we are northernly


New Canadiana :: Swim Team – Freedom/Constraint

Weird_Canada-Swim_Team-Freedom_Constraint

“Are you filled with existential dread?

“Yes. Wait—no. Maybe? Things feel serious most of the time. Very serious. Slow lulls invoke a cloudy comatose state, only to be shot through and shattered by a harsh and unrelenting reality. Voices that once spoke softly surge louder, fighting to be heard.”

“When darkness sets in, does obsession follow? Dominating every move you make? If you feel this way, it’s ok. You are not alone. Look at the lows, carve out the highs. Push through. Drift beyond. Swim along.”

“Es-tu plein d’angoisse existentielle ?”

"Oui. Attend—non. Peut-être? On dirait que les choses sont sérieuses, du moins, la plupart du temps. Très sérieuses. Une douce accalmie invoque un état comateux voilé, pour bientôt être transpercée et mise en pièces par la dure et infatigable réalité. Des voix, qui discutaient doucement, surgissent désormais plus fortement, se battant pour être entendues.

“Lorsque l’obscurité s’installe, est-ce que l’obsession suit ? Dominant chaque geste que tu fais ? Si tu te sens comme ça, c’est correct. Non, tu n’es pas seul(e). Regarde les hauts, sculpte les bas. Passe à travers. Dérive au-delà. Nage avec le courant.”

Swim Team – Recourse

Swim Team – Tell

Sanctum :: Crace Mountain

IMG_4825-2.jpg

Crace Mountain exists as a place for Nanaimo’s local artists to stretch their legs, as the “mother of music, art and culture in Nanaimo’s underground.” Birthed in 2011, Crace’s footprint has recently expanded – the venue’s proprietors have acquired the adjacent property, giving rise to a Crace complex affectionately known as “Craceland.” I sat down with boss mama (and Wyrd contributor) Preacher Katie in July 2015.

Sam: Who were the founders of Crace? You’re not exactly old, and by that metric, you and your friends must have been just kids when you started off here.

Katie: One of them was in Hag Face,as well as Bash Brothers with another lovely lady. They started it. Then a few years later they had to move out to different pastures. I had been there for about half a year when they asked me if I wanted to keep Crace going. I didn’t know what the hell I was doing at first, but I gave it a go.

I’ve been here the longest and many friends have moved in, it’s definitely been a house/community effort.

308077_10151230174654341_1476685531_n.jpg

Sam: Why “Crace Mountain?”

Katie: It’s on Crace Street, and it’s on a small little hill. Now that we have both lots, we’ve been calling it “Craceland.”

Sam: What confluence of factors lead to the development of Crace Mountain?

Katie: Frustration with being unable to play alternative music in Nanaimo… having to pay bar fees or having a huge cut taken off. Mostly just not being allowed to play the type of music certain bands wanted to play; there weren’t other places letting that happen at the time.

Sam: Most significant event in the venue’s history?

Katie: Our Halloween shows are really fun. We’ve had an annual Halloween event where we get most of the bands we really want and it gets out of hand and everyone’s in costumes. Those are significant events.

I’d say our best event was when we had Apollo Ghosts and Karl Blau and Mount Eerie play – that was a really cool show; big names to have in the basement, in my eyes. There was a sort of a realization that we could actually get those kinds of names.

Canada Day (2015), we had 20 bands play. (This show was the opener of SHAKE/ARAMA II, a tour of Shake! Records acts.)

crace_3_copy.jpgPete the cat examines a copy of the Crace zine.

Sam: You guys have just started a zine!

Katie: I found a zine book at Literacy Nanaimo. I’ve always loved zines, but this one had a more scholarly perspective of alternative culture, and what it means to make zines – how they don’t have any structure. So I was like, yeah, let’s make one! Everyone here likes things being done right and artistically and thought-out, but we all just got high one night and decided that whatever the fuck we put on paper had to go in, whether we liked it or not. I think the funnest part about doing this is that we decided to not give a shit and just put it out there. I’m happy with how it turned out. So it started out of art night, basically.

baby_boy_pumping_up_at_crace.jpgJakob Nielsen of Girlfrend, A.K.A. Naked Chillen, sweating to the oldies. 

