Tag: rock

New Canadiana :: Baked Goods – The Bastard

Baked Goods - The Bastard-web

Getting something of substance across with limited materials seems to be a hallmark of Baked Goods. Their latest release is a stripped-down, bluesy affair with the ambience, loops and effects of previous releases taking a back seat to more structured, gritty rock and roll reverie. The Bastard tells tales of wear and tear, bringing listeners into a world where love is not what it seems. Pop sensibilities left in the street for passers-by, only to be found again — weathered but still working — are all over this tape.

Créer quelque chose de substantifique à partir de peu de matière semble être la marque de commerce de Baked Goods. Leur dernier album est une aventure bluesy dépouillée qui fait passer l’ambiance, les loops et autres effets conjurés sur les précédents efforts sur la banquette arrière à la faveur d’une rêverie rock n’ roll rauque plus structurée. The Bastard raconte l’usure et la fatigue, invite l’auditeur dans un monde où l’amour est faux-semblant. Cette cassette est traversée d’une sensibilité pop laissée à l’abandon en pleine rue, érodée mais toujours agissante, attendant d’être retrouvée par un passant.


Baked Goods – Holy Ghost


Baked Goods – Dyin’

Video :: Dog Day – “In Another Life” [Dir. Seth Smith]

Dog Day - "In Another Life" [Dir. Seth Smith]

Seth and Nancy’s particularly adventurous, superstar pup Woofy is front and centre in this cute dog video made for “In Another Life.” The roaming rock ’n’ roll track is fresh off their 2013 album Fade Out. Acid aesthetics give the majestic landscape in the video a certain surreal feel. The visuals lend themselves to a hypnagogic atmosphere that is typical of director Seth Smith. The melancholic rock riffs and longing vocals play perfectly with entrancing imagery resulting in a complete dream drenched package.

Woofy, le chien particulièrement aventureux de Seth et Nancy, est la vedette de ce vidéo de chien mignon tourné pour « In Another Life ». Cette chanson de rock ’n’ roll déferlant est fraîchement tirée de leur album Fade Out, paru en 2013. L’esthétique acide du vidéo donne au paysage majestueux une certaine touche surréaliste. L’imagerie se prête à une atmosphère hypnagogique, typique du réalisateur Seth Smith. Ces images envoûtantes s’agencent parfaitement avec les riffs de rock mélancolique et les chants nostalgiques, le résultat étant tout entier imbibé de rêve.

New Canadiana :: Eating Out – Burn

Eating Out - Burn

Supergroup is a funny word. It summons visions of older men in sharp hats, or maybe younger men in eyeliner. Eating Out is a supergroup in that it features four punx from three super bands, but there is not a shred of ego heard in the music, nor a single note wasted. The songs on Burn sparkle and crunch like a smashed bottle on pavement darkened by West Coast cloudbursts. And then the closer, “That’s My Man,” is a ghostly-winsome grunge-pop dream. 100% fun.

Le terme « supergroupe » est amusant. Il rassemble les visions de vieux hommes portant d’élégants chapeaux, ou peut-être d’hommes plus jeunes portant du eye-liner. Eating Out est un supergroupe dans le fait qu’il comporte 4 punks provenant de 3 super groupes, mais aucune trace d’ego ne se trouve dans leur musique et aucune note n’y est perdue. Les chansons de Burn éclatent et craquent comme une bouteille se brisant sur la chaussée assombrie par les averses de la côte Ouest. Et puis, le dernier morceau, « That’s My Man », se voit être un rêve pop grunge fantomatique-charmant. Voilà 100 % de plaisir.

Eating Out – Burn

Eeating Out – That’s My Man

New Canadiana :: Fountain – Fountain

Fountain - Fountain

There’s no shortage of influences when you first crack open the music of Fountain. That isn’t surprising given that half the band members were raised by the kind of dude that had the guts to recently open a record shop in Kelowna, BC. The spiking duo of guitar lines recall Calgary legends Women. The low-toned vocal wash was clearly picked up from a summer of deafening exposure to Copenhagen’s finest noise-punks Iceage. But there’s also an island-life-inspired lightness that separates this band’s twisted tunes.

Assembled as Fountain, they’ve been tight and raucous since their amps first warmed up. This quartet who are usually all smiles and wylin’ out have some loud and lengthy lineage in Victoria. Their debut release demonstrates how a perfectionist approach can really float the tone above its own noise. The dual guitars howl like wild hounds left out in the backyard. The vocals have that same dragging and raspy drawl as a rough morning’s first dialogue. The bass and drum lines are the sleek sweeps that usher the frenetic thrash forward. This 20-minute collection of jams feels responsible for maintaining the momentum of the earth’s constant rotation.

