Tag: hugo hyart

How To Make a Zine

How To Make a Zine

Like independent music itself, zines are hard to define but easy to identify. Zines (pronounced “zeens”) are tiny, homemade magazines reproduced with the aid of a photocopier. There are two basic categories: fanzines (short for “fan magazine”) and perzines (short for “personal zine”). However, these categories certainly do not cover everything, as the magical world of self-publishing also includes mini comics, newsletters, chapbooks and much, much more.

So why would someone make a zine if they are essentially photocopied versions of a tumblr dashboard? Common reasons for zine-love include that they are personal, uncensored and portable. I like making zines because I find them therapeutic to write and read, as well as a great excuse to send and receive snail mail. Intimacy and effort (“Someone went through the trouble to actually MAKE this?!”) are also often stated as reasons as to why someone would go through the trouble of zine-ing.

Sometimes it is a hassle to actually create a zine, but as with anything, the effort is always worth the reward. Nothing is more fun to do than hold a stack of freshly-photocopied zines in your hands while dancing in your bedroom to The Courtneys screaming, “I MADE THIS! I DID IT!”

So stop putting it off! It’s time to finish that years-in-the-making zine once and for all. Only four steps stand between you and your creation: content creation, aesthetic considerations, assembly and distribution.

1. CREATING CONTENT:

A. ON YOUR OWN:
The biggest question that comes with making a zine is the first one that you are going to have to answer: What is this zine going to be about? As a medium, zines work the best when they are about something close to the author and that the author cares about. Even if you think that what you are writing about is mundane or average, chances are that other people have similar experiences and would love to read about your thoughts and experiences.

This bring us to an important note: Sometimes it is hard to write about yourself without feeling like a narcissistic asshole. “Why would anyone even START to CARE about a personal anecdote from my childhood?!” I hear you screaming. “Isn’t that self-indulgent?”

No! Well, maybe. Still, it is key to abandon that idea before you start creating. As William Zinnser writes in On Writing Well, “Writing is an act of ego, and you might as well admit it. Use its energy to keep yourself going.”

B. ZINE TEAM:
Whether it’s a split issue with a friend or a large compilation work with some vague scene acquaintances, there are some extra precautions to take regarding content if you are working with other people. When there’s more than one person on the zine team, the number one tip is to not make any assumptions.

First off, do not assume that they are okay with their real name being published with their piece, especially if they are writing about a personal or sensitive topic. Moreover, make sure to always ASK before changing or even rearranging what someone else has written.

Another important thing to consider is that with a lot of people on one project, it is incredibly likely that some will not follow through on their commitment. Set deadlines frivolously early. It might feel dumb to tell people you need material two weeks or even a month before you actually do, but this allows a good margin for any (inevitably) late submissions. You will thank yourself for doing this later on!

<<< read more >>>

2. AESTHETIC:

A. THIS IS THE FUN PART:
Now that the content is done, it’s time to make something that looks good. First of all, you need to decide what size your zine is going to be. Is it going to be quarter-size, half-size or just made with one page? Half-size, a standard piece of paper folded in two, is the easiest to start. However, you can get more bang for your buck by folding it once more and going for quarter-size, a format that is also easier to mail out later on. Next, it is good to think about how the content is going to be formatted. Will the text be written out on a typewriter, handwritten or typed on a computer? Are you using any images? If so, will they be drawings, photographs or cut-outs? The great part about zines is that this is all your call.

B. WATCH OUT:
Still, it’s important to realize that you are going to be reproducing whatever you make on a photocopier, which holds some limitations. For example, it is likely that your zine, especially your first one, is going to be in black and white (colour copies are an expensive, and present their own kind of hassle best left to your later issues, as you become more experienced).

With black and white copies, some colours (like yellow) don’t copy into grey tones, and pencil marks (especially light shading) don’t photocopy well. Given this, it’s a good idea to do a test run at the photocopier early on. Check in advance that whatever supplies you will be using are going to translate like you want them to when copied.

And whatever size, shape or shade of your zine, ALWAYS (ALWAYS!) leave margins of at least half a centimetre, if not more. You have spent all this time formatting words and images – it is a horrible feeling to arrive at the photocopier only to realize that the end of every sentence gets cut off during printing.

3. ASSEMBLY:

Now that you have written, drawn and formatted your zine, it is time to reproduce them for the masses. Photocopiers are pretty temperamental beasts, but they can easily be tamed with a little bit of know-how. There are two ways to go about copying: paying and not paying.

A. PAYING:
If you are paying for copies, go to a copy shop and ask someone to show you how to use the photocopier before wasting all of your allowance trying to make double-sided copies on your own. The staff is there to show you how to do this. Do not be afraid that they are looking at what you made and judging you about it. They are not! The staff help people make copies all day. It’s their job.

B. NOT PAYING:
On the other hand, maybe you work in an office. Perhaps you’re a student with access to a photocopier on-campus. You may have parents, friends, relatives, and they may have photocopiers, and you may just be in luck. Whatever the case, you have an IN to make your zine for free. Feel no guilt when copying without coin and continue in the footsteps of many a punk as fuck zinester before you.

N.B.: If you get fired because you stole your boss’ keys and hosted a wild 3 AM photocopying break-in, don’t blame me. You’re going to have to decide how you want to make your copies on your own, so I wish you best of luck on that one.

C. METAL DOWN THE MIDDLE (STAPLING):
Once you make your copies you will need to assemble them. Most people staple all of the pages together in the middle, but I’ve seen zines held together by sewn thread, paper clips and even bobby pins. If you go for the stapling route, your pages will probably be too wide for the average stapler to reach the middle. Hence, you will need one of my favourite pieces of office supplies… the long-armed stapler! These can be purchased for about $40, or you can use the one at the copy shop.

