Tag: halifax

New Canadiana :: The Graboids – Back to Perfection

Weird_Canada-The_Graboids

Get in the ring for four short rounds with these self-loathing East Coast pop-punkers and you’ll be sure to come out pogoing and smelling like hacked darts. The A-side gets the party started but B-sides “Your Mom’s New Boyfriend” and “Bad Ramones” pin you down for the win.

Saute sur le ring pour quatre rounds contre ces pop-punks de la côte est asphyxiés par leur haine d’eux-mêmes – c’est certain que tu vas ressortir en faisant le pogo et en sentant le cendrier. La face A lance le bal, mais « Your Mom’s New Boyfriend » et « Bad Ramones » de la face B t’écrasent par terre, leur assurant ainsi la victoire.

The Graboids – Want Too Much

The Graboids – Bad Ramones

New Canadiana :: Robert Loveless – Domino

Weird_Canada-Robert_Loveless-Domino

Somewhere, there’s a stygian discotheque that plays Robert Loveless ad infinitum. On Domino, Loveless sounds like he’s been hangin’ with the no-goodniks on the wrong side of the harbour. Warped 45-soul gets sleazy with manipulated grooves. This one’s another diamond in Halifax’s kimberlite pipe.

Quelque part se trouve une discothèque ténébreuse où l’on joue du Robert Loveless à l’infini. Sur Domino, Loveless a l’air d’avoir fréquenté les voyous dans le mauvais côté du refuge. En présence de grooves manipulés, un soul 45 tordu devient glauque. Voici un autre diamant provenant de la pipe de kimberlites d’Halifax.


Robert Loveless – Get a Life, Get a Love


Robert Loveless – Too Soon

New Canadiana :: The Everywheres – HABITUALISM

Weird_Canada-The_Everywheres-Habitualism

The Everywheres have been busy, with their freshman and sophomore albums both released in 2013. Each has the potency to put even the most sullen of listeners into a psychotropic trance, tongue lolling and head banging (albeit in slow-motion). With HABITUALISM, the Halifax-based four piece show consistency, sticking with sleepy vocals courtesy of Samuel Hill, shimmering guitar leads, and meditative drumming. While on the surface the album appears to be unrelentingly effulgent, further inspection reveals a distinct melancholy seeping through. It’s a reminder that lazy summer days filled with sunburns, ferry rides, and second hand highs turn into chilly summer nights (and you forgot your sweater on the ferry).

The Everywheres étaient bien occupés récemment avec leur premier et deuxième albums tous deux sortis en 2013. Les deux ont le potentiel de mettre le plus maussade des auditeurs dans une transe psychotropique, la langue pendante et la tête en plein headbang (au ralenti, toutefois). Avec HABITUALISM, le quatuor de Halifax se montre cohérent et s’en tient aux paroles endormies de Samuel Hill, à une guitare d’avant-plan éclatante et à une batterie méditative. Bien qu’à première vue l’album semble s’acharner dans sa radiance, un second regard révèle une mélancolie distincte qui s’infiltre. Celle-ci sert à nous rappeler que ces jours d’été bien relax remplis de coups de soleil, de balades en traversier et de délires d’occasion se transforment en fraîches nuits d’été (et que vous avez oublié votre veste sur le traversier).


The Everywheres – Through Flowers


The Everywheres – Organ

New Canadiana :: Harley Alexander – Universal Love

Weird_Canada-Harley_Alexander-Universal_Love

With the thick patois of a digispheric cleric, Harley Alexander’s conversationally topical magnum opus breaks free from the slight-of-hand conceit of politically charged love to invoke the universal magnanimity of sonically imbued idiosyncratic absolutes. With tumbling turnabouts of tongue-in-cheek invective, he gives it to the man in subtly crass fashion, lamenting the evolution of love and life within the stifling hegemony of bureaucratically inept self-preservationism. Revolution is nigh, its movability high, and its timbre that of cosmically ordained ardour.

