Search Results for "babysitter"

New Canadiana :: Babysitter – Babysitter

Weird_Canada-Babysitter-Babysitter

With over a baker’s dozen releases since 2013 including collaborations with Hag Face and JLK, the hair raising Babysitter have become self-proclaimed civic targets. This album illustrates how they transcend the death of rock and roll. Its pre-election release seems to beg for a vigilant eye in a treacherous political climate. I don’t know about you, but I’m in the mood for some hard jams, and cathartic atonal solos from guitars, horns, or babies crying.

Avec plus qu’une bonne douzaine de sorties musicales depuis 2013, y compris des collaborations avec Hag Face et JLK, Babysitter, qui fait dresser les cheveux, est devenu une cible civique autoproclamé. L’album illustre comment le groupe transcende la mort de la musique rock. La sortie préélectoral semble demander qu’on soit vigilant dans un climat politique périlleux. Je ne sais pas en ce qui vous concerne, mais j’ai envie d’écouter des jams durs et des solos atonaux et cathartiques de guitares, de klaxons ou de bébés qui pleurent.

Babysitter – Exploding Youth

Babysitter – Silky Cloud

New Canadiana :: Babysitter – Tape 7

Babysitter_-_Tape_7-web

The seventh entry in Babysitter’s cassette series is a clogged knot of hair, cigarrette butts, and burnt ramble-riffs. The mouthful of gravel that we’ve come to know and love now sound like the inner monologue to a bleary-eyed daydream with the black mould on your roof spinning overhead. The only way to bust out of this sofa surf haze is to get back with your crew, grab a sax, and set fuzzboxes on stun.

La septième entrée de la série de cassettes de Babysitter est un paquet de cheveux emmêlés, de mégots de cigarettes et de riffs brûlés. Cette bouchée de gravier qui nous est devenue si chère sonne comme le monologue intérieur accompagnant une rêverie, les yeux à moitié ouverts, sous un plafond tournoyant couvert de moisissure. Le seul moyen pour se sortir de ce surf de sofa vaporeux est d’aller retrouver tes chums, de mettre la main sur un sax et de régler les boites à fuzz sur paralyser.

Babysitter – i swim in shit

Babysitter – tuff ca$h//money train

Video :: JLK & Babysitter – “I’m Not Going To Get Nostalgic”

Weird_Canada-JLK_Babysitter-Im_not_getting_nostalgic

The closest thing we have today to flash-baking a year of transcontinental touring into your cerebral cortex. Empty your mind, and find yourself in the middle of America in a smoke-filled van, summer wildfires and roadside landmarks of salvation flitting past the windows as it hurtles back to the West Coast . Inexplicably, JLK and Babysitter’s collaboration II is in the tape deck. How… wyrd?

Aujourd’hui, c’est ce qui est le plus près de nous sauvegarder un an de tournée transcontinentale dans le cortex cérébral. Faites le vide dans votre esprit – vous êtes dans une van remplie de fumée quelque part en Amérique, des feux de forêts estivaux et des indications routières pour Salvation Mountain papillonnent de chaque côté de la voiture qui roule à toute vitesse vers la côte ouest. Inexplicablement, la deuxième collaboration entre JLK et Babysitter est dans le lecteur cassette. Vraiment… wyrd?

Video :: Babysitter – “Cemetary House” [Dir. Phil Osborne]

Babysitter - "Cemetary House" [Dir. Phil Osborne]

How quickly does the phrase ‘face-melting’ come to mind when you hear cuts from Babysitter? For the song “Cemetary House”, which appears on both Tape 666 and the Monster Treasure split, Ottawa-based artist Phil “Uncle Phil” Osborne has sculpted and layered a video that aesthetically emulates these shredders’ ability to mush your mind. That mask is probably what you looked like the first time you saw Babysitter live.