4. DISTRIBUTION

You did it! You made a zine! Now that you’ve held a bunch in your sweaty palms while simultaneously shimmying to “Lost Boys”, it’s time to get your work out there.

A. PAYING THE PRICE:
Like all art, one way to distribute your creation is to force people to pay for it. A good rule of thumb when it comes to pricing zines is to charge whatever it cost you to photocopy one issue, then doubled and rounded to the nearest 50 cents or dollar. For example, the first issue of my perzine, Finale 95, cost $0.72 to photocopy, so I charged $2 for it.

But where do you sell your zines now that you have priced them? The answer is to look around in your city. Is there an independent publishing fair? A punk flea market? A craft and zine sale? Table at them if you feel comfortable!

Another way is to approach a zine distro and ask if they’ll consider your zine. In Ottawa, there are two zine racks run by Lily Pepper. She buys my zine for half of what she sells it for. I don’t make a lot of money this way, but I don’t lose any money either.

B. GIVING IT AWAY:
Besides, the point of zines has never been to make money in the first place. In Ottawa, there is another way I get my creations out to the world: at the zine-off!

The Ottawa Zine-Off is a small event that occurs every six months for local writers and illustrators get together. Everyone makes something for the event, then trades with each other. This has been essential to the growth of the city’s zine scene and is an awesome way to meet new people who don’t go to shows.

However, you don’t need to organize a zine-off to give away your work (but wouldn’t it be cool if you did?!) You can leave your zine free for the taking at record stores, vintage stores, movie theatres, at the dentist’s office, on the bus… who knows who will pick it up?

END NOTES:

Don’t forget that it’s okay if your first zine doesn’t live up to all of your expectations or if something goes wrong while you’re making it. In fact, given the medium, that’s actually normal. Zines exist as a process of growing as an artist, writer and creative, a tool you can use to develop your skills, as well as yourself as a living, breathing human person! Zines are a weapon the size of your heart, so keep writing and keep copying.

Alanna Yaraskavitch is a second year journalism student at Carleton University who has been making zines under the name Alanna Why for the past four years. She has written many titles including Backwaves, a fanzine about Richard Simmons, and Scoopin’ Times, a comic zine about working in an ice-cream parlour. Currently, she writes a perzine called Finale 95, wherein which she explores post-secondary misadventures, friendship and existential crises prompted by power-pop.

Tout comme la musique indépendante, les zines sont difficiles à définir, mais faciles à identifier. Les zines (prononcé « tzine ») sont de tout petits magazines faits maison reproduits à l’aide d’un photocopieur. Il y a deux catégories de base : les fanzines (abréviation de « fan magazine ») et les perzines (abréviation de personal zine). Toutefois, ces deux catégories ne couvrent certainement pas tout, puisque le monde magique de l’autoédition comprend aussi les mini bandes dessinées, les bulletins d’information, les chapbooks (de petits livres qui contiennent des contes, des poèmes, des ballades, etc.) et beaucoup plus encore.

Alors, pourquoi faire un zine si ce ne sont essentiellement que des versions photocopiées d’un tableau de bord tumblr ? Le fait qu’ils soient personnels, non censurés et faciles à transporter comptent parmi les raisons les plus courantes pour lesquelles on aime les zines. J’aime faire des zines, car je les trouve leur rédaction et leur lecture thérapeutiques, en plus, ils constituent une superbe excuse pour entretenir des correspondances papier. L’intimité et l’effort qu’ils ont demandés (« Quelqu’un s’est vraiment donné la peine de FABRIQUER ça ?! ») sont aussi souvent évoqués comme raisons pour lesquelles quelqu’un irait s’embêter de faire et de lire des zines.

Parfois, c’est une corvée de passer du temps à créer un zine, mais comme avec toute chose, l’effort est toujours récompensé. Rien n’est plus amusant que de tenir une pile de zines fraîchement photocopiés entre ses mains en dansant dans sa chambre au rythme des Courtneys en criant : « JE L’AI FAIT! J’AI FAIT ÇA! »

Alors arrêtez de remettre à plus tard! Il est temps de finir de créer ces zines commencés il y a des années une bonne fois pour toutes. Il n’y a que quatre étapes entre vous et votre œuvre : la création du contenu, les considérations esthétiques, l’assemblage et la distribution.

1. CRÉER UN CONTENU :

A. CRÉER SEUL :
La plus grande question, et la première, à laquelle vous devez répondre lorsque vous décidez de créer un zine : de quoi parlera le zine? Comme média, les zines fonctionnent mieux quand ils traitent d’un sujet qui touche l’auteur et qui l’intéresse. Même si vous pensez que ce dont vous parlez est banal ou ordinaire, il existe probablement d’autres gens ayant des expériences similaires qui adoreraient lire à propos vos idées et vos expériences.

Ce qui nous amène à une remarque importante : parfois, il est difficile d’écrire à propos de soi sans se sentir comme un connard ou une connasse narcissique. « Pourquoi est-ce que quelqu’un aurait ne serait-ce qu’un DÉBUT d’INTÉRÊT pour une anecdote personnelle tirée de mon enfance ?! » Je vous entends crier: « N’est-ce pas de la complaisance envers soi-même ? ».