(Photo credit: Jon Varley of Painted Fruits)

Sam: You’ve had some weird and wonderful people come through these doors. Without naming names, could you tell us a story about a particularly interesting guest or guests you’ve had at Crace?

Katie: I remember one night, we had a guy stabbing the wall with knives – not necessarily violently, but kind of. We’ve had people camp out and stay way too long – we’d come home and they’d be in the hammock. I think we have a very safe environment and so there’s a lot of people who feel welcome. There’s only been a couple of situations where things have gotten out of hand, and other than that, people have been really respectful. But it definitely is a magnet for weirdos and alternative people!

crace_5_copy.jpg

Sam: What’s next for Crace?

Katie: More burlesque events. Right now, Richard is working on a possible projection outside of Sound Heritage and the Cambie. Bringing in more multi-media theatre (to Richard and Stefan) What are some upcoming projects at Crace Mountain?

Stefan: Soulsucker!

Katie: Soulsucker! We want to have a festival in September (2015)…

Richard: A three-day festival – every medium you can think of, and some that you haven’t even thought of before! At least ten different DIY venues around the South End and downtown core. At least two outdoors.

Stefan: Ten? I was thinking seven (laughs)

Katie: Another zine…

Richard: Some all-ages shows…

Katie: A garage sale…

Richard: Block. Party.

Katie: Archery. Pellet guns.

Richard: Kiddie pool. Gotta maintain the kiddie pool and put lifeguards in…

Katie: Garden.

Richard: Gotta make sure Pete’s happy and fed and that he’s getting lots of love.

Katie: !! I still really want to get a transmitter again. We used to have pirate radio. I want to do that again – a little radio station. •

Fondé sur une frustration générale par rapport au manque d’espaces expressifs, Crace Mountain se veut une place permettant aux artistes locaux à Nanaimo de s’étirer les jambes, étant la «mère de la musique, de l’art et de la culture underground à Nanaimo.». Enfanté en 2011, la portée de Crace s’est étendue dernièrement – les propriétaires de la salle ont fait l’acquisition de la propriété adjacente, créant ainsi un complexe Crace connu sous le nom affectueux de «Craceland.»* J’ai rencontré la boss mama Preacher Katie (également contributrice à Wyrd) en juillet 2015.

Sam: Qui sont les fondateurs de Crace? Tu n’es pas forcément âgée, et donc par inférence, tes amis et toi ne deviez être que des enfants lorsque vous avez commencé ici. B.

Katie: Une d’entres elle était membre de Hag Face, ainsi que Bash Brothers avec une autre dame sympathique. C’est elles qui l’ont lancé. Ensuite quelques années plus tard elles ont dû déménager à de pâturages différents. J’y étais pendant à peu près 6 mois quand elles m’ont demandé si je voulais prendre la relève pour Crace. Je n’avais aucune espèce d’idée de ce que je faisais au départ, mais je m’y suis lancée.J’ai habité ici le plus longtemps et de nombreux amis ont emménagé. Ça a vraiment été un effort de communauté dans cette maison.

308077_10151230174654341_1476685531_n.jpg

Sam: Pourquoi « Crace Mountain »? C.

Katie: C’est sur la rue Crace et c’est sur une toute petite colline. Maintenant qu’on a les deux terrains, on a commencé à l’appeler «Craceland.»

Sam: Quelle confluence de facteurs a mené au développement de Crace Mountain?

Katie: La frustration de ne pas pouvoir jouer de la musique alternative à Nanaimo… devoir payer des frais aux bars ou se faire enlever un montant de la paie. Surtout ne pas pouvoir jouer les genres de musique que certains groupes voulaient jouer; il n’y avait pas d’endroits qui le permettaient à l’époque.

Sam: Et l’évènement le plus marquant dans l’histoire de la salle?

Katie: Nos spectacles d’Halloween son vraiment l’fun. Nous en avons eu un où nous avons reçu la plupart des groupes qu’on aime et ça devient hors contrôle et tout le monde est en costumes. Ce sont des évènements marquants.