Avec le fort patois d’un prêtre digisphérique, l’oeuvre maitresse conversationellement pertinente de Harley Alexander se libère de la vanité fourbe qui vient avec l’amour politiquement chargé pour invoquer la magnanimité universelle d’absolus idiosyncrasiques imprégnés d’acoustiques. À l’aide de renversants volte-faces d’insultes goguenardes, il se rebelle contre le système de façon subtilement grossière, se lamentant sur l’évolution de l’amour et de la vie à l’intérieur d’une hégémonie étouffante guidée par un instinct de préservation bureaucratiquement inepte. La révolution est proche, sa mobilité élevée et son timbre celui d’une ardeur ordonnée cosmiquement.


Harley Alexander – F Da Man


Harley Alexander – Universal Love

Imprint :: Craft Singles

Weird_Canada-Imprint-Craft_Singles

Since its first batch of releases in early 2011, Craft Singles has been steadily cultivating and curating “a series of snapshots of interrelated communities.” Perpetually delving into disparate sounds and geographies, the subscription-based label educates its listeners in Canadiana through brief, single-driven cassette doses. Each meticulously orchestrated batch of releases offers a unique visual aesthetic and attention to packaging, adding collectibility to the already enticing array of singles. Weird Canada spoke to Andy March, founder of Craft Singles.


The You Are Minez – Can’t Question Desire


Quivers – Mantis


The Ether – Dead Scene Politics


Craig Currie – Painter’s Sink

Max Cotter: What are the origins of Craft Singles (CS) and how did it evolve into its current form?

Andy March: CS started as a project where I wanted to try my hand at production. I had been recording, playing in bands, and running labels, and I thought it would be a worthwhile exercise to see what I could do to put all that together and try to produce recordings. I wanted to be able to work with a lot of different artists, to do it without needing to find much money, to work quickly and release things rapidly, and to publish the output in a coherent form, as a project, in a format that was collectible. I also wanted to be able to give the bands something that they could sell, which could get reviewed, with the result of garnering some attention.

The cassette single format is one I have always liked. It made sense to me that the project as a whole could gain some momentum, even if the releases were very short, and the editions very small. I bought a cassette duplicator, a glue dispenser gun, and trained with Charles Austin at Echo Chamber Audio, reaching an agreement where I could use the studio at night for a reasonable rate. The first half-dozen or so releases followed this ethos, and I made some recordings I am really proud of. Friendly Dimension, The Ether, Special Costello, and Lantern really stand out for me as sessions where I put a lot of thought and effort into being the perfect producer for that particular group at that particular point in their career, and I think I gave them something that made sense for them that, at the time, did justice to their development and their aesthetic.

As I began to spend less time in Halifax and Montreal (where I had studio access as well), and as I became more focused on my own band, CS morphed into more of a traditional label in that bands, such as Play Guitar and Grand Trine, submitted their content for release through the label. I was still doing some recordings for bands like Bad Vibrations, but the emphasis was more on making the release process affordable, without losing quality, for bands that were near the beginning of their careers.

At this point the label began to grow in its ability to provide exposure across Canada, in part thanks to Weird Canada and campus radio. It fell into its current character; a series of snapshots of interrelated communities, a rhizome of bands and musicians and scenes.

There seemed to be a heavy focus on the Halifax scene that has slowly shifted to documenting other parts of the country. What led to this change? How has CS’s relationship with the Halifax music community changed with this shift?

I am fairly nomadic so as I spent less [time in] Halifax and started exploring other parts of the country, I found relationships between cities that made it possible to expand the label to other regions. Sackville, Montreal, Toronto, and Calgary all have threads in common; dialogues of various degrees between certain threads of creativities, which was very exciting for me to realize. My relationship to the Halifax scene is still strong. I go back all the time and try to keep tabs on what is up, and I hope to be able to continue this forever.

Especially considering the aforementioned shift, how does the CS curation process work? Has it become more of a challenge to make informed release decisions when looking with a wider lens at Canada as a whole? The process of deciding on releases is pretty straight forward. I try to determine if a release is mutually beneficial for all parties involved: the band, the label, and the other bands under the label. If so, and if the band is keen, I do whatever needs done to make a tape happen. I find that the wider the scope geographically, the more cohesive the project becomes. Releasing Homebody (from Denver, Colorado) and seeing the ties with, say, Heaven For Real or You Are Minez, was really sweet.

With each round of releases featuring a different-yet-cohesive aesthetic, it seems graphic design is an important aspect of CS. How would you describe the relationship between the label/music and the visual aspects?