Non! Enfin, peut-être. Il n’en reste pas moins qu’il est primordial d’abandonner cette idée avant de commencer à créer. Comme William Zinsser l’a écrit dans On Writing Well, « Écrire est un acte d’ego, et vous êtes aussi bien de le reconnaître. Utilisez son énergie pour continuer à vous porter. »

B. ZINER EN ÉQUIPE :
Que ce soit un numéro partagé avec un ami ou un vaste travail de compilation regroupant de vagues connaissances d’une même scène, il y a quelques précautions supplémentaires à prendre quant au contenu lorsque vous travaillez avec d’autres gens. Quand plusieurs personnes participent à un zine, le premier conseil est de ne présumer de rien.

Tout d’abord, ne tenez pas pour acquis qu’ils sont d’accord pour que leur vrai nom soit publié avec leur oeuvre, surtout s’ils écrivent sur un sujet sensible ou personnel. Plus encore, soyez sûr de toujours DEMANDER avant de changer ou de réarranger ce que quelqu’un a écrit.

Une autre chose importante à considérer est que lorsque beaucoup de gens contribuent à un projet, il est plus que probable que certains ne termineront pas ce qu’ils avaient annoncé. Fixez des dates butoirs frivolement tôt. Cela peut paraître idiot de dire aux gens que vous avez besoin des documents deux semaines ou un mois avant que vous en ayez réellement besoin, mais cela laisse une bonne marge pour toute oeuvre remise (inévitablement) en retard. Vous serez heureux de l’avoir fait plus tard !

<<< la suite >>>

2. L’ESTHÉTIQUE :

A. C’EST LA PARTIE AMUSANTE :
Maintenant que le contenu est réalisé, c’est le moment de faire quelque chose de joli. Tout d’abord, vous devrez décider quelle taille aura votre zine. Un quart de page, une demi-page ou une page entière ? Le plus facile pour débuter est de choisir une demi-page soit une page standard pliée en deux. Toutefois, vous pourrez en avoir plus pour votre argent en le pliant une fois de plus et en travaillant sur un format quart de page qui sera aussi plus facile à envoyer par la poste plus tard. Ensuite, il est bon de savoir de quelle façon le contenu sera formaté. Le texte sera-t-il écrit à la machine à écrire, à la main ou à l’ordinateur? Utiliserez-vous des images? Si tel est le cas, est-ce que ce seront des dessins, des photographies ou des images découpées? Ce qui est génial avec les zines : c’est votre décision.

B. PRENEZ GARDE :
Quoi qu’il en soit, il est important de garder à l’esprit que vous reproduirez ce que vous faites à l’aide d’un photocopieur, ce qui n’est pas sans contraintes. Par exemple, il est probable que votre zine, à plus forte raison votre premier, soit en noir et blanc (les copies couleurs coûtent cher et comportent leurs propres lots d’ennuis qu’il vaudrait mieux garder pour vos prochaines parutions, quand vous aurez acquis de l’expérience). Avec les copies en noir et blanc, certaines couleurs (comme le jaune) ne sont pas copiées dans les teintes de gris, et les traits de crayon de bois (surtout s’ils sont pâles) ne se photocopient pas bien. En prenant ça en compte, c’est une bonne idée de faire très tôt un essai au photocopieur. Vérifiez en avance que les fournitures que vous utiliserez répondront à vos attentes une fois copiées.

Et quelle que soit la taille, la forme ou la nuance de votre zine, laissez TOUJOURS (TOUJOURS!) des marges d’au moins ½ cm, sinon plus. Vous avez passé tout ce temps à formater les mots et les images – c’est un sentiment horrible que d’arriver au photocopieur et réaliser que chaque fin de ligne est coupée à l’impression.

3. ASSEMBLAGE :

Maintenant que vous avez écrit, dessiné et formaté votre zine, il est temps de les dupliquer pour les distribuer au peuple. Les photocopieurs sont des bêtes très caractérielles, mais elles peuvent facilement être domptées avec un peu de savoir-faire. Il existe deux façons d’aborder l’impression : payer et ne pas payer.

A. PAYER :
Si vous payez pour photocopier, allez dans un centre de copies et demander à quelqu’un de vous montrer comment fonctionnent les photocopieurs avant d’aller gâcher tout votre argent de poche à essayer de faire des copies recto-verso seul(e). Ne craignez pas qu’ils regardent ce que vous avez fait et qu’ils vous jugent. Ce n’est pas ce qui les intéresse! Ils sont là pour aider les gens à faire des photocopies toute la journée. C’est leur boulot!

B. NE PAS PAYER :
D’un autre côté, peut-être travaillez-vous dans un bureau. Ou êtes-vous un étudiant avec un accès aux photocopieurs du campus. Vous avez peut-être des parents, des amis, une famille élargie, et ils ont peut-être un photocopieur, et ce pourrait bien être votre chance. Peu importe, vous avez un moyen de photocopier vos zines gratuitement. Ne ressentez aucune culpabilité quand vous photocopiez sans payer, et suivez les traces de nombreux zineux et de nombreuses zineuses putainement punk avant vous.

N.B. Si vous êtes viré parce que vous avez volé la clé de votre patron et organisé une folle entrée par effraction à 3 h du matin, ne vous en prenez pas à moi. Vous devez décider seul(e) comment vous voulez faire vos copies, je vous souhaite bien du courage.

C. ATTACHER AU MILIEU (AGRAFAGE) :
Une fois que vous aurez vos photocopies, vous devrez les assembler. La plupart des gens agrafent toutes les pages au milieu, mais j’ai vu des zines retenus par un fil cousu, des trombones ou même des épingles à cheveux. Si vous choisissez l’agrafage, vos pages seront certainement trop larges pour pouvoir atteindre le milieu avec une agrafeuse de base. Vous aurez donc besoin de mon outil de bureau préféré … la grande agrafeuse. Elles se vendent environ 40 $, ou vous pouvez aussi utiliser celle du centre de copies.

