Bio :: Chandra Melting-Tallow


Weird_Canada-ChandraMeltingTallow1.jpg

Chandra Melting-Tallow is a Blackfoot artist currently based in Vancouver, BC. This isn’t the first time that Weird has examined her music. In 2009, a younger Chandra recorded a short release titled Light House. Only five copies were ever transferred to tape, and Weird would ultimately receive one of them. It was an impressive first project that captivated listeners. “Haunting” is a word that appears in the comments section of that review, and continues to be a common one used to describe the sound of Mourning Coup, Chandra’s music project.

Music had been an interest of Chandra’s since she was very young. She had aspirations of becoming a piano player, but lessons and equipment were expensive. Chandra recalls that she would often call to schedule lessons at various music schools, but never show up. It sounds heartbreaking, but she can look back and laugh about it now. And ultimately, she would go on to realize that dream of making music. Albeit, not of the classical variety. That would begin when she relocated to Montréal for university.

When Chandra moved to Montréal in 2008, it was to study Fine Arts and Sociology. She wanted to be a painter. It was here that she met people that would be instrumental in her development as an artist, and where she would be introduced to the Montréal music scene. At the time, “noise was a big thing” she says. It was fascinating to Chandra, and something was reawakened. Her desire to paint was replaced by an interest in sound. This interest was encouraged by her roommate, Annie Shaw, who was in Montréal to study jazz at that time. “I had no background in music, but Annie and I would just jam,” Chandra recalls. Chandra also experimented with video, installation, and performance-based art, but music would ultimately become her primary focus.

Being self-taught had its advantages and disadvantages. Chandra describes having to “make the songs intuitively… going by textures, trying to articulate or transmute feelings or memories or visuals in an auditory way,” because she wasn’t going by music theory. She didn’t know notes, but it worked. In one way, it allowed Chandra to approach music differently. She recalls a friend who could only hear notes when she heard music, she couldn’t just listen to it.

Chandra wrote a lot, and practiced continuously. Things moved quickly and smoothly. Light House was recorded a year after she arrived in Montréal, and Chandra was creating engrossing music that people were interested in. However, sudden changes in her life would force Chandra to slow down.

In 2010, Chandra moved back out to the west coast. This allowed her to manage what was going on in her life, to get better, and to slowly continue work on her next project. Moving west also brought her closer to the support of her community and her family. This period would influence her and her music. Chandra’s next release was Baby Blue, a project that took five years to complete. It was a triumphant return for Mourning Coup. It featured the same elements that made Light House so captivating, but more time had gone into the album, it was more polished and thought out. Chandra was happy with the result.

Critics used different labels to try and quantify Chandra’s work. I asked Chandra how she felt about that. What kind of music was she creating? “I’m a Roy Orbison Tribute Band,” she jokes. We both laugh. You can tell she isn’t too fussed about putting labels on her work, but notes that No Sun Recordings, the label that put out Baby Blue, has been going with “Experimental Pop,” and she can live with that. The important part was that she was well, and that Baby Blue was finally complete.

Work on her next album is underway. Chandra has a clear idea of how she wants it to sound, and “in my mind, it’s already done,” she says, “but I’ll only be able to do little bits at a time until January.” When I ask about the risk of time getting ahead of her again, she responds that “it used to be an underlying, ever present worry, but now [she tries] not to place any weight in that.” She sounds confident and inspired.

Right now, Chandra is keeping busy with other projects. She is working on: a soundtrack, for an experimental film being made by Gabe Hill and Janeen Frei Njootli; a music video, for a friend’s project; audio art; and a new zine that will be released via a friend’s publishing company. These projects are new and exciting. They also require a lot of her time, and she is aware of that. She knows that some people might be waiting for the next Mourning Coup release. “I still want to keep making music, like music proper,” she says. However, she finds these projects fulfilling and believes that it will all contribute to what she is working on next as Mourning Coup.

In the future, when her work slows down and the next project is released, Chandra hopes to work with youth. She would like music to be more accessible to Indigenous youth, different from her own experiences growing up.

She hasn’t forgotten about the teachings she was brought up around. Out in the west, it is easy to become preoccupied with thoughts of one’s self. Chandra says it can happen easily while trying to promote yourself as an artist. But memories of one of her last trips home to Siksika First Nation remind her of the need to give back to the community. It was there that the youth who heard her music had praised her and told her how inspired they were by her. It’s these thoughts that keep Chandra grounded and motivated as she continues to work and grow as an artist.

Chandra Melting-Tallow est une artiste Pied-Noir établie actuellement à Vancouver, en Colombie-Britannique. Ce n’est pas la première fois que Weird se penche sur sa musique. En 2009, une Chandra plus jeune enregistrait un court morceau intitulé *Light House*. Seuls cinq exemplaires ont été copiés sur cassette et Weird finira par recevoir l’une d’elles. Les auditeurs ont été captivés par ce premier projet impressionnant. « Ensorcelant », un mot apparaissant dans la section des commentaires de cette critique, revient souvent pour décrire le projet musical de Chandra : Mourning Coup.

La musique est un des centres d’intérêt de Chandra depuis qu’elle est toute petite. Elle aspirait devenir pianiste, mais le matériel et les leçons coûtaient cher. Chandra se souvient d’avoir appelé maintes fois de nombreuses écoles de musique pour planifier des leçons auxquelles elle ne se pointait jamais. Une histoire à fendre l’âme, mais à présent elle peut regarder en arrière et en rire. Au bout du compte, elle est parvenue à réaliser son rêve : faire de la musique (bien que ce ne soit pas du classique).

