Tag: pop

New Canadiana :: Heaven For Real – Hero’s Code

Heaven For Real - Hero's Code

Hero’s Code is a mathematically calculated insurrection waged on every mediocre house show ever booked. It may be the music blowing your mind or the fact that you left your ear plugs at home. One way or another, whoever’s basement this is will be going up in flames tonight while we dance to sounds as sharp as the broken glass underfoot and pop hooks as pervasive as the smell of mold and sweat. Heaven For Real’s spontaneity gets straight to the point with precision and a simple message: grip this, buckle in, and groove to its meandering-yet-meticulous tidal riffs.

Hero’s Code est une insurrection méthodique menée à l’assaut de toutes les soirées house pas terribles. Soit vous avez le souffle coupé par la musique, soit vous regrettez d’avoir oublié vos bouchons d’oreille à la maison. En tout cas, quel que soit le lieu choisi pour la performance, attendez-vous à ce que la salle s’embrase ce soir lorsqu’on va se mettre à danser au rythme de sonorités aussi acérées que du verre brisé sous le pied et d’accroches pop aussi puissantes que l’odeur de moisissure et de sueur. La spontanéité de Heaven For Real’s va droit au but avec précision et un message simple : emparez-vous de la musique, accrochez-vous et laissez-vous porter par le raz-de-marée sinueux mais méticuleux des riffs.

Heaven For Real – Hero’s Code

Heaven For Real – You Are The One With The Iron Heart Device

New Canadiana :: WHOOP-Szo – Qallunaat / Odemin

WHOOP-Szo

A binomial of pancanadian ubiquity framed on the Guelph-Salluit polar vector, Qallunaat/Odemin feels the scope of passing time and attests of the humility of the voyageur/guest. An incremental project (its third part is already in the works) in which intimate fires are woven of quiet plains and mountains, of troubled waters and storms, warm like a midnight sun: hope is gray like that, tacking between arable rock and carved folk with a propensity for the tragic. Kudos to the Out Of Sound Rezonance Program, an initiative from the OoS label which allows young Inuits to take part in different steps of the DIY gestalt of an album (here, the silk-screening of the cover art, and some backing vocals). Of quiet plains and mountains, of troubled waters and storms, Qallunaat/Odemin is an abundant oxymoron as vast as the Canadian Shield.

Binôme d’ubiquité pancanadienne tramé dans le vecteur polaire Guelph-Salluit, Qallunaat/Odemin décèle l’espace du temps qui passe ailleurs et témoigne de l’humilité du visiteur. Un projet incrémentiel (le volet tierce est déjà en chantier) dans lequel sont campés des feux intimes, voilés, ourdis ensemble de calme plaine en rocaille, d’eau trouble à tempête, chauds comme un soleil de minuit : de l’espoir gris comme ça, louvoyé entre rock arable et folk sculpté aux épisodes grecs. Des pouces en l’air au Out Of Sound Rezonance Program, une initiative du label Out Of Sound qui permet à de jeunes Inuits de Salluit de prendre part à différentes étapes du gestalt DIY d’un album (ici, la sérigraphie de la pochette, des chœurs). De calme plaine en rocaille, d’eau trouble à tempête, Qallunaat/Odemin est un abondant oxymoron vaste comme le bouclier canadien.

Mii go iw ngamawin Guelph, ge Salluit bi-zhaamigak, Qallunaat/Odemin zhinkaade. Qallunaat/Odemin bzindang, mii gaa-zhiwebak daa-nendang. Gewii gonaa dibendang e-mdwewechiged waabmaa. Mindaadendaanaa Out of Sound Rezonance Program. Mii gwa iw gii-zhitoon Oos label wii-bgidnaawaad Inuit shkiniigijig wii-naadmaagewaad nooj gegoo DIY album’ing (Silk-screenwitoong ntam-maziniganing miinwaa shkweyaang ngamad). Gechwaa gonaa mshkode ge aazhiw, gzhiijwang ge niiskaadak, Qallunaat/Odemin aagnwetaadzad naasaab gwa zhinaagozid Canadian Shield.