I spent a long time in art school in Halifax, and I decided early on that visual cohesion was vital to the sensibility of the project. Other labels–like Sacred Bones–incorporate the visual to great effect, and I get a lot of satisfaction from doing this successfully. I do feel a little strange imposing an aesthetic on a group of artists, but ultimately I think it plays a big role in making the label operate the way it does, ontologically, and no one has made a stink about it yet.

As a subscriber, I’ve always found each round of CS releases is like a lesson in independent Canadian music. What led to the idea of a subscription based label?

The subscription is just a way to maintain momentum as well as adding another element to the nature of the project. I think it makes it a richer project by adding to the element of collectibility, like when you wanted a complete set of baseball cards when you were a kid, and if you were really keen, maybe you would just buy the whole set at once. In this way the collector becomes a part of the project. They don’t know what tape they will be getting, they are subscribing to the label, and they are really another wing of the whole thing.

How does the cassette format relate to the CS ideology and aesthetic? Is the label bound to this specific medium or do you have plans to experiment in other tangible delivery methods?

Cassettes are amazing because they are cheap, easy to duplicate, easy to package, durable, and they ship cheaply as lettermail. They also make unmastered digital recordings sound cooler, and they don’t take up much space in your collection. They have a wide spine, so as a series the spines all line up to look great on your shelf.

In 2010 I bought a very large and ancient record lathe, which is a device used in manufacturing vinyl records. I modified the machine, and along with a rad online community, experimented to find a way to use it for short run manufacturing of hand-made records. At this point it is possible, for a few dollars, to produce a mono disk that does not wear out with use, that will play well, and that sounds excellent across a large frequency range, with a low noise floor, and at a decent volume, on MOST turntables. Unfortunately the Stylus that the machine uses is made of Saphire, and costs about $100, so mistakes are very expensive, and a big part of the experimentation has been getting as many copies as possible out of a stylus without wearing it out. My first release in this format was CS024-SLOW BURN for TORONTO HOMICIDE SQUAD. The run of 30 copies took me about 2 long days of work, and they came out great.

What’s next for CS?

Next up are releases for Negative Rage and Un Blonde, two of the most exciting cassingles to date. Both are young, ‘auteur’ types and I am beside myself with excitement. I think the next wave of artists in Canada will be truly unbelievable, and everyone should be ready to have their minds blown into a million pieces. At the same time I am very pleased to see CS bands like Heaven For Real, Monomyth, Old and Weird, and others, move forward in their careers at an amazing pace, and I am thinking of ways that the label can evolve to keep up with them.

Craft Singles Discography (to date):
CS001 – Omma Cobba – Policeman
CS002 – The Ether – Dead Scene Politics
CS003 – The Friendly Dimension – Executive Koala
CS004 – Lantern – American Razorwire
CS005 – Kill Squares – Swim To Me
CS006 – Play Guitar – Majic Child
CS007 – Grand Trine – Euthanize Me
CS008 – Crosss – Bone Brigade
CS009 – Bloodhouse – Baby Butter Knife
CS010 – Transfixed – Physical Demands
CS011 – Bad Vibrations – In The Rough
CS012 – Old and Weird – Minstrel Rock
CS013 – Special Costello – Music and Image
CS014 – The You Are Minez – Can’t Question Desire
CS015 – Astral Gunk – Street Level
CS016 – Yellowteeth – Repo
CS017 – Chief Thundercloud – End of August
CS018 – Quaker Parents – Rubber Match
CS019 – Quivers – Self Portrait in E
CS020 – Heaven For Real – Hero’s Code
CS021 – Monomyth – Trash Day
CS022 – Homebody – Homebody EP
CS024 – Toronto Homicide Squad – Slow Burn
CS025 – Negative Rage – I’m Controlled, You’re Controlled

Depuis sa première fournée de sorties en 2011, Craft Singles cultive de façon régulière une série de clichés de communautés entremêlées. Fouillant perpétuellement les creusets de sons et de géographies disparates, l’étiquette qui fonctionne par abonnement éduque ses adeptes en Canadiana au moyen de doses de cassettes brèves et orientées vers le simple. Chacune des fournées de sorties méticuleusement orchestrées offre une esthétique visuelle unique et une attention toute particulière à l’emballage, ajoutant l’envie de collection aux déjà très séduisants simples. Weird Canada a conversé avec Andy March, le fondateur de Craft Singles.