Les influences de Fountain sont faciles à reconnaître dès la première écoute, ce qui n’est pas si surprenant quand on sait que la moitié du groupe a été élevée par le genre de gars qui a récemment eu le courage d’ouvrir une boutique de disques à Kelowna, BC. Les guitares angulaires en duo rappellent les légendaires Women de Calgary et les rafales de voix basse laissent supposer un été assourdissant passé à écouter les meilleurs noise-punks de Copenhague, Iceage. Les chansons tordues du groupe se démarquent cependant par une légèreté inspirée par la vie insulaire.

Fountain font du tapage avec précision depuis leur premier souffle, mais le quatuor, charmeur et souriant, est issu d’une lignée longue et bruyante. L’approche perfectionniste du groupe porte fruit sur cette première galette où les mélodies se distinguent sans effort du bruit qui les

Fountain – Jesus ’99

Fountain – New Age Prices

FountainCDR-web

New Canadiana :: JLK & Babysitter – II

JLK & Babysitter - II

JLK & Babysitter’s second collaborative release is every bit as gleeful as their first outing. This cassette documents the Victorian trio’s trip down the rabbit hole as they and Jane L. Kasowicz wiled away a productive unofficial 2013 Montreal summer residency bein’ illegal and developing a third eye revision of their sound. If previous releases showed off the group’s lurching Bonehead Crushin’ chops, even during the most song-oriented moments (“Super highway”, “Fur rust ray shone”), II appears to hitch that vibe onto the cracked avant-garage of more emotionally-varied no-fi psych like Photograph Burns or, even more accurately, Cyborgs Revisited.

The rarest hear-it-to-believe-it takes, for my money, are on the spookier end of the affair. Here, JLK’s voice is a standout: a downright chilling presence over the percussion-led unmade monster movie soundtrack “Humans are hard” or in her disembodied blues vocalizations on the way-gone lunar boogie of “A homeless man kissed my face”. And finally, recalling the Haino / Fushitsusha school of world-embracing psych, the twin weepy balladeering guitars of album closer “All saints down” tunnel like two divining rods towards eerie, dizzying six-string excess. Nothing is left in its wake but the hope they’ve got their own Double Live in the works. Already sold out at the source, so look out for the upcoming reissue courtesy of Pleasence.

La deuxième collaboration entre JLK et Babysitter s’avère tout aussi jubilatoire que leur première. Cette cassette documente le périple du trio de Victoria jusqu’au fond du terrier du lapin, à l’occasion d’une résidence estivale non officielle d’une prodigieuse productivité à Montréal; en compagnie de Jane L. Kasowicz, les garçons se sont complus gaiement dans l’illégalité tout en révisant leur son à partir d’un tout nouveau troisième oeil. Si leurs parutions précédentes nous ont montré toute la brusquerie de leurs riffs à la Bonehead Crushers, II emboîte le pas (même durant les moments mélodiques de « Super Highway » et de « Fur rust ray shone ») et s’aventure sur les routes rocailleuses avant-garage au dénivelé émotionnel prononcé du no-fi psychédélique de Photograph Burns ou encore plus précisément de Cyborgs Revisited.

À mon avis, les morceaux qu’il faut entendre pour le croire se retrouvent du côté obscur de cette galette. La voix de JLK y est époustouflante : une présence à vous glacer le sang qui flotte sur la trame sonore percussive du film de monstres jamais tourné « Humans are hard » ou encore ces vocalisations blues désincarnées sur le [boogie lunaire] anémique de « A homeless man kissed my face ». Et pour finir, rappelant l’école psychédélique universelle de Haino/Fushitsusha, les guitares jumelles larmoyantes de la ballade ultime, « All saints down », s’élancent comme deux baguettes de sourcier vers un débordement étourdissant et effrayant de six cordes. Rien ne survit à cette éruption, sauf l’espoir qu’un Double Live soit en cours de production. Le tirage initial s’étant déjà écoulé, gardez l’oeil pour la réédition à venir sur Pleasence.

JLK & Babysitter – Super Highway

JLK & Babysitter – All Saints Down

New Canadiana :: The Mandates – The Mandates

The Mandates - The Mandates

The Mandates trade in greasy, sleazy rock ‘n roll without a care in the world, yet every moment is tight and compact. Some may hear this collection of fist-pumping gems and refer to it as a throwback: three-minute tunes basking in timeless traditions of balls-out rock. And while it’s true that songs like “Gotta Forget That Girl” and “Daggers Girl” get me thinking about the Dead Boys or Richard Hell and the Voidoids, the sheer pluckiness and charm of this record is pretty irresistible. “She’s Walkin’ Over” closes the album in style with a driving beat, trashy power chords, and infectious hooks. Simply put, the Mandates’ new record is a barrage of snot-nosed guitar-laden fun.