Inuktitut-web-smaller-euphema

WHOOP-Szo – Whale Song

WHOOP-Szo – Here

Video :: Spring – “Yer Chimurenga” [Dir. Josh Nisbeth]

Spring - "Yer Chimurenga" [Dir. Josh Nisbeth]

Spring’s (ex-SSRIs) “Yer Chimurenga” has sprung forth both a visually hypnotic video and a radiantly buoyant tune. Director Josh Nisbeth constructed this pleasantly delirious clip, airing his evidently masterful talent in the computer animation department. An ensemble of flickering designs glimmer across the screen adorned with triangles, leafs and cartoon faces, all bouncing to the rhythm of Spring’s sparkly tumult of sound.

« Yer Chimurenga », de Spring (les ex-SSRI), propose une vidéo visuellement hypnotique et se voit être une chanson radieusement joyeuse. Le directeur, Josh Nisbeth, a produit ce délirant clip en exprimant son talent magistral dans le domaine de l’animation par ordinateur. Un ensemble de motifs vacillent et miroitent dans l’écran orné de triangles, de feuilles d’arbres et de figures dessinées qui suivent le rythme de l’animé tumulte de sons de Spring.

New Canadiana :: Kings Quest – Kings Quest EP

Kings Quest - Kings Quest EPKings_Quest-Kings_Quest_EP-web-thumb

From the vaunted halls of Bruised Tounge, another rewind-inducing gem rides in with the form of the Kings Quest EP; an homage to the mind of Roberta Williams. A musical sojourn of the fingers behind Ottawa’s video game collective Dirty Rectangles, the tape quickly sets sail south from Daventry, riding waves of crisp harmony up through a starry sky. Winds of the dreamiest pop carry our hero forth on the whimsical and dangerous quest to rescue the king. The hero, delving the dungeons of faraway lands for great treasures, is grabbed by infectious guitar hooks that refuse to let go, invading the mind from some distant sonic plane. In the end, the hero — with a king rescued and treasures earned — sails into the sun on a cloud of shimmering noise, waiting eagerly for the next quest.

Du réputé château de Bruised Tounge, nous arrive le EP Kings Quest, un autre joyau entraînant une envie insatiable de rembobiner encore et encore; un hommage à l’esprit de Roberta Williams. Le périple musical de cette bande magnétique, également derrière le collectif de jeux vidéos d’Ottawa Dirty Rectangles, met rapidement le cap vers le sud de Daventry, voguant sur de fraîches harmonies sous un ciel étoilé. Des vents de pop rêveuse transportent notre héros vers une quête périlleuse et dangereuse pour sauver le roi. Fouillant les donjons des terres lointaines à la recherche de grands trésors, notre héros est attrapé par des hooks de guitares contagieux qui refusent de le laisser partir et qui envahissent son esprit depuis des avions soniques. À la fin du récit, le héros, un roi rescapé ainsi que les trésors mérités naviguent sur un nuage chatoyant de bruit en direction d’un soleil brûlant. Le héros attend sa prochaine quête avec impatience.

Kings Quest – Alexander

Kings Quest – Gold

New Canadiana :: Surveillance – Go Fuck Yourself

Surveillance - Go Fuck Yourself

Tucked inside a zine-grade cassette sleeve with the sinister image of NSA HQ, this shambly Halifax trio upholds the Nova Scotian no-fi tradition. Slashing through the hiss with a barrage of blurred hooks, caterwaul harmonies and Mascisized overdrive, Surveillance alternate between sensitive slack and slam-dance squeal. Just because you’re paranoid doesn’t mean they aren’t after you…

Derrière une pochette de cassette arborant la sinistre image du QG de la NSA, ce chaotique trio d’Halifax perpétue la tradition néo-écossaise no-fi. Se frayant un chemin à travers le grichage à coups de mélodies embrouillées, d’harmonies de miaulements et de distortion mascisisée, Surveillance alterne entre la mollesse sensible et les cris perçants du mosh pit. Ce n’est pas parce que vous êtes paranoïaque qu’ils ne sont nécessairement pas après vous…

Surveillance – Sun’s Gone

Surveillance – That’s Not Who I Am

New Canadiana :: Animal Teeth – Me & You

Animal Teeth - Me & You

Winnipeg four-piece Animal Teeth pull no punches. Me & You is six songs of whirring chords, fuzzy tones, and delicate chimes. Each tune is awash with understated melodies simple enough to belie their own beauty. Never plodding or dull, Animal Teeth’s sound is dynamic enough to segue from the ebb and flow of tender atmospherics to noise-strewn wails of guitar and howling screams, while managing to sound vital and steer clear of pretension.

