Interview :: Andy and Edwin White of Tonstartssbandht

Since transplanting themselves from the sunshine state of Florida to the frosty French Canadian north, pizza-lovin’ brothers Andy and Edwin White have been recording and releasing tunes at an almost nonsensical pace. On top of sparking up psych burners and daffy rappin’ trip-outs with their best-known band, Tonstartssbandht, the bros maintain a plethora of side projects/aliases (High Rise II, NASA, Superbud, Bladestoner, etc.) while also running the boutique labels Does Are and Black Cheeks. For this Weird Canada exclusive, they’ve remixed our interview with wonky vocal FX, answers read by Jason Harvey™ and what sounds like a chopped and screwed version of their posi-vibes anthem “Andy Summers.”

Weird Canada Exclusive :: Tonstartssbandht – Inferred Views

Jesse Locke
Texture Magazine / Weird Canada

/////////////// TONSTARTSSBANDHT INFERRED VIEWS ///////////////

What was life like growing up for you guys as brothers? Did you have any made-up games you would play, sibling rivalries or weird family inside jokes?

Andy and Edwin White (Tonstartssbandht): We were related, and then fed by older people. Andy knew all the secrets to life early because I let him drink from my brain after school everyday. I’m his ancient angel. We spent all of our time outside climbing ropes and making mud to prepare for the apocalypse. On a ranch, our grandpa makes great kielbasa and eggs.

When did you start making music together? Were there any other bro projects prior to Tonstartssbandht?

We recorded a song together one day in 2006 called “High Roller”, but the band didn’t form until august 2007 so we could play a show in Orlando. Other projects include the bands NASA, Buttsavage, Horus Hawk, Great Feelings, and Superbud, which recorded in Orlando, Totally Dad for freeing demons in NYC, and Black Dad / Andy Summers and Bladestoner in Montreal to fill the void.

I understand you guys are Orlando natives originally. What made you want to transplant yourselves to Montreal?

Andy is an undergrad at McGill. Edwin moved here in September to record with Andy and check out Montreal, but is moving back to New York in May. Montreal is a nice guy.

What’s your favourite restaurant or place to eat in this city?

When we aren’t cooking at home, we only eat at PIZZA DU PARC or PIZZA STEVE or PIZZA FAMILIA or PIZZA BELLA DONNA. We maintain lifestyles.

Your music integrates a ton of different sounds and styles, but the biggest noticeable split seems to be between the sample and vocal-based stuff and the rock ‘n’ roll ragers with guitar and drums. Why have you decided to maintain a dual personality within the one band, as opposed to splitting into two?

Tonstartssbandht is two people and represents the personalities and emotions of these two people. Traditionally, we’ve only created different monikers so as to differentiate between the personnel in our assorted projects. For instance, the project called Superbud is a veil for Andy White and Sean O’Loane. Similarly, Tonstartssbandht tells you it’s Andy White and Edwin White playing music together. Within the projects we do whatever we want. We can’t be concerned with maintaining some kind of sonic consistency for the sake of easy categorization, or just to please people with specific expectations of your sound. If it ends up being consistent, so be it. But it’s more important to create the sounds we want to hear as they reveal themselves to our consciousness. Ultimately, it will leave a clearly exposed record of our inner psyches for the public, ourselves and one day our children. Our music is a rendering of ourselves in transition. It will always change. Maybe our names will change and perhaps I’ll lose my vocal chords in a gardening accident. We don’t give a fuck about genres or movements. We’re just musicians – we are people who’ve found music to be the best fit for our need for self expression, and thus we are two among many. We can write one-liners, create fake words, chop .jpgs and screw pop songs, and do head stands, and jog backwards and it’s all connected to our energies and desire to create – to expose ourselves to ourselves, and ultimately, to others. We’re trying to communicate with Basic Channel. Are you hearing us guys? It’s easier to have one band.

On top of Tonstartssbandht, you also play together in a High Rise cover band called High Rise II. What caused your addiction to the psychedelic speed freaks?

We started taking psychedelic speed and now we’re addicts. We cannot escape the aura of it all – 1980s TOKYO, fastest growing economy in the world at that time, biggest city in the world by all accounts (urban, metro, etc.). Sober punks making the fastest, most blindingly, loud and energetic rock music ever created. Layered by choice with the thickest set of distortion, fuzz and white noise imaginable. Their records were released by a friend who decided – “this music is too good to be heard by only me and my friends,” and so began PSF records and the Modern Music record store in Setagaya-ku, Tokyo, And decades later, it found its way into our impressionable music-obsessed Floridian heads and provided us with a jolt of creative overdrive. It’s just total TOTAL power. Count us among the many fans worldwide who can only bow in reverence at the altar of Nanjo. As far as heavy rock music goes, NOBODY does it better, nor will they. All you can do is move on and enjoy the recordings of the pinnacle achieved 25 years ago in Tokyo. Or, as we’ve done, start a tribute band, so you can experience the thrill of High Rise in their prime vis-à-vis a facsimile of equally determined young musicians a generation later.

