Tag: winnipeg

New Canadiana :: Animal Teeth – Me & You

Animal Teeth - Me & You

Winnipeg four-piece Animal Teeth pull no punches. Me & You is six songs of whirring chords, fuzzy tones, and delicate chimes. Each tune is awash with understated melodies simple enough to belie their own beauty. Never plodding or dull, Animal Teeth’s sound is dynamic enough to segue from the ebb and flow of tender atmospherics to noise-strewn wails of guitar and howling screams, while managing to sound vital and steer clear of pretension.

Le quatuor de Winnipeg Animal Teeth n’y va pas de main morte. Me & You, c’est six chansons où les cordes frémissent, où les tonalités se brouillent et où les tintements se font délicats. Chaque piste est inondée de mélodies modestes, assez simples pour dissimuler leur propre beauté. Jamais stagnant ni terne, le son d’Animal Teeth est assez dynamique pour enchaîner des fluctuations d’ambiances douces, des plaintes dissonantes de guitare et des hurlements tout en réussissant à sembler essentiel et à balayer toute prétention.

Animal Teeth – Circles

Animal Teeth – Borealis Buffalo

New Canadiana :: Various Artists – Funeral at a Meth Lab

Various Artists - Funeral at a Meth Lab

As someone who came up discovering Toronto’s music scene from a distance, Offerings has been one of the most crucial publications I’ve encountered in recent years. This 18-song compilation is a glimpse into the amazing community that has been supported and celebrated in their hallowed pages. Coming off as a dream lineup for the next Wyrd Fest, this tape could also double as the Solaris Top 40. The comp sees some familiar faces rise out from the woodwork armed with potent new jams that fit in perfectly with the already golden hits that are on here. Mutant punk meets mutant concrète, while soul meditations groove alongside kosmische explorations. Rumour has it you can even hear a bonus cut from the Ford Noise Tape if you listen closely. Is this what they play after hours at the Eaton Centre?

J’ai découvert la scène musicale de Toronto à distance et je dois dire qu’Offerings a été l’une des publications les plus cruciales que j’ai découvertes ces dernières années. Cette compilation de 18 chansons donne un aperçu de la formidable communauté qui a été soutenue et célébrée dans les pages bénies de cette publication. Cela ressemble à une programmation de rêve pour la prochaine édition du Wyrd Fest, mais cela pourrait tout aussi bien servir de Solaris Top 40. On trouve sur cette compilation aussi bien des têtes connues qui surgissent d’un peu partout que des nouveaux venus très convaincants qui cadrent parfaitement avec les titres à succès présents ici. À la croisée du punk mutant et de Mutant Concrète, les méditations soul côtoient les explorations cosmiques. Il paraît qu’en tendant l’oreille on peut même entendre un extrait de la fameuse cassette de Ford. C’est ça qu’ils passent au Centre Eaton après la fermeture?

Tenderness – Orphans Howling in the Wild

Isla Craig – Flute Song

Wasted Nymph – Dancer

New Canadiana :: Solar Coffin – Ambisinistrous

Solar Coffin - Ambisinistrousthumb

Clicking in this cassette will be your final nail. It shall shunt you off into deep, lifeless space. No prospect of a return trip. And as you drift further, so does Ambisinistrous; it’s a time-lapse cocoon, building the oscillating void around and within you. The duo makes use of all oscillations, creating rapt crowds in their great audiovisual din. It should be no surprise that Fletcher Pratt is half of the droning bliss behind this small-run cassette, with Erik Larsen taking the rest of the knob-twisting to the stars.

Cliquer sur cette cassette sera votre coup de grâce. Elle vous mènera aux confins d’un espace sans vie. Sans possibilité de retour. Comme vous, Ambisinistrous dérive plus loin, un moment dans un cocon, créant un vide vibrant autour et à l’intérieur de vous. Ce duo utilise toutes les oscillations, captivant les foules avec leur grand boucan audiovisuel. Il n’est pas surprenant que Fletcher Pratt soit derrière le bonheur bourdonnant de cette courte cassette avec Erik Larsen qui nous porte jusqu’aux étoiles en jouant avec les boutons de réglage.