The Mandates font dans le rock ‘n’ roll graisseux, mal famé, sans le moindre tracas du monde, et pourtant chaque instant qu’ils produisent est juste et concis. Percutant comme un coup de poing, certains diront de ce rassemblement de petits bijoux qu’il est une visite dans le passé : des chansons de trois minutes faites dans les traditions pures d’un rock couillu. Même s’il est vrai que des titres comme « Gotta Forget That Girl » et « Daggers Girl » me font penser aux Dead Boys ou à Richard Hell and the Voidoids, la pure bravoure et le charme de cet album sont assez irrésistibles. Dans un rythme déferlant, c’est avec style que « She’s Walkin’ Over » clôt cet album grâce à ses power chords trash et ses hooks contagieux. En bref, ce dernier album de The Mandates est rempli d’un plaisir chargé d’arrogance et de guitares.

The Mandates – Neon Lights

The Mandates – She’s Walkin’ Over

New Canadiana :: Long Weekends – Tell It To My Heart

Long Weekends - Tell It To My Heart

True story: I jammed this EP all summer long at my bookstore job in Southern Ontario, and people were always coming up to the desk to ask what it was. That their guesses would range everywhere from — true story, remember — Arcade Fire (I suspect this has to do with Noel’s slightly tremulous cadence) to the Wipers (witness the searing first minute of “Trades”) says a lot about the band’s versatility and its range of sonic touchstones.

Long Weekends sound as immediate and energetic as anybody’s first band, but also full of the kind of craftsmanship and confidence that comes from a solid decade of playing in dozens of bands and sharing practice spaces/apartments/record collections with dozens of other people in bands. From the ‘verbed out guitars to the drums thudding off the walls, and lyrics about feeling like a chump for having done the right thing, this sounds like music that is made in a part of the world where you go surfing in a full body suit, equal parts courageous and vulnerable.

There’s (probably) no such thing as a “Halifax sound” — a term that is likely to strike you as insufferable if you’re from there — but there’s a great Walrus article yet to be written about the unique circumstances that make the city such a strong incubator of tradition. Bands like Monomyth and Moon (another Noel M project!) are getting a lot of recognition outside Halifax city limits, but the well runs so much deeper. It’s unlikely that this very part-time band of guys with very full-time jobs will ever come to play your town (the band name doubles as their jam schedule) so let these recordings transport you to the coast.

Histoire vraie : Durant tout un été, alors que j’étais libraire dans le sud de l’Ontario, j’ai écouté cet EP et les gens affluaient à mon comptoir pour me demander ce qui jouait. Les suppositions allaient dans toutes les directions — rappelez-vous, c’est une histoire vraie — d’Arcade Fire (probablement à cause de la cadence légèrement frémissante de Noel) aux Wipers (en raison de la brûlante première minute de « Trades ») : cela en dit long sur la polyvalence de ce groupe et sur la diversité de ses références soniques.

Le son de Long Weekends est aussi immédiat et énergique que n’importe quel groupe débutant, mais aussi travaillé et rempli d’une assurance obtenue grâce à une bonne décennie à faire partie d’une dizaine de groupes et à partager des espaces de pratique/appartements/collections de disques avec une dizaine d’autres personnes dans des groupes. Des guitares retentissantes jusqu’aux imprévisibles battements sourds de tambours et grâce à des paroles évoquant l’impression de se sentir idiot pour avoir bien agi, cette musique sonne comme si elle avait été composée dans un endroit du monde où l’on surfe vêtu de la tête au pied d’une combinaison, à la fois courageux et vulnérable.

Il n’existe (probablement) pas de « son Halifax » — un terme sûrement insupportable si vous êtes originaire de là-bas — mais il y aurait un excellent article à écrire dans le Walrus au sujet des circonstances uniques qui font de cette ville un tel incubateur de traditions. Des groupes tels que Monomyth et Moon (un autre projet de Noel M!) attirent beaucoup d’attention à l’extérieur des limites de la ville d’Halifax, mais la source est loin d’être épuisée. Il est peu probable que ces groupes à temps très partiel formés par des gars ayant des emplois à temps très plein viennent jouer dans votre ville (le nom du groupe évoque leur emploi du temps très chargé), alors laissez cet enregistrement vous transporter sur la côte.