How would you describe a typical High Rise II show?

Come to our shows! We let it all out. We don’t wear shirts, and we play songs by High Rise, Mainliner and sometimes songs by Black Sabbath, Blue Cheer, and the MC5. It‘s Edwin on drums, and Andy White and Jesse Hicks switching between guitar and bass for different songs. Most importantly, be safe and bring your ear plugs, so you can live to hear another day. It’s like pulling the plug on a tub full of energy and you’re worried that the pipes will explode. We play until exhaustion sets in and blood has been spilt. It’s adrenaline, live and in full display.

What can you tell me about your label, Black Cheeks? What have been some of your highlight releases so far, and what else have you got coming down the tubes?

Black Cheeks started as a way to release material by our Orlando groups in 2005 when Andy was a high school sophomore. It has continued with his move to Montreal to release side projects and eventually the first Tonstartssbandht cassette, Water Buffalo. Coming up next is a new pressing of the Tonstartssbandht Parson Sounds tape from December and tapes by Homosexual Cops and Lil’ Baby. Edwin began his label Does Are in 2008 and has released a majority of the Tonstartssbandht catalogue to date: the full length An When and four months later, Dick Nights, the Maihama cassette EP, as well as a Superbud cassingle, an amazing lost NASA album Boogie Chillin / Too Heavy, and later this month, Cool World’s full length debut, Gaydream Nation, from our friends in Providence. Does Are will be making a limited run of tapes and CDrs to coincide with the release of the newest Tonstartssbandht full length 12” available later this spring on Arbutus Records.

Tonstarttsbandht has a new 7-inch coming out in a couple months on Psychic Handshake. What can people look forward to with that one?

The Midnite Cobras 7″ on Psychic Handshake Recording should be available in early March. Side A contains two new recordings of “Midnite Cobras” and “I’m a Welsh Souper”, originally heard on An When, while side B reveals the unreleased psych burner “Electric Dragon Sword” that you might have heard at various live shows in the past year. Look forward to the whole thing! It’s a psych rock 7” for sure…

Do you feel like your music is continuing to change and evolve? Where do you see it – and yourselves – going in 2010?

Look for the new full length sometime before summer. And soon after, more tapes and EPs. Our music changes as we do. We can’t predict where it will go this year, because even we aren’t certain of our future. We will be living in separate cities again by the start of summer, and Andy graduates in December, which opens up the question of what to do and where to live in 2011. We still dream of the sunshine state, and this summer we found comfort in L.A. as we saw it – Orlando plus New York… A giant Florida with mountains. Wherever we live, our sound will be influenced by our surroundings, our memories and our expectations, our highs and lows, our fears and dreams, the limits of technology and finances, theft and acquisition, but ultimately, no matter what it is channeled through, the source remains to be our souls: Brothers bonded by life.

High Rise II play Tuesday, March 6 at Friendship Cove in Montreal. For further show info, see

Depuis qu’ils ont déménagé de l’état du soleil dit la Floride au nord glacial canadien français, les frères pizza-aimants Andy et Edwin White sont en train d’enregistrer et de publier les mélodies à un rythme presque absurde. En plus de déclencher des brûleurs de psych et les trips farfelus de rap avec sa groupe la plus connue, Tonstarssbandht, les frères maintiennent une pléthore de projets supplémentaires/ d’aliases (High Rise II, NASA, Superbod, Bladestoner, etc.) pendant qu’il dirigent les labels boutiques Does Are et Black Cheeks. Pour cette exclusivité Weird Canada, ils ont remixé notre interview avec les effets spéciaux tordus, les réponses lues par Jason Harvey™ et ce qui a l’air d’une version émincée et foutue de leur hymne posi-vibes “Andy Summers”.

Weird Canada Exclusive :: Tonstartssbandht – Inferred Views

/////////////// TONSTARTSSBANDHT INFERRED VIEWS ///////////////

Jesse Locke (Texture Magazine // Weird Canada): C’était comme quoi, grandir ensemble comme les frères? Est-ce que vous avez joué des jeux inventés, ou vous avez eu des rivalités, ou les blagues bizarres entre la famille?

Andy et Edwin White: On était de la même famille, puis nourris par les gens plus âgés. Andy a connu plus tôt tous les secrets de la vie parce que je l’ai laissé boire de mon cerveau après l’école chaque jour. Je suis son ange secret. Nous avons passé tout notre temps à grimper les cordes et à créer la boue pour préparer pour l’apocalypse. Dans un ranch, notre grand-père fait du kielbasa et des oeufs magnifiques.