Solar Coffin – Ambisinistrous [Side A]

New Canadiana :: The Unbelievable Bargains – Fun Times Why Not

The Unbelievable Bargains - Fun Times Why Not

Behold a totally economical batch of jams, deeee-rect from the thrifty city! The Unbelievable Bargains are burning straight out of the birthplace of Monty Hall and K-Tel Records, squeezing 18 whole songs onto a single disc! And dig, I said, DIG, as they breathlessly play hit after scorching hit, leaving you scrambling to decode their light-hearted romps. What’s that? You like dogs? Ducks? Rotating fans? Clam-flavoured tomato juice? Well, boy, girl, do you ever need to hear this bouncing, deep fried, battered ‘n’ buttered, no holds barred album that don’t sputter. Act now, and the Bargains will throw in this distinguished warble in the background, absolutely free.

Voici du jam en abondance, totalement économique, produit diiii-rect de la ville économe! Le groupe The Unbelievable Bargains, tout droit issu du même endroit que Monty Hall et K-Tel Records fait des ravages en mixant 18 chansons complètes en un seul disque! De plus, il creuse, j’ai bien dit CREUSE, tandis que les musiciens jouent des morceaux en haletant après les avoir épuisés; ça secoue à un tel point qu’on essaie de décoder leurs jeux bruyants d’artistes écervelés. Qu’est-ce que ça peut bien être? Aimes-tu les chiens? Aimes-tu les canards? Aimes-tu les ventilateurs ou les palourdes au jus de tomate? Eh bien mon chum, ma chum, n’as-tu jamais envie d’écouter cet album qui fait bouger, exploré plusieurs fois, réutilisé et remixé, un album sans restriction qui ne postillonne pas? Remue-toi, les Bargains joueront ce bourdonnement raffiné dans l’arrière-scène, c’est totalement gratuit.

The Unbelievable Bargains – Disgusting Organs

The Unbelievable Bargains – Dogs

New Canadiana :: Surprise Party – Animal Kingdom // Continents of the World

Surprise Party - Animal Kingdom // Continents of the World

Ah, misguided youth. Both the muse and the balladeer of the doomed. Surprise Party wrap it up in such a lovely package, complete with nine earworms to make you twist your head and get down! But shouldn’t these scrappy punks be shunted from the city for their crimes of energetically singing about calling in sick, super cool girlfriends, and damning their own immaturity? Banish them out, but the band (led by Mischa Decter and backed by a couple of The Hoots) are bound to swoop back in, carry off the kids, and, like their online cover art, turn around for a final one-eyed wink.

Ah, les jeunes malavisés. À la fois les muses et les chanteurs romantiques maudits. Surprise Party emballe dans un très joli paquet contenant neuf vers d’oreilles qui vous feront bouger et vous éclater. Ces punks morcelés ne devraient-ils pas être expédiés de la ville pour avoir chanté énergiquement au sujet de congés de maladie, de copines super cool et de la condamnation de leur propre immaturité ? Chassons- les ! Mais, le groupe (dirigé par Mischa Decter et appuyé par quelques membres de The Hoots est certain de plonger de nouveau, de transporter les jeunes et tout comme sur la [pochette de leur album] [http://surpriseparty420.bandcamp.com/album/animal-kingdom-continents-of-the-world-2], de se retourner juste à temps pour un dernier clin d’œil.