4. DISTRIBUTION

C’est fait! Vous avez fait un zine! Maintenant que vous en tenez quelques-uns dans vos mains moites tout en vous trémoussant au son de « Lost Boys », il est temps de distribuer votre oeuvre.

A. EN PAYER LE PRIX
Comme tout art, vous pouvez distribuer vos créations en forçant les gens à payer pour l’avoir. Un bon point de repère pour donner un prix au zine est d’en demander le prix que cela vous a coûté pour photocopier un numéro, de le doubler puis de l’arrondir aux 50 sous ou dollar le plus près. Par exemple, le premier numéro de mon perzine, Finale 95, m’a coûté 0,72 $ à photocopier, donc je demandais 2 $.

Maintenant que vous avez déterminé le prix, où pouvez-vous vendre vos zines? Il suffit de regarder autour de vous. Votre ville tient-elle une foire de la publication indépendante? Un marché aux puces punk? Un salon d’artisanat et de zines? Si vous êtes à l’aise, participez-y!

Vous pouvez aussi approcher un distributeur de zines et lui demander s’il souhaite distribuer le vôtre. À Ottawa, Lily Pepper possède deux présentoirs à zines. Elle achète mes zines pour la moitié du prix de revente. Je ne fais pas beaucoup d’argent de cette façon, mais je n’en perds pas non plus.

B. LE DONNER GRATUITEMENT
De toute façon, le but premier des zines n’a jamais été de faire de l’argent. À Ottawa, il existe une autre façon de mettre mes créations à la disposition de tous : le zine-off!

Le zine-off d’Ottawa est un petit évènement qui se déroule tous les six mois lors duquel les écrivains et les illustrateurs locaux se rencontrent. Tout le monde fait quelque chose pour l’occasion, puis l’échange avec les autres. Cet événement a été essentiel à la croissance de la scène zine de la ville, et c’est un moyen génial de rencontrer de nouvelle personne qui ne vont pas aux concerts.

Toutefois, il n’est pas nécessaire d’organiser un zine-off pour distribuer gratuitement votre travail (mais ne serait-ce pas trop cool si vous le faisiez?!) Vous offrir gratuitement votre zine chez les disquaires, dans les friperies, aux cinémas, chez le dentiste, dans le bus… Qui sait qui le prendra?

NOTES FINALES :

N’oubliez pas qu’il est normal que votre premier zine ne remplisse pas toutes vos attentes ou que quelque chose tourne mal pendant que vous le faites. En fait, étant donné le médium, c’est parfaitement normal. Les zines servent de processus de maturation en tant qu’artiste, qu’écrivain et que créateur. C’est un outil que vous pouvez utiliser pour développer vos compétences, aussi bien que pour vous épanouir en tant que personne vivante. Les zines sont une arme de la taille de votre cœur, alors continuez d’écrire et continuez de copier.

Alanna Yaraskavitch est une étudiante en journalisme de deuxième année à l’Université Carleton. Depuis quatre ans, elle crée des zines sous le pseudo Alanna Why. Elle a écrit pour plusieurs parutions, dont Backwaves, un fanzine sur Richard Simmons, et Scoopin’ Times, un zine BD à propos du travail dans un bar laitier. En ce moment, elle écrit un perzine intitulé Finale 95, dans lequel elle explore ses aventures à l’université, ses amitiés et ses crises existentielles suscitées par la power-pop.

New Canadiana :: Secret Pyramid – Movements of Night

Secret Pyramid - Movements of Night

This great creator, Secret Pyramid, has built magnificent geometry that rips skyward from the horizon. Frozen fractals splinter and jut with kaleidoscopic energy. Slow, careful movements groan over glacial fissures. Azure eyes reflect a blizzarding expanse. Gusts hurry across craggy plains, buried in white, fallen heaven. A reverent quietude booms. Awe is commanded. The loneliness of existence is pronounced, but like perfect dark night, it is soothing. Vision shifts from focus. Arms outstretched, we fall backward into the yawning moulin and are taken.

Ce grand créateur, Secret Pyramid, a construit une somptueuse géométrie qui pointe vers le ciel à l’horizon. Des fractales gelées se brisent en éclats et saillent avec une énergie kaléidoscopique. De lents mouvements précautionneux gémissent au-dessus des fissures de glace. Des yeux bleu ciel réfléchissent l’étendue d’un blizzard. Des rafales se pressent sur des plaines escarpées, enterrées dans un blanc paradis déchu. Une respectueuse quiétude mugit. Un effroi mêlé de respect est de mise. La solitude de l’existence est prononcée, mais comme une nuit parfaitement sombre, c’est relaxant. La vision change de point de focalisation. Les bras déployés, nous nous laissons tomber à la renverse dans le moulin qui bâille et sommes pris.


Secret Pyramid – Quiet Sky


Secret Pyramid – Move Through Night

New Canadiana :: Student Teacher – Left For Dead

Student Teacher - Left For Dead

Student Teacher dredges in discordant, mournful isolation and indents it on plastic vinyl. Baleful bass guitar paddles the song on a doomed journey, portended by cold iron guitar and omnisciently detached vocals. Kingfisher Bluez continues its run of concisely poignant releases with this magnetic contribution to the label’s single-sided singles series.

Student Teacher drague une dissonante, funèbre isolation, et la projette sur le plastique vinyle. Une guitare basse sinistre pagaie la chanson sur un voyage condamné, annoncé par une froide guitare d’acier et un chant détaché de façon omnisciente. Kingfisher Bluez continue ses sorties poignantes et concises avec cette contribution magnétique à la série de singles à une face de l’étiquette.


