How To Have a Maybe Successful Tour for a Band that Hasn’t Received Hype on Pitchfork, Etc.


How To Have a Maybe Successful Tour for a Band that Hasn’t Received Hype on Pitchfork, Etc. (Raymond Biesinger)(thumb) Raymond Biesinger: How To Have a Maybe Successful Tour for a Band that Hasn’t Received Hype on Pitchfork, Etc.

The following is a slightly cleaned-up version of “How to Book a Maybe Successful Tour for a Band that Hasn’t Received Hype on Pitchfork, Etc.,” by the Famines. The first edition was published back in 2010, the second in 2011. Both were published as Xerox B&W accordion-folded pamphlets with a separate fold for the reader’s own notes.

Raymond Biesinger’s band The Famines are currently touring the East Coast! Check ’em out if you can!

 

This is a guide to booking a tour for a band like yours or mine. It’s formally called “How to Book a Maybe Successful Tour for a Band That Didn’t Get Hype on Pitchfork, Etc.,” because that’s where we’re all at, and the magic hand of a booking agent, hype machine, respected label or competent manager isn’t going to be descending from the skies and helping us any time soon. It’d be foolish to sit around waiting for them to show up, as all our bands will probably be broken up and hate each other by the time they arrive, if they ever do.

1. THE FIRST THINGS

Of course, you need a band, a van, a website, some merch, and a set of cities you could presumably reach in that van during a specific time slot. You also need to send out promo and collect the results. That’s what this section is about. A whole lot of bands don’t bother to send out promo records any more, and expect that campus radio or blogs and magazines will just find them. That isn’t true. Maybe some of those mediums are largely powerless at creating audiences these days (ie. campus radio, arts weeklies, small blogs), but they do an important thing: a touring band needs to argue to promoters and bookers that someone outside of the band gives a shit about the band. If that argument is made well, a promoter or booker will give the band a date.

I asked a good friend about how established booking agents convince promoters to pay for relatively unknown bands, and it turns out they do it by subtly leveraging other, more established, acts. Their argument is, indirectly “book these little guys, or you won’t be able to book these big guys.” Sad we can’t do that, no?

How does a band like ours make that argument? First up, by having a decent website with which a promoter can hear the band’s music with and generally understand them through. Then, just as importantly, by collecting what I call “gold stars.” That is: every positive mention of the band online and in print (reviews, previews, bios, etc.). Then find other 3rd party evidence that someone outside of the band cares about the band. That includes chartings on campus radio, a list of successful bands the band has played with, etc. Then sort through the best of it and make a standard booking e-mail. I won’t reproduce it here, but the Famines’ is basically:

  • the subject of the e-mail is something like “the Famines in Saint John, 9 Nov. 2010?”
  • a quick, flexible introduction with easy description of the band (“Edmonton noise garage duo,” etc.)
  • a single date or array of dates from which the promoter can choose one
  • directly asking if the promoter would be interested in putting on a show for you
  • a reference to the band’s website and what can be found there
  • “Noteworthy,” being a section of quick, easy to read unique band facts and accomplishments.
  • a sign-off, with your name and contact info
  • we close the e-mail with quotes from newspapers, etc., who have been enthused about the band.

It takes some finessing to make it read easily and not look like junk, but keep things simple. Think about getting a writer friend to help you with it. The goal is to keep it quick, friendly, and informative as can be while not being corny and stupid. Another goal should be that everything you write about the band in your outgoing booking e-mail is factual. Never say “you should book us because we’re awesome and the best.” Let others toot your band’s horn for you; let the words and actions of others describe the merits of what you’re doing. The more “cred” the source of your “gold stars” has, the more powerful your argument will be, but even relatively unknown and small-time sources (misc. prairie alt weeklies, local campus radio, Weirdcanada.com reviews, etc.) have descriptive and convincing power.

2. PLANNING A SOFT ROUTE

The next step is to plan your first tour route, capitalizing on “good” dates (Thursday, Friday, Saturday) and minimizing the others. The Famines’ first year involved doing two adjacent long weekend runs, like Calgary-Vancouver-Victoria one weekend, Saskatoon-Regina-Winnipeg the next, with an Edmonton show the following Friday. Turnout will be much better on good nights than on off nights, and given you live in Kingston, doing a north run (three dates between Peterborough and Quebec City) one weekend, and a southern (three dates between Windsor and Toronto) the next might be a good way to start. This routing presents a wide variety of cities from which to find good shows in, all on good nights. Research more!

<<< read more >>>

A key, though, is to be flexible and know that at this point driving a few extra hours out of the way for a show is good policy. Once you’ve toured a few times in a region and get a better feel for who you can actually depend on on what night, you can start making more efficient straight-line tours with less driving time. At that point you can even think of expanding the tours and taking on a Sunday or Wednesday or other shitty nights. Maybe sometime they’ll just become a big nine-night trip. In the meantime, though, you’re better off casting your net wide for the first two or three tours, trying to fill only good nights with whoever shows enthusiasm and actually responds to e-mails. You’re always better off having more offers than nights, rather than the other way around.