À quelle vitesse est-ce que l’expression « face-melting » vient à l’esprit, lors de l’écoute d’extraits sonores de Babysitter ? Pour la chanson « Cemetary House », qui apparaît sur Tape 666 ainsi que sur le split Monster Treasure, Phil « Uncle Phil » Osborne, artiste établi à Ottawa, a sculpté et superposé en strates d’images une vidéo dont l’esthétique imite l’aptitude de ces destructeurs de son à mettre votre esprit en bouillie. Ce masque est probablement ce à quoi vous ressembliez après votre première présence à un show de Babysitter.

New Canadiana :: JLK & Babysitter – II

JLK & Babysitter - II

JLK & Babysitter’s second collaborative release is every bit as gleeful as their first outing. This cassette documents the Victorian trio’s trip down the rabbit hole as they and Jane L. Kasowicz wiled away a productive unofficial 2013 Montreal summer residency bein’ illegal and developing a third eye revision of their sound. If previous releases showed off the group’s lurching Bonehead Crushin’ chops, even during the most song-oriented moments (“Super highway”, “Fur rust ray shone”), II appears to hitch that vibe onto the cracked avant-garage of more emotionally-varied no-fi psych like Photograph Burns or, even more accurately, Cyborgs Revisited.

The rarest hear-it-to-believe-it takes, for my money, are on the spookier end of the affair. Here, JLK’s voice is a standout: a downright chilling presence over the percussion-led unmade monster movie soundtrack “Humans are hard” or in her disembodied blues vocalizations on the way-gone lunar boogie of “A homeless man kissed my face”. And finally, recalling the Haino / Fushitsusha school of world-embracing psych, the twin weepy balladeering guitars of album closer “All saints down” tunnel like two divining rods towards eerie, dizzying six-string excess. Nothing is left in its wake but the hope they’ve got their own Double Live in the works. Already sold out at the source, so look out for the upcoming reissue courtesy of Pleasence.

La deuxième collaboration entre JLK et Babysitter s’avère tout aussi jubilatoire que leur première. Cette cassette documente le périple du trio de Victoria jusqu’au fond du terrier du lapin, à l’occasion d’une résidence estivale non officielle d’une prodigieuse productivité à Montréal; en compagnie de Jane L. Kasowicz, les garçons se sont complus gaiement dans l’illégalité tout en révisant leur son à partir d’un tout nouveau troisième oeil. Si leurs parutions précédentes nous ont montré toute la brusquerie de leurs riffs à la Bonehead Crushers, II emboîte le pas (même durant les moments mélodiques de « Super Highway » et de « Fur rust ray shone ») et s’aventure sur les routes rocailleuses avant-garage au dénivelé émotionnel prononcé du no-fi psychédélique de Photograph Burns ou encore plus précisément de Cyborgs Revisited.

À mon avis, les morceaux qu’il faut entendre pour le croire se retrouvent du côté obscur de cette galette. La voix de JLK y est époustouflante : une présence à vous glacer le sang qui flotte sur la trame sonore percussive du film de monstres jamais tourné « Humans are hard » ou encore ces vocalisations blues désincarnées sur le [boogie lunaire] anémique de « A homeless man kissed my face ». Et pour finir, rappelant l’école psychédélique universelle de Haino/Fushitsusha, les guitares jumelles larmoyantes de la ballade ultime, « All saints down », s’élancent comme deux baguettes de sourcier vers un débordement étourdissant et effrayant de six cordes. Rien ne survit à cette éruption, sauf l’espoir qu’un Double Live soit en cours de production. Le tirage initial s’étant déjà écoulé, gardez l’oeil pour la réédition à venir sur Pleasence.

JLK & Babysitter – Super Highway

JLK & Babysitter – All Saints Down

New Canadiana :: Babysitter – Tape 666

Weird_Canada-Babysitter-666

Don’t let the name fool you. Babysitter has no business being around children. They’re loud. They’ve got riffs. They’ve got lots of hair. They can be as bizarre as they can be beautiful and it’s all wrapped up in recordings so fuzzed out they hum. Tape 666 is a deranged ride (a six-sided triple cassette, to be specific) through the minds of wizards – pissed wizards who dig grunge, like to trip out and have one hell of a pop sensibility. Just lean back, close your eyes and see what dark corners and strange places these tapes will take you.

