Inferred Views :: Jason Wydra of Soybomb HQ


Soybomb HQ (photo: Amanda Fotes)Soybomb HQ (thumb - photo: Amanda Fotes)

In October of 2003, a group of enterprising skateboarders, hardcore music enthusiasts and carpenters built a half-pipe in their apartment above a bike shop near Queen Street West in Toronto. Founder Jason Wydra had originally intended the space to be a place where he and his friends could skate and sleep. Soon enough, bands were setting up on the half-pipe to play shows to increasingly large crowds of friends and fans in the community. Ten years later, Soybomb HQ has become one of the city’s most beloved DIY venues, with some events bringing in over 1,000 people throughout the evening. The space has maintained its inclusive ethos in the midst of a rapidly changing neighbourhood. As their 10th anniversary approaches, Wydra shared some insights as to how Soybomb has managed to survive and flourish for all these years.

Alison Lang: What was the first show like at Soybomb?

Jason Wydra: It was a Halloween party/show — because Halloween rules. It wasn’t too different from what goes on now. The sound system was crappier, and the general layout of the space was a bit different, but it was punk/hardcore music with drunk people having fun. It was probably also the last or second last time we had the ramp open for skating while the bands were playing. The bands actually played over by the kitchen then, not in the ramp. There was probably about 100-200 peoples that passed through, I think. Most people were in costume of course!

In cities all over Canada, there are places where people open up their living/creative spaces to bands and the public. Unlike Soybomb, though, a lot of these places don’t last a year, much less 10. What is the secret to Soybomb’s longevity, do you think?

I think one of the main things to realize is that if you have neighbours, whether it be a business or a resident, they have their own concerns as well, so you have to be an ambassador to the space and make friends. Do favours for them, and make stuff positive. If there’s a problem, fix it! That way when you have a gig happening that has a bunch of (probably drunk) people and kids showing up, they won’t mind so much. Also, don’t turn your space into a concert venue where you’re throwing events constantly. That will piss off your neighbours no matter what you do!

We make sure that the neighbours’ properties are kept clean and we invite them to ALL the gigs too! So even if they don’t feel like going, at least they don’t feel excluded. We’ve had to mop the downstairs store when it had beer dripping down on it, and we even spent over $1,000 and a full week resurfacing the floor.

We have also never tried to book shows as a source of real revenue in order to pay rent and bills. That puts you in the inevitable position of booking too often, pissing off your neighbours, and also potentially booking gigs that are not fun.

I imagine you have seen a lot of changes in 10 years in the area surrounding Soybomb. How do you guys maintain your space and ethos in the midst of these changes?

We’ve been lucky. We’ve never actually had our rent increased in the entire decade we’ve been there. I think part of that is attributed to the fact that we are mostly decent tenants. I really love what we have at Soybomb and I don’t ever want to put that in jeopardy by being an annoying tenant and constantly bugging the landlord. So again, ambassadorship.

But the neighbourhood has changed a LOT. Condo and townhouse development in the area has brought a different kind of resident to the community, and with them different kinds of businesses. Then the fire at Duke’s Cycle happened in 2008 and a lot of older mainstays of the neighbourhood were gone. One by one the older, less flashy businesses disappeared, rents went up, and a multitude of boutiques for shoes, clothes, furniture, spas, fancy restaurants and bars moved in. I can’t say if it’s bad or good. But it’s driven the rent up, so that most of the boot-strap DIY-minded people who used to populate this area are gone.

As for maintaining a general ethos towards what we do, how we participate in the music community, and the ways we encourage others to participate, I don’t think the changes in the area effect that. With the rise of DIY mentality in general in our culture, I think there is a certain amount of respect for people who seem to be giving it a go.

What does 10 years really mean to you? Are you nostalgic about all the stuff that’s happened since you started the place, or do you avoid that type of sentimentality?

Ten years went by too fast. It’s hard! When you’re busy and have your eyes focused on your little goals (and I have a thousand of them) you don’t really notice it go by.