Surprise Party – Beach Birthday

Surprise Party – Saturday

New Canadiana :: Violent Gorge // Sete Star Sept – Split 5.5″

Violent Gorge // Sete Star Sept - Split 5.5"Violent Gorge // Sete Star Sept - Split 5.5" (thumb)

Imagine everything meant to damage your ears melted down and poured onto wax. The results would resemble this 5.5” record. The Violent Gorge side Rhinocerebal Stampede is a combination of fast, raw and demented grind with harsh Merzbow-style noise interludes. The Sete Star Sept side Victim of Capitalism features five short songs of their signature free-jazz blast beats and crazy pitch-shifted female vocal growls. This split came out just in time for Violent Gorge and Archagathus to head to Japan to play some shows with Sete Star Sept this fall. Listen to the full Violent Gorge side below, and get the record quick through Mass Deadening.

Imaginez tout ce qui est censé endommager vos tympans, fondu et moulé pour en faire un vinyle. Le résultat serait semblable à ce disque de 5,5 pouces. La face de Violent Gorge, Rhinocerebal Stampede, est la combinaison de grind rapide, brut et dément, et d’intervalles noise dans le style râpeux de Merzbow. La face de Sete Star Sept, Victim of Capitalism, présente cinq courtes chansons dans leur style caractéristique d’explosions de rythmes free-jazz et de grognements féminins délirants variant en intensité. Ce split sort au bon moment, alors que Violent Gorge et Archagathus s’apprêtent à aller jouer quelques spectacles au Japon avec Sete Star Sept cet automne. Écoutez la face complète de Violent Gorge ici, et dépêchez-vous d’acheter le disque sur le site web de Mass Deadening.

Violent Gorge – Rhinocerebral Stampede

Sete Star Sept – Schizophrenia

New Canadiana :: Haunter – Rivers & Rust

Haunter - Rivers & Rust

Winnipeg’s Haunter spill over the brim of summer and flow onto the autumnal floor, bringing with them the vocal melodies and stirring chorus lines that run hot on the heels of college-era nostalgia. Stumbling home and scraping knees on sidewalks, they fall victim to the night and the resonance of prairie nocturnes comforting the desperate and lonely in their time of lunar-induced vulnerability. Rivers & Rust is the manifestation of this youthful and exuberant call to reckless abandon, anathema to the ecclesiastically ordained tenements of routine, order, and calculable action. This is all for the best, however, as Haunter embody the spirit of the memorable night, the stars overhead, the sound of voices on the breeze, and the tacit love that hangs between carefully chosen words whispered into strangers’ ears in dormitory hallways.

Haunter, de Winnipeg, se répandent par-dessus le bord de l’été et coulent sur le sol automnal, amenant avec eux des mélodies vocales et des refrains débordants qui pourchassent la nostalgie des années au collège. Trébuchant sur le chemin du retour et s’écorchant les genoux sur les trottoirs, ils sont victimes de la nuit et des tableaux nocturnes des Prairies qui réconfortent les âmes désespérées et solitaires dans leur vulnérabilité lunaire. Rivers & Rust est la manifestation de cet appel juvénile et exubérant à la témérité, anathème de la routine, de l’ordre et des gestes calculés ordonnés par le clergé. C’est pour le mieux, pourtant, puisque Haunter incarnent l’esprit d’une nuit inoubliable, avec les étoiles au-dessus de nos têtes, le son des voix portées par le vent, et l’amour implicite suspendu entre les mots soigneusement choisis, chuchotés aux oreilles d’étrangers dans les couloirs de dortoirs.

Haunter – July, 2005

Haunter – Assiniboine River

New Canadiana :: field //// – field ////

Weird_Canada-Field-Field

The matter of field //// is one of a boundless journey, once you subtract the quartet’s self-imposed limitations. On each of their “compositions,” instrument changes are predetermined to the second. Tone, technique and motifs are not. Soon, the four grown men of field //// (including members of Philia, Auntie Dada and Mahogany Frog) are flying and fooling alongside one another, collectively passing through the timer, never to return to the sonic combinations which made you wince or pause to deliberate. Projections of Charles Ives and AIDS Wolf watch overhead, detached. A performance of “Enfolded Origins” will never again have pulsing keys fading into deadened jungle drumming, but will always end with the buzzer at 16 minutes and 13 seconds, bringing the arranged freeform quartet back to earth and the big, open stages they often play.

