Tag: victoria

Cityscape :: Victoria

Cityscape :: VictoriaCithyscape :: Victoria

The backbeat of dark cobblestoned alleyways, the rugged shorelines of the mystic Pacific, the raindrops of 1862’s history, and the musical heterogeneity in the city’s nooks and crannies are a few of the reasons why Victoria is a poetic city. In an afternoon you can wander the dramatic and spacious streets, venture in and out of art galleries, thrift and record stores, cafes and venues, all while eating a fresh, caught-that-day fish taco. Youthful spirits and old souls of all sorts paint the rhythmic mountainous spaces. With the same entertainment of a metropolis, this little harbour city is accessible on foot or bike. You cannot resist Victoria’s small town community vibe, and will bump into someone you know, whether you want to or not! Listen to Darth Vader play violin, watch a man draw 18th century murals with sidewalk chalk, spark up a conversation with a stranger, try on costumes, or just simply throw bread at the seagulls; anything goes in Victoria. It’s a city that doesn’t discriminate, and there is something for everyone.

To only name a small few, here are some of my favourite scenes in Victoria.

 


Babysitter – Crace Mountain


Himalayan Bear – Hard Times


Freak Heat Waves – Nausea


David P. Smith – The Lonely Astronaut

 

THE FIFTY-FIFTY ARTS COLLECTIVE

50-50_Arts_Collective-web

The Fifty-Fifty Arts Collective is a non-profit, artist-run centre that provides a space and an opportunity for a variety of artists who have not yet been developed in the mainstream. This gem is managed by a small group of volunteers working extremely hard to promote the independent scene through their art gallery, film showings, and live performances as well as on and off-site events throughout the Victoria area. Fifty Fifty provides underground artists with an appropriate, affordable and endearing venue to showcase their talents. Check out their killer locally-induced compilation on bandcamp.

 

DITCH RECORDS & CDs

Ditch_Records-web

  • 784 Fort St.
  • Contact: 250-386-5874
  • (Wheelchair accessible, no stairs, LGBTQ friendly)
  • [Photo: Preacher Katie]

Ditch Records & CDs is an independent record store carrying used & new vinyl, CDs and DVDs. This narrow, cave-like shop is irresistible and stimulating even for those with the highest degrees of ADD, with unique music playing, poster-covered walls and endless tempting vinyl in well organized, homemade racks. Ditch offers a wide variety of the obscure with a knowledgeable, smiley staff. I challenge you to walk out of there without buying your favourite new record. A great supporter of the community’s arts scene, they offer consignment albums for local artists and tickets for live shows.

 

Talk’s Cheap // CAVITY Curiosity Shop

Cavity-Talks_Cheap-web

  • 556 B Pandora Ave.
  • Contact: 250-381-9857
  • (First floor is wheelchair accessible, stairs for second floor, LGBTQ friendly)
  • [Photo: Sara Hembree ]

Based downtown, Talk’s Cheap (downstairs) and CAVITY Curiosity Shop (upstairs) is Victoria’s most potent record store and pop culture galley. Covered in vintage movie posters, this two-leveled, intimately grunge store focuses mainly on punk, new wave, garage and power pop. If you’re looking for hard-to-find records, Talk’s Cheap will become your new locale. Make sure to check out the crates on the floor too, you might have to dig but you could find a record as low as $1 that will be worth your time. With an extensive selection of new and used records, cassettes, CDs, music books, underground comics, horror movies, t-shirts and pins, it will become evident why this record store is my favourite. I have yet to walk out of there without buying the record they were playing in-store. These gentlemen know what they’re doing. They have sharp online music reviews, a charismatic atmosphere, occasional live shows featuring local underground bands, plus limited edition prints and art. It’s a Weird Canadian’s dream.

 

THE DARK HORSE BOOKSTORE

Darkhorse_Bookstore-web

  • 623 Johnson St.
  • Contact: 250-386-8736
  • (Wheelchair accessible, no stairs, LGBTQ friendly)
  • [Photo: Preacher Katie]

The Dark Horse is Victoria’s most unique and magical new and used bookstore. The walls are illustrated in an array of literature, most of which specialize in occult, counterculture and subversive expertise. However, they do offer other genres. This wizardly emporium’s cynosure is hard-to-find books. They also offer a variety of metaphysical products including tarot cards, oracles, incense, wands, smudge sticks and jewelry. My favourite part is their diversified crystal collection and wooden circled sales table, which normally contains radical political compositions. The staff is knowledgeable and friendly, yet they keep their distance and allow endless wondering for those with restless souls (this comes easy in a store like Dark Horse). Often, this mystical shop will host local talent including music, educational workshops and psychic readings. Far from monotonous, this witch-like sliver in the wall is a must.

 

CAMAS BOOKSTORE

Camas_Bookstore-web

  • 2620 Quadra Street
  • Contact: 250-381-0585
  • (Wheelchair accessible, no stairs, LGBTQ friendly)
  • [Photo: Preacher Katie]

This collective is named in honour of the camas plant, which is cultivated and harvested as a root vegetable by the local Lekwungen people who were oppressed by European colonialism. Camas is far beyond a small bookstore. It is a volunteer-run space, which incorporates used books, artisan-produced items, free wi-fi, workshops, and guest speakers into an autonomous zone that favors anti-authoritarian and non-hierarchical activism. Through their distribution of radical publications and artwork, Camas advocates alternatives to all forms of exploitation. Inspiration and anarchist thoughts will creep your lingering cognition upon your first steps into this welcoming and warm environment. Stop by, say hi, read their bulletin board, use their internet, skim through their penetrating book selection or spark up a quixotic conversation with a fellow revolter. This community-orientated locale is worth a stop.

