz de papa

Weird_Canada-JFM_Ephemera-10-Fathers_Marantz.jpg

On raconte que mon père et son meilleur ami Gumby se sont rendus en auto jusqu’en Californie vers la fin des années 70 pour acheter cet enregistreur stéréo cassette Marantz. Je n’ai jamais cessé de l’utiliser pour mon travail et avec tous les groupes auxquels j’ai participé. Il a vraiment un son captivant et a joué un rôle très important depuis mes débuts, que ce soit pour écouter de la musique ou pour créer de la musique. Plus tard, il a alimenté ma curiosité pour les effets dub, le fait de jouer avec un mixeur comme instrument et l’idée d’une cassette en tant que médium tactile.

New Canadiana :: Dead Beat Poet Society – Deimos

Weird_Canada-Dead_Beat_Poet_Society-Deimos.jpg

Far from dead and on the beat, these mysterious souls wail from beyond, rocking into the sun and then crawling back into the shadows. A vision of tiptoeing through a darkened house while a secret performance is happening in the next room; sensing a hidden beauty. Spider-like guitar affectionately weaving through words of devotion that are not afraid of dipping toes into colder water. Avoiding the total dark, these songs could easily be heard under brighter skies, behind the garage, eyes focused on the ones you love.

Loin d’être mortes et sur la touche, ces âmes mystérieuses se lamentent de l’au-delà, se bercent au soleil avant de ramper pour retrouver les ombres. L’impression d’être en train de marcher sur la pointe des pieds dans une maison sombre pendant qu’une performance secrète a lieu dans la pièce d’à-côté; la sensation d’une beauté cachée. Telle une araignée, une guitare tisse affectueusement avec des mots de dévouement qui n’ont pas peur de se tremper les orteils dans des eaux plus froides. Évitant la noirceur totale, ces chansons pourraient facilement être entendues sous des ciels plus clairs, derrière le garage, les yeux fixés sur ceux qu’on aime.

Dead Beat Poet Society – Fly Fly

Dead Beat Poet Society – Passage

New Canadiana :: Caity Fisher – Party Games

Weird_Canada-Caity_Fisher-Party_Games.jpg

There’s a stain in the carpet, a drink in your hand, and out of someone’s crappy computer speakers Caity Fisher plays her Party Games. Her pop has enough power to rise above the din of the drunken party goers; her fuzzy licks match the fuzz on your tongue. As Fisher croons about feeling good, you drink more and the room begins to spin. She convinces you to dance. At first you’re alone but then others join in. You lock eyes with someone on the other side of the room…

The party ends and you don’t go home alone. A cruel hangover, puke, and a stranger greet you in the morning, but the next round of Party Games is not too far away.

Il y a une tache sur le tapis, un verre dans ta main et venant des haut-parleurs merdiques de l’ordinateur de quelqu’un, Caity Fisher joue sa Party Games. Sa pop a assez de puissance pour s’élever au-dessus des gens saouls qui font la fête, ses rythmes flous correspondent au duvet sur ta langue. Alors que Fisher roucoule à propos du fait qu’elle se sent bien, tu continues à boire et la pièce commence à tourner. Elle te convainc de danser. Au début, tu es seul, mais ensuite d’autres te rejoignent. Tu croises le regard de quelqu’un à l’autre bout de la pièce… La fête se termine fin et tu ne rentres pas seul chez toi. Un lendemain de veille cruel, de la vomissure et un étranger t’accueillent au matin, mais la prochaine partie de Party Games n’est pas trop loin.

Caity Fisher – Party Games

Caity Fisher – Life of the Party

New Canadiana :: Dancing in my Dreams – Demo

Weird_Canada-Dancing_in_my_Dreams-demo.jpg

This is the crossroads where your sleek and shiny dreams are synthesized into sinister, hellish nightmares. Swaths of ghastly turbulence envelop you as you fall deeper into depressing hopelessness. Eyes shut, body pulsating with every beat, sending tremors to your outmost extremities. Sharp, angular melodies abruptly fling your body, performing a cult-like ritual dance. This is music that enters through the ears, and infests the rest of you.

Ceci est la croisée des chemins où tes rêves onctueux et reluisants sont synthétisés en atroces cauchemars sinistres. Des bandes d’horribles turbulences t’enveloppent pendant que tu tombes plus profondément dans un triste désespoir. Les yeux fermés, le corps palpitant à chaque battement, envoyant des trépidations à tes extrémités les plus lointaines. Des mélodies tranchantes et angulaires balancent ton corps, effectuant une danse rituelle de culte. C’est une musique qui entre par les oreilles et infeste le reste de ta personne.

Dancing in my Dreams – Neverland

Dancing in my Dreams – Rest

New Canadiana :: Eschaton – Tour Tape Three

Weird_Canada-Eschaton_Tourtapethree.jpg

You’re in a pitch black room as time slows. A flash goes off. As each fraction of a second passes, a scene reveals itself: colourless shapes, then a face, shadows, furniture, the texture of the stucco ceiling, dust and flakes of dead skin floating weightless past your eyes. Fast or slow, mercilessly loud or impossibly quiet, improvised music is a slow reveal. In this live tour series, Hamilton’s Eschaton and friends Strangebarn bask in the resonance of brass bells before sinking into a tension-filled horror show of grinding electric drones, cursing saxophones, and vulgar percussion on the verge of manic violence. A slow-motion assault, perhaps a reflection of ancient tensions, the kind that even among earth’s most peaceful denizens emerges when the wrong buttons are pushed.

Tu es dans une pièce complètement noire alors que le temps ralentit. Un flash apparaît. À chaque fraction de seconde qui passe, une scène se révèle : des formes sans couleurs, puis un visage, des ombres, des meubles, la texture d’un plafond stuc, de la poussière et des résidus de peau morte flottent légèrement devant tes yeux. Rapide ou lente, cruellement bruyante ou impossiblement silencieuse, la musique improvisée est une révélation lente. Dans ces suites de visites en direct, Eschaton de Hamilton et amis Strangebarn se prélassent dans la résonance des cloches en laiton avant de s’enfoncer dans un spectacle tendu d’horreur de drones électriques grinçant, de saxophones qui jurent et de percussions vulgaires au bord d’une violence maniaque. Un assaut au ralenti, peut-être une réflexion d’anciennes tensions, du genre qui même parmi les habitants les plus paisibles de la terre émergent quand on appuie sur les mauvais boutons.

Eschaton – HAVN & Strangebarn