There are little moments from Soybomb’s past that I treasure. Just recently one of my all-time biggest musical influences, Nick Sakes — a principal member of the band Dazzling Killmen, and later Colossamite, and then Sicbay — actually came and played my birthday gig this year with his new project Xaddax, which is a noisy weird two-piece consisting of him and his partner Chrissie. Still trying to wrap my head around that one. Pretty major bucket list stuff right there.

I am proud of all the work I’ve done in the place, but in the end, I don’t dwell on it. I’m always focused on the next project. I only want past successes to help facilitate new and exciting projects in the end, and sentimentality is rare.

What do you have planned for the 10th anniversary?

We’ve enlisted bands like Alaskan from Ottawa, Expectorated Sequence from Montreal, a Black Faxes revival (including a buttload of Misfits songs), local sweethearts Pretty Mouth, and many more will be making appearances.

The celebration will take place over two nights: Friday, Oct. 25 and Saturday, Oct 26, and both nights will be Halloween costume balls of course! We’ll have printed posters for the event and maybe even revisit a Soybomb t-shirt again. In typical Soybomb fashion, more details will likely get figured out the night before the shows. Heh!

En octobre 2003, une bande de planchistes, d’amateurs de musique hardcore et de charpentiers pleins d’initiative ont construit un half pipe dans leur appartement situé au-dessus d’une boutique de vélos près de la rue Queen Ouest à Toronto. Le fondateur, Jason Wydra, voulait à l’origine que l’endroit serve, pour ses amis et lui, à faire du skate et à dormir. Rapidement, des groupes ont commencé à donner des spectacles sur la rampe devant une foule croissante d’amis et de fans des environs. Dix ans plus tard, Soybomb HQ est l’une des salles indépendantes les plus aimées en ville; certains spectacles attirent même plus de 1000 personnes en une soirée. L’endroit a conservé son approche inclusive au coeur d’un quartier en pleine mouvance. Pour le 10e anniversaire qui approche, Wydra jette un peu de lumière sur un Soybomb qui est parvenu à survivre et à s’épanouir pendant tant d’années.

Alison Lang : À quoi ressemblait le premier spectacle à Soybomb?

Jason Wydra : C’était un party/show d’Halloween, parce que, l’Halloween, c’est cool. Ce n’était pas très différent d’aujourd’hui. Le système de son était plus merdique et la salle était aménagée un peu différemment, mais c’était de la musique punk/hardcore avec des gens soûls qui s’amusaient. C’était probablement aussi la dernière ou avant-dernière fois que la rampe était ouverte pour rouler pendant que le groupe jouait. En fait, les groupes se produisaient près de la cuisine dans le temps, pas sur la rampe. Il y a eu autour de 100 à 200 personnes ce soir-là. La plupart étaient déguisées, évidemment!

Partout au Canada, les gens ouvrent les portes de leur lieu de création/de vie à des groupes de musique et au public. Pourtant, contrairement à Soybomb, nombre de ces endroits ne résistent pas un an, encore moins dix. Selon toi, quel est le secret de la longévité de Soybomb?

Je pense qu’une des principales choses qu’on doit comprendre, c’est que si vous avez des voisins, que ce soit un commerce ou un domicile, ils ont leurs propres soucis aussi. Donc, il faut être un ambassadeur de l’emplacement et se faire des amis. Rendez-leur des services, faites en sorte que tout se passe bien. S’il y a un problème, réglez-le! De cette façon, quand vous organisez un concert et qu’une gang de jeunes (probablement soûls) se pointe, ça ne les dérangera pas autant. Il ne faut pas non plus qu’il y ait constamment des concerts. Ça fera chier vos voisins peu importe ce que vous faites!

On s’assure que la propriété des voisins reste propre et nous les invitons à TOUS les concerts! Même s’ils n’ont pas le goût de venir, au moins ils ne se sentent pas exclus. On a dû nettoyer le plancher du commerce d’en dessous, car de la bière avait coulé jusqu’en bas. On a même dépensé 1000 $ et passé une semaine entière à refaire le plancher.

