we are northernly


New Canadiana :: RAMZi – Bébites

Weird_Canada-RAMZi-Bebites

The spirit of the jungle is a harmony that manifests in pluralistic conflict. As RAMZi pulls us below the canopy, the peace of chlorophyllic homogeneity gives way to alien discombobulation. The bébites scamper along the cold, damp earth, screeching in perpetual cacophony. This is the language of war and sex. Peace, for the bébites, is inexpressible. It is only through the polyglot mediation of RAMZi that their cacophony becomes euphony. As such, the meaningful substance of Bébites becomes apparent in its constituent sonic organisms. To bounce with the bébites is to see the unity of the jungle in all of its beautiful disarray.

L’esprit de la jungle est une harmonie qui se présente sous forme de conflit pluraliste. Alors que RAMZi nous amène sous la voûte forestière, la paix de l’homogénéité chlorophyllienne cède le passage à l’émoi extraterrestre. Les bébites galopent sur la terre froide et humide, hurlant dans une cacophonie perpétuelle – le langage de la guerre et du sexe. Pour les bébites, la paix est inexprimable. Leur cacophonie devient seulement euphonie dans la médiation polyglotte de RAMZi. L’importante substance même de Bébites devient apparente dans les organismes acoustiques qui le composent. Danser avec les bébites, c’est voir l’unité de la jungle dans toute sa jolie désorganisation.


RAMZi – Dancehall Bébite


RAMZi – Nuptial Bébites

New Canadiana :: Solvent – New Ways: Music from the documentary I Dream of Wires

Weird_Canada-Solvent-New_Ways

I Dream of Wires connects your guzintas to the history and current state of modular synthesis. Solvent’s Jason Amm has created the soundtrack, a gurgling-and-sputtering showcase of the synthesized diaspora in its sequenced and modulated forms. Hooked-On melodies share the upper-spectrum with white noise clouds, while the ping-pong motorik of bass and VCBeats provide the infinite-possibility landscape. Basking in a transistor sun with a bucket of patch cables on the wavetable never sounded so good.

I Dream of Wires connecte vos appareils à l’histoire et à l’état actuel de la synthèse modulaire. Jason Amm de Solvent a crée une bande-son, une diaspora synthétique présentée sous forme de séquences modulées. Des mélodies accrocheuses se partagent le paysage avec des nuages de bruits de fond, alors que le motorik rebondissant de la basse et des VCBeats fournit un arrière-plan aux possibilités infinies. Se prélasser sous un soleil-transistor avec un seau de câbles à nos côtés ne nous a jamais semblé aussi attirant.


Solvent – Themogene (I Dream of Wires Theme)


Solvent – Pattern Recognition

Ex Libris :: Roland Pemberton – Magnetic Days

Weird_Canada-Roland_Pemberton-Magnetic_Days-Front_CoverWeird_Canada-Roland_Pemberton-Magnetic_Days-thumb

Flowing like a perfectly lucid day, this adroit body of poetry is boldly personal and principally concerned with observing the public. Roland Pemberton’s “Magnetic Days” is flush in athletic motifs and cryptic references to the city, the seasons, ephemeral relationships and dubious art. The short poems accelerate effortlessly—phrases break into a lyrical run and just as readily reach a choreographed stop. In this creation he takes on a flaneur-esque slant that is clear-minded and hyper-observant. However the work is not free of vulnerability, allowing for the, at times unexpectedly funny, narrating voice to encourage an easy empathy. The diverse collection ends with its eponym, an optimistic explanation of the good fortune that is a “magnetic day.”

Fluide comme une journée parfaitement lucide, cet adroit recueil de poésie est audacieusement personnel et s’intéresse principalement à l’observation du public. « Magnetic Days », de Roland Pemberton, est rempli de motifs athlétiques et de références cryptiques à la ville, aux saisons, aux relations éphémères et à l’art douteux. Ces courts poèmes accélèrent aisément, sans le moindre effort; des phrases s’élancent dans une course lyrique et réussissent un arrêt tout aussi chorégraphié. Dans cette création, l’auteur adopte un point de vue de flâneur urbain qui est clair d’esprit et hyper-observateur. Pourtant, l’œuvre n’est pas sans vulnérabilité, permettant à la narration d’encourager une empathie facile, et ce, parfois même de manière amusante. Cette collection diverse se termine avec un poème éponyme qui fait office d’explication optimiste de la bonne fortune qu’est un « jour magnétique ».

Weird_Canada-Roland_Pemberton-Magnetic_Days-Back_Cover

New Canadiana :: The Everywheres – HABITUALISM

Weird_Canada-The_Everywheres-Habitualism

The Everywheres have been busy, with their freshman and sophomore albums both released in 2013. Each has the potency to put even the most sullen of listeners into a psychotropic trance, tongue lolling and head banging (albeit in slow-motion). With HABITUALISM, the Halifax-based four piece show consistency, sticking with sleepy vocals courtesy of Samuel Hill, shimmering guitar leads, and meditative drumming. While on the surface the album appears to be unrelentingly effulgent, further inspection reveals a distinct melancholy seeping through. It’s a reminder that lazy summer days filled with sunburns, ferry rides, and second hand highs turn into chilly summer nights (and you forgot your sweater on the ferry).

The Everywheres étaient bien occupés récemment avec leur premier et deuxième albums tous deux sortis en 2013. Les deux ont le potentiel de mettre le plus maussade des auditeurs dans une transe psychotropique, la langue pendante et la tête en plein headbang (au ralenti, toutefois). Avec HABITUALISM, le quatuor de Halifax se montre cohérent et s’en tient aux paroles endormies de Samuel Hill, à une guitare d’avant-plan éclatante et à une batterie méditative. Bien qu’à première vue l’album semble s’acharner dans sa radiance, un second regard révèle une mélancolie distincte qui s’infiltre. Celle-ci sert à nous rappeler que ces jours d’été bien relax remplis de coups de soleil, de balades en traversier et de délires d’occasion se transforment en fraîches nuits d’été (et que vous avez oublié votre veste sur le traversier).


The Everywheres – Through Flowers


The Everywheres – Organ

New Canadiana :: Hellenica – They Are Out For Blood

Weird_Canada-Hellenica-They_Are_Out_For_Blood

Astride the horses of a bleak apocalyptic future Hellenica rides, six shooters strapped to their side. They blend and craft the sounds of a deep February depression with a tense yet apathetic Wild West showdown. They Are Out For Blood is the drone and ambiance of a grey cloudy sky wrote to music. A Morricone-ian bus trip across the overcast prairies, through snow drifts, during a perpetual dusk.

Montant les chevaux d’un sombre avenir apocalyptique, Hellenica cavale, six-coups au flanc. Ils fusionnent et martèlent les sonorités d’une dépression hivernale et la tension apathique d’un duel au Far West. They Are Out For Blood, c’est le drone et l’ambiance d’un ciel obscur fait musique. Un voyage d’autobus Morriconesque à travers les prairies sous une chape de nuages, les bancs de neige, l’aurore à perpétuité.


Hellenica – Night Creeper


Hellenica – Morning of the War Horn