 

CORNER STONE CAFÉ

Corner_Stone_Cafe-web

  • 1301 Gladstone Ave
  • Contact: 250-381-1884
  • (Wheelchair accessible, no stairs, LGBTQ friendly)
  • [Photo: Preacher Katie]

Located in the trendy neighbourhood of Fernwood, Corner Stone Café is a social experience equipped with delicious local coffee. Hang out, meet your neighbours, access local information and events on their overwhelming bulletin board, listen to live music, and use their free wireless internet while eating their famous banana coconut chocolate chip bread! This progressive café not only provides an exciting atmosphere but also reinvests all of their income back into the neighbourhood through Fernwood’s Neighbourhood Resource Group’s programs and services. Plus, they produce nearly zero waste through their recycling and composting programs. Wednesday evenings feature bluegrass music, and Friday evenings are their open-mic nights.

 

RE-BAR

Re-Bar-web

  • 50 Bastion Square
  • Contact: 250-361-9223
  • (Possible wheelchair accessibility, stairs, LGBTQ friendly)
  • [Photo: Preacher Katie]

Re-Bar is a vegetarian restaurant that even meat lovers will enjoy! It is located near Bastion Square, which is where hangings used to occur, and some say this space is haunted. You will find Re-Bar at the end of a cobblestoned alley across from an Irish pub. Since 1988 this healthy, labour of love has been providing its customers with food and juices that are handmade with local ingredients in a trendsetting atmosphere. It’s a hip and busy place, so service can vary somewhat as a result, but that’s expected. However with a relaxed vibe, a touch of femininity, and unique décor, it is worth the wait. Re-Bar also has a vegetarian cookbook, which you can find directly through the restaurant itself here. Re-Bar’s coconut cream pie is my favourite to-go treat to eat down by the harbour, which is only a stone’s throw away from the restaurant. Dine in with the vibrant decor or enjoy a juice and snack on the salty docks by the ocean.

 

LOGAN’S PUB

Logans_Pub-web

  • 1821 Cook St, Victoria BC
  • Contact: 250-360-2711
  • (Wheelchair accessible, LGBTQ friendly)
  • [Photo: Preacher Katie]

Logan’s is by far my favourite entertainment space; it is Victoria’s best non-classy venue for live independent music. Its interesting mix of characters, dungeonous bathrooms and moderately priced drinks are guaranteed to erupt some chuckles. Hootenannys, which happen every Sunday from 4 to 9 pm, is where you will find talented local performers with a hint of some nutty screwball performances. Order their famous poutine with a pitcher, smoke a dart with friendly locals, and begin to embrace your bats in the belfry.

 

THE PATCH CLOTHING

The_Patch-web

  • 719 Yates Street
  • Contact: 250-384-7070
  • (Wheelchair accessible, LGBTQ Friendly)
  • [Photo: Preacher Katie]

If you’re looking for a kaleidoscopic experience with a matching appearance, then The Patch Clothing store is a timeless realm where you will spend the rest of your day. Shimmy shake while trying on high quality vintage, retro or contemporary finery to nostalgic tunes. Some items are priced more expensively and others are modest. Either way, try on some costumes with your friends or find your new go-to outfit for the month. Since 1995, The Patch Clothing has been dedicated to up-cycling for vintage appreciators. All demographics, styles and personalities wander in and out of The Patch. It can be overwhelming but if you appreciate treasures then you will relish in the endless racks.

 

BEACON HILL PARK

  • 100 Cook Street
  • Contact: (250) 361-0600

JOHNSON STREET BRIDGE

  • Johnson Street

CHRIST CHURCH CATHEDRAL / CEMETERY

Church-Last_Photo-web

  • Quadra St. and Rockland Ave.
  • Contact: 250-383-2714
  • (Wheelchair accessible, stairs, LGBTQ Friendly)
  • [Photos: Preacher Katie]

Don’t want to spend money? Unlike some cities, Victoria can be entertaining even with a hole in your pocket. Beacon Hill Park is located close to downtown, so take a stroll along the ocean or through the streams, gardens and goat petting area.

Johnson Street Bridge is not as hard to conquer as one might think. Unfortunately, this bridge is being demolished within the year. Normally climbing this bridge is a secret, but the secret is out! The view from the top needs to be fancied while it is still standing. It is a high climb and can be slippery when wet. Obviously don’t be an idiot, but it is the best view of Victoria you can get. You will be surrounded by the ocean and city, plus a clear view of the mountains. The bridge is accessible from the public walkway, and there is a metal sheet over the steps, but if you hold on to the railings then you can wiggle your way up. Don’t look suspicious; just own it and nobody will notice.

The cemetery and church located on Quadra St. and Rockland Avenue. (close to downtown) is surrounded by tired trees and tombstones. Take a silent break from your day and walk around in the eerie hallways and pews of the church. Stained glass envelops you, and the high, ancient ceilings will make you realize the insignificance of your troubles. After, take a stroll in the little park/cemetery located beside the church. It is filled with characters and stories; this space will reveal some of Victoria’s secrets.