3. WHO TO SEND TO, HOW MANY TO SEND, WHEN

Who should you cast your net to? Everyone. Do research on the internet, with friends’ bands and in fanzines. Keep track of everything, too–that way you won’t have to do it all again on your next tour. And know early on that the people who you think will put on your shows are rarely the people who will end up putting on your shows. We’ve all played with 1000 bands from other cities while in our own city, and almost every one of them says the classic band dude phrase “we’ll set you up in Guelph, no problem!” That sounds great, true, but whatever drunk band dudes’ best intentions are, such hookups rarely materialize. He probably didn’t even believe it when he said it. As your band’s primary tour-booker (there should only be one, honestly) you need to cast your net wide, do your research in advance, and send as many possible venues, promoters, and accomplices as you can, all at once and repeatedly. Send far more cities and venues than you actually have time to play, as a large majority of them will reject you. Learn, too, to accept rejection gracefully. What is a “no” this tour might be “yes” on the next, but it definitely won’t be if you turn the rejection into a gross e-mail shouting match.

Timing’s important: the Famines have “preferred” promoters and accomplices a range of dates in each city exactly four months in advance of the date, hoping to lock up favourite folks early. We can’t afford to wait too much, though. Even for us, half of them won’t bite immediately, some never will. Two weeks later, we’ll open things up and send absolutely everyone we know of in whatever cities are still unconfirmed, trying to fill everything that wasn’t quickly filled by the preferred people. Every week and a half after that, we’ll resend everyone in every city where a date isn’t pegged down yet.

4. FIRST COME, FIRST SERVE

That “first come, first serve” approach might seem harsh, but it wastes too much time working in single file (ie. waiting for rejection from one promoter before moving on to the next). Chances are most rejections you’ll get will be silent ones (ie. no response) or ambiguous ones (“talk to me again in a month”) and time is a luxury. The first promoter who wants you, go with. If you’re satisfied with it, quit sending out to other promoters in the same city. If you’re not satisfied, think again: you’re going to have to take a lot of chances early on, and it can be very difficult to tell in advance if a show’s going to be successful. The Famines are constantly surprised by sure things gone wrong and wrong things gone good.

And yes, sending repeated e-mails is tedious. To help with that, use any real excuse available for sending new booking e-mails. Something like, “Hiya Steve, just dropping a line to say our availabilities have changed thanks to landing Toronto and Peterborough. We’re now just available on the 10th. Would that work for you?” That works in a few ways: it’s a valid excuse to send again because information has changed, and it also demonstrates that promoters in other cities actually take you seriously.

5. A WORD ON VENUES

There are many varieties of venues. Though the “gold star” approach I’ve shown above is effective for more formal venues, sending such a thing to more DIY/art fag/punk rock/house party place is pretty much the worst thing you can do–the equivalent of complaining about taxes at a Marxist-Leninist meeting while wearing a top hat and monocle. Informal venues are becoming more and more the norm for bands like ours, and if bands try to be super-formal with them, bands are going to look bad. Research who you’re sending to, and edit your booking letter to make sure it’s appropriate for its target and isn’t making you look like some piece of shit Mississauga try-hard band. The first thing we cut is the “Noteworthy” section–most punk houses don’t care that we charted here and there and once played with Bon Jovi. They just want to hear our record online to prove we’re not horrible, and maybe we’ll let them know that some of their pals pointed us their way. Hitting the right tone is important.

6. MONEY

Money’s an awkward thing. It needs to be dealt with, early, or it can get even more awkward. The aforementioned “informal” venues will bristle at the thought of a guarantee and think of you differently (read: badly) if you ask for one, and a surprisingly large number of them can simply be trusted to treat your band as well as they can, given the circumstances. I’ve made it a habit to say exactly that to them, early, so nobody’s afraid of us asking for a guarantee a week before the show or other unwelcome late surprises. Every venue should be asked if the show is a flat fee (the club has an entertainment budget that does not vary depending on attendance), a bar deal (band gets a percentage of bar sales–do the math in your head), a door deal (bands get to share the amount of money that comes off the door, sometimes less a fee for the door man or something) or a pay what you can scenario (more on that later). The type of set-up can usually be distinguished just by asking “so, how will the money work for this show,” and any good promoter will be comfortable explaining their system.

Some venues we do ask for a guarantee, and usually those venues are more formal and that guarantee is reasonably calculated based on previous shows’ income. Asking for one the first time is most likely a bad idea, unless you’ve had successes in that city with previous acts. It’s totally fair to ask a promoter of any place that doesn’t provide a guarantee if they can provide a place to sleep for the band, and usually informal venues are thrilled to do that. Ask about set length, drink tickets and food, too, if it seems appropriate. Just deal with things early. And like anything, talking about money comfortably takes practice. Keep on it, and by the time your band is in a position to negotiate (ie. has a draw) you’ll probably be comfortable enough to be the one doing the negotiating, and well.