Je dirais que notre meilleur spectacle était quand Apollo Ghosts et Karl Blau et Mount Eerie sont venus jouer – ça, c’était vraiment cool; des grands noms à recevoir dans le sous-sol, à mes yeux. Il y avait une sorte de prise de conscience que nous pouvons en fait recevoir ces types de noms.

Lors de la fête du Canada (2015), on a eu 20 groupes qui ont joué. (Ce spectacle était l’ouverture de SHAKE/ARAMA II, une tournée des numéros de Shake! Records.)

crace_3_copy.jpg
(Sous-titre: Pete le chat examine une copie du zine de Crace. )

Sam: Vous venez de partir un zine!

Katie: J’ai trouvé un livre zine à Literacy Nanaimo. J’ai toujours adoré les zines, mais celui-ci avait une perspective plus érudite de la culture alternative, et de ce que ça veut dire de fabriquer des zines – de la façon qu’ils n’ont pas de structure. Alors je me suis dit, ouais, créons-en un! Tout le monde ici aime que les choses se fassent comme il faut et artistiquement et de façon réfléchie, mais on s’est juste tous défoncés un soir et on a décidé qu’il fallait inclure tout ce qu’on mettait sur papier, qu’on aime ou non. Je pense que la partie la plus l’fun dans tout ça c’est qu’on a décidé de s’en foutre et de tout simplement le publier. Je suis contente de la façon que ça a tourné. Alors, c’est parti d’une soirée d’art, dans le fond.

baby_boy_pumping_up_at_crace.jpgJakob Nielsen de Girlfrend, aussi connu sous le nom de Naked Chillen, en train de suer en écoutant les oldies. (Crédit photo: Jon Varley de Painted Fruits)

Sam: Vous avez reçu du monde bizarre et merveilleux à travers ces portes. Sans donner de noms, pourriez-vous nous raconter une histoire au sujet d’un(e) ou plusieurs invité(e)(s) particulièrement intéressant(e)(s) que vous avez eu(e)(s) chez Crace?
Katie: Je me souviens qu’un soir, on avait eu un gars qui poignardait les murs avec un couteau – pas nécessairement de façon violente, mais un peu. On a eu des gens qui ont campé et qui sont restés beaucoup trop longtemps – on rentrait chez nous, puis on les retrouvait dans le hamac. Je pense que nous avons un environnement très sûr et donc il y a beaucoup de gens qui se sentent bienvenus. Il n’y a eu que quelques situations où les choses sont devenues hors contrôle, autrement, les gens ont été très respectueux. Mais c’est définitivement un aimant pour les weirdos et les personnes de culture alternative!

crace_5_copy.jpg
Sam: Quel est le prochain chapitre pour Crace?

Katie: Plus de soirées burlesques. Actuellement, Richard s’occupe d’une projection qui aurait possiblement lieu en dehors de Sound Heritage et de la Cambie. Présenter plus de théâtre multimédia. (envers Richard et Stefan) Quels sont certains des prochains projets chez Crace Mountain?

Stefan: Soulsucker!

Katie: Soulsucker! On veut avoir un festival au mois de septembre (2015)…

Richard: Un festival de trois jours – tous les médiums imaginables, et quelques-uns qui ne vous sont jamais même venus à l’esprit! Au moins dix salles DIY différentes à travers la région du sud et au coeur du centre-ville. Au moins deux à l’extérieur.

Stefan: Dix? Je pensais sept (il rit)

Katie: Un autre zine…

Richard: Quelques spectacles pour tous les âges…

Katie: Une vente de garage…

Richard: Un party. De quartier.

Katie: Du tir à l’arc. Des fusils à plomb.

Richard: Une pataugeoire. Il faut entretenir la pataugeoire et y ajouter des sauveteurs…

Katie: Un jardin.

Richard: Il faut s’assurer que Pete est content et bien nourri et qu’il reçoit plein d’amour.