The You Are Minez – Can’t Question Desire


Quivers – Mantis


The Ether – Dead Scene Politics

Max Cotter : Quelles sont les origines de Craft Singles (CS) et comment l’étiquette a-t-elle évolué pour atteindre sa forme actuelle?

Andy March : CS a débuté par un projet où je voulais essayer de produire pour la première fois. Auparavant j’avais enregistré, joué dans des groupes et dirigé des étiquettes et je pensais que cela vaudrait la peine de voir ce que je pourrais obtenir comme résultat en combinant le tout grâce à la production. Je voulais avoir l’opportunité de travailler avec de nombreux artistes différents, de pouvoir le faire sans avoir besoin de trop de sous, de travailler et de sortir des trucs rapidement et de publier le tout de façon cohérente, dans un format facile à collectionner. Je voulais aussi être en mesure d’offrir aux artistes quelque chose qu’ils peuvent vendre, quelque chose à propos duquel on peut écrire, dans le but d’attirer l’attention sur la musique.

Le format cassette est un truc que j’ai toujours aimé. Ça avait du sens pour moi que le projet prenne de l’élan, même si les parutions étaient très courtes et le nombre de copies limité. J’ai acheté une reproductrice de cassettes, un fusil à colle et discuté avec Charles Austin de Echo Chamber Audio. On s’est entendu pour que je puisse utiliser son studio un soir par semaine, à un prix raisonnable. La première demi-douzaine de parutions a suivi cette philosophie et j’ai produit des trucs dont je suis très fier. Friendly Dimension, The Ether, Special Costello, et Lantern se distinguent particulièrement pour moi comme des sessions auxquelles j’ai consacré beaucoup de temps et d’effort afin d’être le meilleur producteur pour chaque artistes à ce point particulier de leur carrière. Je crois leur avoir donné un résultat qui avait du sens pour eux et que ce résultat rendait justice à leur développement et à leur esthétique du moment.

Lorsque j’ai commencé à passer de moins en moins de temps à Halifax et à Montréal (où j’avais aussi accès à un studio) pour me concentrer davantage sur mon propre groupe, CS s’est transformé en une étiquette plus traditionnelle; des groupes comme Play Guitar et Grand Trine ont soumis leur matériel en vue d’une parution sous l’étiquette. Je faisais toujours des enregistrements pour des groupes comme Bad Vibrations mais l’accent était plus sur la volonté de rendre le processus abordable, sans compromettre la qualité, pour des groupes qui commençaient leur carrière.

À ce moment-là, l’étiquette a commencé à développer sa capacité à faire connaître des groupes à travers le pays, en partie grâce à Weird Canada et aux radios communautaires. C’est devenu ce que c’est maintenant : une série de clichés de communautés entremêlées, un rhizome de groupes, de musiciens et de scènes.

Il semble que l’accent ait d’abord été mis sur la scène d’Halifax pour ensuite se déplacer vers d’autres coins du pays. Qu’est-ce qui a motivé ce changement? Comment est-ce que la relation de CS avec la scène musicale d’Halifax a changé de ce fait?

Je suis passablement nomade alors je passais de moins en moins de temps à Halifax et j’explorais d’autres coins de pays. J’ai trouvé des similarités avec d’autres villes qui rendaient possible l’expansion de l’étiquette vers d’autres régions. Sackville, Montréal, Toronto et Calgary ont toutes des fils en commun; des dialogues à différents degrés entre certains fils créatifs, une réalisation très excitante pour moi. Ma relation avec la scène d’Halifax est toujours très forte. J’y retourne souvent, j’essaie de me tenir au courant de ce qui s’y passe et j’espère être toujours en mesure de le faire.

Compte tenu de l’évolution qu’on vient de mentionner, comment fonctionne maintenant le processus de sélection de CS? Est-il plus difficile de prendre une décision éclairée pour une parution maintenant que vous devez tenir compte du Canada tout entier?