7. A NOTE ON PAY WHAT YOU CAN

This form of shows is on the rise. We’ve had great, well-run, ones, where a culture has been established in which the touring band is well-supported, and only those who strongly oppose the touring band don’t donate. We’ve had horrible, badly-run ones in which no hat is passed and nobody notices the band they’re dancing to is only getting an empty gas tank and broken guitar strings out of the deal. Touring bands must encourage PWYC promoters to take to the stage before and after their sets, reminding crowds of their obligations and how to fulfill them.

8. OTHER THINGS TO DO AND WHAT NOT TO DO

So, the tour’s booked. If it hasn’t been made clear, ask each promoter whether it’s in their hands or yours to make a lineup for the show. Hopefully it’s in theirs, because they should know their scene better than you do and it’ll save you lots of time. Make a tour poster, preferably a cheap black and white 11×17" .pdf file (and a low resolution .jpg file version for the internet) that you can send to every venue and promoter cheaply, a little over one month ahead of the tour. Make it appropriate for your band, with your band name big. If your band is headlining, they can use it. If you’re not headlining, they can make their own. It sends a hint that you’re serious about the show being promoted and promoters love not having to pay a designer. If you’re super keen, ask promoters whom, locally, you should send a record/promo package to for review. Also: send an email out to venues a week before the tour, generally checking in and expressing excitement, asking to confirm everything. Important, too, is using the internet to warn all friends, acquaintances, etc. of your impending trip to the city. Every head you can bring in that the local bands (and promoter) doesn’t recognize is a very shiny feather in your cap.

Some things not to do: promoters generally despise when you ask if other bands can be on the bill at the last minute. Give the other band contact info for the booker and leave yourself out of it, as you probably actually have zero sway on whether the band get on the bill or not. You’re actually not in that much of an influential position. Also, do not tour in a “package” with other unknown bands–promoters hate that, and your goal should be to play with as many local bands as possible until you have an actual draw of your own. Playing the same city more than once within one month is pretty much a no-no, too. And as far as playing order and lineups go, try not to get too involved; the promoter or organizer will be more aware of local conditions than you, and should generally be trusted.

9. A NOTE ON YOUR VAN

A simple reminder: be good to it and it will be OK. Oil change every 5000 kilometers. Be mindful of parking rules and it won’t get towed, and peg yourself to 9 km/h over the speed limit and you’ll never get a speeding ticket. We know it sounds boring, but we know of a band that had its van impounded on the second day of a Trans-Canada tour for driving 40 km/h over the speed limit, and they actually had to rent a vehicle for the rest of the tour. That’s an expensive price for a meaningless act. Stay awake by driving in short shifts, and don’t ever be like the way too many bands we hear about that die in van crashes. Oh, and buy the Club, watch where you park, and do your best to conceal that your van is a band van. That’s right: no stickers, no hanging out around it unless you’re getting ready to drive it away. Criminals aren’t everywhere, but some bands make it way too easy for the ones that actually do exist.

10. PLAYING THE SHOWS

Now it’s time to play some shows. You’ve played shows in your home town a lot, but note that things are different when you’re touring. You might not know the sound man and bar staff or promoter, and it’s your job to be good to them even if they’re a little stand-off ish. They see a trillion bands a year, all of those bands are probably dicks. Be good to the staff and they’ll do their best to be good to you. Tip them, even if it’s on free stuff. You’d be surprised by how much better a night can go if the staff’s on your side.

Another important thing to remember is that though you’ve got a million friends at home, making pals on the road is very high on the list of things that’ll make your nights good and your draw increase. You can all be shy and difficult megalomaniacs once you’re firmly lodged in the green room at the Budokan, but for your first hundred tours your band will live and die on whether people actually enjoy being around your band off-stage. If you have a super-chatty bandmate, don’t be sad when they’re a little slow packing their gear up. Every fifteen minutes that guy or gal spends gabbing with strangers will probably bring another five people to your next show. Try it yourself, too, and you might actually find it enjoyable.

11. A SHORT ECONOMICS LESSON ON BEING A TOURING BAND

Enjoyable, yes, but touring shouldn’t be taken lightly. Certain regions like Western Canada (with its tremendous distances and high costs) destroy friendships and eat new bands alive, and some attractive gems like the USA bring a whole other set of problems. And simply put: the economics of touring are not in our favour. If you track the history of live music in Canada back to the 1950s you’ll probably notice the last few decades haven’t been kind to musicians.

A strong argument can be made that live, local, regional or “indie” music has slid from a very likely night-time entertainment option for a lot of Canadians (as it was in the 1960s) into being a niche-interest activity that appeals to few people. Yes, the internet can let us experience a range of music that is truly impressive, but most of us use it to stay in contact with what Celine Dion is up to or to develop interests in bands from far and wide that maybe don’t exist any more and probably won’t ever tour here. The internet has also made records incredibly difficult to sell; everybody says they’ll buy records that they’ve already downloaded for free, but few people follow through. As well, cheap recording technology allows absolutely anyone to make a record. This has resulted in some wonderful art, a lot of bad art, and millions of competitors ready to crawl through garbage to play in front of a declining number of interested ears.