Ne vous laissez pas tromper par le nom. Babysitter n’est pas pour les enfants. Ils jouent fort. Ils ont des riffs. Ils ont du cheveu en masse. Aussi bizarre que sublime, leur son est tellement saturé qu’il en bourdonne. Tape 666 est une ballade déroutante (six faces réparties sur trois cassettes, pour être précis) au cœur de l’imaginaire de sorciers – des sorciers dérangés qui tripent sur le grunge, qui hallucinent fort et qui démontrent toute une sensibilité pop. Asseyez-vous confortablement, fermez les yeux et observez dans quelles contrées sombres et mystérieuses ces cassettes vous amèneront.

Babysitter – Way High on the Highway

Babysitter – Dead to Me

New Canadiana :: Babysitter – Eye

Babysitter - Eye

For years, Babysitter’s drop-out-fuzz lent itself perfectly to the less-than-perfect hiss of the cassette tape, so it took a great label like Psychic Handshake to have the keen ear to massage their sound onto long play vinyl without losing what was always so enduring. It still sounds like DRI jamming on Crazy Horse, but the music has taken on a more epic quality, something, that in the best sense of the denim/flannel stereotype, sounds Canadian as fuck while also evoking Grunge’s greatest ideals. “Never gonna die! Never gonna die!” screams “Talking ‘Bout The New Generation”, an anthem for the ne’er-do-wellkids with hair in their faces and holes in their jeans, spilling Blue all over the basement floor as they slamdance to keep warm during long winters. With dedicated touring, prolific releases, and a new association with one of the country’s best indies, Eye is set to position Babysitter as modern Canrock kings.

Durant des années, le fuzz parasite de Babysitter s’est prêté parfaitement au sifflement moins-que-parfait de la cassette; il a donc fallu l’oreille attentive d’une maison de disques de renom comme Psychic Handshake pour transmuer leur son sur vinyle sans perdre ce qui a toujours fait sa marque. On a encore l’impression d’entendre DRI jammer avec Crazy Horse, mais la musique prend ici des proportions épiques, un son canadien comme le crisse, dans le meilleur sens du stéréotype denim/flanelle, qui évoque en même temps les plus grands idéaux grunge. « Never gonna die! Never gonna die! » entend-on hurler sur « Talking ‘Bout The New Generation », un hymne pour les jeunes bons à rien, cheveux dans face et jeans troués, éclaboussant de la Bleue partout sur le plancher du sous-sol tandis que le mosh pit va bon train, question de se garder au chaud durant les longs hivers. Couplé à des tournées constantes, des parutions innombrables et une nouvelle collaboration avec l’un des piliers indie du pays, Eye place Babysitter en bonne position pour accéder au titre de rois des temps modernes du rock canadien.

Babysitter – Holiday

Babysitter – Talkin’ About The New Generation

New Canadiana :: JLK & Babysitter – c30

JLK & Babysitter - c30

Some more prime-ass outer limits holler courtesy of the fine folks at Winnipeg’s Dub Ditch Picnic. The product of a healthy jam between Montreal’s JLK and Victoria’s Babysitter, this tweaker’s moan sounds like they decided to do some straight up cover of Lynch’s Eraserhead soundtrack, recorded inside of the chassis of some burnt out Greyhound bus. Not for the faint of heart or ear. Of these three tracks of lurker’s compensation, this scribe’s favourite has gotta be the last one, “Wanderings”, a very apt description of what goes down. Is this blues? Yes it is, a very special and lonesome kind of blues. Sorta sounds like what it would be like to be a toddler and watch your favourite stuffed animal slowly light itself on fire. You’ve been warned…