Quand est-ce que vous avez commencé de fait de la musique ensemble? Il y avait des autres projets avant Tonstartssbandht?

On a enregistré une chanson ensemble un jour qui s’appellait “High Roller”, mais on n’a pas formé le groupe jusqu’au mois d’août 2007 pour qu’on puisse jouer une spectacle à Orlando. Les autres projets incluent les groupes NASA, Buttsavage, Horus Hawk, Great Feelings, et Superbud, qui ont enregistré à Orlando, Totally Dad pour libérer les démons à NY, et Black Dad / Andy Summers et Bladestoner à Montréal pour remplir le vide.

Alors vos origines sont à Orlando. Pourquoi vous avez déménagé à Montréal?

Andy est étudiant du premier cycle à McGill. Edwin a déménagé ici en Septembre pour enregistrer avec Andy et visiter Montréal, mais il retourne à New York en mai. Montréal est un gars gentil.

Quel est votre restaurant préféré ou lieu à manger dans cette ville?

Quand on cuisine pas chez nous, on mange seuelement à PIZZA DU PARC ou PIZZA STEVE ou PIZZA FAMILIA ou PIZZA BELLA DONNA. On maintient des styles de vie.

Votre musique intègre plusieurs différents sons et styles, mais la séparation la plus notable est entre les chansons avec l’échantillon et les chants, et celles de rock avec la guitare et la batterie. Pourquoi vous avez décidé de maintenir une personnalité double avec le seul groupe, au lieu de le diviser en deux?

Tonstartssbandht est deux personnes et il représente les personnalités et les émotions de ces deux personnes. Traditionnellement, on a seulement créé les noms différents pour différencier entre le personnel dans nos divers projets. Par exemple, le projet Superbud, c’est Andy White et Sean O’Loane. De même, Tonstartssbandht vous dit que c’est Andy White et Edwin White qui jouent de la musique ensemble. Dans les projets on fait n’importe ce qu’on veut. On ne peut pas s’interesser à maintenir une sorte de cohérence sonique dans l’intérêt du classement facile, ou pour faire plaisir aux gens qui ont des attentes specifiques de notre son. Si le projet finit par être cohérent, tant mieux. Mais il est plus important de créer les sons qu’on a envie d’entendre quand ils se révèlent à notre conscience. En fin de compte, il va laisser une trace claire de nos esprits intérieurs pour le public, pour nous, et un jour pour nos enfants. Notre musique est une interprétation de nos êtres en transition. Elle est toujours en train de changer. Peut-être que nos noms va changer et peut-être que je vais perdre mes cordes vocales dans un accident du jardinage. On s’en fou des genres ou des mouvements. On est juste des musiciens — on est des personnes qui ont découvert que la musique est la forme la plus appropriée pour notre besoin d’expression libre, et alors on est deux parmi plusieurs. On peut écrire de bon mots, créer de nouveaux mots, couper les .jpgs et se foutre des chansons pop, et faire des équilibres sur les mains et courir à rebours, et c’est tout relié à nos énergies et notre désir de créer — de nous exposer à nous, et enfin, aux autres. On essaie de communiquer avec Basic Channel. Ok vous nous entendez? C’est plus facile d’avoir un seul groupe.

En plus de Tonstartssbandht, vous jouez ensemble dans un groupe de reprise de High Rise qui s’appelle High Rise II. Pourquoi vous êtes accro aux freaks du speed psychédélique?

On a commencé de prendre le speed psychédélique et maintenant on est accro. On peut pas fuir l’ambiance de tout ça — TOKYO dans les années 80, l’économie qui grandissait la plus du monde à cette époque, la plus grande ville certainement (urbain, metro, etc.). Les punks sobres qui faisaient la musique rock la plus vite, la plus aveuglante, forte et énergétique qui était déjà créée. Effiloché de plein gré avec la plus grande quantité imaginable de la distorsion, du fuzz, et du bruit blanc. Ses disques était publiés par un ami qui a decidé: “cette musique est trop bonne de être écoutée par seulement moi et mes amis”, et puis il a commencé PSF records et le magasin Modern Music à Setagaya-ku, Tokyo. Et puis les décennies plus tard la musique a trouvé nos têtes floridiennes, obsédées par la musique, et tellement impressionables, et elle nous a fourni un choc de créativité. C’est juste de la puissance totale TOTALE. Nous sommes deux de plusieurs fans qui peuvent seulement s’incliner devant Nanjo. Dans la musique heavy rock, PERSONNE ne le fait mieux, et personne ne va jamais le faire mieux. Tout ce qu’on peut faire est passer à autre chose et s’amuser avec les enregistrements du sommet qui était atteint il y a 25 ans à Tokyo. Ou, comme nous l’avons fait, on peut commencer un groupe de reprise, pour vivre l’excitation de High Rise à la fleur de leur âge par en fac-similé avec des musiciens également obstinés une génération après.