If we want to look at the results through the lens of “class”: the upper class of music (as represented by major label acts) is still gigantic, though maybe not as powerful as it used to be. The lower class of niche-interest bands is larger than its ever been, produces a tremendous amount of music, seldom tours, and often breaks up because the rewards of being such a band are few in number. The middle class was formerly occupied by regional touring acts that could actually make a living doing music, but they’re largely extinct. They’ve steadily shrunk over the last four decades, are very often making their ends meet via government grants instead of selling records or concert tickets, and have found themselves in a horrible position thanks to the expenses of being middle class (ie. a booking agent, publicist, designers, management, professional grant writers, etc.). Such is the price of being known more widely.

Yes, this is gloomy talk. Maybe too gloomy and a bit off-topic, but it helps us understand the reality of being a lower class band that wants to tour. A lower class band has to self-publicize, self-manage, self-book, self-design, and probably does not meet any grant criteria. And touring costs money. Lots of it. Right now it costs (in gasoline alone) $11 per hundred kilometers to pilot a mini-van down the highway. Show-goers, too, are just willing to pay enough of a margin on merch to justify its production, little more. Some promoters are gross and not to be trusted, true, but the majority are in exactly the same spot that bands like ours are in: largely volunteer-based, wary, wondering if things are going to improve.

And they might. But in the meantime, a touring band needs to be smart about money while not letting the inevitable financial shit show ruin the experience of touring. None of us will get rich, or even earn a living wage from this. The band breaking even is the best case scenario. Next to nobody gets to that point. Focus on the intangible payoffs, keep things posi, and things just might be OK for a while.

A CONCLUSION.

So, congrats. You’re going to tour, and maybe this pamphlet will help make that happen. We hope so. We also hope that you find some way to appreciate the experience of touring. Some people don’t enjoy it while in the act and only find true appreciation after it’s done. Others are born naturals. Others hate it during and after. Any way, though, it’s worth celebrating. Remember: don’t waste the audience’s time, keep things fun, and spoil the band every once in a while to keep morale high. And try not to break up too soon–things get better with age.

THE END

(Traduit par Vincent Rondeau)

Ce qui suit est une version légèrement améliorée de « Comment espérer organiser une tournée réussie si votre groupe n’a pas été encensé par Pitchfork, et ainsi de suite » par les Famines. La première édition date de 2010, la seconde de 2011. Toutes deux ont été publiés en pamphlets Xerox noir et blanc pliés en accordéon avec un pli supplémentaire pour les notes personnelles du lecteur.

Le groupe de Raymond Biesinger, The Famines est présentement en tournée!

 

Ce guide vise à aider un groupe comme le vôtre ou le mien à organiser une tournée. Son titre complet est « Comment espérer organiser une tournée réussie si votre groupe n’a pas été encensé par Pitchfork, et ainsi de suite », parce que nous sommes tous dans la même situation et qu’aucun gérant d’artistes, agent de réservation compétent, machine médiatique ou label respectable ne va descendre des cieux du jour au lendemain pour nous aider. Le jour où ça arrivera, nos groupes seront déjà tous morts et enterrés, alors ce serait idiot de se tourner les pouces en attendant.

1 TOUT D’ABORD

Évidemment, il faut un groupe, une fourgonnette, un site web, de la marchandise et une liste de villes qu’il vous sera théoriquement possible de visiter dans une période de temps donnée à bord de la dite fourgonnette. Vous devrez également distribuer du matériel de promotion et en observer les résultats. Beaucoup de groupes ne se préoccupent plus d’envoyer des copies promotionnelles de leurs albums aux radios universitaires, blogues et magazines, mais c’est la seule manière d’avoir leur attention. Ces médiums (radios universitaires, blogues locaux, hebdomadaires culturels) sont peut-être désuets dans la mesure où ils ne créent pas de nouveaux publics de nos jours, mais ils jouent toutefois un rôle primordial : un groupe qui veut partir en tournée se doit de montrer aux promoteurs et agents qu’il existe une forme de reconnaissance du groupe à l’extérieur du groupe. Si l’argument est bien conçu, le groupe obtiendra un concert.

J’ai demandé à un ami comment les agents de réservation professionnels s’y prenaient pour convaincre un promoteur d’investir dans le spectacle d’un groupe relativement inconnu : ils utilisent subtilement d’autres groupes, mieux connus, comme levier. Indirectement, leur argument se présente sous la forme « Sans ce groupe (inconnu), vous n’arriverez pas à engager ce groupe (connu) ». C’est dommage qu’on ne puisse pas faire ça aussi, non?

Comment donc un groupe comme le nôtre réussit-il à convaincre les promoteurs? D’abord, le site web du groupe doit être présentable et mettre en ligne des extraits musicaux, de manière à ce que le promoteur puisse se faire une bonne idée du groupe. Ensuite, il faut rassembler toutes les mentions positives du groupe en ligne et sur papier (critiques, biographies, articles, etc…) et d’autres preuves de la reconnaissance du groupe à l’extérieur du groupe : palmarès de radios universitaires, liste des groupes à succès avec qui vous avez déjà joué, etc… Reste à assembler un courriel standard. Je ne reproduirai pas l’intégrale de celui des Famines, mais en voici les grandes lignes :

  • le sujet du courriel ressemble à quelque chose comme « The Famines à Saint John, 9 nov. 2010? »
  • une introduction rapide et flexible avec une description sommaire du groupe (« duo noise-garage d’Edmonton », etc.)
  • une seule date ou une série de dates possibles au choix
  • demander directement si le promoteur voudrait organiser un concert
  • une référence au site Web du groupe, ce qu’on peut y trouver
  • une série rapide et facile à parcourir de faits et de réalisations notables
  • signature (votre nom, comment vous contacter)
  • pour terminer, des citations enthousiastes de journalistes, etc.