Le processus de décision pour les nouvelles parutions est assez simple. J’essaie de déterminer si une parution est bénéfique pour toutes les parties concernées : le groupe, l’étiquette et les autres groupes sous l’étiquette. Si c’est le cas et que le groupe en a envie, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour créer une cassette. Je trouve que plus l’envergure géographique est étendue, plus on retrouve de cohésion entre les projets. Faire paraître Homebody (de Denver, Colorado) et voir les liens entre par exemple Heaven For Real ou You Are Minez était vraiment sympa.

Chaque ronde de parutions présente une esthétique différente mais toujours en cohésion et il me semble que le design graphique est un aspect important de CS. Comment décrirais-tu la relation entre l’étiquette/la musique et l’aspect visuel?

J’ai passé beaucoup de temps à l’école d’art à Halifax et j’ai décidé dès le départ que cette cohésion visuelle était vitale pour la sensibilité du projet. D’autres étiquettes – comme Sacred Bones– incorporent le visuel pour un superbe effet et je trouve une grande satisfaction à réussir à faire la même chose. C’est un peu bizarre d’imposer une esthétique à un groupe d’artistes mais en fin de compte je pense que c’est important pour faire fonctionner l’étiquette comme elle fonctionne, ontologiquement. Jusqu’à maintenant cela n’a jamais été un problème avec les artistes.

En tant qu’abonné, j’ai toujours trouvé que chaque ronde de parutions par CS était comme une leçon sur la musique indépendante canadienne. D’où est née l’idée d’une étiquette qui fonctionne par abonnement?

L’abonnement est une manière de maintenir l’élan et d’ajouter un autre élément à la nature du projet. Je crois que le fait d’ajouter l’élément de collection rend le projet plus riche, comme quand tu voulais une série complète de cartes de baseball quand tu étais enfant. Si tu étais vraiment passionné, tu achetais la série au complet d’un coup. De cette manière, le collectionneur fait partie du projet. Il ne sait pas quelle cassette il va recevoir : il est abonné à l’étiquette et il est vraiment une autre composante du processus global.

Comment est-ce que le format cassette est lié à l’esthétique et à l’idéologie de CS? Est-ce que l’étiquette est limitée à ce médium ou vous avez l’intention d’expérimenter d’autres méthodes de parution tangibles?

Les cassettes sont géniales parce qu’elles ne sont pas chères, sont faciles à reproduire, faciles à emballer, durables et elles ne sont pas plus cher à expédier par la poste que les lettres. Elles rendent aussi les enregistrements numériques non masterisés plus cool et ne prennent pas une énorme place physiquement. Elles ont une tranche large, alors remplir une tablette avec une collection produit vraiment un bel effet.

En 2010, j’ai acheté un très grand et ancien tour d’usinage de disques (record lathe), un engin utilisé dans la manufacture de disques vinyl. J’ai modifié l’engin, et avec l’aide d’une super communauté internet, j’ai expérimenté une façon de m’en servir pour produire des petites quantités de disques fait-main. Présentement il est possible pour quelques dollars de produire un disque mono qui ne s’use pas, qui jouera bien et qui produit un son excellent sur un éventail de fréquences, avec un minimum de bruit de fonds et à un volume intéressant sur la plupart des tables tournantes. Malheureusement, le stylet que l’engin utilise est fait de saphir et coûte à peu près 100 $ donc les erreurs sont coûteuses et la majorité de mes expérimentations ont consisté à produire un maximum de copies avant que le stylet ne s’use. Ma première parution dans ce format a été CS024-SLOW BURN pour TORONTO HOMICIDE SQUAD. Un total de 30 copies m’a demandé deux longues journées de travail et le résultat est génial.

Qu’est-ce qui s’en vient pour CS?

Les prochaines parutions seront Negative Rage et Un Blonde, deux des plus excitants simple-cassettes jusqu’à maintenant. Les deux sont jeunes, du type « auteur » et je suis super excité. Je pense que la prochaine vague d’artistes au Canada sera incroyable et tout le monde devrait se préparer à halluciner en 10 000 couleurs. D’ailleurs, je suis vraiment content de voir des groupes de CS comme Heaven For Real, Monomyth, Old and Weird et d’autres avancer dans leur carrière à grande vitesse et je réfléchis à des moyens de faire avancer l’étiquette avec eux.