Student Teacher – Left For Dead

New Canadiana :: Man Meets Bear – Dark Side of Buffalo Comets

Man Meets Bear - Dark Side of Buffalo Comets

Travelling songbooks wash their way across northern shores, propelled by melodic winds and calming tides. Cosmic energy slides through organic terrain as lifted spirits awake from their slumber. Vast palettes of sound transform our worn-down trails into paths of of psychic discovery. Warm thoughts stick with us as we unravel the foreign spaces sleeping in our imagination, hidden in the textures of each song. Islands of beauty descend upon our memory before flashing through the unattainable grasp of our senses. Avoid the metaphysical barriers and grip quickly.

Des recueils de chansons trouvent leur chemin sur le dos de vagues du Nord, propulsés par des vents mélodiques et des marées apaisantes. De l’énergie cosmique glisse sur un terrain organique tandis que des esprits élevés sortent de leur torpeur. De vastes palettes de son transforment nos sentiers défoncés en des chemins de découvertes psychiques. Des pensées chaleureuses restent dans nos têtes alors que nous découvrons les espaces étrangers dormant dans notre imagination, cachés dans la texture de chaque chanson. Des îles de beauté descendent sur notre mémoire avant d’apparaître dans l’inatteignable compréhension de nos sens. Évitez les barrières métaphysiques et attrapez ça rapidement.


Man Meets Bear – Sirius


Man Meets Bear – Leave the Body

New Canadiana :: Police des Moeurs // Essaie Pas – Split

Police des Moeurs // Essaie Pas - Split

Police des Moeurs are back and darker than ever, playing their synthesthetic pop from the shadowy recesses. In a destroyed world where the sun has lost its sense, all has to be reinvented with what will be found. Shared and public solitudes gather in their sighing ode to the sounds of the hovering nuclear war.

Invest in this record as a ticket to collide at night with the inevitable stranger. But Essaie Pas* to catch Marie Davidson and Pierre Guérineau’s pace; don’t be reckless. The duo invite us on a night of jackhammering relapses and frenetic insomniac abuse.

*Note: Essaie Pas = Don’t Try

Police des Moeurs nous reviennent, plus sombre que jamais, pour rejouer de leur pop synthesthétique des recoins peu éclairés. Dans le monde détruit où le soleil a perdu son sens, il faut tout réinventer, avec ce qu’on va trouver. Les solitudes publiques et partagées se rassemblent dans leur ode soupirante aux sons de la guerre nucléaire planante.

Investis dans ce disque comme dans un ticket pour percuter dans la nuit l’immanquable inconnu-e au détour d’une rue. Mais Essaie pas de capter le rythme de Marie Davidson et Pierre Guérineau ; soit pas téméraire. Essaie Pas nous invite à une nuit insomniaque d’abus frénétiques et de rechutes à un rythme de marteau-piqueur.


Police des Moeurs – Je te Montrerai


Essaie Pas – Retox

New Canadiana :: Brave Radar – Message Centre

Brave Radar - Message Centre

In the five years since their previous broadcast, Brave Radar have honed a persistently subdued sound, reappearing at the forefront of our interest with the future classic Message Centre. Despite its timeless tonality, this heap of pop clumps winks at the obscurity of its predecessors. Be sure to thank Tessa and Conor for founding Fixture before preparing to drift off to the world’s most radical lullaby.

Pendant les cinq années qui se sont écoulées depuis leur dernière transmission, Brave Radar ont aiguisé un son qui persiste en subtilité, et redeviennent un intérêt de premier plan grâce au futur classique Message Center. Malgré sa tonalité intemporelle, cet amas de sons pop fait un clin d’oeil à l’obscurité de ses prédécesseurs. N’oubliez pas de remercier Tessa et Conor pour avoir fondé Fixture avant de vous préparer à dériver dans les berceuses les plus radicales au monde.


Brave Radar – Out of reach


Brave Radar – Too long weekend

New Canadiana :: The Party Upstairs – Cartoon Universe

The Party Upstairs - Cartoon Universe

Like a magnetic tape trip in a world of glitched cartoons. Like a virtual tour in a ghostly carnival-casino-city. Like augmented reality trances through the information magic beans forest. Like a blink of human sentience. Holy lustig music.

Comme un voyage sur bande-magnétique dans un monde de dessin-animés bugués. Comme une virée virtuelle hallucinée dans une ville-carnaval-casino fantômatique. Comme des transes en réalité augmentée à travers la fôret des harricots magiques de la communication. Comme un clignotement de la sentience humaine. De la musique de sacré foufou.


The Party Upstairs – Languid Laughing Infinity


The Party Upstairs – The Jackrabbit Boogie in the Desert Under the Moon and the Sun As Well

New Canadiana :: Damian Valles – Extrusions

Damian Valles - ExtrusionsDamian Valles - Extrusions

Damian Valles sets off on concrète explorations of sensorial boundaries. The tracks of this cassette would fit perfectly in your collection of auditary electroacoustic experiences from the edges of jazz or wordless poetry. These mystical sounds could be resonations of factories or old tubs. Dark and multiform, the magic sounds of these Extrusions reverberate in an abandoned hangar deep in the woods, nearly escaping out of this world.

Damian Valles s’embarque dans de concrètes explorations des limites sensorielles. Les morceaux de cette cassette s’insèreraient parfaitement dans votre collection d’expériences sonores électro-acoustiques aux confins du jazz ou de la poésie sans mots. Ces bruits mystiques pourraient être des résonances d’usines ou de rafiots. Obscures et multiformes, les sons magiques de ces Extrusions se réverbèrent dans un hangar abandonné perdu dans les bois et s’échappent presque de ce monde.