Il faudra peaufiner votre courriel pour qu’il se lise facilement et qu’il ait l’air respectable, mais l’essentiel est dans la simplicité. Si vous avez des amis rédacteurs, pensez à leur demander de l’aide. Le but est qu’il soit aussi concis, amical et informatif que possible sans tomber dans les clichés ou la bêtise. Il faut également songer à ce que la totalité de son contenu soit factuel. N’utilisez jamais de phrases du genre « vous devriez nous engager parce que nous sommes les meilleurs ». Laissez les autres vous encenser : laissez leurs mots et leurs actions décrire votre mérite. Votre argument gagnera en crédibilité en fonction de la crédibilité de vos sources, mais même des publications de moindre envergure (hebdomadaires alternatifs des Prairies, radios universitaires locales, Weirdcanada.com, etc…) donnent du corps et de l’appui à votre propos.

2. PLANIFICATION DE L’ITINÉRAIRE

La prochaine étape est de planifier l’itinéraire de votre première tournée, en vous concentrant sur les jours « forts » (jeudi, vendredi, samedi). Lors de la première tournée des Famines, les arrêts étaient regroupés par fins de semaine, d’abord Calgary, Vancouver et Victoria, ensuite Saskatoon, Regina et Winnipeg, puis Edmonton le vendredi suivant. L’assistance sera toujours plus nombreuse un jour « fort ». Si vous habitez Kingston, une bonne manière de commencer serait avec un itinéraire nord (trois concerts entre Peterborough et Québec) à parcourir en une fin de semaine, suivi d’un itinéraire sud (entre Windsor et Toronto) la fin de semaine suivante. Cette option vous offre une grande variété de villes où jouer de bons concerts.

<<< la suite >>>

Cependant, il faut rester flexible : c’est généralement une bonne idée de se déplacer quelques heures pour un concert de plus. Quand vous aurez parcouru une certaine région plus d’une fois, vous commencerez à savoir de qui vous pourrez dépendre, de manière à pouvoir effectuer des itinéraires plus directs en conduisant moins. Vous pourrez jouer un dimanche ou un mercredi. Peut-être aurez-vous même des séries de huit ou neuf concerts de suite. Pour l’instant, il vaut mieux vous concentrer sur les jours forts et les promoteurs enthousiastes qui répondent à leurs courriels. Il vaut toujours mieux avoir plus d’offres que de concerts.

À qui faut-il envoyer une demande? À tout le monde. Faites de la recherche sur Internet, contactez les groupes de vos connaissances et les fanzines. Gardez note de tout en vue de votre prochaine tournée. Sachez à l’avance que vos attentes seront rarement satisfaites si vous pensez à l’avance organiser un concert avec quelqu’un en particulier. Nous avons tous joué des concerts avec des groupes venus d’ailleurs, et presque tout le monde ressort la même rengaine : « on va vous organiser un show à Guelph, pas de problème! » C’est prometteur, mais malgré les meilleures intentions des musiciens ivres, leurs promesses se matérialisent rarement. Il n’y pensait probablement même pas sérieusement en le disant. En tant qu’organisateur de la tournée de votre groupe (d’ailleurs, en toute honnêteté, votre groupe ne devrait avoir qu’un seul organisateur désigné) vous vous devez de ratisser large, de faire vos recherches à l’avance et de contacter autant de salles de spectacle, de promoteurs et de complices qu’il vous est possible, simultanément et à répétition. Contactez beaucoup plus de villes et de salles que vous pouvez en jouer, la plupart vous diront non. Apprenez à accepter cette réponse gracieusement. Un « non » cette fois sera peut-être un futur « oui », mais pas si vous entamez une dispute de mauvais goût par courriel.

Il faut se préparer à l’avance. The Famines ont l’habitude de présélectionner de préférence certains promoteurs et associés ainsi qu’une série de dates par ville quatre mois d’avance, espérant une confirmation hâtive. Mais on ne peut pas trop attendre. Même dans notre cas, la moitié de nos contacts ne vont pas répondre immédiatement et certains ne répondront jamais. Deux semaines plus tard, nous contactons en masse absolument tout le monde que nous connaissons dans les villes non confirmées. À toutes les semaines et demie, on recommence.