Discographie de Craft Singles (jusqu’à maintenant) :
CS001 – Omma Cobba – Policeman
CS002 – The Ether – Dead Scene Politics
CS003 – The Friendly Dimension – Executive Koala
CS004 – Lantern – American Razorwire
CS005 – Kill Squares – Swim To Me
CS006 – Play Guitar – Majic Child
CS007 – Grand Trine – Euthanize Me
CS008 – Crosss – Bone Brigade
CS009 – Bloodhouse – Baby Butter Knife
CS010 – Transfixed – Physical Demands
CS011 – Bad Vibrations – In The Rough
CS012 – Old and Weird – Minstrel Rock
CS013 – Special Costello – Music and Image
CS014 – The You Are Minez – Can’t Question Desire
CS015 – Astral Gunk – Street Level
CS016 – Yellowteeth – Repo
CS017 – Chief Thundercloud – End of August
CS018 – Quaker Parents – Rubber Match
CS019 – Quivers – Self Portrait in E
CS020 – Heaven For Real – Hero’s Code
CS021 – Monomyth – Trash Day
CS022 – Homebody – Homebody EP
CS024 – Toronto Homicide Squad – Slow Burn
CS025 – Negative Rage – I’m Controlled, You’re Controlled

New Canadiana :: Moss Harvest // Downfuckinghill – Split

Weird_Canada-Moss_Harvest_DFH-Split

Aught Void is a new cassette label from Calgary, AB focusing on particularly dark strands of ambient, drone, and powerviolence. A V 01 slowly coaxes forth two long-form essays of looming pensivity from a pair of naturopathic hypnotists. Downfuckinghill’s swaying synths and cloudy tones run contrary to its anxiously forceful name, instead evoking the fragile magic of a misty ravine soundwalk. On the flip side, Moss Harvest brings an anxiously soothing rainy day ambience with swishing field-recording manipulations and hair-tussling wind sweeps to rid your mental floor of any hidden dust bunnies in the corners.

Aught Void est un nouveau label de Calgary axé sur des branches particulièrement sombres d’ambiant, de drone et de powerviolence. A V 01 attire lentement deux longs essais qui sont d’une pensivité à en donner la chair de poule, offerts par deux hypnotistes naturopathiques. Les synthés oscillants de Downfuckinghill ainsi que ses tons nuageux ne vont pas avec le nom anxieusement violent du groupe, évoquant plutôt la magie fragile d’une marche sonore dans misty ravine. En revanche, Moss Harvest amène une ambiance de jour pluvieux avec des manipulations sifflantes d’enregistrement sur place et des vents ébouriffants pour enlever les moutons de poussière des quatre coins de votre plancher mental.


Downfuckinghill – And So They Live


Moss Harvest – Swallowed Sparrows

New Canadiana :: Grump – Back to Being Normal

Weird_Canada-Grump-Back_to_Being_Normal

Broke your Circle Jerks tape? Lost your copy of Wasted…Again again? Turned away at the door for the third time this month for trying to pay cover with a homemade pipe bomb? Out of spray paint after tagging “DK” on everything in sight? Booting way home to your cheese stink basement for another night of solo hard alcohol endurance training? Don’t worry, punk, there’s still hope! Grump can be the outboard motor of the contraband speedboat for mental symbiosis, satiating your hungry fists. Get fed!

Ta cassette de Circle Jerks est brisée? Celle de Wasted… Again est encore perdue? C’est la troisième fois ce mois-ci qu’on refuse de te laisser entrer dans un bar parce que tu essayes de payer ton cover avec une bombe artisanale? Ta cannette de peinture est vide parce que tu as des graffitis de « DK » un peu partout? Tes bottes te ramènent dans ton sous-sol qui pue le fromage pour une autre nuit à augmenter ta tolérance à l’alcool fort? T’en fais pas, le punk, y a encore de l’espoir! Grump peut être le moteur du hors-bord de contrebande pour ta symbiose mentale. Il va rassasier tes poings. Profites-en!