Les échos des ruelles pavées de noir, les rivages escarpés du mystique Pacifique, les gouttelettes historiques de 1862 et l’hétérogénéité musicale de chaque coin et recoin de la ville ne sont que quelques raisons qui font de Victoria une ville si poétique. En un après-midi, il est possible de flâner à travers les larges rues aux accents dramatiques, d’aller et venir entre galeries d’art, friperies, magasins de disques, cafés et salles de spectacles, et tout cela en dégustant un taco de poisson, pêché le jour même. Les jeunes esprits comme les vieilles âmes de toutes sortes peignent la beauté mythique de ses espaces montagneux. Bien qu’elle comporte tout le brouhaha culturel d’une grande ville, Victoria est accessible à pied ou en vélo. Il est difficile de résister à son atmosphère de petite communauté; vous croiserez immanquablement quelqu’un que vous connaissez! Écoutez Darth Vader jouer du violon, regardez un homme dessiner des murales du XVIIIe siècle avec de la craie, déclenchez une conversation avec un étranger, essayez des costumes ou donnez simplement du pain à des goélands; tout est possible à Victoria. C’est une ville qui ne discrimine pas et où il y a quelque chose pour tous.

En n’en nommant que quelques-uns, voici mes lieux favoris à Victoria.

 


Babysitter – Crace Mountain


Himalayan Bear – Hard Times


Freak Heat Waves – Nausea


David P. Smith – The Lonely Astronaut

 

THE FIFTY-FIFTY ARTS COLLECTIVE

50-50_Arts_Collective-web

Le collectif artistique Fifty-Fifty est un organisme à but non lucratif, géré par les artistes, qui a pour mission de fournir un espace et l’opportunité d’une variété d’artistes marginaux. Ce joyau est géré par un petit groupe de bénévoles qui travaillent extrêmement fort pour promouvoir la scène indépendante, et ce, avec leur galerie d’art, la projection de films ainsi que des performances live, en plus de présenter des évènements ailleurs à Victoria. Fifty-Fifty offre aux artistes marginaux un endroit abordable, approprié et plaisant où présenter leur talent. Écoutez cette compil locale déchaînée sur bandcamp.

 

DITCH RECORDS & CDs

Ditch_Records-web

  • 784 rue Fort
  • Contact: 250-386-5874
  • (Les gens s’identifiant comme LGBTQ sont bienvenus. Accessible en fauteuil roulant.)
  • [Photo: Preacher Katie]

Ditch Records & CDs est un magasin de disques indépendant spécialisé dans les disques vinyles, les disques compacts et les DVDs, nouveaux et usagés. Cet étroit commerce à l’effet caverneux est à la fois charmant et stimulant même pour les gens intensément atteints de déficit de l’attention; on y joue toujours de la musique unique, les murs y sont couverts d’affiches et les vinyles sont infiniment tentants, si bien organisés dans leurs présentoirs faits maison. Ditch offre une immense sélection de trucs obscurs et ses employés sont souriants et connaisseurs. Je vous mets au défi de sortir de là sans acheter votre nouveau disque favori. L’établissement est un supporteur de la communauté artistique locale; il prend les albums d’artistes locaux en consignes et vend des billets de spectacles.

 

Talk’s Cheap // CAVITY Curiosity Shop

Cavity-Talks_Cheap-web

  • 556 B Pandora Ave.
  • Contact: 250-381-9857
  • (Les gens s’identifiant comme LGBTQ sont bienvenus. Le premier étage est accessible en fauteuil roulant.)
  • [Photo: Sara Hembree ]

Ayant pignon sur rue au centre-ville, Talk’s Cheap (en bas) et CAVITY Curiosity Shop (en haut) est un pilier puissant de la culture pop de Victoria. Les murs couverts de posters de vieux films, ce magasin de deux étages intimement grunge se concentre principalement sur la musique punk, new wave, garage et power pop. Si vous cherchez des albums difficiles à trouver, Talk’s Cheap deviendra rapidement votre endroit favori. Prenez le temps de faire le tour des bacs de disques sur le plancher; vous aurez besoin de fouiller mais vous trouverez quelque chose à votre goût pour seulement 1$. Avec une sélection étendue de disques neufs et usagés, de cassettes, de CDs, de livres sur la musique, de bandes dessinées, de films d’horreur, de t-shirts et de pins, il deviendra sans doute votre nouvel endroit favori. Je n’ai pas encore réussi à en sortir sans acheter l’album qui jouait en magasin. Ces gens savent ce qu’ils font. Ils partagent d’intelligentes critiques d’albums en ligne, l’atmosphère de l’endroit est charismatique, ils présentent des concerts de groupes locaux en boutique en plus d’avoir des affiches et des pièces d’art en édition limitée. C’est un rêve inspiré de Weird Canada.

 

THE DARK HORSE BOOKSTORE

Darkhorse_Bookstore-web

  • 623 Johnson St.
  • Contact: 250-386-8736
  • (Les gens s’identifiant comme LGBTQ sont bienvenus. Accessible en fauteuil roulant.)
  • [Photo: Preacher Katie]

The Dark Horse est le plus unique et le plus magique de tous les magasins de livres neufs et usagés de Victoria. Les murs illustrent un immense tableau littéraire principalement spécialisé dans l’occulte, la culture marginale et l’expertise subversive. Il propose aussi d’autres genres. Le point de mire de cet ensorcelant emporium est la sélection de livres rares. Il offre aussi une sélection de produits métaphysiques: des cartes de tarots et d’oracles, de l’encens, des baguettes magiques et des bijoux. Ma partie favorite est la collection diversifiée de cristaux et la table de vente en bois sur laquelle repose habituellement des zines politiques radicaux. Les employés sont connaisseurs et amicaux, mais ils gardent quand même leurs distances et permettent à toutes ses âmes agitées (elles sont communes au Dark Horse) d’errer sans fin. Souvent, ce commerce mystique offre des activités; des musiciens locaux, des ateliers éducatifs et des lectures psychiques. Loin d’être monotone, ce coin un peu sorcier est un impératif.