3. PREMIER ARRIVÉ, PREMIER SERVI

Il peut sembler un peu dur d’adopter l’approche « premier arrivé, premier servi » partout, mais l’alternative (attendre le refus d’un promoteur pour contacter le prochain) est une perte de temps. La plupart des refus seront silencieux (simple absence de réponse) ou ambigus (« recontactez-moi dans un mois »). Le temps est un luxe. Optez dès maintenant pour le premier promoteur qui voudra vous engager. Si vous êtes satisfait de l’arrangement, arrêtez de contacter d’autres sources dans la même ville. Sinon, pensez-y bien : vous aurez beaucoup de chances à prendre au début de votre carrière, et il peut être très difficile de prédire le succès d’un concert. The Famines sont encore constamment surpris des succès inattendus et de l’échec des situations sûres.

Oui, c’est long et pénible d’envoyer des courriels à répétition. Pour vous faciliter la tâche, toutes les excuses sont bonnes pour renvoyer un courriel. Essayez quelque chose comme « Salut Steve, c’est juste pour te laisser savoir qu’on vient de confirmer Toronto et Peterborough, donc nos disponibilités ont changé. Nous sommes seulement disponibles le 10. Est-ce que ça marcherait pour toi? » L’effet est double : c’est une excuse valide pour recontacter le promoteur, et ça lui démontre en plus que vous êtes sérieux.

4. À PROPOS DES SALLES DE SPECTACLE

Il y a plusieurs sortes de salles de spectacle. S’il est bon de rassembler les mentions positives et les coupures de presse de votre groupe dans un courriel formel dans le cas d’une salle de spectacle en bonne et due forme, le même courriel serait plutôt mal reçu par un endroit à vocation plus DIY, punk rock ou artistique – ce serait l’équivalent de se présenter dans un rassemblement marxiste-léniniste en chapeau haut de forme et monocle pour se plaindre au sujet des impôts. Les concerts informels sont de plus en plus la norme pour des groupes comme les nôtres, et les formalités excessives tachent l’image d’un groupe. Renseignez-vous sur l’endroit et ajustez votre ton en conséquence pour ne pas avoir l’air d’une bande de jeunes trop sérieux de Mississauga. Éliminez d’abord les coupures de presse et les faits et réalisations de votre groupe : les communes de punks se fichent éperdument de connaître vos succès et de savoir que vous avez joué avec Bon Jovi. Tout ce qu’ils veulent, c’est d’entendre votre musique en ligne pour prouver que vous n’êtes pas horribles, et peut-être de savoir que leurs amis vous ont référés. C’est une question de jugement.

5. L’ARGENT

La question de l’argent est une question inconfortable qu’il est nécéssaire de confronter avant qu’elle ne le devienne encore plus. Il est de très mauvais goût de demander une garantie des salles de spectacle « informelles » mentionnées ci-haut, mais la grande majorité d’entre elles vont s’efforcer de traiter votre groupe aussi bien que possible en dépit des circonstances. L’important est d’en parler clairement et à l’avance, de sorte que personne n’aura peur que vous leur demandiez une garantie à la dernière minute. Pour chaque endroit, il faut demander si les honoraires pour le concert sont fixes (le budget de l’établissement ne varie pas en fonction de l’assistance), en fonction du bar (le groupe obtient un pourcentage des ventes du bar), de la porte (les groupes se partagent l’argent de l’entrée, parfois après déduction des honoraires de l’accueil) ou sur participation libre (voir plus bas). Généralement, on peut obtenir une réponse à cette question en demandant tout simplement « comment on s’arrange pour l’argent? » et tout bon promoteur vous expliquera facilement son système.

On demandera une garantie à certaines salles, généralement plus formelles, en fonction d’un calcul raisonnable basé sur les honoraires de nos visites passées. C’est probablement une mauvaise idée de demander une garantie la première fois, à moins d’avoir déjà eu du succès dans la ville en question. Il est parfaitement en règle de demander à un promoteur, s’il ne fournit pas de garantie, s’il peut fournir un endroit où le groupe pourra dormir, et les salles « informelles » sont souvent heureuses de le faire. Posez des questions au sujet de la durée de votre prestation, de la disponibilité des boissons et de la nourriture lorsqu’il vous semble approprié de le faire. Mais occupez-vous de tout ça à l’avance. Comme n’importe quoi d’autre, parler d’argent confortablement prend de la pratique. Ne désespérez pas, et quand votre groupe sera en position de négocier (de par son attrait pour les spectateurs) vous serez probablement en mesure de le faire vous-même.

6. AU SUJET DES CONCERTS À PARTICIPATION LIBRE

C’est une forme de concert de plus en plus populaire. Nous en avons joué d’excellents, où tout le monde s’arrange pour soutenir les groupes en tournée à moins de ne pas pouvoir les sentir. Nous en avons également joué qui ont été horriblement mal gérés, sans même qu’un chapeau fasse le tour de l’assistance, qui semble ignorer que le groupe qui les fait danser ne reçoit qu’un réservoir d’essence vide et des cordes de guitare brisées en retour. Dans un tel concert, le groupe en tournée doit s’assurer d’encourager le promoteur de rappeler à l’assistance entre les prestations des groupes ses obligations envers les musiciens.