Le quatuor de Winnipeg Animal Teeth n’y va pas de main morte. Me & You, c’est six chansons où les cordes frémissent, où les tonalités se brouillent et où les tintements se font délicats. Chaque piste est inondée de mélodies modestes, assez simples pour dissimuler leur propre beauté. Jamais stagnant ni terne, le son d’Animal Teeth est assez dynamique pour enchaîner des fluctuations d’ambiances douces, des plaintes dissonantes de guitare et des hurlements tout en réussissant à sembler essentiel et à balayer toute prétention.

Animal Teeth – Circles

Animal Teeth – Borealis Buffalo

New Canadiana :: Cassida Pax – Sin by Proxy

Cassida Pax - Sin by ProxyCassida Pax - Sin by Proxy (thumb)

Listening to Cassida Pax, I suddenly remember the art of pop: crafting a song by finding the true essence of a riff, the ultimate guitar line that will stick in your head. Cassida Pax appears unexpectedly with beats tainted by sweet ’80s reverby heaven, like a forgotten four-track-hero, a young Ariel Pink before da fame, with a genuine skill for melodies and catchy lyrics. These solid songs will haunt you until the ribbon is as worn out as your personal best of 1995 mixtape featuring Mariah Carey and Edwyn Collins. Shout out to those teenage years when time stretches endlessly in front of you like a burned orange sunset horizon, when secretely exchanging folded papers with scribbled poetry in class fills you with intense feelings (the carelessness, oh!). If you dig it, you should spend some time in the sunshine world of Memory No. 36 Recordings, Cassida Pax’s label. I know I did and almost forgot the snow falling on my fingers as cold as popsicles as I write these words.

En écoutant Cassida Pax, je me souviens soudainement de l’art de la pop. Confectionner soigneusement une chanson en trouvant l’essence même d’un riff, la ligne de guitare parfaite qui va rester dans la tête. Cassida Pax surgit à l’improviste avec ses beats sucrés 80’s dans un rêve de reverb, comme un héros-du-quatre-pistes oublié, un jeune Ariel Pink d’avant la gloire, avec un véritable don pour la mélodie et pour les paroles accrocheuses. Quatre solides pièces qui vous hanteront jusqu’à ce que le ruban de la cassette soit usé comme votre mix-cassette personnel de 1995 avec Mariah Carey et Edwyn Collins. Mention d’honneur aux douces années d’adolescence quand le temps s’étire devant soi à l’infini comme un coucher de soleil orange-brûlé à l’horizon, quand échanger secrètement des papiers pliés gribouillés de poèmes nous remplit de sentiments intenses, la désinvolture (l’insouciance, oh!). Et si vous aimez, vous devriez passer faire un tour dans l’univers ensoleillé de Memory No. 36 Recordings, le label de Cassida Pax. En tout cas c’est ce que j’ai fait et j’en ai presque oublié la neige et mes doigts gelés comme des popsicles tandis que j’écris ce texte.

Cassida Pax – Clinging Moments

Cassida Pax – Virago

New Canadiana :: Zuzu’s Petals – The Fire Breathing Dragon

Zulus' Petals - The Fire Breathing Dragon

A laid-back and lazy listen to Zuzu’s Petals’ debut evokes the same satisfaction as wiping a dirty day’s work off your hands on the thighs of your favourite blue jeans. Guitar lines wail away with the determination of fast-flying clouds over a mountainous skyline. The raw and rootsy jams are a solid sonic interpretation of the slow life found north of the Malahat Highway on Vancouver Island, a place where the beauty isn’t always enough to get you out of the basement. This collection of tracks is a snapshot of the happenings in a town where a passersby might think nothin’s going on.