 

CAMAS BOOKSTORE

Camas_Bookstore-web

  • 2620 Quadra Street
  • Contact: 250-381-0585
  • (Les gens s’identifiant comme LGBTQ sont bienvenus. Accessible en fauteuil roulant.)
  • [Photo: Preacher Katie]

Ce collectif fut nommé en l’honneur de la plante Camas qui est cultivée et récoltée comme un légume-racine par le peuple local Lekwungen, jadis opprimé par le colonialisme européen. Camas est beaucoup plus qu’une librairie. C’est un espace géré par des bénévoles qui incorpore livres usagés, items fabriqués par des artisans, wi-fi gratuit, ateliers et conférenciers, le tout dans une zone autonome qui favorise l’activisme non hiérarchique et antiautoritaire. Grâce à la distribution de publications et de pièces d’art radicales, Camas propose et soutient des solutions de remplacement pour toutes formes d’exploitations. L’inspiration et les pensées anarchistes s’immisceront dans votre tête dès vos premiers moments passés dans ce lieu invitant et chaleureux. Arrêtez dire bonjour, lire le babillard, utiliser l’internet, faire le tour de la collection pénétrante de livres ou avoir une conversation chimérique avec un autre révolutionnaire. Ce lieu orienté vers la communauté vaut la peine.

 

CORNER STONE CAFÉ

Corner_Stone_Cafe-web

  • 1301 Gladstone Ave
  • Contact: 250-381-1884
  • (Les gens s’identifiant comme LGBTQ sont bienvenus. Accessible en fauteuil roulant.)
  • [Photo: Preacher Katie]

Situé dans le quartier en vogue de Fernwood, le Corner Store Café est une expérience sociale agrémentée de café local délicieux. Venez y relaxer, rencontrer vos voisins, consulter l’immense babillard rempli d’informations et d’évènements locaux, écouter des gens jouer de la musique et utiliser l’internet gratuitement, tout ça pendant que vous dégustez un fameux pain banane-chocolat-noix de coco! Ce café alternatif offre non seulement une ambiance excitante, mais il réinvestit aussi tous ses profits au voisinage dans les programmes et services de Fernwood’s Neighbourhood Resource Group. Aussi, il ne produit presque aucun déchet grâce à son programme de recyclage et de compostage. Le mercredi soir est une soirée Bluegrass et le vendredi soir, c’est la scène libre.

 

RE-BAR

Re-Bar-web

  • 50 Bastion Square
  • Contact: 250-361-9223
  • (Les gens s’identifiant comme LGBTQ sont bienvenus. Accès possible en fauteuil roulant, il y a quelques marches.)
  • [Photo: Preacher Katie]

Re-Bar est un restaurant végétarien qui plaira même aux carnivores! Il est situé près de Bastion Square, où auparavant, avaient lieu les pendaisons et certains pensent que l’endroit est hanté. Vous trouverez Re-Bar au bout d’une petite rue pavée de pierres, en face d’un pub irlandais. Depuis 1988, ce sain labeur plein d’amour offre à ses clients de la nourriture et des jus faits à la main avec des ingrédients locaux, le tout dans un environnement avant-gardiste. C’est une place à la mode et très occupée, alors le service peut s’en faire ressentir, mais on s’y en attend. Par contre, son ambiance détendue, son décor unique et sa touche féminine valent la peine. Re-bar a aussi produit son livre de recettes végétarien. Vous pouvez le trouver directement sur le site du restaurant. Leur tarte crème et noix de coco est un délice indétrônable à déguster près du port situé juste à quelques pas. Soupez dans la salle à manger parmi le décor vibrant ou apportez un jus et une collation sur les quais au bord de l’océan.

 

LOGAN’S PUB

Logans_Pub-web

  • 1821 Cook Street
  • Contact: 250-360-2711
  • (Les gens s’identifiant comme LGBTQ sont bienvenus. Accessible en fauteuil roulant.)
  • [Photo: Preacher Katie]

Ce pub est de loin mon lieu de divertissement favori: c’est le meilleur endroit alternatif pour écouter de la musique indépendante à Victoria. Son mélange intéressant de personnages, ses toilettes similaires à des donjons et ses boissons à prix modiques vous garantissent quelques rires. Lors de la soirée Hootenannys, qui a lieu chaque dimanche de 16h à 21h, vous découvrirez les performances de talents locaux avec un brin de trucs déjantés. Commandez sa célèbre poutine avec un pichet, jouez aux dards avec des habitués et acceptez avec plaisir votre petit côté cinglé!