Long Weekends – The Best You Ever Had

Long Weekends – Tell It To My Heart

New Canadiana :: The Unbelievable Bargains – Fun Times Why Not

The Unbelievable Bargains - Fun Times Why Not

Behold a totally economical batch of jams, deeee-rect from the thrifty city! The Unbelievable Bargains are burning straight out of the birthplace of Monty Hall and K-Tel Records, squeezing 18 whole songs onto a single disc! And dig, I said, DIG, as they breathlessly play hit after scorching hit, leaving you scrambling to decode their light-hearted romps. What’s that? You like dogs? Ducks? Rotating fans? Clam-flavoured tomato juice? Well, boy, girl, do you ever need to hear this bouncing, deep fried, battered ‘n’ buttered, no holds barred album that don’t sputter. Act now, and the Bargains will throw in this distinguished warble in the background, absolutely free.

Voici du jam en abondance, totalement économique, produit diiii-rect de la ville économe! Le groupe The Unbelievable Bargains, tout droit issu du même endroit que Monty Hall et K-Tel Records fait des ravages en mixant 18 chansons complètes en un seul disque! De plus, il creuse, j’ai bien dit CREUSE, tandis que les musiciens jouent des morceaux en haletant après les avoir épuisés; ça secoue à un tel point qu’on essaie de décoder leurs jeux bruyants d’artistes écervelés. Qu’est-ce que ça peut bien être? Aimes-tu les chiens? Aimes-tu les canards? Aimes-tu les ventilateurs ou les palourdes au jus de tomate? Eh bien mon chum, ma chum, n’as-tu jamais envie d’écouter cet album qui fait bouger, exploré plusieurs fois, réutilisé et remixé, un album sans restriction qui ne postillonne pas? Remue-toi, les Bargains joueront ce bourdonnement raffiné dans l’arrière-scène, c’est totalement gratuit.

The Unbelievable Bargains – Disgusting Organs

The Unbelievable Bargains – Dogs

New Canadiana :: Couples – In The Grass

Couples - In The GrassCouples - In The Grass (thumb)

Montréal’s Couples cut a vicious rug, and In The Grass is the beastly incantations of the 8-track tape machine that sired it. All raw, no illusion: “I’m sick of this life night after night/Can’t you see I’m on the outside?” Find the most perfect and symmetrical wall, and decorate it with a hole authored by your foot. Be angry because you can be. Find that farcical bit of yourself and expose it for all of its inherent baseness. Dark begets dark, with Couples applauding your near collapse, time and again.

Le groupe montréalais Couples danse à en arracher les fleurs du tapis et les incantations bestiales de In The Grass, capturées sur magnétophone huit pistes, en sont la cause. Que du brut, pas d’illusion : « Nuit après nuit je ne veux plus de cette vie/Ne vois-tu pas que je ne cadre pas? » Trouvez le mur le plus parfait et symétrique et décorez-le d’un trou gracieuseté de votre pied. Soyez fâché simplement parce que vous le pouvez. Trouvez cette part d’absurdité inhérente en vous et affichez-la au grand jour. La noirceur engendre la noirceur, et Couples applaudit tandis que vous frôlez l’effondrement, encore et encore.

Couples – Anti-Room

Couples – Black Eyes

New Canadiana :: Solids – Blame Confusion

Solids - Blame Confusion

Solids’ first LP is worth your attention and — pardon me the obvious pun — ridiculously solid. This Montreal-based duo prove they have the two-piece power and that there’s certainly no need for anyone else. This 10-song journey into high quality heavy music is something you’ll want to bang your head to, the kind that intentionally sets you into elbow-kick-and-shoulder-romp mode. Solids have put aside the pop-punk sound of their previous EP and are better than ever with more of the loud grungy punk vibe we know and love, still strained through the same lo-fi filter. If you ask nicely, they might even come make their riotous magic in your basement.

Le premier LP de Solids’ mérite toute votre attention et — pardonnez-moi le jeu de mot évident — est ridiculement solide. Ces deux francophones de Montréal prouvent qu’ils ont le contrôle total de leur ensemble de deux pièces et qu’ils n’ont certainement pas besoin d’une troisième paire de mains. Blame Confusion, c’est un trip de 10 chansons de musique heavy de qualité qui vous fera violemment brasser de la cage, le genre de trip qui vous donne intentionnellement envie de ‘varger’ à coup de coudes et d’épaules. Le son un peu plus pop-punk du EP précédent est mis de côté ici… Les gars sont de retour et ils sont meilleurs que jamais, avec cette sonorité punk-grunge assourdissante qu’on aime, toujours passée à travers le même filtre lo-fi. Et si vous demandez gentiment, ils viendront peut-être faire leur tapage musical dans votre sous-sol.

Solids – Not Complaining

Solids – Over the Sirens