Damian Valles – Three


Damian Valles – Five

How To Play in Multiple Bands

Joel French - How To Play in Multiple BandsJoel French - How To Play in Multiple Bands

For some people, certainly those in my circle, keeping busy is the only way to stay sane and/or out of the types of trouble we instinctively gravitate towards. That’s why it’s pretty common (especially in Toronto, Ottawa and Halifax, it seems) to see the same faces playing either the same or various roles in a multitude of musical projects.

As of now I play in four bands (it was five till one disbanded recently – R.I.P. Sphinxs) and have found myself getting more and more accustomed to the thought of band practice being my “free time.” It’s actually preferred. Which is not to say it isn’t hard work to maintain.

So for anybody looking to start/join another band but who thinks they won’t have the time/dedication/motivation to do so, just know that there is a way to be moderately happy while also moderately stressed and constantly occupied. Here are my tips to avoid flipping your wig while playing in multiple bands.

KNOW YOUR BANDMATES AND WHAT THEY WANT

a. If you can’t stand someone in regular life I highly doubt you’ll be able to tolerate being in a cramped and stuffy jam space together, once or twice a week, and for hours on end. The majority of my bandmates are also close friends I would hang out with outside of band obligations, and those I don’t hang out with I still enjoy. They’re just actual adults with better things to do than hang with me. Choosing a bandmate simply because they’re really good at what they do isn’t enough. Unless you play arena rock and travel separately via private jet these people will have to become family, and the van your home. A cranky family in a cramped and stinky home. So choose them wisely.

b. It’s really hard to move forward if everyone’s idea of forward is a different direction. Make sure you’re surrounded by likeminded individuals who are all willing to get this thing to where it should go. When I first started playing music I attempted to micro-manage every band I was in. Although having a good sense of what you want and the backbone to push for it is never a bad idea, it won’t always fly with everyone else. Sometimes people will actually care so little about the band that any attempt at organizing or staying on top of things that they will push you to a mental breakdown. The key here is to–

KNOW YOUR ROLE

a. If you are a control freak and NEED to be in charge of everything at all times then your band(s) needs to be aware of that and willing to stand back as you do so. Avoid the clusterfuck of five people trying to take charge, but also be warned that there is a good chance you will burn yourself out if you try running multiple freakshows alone. Being a control freak myself I’ve found it easiest to take the reins for one band (to sate my hunger) and made sure to only get involved with other bands that already have a “Head Of The Household” I can trust. That’s not to say I don’t pitch in from time to time with what I think should/could be done, but it’s crucial for my brain’s well-being to know the ship will sail smoothly without me steering it.

b. Be picky. Know what you want your role to be in the band and choose accordingly. I’ve often seen members become miserable because they feel they “have no say” either in songwriting or booking or marketing or whatever. Know what position in the band you want to take on, and make sure the band is cool with you taking it. If not, move on. The one thing there is no shortage of is bands looking for members.

LOVE WHAT YOU DO

a. Being in a band can often be far from fun times all around. So if you are joining a band, you should make sure you’re doing it for the right reasons: you love to play, you dig their tunes, and you’re feeling it. If you join a band simply to flaunt the badge for your friends and Facebook to see, chances are good you’ll get called out on it quicker than you think. Like everything in life it’s about highs and lows, and people without the passion usually flake when the lows hit. Don’t be a flake. Don’t be a fake.

b. No one likes a Debbie Downer in the band. If you are miserable in regular life and try bringing that to the stage, it’s unlikely that the crowd will be into your brooding ways. And if they are, I doubt your bandmates will be able to tolerate it for very long.

KNOW YOUR SHIT

a. Being in one band usually means you need to memorize at least 30-45 minutes’ worth of material. For every band you join remember that number will double. If you don’t know the songs inside and out, both you and your bandmates will start getting real frustrated that you never hit the Gm in the chorus of that one song. If you aren’t capable or willing to put in the time to learn the songs and maintain said learning, maybe a new band isn’t what you need.

b. Knowing your shit also includes knowing what’s going on with your band(s). Be organized. When do you play next? When are you jamming? Where/when are you recording? Just because you aren’t the one booking the shows doesn’t mean you can be unaware of when they’re happening. Being in multiple bands gets real annoying (mostly for your bandmates) when you’ve constantly got two shows booked on the same night, or are always cancelling practice last minute because you “forgot” you had to jam with someone else. Keep a calendar and check it daily. Your phone is good for more than texting and Snapchat.

HAVE A (DIFFERENT) RELEASE

I get it. You play in a million bands because music is your life. It gets really easy to find yourself getting bored with things you love simply because you never give yourself the opportunity to miss them. So explore something else. Draw. Read. Write. Watch TV. Work your job. Whatever. I create visual art, write, run a record label and work full-time when I’m not playing with my bands. It may seem like a lot, but being constantly busy is all I know and I manage it by exploring these other avenues. If music is ALL YOU EVER DO it will most likely become routine. Routine, like in any relationship, kills the romance.

ADMIT YOU ARE AT LEAST A LITTLE BIT MENTAL

Most humans work their jobs and go home to complain about how they wish they could spend even less time doing so. Most musicians work their job and then spend much of the remainder of their day/night either jamming, working on songs, fixing their gear, loading in/out, playing shows or organizing their next step/show. This is mental. We are mental. If you play in multiple bands you are even more mental. But then again, there’s a reason we feel the drive to do what we do and it’s probably one of the reasons people pay money to hear or see us. Embrace the mental.