 

THE PATCH CLOTHING

The_Patch-web

  • 719 Yates Street
  • Contact: 250-384-7070
  • (Les gens s’identifiant comme LGBTQ sont bienvenus. Accessible en fauteuil roulant.)
  • [Photo: Preacher Katie]

Si vous êtes à la recherche d’une expérience kaléidoscopique avec une apparence aussi colorée, alors le magasin The Patch Clothing deviendra un espace où le temps est oublié et où vous passerez le reste de votre journée. Vous danserez sur des tubes rétro tout en essayant des vêtements vintage de qualité datant de la même époque. Certains articles sont plutôt chers mais d’autres le sont moins. Quoi qu’il en soit, essayez-y des costumes avec vos amis et dénichez votre nouvel ensemble favori du mois. Depuis 1995, The Patch Clothing se dévoue au « up-cycling » des vêtements usagés. Des gens de partout, de tous les styles et de toutes les personnalités aiment vagabonder dans le Patch. L’expérience peut sembler accablante, mais si vous appréciez les trésors, vous savourerez les allées sans fin.

 

BEACON HILL PARK

  • 100 Cook Street
  • Contact: 250-361-0600

JOHNSON STREET BRIDGE

  • Johnson Street

L’ÉGLISE ET SON CIMETIÈRE

Church-Last_Photo-web

  • Quadra Street et Rockland Ave.
  • Contact: 250-383-2714
  • (Les gens s’identifiant comme LGBTQ sont bienvenus. Marches par endroits. Accessible en fauteuil roulant.)
  • [Photo: Preacher Katie]

Pas envie de dépenser de sous? Contrairement à certaines villes, Victoria peut être divertissante malgré des poches vides. Le parc Beacon Hill est situé près du centre-ville; faites une promenade sur le bord de l’océan ou des canaux, à travers les jardins et près de la petite ferme de chèvres.

Le pont de Johnson Street n’est pas si difficile à escalader qu’on pourrait le penser. Malheureusement, il sera démoli cette année. Habituellement, escalader ce pont est un secret, mais plus maintenant! La vue du sommet a besoin d’être appréciée pendant que c’est encore possible. C’est une longue escalade qui peut être glissante quand elle est mouillée. Évidemment, ne soyez pas idiots, mais c’est la plus belle vue que vous pouvez trouver à Victoria. Vous serez entourés de l’océan et de la ville en plus d’avoir une vue très claire des montagnes. Le pont est accessible à partir de la promenade et il y a une petite clôture en métal devant les marches, mais si vous vous faufilez un peu, vous les atteindrez. N’ayez pas l’air suspicieux; faites comme si de rien n’était et personne ne vous remarquera.

Le cimetière et l’église situés au coin de la rue Quadra et de l’avenue Rockland (près du centre-ville) sont entourés d’arbres fatigués et de vieilles pierres tombales. Prenez une pause de tranquillité et errez à travers les étranges couloirs et bancs de l’église. Les vitraux vous envelopperont et les anciens plafonds majestueux vous feront réaliser l’insignifiance de vos soucis. Ensuite, faites une promenade dans le petit parc/cimetière derrière l’église. Il est rempli de personnages et d’histoire; cet endroit vous révélera quelques-uns des secrets de Victoria.

New Canadiana :: Cosy Father – Loser Birds

cosy_father-loser_birds-web

The debut release on Victoria’s Hot Hand Cold Hand label is the warm morning migrating through night-washed hallways. Draped in soft timbres and the gentle whisper of time speaking with itself, Cosy Father pulls gently at the frayed fibers of wool blankets knitted by aged and calloused hands. Its dusty affectations slip through the cracks between attic floorboards, salting the cyclic impressions of footprints embedded in the freckled ground below. These are minimalist lamentations for the close-cornered conversations between past personages astrally projected into syntax. The verses rain down from the cumulous wordcloud of Elizabeth McArthur, as she delivers parables of that which goes on and on. And it is here, at this delicate juncture of pastism dredged from the depths of poignant recollection, that Loser Birds exists as a remedy for sorrowful remembrances and sleepless nights of the phantom phrasings, fleeting footsteps on solemn shores.

Le premier disque sorti sur le label Hot Hand Cold Hand de Victoria est le matin chaud qui emprunte les corridors lavés par la nuit. Drapé de timbres doux, le délicat chuchotement du temps se parlant à lui-même, Cosy Father tire doucement sur les fibres effilochées de couvertures de laine tricotées par des mains vieilles et calleuses. Ses affectations poussiéreuses se faufilent à travers les lames du plancher du grenier, saupoudrant les impressions cycliques des traces de pas incrustées dans le sol en dessous. Ce sont des lamentations minimalistes pour les conversations à huis clos entre d’anciens personnages qui auraient été projetés astralement dans la syntaxe. Les couplets se déversent du cumulus de mots d’Elizabeth McArthur, alors qu’inlassablement, elle nous livre ses paraboles. Et c’est là, à ce point de jonction délicat du passéisme déterré des profondeurs d’un souvenir poignant, que Loser Birds surgit tel un remède aux commémorations tristes et aux nuits d’insomnie des formulations fantômes, traces de pas furtives sur des rivages solennels.

Cosy Father – Loser Birds I

Cosy Father – Dream

New Canadiana :: Fountain – Fountain

Fountain - Fountain

There’s no shortage of influences when you first crack open the music of Fountain. That isn’t surprising given that half the band members were raised by the kind of dude that had the guts to recently open a record shop in Kelowna, BC. The spiking duo of guitar lines recall Calgary legends Women. The low-toned vocal wash was clearly picked up from a summer of deafening exposure to Copenhagen’s finest noise-punks Iceage. But there’s also an island-life-inspired lightness that separates this band’s twisted tunes.

