Review :: Peace – Slow Children


Peace - Slow Children

The bombs were going off in my mind as I watched Peace for the first time mere hours ago. Peace has been Edmonton’s secret obsession since Dan Geddes, singer and guitarist from everyone’s favorite Bummers, left for Vancouver and formed this unique trek into hi-fi indie-rock pastures with a few other Edmonton ex-pats. Searing above Peace’s late-period post-punk jangle is Dan’s unique voice, recorded way in the front so his anthemic chants, hollers, and laconic-yet- surreal lyrics direct you to the corners of his frayed and ingenious existence. It’s easy to fall in love with everything Peace is about; it’s weird and hip, with their angular guitar riffs, rolling bass-lines, and Dan’s bizarre vibrato, but seemingly straight enough to blast in your mom’s car as you drive to Red Lobster waiting to suck down a juicy shrimp platter whilst convincing your litter sister that, yes, Peace will be her favorite band once she tires of Morrissey and The Fall. Which is why the bombs have gone off and I’m not going out on saturday night. Highly recommended. I want to keep gushing; so just listen to the damn mp3s already.

Peace – I Forget

Peace – Saturday Night

Les bombes éclataient dans ma tête quand j’ai regardé Peace pour la première fois il y a quelques heures. Peace, c’est l’obsession secrète d’Edmonton depuis que Dan Geddes, le chanteur et le guitariste des Bummers préférés de tout le monde, est parti pour Vancouver et a créé ce trek unique dans les pâtures hi-fi rock-indé avec quelques autres expats d’Edmonton. La voix unique de Dan s’envole au-dessus du cliquetis dernière-époque post-punk, enregistré bien à l’avant pour que ses mélopées hymnique, ses hurlements et ses paroles laconiques-mais-surréalistes vous guident aux coins de son existence effilochée et ingénieuse. Il est facile de tomber en amour avec Peace; c’est bizarre et branché, avec ses riffs angulaire à la guitare, ses mélodies de basse déferlantes, mais il a l’air d’être assez conventionnel que tu peux le passer à fond dans la voiture de ta mère pendant que tu conduis à Red Lobster en attendant d’aspirer un plateau des crevettes juteuses pendant que tu convaincs ta petite soeur que, oui, Peace sera sa groupe préférée une fois qu’elle en aura eu assez de Morrissey et The Fall. Qui est la raison pour laquelle les bombes ont éclaté et je sors pas samedi soir. Vivement recommandé. Je veux continuer de déballer; alors vas-y et écoute les mp3s tout de suite!

Peace – I Forget

Peace – Saturday Night




file under: british columbia, cassette, New Canadiana.

birthed: 2009-08-21

1 Comment


One thought on “Review :: Peace – Slow Children

Leave a Reply