7. AUTRES CHOSES À FAIRE ET À NE PAS FAIRE

Votre tournée est organisée. Si ce n’est pas clair, demandez à chaque promoteur s’il vous incombe de choisir d’autres groupes avec qui partager la scène. Il est préférable que ce soit à eux de le faire, car ils connaissent probablement la scène locale mieux que vous et pourront vous épargner beaucoup de temps. Faites une affiche pour la tournée, de préférence en noir et blanc, format .pdf 11“ x 17” (ainsi qu’une version .jpg de basse résolution pour Internet) que vous pourrez envoyer à tous les promoteurs et salles de spectacle environ un mois à l’avance. Veillez à ce qu’elle soit appropriée à votre groupe, et que votre nom soit écrit en grosse lettres. Si votre groupe est en tête d’affiche, ils pourront l’utiliser. Sinon, ils en feront une eux-mêmes, mais ça donne une excellente impression aux promoteurs, qui voient que vous êtes sérieux et apprécient toujours de ne pas avoir à payer un designer. Si vous en avez le temps et l’enthousiasme, demandez également aux promoteurs à qui envoyer votre album et vos matériaux de promotion. Envoyez un courriel à la salle de spectacle une semaine avant le début de la tournée pour confirmer le tout et exprimer votre enthousiasme. Utilisez Internet pour prévenir tous vos amis et connaissances que vous arrivez en ville d’ici peu. Chaque tête de pipe dans la foule que les groupes locaux et les promoteurs ne reconnaissent pas est un atout vital pour vous.

Quelques choses à ne pas faire : les promoteurs détestent que vous leur demandiez à la dernière minute si un autre groupe peut faire partie de l’affiche. Donnez à l’autre groupe l’information du promoteur et ne vous en mêlez pas, car vous avez zéro influence sur le résultat. Vous avez en fait très peu d’influence en général. N’organisez pas de tournées en conjonction avec d’autres groupes inconnus, ce que les promoteurs détestent aussi. Votre but devrait être de jouer avec autant de groupes locaux que possible jusqu’à ce que vous puissiez attirer les spectateurs par vous-mêmes. C’est également une mauvaise idée de jouer plus d’une fois en un mois dans la même ville. Ne vous mêlez pas de l’ordre des prestations : le promoteur ou l’organisateur du spectacle en sait plus que vous, faites-lui confiance.

8. AU SUJET DE VOTRE FOURGONNETTE

Prenez-en soin et tout ira bien. Changez l’huile à tous les 5000 km. Attention aux règlements de stationnement pour ne pas vous faire remorquer; ne roulez pas plus que 9 km/h de plus que le maximum permis et vous n’aurez jamais de contravention pour vitesse. On sait que c’est ennuyant, mais on s’est déjà fait confisquer notre véhicule après deux jours pour un excès de 40 km/h et on a dû louer une nouvelle fourgonnette pour le reste de la tournée trans-canadienne. C’est cher pour rien. Restez éveillés en vous relayant fréquemment au volant : trop de groupes meurent dans des accidents de la route. Abonnez-vous à CAA, attention où vous vous stationnez, et faites de votre mieux pour cacher que votre véhicule appartient à des musiciens en tournée : pas d’autocollants, pas de flânage autour. Les criminels ne sont pas partout, mais il y a des groupes qui leur rendent la tâche beaucoup trop facile.

9. JOUER UN CONCERT

Maintenant il vous faut jouer des concerts. Vous l’avez déjà fait plusieurs fois dans votre ville natale, mais la situation est différente en tournée. Vous ne connaîtrez probablement pas le technicien de son, les employés du bar ou le promoteur, mais c’est votre devoir de faire preuve de respect envers eux, même si vous n’appréciez pas leur attitude : ils voient passer un billion de groupes par année, dont la plupart ont malheureusement tendance à être des imbéciles. Soyez courtois envers les employés et ils vous le rendront. Donnez-leur un pourboire même si les consommations vous sont fournies. Vous serez surpris de voir à quel point la soirée sera plus agréable si les employés sont de votre côté.

Rappelez-vous aussi que même si vous avez un million d’amis chez vous, il est primordial de vous faire des amis sur la route. Vos soirées en seront d’autant plus agréables et votre attraction plus grande. Vous pourrez bien faire les mégalomanes timides et demandants dans le salon vert du Budokan, mais pour l’instant, la vie de votre groupe dépend de ce que l’on pense de vous hors de la scène. Si un membre de votre groupe est particulièrement loquace, ne vous emballez pas quand il prend son temps à ramasser son équipement. Chaque 15 minutes de conversation avec des étrangers correspond à cinq spectateurs de plus au prochain concert. Essayez-le aussi!

10. PETITE LEÇON D’ÉCONOMIE POUR LES GROUPES EN TOURNÉE

C’est agréable de partir en tournée, mais c’est aussi très sérieux. Certaines régions comme l’Ouest du Canada, avec ses énormes distances et ses coûts élevés, brisent les amitiés et tuent les nouveaux groupes dans l’oeuf; d’autres régions attirantes comme les États-Unis posent toutes sortes d’autres problèmes. Tout simplement, les données économiques ne sont pas en notre faveur. Si on retrace l’histoire de la musique live au Canada depuis les années 1950, on remarquera facilement que les quelques dernières décénnies ont été très dures pour les musiciens.