Vous décririez comment une spectacle typique de High Rise II?

Venez nous voir! On laisse tout tomber. On porte pas de chemise, et on joue des chansons de High Rise, Mainliner, et parfois des chansons de Black Sabbath, Blue Cheer, et le MC5. Edwin joue de la batterie, et Andy White et Jesse Hicks jouent de la guitare et de la basse chacun son tour pour les chansons différentes. La chose plus la plus importante, c’est d’être sûr et d’apporter vos bouchons d’oreilles, pour que vous puissiez encore écouter le jour d’après. C’est comme si on a enlevé la bonde d’une baignoire remplie d’énergie et on a peur que la canalisation aille exploser. On joue jusqu’à on est épuisé et on a perdu du sang. C’est l’adrénaline, live et en spectacle.

Vous pouvez me dire quoi à propos de votre label, Black Cheeks? Quels sont vos enregistrements de vedette jusqu’à maintenant, et quoi d’autre est en train d’arriver?

On a commencé Black Cheeks pour publier la musique de nos groupes d’Orlando en 2005 quand Andy était élève d’école secondaire. On le continue maintenant après son déménagement à Montréal pour publier les projets secondaires et un jour, la première cassette de Tonstartssbandht, Water Buffalo. Ensuite, il y aura un nouveau imprimé de la cassette Tonstartssbandht Parson Sounds de décembre, et les cassettes par Homosexual Cops et Lil’ Baby. Edwin a commencé son label Does Are en 2008 et il a publié la plupart de catalogue Tonstartssbandht jusqu’à maintenant: Le long métrage de An When et quatre mois plus tard, Dick Nights, la cassette Maihama, ainsi qu’une cassingle Superbud, un album perdu magnifique de NASA qui s’appelle Boogie Chillin / Too Heavy, et plus tard ce mois, le début long-métrage de Cool World, Gaydream Nation, de nos amis à Providence. Does Are va faire une édition limitée de cassettes et de CD-Roms pour coïncider avec le lancement du plus nouveau 12” long-métrage de Tonstartssbandht qui sera disponsible plus tard ce printemps avec Arbutus Records.

Tonstartssbandht a un nouveau 7” qui lancera dans quelque mois avec Psychic Handshake. On peut attendre quoi avec cela?

Le Midnite Cobras 7″ de Psychic Handshake Recording devrait être disponsible au début de mars. À la face A, on aura deux nouveaux enregistrements de “Midnite Cobras” et “I’m a Welsh Souper”, écouté premièrement sur An When, alors que la face B révèle le brûleur psych non-distribué “Electric Dragon Sword” que vous avez peut-être entendu aux divers spectacles live l’année passée. Attendez-le avec impatience! C’est un rock psych 7” certainement…

Vous pensez que votre musique continue de changer et d’évoluer? Où pensez-vous qu’elle— et vous-mêmes— vont aller en 2010?

Restez branchés pour le nouveau long-métrage avant l’été. Et bientôt après, plus de cassettes et d’EPs. Notre musique change comme nous changeons. On peut pas prévoir où elle va aller cette année, parce qu’on n’est même pas certain de notre avenir. On sera dans les différentes villes encore quand l’été aura commencé, et Andy finira ses études en décembres, alors il faut penser à quoi faire et à où vivre en 2011. On rêve encore de l’état de soleil, et cet été on a trouvé le réconfort à L.A., comme nous l’avons dit c’est Orlando plus New York… une grande Floride avec les montagnes. N’importe où qu’on va vivre, notre son sera influencé par nos environs, nos souvenirs et nos attentes, nos hauts et nos bas, nos peurs et nos rêves, les limites de la technologies et du financement, du vol et de l’acquisition, mais enfin, n’importe ce qui le fait acheminer, la source reste nos esprits: les frères liés par la vie.

High Rise jouera mardi, 6 mars à Friendship Cove à Montréal. Pour plus d’infos, regardez

file under: Inferred Views, New Canadiana, quebec.

birthed: 2010-03-01


8 thoughts on “Interview :: Andy and Edwin White of Tonstartssbandht

  1. Pingback: This Past Week’s Shows: Braids, Surfer Blood, Silly Kissers And More « Midday Procrastination

  2. Pingback: Tonstartssbandht « The Paltry Sapien

  3. Pingback: Crate-Digging: Tonstartssbandht – An When |

Leave a Reply