Nous n’avons jamais tenté d’organiser des concerts pour en tirer un vrai revenu, qui aurait servi à payer le loyer et les comptes. Le côté lucratif nous aurait inévitablement forcés à organiser trop de concerts, à faire chier les voisins, et aussi possiblement à accueillir des concerts plates.

J’imagine que tu as été témoin de beaucoup de changement en dix ans dans le quartier de Soybomb. Comment avez-vous fait pour conserver votre emplacement et votre éthique au travers tous ces changements?

On a été chanceux. Notre loyer n’a jamais vraiment été augmenté durant les dix années que nous avons passées ici. Je crois que c’est surtout parce que nous sommes de bons locataires. J’aime vraiment ce que nous avons à Soybomb et je ne voudrais jamais risquer de le perdre en étant un locataire fatiguant et en cassant les pieds du propriétaire. Donc encore, rester ambassadeur.

Mais le quartier a changé, vraiment. Le développement de condos et de maisons aux alentours a amené une nouvelle sorte de résidents et, avec eux, d’autres sortes de commerces. Puis, il y a eu le feu à Duke’s Cycle en 2008 et plusieurs icônes du quartier ont disparu. Un à un, les commerces moins branchés ont disparu, les loyers ont monté et une multitude de boutiques de souliers, de vêtements, de meubles, des spas, des restaurants et des bars chics ont pris leur place. Je ne peux pas dire si c’est bon ou mauvais, mais le prix des loyers a grimpé en flèche, ce qui a en retour éloigné la plupart des gens du coin plus enclins au DIY et à l’autogestion.

Pour ce qui est du maintien de notre éthique dans notre façon de participer à la communauté musicale et d’encourager les autres à y participer, je ne crois pas que les changements dans le quartier affectent cet aspect. Avec l’essor de la mentalité DIY dans notre culture, je pense qu’il y a une part de respect envers les gens qui se lancent dans cette voie.

Qu’est-ce que ces dix années représentent vraiment pour toi? Es-tu nostalgique au sujet des choses qui sont arrivées depuis le début ou est-ce que tu évites ce genre de sentimentalité?

Ces dix années ont passé trop vite. C’est dur! Quand tu es occupé et que tu a les yeux rivés sur de petits objectifs (et j’en ai des milliers), tu ne te rends pas vraiment compte que ça passe.

Je chéris certains moments du passé de Soybomb. Tout récemment, une de mes plus grandes influences musicales de tous les temps, Nick Sakes — un des membres principaux du groupe Dazzling Killmen, et plus tard Colossamite, puis Sicbay — a joué lors d’un concert pour mon anniversaire avec son nouveau projet Xaddax, un duo bizarro-noise constitué de sa partenaire Chrissie et lui-même. J’essaie encore de la comprendre, celle-là. C’est pas mal en haut de ma liste des choses à voir.

Je suis fier de tout ce que j’ai accompli ici, mais je ne m’assis pas là-dessus. Je me concentre toujours sur le prochain projet. Au bout du compte, je veux seulement que les succès du passé facilitent de nouveaux projets stimulants. Je me laisse rarement aller à la sentimentalité.

Qu’est-ce que vous prévoyez pour le 10e anniversaire? On aura des groupes comme Alaskan d’Ottawa, Expectorated Sequence de Montréal, le retour deBlack Faxes (qui interprétera une tralée de chansons des Misfits), des coqueluches d’ici, Pretty Mouth, et bien d’autres feront leur apparition.

La célébration aura lieu sur deux jours : vendredi 25 octobre et samedi 26 octobre, et les deux soirées seront des bals costumés d’Halloween, bien sûr! On fera imprimer des affiches de l’événement et peut-être même qu’on pensera à des t-shirts Soybomb à nouveau. À l’habitude de Soybomb, les détails seront démêlés à la dernière minute avant les concerts. Hé!




file under: Inferred Views, New Canadiana, ontario, Sanctum.

birthed: 2013-10-18

2 comments


2 thoughts on “Inferred Views :: Jason Wydra of Soybomb HQ

  1. Pingback: The top 10 metal, punk & hardcore venues in Toronto | Buzz of Toronto

Leave a Reply