On pourra certainement argumenter que la musique de concert locale, régionale ou « indie » est passée d’une option de passe-temps nocturne très prisée par les Canadiens (dans les années 1960, par exemple) à une activité compartimentée qui n’intéresse que peu de gens. Oui, Internet nous donne accès à un éventail impressionnant de musiques, mais la plupart ne s’en servent que pour prendre des nouvelles de Céline Dion ou s’intéresser à des groupes d’un peu partout qui n’existent peut-être même plus et qui ne viendront certainement jamais mettre les pieds ici. Internet a également rendu difficile la vente d’albums : peu de gens vont acheter un disque qu’ils ont déjà téléchargé gratuitement, même si l’on entend souvent la promesse du contraire. De plus, les technologies d’enregistrement abordables permettent à tout à fait n’importe qui de produire un album. Ceci a donné naissance à quelques productions artistiques merveilleuses, à beaucoup de mauvaises, et à des millions de compétiteurs prêts à tout pour jouer devant de moins en moins d’oreilles.

Si on veut examiner la situation en fonction de la « classe » : la classe la plus fortunée du monde de la musique (représentée par les majors) est toujours gigantesque, même si elle a peut-être perdu un peu de son pouvoir. La classe la plus basse, celle des groupes à intérêt particulier, est plus grande que jamais, produit une quantité incroyable de musique, fait peu de tournées et se dissout constamment, parce qu’il est difficile d’obtenir quelque récompense que ce soit dans ce type de groupe. La classe moyenne, autrefois occupée par des groupes régionaux qui subviennent néanmoins à leurs propres moyens par la musique, est presque éteinte. Elle rétrécit régulièrement depuis quatre décénnies et est souvent réduite à subsister via des subventions gouvernementales plutôt que par la vente de disques ou de billets de concerts, et leur position est souvent onéreuse de par leur statut : agents de réservation, publicistes, designers, gérance, rédacteurs de demandes de subventions professionnels… C’est le prix de la « renommée ».

Oui, le portrait est sombre – peut-être trop sombre – et un peu hors-sujet, mais il nous permet de comprendre la réalité d’un groupe de classe « basse » qui veut partir en tournée. Un tel groupe doit assurer sa propre publicité, être auto-géré, auto-organisé, auto-designé et n’est probablement éligible pour aucune subvention… et partir en tournée coûte cher. Très cher. Au moment où j’écris ces lignes, le coût (en essence seulement) de cent kilomètres d’autoroute en mini-fourgonnette est de 11 $. Les spectateurs sont à peine disposés à payer l’équivalent du coût de la production de la marchandise promotionnelle, ou un peu plus. Certains promoteurs sont dégueulasses et indignes de confiance, c’est vrai, mais la plupart sont exactement comme nous : de petites organisations à base volontaires, fatiguées de se demander si les choses vont s’améliorer un jour.

C’est possible, mais entretemps, un groupe qui décide de partir en tournée se doit de savoir comment s’occuper de son argent sans que les difficultés financières inévitables ne viennent ruiner l’expérience. Personne ne va s’enrichir ou même gagner sa vie avec ça. Le meilleur scénario possible est que le groupe ne perde pas d’argent, mais presque personne n’y arrive. Concentrez-vous sur les profits intangibles, restez positifs et ça va peut-être aller pour quelques temps.

EN GUISE DE CONCLUSION

Félicitations! Vous partez en tournée et peut-être que ce guide vous aura aidés : nous l’espérons. Nous espérons aussi que vous allez trouver un moyen d’en apprécier l’expérience. Certains ne l’apprécient qu’après la fin de la tournée. D’autres ont un talent inné. D’autres ne l’apprécient pas du tout, ni pendant ni après. Mais c’est une expérience qui vaut la peine d’être célébrée. N’oubliez pas : ne faites pas perdre leur temps à l’assistance, amusez-vous, gâtez-vous de temps en temps pour vous remonter le moral. Et essayez de ne pas vous séparer trop vite, tout s’améliore avec l’âge.

FIN




file under: How To, New Canadiana, quebec.

birthed: 2013-10-15

5 comments


5 thoughts on “How To Have a Maybe Successful Tour for a Band that Hasn’t Received Hype on Pitchfork, Etc.

  1. This is excellent advice; as someone who’s booked both bars and festivals, I’ve always wished that more artists knew how to give me what I’m looking for. Bookers see hundreds of email, promo packages, and pitches from bands; keeping it concise, to-the-point, and factual is a huge help. I’d also suggest adding a direct link to wherever I can listen to your music online (full tracks!), creating a ‘Resources’ page on your website like Eh440‘s (one of the best I’ve seen), and remaining calm and professional in all of your interactions with bookers.

    I wrote an article a few years ago, from a booker’s perspective, called ’10 Thing I Want Artists to Know,’ and while the tone is a bit more aggressive than I’d use these days, there are still some very good points, so feel free to check it out – http://candaceshaw.ca/10-things-i-want-musicians-to-know/

  2. Pingback: The Revue | Gig pick: The Famines w/ Average Times & Finderskeepers @ Pressed, October 23rd

Leave a Reply