Une écoute décontractée et nonchalante du premier opus de Zuzu’s Petals évoque la même satisfaction que celle d’essuyer de vos mains, sur votre jean préféré, la saleté d’une journée de travail. Les lignes de guitares hurlent avec la détermination des nuages flottant rapidement sur un horizon montagneux. Les jams bruts et traditionnels transposent musicalement la tranquillité de la vie se retrouvant au nord de l’autoroute Malahat sur l’île de Vancouver, un lieu où même la beauté ne semble pas toujours assez convainquante pour faire sortir quiconque de son sous-sol. Cette collection de pistes dresse le portrait des épisodes d’une ville où un passant pourrait croire que rien ne s’y passe.

Zuzu’s Petals – Smokin’ Weed

Zuzu’s Petals – Stereo

New Canadiana :: Visrei – Firmament / Aokigahara

Visrei - Firmament / Aokigahara

Take a deep, cleansing breath and exhale all your worries, far from the scholarly chaos, far from the 9 to 5. Take a break from the uncontrollable speed with an alternative pace, full of contemplative electronica and urgent beats. A defiance to surrender, Visrei might be the sheer personification of escape. It’s both an element of and a remedy to this rapid melancholy of our hearts constantly dreaming of an easier, slower life. In this place, our eyes linger longer at the majesty of the night sky, illuminated with sincerity.

Prenez une grande inspiration restauratrice, puis expirez tous vos soucis, loin du chaos estudiantin, loin du 9 à 5. Accordez-vous une pause loin du mouvement effréné pour prendre le temps de contempler les mélodies électroniques et les rythmes fébriles. Ennemi de l’abdication, Visrei incarne l’évasion même. Partie intégrante de cette fièvreuse mélancolie qui fait battre nos coeurs perpétuellement en quête d’une vie plus facile, plus lente, il en est également le remède. Une vie où nos yeux peuvent s’attarder plus longuement sur la majesté d’un ciel étoilé, illuminé de sincérité.

Visrei – Aokigahara

Visrei – Firmament

New Canadiana :: Prom – Spring Training

Prom - Spring Training

Immutable youth. Vexing, cursive, immutable youth. This cementation of the present in past is a folly cast in the bright nostalgic fragments and loose ends of migratory missives; locked are we to those blurry nights, to the day’s shadow reaching back into its brighter yesterdays.

Prom’s Daniel Wilson and Sufian Malik profess a solace that seems unendingly contingent on the prevalence of their programmed melancholy, as if drawn by some lurid temporality to exist forever at the boundary between the then and the now; a harrowing selflessness cast in the dwindling vestige of having been the one to stay, victim to the hanging on; victim to folly cubs rummaging through the thick cardboard boxes that we hide in the back of our minds, teeth gnawing and claws tearing at our harboured past.

If only our days were endless and unnumbered. If only our arms-length could be measured in backwards-reaching-years. We’d be forever immutable; spring’s training of the tirelessly tempered.

Jeunesse immuable. Jeunesse immuable, tourmentée et cursive. Cette cimentation du présent en passé n’est que délire réfléchi sur les fragments nostalgiques scintillants et les missives migratoires inachevées; prisonniers que nous sommes de ces nuits confuses, de l’ombre du jour qui retourne à ce passé toujours plus beau.

Prom, composé de Daniel Wilson et Sufian Malik, procure un réconfort intrinsèquement lié à l’omnipotence de leur mélancolie calculée, ancré éternellement par quelque temporalité macabre à la frontière du jadis et du maintenant; déchirante abnégation s’enracinant dans la reconnaissance chancelante d’être le seul rescapé, victime d’être demeuré; victime de la folie des chiots farfouillant dans les boîtes de carton cachées dans le fond de nos esprits, mâchouillant et déchiquetant notre passé préservé.

Si seulement nos jours n’étaient pas comptés. Si seulement notre promiscuité perdue pouvait être calculée à rebours. Alors nous serions pour toujours immuables; entraînement printanier pour ceux et celles à l’humeur inlassable.

Prom – Katie

Prom – Young and Pretty