La question de field //// en est une de voyage sans borne, une fois les limites auto-imposées par le quatuor retirées. Sur chacune de leurs « compositions », les changements d’instruments sont prédéterminés à la seconde près. La tonalité, la technique et les motifs ne le sont pas. Donc, rapidement, les quatre hommes de field //// (incluant des membres de Philia, Auntie Dada et Mahogany Frog) s’envolent et jouent l’un à côté de l’autre, passant collectivement le temps sans jamais retourner aux combinaisons sonores qui vous ont fait tressaillir ou arrêter pour réfléchir. Des manifestations de Charles Ives et de AIDS Wolf observent avec détachement. Une performance de « Enfolded Origins » n’aura jamais plus la pulsation des claviers qui se dissipent en laissant place aux rythmes tropicaux feutrés, mais se terminera toujours avec la sonnerie à 16 minutes 13 secondes, ramenant le quatuor de freeform arrangé sur terre, sur les grandes scènes ouvertes sur lesquelles ils se produisent souvent.

field //// – Frankenstein Movements

field //// – Untitled

New Canadiana :: The Bad Nerves – Alienate

Weird_Canada-The_Bad_Nerves-Alienate

Synth-punk trio the Bad Nerves can’t grok what the shit’s going on around them in this strange land, sending them headlong into a prolonged period of fear and a brutal disassociation with the human race. Watch them spaz out in anxious fits, crying to be accepted beyond this world. There aren’t any UFO synths sweeping within Alienate, but the trio’s phasers are set to induce helplessness, paranoia, and general chaos. Hold tight, because the Bad Nerves are on the attack until someone takes them home.

Bad Nerves, le trio de synthé-punk, ne catche vraiment pas ce qui se passe autour de lui en cette terre étrange, qui les fait plonger la tête la première dans une période prolongée de peur et une dissociation brutale avec la race humaine. Regarde-les péter leur coches dans des crises de nerfs, suppliant d’être acceptés dans l’autre-monde. Il n’y a aucun synthé-OVNI qui balaye Alienate, mais les phrasés du trio s’apprêtent à causer l’impotence, la paranoïa et le chaos général. Accroche-toi bien car les Bad Nerves sont au front attendant qu’on les ramène à la maison.

The Bad Nerves – Alienate

The Bad Nerves – I Wanna Live With The Aliens

New Canadiana :: The Girth – The Girth

Weird_Canada-The_Girth-The_Girth

Fronted by the absurd Steve Basham, The Girth can be considered amongst the best jokers, jesters, and harlequins. Well versed in the schools of pogo and proto, they warble through one non-sequitur after another—chased by the “Messy Man,” conversing with fish, or dealing with an outbreak of scabies. And the parts of their tunes that aren’t imagined (actually, the scabies outbreak was real) all coalesce into a whimsical and impassioned journey. Their armpits reek of art school funk, their notebooks are full of 4 a.m. observations, and their throats are sore from screaming along to one last side before the night’s gone bright again.

Piloté par l’absurde Steve Basham, The Girth compte parmi les meilleures troupes de blagueurs, de bouffons et d’arlequins. Versés dans les arts du pogo et du proto, ils bondissent d’une fausse conclusion à une autre, poursuivis par l’”Homme Désordonné”, en pleine discussion avec un poisson ou aux prises avec une épidémie de gale. Les parties de leurs chansons qui ne sont pas inventées (car il y a vraiment eu une épidémie de gale!) fusionnent toutes pour se transformer en une aventure exaltante et fantasque. Leurs aisselles suintent de funk d’école d’art, leurs cahiers de notes sont pleins d’observations faites à 4 heures du matin et leurs gorges sont endolories à force de s’époumoner sur ce dernier côté, avant que la nuit ne soit de nouveau éclairée.

The Girth – Scablues

The Girth – Messy Man