Tout a commencé en 2008, lorsque Chandra a déménagé à Montréal pour y effectuer des études universitaires en beaux-arts et en sociologie. Elle voulait être peintre. C’est là qu’elle a rencontré des gens ayant joué un rôle déterminant dans son cheminement d’artiste et qu’elle a découvert la scène musicale de la ville. Dans ce temps-là, « le bruit était la grosse affaire », dit-Chandra. Ça la fascinait et ç’a réveillé quelque chose en elle. L’intérêt qu’elle portait envers les sons a substitué son désir de peindre, intérêt qu’a encouragé sa colocataire, Annie Shaw, qui étudiait le jazz à l’époque. « Je ne connaissais rien à la musique. Pourtant cela ne nous empêchait pas de répéter, Annie et moi. », se rappelle Chandra. Cette dernière a expérimenté plusieurs formes d’art : les vidéos, les performances et les installations. Toutefois, la musique finira par devenir son activité première.

L’autodidactisme a ses avantages et ses inconvénients. Chandra raconte devoir « composer les chansons par intuition… par textures, en essayant d’articuler ou de transmuter les émotions, les souvenirs ou les images pour leur donner un sens auditif », car elle ne se base pas sur la théorie de la musique. Malgré qu’elle ne connaisse pas les notes par leur nom, ça fonctionne. D’une certaine manière, cela a permis à Chandra d’aborder la musique sous un autre angle. Elle se souvient d’un ami qui pouvait entendre les notes là où elle n’entendait que de la musique; elle n’était pas en mesure de les écouter.

Chandra composait beaucoup et se pratiquait continuellement. Les choses allaient vite et bien. L’artiste a enregistré *Light House* un an après son arrivée à Montréal. La musique envoûtante qu’elle crée suscite l’intérêt des gens. Toutefois, elle a vécu de brusques changements l’ayant forcée à ralentir la cadence.

En 2010, Chandra est retournée habiter sur la côte Ouest. Cela lui a permis de gérer ce qui se passait dans sa vie, d’aller mieux et de continuer à travailler tranquillement sur son prochain projet. Ce retour aux sources lui a également permis de se rapprocher de sa communauté et de sa famille. Cette période aura une grande influence sur sa musique. *Baby Blue*, le projet subséquent annonciateur du retour triomphal de Mourning Coup, a pris cinq ans à concevoir. Il présente les mêmes éléments qui ont fait de *Light House*un morceau si captivant. Cet album est plus raffiné et réfléchi vu que Chandra y a consacré plus de temps. Celle-ci était contente du résultat.

Les critiques ont utilisé différentes étiquettes pour tenter de décrire le travail de Chandra. Je lui ai demandé ce qu’elle en pensait. Quel genre de musique crée-t-elle? « Je suis un groupe hommage de Roy Orbison », lance-elle à la blague. Nous avons ri tous les deux. On peut dire qu’elle ne s’en fait pas trop au sujet des étiquettes mises sur son travail. Néanmoins, elle m’a fait remarqué que No Sun Recordings, la maison de disques qui a sorti *Baby Blue*, a opté pour « Pop expérimentale » et elle peut vivre avec ça. L’important, c’est qu’elle allait bien et qu’elle avait enfin fini *Baby Blue*.

Le prochain album de Chandra est en cours. La musicienne a une très bonne idée de la manière dont il va sonner. « Dans ma tête, c’est déjà fait », dit-elle « mais je ne pourrai que le faire petit à petit jusqu’en janvier. » Quand je lui ai demandé si le temps risquait encore de lui faire défaut, elle m’a répondu que « c’était une préoccupation latente et omniprésente, mais qu’elle essaye de ne pas y accorder de poids en ce moment. » Elle semble inspirée et sûre d’elle.

Présentement, Chandra s’affaire à d’autres projets. Elle travaille sur la bande sonore d’un film expérimental fait par Gabe Hill et Janeen Frei Njootli, un vidéoclip pour le projet d’un ami, de l’art audio et un nouveau zine qui sera publié par l’entreprise d’édition d’un autre ami. Ces projets sont inédits et emballants. Ils lui exigent beaucoup de temps et elle en est consciente. Elle sait que certaines personnes pourraient attendre le prochain lancement de Mourning Coup avec impatience. « Je veux encore continuer à faire de la musique, ma propre musique. », dit-elle. Toutefois, elle trouve que ces projets sont gratifiants et croit que tout cela va contribuer aux prochains projets sur lesquels elle travaille en tant que Mourning Coup.

Plus tard, lorsque son rythme de travail ralentira et que son prochain projet sera sorti, Chandra espère travailler auprès des jeunes. Elle aimerait rendre la musique plus accessible aux jeunes autochtones pour leur éviter ce qu’elle a connu dans sa jeunesse.

Elle n’a pas oublié les enseignements qu’on lui a inculqués. Dans l’Ouest, c’est facile de ne penser qu’à soi. Chandra dit que ça peut arriver vite quand on fait la promotion de son art. Mais les souvenirs qu’elle garde d’un des derniers voyages qu’elle a fait parmi sa mère patrie, la première nation des Siksika, lui rappellent la nécessité de rendre à la communauté. C’est là que des jeunes ayant entendu sa musique l’ont applaudie et lui ont dit à quel point elle les inspire. Ce sont ces pensées qui permettent à Chandra de rester motivée et de garder les pieds sur terre alors qu’elle continue de travailler et de s’épanouir en tant qu’artiste.




file under: british columbia.

birthed: 2017-05-12

Comments Off on Bio :: Chandra Melting-Tallow


Comments are closed.