This has been my take on how to maintain a somewhat sane life while playing in multiple bands, and is solely based on my experience, which has been tons and tons of trial and error. I’ve made and quit friendships. I’ve loved and lost. I’ve had moments of clarity and months when I felt I was losing my mind. As in all other aspects of life, just know what you want and be honest while going for it. If it’s not right for you, drop it and move on. Stay happy. Stay tite.

Comment jouer dans plusieurs groupes

Pour certaines personnes, en tous cas celles que je fréquente, rester actif est le seul moyen de rester sain d’esprit et/ou en dehors des types de problèmes vers lesquels nous gravitons instinctivement. C’est pourquoi il est assez commun (particulièrement à Toronto, Ottawa et Halifax apparemment) de voir les mêmes visages jouer soit les mêmes rôles soit plusieurs rôles dans une multitude de projets musicaux. Ces temps-ci je joue dans quatre groupes (cinq jusqu’à ce que l’un fasse bande à part récemment – R.I.P. Sphinxs) et au fil du temps je me suis de plus en plus fait à l’idée que les répét étaient mon “temps libre”. En fait, c’est mieux comme ça. Ce qui ne veut pas dire que ce n’est pas du boulot à gérer.

Donc, avis à tous ceux et toutes celles qui chercheraient à commencer/rejoindre un autre groupe mais qui ne pensent pas avoir le temps/la dévotion/la motivation de le faire : sachez juste qu’il y a moyen d’être modérément heureux tout en étant modéremment stressé et constamment occupé. Voici mes conseils pour éviter de péter des câbles en jouant dans plusieurs groupes à la fois.

CONNAÎTRE SES PARTENAIRES ET SAVOIR CE QU’ILS VEULENT

a. Si vous ne pouvez pas supporter quelqu’un dans la vie en général, je doute sérieusement que vous soyez capable de le supporter dans un local de répétition confiné et mal aéré, une ou deux fois par semaine, pendant des heures et des heures. La majorité de mes partenaires de groupes sont aussi des amis proches avec lesquels je traînerais en dehors des obligations de la vie de groupe, et j’apprécie aussi ceux avec lesquels je ne traîne pas. Ce sont de vrais adultes avec de meilleures choses à faire que de traîner avec moi. Choisir un partenaire de jeu sur le seul critère qu’il/elle est très bon/bonne dans son domaine n’est pas suffisant. À moins que vous ne jouiez dans des stades et ne voyagiez séparément chacun dans votre jet privé, ces gens devront devenir une famille, et le van votre maison. Une famille d’excentriques dans une maison étroite et mal odorante. Alors choisissez-en les membres de manière avisée.

b. Il est très dur d’avancer si l’idée que chacun se fait de l’avant est en fait une direction différente. Faites en sorte d’être entouré d’individus ayant le même état d’esprit que vous, qui ont la volonté d’emmener ce truc là où il doit aller. Quand j’ai commencé à jouer de la musique, j’essayais de micro-gérer tous les groupes auxquels j’appartenais. Même si le fait d’avoir une bonne idée de ce que vous voulez et l’énergie pour porter le projet n’est jamais une mauvaise chose, cela ne conviendra pas toujours à tout le monde. Parfois les gens s’en ficheront tellement du groupe que toute tentative pour organiser ou rester en charge vous entraînera vers la dépression nerveuse. Le tout est ici de –

CONNAÎTRE SON RÔLE

a. Si vous êtes un maniaque qui veut tout contrôler et que vous avez BESOIN d’être en charge de tout, tout le temps, votre ou vos groupes doivent en être au courant et prêts à se mettre en retrait si nécessaire. Évitez le gros bordel de vous retrouver avec 5 personnes essayant d’être aux manettes en même temps, mais sachez aussi qu’il y a une bonne chance que vous vous fassiez péter des câbles si vous essayez d’être le patron tout seul de plusieurs cirques en même temps. Étant moi-même un maniaque du contrôle, j’ai trouvé plus facile de prendre les rênes d’un seul groupe (pour satisfaire ma faim) et de faire en sorte de ne m’impliquer que dans d’autres groupes ayant déjà “un chef de famille” en qui je peux avoir confiance. Cela ne veut pas dire que je ne donne pas un coup de main de temps en temps dans ce sur quoi je pense qu’il y pourrait avoir/qu’il y aurait quelque chose à faire, mais il est crucial pour le bien-être de mon cerveau que le bateau soit en mesure de naviguer sans que je sois à la barre.

b. Soyez exigeant. Sachez quel rôle vous voulez avoir dans le groupe et faites vos choix en conséquence. J’ai souvent vu des membres devenir misérables parce qu’ils n’avaient pas “leur mot” à dire que ce soit dans l’écriture, la réservation des concerts, la commercialisation ou autre. Déterminez quel rôle vous voulez jouer dans le groupe, et faites en sorte que le groupe accepte que vous assumiez ce rôle. Sinon, passez à autre chose. S’il y a bien une chose qui ne manque pas, ce sont des groupes cherchant des membres.

AIMER CE QU’ON FAIT

a. Être dans un groupe est souvent loin d’être toujours amusant. Donc si vous vous joignez à un groupe, soyez sûr de le faire pour les bonnes raisons : vous aimez jouer, vous adorez leurs morceaux, et vous le sentez bien. Si vous rejoignez un groupe seulement pour vous en enorgueillir auprès de vos amis et le montrer au tout-Facebook, il y a de bonnes chances pour que vous soyez remercié plus vite que vous ne le croyez. Comme tout dans la vie, c’est une succession de hauts et de bas et les gens sans passion fondent comme neige au soleil quand ils heurtent le fond. Ne soyez pas de la neige. Ne soyez pas un imposteur.

b. Personne n’aime les rabat-joie permanents. Si vous vous sentez misérable dans la vie et que vous essayez de mettre ça sur la scène, il est très peu probable que la foule voudra partager vos humeurs. Et si elle le fait, je ne sais pas si vos partenaires de groupe le tolèreront longtemps.