Assembled as Fountain, they’ve been tight and raucous since their amps first warmed up. This quartet who are usually all smiles and wylin’ out have some loud and lengthy lineage in Victoria. Their debut release demonstrates how a perfectionist approach can really float the tone above its own noise. The dual guitars howl like wild hounds left out in the backyard. The vocals have that same dragging and raspy drawl as a rough morning’s first dialogue. The bass and drum lines are the sleek sweeps that usher the frenetic thrash forward. This 20-minute collection of jams feels responsible for maintaining the momentum of the earth’s constant rotation.

Les influences de Fountain sont faciles à reconnaître dès la première écoute, ce qui n’est pas si surprenant quand on sait que la moitié du groupe a été élevée par le genre de gars qui a récemment eu le courage d’ouvrir une boutique de disques à Kelowna, BC. Les guitares angulaires en duo rappellent les légendaires Women de Calgary et les rafales de voix basse laissent supposer un été assourdissant passé à écouter les meilleurs noise-punks de Copenhague, Iceage. Les chansons tordues du groupe se démarquent cependant par une légèreté inspirée par la vie insulaire.

Fountain font du tapage avec précision depuis leur premier souffle, mais le quatuor, charmeur et souriant, est issu d’une lignée longue et bruyante. L’approche perfectionniste du groupe porte fruit sur cette première galette où les mélodies se distinguent sans effort du bruit qui les

Fountain – Jesus ’99

Fountain – New Age Prices

FountainCDR-web

New Canadiana :: Hutch – Happy Nights & Lonely Days

Hutch - Happy Days & Lonely NightsHutch-happy_days_and_lonely_nights-web-thumb

Hutch, the creative outlet for brothers Lucas and Jesse Henderson, embodies the poetically transformative West Coast. Spruce trees and salt air the smells of compromise; the poetics of leaving and having been left buoyed by a soft acoustic instrumentation that carries the hushed heaviness of arboreal storytelling through the damp thickness of the Pacific’s caterwauling. Happy Nights & Lonely Days spurns the eternal slow-dance between our having and wanting, hubris and piety juxtaposed as the colours of our yesterdays; we, aiming to sever our heartstrings from their callous confines. But there exists a waveringly succinct hopefulness in the timbre of Lucas Henderson’s voice, as if these songs are whispered apologies to the past in the presence of the here and now; temporal confessions and proclamations through tins cans attached by worn string, circumventing a distance and establishing a fleeting contact with all that we have done and will do differently.

Hutch, la forme d’expression créative des frères Lucas et Jesse Henderson, incarne la côte Ouest en pleine transformation poétique. Ici, les épinettes et les embruns ont l’odeur du compromis; le sentiment poétique de laisser et d’être laissé flottant au milieu d’une douce musique instrumentale acoustique qui transporte la pesanteur feutrée du récit arborescent à travers l’épaisseur moite des miaulements du Pacifique. Happy Nights & Lonely Days repousse le lent va-et-vient éternel entre notre désir d’avoir et de vouloir, orgueil et piété juxtaposés comme les couleurs des jours passés alors que nous aspirons à dissocier nos cordes sensibles de leurs confins impitoyables. Mais il y a dans le timbre de la voix de Lucas Henderson un espoir succinct et vacillant, comme si ces chansons étaient des excuses chuchotées au passé ici et maintenant; des confessions et des proclamations temporelles faites au moyen de boîtes en fer-blanc reliées par des ficelles usées, contournant la distance et établissant un contact fugace avec tout ce que nous avons accompli et ce que nous ferons différemment.

Hutch – Devil Take Tomorrow

Hutch – Between Bottles

Video :: Babysitter – “Cemetary House” [Dir. Phil Osborne]

Babysitter - "Cemetary House" [Dir. Phil Osborne]

How quickly does the phrase ‘face-melting’ come to mind when you hear cuts from Babysitter? For the song “Cemetary House”, which appears on both Tape 666 and the Monster Treasure split, Ottawa-based artist Phil “Uncle Phil” Osborne has sculpted and layered a video that aesthetically emulates these shredders’ ability to mush your mind. That mask is probably what you looked like the first time you saw Babysitter live.

À quelle vitesse est-ce que l’expression « face-melting » vient à l’esprit, lors de l’écoute d’extraits sonores de Babysitter ? Pour la chanson « Cemetary House », qui apparaît sur Tape 666 ainsi que sur le split Monster Treasure, Phil « Uncle Phil » Osborne, artiste établi à Ottawa, a sculpté et superposé en strates d’images une vidéo dont l’esthétique imite l’aptitude de ces destructeurs de son à mettre votre esprit en bouillie. Ce masque est probablement ce à quoi vous ressembliez après votre première présence à un show de Babysitter.

New Canadiana :: JLK & Babysitter – II

JLK & Babysitter - II

JLK & Babysitter’s second collaborative release is every bit as gleeful as their first outing. This cassette documents the Victorian trio’s trip down the rabbit hole as they and Jane L. Kasowicz wiled away a productive unofficial 2013 Montreal summer residency bein’ illegal and developing a third eye revision of their sound. If previous releases showed off the group’s lurching Bonehead Crushin’ chops, even during the most song-oriented moments (“Super highway”, “Fur rust ray shone”), II appears to hitch that vibe onto the cracked avant-garage of more emotionally-varied no-fi psych like Photograph Burns or, even more accurately, Cyborgs Revisited.