Davantage de limites ultimes de choix hurlent grâce aux gens gentils de Dub Ditch Picnic à Winnipeg. Le produit d’un bon bœuf entre JLK de Montréal et Babysitter de Victoria, le grognement de ce morceau a l’air d’être une reprise exacte de la bande-son Eraserhead de Lynch, enregistré dans le châssis d’un autobus périmé de Greyhound. Ce n’est pour ni les faibles cœurs ni les faibles oreilles. Parmi ces trois morceaux de compensation rôdeuse, le préféré de l’auteur est certainement le dernier, “Wanderings”, une description tellement approprié de ce qui se passe. C’est du blues? Bien sûr, une sorte de blues tellement spéciale et solitaire. Ça vous donne l’impression d’être un tout-petit qui regarde ta peluche préférée s’enflamme lentement. Vous êtes prévu…

JLK & Babysitter – Buddies

JLK & Babysitter – Wanderings

New Canadiana :: Babysitter // Korean Gut – Split 7″

Babysitter Korean Gut - Split 7 Inch

The coastal cavemen return with a reboot of two banner jammers plucked from the primordial muck of Tape I. As skuzzed as these recordings might sound to the untrained canal, they’re at least a few evolutionary steps forward in the genetic drift (plus bonus sax wiggle). Van City surf-rats Korean Gut sound a little tougher than previous trips on the flip, making easy bedfellows with their beach blanket bingo master’s breakout.

Les hommes préhistoriques maritimes sont de retour avec une repris de deux morceaux arrachés de la boue primordiale de Tape I. Aussi chelou que ces enregistrements pourraient ressemble pour le tympan inexercé, ils sont au moins quelques pas de l’évolution plus avancé dans la dérive génétique (avec même plus de déhanchement du saxo). Korean Guts, les rôdeurs de Vancouver ont l’air un peu plus coriace que leur dernier trips sur la cassette, qui s’entendent bien avec leur crise de bingo sur la plage.

Korean Gut – Hard To Say

Babysitter – Wave of Nothing

New Canadiana :: Babysitter – Tape V

It’s no secret. The shadowy lizard government pulling the strings behind Weird Canada HQ is fully brainwashed by Babysitter’s revolutionary rhetoric. The fifth chapter in their ever-evolving saga of sub-island urban wastoids is a fully realized dogma of red-lined rock absurdity. With western flair they drive through 60s mellow with surprising seriousness, espousing their living word in trinkets as clear as “I’m riding on a plane / a real astral plane“. The blend of rural-rock, 90s hair-pop, and completely burnt punk has never been weirder, as tracks like “be cool” and “sex pet” rip asunder fledging notions of genre. A serious favorite in the nation of fringe. GRIP AND GET FREE.

Ce n’Est pas un secret. L’ombrageux gouvernement lézard tirant les ficelles derrière le QG de Weird Canada s’est complètement fait lavé le cerveau par la rhétorique révolutionnaire de Babysitter. Le cinquième chapitre de leur saga toujours évoluante de wastoïde urbain de sous-îles est un dogme pleinement réalisé d’absurdité de rock ligné de rouge. Avec une style western ils conduisent à travers des mélodieux des années 60 avec un sérieux surprenant, épousant leur mots vivant en bibelots aussi clair que “I’m riding on a plane / a real astral plane“. Le mélange de rock rural, de pop de cheveux des 90s et du punk complètement brûlé n’A jamais été aussi bizarre, alors que des pistes comme “be cool” et “sex pet” déchire en morceaux des notions de genre encore titubantes. Un favoris sérieux dans la nation du marginal. ATTRAPEZ ET SOYEZ LIBRE.

[audio:http://weirdcanada.com/wp-content/uploads/2011/09/06-middle-class-skid.mp3|titles=Babysitter – Middle Class Skid] Babysitter – Middle Class Skid
[audio:http://weirdcanada.com/wp-content/uploads/2011/09/05-i-gotta-be-me-i-gotta-be-free.mp3|titles=Babysitter – I Gotta Be Me, I Gotta Be Free] Babysitter – I Gotta Be Me, I Gotta Be Free
[audio:http://weirdcanada.com/wp-content/uploads/2011/09/12-be-cool.mp3|titles=Babysitter – Be Cool] Babysitter – Be Cool