MAÎTRISEZ VOTRE SUJET

a. Être dans un groupe implique généralement de mémoriser une matière d’au moins 30 à 45 minutes. Pour chaque groupe que vous rejoindrez, cette matière sera multipliée par deux. Si vous ne connaissez pas les chansons sur le bout des doigts, vous et vos partenaires allez être très frustrés à chaque fois que vous ne ferez pas l’accord en sol mineur sur le refrain de ce foutu morceau. Si vous n’êtes pas capable ou si vous n’avez pas envie de prendre le temps d’apprendre les chansons et d’entretenir ledit apprentissage, peut-être qu’un nouveau groupe n’est pas ce dont vous avez besoin.

b. Maîtriser son sujet implique aussi de savoir ce qui se passe dans le(s) groupe(s). Soyez organisé. Où est-ce que vous jouez la prochaine fois? Quand est-ce que sont les répét’? Où/quand enregistrez-vous? Ce n’est pas parce que vous ne réservez pas les concerts que vous devez ignorer quand ils se passent. Être dans deux groupes en même temps devient vraiment embarrassant (surtout pour vos partenaires) quand vous êtes toujours programmé sur deux spectacles en même temps, ou que vous annulez toujours les répét’ au dernier moment parce que vous avez « oublié » que vous deviez jouer avec quelqu’un d’autre. Tenez un calendrier et regardez-le quotidiennement. Le téléphone, ça ne sert pas qu’à envoyer des sms et à utiliser Snapchat.

AVOIR UNE SORTIE (DIFFÉRENTE) À SA DISPOSITION

J’ai compris. Vous jouez dans un million de groupes parce que la musique, c’est votre vie. Il peut devenir extrêmement facile de s’ennuyer dans les choses que vous aimez juste parce que vous ne vous donnez jamais l’opportunité qu’elles vous manquent. Alors explorez autre chose. Dessinez. Lisez. Écrivez. Regardez la télé. Faites votre boulot. N’importe quoi. Je suis un artiste visuel, je gère un label de musique et je travaille à plein temps quand je ne joue pas dans mes groupes. Ça peut paraître beaucoup, mais être constamment occupé est la seule chose que je connaisse et je gère cela en explorant ces autres possibilités. Si la musique est la SEULE CHOSE QUE VOUS FAITES DANS LA VIE, il y a de grandes chances pour que cela devienne une routine. Et comme dans toute relation, la routine tue la romance.

ADMETTRE QU’ON EST UN PEU MALADE MENTAL

La plupart des êtres humains travaillent et rentrent à la maison en se plaignant de ne pas pouvoir y passer moins de temps. La plupart des musiciens travaillent et passent le reste du reste de leur temps diurne/nocturne à répéter, à travailler sur des chansons, à réparer du matériel, à le charger et le décharger, à jouer dans des concerts et à organiser leur prochaine étape/leur prochain concert. Il faut être cinglé. Nous sommes cinglés. Si vous jouez dans plusieurs groupes en même temps, vous êtes encore plus cinglé-e. Mais là encore, si nous le faisons, il y a une raison et c’est probablement une des raisons pour lesquelles le public vient nous voir et nous écouter. Alors acceptez les troubles mentaux.

Voici mon point de vue sur la façon de maintenir une vie à peu près saine en jouant dans plusieurs groupes en même temps. Cette vision est basée sur ma seule expérience, qui a été constituée de tonnes et de tonnes d’essais et d’erreurs. Je me suis fait des amis, j’ai perdu des amis aussi. J’ai aimé et j’ai perdu. J’ai eu des moments de lucidité et des mois où j’avais l’impression de perdre la tête. Comme dans tous les autres aspects de la vie, sachez juste ce que vous voulez et soyez honnête avec vous-même. Si cela ne vous va pas, laissez tomber et passez à autre chose. Restez heureux. Soyez rigoureux.

New Canadiana :: The Lad Mags – Trick

The Lad Mags - Trick

The Lad Mags have always commandeered a dirty streak, but they’ve never sounded more in control of their otherworldly abilities, conjuring up fierce sound waves of soul-indebted scuzz rock . A-side “Trick” seems beamed from an alternate universe directly to the dark corners of your cerebral cortex with its sweet harmonies, lyrics of caustic kiss-offs, and indelible organ liftoffs. Yet b-side “You Stole My Mind” takes a different route entirely. Opting for an afterhours vibe, it’s a sonic invitation taking you into a groovy ghoulie bash. Dig in, but take heed!

The Lad Mags font de la grosse musique sale depuis toujours, mais ils n’ont jamais été aussi en contrôle de leur capacités surnaturelles, invoquant des oscillations rock scuzz imprégnées de soul. La face A « Trick » semble rayonner d’un univers alternatif directement vers les coins sombres de ton cortex cérébral avec ses douces harmonies, ses paroles d’adieux caustiques et ses orgues indélébiles planants. La face B « You Stole My Mind » prend une direction complètement différente. Optant pour une ambiance de fin de soirée, on te lance une invitation sonore à une fête macabre qui groove. Bon appétit, mais fais gaffe!


The Lad Mags – Trick


The Lad Mags – You Stole My Mind