The rarest hear-it-to-believe-it takes, for my money, are on the spookier end of the affair. Here, JLK’s voice is a standout: a downright chilling presence over the percussion-led unmade monster movie soundtrack “Humans are hard” or in her disembodied blues vocalizations on the way-gone lunar boogie of “A homeless man kissed my face”. And finally, recalling the Haino / Fushitsusha school of world-embracing psych, the twin weepy balladeering guitars of album closer “All saints down” tunnel like two divining rods towards eerie, dizzying six-string excess. Nothing is left in its wake but the hope they’ve got their own Double Live in the works. Already sold out at the source, so look out for the upcoming reissue courtesy of Pleasence.

La deuxième collaboration entre JLK et Babysitter s’avère tout aussi jubilatoire que leur première. Cette cassette documente le périple du trio de Victoria jusqu’au fond du terrier du lapin, à l’occasion d’une résidence estivale non officielle d’une prodigieuse productivité à Montréal; en compagnie de Jane L. Kasowicz, les garçons se sont complus gaiement dans l’illégalité tout en révisant leur son à partir d’un tout nouveau troisième oeil. Si leurs parutions précédentes nous ont montré toute la brusquerie de leurs riffs à la Bonehead Crushers, II emboîte le pas (même durant les moments mélodiques de « Super Highway » et de « Fur rust ray shone ») et s’aventure sur les routes rocailleuses avant-garage au dénivelé émotionnel prononcé du no-fi psychédélique de Photograph Burns ou encore plus précisément de Cyborgs Revisited.

À mon avis, les morceaux qu’il faut entendre pour le croire se retrouvent du côté obscur de cette galette. La voix de JLK y est époustouflante : une présence à vous glacer le sang qui flotte sur la trame sonore percussive du film de monstres jamais tourné « Humans are hard » ou encore ces vocalisations blues désincarnées sur le [boogie lunaire] anémique de « A homeless man kissed my face ». Et pour finir, rappelant l’école psychédélique universelle de Haino/Fushitsusha, les guitares jumelles larmoyantes de la ballade ultime, « All saints down », s’élancent comme deux baguettes de sourcier vers un débordement étourdissant et effrayant de six cordes. Rien ne survit à cette éruption, sauf l’espoir qu’un Double Live soit en cours de production. Le tirage initial s’étant déjà écoulé, gardez l’oeil pour la réédition à venir sur Pleasence.

JLK & Babysitter – Super Highway

JLK & Babysitter – All Saints Down

New Canadiana :: The Holy Mountain Analog Band – The Return To Lonely Mountain

The Holy Mountain Analog Band - The Return To Lonely Mountain

Somewhere along the path to Lonely Mountain, the Holy Mountain Analog Band found themselves trapped and blinded in the haze of their harrowing ascent to the summit of these tectonic tales. This Lonely Mountain, this monster riding the abridged back of the horizon, stabs its vitrified solemnity through the stomach and out the back of the loosely hanging clouds above. These fragile escarpments, these songs of stone and glass, these winding sojourns through the rough and the wild, emerge undaunted by their barometic upthrusts. What are these nomads of the travelling heart returning to? What have they left behind? So much remains unanswered by these parables of soft travels through rolling divides. That their folk could be so lachrymose yet so palpably optimistic makes this ascent to the Mountain’s balding head instantly nostalgic; nomadic folk for the helplessly landlocked.

Quelque part sur le chemin de Lonely Mountain, le Holy Mountain Analog Band s’est retrouvé piégé et aveuglé par la brume de sa poignante ascension vers le sommet de ces contes tectoniques. Cette Lonely Mountain, ce monstre chevauchant le dos abrégé de l’horizon, poignarde sa solennité vitrifiée dans l’estomac et ressort par le dos des nuages accrochés nonchalamment au-dessus. Ces escarpements fragiles, ces chansons de pierre et de verre, ces séjours sinueux dans le rude et le sauvage, émergent vaillamment par leurs sursauts baromètriques. Où retournent donc ces nomades au coeur voyageur ? Que laissent-ils derrière eux? Tant de choses restent sans réponses par ces paraboles de voyage doux à travers des divisions roulantes. Que leur peuple puisse être si morne et pourtant si manifestement optimiste rend cette ascension vers le sommet dégarni de la Montagne instantanément nostalgique; peuple nomade pour les désespérés enclavés.

The Holy Mountain Analog Band – Return to Lonely Mountain

The Holy Mountain Analog Band – The Cheerup Boy

HolyMountainSleeveArt-web

Video :: Iceberg Ferg – I Wanna Go Home [Zilla]

Iceberg Ferg - I Wanna Go Home [Dir. Zilla]Iceberg Ferg - I Wanna Go Home (Thumb)

The geographical art-attack that is the video for Iceberg Ferg’s “I Wanna Go Home” finds his feline friend all over the world in the span of three minutes. Carefully guided by a flurry of colourful cut-out shapes that form the very foundation, Socks (the cat) skips, glides and dances on. These stop-animated landscapes change at the blink of an eye, making this rad kitty’s never-ending quest for milk and cuddles all the more exciting.