Grump – Supplication


Grump – Future Cult Leader

New Canadiana :: No Bodies – No Bodies

No Bodies - No BodiesNo Bodies - No Bodies

Prismatic curtains of the brightest bright clouds dampen eyes as octagonal lovepop lamentations tie the bows of warbly wanderlustings to manically lysergic footsoldiers. No Bodies march in time to the turning of the incandescent leaves that fall from the outstretched arms of our benevolent empyrean guardians. In tune with the Shangri-la soundspace of John C. Lilly’s cetacean sensationalism, No Bodies are both tune and trip, expelling a carefree lovery from their lurid synapticisms. These sounds lap to the pulse of an Easternly tide found in the bottom of pockets damp with the seeping colours of the deepest recesses of our cerebral joviality.

Les nuages les plus brillants forment des rideaux prismatiques et humectent nos yeux alors que des lamentations lovepop octogonales passent de gazouillements expansifs à fantassins frénétiquement lysergiques. No Bodies défilent au rythme du changement des feuilles incandescentes qui tombent des bras tendus de nos bienveillants divins gardiens. En harmonie avec le paradis sonore du sensationalisme cétacé de John C. Lilly, No Bodies sont à la fois la mélodie et la chute, exhalant par leurs synapses criardes un amour insouciant. Ces sons clapotent au pouls d’une marée de l’est, trouvée au fond de nos poches rendues humides par les couleurs qui suintent des plus profonds recoins de notre jovialité cérébrale.


No Bodies – Tell Me Who You Love


No Bodies – Forgotten Song

New Canadiana :: Hey Mother Death – Highway

Hey Mother Death - HighwayWeird_Canada-Hey Mother Death - Highway

Conceived and refined over long distances and wayward travels, Hey Mother Death is the love child of Parisian Laurence Strelka and Denma Peisinger of Nova Scotia. The two draw from a wide variety of sources, not excluding endless highways, Chögyam Trungpa Rinpoche, and all too tellingly, a haunted house in rural France dating back to the 13th century. Highway exudes an eerie sense of foreboding, epitomized in the video for “The Hills” directed by Harald Hutter. The timing, spacing and gradual development of guitar pedal wizardry is sublime, the seductively dry spoken word of Strelka as bleak as it is potent.

Conçu et peaufiné entre de longues distances et voyages en dérive, Hey Mother Death est le fruit d’un amour entre la Parisienne Laurence Strelka et Denma Peisinger de la Nouvelle-Écosse. Nombreuses sont les sources d’inspirations créatrices de ce groupe, entre autoroutes infinies, Chögyam Trungpa Rinpoché, et une maison hantée du 13e siècle en France rurale. Highway exsude d’une appréhension sinistre symbolisée dans la vidéo pour « The Hills », dirigée par Harald Hutter. L’espacement, le timing et le développement graduel du jeu de guitare sont sublimes et les paroles, la force séductrice de Strelka, sont aussi mornes que puissantes.


Hey Mother Death – Highway


Hey Mother Death – The Hills

New Canadiana :: Blonde Wig – Smiling Maze

Blonde Wig - Smiling Maze

Aaron Webster wafted westward with the mind-massaging overdrive of his loop-based project The Party Upstairs, but he’s been slipping out bed-headed pop as Blonde Wig since 2010. On Smiling Maze, liquefied strums and cardboard box drums lay down the cushion for a pinched nose delivery, like Nick Nicely sitting in a tin can before being tossed into the blue bin. Hand-dubbed over dollar bin tapes by request (mine came complete with Bryan Ferry leakage), this is mail art as auditory autobiography from the mind beneath the wig.

Aaron Webster a flotté vers l’ouest avec l’excès stimulant de The Party Upstairs, son projet de looping, mais depuis 2010, il sort aussi des enregistrements de sous-sols sous le nom de Blonde Wig. Sur Smiling Maze, le grattage liquéfié et la batterie assourdie servent d’arrière-plan à une voix nasale qui rappelle celle de Nick Nicely qui résonne dans une boîte de conserve avant qu’elle soit jetée au recyclage. Délibérément copié sur des cassettes usagées (sur ma copie, on peut entendre Bryan Ferry), cet enregistrement est de l’art postal sous forme d’autobiographie auditive qui nous vient de l’esprit sous la perruque.


Blonde Wig – Working For You


Blonde Wig – Clown