Katie: !! Je veux toujours vraiment acquérir un émetteur radio. On avait déjà eu une radio pirate. Je veux faire ça à nouveau – une petite station de radio. •

New Canadiana :: Amy Casper – One of the Lucky Ones

Weird_Canada-Amy_Casper-One_of_the_Lucky_Ones

Amy Casper is the voice of vulnerability, as her mirror self sings melodiously “Down by the River” or ghostly “Gave You My All”. Down by the River is stripped down to a fish-bone skeleton, leaving Amy Casper to flesh out the compositions with her painfully human voice. She calls to us from a reedy distance, finding that there is no way to go back home “Into the Rope”, and turns strange as she explores the forces around us “Silver Hands”.

Amy Casper incarne la voix de la vulnérabilité, alors que sa réflexion chante mélodieusement “Down by the River” ou fantomatiquement “Gave You My All”. * Down by the river * est épuré, tel un squelette d’arrêtes de poisson, laissant Amy Casper étoffer les compositions avec sa voix douloureusement humaine. Elle nous appelle d’une maigre distance, réalisant qu’il n’y a aucun moyen de rentrer à la maison “Into the Rope”, et elle devient bizarre alors qu’elle explore les forces qui nous entourent “Silver Hands”.

Amy Casper – Silver Hands

Amy Casper – Gave You My All

New Canadiana :: Blü Shorts – CJSR Session

Weird_Canada-Blu_Shorts-CJSR_Session

At the heart of an overcrowded amusement park is the messy, maniacal fun-house of Calgary’s Blü Shorts. At its entrance, suspense tugs at an endless line of attendees as they feverishly await their taste of the upside down. Inside, Blü Shorts do not disappoint. The din of the park amplifies, distorts; laughter twists into screams, talking becomes nonsensical. Jagged smudged mirrors shoot grotesque faces across floors and walls that tilt and sink as they please. Joy crashes with panic, fear engulfs insanity. It is violent, it is unpredictable, it is sublime.

Au cœur d’un parc d’attractions bondé se trouve la maison enchantée désordonnée et délirante de Blü Shorts, groupe de Calgary. La file interminable à l’entrée montre une foule attirée par l’angoisse qui attend fiévreusement sa dose de vertige. À l’intérieur, Blü Shorts ne déçoit pas. Le bruit du parc s’amplifie et se déforme. Le rire se transforme en cris, les paroles deviennent insondables.Les miroirs déformés tachés renvoient des visages grotesques sur les sols et les murs qui se penchent et sombrent comme bon leur semble. La joie se mêle à la panique, la peur engloutit la folie. C’est violent, c’est imprévisible, c’est sublime.

Blü Shorts – Prequel

Blü Shorts – YeTi

New Canadiana :: She-Devils – She-Devils EP

Weird_Canada-She-Devils_EP.jpg

Through the shifting gaze of a kaleidoscope dream, She-Devils appear in a call of absorbing desire. “Come” draws you into its core through the whirring inversion of ‘60s surf rock, slowly deconstructing the pop processes that breathe life through the meticulous repetition of lyrics and guitar rhythms. “Where There’s No One” crackles as it spins classic ballads into a new web of aesthetics, while “I Wanna Touch You” rises up-and-down like an elevator caught between floors of ecstacy and confusion. The additional remix of “Come” cements the experimental nature that is embedded in the album – a collection of puzzle pieces ready for play.

À travers le regard changeant d’un rêve de kaléidoscope, She-Devils apparaît dans un appel de désir absorbant. “Come” vous attire jusqu’au plus profond de lui grâce au bourdonnement inversé du surf rock des années 60, en décomposant lentement les processus pop réanimés par la répétition méticuleuse de paroles et de rythmes de guitare. “Where There’s No One” crépite en jouant des ballades classiques se transformant en une nouvelle toile d’esthétiques, tandis que “I Wanna Touch You” soulève les ascensions et les descentes comme un ascenseur coincé entre les étages de l’extase et la confusion. Le remix additionnel de “Come” cimente la nature expérimentale qui est gravée dans l’album telle une collection de morceaux de casse-tête de pièce prête `à être jouée.

She-Devils – Come

She-Devils – I Wanna Touch You