L’assaut géo-artistique qu’est le vidéo d’Iceberg Ferg pour « I Wanna Go Home » suit un sympathique félin qui fait le tour du monde en trois petites minutes. Guidé patiemment par un florilège de formes découpées et colorées, Socks (le chat) bondit, glisse et se dandine. Les paysages animés qui se transforment en un clin d’oeil rendent le périple éternel de ce minou en quête de lait et de caresses d’autant plus excitant.

New Canadiana :: Manitoulin – Manitoulin

Manitoulin - Manitoulin

Manitoulin is both context and content, a release inspired by scenic landscapes that in turn evokes mental images of what inspired its creation. As you listen, imagine stretches of highway winding through rolling fields and towering mountains (see the description on Manitoulin’s bandcamp page). Framing music as a means of expression intimately connected to its surroundings, Manitoulin’s Greg Atkinson has found us at our most poignant core: meaning-oriented beings searching for the meaning in our being. As much as it’s a product of subjective experience, the inspiration behind this release is tantamount to the fundamental nature of our creative consciousness: finding meaning in the ways that we interact with our environment, with others, and with ourselves. At its surface, this is electronic music, but at its core, this is an inspired recasting of life’s experiences in a sound all their own.

Manitoulin est à la fois le contexte et le contenu, un album inspiré par des paysages pittoresques qui évoque des images mentales de ce qui a inspiré sa création. Lorsque vous l’écoutez, imaginez des portions d’autoroutes qui serpentent à travers des champs vallonnés et des montagnes immenses (voir la description sur la page Bandcamp de Manitoulin). Présentant la musique comme un moyen d’expression intimement lié à l’environnement qui l’entoure, Greg Atkinson de Manitoulin nous expose de façon poignante en tant qu’êtres axés sur le sens, cherchant la signification de notre existence. Même s’il s’agit d’un produit de l’expérience personnelle, l’inspiration derrière cet album est équivalente à la nature fondamentale de notre conscience créative : trouver un sens dans notre façon d’intéragir avec notre environnement, les autres et nous-mêmes. C’est de la musique électronique en surface, mais son essence est une reformulation inspirée du vécu dans un son bien particulier.

Manitoulin – 3n(n-1)+1

Manitoulin – Oceans

Cameo :: Kristian North on Cleopatra and the Nile – Nightmare Tropics

Kristian North (Babysitter) on Cleopatra and the Nile - Nightmare Tropics

Cleopatra and the Nile is not a new band. They’ve been donning bejeweled turbans and creating haunted soundtracks to film projections for at least five years (if my damaged memory serves me). Nightmare Tropics, recorded live to tape at the Roxy Theatre, is the first release and it shreds like a monkey with a razorblade. Paul Pedrosa plays synths, bass, drum machines and always drives rad cars. Sarah Murphy plays the theremin all calm and cool with amazing technique (if you’ve ever waved yer hand in front of one of these things you know it’s not the easiest instrument). Together they make music that’s refreshingly organic in a genre that’s moved so heavily towards laptops and all that man or machine shit. Dang-a-lang do they got style. When they play the anthemic Lil Wayne cum John Carpenter opening track “Dracula’s Diamonds” live Paul runs his pre-recorded, Auto-Tuned vocals through the sampler and just plays the bass in his sweet getup, all dreaaamy. “Beach Gems” stalks you like a faceless serial killer in an attic and “Forest Pop” explodes like ballerinas falling through stained glass windows. Shades of hip-hop, science fiction, ambient noise, dated futures, Giallo, alien funk, neon lit diners, and every imaginary film playing inside yer head. xo.

Kristian North is the lead shredder in Victoria’s Babysitter. Join their revolution by catching them on their infinite tour.

Cleopatra and the Nile n’est pas un nouveau groupe. Ses membres ont porté des turbans décorés de joyaux et ont créé des bandes sonores hantées pour des projections de films pendant au moins cinq ans (si ma mémoire endommagée est bonne). Nightmare Tropics, leur premier album, a été enregistré en direct sur bande au Roxy Theatre, et déchire comme un singe avec une lame de rasoir. Paul Pedrosa joue du synthétiseur, de la basse et de la boîte à rythme, et conduit toujours des voitures formidables. Sarah Murphy joue du thérémine et reste de marbre, en jouant avec une technique incroyable (si vous avez déjà essayé, vous savez que ce n’est pas l’instrument le plus facile à jouer). Ensemble, ils font de la musique agréablement organique dans un genre qui est devenu énormément axé sur les ordinateurs portables et dont on se demande toujours s’il est produit par un homme ou par une machine. Ils ont un style fou lorsqu’ils jouent le morceau d’ouverture en spectacle, une hymne qui rappelle à la fois Lil Wayne et John Carpenter, intitulée « Dracula’s Diamonds » : Paul fait jouer un pré-enregistrement de sa voix passée à l’Auto-Tune à travers l’échantillonneur, et joue simplement de la basse dans sa belle tenue, en nous faisant rêver. « Beach Gems » vous traque comme un tueur en série sans visage dans un grenier; et « Forest Pop » explose comme des ballerines qui tombent à travers des vitraux. Nuances de hip-hop, science-fiction,noise ambiant, futurs démodés, Giallo, funk extraterrestre, soupers aux néons…tous les films imaginaires jouent dans votre tête. xo.


Kristian North est le guitariste solo du groupe Babysitter, de Victoria. Joignez-vous à leur révolution en allant les voir en tournée.

Cleopatra and the Nile – Boom Box

Cleopatra and the Nile – Beach Gems